Version classiqueVersion mobile

Le Laos au XXIe siècle

 | 
Ruth Banomyong
, 
Vatthana Pholsena

Chapitre 6. Mythe de l’isolement : anciens et nouveaux phénomènes transnationaux

Texte intégral

1 - « Triangle de croissance » précolonial

  • 1 Cette tendance se retrouve chez les universitaires : Jonathan Rigg et Randi Jerndal déclarent, au (...)

1Le désenclavement du Laos, prôné par le gouvernement, les organismes internationaux et certains experts, repose sur une perspective (une vision supranationale), une idéologie (la libre circulation des biens et des personnes régulée par les lois du marché) et un objectif spécifique (la croissance économique). Pour la Banque asiatique de développement, il s’agit de relier les principaux centres urbains des pays membres de la sous-région du Grand Mékong tout en offrant au Laos l’accès aux ports et marchés extérieurs pour ses produits à l’exportation. Le projet de quadrillage routier de l’espace régional, faisant fi des frontières (et des États-nations) en demandant une plus grande libéralisation dans les mouvements des marchandises, services, capitaux et personnes, positionnerait le Laos au centre d’un réseau de transports et d’échanges. Bref, cela le sortirait de son « isolement » à la fois économique et géographique, cause majeure aux yeux des décideurs politiques et économiques de sa « vulnérabilité » structurelle. On notera d’abord que le pays est, à l’heure actuelle, davantage une zone de transit secondaire que l’artère principale de contrôle des échanges et des revenus qui en découleraient. De plus, le discours et les plans de désenclavement renforcent, d’une manière indirecte et implicite, l’image traditionnelle d’un pays isolé, « marginalisé », doté d’un système économique autarcique, et donc peu préparé à l’ouverture de ses frontières et à une intégration au sein du système économique régional et mondial1. Une mise en perspective historique nuance cependant cette vision aussi dichotomique (centre contre périphérie) que déséquilibrée (les influences et le contrôle unilatéraux du centre sur la périphérie).

  • 2 Pour une analyse solide et condensée des relations entre la Chine et l’Asie du Sud-Est, voir Marti (...)
  • 3 Pour plus de détails sur le commerce caravanier entre le sud de la Chine et le nord-ouest de l’Asi (...)

2Les routes de commerce (voies terrestres et maritimes) reliant la Chine et l’Asie du Sud-Est sont une donnée bien connue de l’histoire de l’Asie2. L’existence de réseaux de transport et d’échanges sur la zone transfrontalière entre le Yunnan, la Birmanie, la Thaïlande et le Laos, dès le premier millénaire de l’ère chrétienne, révèle l’importance stratégique de cette région bien avant l’arrivée des Européens. Durant des siècles, les caravaniers yunnanais empruntèrent les routes de commerce à l’est du Tibet, sillonnant l’Assam, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos et le nord du Viêt Nam (Tonkin), jusqu’aux provinces chinoises du Sichuan, de Guizhou et du Guangxi. Deux routes principales reliaient, en particulier, le sud du Yunnan au nord de la Thaïlande : la route birmane, à l’ouest, de Keng Tung à la province de Chiang Rai, et la route orientale qui, de la province de Phongsaly (à l’extrême-nord du Laos d’aujourd’hui), descendait vers l’ouest, traversant Luang Prabang et le Mékong pour arriver à Chiang Khong, près de l’actuelle frontière septentrionale de la Thaïlande3.

  • 4 Andrew Walker, 1999, p. 27-29.

3Sur la base de témoignages et d’archives coloniales françaises et britanniques, Andrew Walker nous dépeint un espace infrarégional au début du XIXe siècle dont les échanges, entre le centre politique et les populations des plaines et des montagnes, ne se passaient pas uniquement sur un mode tributaire. Le surplus de production domestique n’était pas essentiellement destiné aux élites et aux chefs politico-religieux. L’auteur suggère un système d’échanges bien plus complexe et diversifié où le commerce des biens de consommation tissait des liens entre les populations montagnardes, celles des plaines et les centres commerciaux et politico-administratifs4. Les États précoloniaux de Nan et de Luang Prabang (aujourd’hui respectivement provinces du Nord de la Thaïlande et du Nord-Ouest du Laos) fleurirent ainsi grâce à leur emplacement stratégique sur les routes du commerce entre le Yunnan, le nord-ouest du Laos et le nord de la Thaïlande.

  • 5 Pierre Lefèvre-Pontalis, 1902, p. 154. Le thaang luang signifie « route principale » en thaïlandai (...)
  • 6 Minorités ethniques du Laos actuel.
  • 7 Andrew Walker, 1999, p. 32.

4Les premiers administrateurs français notaient qu’au cours de leur voyage vers le sud, les muletiers yunnanais transportaient de la soie, du thé, du sel, de l’opium, de la fourrure, des objets en métal… pour les vendre sur les marchés siamois au nord (notamment à Chiang Mai) et dans les villages rencontrés le long de leur route5. Le coton brut cultivé par les Khmu, Lamet et Yao6 sur des parcelles dispersées dans les montagnes constituait leur cargaison principale acquise sur le voyage du retour à travers le Laos, les Yunnanais s’approvisionnaient en retour en bois de cerf et vésicules biliaires d’ours, très recherchées par les pharmaciens traditionnels chinois7.

  • 8 Andrew Walker, 1999, p. 30 et 32.

5Dès les années 1830, l’État de Nan, grâce à ses campagnes militaires victorieuses, avait étendu son influence au-delà de la frontière actuelle de la Thaïlande pour s’emparer sur l’autre rive du Mékong des districts de Viengphoukha et de Luang Namtha (aujourd’hui situés au Nord-Ouest du Laos) et d’une grande partie du Sipsong Panna (Sud de la Chine). Avec des localités sur les deux rives du Mékong sous son emprise, Nan pouvait s’arroger le contrôle stratégique du commerce régional. L’une des principales routes des caravanes entre le Yunnan et le nord de l’actuelle Thaïlande passait, en effet, par Luang Namtha et Viengphoukha pour traverser le Mékong et atteindre Chiang Khong, la deuxième ville de l’État située à l’avant-poste du fleuve. Dès le début du XIXe siècle, elle s’était développée pour devenir le principal centre de commerce sur les rives du Haut-Mékong8.

  • 9 Andrew Walker, 1999, p. 32-33.

6Nombreuses sont les analyses de l’organisation sociale et politique des États précoloniaux en Asie du Sud-Est continentale qui s’appuient sur l’idée que les frontières étaient fluctuantes et mal délimitées entre les différentes entités politico-religieuses. Andrew Walker nous montre, à l’inverse, une organisation spatiale très rigoureuse au nord-ouest de ce qui est devenu plus tard le Laos. Les lieux de passage étaient bien définis : Chiang Khong, de par sa position idéale sur la route des caravanes, permettait aux autorités de Nan de réguler le trafic, à la fois par voie terrestre et fluviale, et de tirer profit de ce commerce régional en organisant des péages, en collectant des taxes sur les marchandises et en monnayant leur protection9. En somme, Nan appliquait avant la lettre les règles du commerce international moderne.

  • 10 Andrew Walker, 1999, p. 37.

7L’État précolonial de Luang Prabang présentait une configuration très différente pour une raison simple : disposant d’un espace très limité, son approvisionnement alimentaire reposait très largement sur son commerce avec les villages rizicoles proches du Mékong et de ses affluents. Son approvisionnement ne reposait pas tant sur les rizières irriguées par les Lao des plaines, mais sur les champs de riz sec cultivés par les Khmu et les Lamet. Autrement dit, les « relations commerciales avec les populations montagnardes constituaient un caractère central de cette économie précoloniale10 ». Et tandis que les habitants des montagnes s’occupaient de la production agricole, ceux des plaines s’affairaient dans le commerce et l’artisanat.

  • 11 Andrew Walker, 1999, p. 40.

8À l’époque, Luang Prabang n’était pas seulement au centre d’un commerce entre les plaines et les montagnes. Elle contrôlait également les routes de caravanes parmi les plus importantes et en retirait un profit substantiel, comme le faisait Nan, au travers de la collecte de frais de passage et autres taxes sur les marchandises. Oudomxay (aujourd’hui capitale de la province du même nom, au nord de Luang Prabang) était aussi le lieu de rencontre de nombreuses caravanes pénétrant le Laos du Sipsong Panna. Il s’y échangeait des produits aussi variés que les minéraux, le coton, le sel et le bétail11.

La spécialisation des tâches au début du XIXe siècle
« Les lieux d’habitation les plus importants sur les basses terres, y compris Luang Prabang elle-même, étaient localisés sur des intersections de routes de transport stratégiques où il était possible de réguler le commerce avec les communautés montagnardes. Le troc représentait la monnaie d’échange la plus commune, les habitants des hautes terres échangeant leurs productions primaires contre des objets en fer, des étoffes, de la poterie et des objets décoratifs produits dans les communautés des Lao des plaines. La région autour de Luang Prabang était connue pour l’artisanat de ses villages et il est possible que cette dernière se développât non pas seulement pour suppléer aux demandes de la cour royale, mais aussi afin d’encourager le commerce avec les populations montagnardes. Les puits salins à l’extrême-nord du territoire de Luang Prabang étaient également très convoités par ces dernières. Les commerçants des plaines et les propriétaires des échoppes de villages introduisirent aussi les biens manufacturés européens – habillement, fil à coudre, aiguilles, teintures, lait condensé, allumettes, sucre, kérosène et miroirs – importés des centres de commerce au nord du Siam. Se tinrent également des transactions en argent liquide : tical siamois, roupies indiennes et argent fondu localement circulaient largement dans la région. »
Andrew Walker, 1999, p. 39.

9L’arrivée des Français au Laos à la fin du XIXe siècle sembla augurer un changement dans les réseaux de transport et de commerce de ce « triangle » que gouvernement, institutions internationales et experts étrangers cherchent tant à reproduire à l’heure actuelle, sans toujours être conscients du fait que leur projet n’est pas une nouveauté. L’ambition des autorités françaises de créer un espace géographique unifié à la fois sur le plan politique, économique et commercial, explique leur détermination à imaginer et soutenir la construction de routes entre le Laos et le Viêt Nam, aux dépens du commerce avec le Siam.

10Les mouvements de biens et de personnes n’ont évidemment pas cessé avec l’instauration des démarcations fixes et légales des temps modernes. Cependant, si les déplacements transfrontaliers sont une donnée permanente de l’histoire humaine, les différences entre ceux d’aujourd’hui et ceux de l’époque précoloniale sont à la fois quantitatives et qualitatives. L’économie régionale et mondiale, accrue depuis la fin des années 1980, a indéniablement accéléré les mouvements de biens et de capitaux, ainsi que les migrations humaines, de même qu’elle en modifia, dans certains cas, la nature.

« Séjour à Luang Prabang et navigation sur le Mékong.
3 juin-22 juillet 1894 » : quelques extraits
« Avec Ban-lat-Hane, Pak Beng est un des principaux points de transit sur la rive gauche du Mékong. Chaque année, au moment du passage des caravanes, le roi de Luang Prabang organise un service de batellerie à Done Thuan, près du confluent du Nam-Beng, et les mandarins qu’il délègue y perçoivent un péage.
Tandis que sur la rive gauche, le point de transit commun est Done Thuan, les points où aboutissent les routes de la rive droite sont nombreux : les chemins de caravane qui arrivent à Pak Ngim, à Pak Sap, à Pak Heu et à Pak Kop desservent des centres importants comme Muong-Luo, où le Luang Yokhabat tenait ses assises au moment de notre passage, et Muong Ngin où les Siamois soutenaient énergiquement les prétentions territoriales des autorités de Nan contre les droits volontairement méconnus du roi de Luang Prabang ».
Pierre Lefèvre-Pontalis, 1902, p. 89.

2 - Progression spectaculaire du tourisme12

  • 12 Dans cette section, les statistiques sont principalement issues d’un rapport (non publié) préparé (...)

11Le spectaculaire développement du tourisme au Laos au cours de ces dix dernières années, et plus particulièrement à partir de la seconde moitié des années 1990, confirme indéniablement l’ouverture du pays. Le nombre de touristes est passé de 37 613 en 1991 à 673 823 en 2001, soit une multiplication par 17, sur une base, il est vrai, bien peu élevée. En 2000, le tourisme a apporté 103,7 millions de dollars, soit plus que le produit des exportations du secteur de l’habillement (100,1 millions de dollars), de l’électricité (91,3 millions de dollars) et de la filière bois/ameublement (80,2 millions de dollars). De 1996 à 2000, le tourisme était le secteur de l’économie dont l’expansion fut la plus rapide, et en seulement trois ans (1996-1998), il a progressé de la quatrième place (43,6 millions de dollars) à la première (79,9 millions de dollars). Le tourisme régional issu des pays du Sud-Est asiatique fournit le plus grand contingent de visiteurs avec 501 199 personnes en 2001, soit près de 75 % du total. Le tourisme extra-asiatique est cependant le plus lucratif puisqu’il a apporté, en 2001, 67,4 millions de dollars (soit près de 65 % du total des revenus).

  • 13 Ainsi, malgré leurs richesses, Luang Prabang (l’ancienne capitale royale) et Champassak (temple de (...)

12La proportion inverse entre le nombre de touristes et les revenus générés respectivement par le tourisme international et le tourisme régional s’explique en partie par la durée des séjours. Alors que le touriste extra-sud-est asiatique restait en moyenne huit jours dans le pays en 2001, le touriste originaire d’un des pays voisins n’y passe en moyenne qu’entre un et quatre jours. En outre, ce dernier dépense en moyenne moins durant son séjour que le touriste qui vient de plus loin. En bref, pour la majorité des visiteurs des pays de l’Asean (les Thaïlandais – 55,9 % – fournissant le plus gros contingent), il s’agit d’un tourisme frontalier, limité à la province du point d’entrée et à un très bref séjour. Ils n’effectuent donc pas, ou très peu, de déplacements intérieurs13.

  • 14 Bounthavy Sisouphanthong et Christian Taillard, 2000, p. 128.

13Malgré les investissements réalisés, le développement du tourisme reste freiné par l’insuffisance des infrastructures. Les déplacements sont difficiles et la capacité d’hébergement limitée. En 2001, le pays ne comptait que 14 257 lits, 44 % en hôtel et 56 % en guest house. Toutefois, ce manque pourrait durablement satisfaire le gouvernement puisque celui-ci a fait savoir son intention d’éviter l’apparition d’un tourisme de masse semblable à celui développé en Thaïlande. Il dit craindre un impact négatif sur la culture et la société. En place et lieu d’un tourisme de masse considéré comme « ingérable » et donc « néfaste », les autorités veulent promouvoir un tourisme écologique et culturel, à leurs yeux plus à même de respecter et de préserver les richesses du pays. Les réalités économiques, et en particulier les besoins en devises, risquent de lever ces réserves, surtout si la demande continue à être forte. L’impact économique croissant du tourisme doit cependant être pondéré puisque en 1995 (date des derniers chiffres disponibles14), malgré sa progression impressionnante, le secteur générait encore peu d’emplois et n’occupait au mieux que 3 % de la main-d’œuvre non-agricole, principalement à Vientiane et à Luang Prabang.

3 - Migrations

14On l’imagine, l’ouverture progressive du Laos ne se manifeste pas seulement par le flux croissant de touristes qu’il accueille. Les affaires (12 % et 14 % des visites internationales et thaïlandaises, respectivement en 2001 et en 1997) ou la visite de proches (2 % et 5 %) motivent également des séjours de courte durée. On notera en regard que peu de statistiques nous informent sur les sorties des Laotiens. Ceux qui quittent le pays pour « faire du shopping » dans les villes frontalières, telles que Nong Khai ou Udon en Thaïlande, empruntent surtout le pont Mitthaphap (« de l’Amitié ») sur le Mékong (plus de 80 % des cas en 2001, la vaste majorité – 97,5 % – utilisant un simple laissez-passer limitant le séjour en Thaïlande à trois jours). Pour les provinces frontalières, les déplacements d’affaires l’emportent sur le tourisme frontalier, ce qui n’est guère étonnant tant le tourisme intérieur et international des Laotiens reste embryonnaire. Lorsqu’on aborde la question des mouvements de personnes au Laos, on évoque surtout des migrations économiques. On reviendra sur les facteurs qui expliquent cela, mais on peut d’ores et déjà retenir que si des Laotiens traversent les frontières à la recherche d’un travail, c’est avant tout en Thaïlande qu’ils se rendent.

Traverser le Mékong : une simple migration économique ?

  • 15 Elles constituent même à l’évidence un important facteur de formation des États. Voir Stéphane Dov (...)
  • 16 Bureau international du travail (BIT), The Social Impact of the Asian Financial Crisis, Bureau int (...)

15Si les migrations à travers les frontières mouvantes des entités politiques pré nationales sont véritablement très anciennes15, les mouvements de population se sont considérablement accélérés ces vingt dernières années en Asie du Sud-Est, au point de figurer en bonne place dans les agendas des gouvernants qui s’en inquiètent davantage qu’ils ne s’en réjouissent. L’essor économique hétérogène des nations asiatiques, associé à un taux de fertilité en déclin dans certains pays, ont en effet conduit à l’émergence et au développement de flux migratoires régionaux vers les zones déficientes en main-d’œuvre. À partir des années 1980, les quatre « tigres » asiatiques (Hong Kong, la Corée du Sud, Singapour et Taiwan) et le Japon sont ainsi devenus les destinations favorites des travailleurs migrants de la région. De même, la Malaisie et la Thaïlande apparaissent aujourd’hui comme des terres d’opportunités pour la population des pays limitrophes. En 1997, les estimations statistiques montraient que les trois principaux pays à forte immigration (la Malaisie, Singapour et la Thaïlande) rassembleraient environ 4,2 millions de travailleurs étrangers16. Aux circuits migratoires intra-régionaux, s’ajoutent en outre le départ de nombreux travailleurs asiatiques vers le Moyen-Orient. Si le flux s’est depuis lors sensiblement réduit, on estimait qu’au milieu des années 1980, ils constituaient une population d’un peu plus de 8 millions de personnes.

16D’une manière générale, la crise économique et financière asiatique de 1997 n’a pas stimulé de nette diminution dans le nombre total des migrants, mais peut-être une amplification du nombre de travailleurs clandestins dans un contexte économique déprimé, favorable à un durcissement des politiques d’immigration des pays « d’accueil ».

  • 17 The Committee for the Administration of Illegal Migrant Workers in Thailand, www.chula.ac.th/ARCM/ (...)
  • 18 Projet interinstitutions des Nations unies sur le trafic humain dans la région du sous-Mékong, Ove (...)

17À notre connaissance, il n’existe pas de données officielles au Laos sur le nombre total de travailleurs migrants transfrontaliers. Peu de données sont disponibles pour tenter de cerner le phénomène migratoire du Laos vers la Thaïlande. En octobre 2001, on estimait que 58 411 migrants laotiens travaillaient illégalement en Thaïlande17. Les chiffres sont en l’espèce toujours sujets à caution car une grande partie de ceux qui traversent la frontière le font dans l’illégalité. Les seules données officielles laotiennes auxquelles nous avons eu accès et qui existeraient ont été établies à Savannakhet, la province la plus peuplée (environ 707 000 habitants). D’après certaines sources, entre 15 000 et 30 000 personnes environ traversent chaque année la frontière entre le Laos et la Thaïlande18.

18Sur les berges du Mékong, depuis la ville de Savannakhet (120 000 habitants), on perçoit distinctement les habitations de Mukdahan, la ville thaïlandaise jumelle, (113 000 habitants), située sur la rive opposée. Des études partielles suggèrent que le phénomène migratoire entre Savannakhet et Mukdahan n’est pas uniquement motivé par des raisons économiques mais relèverait plus généralement d’une dynamique propre à l’histoire sociale des provinces frontalières des deux pays, dont les populations sont très proches culturellement, même si leur niveau de vie est aujourd’hui inégal. Les mouvements de personnes entre les deux capitales de province sont quotidiens. Les populations des deux villes partagent les mêmes origines ethniques et linguistiques et elles appartenaient à la même entité politique avant que le Siam ne cède la rive orientale du Mékong à la France, en 1893. Leur existence est rythmée par le même calendrier et les mêmes fêtes bouddhiques. Des liens familiaux et socioéconomiques se sont naturellement tissés au fil des décennies, favorisés par le fleuve qui, loin de constituer un obstacle, représente au contraire une formidable passerelle entre les habitants des deux rives, un puissant moteur de socialisation. Les gens de Savannakhet et de Mukdahan se déplacent ainsi de manière aisée et informelle dans un environnement familier, pour une population qui dit volontiers partager la même identité ethnique, c’est-à-dire lao, et font ainsi fi des frontières politiques.

  • 19 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité d (...)
  • 20 Union de la jeunesse lao, union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité d (...)

19Il est difficile de décrire avec certitude l’ensemble des motivations qui poussent les laotiens – et en particulier les jeunes – à partir en Thaïlande. Nous ne pouvons, à ce stade, qu’avancer des hypothèses que des travaux futurs viendront vraisemblablement affiner et peut-être même réfuter. La proximité culturelle entre les deux populations est sans aucun doute renforcée par la diffusion des médias de masse thaïlandais au Laos, que ce soit la télévision, les journaux ou la radio. De nombreux jeunes laotiens se passionnent pour les stars thaïlandaises de la chanson et du petit écran. Ils fredonnent facilement des airs thaïlandais. En fait, une large proportion des jeunes Laotiens, surtout ceux qui vivent en milieu urbain, sont capables de comprendre, voire de parler couramment le thaïlandais, dans la mesure où ils ont été exposés dès leur plus jeune âge à la langue et à la culture populaire du pays voisin. On peut ainsi penser que la vision d’opulence de la société de consommation « outre-Mékong » puisse inciter certains à franchir le fleuve pour aller « voir », pour « s’amuser » ou « gagner de l’argent », pour s’offrir ces biens que les médias voisins vantent à grand renfort de publicité. L’étude Listening to the Voice of Young People réalisée en 1998 révèle qu’environ 50 % des jeunes sondés, presque tous vivant à Pak Ngum (un district de la municipalité de Vientiane situé en milieu rural), disent qu’on leur a proposé un emploi en Thaïlande ou bien qu’on a essayé de les inciter à s’y rendre pour travailler19. En fait, un certain nombre de sondés (le chiffre exact n’est pas précisé) ont déjà travaillé en Thaïlande pour une courte période, comme garagiste, serveur(se) ou saisonnier. Les raisons invoquées peuvent se cumuler : l’envie de voir un autre pays, de découvrir quelque chose de différent et/ou gagner de l’argent20

  • 21 Laurent Chazée, « Executive Summary, Smallholder Development Project, Rural Sociology », mars 2002 (...)
  • 22 Vientiane, 23 mai 2002, entretien avec un consultant étranger travaillant au Laos depuis une dizai (...)

20Ainsi, les études menées tendent à suggérer que les conditions socioéconomiques ne constituent pas le seul facteur dans la prise de décision lorsqu’il s’agit de chercher du travail en Thaïlande, même si le gain financier reste une motivation essentielle. Paradoxalement, une étude de sociologie rurale conduite en 2002 montre que des villages relativement aisés fournissent aussi des contingents de migrants21. Parce que les ménages de ces villages ne souffrent pas de déficit alimentaire, mais parce qu’au contraire, ils parviennent à dégager des surplus, ils ont la possibilité de libérer de la main-d’œuvre pour effectuer du travail non agricole, d’où ce potentiel migratoire. Le départ est également motivé par l’inactivité des jeunes en milieu rural ; une situation en grande partie due à un problème structurel d’inégalité dans l’accès à la terre. Le manque de terrains cultivables est un facteur important de paupérisation qui traversent les générations. Quelque 80 % des ménages n’ont pas de rizière faute d’en avoir hérité de leurs parents, ou parce ces derniers n’en avaient tout simplement pas eux-mêmes. De fait, ces ménages à faible capital sont particulièremment enclins à émigrer vers la Thaïlande22.

21Une autre étude, à une échelle plus localisée (huit villages dans quatre districts frontaliers de la Thaïlande et répartis dans deux provinces : Saravane dans le sud et Saiyabouri dans le nord-ouest) suggèrent également la corrélation entre croissance démographique et migration, sans toutefois exclure le paramètre économique en tant que facteur aggravant. Au Laos, les familles nombreuses (six enfants ou plus) sont assez répandues, et les tâches agricoles n’occupent pas tous les enfants du ménage. Aussi, après avoir achevé leurs études (généralement, au niveau primaire), ces derniers se retrouvent souvent sans activité.

  • 23 Laurent Chazée, mars 2002.
  • 24 Ministère du Travail et des Affaires sociales, Division du trafic des femmes et des enfants, Traff (...)

22Ce qui, fondamentalement, transparaît dans ces différentes études, c’est le caractère structurel de la migration vers la Thaïlande, en particulier chez les jeunes. « Les mouvements sont si répandus dans les villages de Khong Sedone [province de Saravane] et de Pak Lai [province de Saiyabouri], qu’il serait raisonnable de définir le travail en Thaïlande comme une partie intégrante des modes de vie de ces villages », a pu noter Laurent Chazée23. Certains vont même plus loin en affirmant que ces déplacements transfrontaliers, qui recèlent indéniablement une part de risque et d’aventure, s’apparentent d’une certaine façon à des « rites de passage ». Sans nécessairement aller aussi loin, on peut dire que la soif d’aventure et de nouveauté représente assurément une des motivations des jeunes Laotiens24.

Itinéraires migrants
« Mlle Khao, âgée de 22 ans, dont l’occupation professionnelle est maintenant rizicultrice, a terminé l’école primaire. Elle est mariée et a un enfant. Elle est allée travailler en Thaïlande il y a deux ans. C’était un intermédiaire laotien qui est venu lui suggérer de travailler à Bangkok. Il l’envoya vers un autre intermédiaire du district de Khemmarat, dans la province d’Ubon, qui la mena dans un endroit où elle devait gagner 2 000 bahts par mois à coudre, la nourriture et le logement lui étant assurés. Du dehors, l’immeuble ressemblait à une résidence. Mais à l’intérieur il y avait une grande usine de vêtements. Après le travail, les employés allaient dormir à l’étage : ils n’étaient pas autorisés à quitter l’immeuble. Les heures de travail allaient de 7h30 du matin à 10h30 du soir. Mlle Khao travailla là-bas pendant 15 mois. Elle fut payée la première fois après neuf mois et on lui donna 600 bahts [présumément par mois], les huit premiers mois de salaire étant pour l’intermédiaire. Après 15 mois, elle fut autorisée à sortir. Elle rencontra une Laotienne qui lui expliqua comment retourner chez elle, ce qu’elle fit ».
« Mlle Nay, âgée de 25 ans, a terminé la première partie du collège [jusqu’en classe de cinquième]. Ses parents sont riziculteurs et possèdent un magasin de bric-à-brac. Depuis quatre ans, elle fait des allées et retours pour aller travailler en Thaïlande. Elle va toujours à la même usine de vêtements où elle gagne entre 2 500 et 3 000 bahts selon les heures supplémentaires. Mais elle doit payer le loyer du logement qu’elle loue et acheter sa nourriture. Si elle est économe, elle peut ramener de l’argent à la maison. Nyay dit qu’elle aime travailler en Thaïlande. Le travail n’est pas difficile et elle n’a pas à rester dehors sous le soleil et la pluie. Parfois elle sort, prend du bon temps et profite de la vie ».
Ministère du Travail et des Affaires sociales, division du trafic des femmes et des enfants, Trafficking in Women and Children in the Lao PDR. Initial Observations, projet interinstitutions des Nations unies, Vientiane, 2002, p. 24 et 25-26.

  • 25 Christina Wille, Trafficking in Children into the Worst Forms of Child Labour in Thailand: Rapid A (...)
  • 26 Christina Wille, 2000, p. 64.

23Une étude montre ainsi que si 36,5 % des sondés ont pris la décision de partir en commun accord avec leurs parents, 50 % sont partis sans les en avoir informés. La tendance est encore plus nette parmi les jeunes qui sont entrés en Thaïlande aux environs de la ville de Mukdahan, et dont la très grande majorité est laotienne : ils sont respectivement de 27,6 % et de 62,1 %. D’une certaine manière, il s’agit également d’un acte d’émancipation. Une étude sur le trafic d’enfants aux frontières birmano-thaïlandaise et lao-thaïlandaise révèle que 96,6 % de ces jeunes migrants disent être partis parce que d’autres l’ont fait avant eux25. Le rapport conclut dès lors que combattre les causes économiques de la migration ne résoudra pas le problème puisque les jeunes expriment également leur désir de « voir le monde » ou de fuir des problèmes personnels. L’étude constate en outre que la majorité des jeunes migrants laotiens proviennent de villages d’origine ethnique lao, qui sont en général moins démunis que les communautés ethniquement minoritaires26.

  • 27 Christina Wille, 2000, p. 29.

24D’après les spécialistes des flux, ce type de migration endémique acquiert progressivement un caractère autonome, les motivations des acteurs (gain financier individuel, stratégie de survie de la famille, désir d’aventure) qui ont initié le mouvement devenant secondaires. C’est une migration de réseaux, c’est-à-dire qu’elle repose sur un ensemble de liens interpersonnels qui lient les migrants, les anciens migrants et les non-migrants aux lieux d’origine et de destination. Lorsque les migrants atteignent un seuil critique, l’expansion des réseaux réduit les coûts et les risques de déplacement, ce qui conduit logiquement à augmenter le nombre de migrants et perpétue ainsi un cycle qui nourrit et renforce à son tour les réseaux. La plupart de ceux qui sont partis ont recueilli leurs informations auprès des gens de leurs villages, des amis ou des proches. Parmi ces derniers, ceux qui ont déjà travaillé en Thaïlande apparaissent également comme des intermédiaires importants entre le jeune et l’employeur potentiel. Par contre, très peu de mineurs, qu’ils soient d’origine birmane ou laotienne, se sont renseignés auprès d’étrangers (9 cas sur 103 enquêtés)27.

  • 28 Même si les autorités laotiennes reconnaissent le manque d’emplois pour les jeunes, elles commence (...)

25Au côté des nombreux avis enthousiastes exprimés dans l’étude Listening to the Voice of Young People, quelques individus (des filles en particulier) exprimaient une opinion beaucoup plus mitigée. Parfois même, la perception du risque est exacerbée : « Nous ne suivons pas ceux qui partent chercher du travail en Thaïlande. Nous avons peur que là-bas, on nous arrache les yeux. La société est mauvaise et sans loi. Les gens font comme ils veulent » ; ou bien encore : « Ils nous vendront comme des prostituées, et puis la police nous attrapera et nous mettra en prison, et puis nous avons peur que quelqu’un nous viole ». Pour excessives qu’elles soient, ces remarques reflètent sans doute le fait que la réalité de bien des travailleurs laotiens en Thaïlande n’est pas aussi « plaisante » que certains jeunes se plaisent à l’imaginer. Des articles de journaux paraissent de plus en plus régulièrement au Laos, rapportant des témoignages de jeunes gens abusés par des intermédiaires pour se retrouver maltraités une fois en Thaïlande28.

Motivations à l'émigration des adolescents

Motivations à l'émigration des adolescents

Sources : d'après Christina Wille, Trafficking in Children into the Worst Forms of Child Labour in Thailand: Rapid Assessment Findings from Four Research Sites along the Thailand-Lao PDR and Thailand-Myanmar Border Areas, Bureau international du travail, Programme international sur l'élimination du travail des enfants, Bangkok, 2000, p. 23 et 25.

  • 29 Kritaya Archavanitkul et Pornsuk Gertsawang, Migrant Women from Thailand’s Neighbouring Countries (...)

26Une étude effectuée en 1997 sur les migrants travaillant dans les circuits de la prostitution en Thaïlande estimait alors que le Royaume comptait au moins 60 000 prostituées étrangères de tous âges. Elles étaient en majorité birmanes (en particulier du sud-est de l’État Shan), mais il y avait aussi de nombreuses Laotiennes, Chinoises (du Yunnan) et Cambodgiennes parmi elles. On trouvait en outre des jeunes filles d’origine ethnique minoritaire vivant en Thaïlande, mais n’ayant pas droit à la citoyenneté thaïlandaise29.

  • 30 Christina Wille, 2000, p. 63.

27D’après les Nations unies, le nombre de femmes et d’enfants victimes de trafics en Asie du Sud-Est est estimé à environ 225 000 personnes par an, sur un chiffre global de plus de 700 000 personnes. Des recherches en Thaïlande sur les travailleurs étrangers indiquent que 30 % des 16 423 prostituées de nationalité autre que thaïlandaise en 1997 avaient moins de 18 ans, soit approximativement 4 900 personnes. Les données manquent s’agissant des Laotiennes, même si on sait que c’est à Nong Khai, ville frontalière, que se trouve la plus grande concentration de prostituées étrangères30. Dans l’étude menée dans les districts des provinces de Saravane et de Saiyabouri, peu de cas de coercition ont été relevés et les départs ont été, en majorité, volontaires. De même, l’étude menée sur le trafic d’enfants aux frontières birmano-thaïlandaise et lao-thaïlandaise conclut que le travail des enfants est beaucoup plus répandu sur la première.

  • 31 The Nation, 19 octobre 2002.
  • 32 Laurent Chazée, mars 2002.

28Les autorités laotiennes et thaïlandaises ont signé en octobre 2002 un mémorandum pour combattre le travail clandestin et le trafic de femmes et d’enfants entre les deux pays. D’après cet accord, les autorités thaïlandaises n’accorderont de permis de travail qu’aux travailleurs laotiens qui auront fait appel à une agence de travail au Laos. Si leur dossier est accepté, ces migrants se verront alors immédiatement attribuer un permis de travail de quatre ans, renouvelable au bout de trois ans à partir de la date de fin de validité du permis31. Cet accord n’est finalement que la reconnaissance par les gouvernements des deux pays d’une réalité depuis longtemps inscrite dans les comportements d’une partie de la population, mais aussi d’un fait que les autorités laotiennes sont peut-être encore réticentes à admettre : la migration de jeunes Laotiens vers la Thaïlande est une soupape de sécurité essentielle à une économie nationale encore trop peu développée pour résorber la part grandissante de la population active au Laos. Compte tenu de l’évolution économique et démographique du Laos, il est raisonnable de penser que le phénomène migratoire, en particulier à partir des régions frontalières, va encore prendre de l’ampleur. Ainsi, l’étude de sociologie rurale observe déjà une tendance générale à l’augmentation des migrations saisonnières et permanentes vers la Thaïlande, motivées par la recherche d’un travail32.

Le sort de jeunes garçons partis chercher du travail en Thaïlande tel qu’il est relaté dans les journaux laotiens
« Noy Saybounkong, âgé de 18 ans, s’est échappé et a survécu après avoir été réduit en esclavage sur un bateau de pêche de la province de Pattani, en Thaïlande. Selon un rapport de l’ambassade du Laos en Thaïlande, Noy s’est échappé après qu’on l’eut autorisé à aller prendre l’air lorsque le bateau de pêche a atteint la jetée pour vendre du poisson. Trois de ses amis ont disparu au bout de quelques mois, et il ne sait toujours pas où ils sont, ni s’ils sont encore en vie. Il dit qu’il a vu un autre de ses amis mourir. Pendant environ cinq mois, dès leur arrivée sur le bateau, les garçons ont été forcés à travailler dur sans être payés et à pêcher presque 24 heures chaque jour. S’ils ne le faisaient pas ou ne pouvaient travailler, ils étaient maltraités et battus. Noy dit qu’ils n’avaient aucune chance de s’échapper car le bateau n’accostait qu’une fois par mois. Ses amis et Noy sont des garçons du pays de Ban Donetiu du district de Palansay, dans la province de Savannakhet. Sans éducation ni emploi local, ils avaient discuté avec un intermédiaire des possibilités de travailler en Thaïlande et de gagner un bon salaire. Ils avaient décidé de rencontrer deux intermédiaires, M. Hane et M. Leung, à Ban Thapho, dans la province de Savannakhet, pour leur demander du travail. Noy dit que ces derniers les ont immédiatement acceptés et qu’ils furent envoyés du poste-frontière de Khemmarat, dans la province de Savannakhet, vers un négociant thaïlandais, M. Thavisak, dans la province d’Ubon Ratchathani, en Thaïlande. Ce dernier les présenta au propriétaire du bateau de pêche local. Ces cinq garçons font partie des nombreux Laotiens qui traversent illégalement la frontière pour aller travailler en Thaïlande. Ce trafic humain transfrontalier est une forme sérieuse d’abus des droits de l’homme. »
« Slave Boy survives Terror Boat », in Vientiane Times, 15 octobre 2002.

Bounyang Vorachit s’attaque au trafic humain
« Le Premier ministre Bounyang Vorachit a appelé à la répression du trafic de main-d’œuvre de jeunes laotiens vers la Thaïlande. S’exprimant au cours d’une conférence sur le travail et la protection sociale le 24 janvier [2003], il a déclaré que les intermédiaires qui facilitent ce commerce de main-d’œuvre laotienne à l’étranger devraient disparaître. Bounyang s’adressait à 60 officiels des services provinciaux du travail et de la protection sociale et leur suggéra d’accorder une plus grande attention à la gestion de la main d’œuvre locale et étrangère au travers d’une stricte application de la loi […]. Le Premier ministre a également mis l’accent sur le placement insatisfaisant des diplômés des lycées, le chômage et le nombre croissant de jeunes Laotiens travaillant illégalement en Thaïlande. […] Il faut remédier à ces problèmes de façon urgente. [Le Premier ministre] a vivement appelé les autorités concernées à aller plus loin et à se rendre sur le terrain pour travailler dans des conditions réelles. Il a aussi demandé aux autorités locales concernées de ne pas laisser les mauvais éléments sociaux prendre de l’ampleur. »
« PM Speaks out against Cross-Border Trade in Lao Youth », 28 janvier 2003, Kao Pasason Lao (KPL).

Migration et sida

  • 33 Vientiane Times, 29 octobre 2002.
  • 34 Programme commun des Nations unies sur le sida (Onusida), « Report on the Global HIV/AIDS Epidemic (...)
  • 35 Vientiane Times, 29 octobre 2002.
  • 36 « Can Laos keep Aids at Bay? », in BBC East Asia Today, 30 octobre 2002, http://news.bbc.co.uk/1/h (...)

29Le virus du sida fut pour la première fois détecté au Laos en 1990 et la première personne à déclarer la maladie en 1992. D’après les résultats cumulés des recensements de 1990 à juin 2002, il y aurait 1 137 personnes déclarées séropositives, 377 qui ont déclaré la maladie et 191 qui en sont décédées depuis 199033. On notera cependant que seules 13 provinces sur un total de 18 disposent du matériel qui permet de faire le test de dépistage du virus. D’après les statistiques des Nations unies, le nombre de personnes (enfants et adultes) infectées en 2001 se situerait aux environs de 1 400 (dont 1 300 adultes âgés de 15 à 49 ans, parmi lesquels 350 femmes), soit un taux d’infection d’environ 0,05 % pour les hommes et 0,025 % pour les femmes34. Ce taux est de l’ordre de 0,9 % parmi les catégories classées à haut risque, à l’instar des prostituées (appelées « hôtesses » [sao bolikan] dans le langage officiel). Dans un entretien avec le journal laotien Vientiane Times, le vice-ministre de la Santé publique, Bounkouang Phichit, indique que pour les dirigeants du pays comme pour les organisations internationales et les ONG implantées au Laos, la raison fondamentale de la dissémination du sida dans le pays serait la mobilité des personnes. Or dans les années à venir, celle-ci s’accentuera encore avec les « nombreux projets de routes qui vont commencer en 2003 ». Et le vice-ministre de citer les deux routes emblématiques du Laos du nouveau millénaire : le couloir est-ouest traversant la province du sud de Savannakhet pour relier la Thaïlande au Viêt Nam, et l’autoroute partant du nord de la Thaïlande à Chiang Rai pour atteindre Kunming en Chine en passant par les provinces du nord du Laos, Bokeo et Luang Namtha35. David Feingold, expert des phénomènes transnationaux, résume la chose de manière bien plus lapidaire : « Ce que ces routes transporteront seront les drogues, les filles et les virus36 ».

30D’évidence, lorsqu’un pays s’ouvre, il expose sa population à toutes sortes de maux qui ne le touchaient jusqu’alors pas. Mais en vérité, nul ne peut encore mesurer quels seront véritablement les impacts du développement de l’infrastructure routière au Laos sur la propagation du sida.

  • 37 James R. Chamberlain, HIV Vulnerability and Population Mobility in the Northern Provinces of the L (...)

31Une étude récente sur la mobilité des populations et la vulnérabilité au sida dans les provinces du nord au Laos relève que de nombreuses routes dans cette partie du pays exigent des réparations, sont encore en construction ou ne sont praticables que durant la saison sèche. C’est le cas de la route no 3 de Ban Houay Sai (province de Saiyaboury au nord-ouest) à Boten (province de Luang Namtha à la frontière lao-chinoise). Pourtant, selon l’étude, elle serait la route la plus « sensible » pour la diffusion de l’épidémie, constituant le « lien laotien » de la future autoroute unissant le nord de la Thaïlande au sud de la Chine, deux régions plus ouvertes au monde extérieur que ne l’est traditionnellement le Laos37.

  • 38 Vientiane Times, 29 octobre 2002.
  • 39 Voir par exemple, J. Decosas, F. Kane, J. K. Anarfi, K. D. R. Sodji et H. U. Wagner « Migration an (...)

32« Il y aura une augmentation des mouvements de population à l’intérieur et à l’extérieur du pays, ce qui va entraîner une plus grande vulnérabilité face au virus », répète le vice-ministre de la Santé publique qui appelle les membres de l’Asean à associer leurs efforts pour combattre la pandémie et aider les travailleurs migrants38. Pour autant, la corrélation entre migration et propagation du virus est loin d’être avérée39. Par définition, les migrants se retrouvent dans un environnement qui leur est étranger et qu’ils perçoivent comme rempli d’aléas, voire même hostile. En conséquence, ils adoptent généralement un comportement vigilant pour se prémunir contre d’éventuels risques. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’une population relativement défavorisée et donc mal informée des risques encourus.

33S’agissant des prostitués, le choix ne leur est pas toujours ouvert. On notera cependant qu’autant qu’il est possible, leurs employeurs préfèrent les garder en bonne santé, ne serait-ce que pour préserver leurs profits.

34On pourrait dresser une hiérarchie entre les différents types de mobilité : les migrations hors des frontières nationales et sur une longue distance, les mouvements transfrontaliers, les migrations internes entre villes et campagnes, pourraient ne pas comporter les mêmes risques d’infection. Par exemple, les migrants qui vont très loin sont souvent des personnes possédant un niveau d’instruction au-dessus de la moyenne – ce ne sont pas toujours les gens les plus pauvres qui sont les plus mobiles.

  • 40 Ronald Skeldon, Population Mobility and HIV Vulnerability in SEA : An Assessment and Analysis, Pro (...)
  • 41 Ronald Skeldon, Population Mobility and HIV Vulnerability in SEA : An Assessment and Analysis, PNU (...)

35Ronald Skeldon remarque cependant qu’analyser distinctivement les différents types de migration conduit à fractionner des réalités en vérités indissociables. Les études transfrontalières suggèrent l’existence de « points chauds » isolés, alors que les villes frontalières établissent des liens au sein de plus larges systèmes de mobilité à différentes échelles (locale, transfrontalière, régionale). En d’autres termes, les « points chauds » doivent être reliés à des réseaux humains plus larges où le risque de propagation du virus peut s’avérer dramatique40. Surtout, les pratiques sociales et le type d’interactions représenteraient un facteur déterminant dans le risque d’infection. Skeldon note ainsi : « Maintenant, l’endroit critique […] se situe dans des contextes plus locaux, à base plus communautaire, au sein desquels se côtoient une population rurale et des gens de la ville41 ».

  • 42 Chris Lyttleton et Amorntip Amarapibal, « Sister Cities and Easy Passage: HIV, Mobility and Econom (...)

36Les villes provinciales jumelles de Savannakhet et de Mukdahan par exemple, respectivement au sud du Laos et au nord-est de la Thaïlande, présentent cette configuration où des populations mobiles et une population locale se côtoient quotidiennement dans un environnement familier. Les gens effectuent allers et retours entre ces deux villes pour diverses raisons qui rythment la vie quotidienne des centres urbains : affaires, travail, commerce, sorties, visites de famille ou participation à des fêtes et autres festivals. C’est précisément cette proximité qui constitue un terrain favorable à une activité sexuelle moins vigilante. Des rapports semblent montrer que le nombre de femmes engagées dans une activité sexuelle commerciale est en progression à Savannakhet. En 1999, elles étaient environ 900 dans la province du même nom, contre environ 300 dans la province de Mukdahan42.

  • 43 Chris Lettlyton et Amorntip Amarapibal, 2002, p. 515.

37L’ouverture économique des frontières et le développement des échanges commerciaux entre les deux pays, conjugués avec de plus grandes opportunités d’éducation pour les femmes thaïlandaises, ont en partie favorisé la progression du nombre de prostituées laotiennes en Thaïlande. Les Laotiennes sont, en quelque sorte, venues combler le vide laissé par leurs homologues thaïlandaises dans l’industrie du sexe. Mais à côté de ces facteurs socioéconomiques, il faut aussi relever des causes culturelles et psychologiques. Aux yeux des hommes thaïlandais qui fréquentent des prostituées au Laos, les femmes laotiennes présentent deux caractéristiques contradictoires qui en font des objets de désir uniques : elles sont à la fois différentes, perçues comme « exotiques » ; mais elles sont aussi assez familières pour susciter un sentiment de sécurité. Autrement dit, les femmes laotiennes « figurent l’Autre érotiquement ; [mais] elles ne représentent pas l’Autre comme vecteur menaçant de transmission du virus. On peut leur faire confiance, elles appartiennent à la même famille, à la même communauté43 ».

4 - Commerce et trafic : exemple du bois

  • 44 « Voice of Vietnam », 26 janvier 2002, in BBC Monitoring International Reports, 29 janvier 2002.

38Accords de commerce bilatéraux et projets de triangle de croissance se traduisent en Asie du Sud-Est par des procédures simplifiées aux frontières et par la construction d’infrastructures (routes, centres d’immigration et de douanes). Ces nouvelles procédures ont considérablement stimulé la circulation des biens et des personnes, mais aussi du volume d’échanges indésirables : contrebande, trafics de drogue, de pierres précieuses, d’animaux, etc. Ces trafics de produits licites et illicites sont synonymes de pertes de revenus, mais aussi de risques accrus d’instabilité aux frontières (voir encadré ci-desssous) et, implicitement, de défis à la capacité des États de faire régner l’ordre et la sécurité. C’est sans doute pourquoi, lors du deuxième sommet informel entre le Laos, le Viêt Nam et le Cambodge en janvier 2002 à Hô Chi Minh-Ville, priorité fut donnée au « renforcement de l’ordre social et de la sécurité dans les zones frontalières » en plus du « développement de la coordination de la lutte contre les actes terroristes dans chacun des pays » et « de la coopération pour contenir les crimes internationaux et les trafics illégaux44 ». En dehors des priorités économiques, la stabilité politique et la sécurité nationale constituent en effet les autres impératifs des dirigeants cambodgiens, laotiens et vietnamiens.

Contrebande
Des centaines de contrebandiers ont pris d’assaut un des points de passage frontalier du Viêt Nam avec le Laos, blessant six douaniers vietnamiens, tandis que les trafiquants traversaient la frontière en force. Cette attaque s’est déroulée le mardi 16 février 2002 au poste de contrôle de Keo Neua. Les attaques des douaniers et autres services de sécurité à cette frontière sont devenues routinières et les contrebandiers recourent à des méthodes de plus en plus violentes pour faire passer leurs chargements lucratifs.
Source : adapté de The Nation, Bangkok, 19 avril 2002.

  • 45 Eric Tagliacozzo, « Border Permeability and the State in Southeast Asia: Contraband and Regional S (...)
  • 46 Mathieu Guérin, Andrew Hardy, Nguyen Van Chinh et Stan Tan Boon Hwee, 2003, p. 237 et 234.

39Le commerce international, légal et (surtout) illégal, du bois figure parmi les plus lucratifs de la région. Des Philippines au Viêt Nam, les compagnies munies de concessions et/ou les trafiquants transportent des tonnes de troncs d’arbres sur des camions à travers les frontières. Les grumes sont parfois réexportées par bateaux vers des pays d’Asie de l’Est (Taïwan, Japon). Trois sites majeurs sont particulièrement touchés par les coupes sauvages de bois : la frontière birmano-thaïlandaise, l’île de Bornéo (partagée entre la Malaisie et l’Indonésie) et le Cambodge45. Là, le retour à la paix a ouvert la voie aux compagnies forestières des pays voisins (Thaïlande, Malaisie et Viêt Nam) dont la couverture forestière a été réduite à une peau de chagrin sous les coups d’une exploitation effrénée. Mais les prévisions sont d’ores et déjà alarmantes : en mai 1998, la Banque mondiale estimait qu’au rythme de coupe observé en 1997-1998, l’ensemble des forêts exploitables du Cambodge disparaîtrait avant 200346 et il semble bien que la prévision ne soit guère loin de s’être réalisée.

  • 47 Bouahong Phantanousy, « The Experience of the Shifting Cultivation Stabilization Programme of the (...)

40En 1940, on estimait que la forêt recouvrait 70 % de la surface du Laos. Une vingtaine d’années plus tard, cette couverture avait diminué pour se situer aux alentours de 64 %47. Sans nul doute, les bombardements américains sur la partie orientale du Laos durant la guerre d’Indochine ont gravement porté atteinte à l’environnement. Mais depuis les années 1980, les causes de la déforestation sont à chercher ailleurs. Comme au Viêt Nam, au Cambodge et en Thaïlande, les autorités laotiennes accusent l’agriculture sur brûlis d’être la principale cause de la déforestation. Qu’elle soit avant tout le fait de populations dites « minoritaires » renforce probablement la conviction chez certains que ces pratiques agricoles sont « primitives » et « destructrices » (la corrélation est souvent, voire systématiquement établie). La surface de riz cultivée selon les techniques itinérantes du ray a pourtant diminué, passant de 245 877 hectares en 1990 à 115 800 en 1999, soit une réduction de plus de moitié (sur un total de surface cultivée de 4,7 millions d’hectares). On notera cependant que les populations incriminées se sont précisément illustrées pendant des siècles par leur capacité à vivre en harmonie avec leur milieu.

  • 48 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangè (...)
  • 49 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangè (...)
  • 50 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangè (...)
  • 51 Anonyme, « Aspects of Forestry Management in the Lao People’s Democratic Republic », in Watershed,(...)
  • 52 Frédéric Durand, Les Forêts en Asie du Sud-Est, recul et exploitation, L’Harmattan, coll. Recherch (...)

41On impute aussi la déforestation aux coupes de bois pour l’usage domestique (2,5 m ³ par personne par an), aux feux de forêts, au défrichement destiné à accroître les cultures pérennes (principalement par les paysans des plaines) et, bien sûr, aux activités des compagnies forestières. Le cumul de ces facteurs entraînerait un taux de déforestation variant entre 0,3 % et 2 % par an au Laos. En 1989, une enquête annonçait que la surface boisée s’élevait à 47 %, ce qui indique un taux moyen annuel de déboisement de 0,8 %. En fait, il pourrait être beaucoup plus élevé48. La Mekong River Commission a, quant à elle, estimé que le taux de déforestation se situait aux alentours de 54 047 hectares par an entre 1993 et 199749. À ce rythme, certains experts prédisent que le couvert forestier du pays tomberait au-dessous des 35 % d’ici 202050. Une estimation plus récente l’évaluait déjà à 40 % en 1997. Ce chiffre suscita la colère du gouvernement qui fit interdire la distribution du rapport51. Pour autant, il n’est même pas certain que le document ait révélé l’ampleur réelle du problème, dans la mesure où les critères mêmes de définition de la « forêt » mériteraient d’être questionnés, certains organismes estimant qu’il faudrait y inclure aussi de simples savanes52.

42Au cours de ces dernières années, un groupe de fonctionnaires et de travailleurs étrangers au Laos confiaient, sous couvert d’anonymat, leur inquiétude devant ce qu’ils décrivaient comme une véritable « liquidation » des ressources forestières du pays :

  • 53 Anonyme, « Aspects of Forestry Management in the Lao People’s Democratic Republic », in Watershed,(...)

« Un jour comme tous les autres en 1999, on a observé les allées et venues sur la frontière à Thakhek [capitale de la province de Khammouane, au Centre du Laos, située sur les rives du Mékong]. On a compté 69 camions chargés de pièces de bois débité et de contreplaqué qui attendaient le ferry pour traverser le fleuve vers la Thaïlande. Pour les résidents, ce flux n’était en rien inhabituel […]. Des scènes similaires ont été enregistrées à la même période sur les postes de frontière avec la Thaïlande et le Viêt Nam, y compris à Chong Mek, dans la province de Champassak [au sud-ouest du Laos], à Lao Bao [sur la frontière avec le Viêt Nam] dans la province de Savannakhet, et à Nam Phao, village de la province de Borikhamsay [au centre du Laos]. Des preuves supplémentaires du gaspillage des ressources forestières ont été recueillies dans la province de Savannakhet. Les quotas de coupe de bois avaient été fixés en moyenne à 15 000 m3 par an au milieu des années 1980, mais en [1999], le quota grimpa à plus de 100 000 m353 ».

  • 54 Concernant les trois premiers facteurs, voir Banque mondiale, Swedish International Development Ag (...)
  • 55 Andrew Walker, 1999, p. 166.

43La pression démographique et la transition vers une économie de marché exigent une gestion rigoureuse des ressources naturelles (surtout avec la question de la propriété foncière). Cependant, avec l’arrivée de nouveaux entrepreneurs dans le domaine de l’exploitation forestière, les populations vivant sur les hautes terres se retrouvent confrontées à des intérêts qui les dépassent. Depuis le milieu des années 1990, les causes de la déforestation se complexifient. La mise en œuvre de programmes de construction d’infrastructures (routes et surtout barrages hydroélectriques), de développement rural et de conversion de forêts en cultures permanentes (soit un total de 3 035 000 m3 de surface de forêts convertis entre 1990 et 1999, équivalent à 57,5 % du total de la production de bois de sciage sur la même période, dont 2 078 000 m3 au cours de la période de 1995 à 1999), implique l’abattage d’arbres. Il faut en tout cas rappeler que les coupes sont insuffisamment contrôlées54. Dans cette nouvelle dynamique de destruction (il y a environ vingt ans, seulement 6 000 m3 de bois de sciage étaient exportés chaque année55), on a un peu l’impression que les essarteurs assument le difficile rôle de boucs émissaires…

Provenances des coupes de bois (1990-1999)

Provenances des coupes de bois (1990-1999)

* Conversion du couvert forestier en surfaces non-forestières : développement des infrastructures (routes et barrages), agriculture (cultures permanentes) et développement rural.
Sources : d'après la Banque mondiale, Agence internationale de dévelopement suèdoise (AIDS), ministère des Affaires étrangères (Finlande), Lao People's Democratic Republic Production Forestry Policy. Status and Issues for Dialogue, 11 juin 2001, vol. 1, Main Report, http://lnweb18.worldbank.org/​eap/​eap.nsf/​Countries/​Lao+PDR/​D1A79F3F47B5DCA585256AEF005062A7?OpenDocument (mai 2004), p. 8.

  • 56 Philip Hirsch, 2002, p. 155.

44La construction de barrages hydroélectriques, dont les projets se sont multipliés depuis le milieu des années 1990, est particulièremment destructrice. La mise en eau du futur réservoir nécessite le « nettoyage » de la zone, par le défrichement de la forêt et l’expropriation des populations. Dans certains cas, les coupes de bois sont opérées avant que le projet de construction ne soit même garanti, comme pour le barrage de Nam Theun II. En 1990, soit près de 13 ans avant que le contrat ne soit signé, la Bolisat Phatthana Khet Phudoi [Compagnie de développement des régions montagneuses], société contrôlée par l’armée, lançait déjà des coupes de bois sélectives, avant de les pousser à grande échelle dès 199456. Les études d’impact sur l’environnement du futur barrage ne risquaient plus de conclure à un danger pour la faune et la flore, celles-ci ayant déjà disparu. Les experts se sont donc retrouvés devant le fait accompli et ne pouvaient plus vraiment soulever d’objections solides à la poursuite du projet…

Volume de coupes de bois (1965-1999)

Période

Coupes de bois industrielles (m³)

1965-69

391 662

1970-74

518 416

1975-79

505 624

1980-84

786 839

1985-89

911 000

1990-94

1 987 000

1995-99

3 291 869

Sources : d'après la Banque mondiale, Agence internationale de dévelopement suèdoise (AIDS), ministère des Affaires étrangères (Finlande), Lao People's Democratic Republic Production Forestry Policy. Status and Issues for Dialogue, 11 juin 2001, vol. 1, Main Report, http://lnweb18.worldbank.org/​eap/​eap.nsf/​Countries/​Lao+PDR/​D1A79F3F47B5DCA585256AEF005062A7?OpenDocument (mai 2004), p. 7.

  • 57 Bad, Key Indicators of the Lao People’s Democratic Republic, www.adb.org/LaoPDR, (mai 2004).

45Les revenus des exportations des produits du bois se sont élevés à 98 millions de dollars en 2001, dépassant leur niveau de 1995 (88 millions de dollars) après avoir connu un pic en 1998 où leurs ventes ont généré plus de 115 millions de dollars, loin devant les secteurs de l’habillement (70 millions de dollars) et de l’électricité (67 millions)57. En 2003, le bois s’est inscrit au 3e rang des recettes après les secteurs de l’électricité (106 millions de dollars) et de l’habillement (100 millions), et devant le café (5 millions).

  • 58 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangè (...)

46D’aucuns ont montré qu’entre 1994 et 1998, le gouvernement n’a encaissé qu’une partie des royalties issues de la vente de bois transformé. En fait, la contribution de ces recettes au budget de l’État a continuellement diminué depuis le milieu des années 1990, passant de 20 % du total des recettes fiscales en 1994-1995 à 12 % en 2002 du fait d’un système de collecte peu efficace qui s’est cumulé à une évolution défavorable des prix du bois58.

Part payée par les exploitants forestiers au budget de l'État

Année

1994-1995

1995-1996

1996-1997

1997-1998

Pourcentage des royalties estimés payés

49 %

37 %

66 %

32 %

Sources : d'après anonyme, « Aspects of Forestry Management in the Lao PDR », in Watershed, vol. 5, no 3, mars-juin 2000, p. 57-64.

  • 59 Pour de plus amples détails sur l’historique et les conditions des investissements thaïlandais au (...)
  • 60 Philip Hirsch, 1995, p. 254.
  • 61 Ce monopole fut attribué à trois entreprises d’État, toutes sous contrôle total ou partiel de l’ar (...)

47Les investissements thaïlandais et malaisiens occupent une large place dans l’industrie et le commerce du bois59. Cette forte présence économique de deux pays de la région sur le territoire national au travers de joint-ventures et de franchises vient, dans une certaine mesure étayer la thèse, particulièrement populaire avant la crise de 1997, d’une nouvelle géopolitique régionale de l’environnement où le Laos tiendrait le rôle, peu gratifiant, de « périphérie en ressources pour l’économie thaïlandaise en phase rapide d’industrialisation60 ». Si l’importante part des investissements étrangers est un fait évident, les stratégies des acteurs nationaux, qui bénéficient eux aussi de ce marché très lucratif, sont souvent négligées dans ces analyses. Ainsi, pour démonter la thèse géopolitique d’une domination hégémonique thaïlandaise sur les ressources naturelles régionales, Andrew Walker rappelle que le monopole sur la coupe et la vente de bois aux scieries fut accordé aux compagnies militaires laotiennes dès 1994. On aurait là l’illustration de ce qu’il appelle le « pouvoir de la périphérie » (toujours dans la sphère officielle néanmoins)61.

Quotas annuels et coupes de bois effectives (1994-1999)

Quotas annuels et coupes de bois effectives (1994-1999)

* jusque octobre 1999 seulement.
Sources : d'après la Banque mondiale, Agence internationale de dévelopement suèdoise (AIDS), ministère des Affaires étrangères (Finlande), Lao People's Democratic Republic Production Forestry Policy. Status and Issues for Dialogue, 11 juin 2001, vol. 1, Main Report, http://lnweb18. worldbank.org/eap/eap.nsf/Countries/Lao+PDR/D1A79F3F47B5DCA585256AEF005062A7?OpenDocument (mai 2004), p. 20.

  • 62 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangè (...)

48Le système des quotas constitue un autre levier, majeur, censé permettre au gouvernement de contrôler les exportations de bois. Les volumes annuels de bois de sciage sont en principe fixés et contrôlés par le cabinet du Premier ministre sur la base des propositions du ministère de l’Agriculture et des Forêts, du ministère du Commerce et du Tourisme et du secteur de l’industrie qui, eux-mêmes, fondent leurs rapports sur les informations reçues des autorités provinciales. Les quotas de bois répondent à deux logiques différentes, l’une basée sur les sources (forêts exploitables, accompagnement de zones de développement des infrastructures, conversion en surface agricole ou développement rural) et l’autre sur les objectifs (développement des industries nationales et exportations). Ils dépendent de trois paramètres : le potentiel exploitable de la forêt, les besoins en ressources naturelles de l’industrie et ceux, financiers, du gouvernement. Cependant, les services de l’agriculture et des forêts dans les provinces et les districts se sont plaints d’un manque de concertation62. D’aucuns suggèrent en fait que le calcul du niveau des quotas se baserait principalement sur les besoins du ministère des Finances en matière de royalties et sur la capacité de production des entreprises forestières d’État et des scieries, sans consultation ou presque, du ministère de l’Agriculture et des Forêts.

  • 63 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangè (...)
  • 64 Anonyme, « Aspects of Forestry Management in the Lao People’s Democratic Republic », in Watershed,(...)
  • 65 Anonyme, « Aspects of Forestry Management in the Lao People’s Democratic Republic », in Watershed,(...)

49Le montant final peut, en outre, varier au cours de l’année si les besoins budgétaires ou de l’industrie nationale l’exigent. En 1998-1999, le quota fut augmenté de 60 %, de 450 000 m3 (en octobre 1998) à 714 000 m3 (en octobre 1999)63. L’allocation des quotas est également curieuse puisque ceux-ci ne donneraient du travail qu’à une fraction minime des scieries laotiennes. Celles-ci ayant proliféré ces dernières années, on peut imaginer que les volumes de bois qu’elles débitent dépassent largement les quotas64. La déforestation illégale pourrait même représenter six fois la quantité de bois coupée légalement65.

50Il faut ici relever qu’au Laos, la distinction entre coupes légales et illégales demeure très floue. Aucun rapport publié ne fait explicitement état de coupes de bois « non autorisées », comme le note le rapport cosigné par la Banque mondiale, la Swedish International Development Agency (SIDA) et le ministère des Affaires étrangères finlandais :

  • 66 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangè (...)

« En fait, chaque activité de coupe au Laos a été autorisée par quelqu’un qui croit, ou prétend, détenir l’autorité. Par exemple, malgré l’interdiction de couper du bois dans les zones de conservation et de biodiversité nationale, les autorités provinciales continuent à délivrer des autorisations. Dans un certain sens, pratiquement toutes les coupes de bois au Laos sont illégales à cause de l’absence de plans de gestion66 ».

  • 67 Vientiane Times, 30 juillet-2 août 1999.
  • 68 Un diplomate étranger, de retour d’un récent voyage sur la frontière lao-vietnamienne (province de (...)
  • 69 La province de Phongsaly, la plus septentrionale du Laos partageant une frontière commune avec la (...)

51Certains voient aussi le bois comme le moyen choisi par le gouvernement de payer ses « dettes de guerre » envers la Chine et surtout le Viêt Nam. Un article paru dans le Vientiane Times il y a quelques années67 mentionnait ainsi l’attribution d’un volume de 90 000 m3 dans le quota de 1998-1999 (ce qui représentait alors 12,5 % du quota total pour le pays) afin d’assurer « le remboursement des dettes » nationales. Cependant, aucun quota de ce type n’est inscrit dans les documents officiels et il est très difficile d’obtenir plus d’informations sur la question68. Le bois utilisé comme mode de paiement, en particulier dans certains secteurs comme la construction (routes et barrages) et l’achat en biens d’équipement (où dominent les compagnies chinoises et vietnamiennes69) est une pratique officiellement interdite depuis 1999, mais aurait toujours cours. Au début de l’année 2003, le gouvernement laotien a décidé d’interdire l’exportation de bois brut. Mais il est encore difficile de savoir dans quelle mesure la réglementation permettra d’effectivement contribuer au ralentissement de ce trafic, dans un contexte marqué par l’insuffisance des contrôles et la perméabilité des frontières.

Une saisie symbolique ?
« Le 18 janvier 2003, une équipe spéciale du département de l’agriculture et des forêts de la municipalité de Vientiane a saisi 99 m3 de bois coupé illégalement alors qu’il était transporté en convoi. Selon l’Agence d’information du Laos [KPL], le bois fut abattu dans la zone de conservation forestière de Sinsay, dans le district de Pak Ngum, par la compagnie vietnamienne Imexco et l’entreprise d’import-export internationale de Borikhamsay. Quelque 17 m3 furent découverts dans un convoi de deux camions et 82 autres m3 dans un convoi séparé de 12 camions. [...]. La compagnie vietnamienne Imexco et l’entreprise d’import-export internationale de Borikhamsay détiennent une concession qui leur permet d’exploiter la sylve à Ban Xienglaina et Ban None, dans le district de Pak Ngum […]. La population vivant dans le parc national Phou Khao Khouay a récemment renseigné les autorités sur la présence de deux compagnies conduisant des coupes de bois illégales. Selon les inspecteurs, la majorité des troncs d’arbre était transportée à 800 mètres du parc Phou Khao Khouay. […] Les fonctionnaires affirment que si le parc national continue à être pillé par des trafiquants de bois, il sera complètement détruit dans les dix années à venir. »
Source : Souphaphone Mixab, « Logging Companies Endanger Future of Conservation Area », in Vientiane Times, 31 janvier 2003.

Notes

1 Cette tendance se retrouve chez les universitaires : Jonathan Rigg et Randi Jerndal déclarent, au milieu des années 1990, que le « Laos n’est plus un coin reculé isolé ». Jonathan Rigg et Randi Jerndal, « Plenty in the Context of Scarcity. Forest Management in Laos », in Michael J. G. Parnwell et Raymond L. Bryant (éds), Environmental Change in Southeast Asia: People, Politics and Sustainable Development, Routledge, Londres-New York, 1996, p. 145.

2 Pour une analyse solide et condensée des relations entre la Chine et l’Asie du Sud-Est, voir Martin Stuart-Fox, A Short History of China and Southeast Asia. Tribute, Trade and Influence, Allen & Unwin, Crows Nest (Australie), 2003, 278 p.

3 Pour plus de détails sur le commerce caravanier entre le sud de la Chine et le nord-ouest de l’Asie du Sud-Est continentale, voir l’excellent article d’Andrew D. W. Forbes, The « “Čīn-Hō” (Yunnanese Chinese) Caravan Trade with North Thailand during the Late Nineteenth and Early Twentieth Centuries », in Journal of Asian History, vol. 21, no 2, 1987, p. 1-47.

4 Andrew Walker, 1999, p. 27-29.

5 Pierre Lefèvre-Pontalis, 1902, p. 154. Le thaang luang signifie « route principale » en thaïlandais.

6 Minorités ethniques du Laos actuel.

7 Andrew Walker, 1999, p. 32.

8 Andrew Walker, 1999, p. 30 et 32.

9 Andrew Walker, 1999, p. 32-33.

10 Andrew Walker, 1999, p. 37.

11 Andrew Walker, 1999, p. 40.

12 Dans cette section, les statistiques sont principalement issues d’un rapport (non publié) préparé par l’ambassade des États-Unis au Laos.

13 Ainsi, malgré leurs richesses, Luang Prabang (l’ancienne capitale royale) et Champassak (temple de Vat Phou, chutes de Khone, plateau des Bolovens...) n’attirent que 5 % des touristes et Xieng Khouang (avec la plaine des Jarres et les villages hmong) que 2 %. Voir Bounthavy Sisouphanthong et Christian Taillard, Atlas de la République démocratique populaire lao. Les Structures territoriales du développement économique et social, CNRS-GDR Libergéo-La Documentation française, Paris, 2000, p. 126.

14 Bounthavy Sisouphanthong et Christian Taillard, 2000, p. 128.

15 Elles constituent même à l’évidence un important facteur de formation des États. Voir Stéphane Dovert, 2001, p. 13-27 et Stéphane Dovert, « La Relation Nord-Sud ou les clés de la construction politique vietnamienne », in Stéphane Dovert et Benoît de Tréglodé (éds), 2004, p. 31-113.

16 Bureau international du travail (BIT), The Social Impact of the Asian Financial Crisis, Bureau international du travail (bureau Asie-Pacifique), Bangkok, 1998, p. 28.

17 The Committee for the Administration of Illegal Migrant Workers in Thailand, www.chula.ac.th/ARCM/registration2001.htm, (26 octobre 2002), 1 page.

18 Projet interinstitutions des Nations unies sur le trafic humain dans la région du sous-Mékong, Overview Paper of Human Trafficking in the Mekong Sub-Region, Vientiane, 25 février 2002, n.p., p. 10. D’après les autorités de la province, plus de 15 000 jeunes sont partis à la recherche d’un emploi en Thaïlande en 1995 (Paul Samrane, Country Report to the National Workshop on Illegal Labour Movements : The Case of Trafficking in Women and Children, ministère de la Justice, Vientiane, 2000).

19 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité de Vientiane et Save the Children (Grande-Bretagne), Listening to the Voice of Young People, Unicef, Vientiane, 1998, p. 64.

20 Union de la jeunesse lao, union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité de Vientiane, Save the Children (Grande-Bretagne), 1998, p. 65.

21 Laurent Chazée, « Executive Summary, Smallholder Development Project, Rural Sociology », mars 2002, communication personnelle, 21 p.

22 Vientiane, 23 mai 2002, entretien avec un consultant étranger travaillant au Laos depuis une dizaine d’années, Vatthana Pholsena.

23 Laurent Chazée, mars 2002.

24 Ministère du Travail et des Affaires sociales, Division du trafic des femmes et des enfants, Trafficking in Women and Children in the Lao People’s Democratic Republic, Initial observations, Projet interinstitutions des Nations unies, Vientiane, 2002, p. 18.

25 Christina Wille, Trafficking in Children into the Worst Forms of Child Labour in Thailand: Rapid Assessment Findings from Four Research Sites along the Thailand-Lao People’s Democratic Republic and Thailand-Burma Border Areas, Bureau international du travail-Programme international des Nations unies pour l’abolition du travail des enfants, Bangkok, 2000, p. 27-28.

26 Christina Wille, 2000, p. 64.

27 Christina Wille, 2000, p. 29.

28 Même si les autorités laotiennes reconnaissent le manque d’emplois pour les jeunes, elles commencent à publiquement dénoncer l’emploi clandestin et le trafic de main-d’œuvre vers la Thaïlande. Voir « Prime Minister Speaks out Against Cross-Border Trade in Lao Youth », in Kao Pasason Lao, 28 janvier 2003.

29 Kritaya Archavanitkul et Pornsuk Gertsawang, Migrant Women from Thailand’s Neighbouring Countries in Thailand’s Commercial Sex Trade, Institute of Population and Social Research, Mahidol University, Nakon Pathom (Thaïlande), 1997, p. 25 [en thaïlandais], cité in Aaron Stern, Thailand’s Migration Situation and its Relations with APEC Members and Other Countries in Southeast Asia, Asian Research Center for Migration (ARCM)-Institute of Asian Studies, université Chulalongkorn, Bangkok, p. 30.

30 Christina Wille, 2000, p. 63.

31 The Nation, 19 octobre 2002.

32 Laurent Chazée, mars 2002.

33 Vientiane Times, 29 octobre 2002.

34 Programme commun des Nations unies sur le sida (Onusida), « Report on the Global HIV/AIDS Epidemic 2002 », in Table of Country-Specific HIV/AIDS Estimates and Data, End 2001, www.unaids.org/, 1 p. (24 octobre 2002).

35 Vientiane Times, 29 octobre 2002.

36 « Can Laos keep Aids at Bay? », in BBC East Asia Today, 30 octobre 2002, http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/asia-pacific/2372307.stm, (31 octobre 2002).

37 James R. Chamberlain, HIV Vulnerability and Population Mobility in the Northern Provinces of the Lao People’s Democratic Republic, Programme commun des Nations unies sur le sida (bureau régional sida en Asie du Sud-Est), Vientiane, avril 2000, p. 12.

38 Vientiane Times, 29 octobre 2002.

39 Voir par exemple, J. Decosas, F. Kane, J. K. Anarfi, K. D. R. Sodji et H. U. Wagner « Migration and AIDS », in Lancet, vol. 346, no 8 978, 1995, p. 826-828.

40 Ronald Skeldon, Population Mobility and HIV Vulnerability in SEA : An Assessment and Analysis, Programme commun des Nations unies sur le sida (bureau régional sida en Asie du Sud-Est), Bangkok, 2000, p. 12.

41 Ronald Skeldon, Population Mobility and HIV Vulnerability in SEA : An Assessment and Analysis, PNUD Asie du sud-est, Projet de développement et de VIH, Bangkok, 2000, p. 12.

42 Chris Lyttleton et Amorntip Amarapibal, « Sister Cities and Easy Passage: HIV, Mobility and Economies of Desire in a Thai/Lao Border Zone », in Social Science & Medicine, no 4, février 2002, p. 514.

43 Chris Lettlyton et Amorntip Amarapibal, 2002, p. 515.

44 « Voice of Vietnam », 26 janvier 2002, in BBC Monitoring International Reports, 29 janvier 2002.

45 Eric Tagliacozzo, « Border Permeability and the State in Southeast Asia: Contraband and Regional Security », in Contemporary Southeast Asia, vol. 23, no 2, août 2001, p. 262-263.

46 Mathieu Guérin, Andrew Hardy, Nguyen Van Chinh et Stan Tan Boon Hwee, 2003, p. 237 et 234.

47 Bouahong Phantanousy, « The Experience of the Shifting Cultivation Stabilization Programme of the Department of Forestry », in Dirk van Gansberghe et Rio Pals (éds), Shifting Cultivation Systems and Rural Development in the Lao People’s Democratic Republic: Report of the Nabong Technical Meeting, Lao People’s Democratic Republic, Actes du colloque (Vientiane, 14-16 juillet 1993), Nabong Agriculture College Project-UNDP, Vientiane, 1994, 274 p.

48 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), Lao People’s Democratic Republic Production Forestry Policy. Status and Issues for Dialogue, volume 1, Main Report, 11 juin 2001, 52 p., http://lnweb18.worldbank.org/eap/eap.nsf/Countries/Lao+PDR/D1A79F3F47B5DCA585256AEF005062A7?OpenDocument, (consulté en mai 2004).

49 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), 11 juin 2001, 52 p.

50 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), 11 juin 2001, p. 6.

51 Anonyme, « Aspects of Forestry Management in the Lao People’s Democratic Republic », in Watershed, vol. 5, no 3, mars-juin 2000, p. 57.

52 Frédéric Durand, Les Forêts en Asie du Sud-Est, recul et exploitation, L’Harmattan, coll. Recherches asiatiques, Paris, 1994, 412 p.

53 Anonyme, « Aspects of Forestry Management in the Lao People’s Democratic Republic », in Watershed, vol. 5, no 3, mars-juin 2000, p. 58.

54 Concernant les trois premiers facteurs, voir Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), 11 juin 2001, p. 6.

55 Andrew Walker, 1999, p. 166.

56 Philip Hirsch, 2002, p. 155.

57 Bad, Key Indicators of the Lao People’s Democratic Republic, www.adb.org/LaoPDR, (mai 2004).

58 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), 11 juin 2001, p. 10.

59 Pour de plus amples détails sur l’historique et les conditions des investissements thaïlandais au cours de la décennie 1990, voir Andrew Walker, 1999, p. 166-170. En 2000, les exportations de bois et produits du bois vers la Thaïlande ont atteint un montant de 61 millions de dollars, soit 75,9 % du montant total du bois brut et transformé exporté cette année-là (contre 13,9 % vers le Japon, 5,1 % vers la Chine, 2,9 % vers Taiwan et 1,5 % vers l’Union européenne). Voir Organisation de développement industriel des Nations unies (Odinu) et ministère de l’Industrie et de l’Artisanat, Composition and Evolution of Lao People’s Democratic Republic’s External Trade, Organisation de développement industriel des Nations unies (Odinu), Vientiane, 2002, p. 31. On notera toutefois l’absence du Viêt Nam parmi les pays importateurs.

60 Philip Hirsch, 1995, p. 254.

61 Ce monopole fut attribué à trois entreprises d’État, toutes sous contrôle total ou partiel de l’armée laotienne : la Bolisat Phatthana Khet Phudoi, la compagnie de développement de l’agriculture et des forêts intégrées (plus connue sous le nom de Dafi) et la compagnie de services généraux et de l’import-export du développement de l’agriculture et des forêts. Pour plus de détails sur ces compagnies, voir Andrew Walker, 1999, p. 178-180.

62 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), 11 juin 2001, p. 19.

63 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), 11 juin 2001, p. 20.

64 Anonyme, « Aspects of Forestry Management in the Lao People’s Democratic Republic », in Watershed, vol. 5, no 3, mars-juin 2000, p. 59.

65 Anonyme, « Aspects of Forestry Management in the Lao People’s Democratic Republic », in Watershed, vol. 5, no 3, mars-juin 2000, p. 64.

66 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), 11 juin 2001, p. 40.

67 Vientiane Times, 30 juillet-2 août 1999.

68 Un diplomate étranger, de retour d’un récent voyage sur la frontière lao-vietnamienne (province de Khammouane) rapporta le passage d’un nombre impressionnant de camions chargés de troncs d’arbre à destination du port de Danang. Ils pourraient avoir été destinés à l’exportation vers le Japon (Vientiane, avril 2002, communication personnelle, Vatthana Pholsena).

69 La province de Phongsaly, la plus septentrionale du Laos partageant une frontière commune avec la Chine, délivra un quota supplémentaire de 20 000 m3 pour l’année budgétaire 1998-1999, dans le cadre d’un accord de transaction avec une compagnie chinoise chargée de la construction d’une route. Le quota total de la province de Phongsaly s’élevait à peine à 1 500 m3 l’année précédente. Voir Southavilay Thongleua et T. Castren, Timber Trade and Wood Flow Study: Country Report - Lao People’s Democratic Republic. Poverty Reduction and Environmental Management in Remote Greater Mekong Subregion Watershed (Phase I), Vientiane, 1999, p. 26.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Motivations à l'émigration des adolescents
Légende Sources : d'après Christina Wille, Trafficking in Children into the Worst Forms of Child Labour in Thailand: Rapid Assessment Findings from Four Research Sites along the Thailand-Lao PDR and Thailand-Myanmar Border Areas, Bureau international du travail, Programme international sur l'élimination du travail des enfants, Bangkok, 2000, p. 23 et 25.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Provenances des coupes de bois (1990-1999)
Légende * Conversion du couvert forestier en surfaces non-forestières : développement des infrastructures (routes et barrages), agriculture (cultures permanentes) et développement rural.Sources : d'après la Banque mondiale, Agence internationale de dévelopement suèdoise (AIDS), ministère des Affaires étrangères (Finlande), Lao People's Democratic Republic Production Forestry Policy. Status and Issues for Dialogue, 11 juin 2001, vol. 1, Main Report, http://lnweb18.worldbank.org/​eap/​eap.nsf/​Countries/​Lao+PDR/​D1A79F3F47B5DCA585256AEF005062A7?OpenDocument (mai 2004), p. 8.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Quotas annuels et coupes de bois effectives (1994-1999)
Légende * jusque octobre 1999 seulement.Sources : d'après la Banque mondiale, Agence internationale de dévelopement suèdoise (AIDS), ministère des Affaires étrangères (Finlande), Lao People's Democratic Republic Production Forestry Policy. Status and Issues for Dialogue, 11 juin 2001, vol. 1, Main Report, http://lnweb18. worldbank.org/eap/eap.nsf/Countries/Lao+PDR/D1A79F3F47B5DCA585256AEF005062A7?OpenDocument (mai 2004), p. 20.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search