Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Laos au XXIe siècle

 | 
Ruth Banomyong
, 
Vatthana Pholsena

Chapitre 4. Les réalités d’un État sous-développé

Texte intégral

1 - Les chiffres-clés de l’économie laotienne

  • 1 En août 1987, le Laos et la Thaïlande s’affrontèrent dans un conflit frontalier court mais sanglan (...)
  • 2 Bureau des statistiques nationales laotiennes, Lao Census, Bureau des statistiques nationales laot (...)
  • 3 Selon un document délivré par le gouvernement laotien au moment de la conférence de l’Asean à la C (...)

1La République démocratique populaire lao est le seul pays d’Asie du Sud-Est sans accès direct à la mer. Le pays partage des frontières avec le Cambodge (541 km) au sud, la Chine (423 km) au nord, la Birmanie (235 km) au nord-ouest, la Thaïlande (1 754 km) à l’ouest, et le Viêt Nam (2 130 km) à l’est. La démarcation de ses frontières communes avec le Cambodge et le Viêt Nam est en phase finale de négociation ; des problèmes persistent avec la Thaïlande, celle-ci ayant mal accepté que le Laos puisse réclamer une délimitation sur la base de cartes géographiques datant de la période coloniale française1. Le pays possède une superficie de 236 800 km2, équivalente à celle de la Grande-Bretagne. Il est doté de ressources naturelles abondantes avec une couverture forestière encore étendue et un potentiel hydroélectrique important. Sa population a été estimée à 5 777 180 habitants en juillet 2002, avec une densité d’à peine 23 habitants au km2 (la plus faible de la région). Le Laos est jeune, la tranche des moins de 20 ans représentant plus de 55 % de la population totale2. La croissance démographique est la plus importante en Asie du Sud-Est avec un taux de plus de 2,8 % par an. Le produit intérieur brut est évalué à 370 dollars par habitant, avec une augmentation de 2,1 % par an3. Ce taux peut paraître satisfaisant, mais il est relativement décevant au regard du potentiel et des atouts de l’économie laotienne, telles que les reserves de bois ou d’hydroéléctricite.

  • 4 Les indicateurs du développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud (...)
  • 5 Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), 2003.

2En 2003, le Laos a été classé au 135e rang sur 175 par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) en matière de développement humain4. Le pays présente de nombreux symptômes caractéristiques du sous-développement, avec sa forte croissance démographique, son niveau sanitaire médiocre et ses infrastructures économiques et sociales très réduites. Bien que l’éducation primaire soit obligatoire, le taux d’alphabétisation des adultes n’était que de 65,6 % pour l’ensemble de la population en 2001 (et de 54,4 % pour les femmes)5. De plus, l’inflation et la forte dépréciation du kip durant ces cinq dernières années ont entraîné l’augmentation du coût des équipements, des fournitures scolaires, mais aussi des médicaments, ce qui affecte les niveaux de santé et d’éducation. Bien que l’éducation et les services de santé de base soient gratuits, les besoins de la population sont donc loin d’être satisfaits. Il est évident que le manque de fonds publics freine sérieusement le développement des écoles, des universités et des hôpitaux. Les infrastructures économiques ne sont pas encore suffisamment développées pour permettre un accroissement des revenus de l’État au moyen d’un système de taxations directes et indirectes.

3Appartenant à la catégorie des pays les moins avancés (PMA) comme la Birmanie et le Cambodge dans la région, le Laos n’a pas été épargné par le ralentissement mondial provoqué par la crise financière et économique qui a ébranlé la région en 1997. Par ailleurs, il reste un pays principalement agraire. L’agriculture, la sylviculture et la pêche constituent plus de la moitié de son produit intérieur brut. Plus de 85 % de la population vit en milieu rural. Toutefois, l’industrie occupe une place croissante, notamment grâce à l’émergence du secteur de la confection et aux exportations d’électricité vers la Thaïlande. À long terme, le secteur secondaire occupera une part de plus en plus importante dans l’économie laotienne, compte tenu des potentiels hydroélectriques et miniers du pays. Le secteur des services, en particulier les activités liées au tourisme et au commerce, compte aujourd’hui pour un quart du produit intérieur brut.

Les composantes du PIB

Les composantes du PIB

Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 1.

4Le Laos est souvent désigné comme un État « éponge » sur lequel l’aide internationale coule à haut débit : plus de 250 millions de dollars par an depuis 1990, soit près de 20 % du produit intérieur brut et environ 50 dollars par habitant. C’est le montant le plus élevé en Asie du Sud-Est. En outre, entre son adhésion à la Banque asiatique de développement en 1966 et la fin de l’année 2001, le Laos a reçu plus de 950 millions de dollars de prêts de la Bad.

Projets financés par la Bad depuis 1966

Secteurs

Nombre de projets

Millions de dollars

 %

Transports et communications

11

304

31,9

Infrastructure sociale

14

228,4

24

Énergie

13

223,3

23,4

Agriculture et ressources naturelles

11

126,8

13,3

Finances

2

50

5,3

Multi-secteur

1

20

2,1

TOTAL

52

952,5

100

Sources : d'après la Banque asiatique de développement, Asian Development Bank's Annual Report 2002, Bad, Manille, 2003, p. 14.

  • 6 Banque mondiale, Lao Logistics Development and Trade Facilitation in Lao People’s Democratic Repub (...)

5La part du commerce extérieur est relativement faible, à hauteur d’environ 50 % à 60 % du produit intérieur brut, contre 85 % en Thaïlande et plus de 90 % au Viêt Nam6. Le marché intérieur du Laos est lui aussi très réduit par rapport à celui de ses voisins, en particulier la Chine, la Thaïlande et le Viêt Nam. La majeure partie de l’activité économique du pays est en effet confinée le long du couloir du Mékong. Il faut néanmoins prendre en compte les échanges illégaux, qui représentent une part importante du commerce des légumes, du riz, des biens de consommation et du bois. De plus, une partie de l’approvisionnement des ménages, surtout en milieu urbain, se fait en Thaïlande même, dans les villes frontalières. Il n’est donc pas comptabilisé. Enfin, les va-et-vient des villageois laotiens et thaïlandais entre les deux rives du Mékong, s’ils ne trompent personne, échappent malgré tout aux régulations douanières et aux autres politiques de taxation, pour peu que l’activité demeure discrète et ne dépasse pas une certaine échelle. En 2002, la Banque mondiale a estimé que le secteur informel représentait au moins la moitié du produit intérieur brut du Laos et que l’économie laotienne était par conséquent beaucoup plus ouverte et perméable qu’elle n’y paraissait. Le commerce illégal n’est pas limité aux seuls produits importés au Laos. La contrebande concerne aussi le bois ou encore l’ail qui sont exportés vers la Thaïlande, mais aussi des produits de transit en provenance de celle-ci et à destination d’autres pays de la région.

6D’aucuns estiment d’ailleurs que le système de distribution dans le secteur informel est très performant, compte tenu du fait que la contrebande doit pouvoir satisfaire les demandes des clients tout en contrôlant les coûts d’approvisionnement. Le système est si efficace que la population laotienne peut acquérir des produits thaïlandais en même temps que les consommateurs thaïlandais, même s’il lui faut payer un prix sensiblement plus élevé. Cela concourt d’ailleurs à expliquer pourquoi les distributeurs légaux de produits de consommation au Laos ne parviennent pas à augmenter rapidement leur chiffre d’affaire alors que la demande domestique s’accroît. De fait, ils sont le plus souvent impuissants face à la concurrence des réseaux de distribution parallèles.

Des moyens statistiques limités
Le réseau informatique du Bureau de statistiques nationales a été installé en 1995 grâce à des fonds suédois. Il possède actuellement quatre serveurs et 52 stations clients. Un des serveurs a été fourni par la division statistique des Nations unies. Le bureau ne dispose que de quatre lignes téléphoniques et n’est encore connecté ni aux provinces ni au réseau Internet. Il possède une section informatique de cinq techniciens, mais ces derniers n’ont pas véritablement de qualification en informatique. Un site Internet est en phase de développement grâce au soutien technique de l’Asean, mais la structure manque de personnel qualifié qui saurait le développer, le maintenir et le gérer. En outre, le Bureau de statistiques nationales est inquiet du manque de moyens et de compétence de son personnel vis-à-vis de la protection du futur site et de sa base de données.
Source : Vientiane, 2002, communication personnelle avec le Bureau de statistiques nationales, Ruth Banomyong.

7Les indicateurs économiques sont donc à prendre avec précaution. La perméabilité des frontières, mais aussi l’incidence de grands projets hydroélectriques, masquent les réalités des flux d’exportations et d’importations. De plus, la collecte de statistiques au Laos laisse souvent à désirer malgré l’existence d’un Bureau de statistiques nationales au sein du Comité pour la planification et la coopération. Les statistiques entre administrations laotiennes se contredisent souvent et personne n’est vraiment sûr de leur validité. Ce système n’est pas intégré et les administrations qui se trouvent à Vientiane travaillent plus sur des estimations que sur de réelles données. Il est pourtant intéressant de noter que certains organismes, tels que les douanes, disposent de statistiques relativement précises. Mais là aussi, les données ne sont pas centralisées et restent confinées au lieu d’être collectées. Par conséquent, des doutes demeurent quant à la fiabilité des chiffres publiés par le gouvernement laotien et, faute de sources alternatives, il est difficile, voire impossible, de trouver des statistiques cohérentes sur le Laos... Il faut ici relever que les rapports des Nations unies, de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international ou de la Banque asiatique de développement sont basés sur les chiffres fournis par le gouvernement, modulés ensuite par les experts de ces organisations. Si le traitement est sans aucun doute de qualité, les données initiales sont fautives, ce qui rend toute analyse difficile…

Croissance des composantes du PIB

Croissance des composantes du PIB

Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 1.

8La croissance économique en l’an 2001 a grimpé jusqu’à 5,5 %, marquant une légère baisse par rapport à 2000 (5,9 %), mais une amélioration par rapport à 1999 (5,2 %). La production agricole progresse et l’environnement macroéconomique est plus stable depuis la crise financière asiatique de 1997. Le secteur primaire, qui représente plus de la moitié du produit intérieur brut, varie très fortement en fonction des récoltes. Ces évolutions erratiques traduisent clairement l’impact des aléas climatiques sur les rendements, mais aussi les conséquences d’une technologie agricole encore très rudimentaire. La crise financière qui a éclaté en Thaïlande en 1997 a retardé le démarrage de plusieurs projets d’investissements hydroélectriques au Laos. Malgré tout, la croissance industrielle, soutenue par le début des travaux dans les mines d’or et de cuivre de la province de Savannakhet au sud du Laos, continue d’augmenter, accélérée en outre par les exportations de vêtements vers l’Union européenne (bien que les exportations de vêtements du Laos aient perdu en 1995 leur accès préférentiel à l’Europe, il fut rétabli à la fin de l’année 1997). Si le projet hydroélectrique de Nam Theun II procède comme prévu (voir infra), les activités dans le secteur de la construction augmenteront de manière significative jusqu’à l’achèvement du barrage.

9Le secteur des services s’est accru de plus de 6,4 % grâce au soutien du tourisme et de l’immobilier, et ce malgré les très faibles résultats des services financiers. La part du secteur industriel et artisanal continue d’augmenter malgré l’impact de la crise économique de 1997.

2 - Un pays financièrement sous-développé

Système bancaire

10Le rapport de la masse monétaire par rapport au produit intérieur brut n’est que de 13 %, ce qui démontre la faiblesse du système financier formel. Si ce chiffre n’inclut pas le montant des devises étrangères dans le système bancaire, il révèle néanmoins les limites de la marge de manœuvre du gouvernement dans sa politique de contrôle de la stabilité macroéconomique. Le système financier formel est limité aux banques de commerce et aux bons du Trésor. Outre la Banque centrale du Laos, deux banques d’État, deux banques de joint-venture et sept agences de banques étrangères, en majorité thaïlandaises, se partagent le marché. La Banque centrale réglemente les taux d’intérêt pour les découverts et les crédits documentaires. Depuis 1995, les taux d’intérêt pour les dépôts et les prêts suivent les mécanismes du marché financier laotien, à l’exception des périodes de crises financières durant lesquelles la Banque centrale réglemente ces taux.

11Les trois banques de commerce d’État (Banque du commerce extérieur du Laos, Lao Mai et Lan Xang) ont été créées à la suite de la fusion de sept banques qui, à l’origine, constituaient le système bancaire du pays.

  • 7 Banque mondiale, 2002.

12Ces dernières avaient hérité de plusieurs mauvaises créances sous la période de l’économie planifiée et leurs fonds propres n’étaient pas suffisants. Elles furent recapitalisées en 1994 grâce à un virement de cinq millions de dollars concédés sous forme de prêt par la division de gestion de capitaux du ministère des Finances. Ce transfert n’ayant pas totalement résolu le problème de sous-capitalisation, la décision fut prise de fusionner ces sept banques en trois institutions en 1998. Mais faute de nouvelle recapitalisation, ces banques se retrouvent à présent insolvables, affectées par environ 50 millions de dollars de prêts non-performants, soit, en 1999, 60 % des prêts. De plus, une large majorité de ceux-ci excédaient les 100 millions de dollars7. En 2003, le FMI estimait le taux de prêts non-performants à environ 90 %. Bien que la Banque centrale du Laos s’efforce de le cacher, environ quatre cinquièmes des banques publiques sont aujourd’hui non-performantes. Ce taux alarmant s’explique par le fait qu’une partie significative des prêts sont politiquement motivés plutôt que financièrement justifiés.

13Aux termes d’un accord avec le Fonds monétaire international, les trois banques d’affaires publiques font actuellement l’objet d’audits et n’accordent plus de prêts aux clients déjà classés dans la catégorie des débiteurs « non-performants ». Un plan de restructuration a été convenu, comprenant la fusion des banques Lao Mai et Lan Xang, rendue effective depuis avril 2003.

14Structurée en joint-venture, la Banque du commerce extérieur du Laos est associée à la Banque pour le développement industriel du Viêt Nam. La première est détenue à 100 % par le ministère des Finances. Ses activités comprennent la finance commerciale, qui fournit des services tels que lettres de crédit pour l’import-export. Environ 90 % de ses capitaux sont libellés en devises étrangères, principalement en dollars américains. Pour ouvrir les lettres de crédit, la Banque du commerce extérieur exige une garantie en espèces de 100 % du montant demandé. Il n’est donc guère surprenant de constater que les exportateurs préfèrent utiliser les services financiers des banques étrangères. La règle imposée par la Banque du commerce extérieur révèle en tout état de cause une certaine méconnaissance des pratiques internationales. La Banque centrale du Laos est liée à des investisseurs thaïlandais privés et les banques étrangères établies entre 1992 et 1994 sont très majoritairement thaïlandaises (six thaïlandaises contre une malaisienne). Les premières se concentrent sur le financement commercial et le prêt aux sociétés pour le fonds de roulement d’exploitation, la dernière s’occupant du financement de la fabrication de vêtements. La Standard Chartered est également représentée à Vientiane. Elle fournit des financements du type offshore.

15La population fait relativement peu confiance aux institutions financières. L’économie repose peu – en fait seulement 15 % – sur des sources de financement formelles (telles que banque ou credit foncier), tandis que dans les autres pays de l’Asean ce taux se rapproche des 100 %. Les prêts se partagent à peu près à parts égales entre le secteur privé et public. Et si 11 % des ménages sont endettés et environ 1 % ont des dépôts en banque, la plupart des emprunts se font au travers des réseaux personnels et/ou des prêteurs sur gages qui demandent des taux d’intérêt très élevés. La majorité des ménages ruraux n’a pas accès aux facilités de crédit à court terme. Le taux d’épargne domestique apparaît par conséquent relativement bas, mais les statistiques n’incluent pas les épargnes en nature, comme les pierres précieuses ou l’or.

16S’il est donc important pour les banques d’augmenter leur crédibilité auprès de la population, la refonte du secteur bancaire piétine. Mais une nouvelle assistance de la Banque mondiale, de la Banque asiatique de développement et du Fonds monétaire international pourraient aider à modifier les pratiques opérationnelles, encadrer les politiques de crédit et améliorer la supervision des banques par la Banque centrale. Ce projet a de très fortes chances d’être accepté par les autorités gouvernementales, la Banque mondiale en ayant fait l’une des conditions indispensables à l’octroi de sa garantie pour le projet de barrage hydroélectrique Nam Theun II (voir infra).

17La mise en place d’un système financier efficace est primordiale pour renforcer l’activité industrielle et agricole du pays. La politique de développement du tissu industriel et agricole est conforme aux objectifs de réduction de la pauvreté du gouvernement, eux-mêmes liés aux demandes du FMI. Vientiane a en vérité une marge de manœuvre restreinte quant à sa politique monétaire et fiscale, en raison des exigences officielles et officieuses posées par les organisations financières multilatérales qui conditionnent leurs prêts à des clauses de libéralisation de l’économie. L’aide financière n’est donc pas sans arrière-pensée. Il est clair que les grandes organisations multilatérales veulent pousser à une ouverture rapide du marché laotien sans toutefois prendre en considération l’adéquation de leurs mesures aux réalités économiques et sociales du pays.

Politique monétaire et fiscale

18Le Fonds monétaire international a imposé une discipline fiscale et une politique monétaire prudente au gouvernement dans l’objectif de soutenir une croissance durable de l’économie. Ses prêts, tout comme ceux de la Banque mondiale, sont conditionnés à l’application des mesures de pilotage macro-économique préconisées par les instituts financiers internationaux. Il est entendu que le FMI fait le point chaque année avec le Laos. Dans ce cadre, une équipe de l’organisme international se rend sur place, collecte les informations économiques et financières, et s’entretient avec les responsables laotiens des politiques et de la situation économique du pays. À son retour au siège de Washington, l’équipe prépare le dossier qui fondera les discussions du conseil exécutif à l’issue desquelles le directeur général, en tant que président du conseil, synthétise les points de vue des différents directeurs exécutifs. Son compte-rendu est ensuite transmis aux autorités laotiennes.

19Le gouvernement laotien, désireux de bénéficier de l’aide financière de l’organisation internationale, apparaît aujourd’hui comme un élève modèle. Il cite en outre régulièrement la Banque mondiale (BM) et la Banque asiatique de développement (Bad) comme partenaires de ses politiques de réduction de la pauvreté et de croissance économique, entendant ainsi renforcer sa position. Les statistiques sur l’endettement convertible en devises du Laos peuvent surprendre avec plus de 73 % du produit intérieur brut en l’an 2000, mais il est important de rappeler que la structure de cette dette est soumise à certaines conditions, c’est-à-dire que l’octroi de ces prêts est assorti de conditions strictes en matière de discipline budgétaire et monétaire. Environ 83 % de la dette est contractée auprès d’agences multilatérales, principalement la Bad et la BM.

20Cependant, le Laos doit encore démontrer que tous ses objectifs fiscaux et monétaires sont en accord avec ceux des institutions internationales, alors même que personne n’est en position de garantir leur réalisation. Les doutes concernant la fiabilité des chiffres avancés dans les rapports du gouvernement laotien à l’adresse du FMI tendent d’ailleurs à alimenter les inquiétudes.

  • 8 Il y a eu un nouveau dérapage des finances publiques à partir de la fin du 2e semestre de l’année (...)

21Le déficit fiscal a oscillé entre 6 % et 12 % du produit intérieur brut pendant la dernière décennie. Entre 1998 et 1999, les déficits fiscaux et l’expansion de la masse monétaire ont mené à la dépréciation rapide du taux de change, contribuant à l’augmentation du taux d’inflation. Toutefois, à partir de la seconde moitié de l’année 1999, le gouvernement a pris des mesures déterminantes pour réduire son déficit fiscal et contenir l’expansion de la masse monétaire. Le taux d’inflation annuel, mesuré par l’indice des prix à la consommation, a ainsi considérablement diminué : de 128,4 % en 1999 à 23,2 % en 2000 jusqu’à 7,5 % à la fin de 2001. À présent, le Laos se fixe pour objectif de ralentir l’expansion de la masse monétaire à moins de 20 % par an, après avoir connu une augmentation de 120 % au cours du premier semestre de 1999. Elle augmente régulièrement depuis, mais sous contrôle. La valeur du kip a diminué de seulement 13 % pendant l’année 20018.

  • 9 À l’époque, le kip s’est plus ou moins stabilisé par rapport aux deux principales devises (le baht (...)

22Depuis l’an 2000, le Laos n’a pas enregistré de dérapage de grande ampleur et ses principaux indicateurs économiques sont relativement constants9. Mais l’instabilité de la monnaie nationale associée à des taux annuels d’inflation relativement élevés contribue à une réduction des revenus réels. L’augmentation des prix des produits de base a entraîné un réajustement des habitudes alimentaires, tandis que les autres consommations restaient marginales. Les fonctionnaires n’ont pas vu leurs salaires suivre l’évolution du taux d’inflation, ce qui a évidemment eu pour conséquence d’abaisser leur niveau de vie.

3 - Le Laos soumis à une dépendance économique malgré une politique d’autonomie

23Le processus d’ouverture économique a débuté en 1986 avec l’adoption du nouveau mécanisme économique. La libéralisation de l’économie laotienne s’est ensuite accélérée en 1989 après le Ve congrès du parti communiste.

24L’ambitieux objectif du gouvernement de passer d’une économie agricole à une économie industrielle afin de sortir le pays de la catégorie des pays les moins développés à l’horizon 2020 se heurte à de nombreux obstacles structurels. Les difficultés rencontrées sont multiples : un système éducatif très peu performant, une pénurie de personnel qualifié, une capacité insuffisante de gestion au niveau local, des fonctionnaires sous-payés, etc. Ces handicaps placent le Laos dans une situation de dépendance économique vis-à-vis de ses voisins et des organisations internationales. L’aide n’est pas seulement assortie de conditions techniques et financières, elle est également de plus en plus soumise à des exigences politiques et sociales. Des efforts sont ainsi demandés par les donateurs en faveur de la protection de l’environnement et des populations affectées par les politiques de développement rural, notamment en matière de relocalisation (voir infra). L’aide internationale représentait 14 % du produit intérieur brut en 2001, ce qui limite d’autant l’autonomie du pays.

  • 10 Martin Stuart-Fox, « The First Ten Years of Communist Rule in Laos », in Asia Pacific Community, v (...)

La réforme laotienne
Dès 1979, les résultats économiques catastrophiques durant les quatre premières années de gestion du nouveau régime en général, et les performances désastreuses de sa politique de collectivisation dans les campagnes en particulier, ont poussé le gouvernement à réorienter sa stratégie économique. La VIIe résolution de l’Assemblée populaire suprême adoptée en décembre cette année-là a admis que bien que le Laos doive « contourner le capitalisme », la construction d’une économie socialiste prendrait du temps et nécessitait, de façon temporaire, un infléchissement idéologique. Par conséquent, les programmes de collectivisation rurale furent abandonnés, tandis qu’une partie des restrictions imposées sur la production privée et la circulation des biens était abolie, de même que les contrôles des prix sur certaines marchandises vendues sur le marché libre10. Ce mouvement de réforme sera confirmé au IVe congrès du parti en 1986 avec l’adoption du nouveau mécanisme économique, qui marque un véritable tournant dans la politique du pays puisqu’il annonce le début de la transition d’une économie planifiée vers une économie de marché. Par le nouveau système, le gouvernement encourage le développement du secteur privé, abolit le contrôle des prix et de la production, tout en accordant une autonomie financière et de gestion accrue aux entreprises d’État. La politique de la porte ouverte s’adresse également aux investisseurs étrangers et s’accompagne de programmes de privatisation et de l’imposition de critères de compétitivité. Ces réformes auront, à moyen et long terme, un impact sur l’industrie locale au Laos, et en particulier sur ses capacités à exporter vers le marché mondial.

La crise financière de 1997

  • 11 Le général Chavalit Yongjaiyuth était alors Premier ministre.

25La crise économique qui a éclaté en Thaïlande en 1997 a sérieusement freiné le développement économique du Laos et de celui des membres de l’Asean également atteints. La Thaïlande a cru pouvoir échapper à la crise en se tournant vers les marchés d’exportation, mais ces derniers se sont tout autant trouvés touchés par le ralentissement économique. La Thaïlande avait « oublié » que son économie s’était connectée au reste du monde. Se percevant comme un pays nouvellement industrialisé, elle avait surtout ignoré un certain nombre de signes précurseurs que le gouvernement du général Chavalit aurait pu prendre en compte11.

26L’accord sur la zone de libre-échange au sein de l’Asean conclu en 1992 s’en est trouvé immédiatement affecté. Comme il est de coutume en période de crise, chaque nation tend à se replier sur elle-même dans un réflexe protectionniste. De surcroît, la libéralisation du commerce régional laissait craindre des effets de contamination.

  • 12 ALMEC, ASEAN Maritime Transport Development Study, secrétariat de l’Asean, Djakarta, 2002, 318 p.

27La Thaïlande a logiquement repoussé ses projets régionaux, notamment ses investissements prévus pour le développement des infrastructures au Cambodge, au Laos et en Birmanie. Il est toutefois intéressant de noter que le commerce entre pays membres de l’Asean n’est pas aussi important qu’on pourrait le croire. Il se situe aux alentours de 30 %, la majorité des produits des pays membres étant exportés vers l’Europe, l’Amérique du Nord et le Japon12. Le repli de chaque membre a été d’autant plus facile et rapide que l’organisation tend à préférer les décisions non contraignantes aux textes plus impératifs. La plupart des accords conclus au sein de l’Asean n’incluent d’ailleurs pas de modalités d’application : celles-ci ne sont négociées qu’après la signature.

Un programme de formation abandonné
La création d’un cursus de MBA (master in business administration, ou maîtrise en gestion des affaires) par l’université Thammasat pour le personnel des banques nationales du Laos et de Thaïlande avait pour objectif de faire étudier ensemble les fonctionnaires laotiens et thaïlandais, et de créer ainsi un réseau de relations. Au départ, plus de cinq promotions étaient prévues. Mais avec la crise, seule la première d’entre elles fut diplômée. Pour la Thaïlande, ce cursus était une manière de soutenir le processus d’intégration régionale du Laos en développant ses ressources humaines. De façon plus implicite, l’autre objectif était de construire un réseau de camarades de promotion qui aurait pu soutenir, et plus ou moins favoriser, les intérêts de la Thaïlande dans ce pays.

  • 13 Depuis 2001, le Royaume a cependant lancé une véritable politique régionale. Désormais, il préfère (...)

28À l’évidence, la crise économique de 1997 a eu un impact négatif sur le processus régional d’intégration économique en Asie du Sud-Est, et plus particulièrement pour les pays les moins développés de l’Asean (le groupe constitué du Cambodge, du Laos, de la Birmanie et du Viêt Nam). À cause de la crise, tous les pays membres de l’association ont d’abord été obligés de réviser à la baisse leurs politiques de développement et d’assistance au pays membres. Avant la crise, la Thaïlande disposait d’un budget d’aide au Laos de plus de 200 millions de bahts par an. Elle offrait de nombreuses bourses d’études (en baths) en Thaïlande à l’adresse des fonctionnaires laotiens. Après la crise, le gouvernement thaïlandais a considérablement ralenti sa politique d’aide bilatérale envers le Laos, préférant maintenir son assistance pour l’essentiel au travers d’organisations multilatérales13.

La dépendance économique : cas du commerce extérieur laotien

  • 14 Banque mondiale, 2002. Il est intéressant de noter que la Banque asiatique de développement indiqu (...)

29La valeur des exportations s’est progressivement accrue ces cinq dernières années, passant de 308 millions de dollars en 1996 à plus de 393 millions de dollars en 200014. Elle a sensiblement diminué en 2001 pour se stabiliser en 2002, en raison de la baisse des prix à l’exportation, en particulier de ceux des produits dérivés du bois. Depuis 2003, la réglementation pour l’exportation du bois est devenue plus stricte. Mais si l’exportation de bois brut ou de grumes n’est plus autorisée, le bois de construction représente une grande partie des recettes d’exportation du pays.

30L’industrie de l’habillement s’est également développée (ses exportations s’élèvent à plus de 77 millions de dollars en l’an 2000), mais la valeur ajoutée dégagée est relativement négligeable avec des importations pour ce secteur estimées autour de 67 millions de dollars. L’industrie de la confection laotienne repose sur le faible coût de la main-d’œuvre et les quotas à l’exportation accordés par l’Union européenne. Sans ces derniers, le secteur ne serait pas rentable, d’autant que le coût du transport est très élevé pour les distances parcourues et que la main-d’œuvre de base n’a pas de réelle qualification. Les entreprises qui bénéficient des quotas sont très majoritairement de nationalité étrangère, et on notera qu’en prévision des accords de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le système de quotas devrait être annulé dans un futur proche, ce qui compromettra certainement l’avenir du textile au Laos.

Pays destinataires des exportations (millions de dollars)

Pays destinataires des exportations (millions de dollars)

Sources : d'après la Banque asiatique de développement, Key Indicators of the Lao People's Democratic Republic, Bad, Manille, 2003, p. 221. http://www.adb.org/​laoPDR (consulté en mai 2004)

Pays à l'origine des importations (millions de dollars)

Pays à l'origine des importations (millions de dollars)

Sources : d'après la Banque asiatique de développement, Key Indicators of the Lao People's Democratic Republic, Bad, Manille, 2003, p. 221. http://www.adb.org/​laoPDR (consulté en mai 2004)

Valeur des exportations industrielles (millions de dollars) (1994-1998)

Valeur des exportations industrielles (millions de dollars) (1994-1998)

Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 2.

31Le Laos, pays enclavé, est très tourné vers ses voisins. Les exportations vers la sous-région du Grand Mékong ont représenté environ 65 % des exportations totales du pays. Les deux tiers ont été dirigés vers le Viêt Nam et le reste vers la Thaïlande.

32Les importations ont graduellement diminué de 690 millions de dollars en 1996 à 591 millions de dollars en 2000. Cette réduction est en partie due au retard pris dans l’achat d’équipements pour le développement de l’hydroélectricité, ce qui représente une part significative du total des importations de biens d’équipements entre 1996 et 2000. En parallèle, la part du pétrole dans les valeurs d’importation s’est accrue du fait de l’augmentation du coût des produits pétroliers et du nombre de véhicules motorisés en circulation dans le pays. La plupart des importations proviennent de la sous-région du Grand Mékong, et plus particulièrement de la Thaïlande. La compagnie pétrolière thaïlandaise Por Tor Tor détient pour ainsi dire le monopole de la vente d’essence au Laos. Les consommateurs majeurs sont tributaires de la société thaïlandaise qui refuse d’offrir des crédits commerciaux aux acheteurs laotiens. Un de ses principaux clients, Dafi [Development of Agriculture Forestry and Industry Group of Companies], une entreprise publique partiellement détenue par l’armée, est actuellement soumise à un plan de restructuration qu’elle a accepté en échange de prêts de la Banque mondiale.

33En 1997, dans son rapport annuel sur le Laos, le Fonds monétaire international a recommandé une diversification des sources de revenus : moins de taxes professionnelles et de redevances, compensées par une augmentation de la part des impôts indirects, et plus particulièrement celle du taux de base de la taxe sur le chiffre d’affaires, ainsi qu’un élargissement de la base de l’impôt sur le revenu. Le gouvernement tarde à appliquer ces mesures malgré les demandes répétées des organisations internationales. L’État se trouve dans une impasse : d’un côté, il souhaite obtenir des prêts et accueillir des investissements de l’étranger, mais de l’autre, il lui est difficile de changer ou de restructurer ses entreprises d’État.

Les politiques de « l’or bleu »

  • 15 Karen Bakker, 1999, p. 214.

34Le développement de l’exportation de l’énergie hydroélectrique est révélateur des contraintes extérieures qui pèsent sur la politique économique du pays. Bien que les chiffres sur le potentiel hydroélectrique du Laos varient énormément (parfois du simple au double : de 13 000 MW à 23 000 MW15), le pays possède, de concert avec la région du Yunnan, le plus grand potentiel d’énergie hydroélectrique des pays riverains du Mékong (incluant la Thaïlande, le Cambodge, le Viêt Nam et la Birmanie). Le Laos a actuellement une capacité de production d’environ 600 MW, provenant de cinq installations hydroélectriques qui ne sont pas utilisées à leur pleine capacité : Nam Ngum (210 MW) au nord de Vientiane (le plus vieux barrage, achevé en 1971), Xeset (40 MW) au sud dans la province de Saravane, Nam Theun Hinboun (150 MW) au centre du Laos, Nam Leuk (60 MW) entre la province de Vientiane et la zone spéciale de Saysomboun, et Houay Ho (150 MW) au sud (à cheval entre les provinces de Champassak et Attopeu). Les trois derniers furent mis en opération en 1998.

Production d'hydroélectricité (1995-2000)

Production d'hydroélectricité (1995-2000)

* Électricité du Laos ** Independent Power Producers (Producteurs d'électricité indépendants)
Sources : d'après www.aseanenergy.org/energy-sector/electricity/lao-pdr/electricity-generation.htm (consulté en avril 2004) Asean Centre for Energy (ACE) : centre sous la responsabilité du Secrétariat de l'Asean à Jakarta (Indonésie).

  • 16 Vientiane, avril 2002, entretien avec Jonathan Thwaites, ambassadeur d’Australie au Laos (Vatthana (...)
  • 17 Bad, Étude de la stratégie opérationnelle du pays pour la République démocratique populaire lao, M (...)

35Depuis la fin de la guerre froide, le retour à la paix régionale avec la résolution du conflit cambodgien, et l’adoption de l’économie de marché par les pays socialistes, la région a retrouvé un certain dynamisme. Dans la nouvelle optique libérale, le Mékong apparaît au regard des décideurs politiques et économiques, étrangers et locaux, comme un fleuve « sousutilisé », un espace « vierge » qu’il faut exploiter au bénéfice de la croissance des pays limitrophes du fleuve. En conséquence, la politique de construction de barrages hydroélectriques est accélérée dans les années 1990, sous l’impulsion du gouvernement, fortement encouragé et conseillé par les investisseurs privés, experts étrangers et bailleurs internationaux, qui voient dans l’exploitation de l’eau – cet « or bleu » – la meilleure stratégie de développement du Laos. C’est en fait à leurs yeux la seule alternative possible si le pays veut atteindre prospérité et stabilité économiques16. La Banque asiatique de développement dans son Étude de stratégie opérationnelle ne dit pas autrement les choses en 1996 lorsqu’elle déclare « reconnaître que l’exploitation des ressources hydroélectriques représente pour la République démocratique populaire lao la route la plus directe pour accroître les exportations et élever la croissance du produit intérieur brut17 ».

  • 18 Bad, www.adb.org/LaoPDR (mai 2004).
  • 19 Il est envisageable que le pays, à moyen terme, puisse devenir un acheteur plus conséquent. Mais i (...)
  • 20 « Egat Power Play Upsets Vientiane », in The Nation, 13 octobre 1995.

36De fait, les revenus tirés de la vente d’électricité jouent un rôle de plus en plus déterminant dans la croissance des exportations du pays. Ces dernières ont plus que quadruplé en l’espace de cinq ans, passant de 24 millions en 1995 à 112 millions de dollars en 2000. L’hydroélectricité est même devenue la principale source en devises étrangères en 1999, dépassant les recettes des exportations des produits ligneux et textiles (respectivement 98 millions et 100 millions de dollars en 200118). Cependant, cette évolution repose sur une base fragile, car 80 % à 90 % de la production actuelle sont exclusivement destiné à la Thaïlande. Le Viêt Nam achète également de l’électricité en provenance du Laos, mais sa demande reste comparativement faible19. Les avis des experts étaient simples : face à la croissance économique sans précédent dont jouissait la Thaïlande au début des années 1990 et à ses besoins sans cesse croissants en électricité, le Laos était assuré d’un marché. Mais il s’est créé par la même occasion une très forte dépendance vis-à-vis d’un client unique en situation de monopsone, dont le pouvoir de négociation était de facto considérable. Electricity Generating Authority of Thailand, l’entreprise publique thaïlandaise qui s’occupe de planifier la demande de consommation d’électricité du Royaume, est bel et bien en position de force. Elle a maintes fois réussi à obtenir des prix très avantageux lors d’accords d’achat d’électricité, à tel point que lors des discussions concernant le barrage de Nam Theun Hinboun, le principal négociateur laotien avoua son impuissance : « Il se peut que nous n’ayons d’autre choix que d’accepter les conditions de l’Electricity Generating Authority of Thailand. Même si les accords d’achat d’électricité sont injustes, nous ne pouvons nous permettre de gaspiller notre temps et tout l’argent qui a été investi20 ». La crise financière et économique de 1997 apporta une preuve supplémentaire de la fragilité de la position laotienne.

  • 21 L’ancien vice-président d’Egat, Viroj Noppakhun, expliquait ainsi, magnanime : « Nous aidons les L (...)
  • 22 Philip Hirsch, « Thailand and the New Geopolitics of Southeast Asia. Resource and Environmental Is (...)

37Sans doute le Laos a davantage besoin de vendre son électricité à la Thaïlande que cette dernière de se le procurer auprès de son voisin, mais ce serait aussi se tromper que de croire que la Thaïlande traite avec le Laos pour des raisons humanitaires, comme certains aimeraient à le faire croire21. En Thaïlande, l’exploitation excessive des ressources naturelles et, dans certains cas, la dégradation de l’environnement, associées à la montée de la résistance des communautés rurales contre les abus (avec le soutien des organisations non gouvernementales impliquées dans la protection de l’environnement et les politiques de développement durable), ont suscité il y a une dizaine d’années une réorientation de la stratégie économique régionale de la Thaïlande. En d’autres termes, ces différents facteurs, à la fois écologiques, socioéconomiques et politiques, ont poussé la Thaïlande à internationaliser sa stratégie économique en matière de politique de l’environnement. Bangkok a en effet été chercher chez ses voisins ce que les entreprises thaïlandaises ne pouvaient plus produire chez elles, soit parce que les ressources avaient été surexploitées (la Thaïlande importe son poisson depuis les années 1960), soit à cause de l’opposition locale (les projets de barrage sont souvent dénoncés pour leurs impacts négatifs sur l’environnement humain et écologique22).

  • 23 Philip Hirsch, 1995, p. 236.

38Le bois est sans doute l’exemple le plus illustratif de l’exploitation des ressources naturelles au-delà des frontières. En Thaïlande, l’interdiction d’exploiter les forêts a été copieusement commentée dans les médias lors de son instauration à l’échelle nationale, en janvier 1989. Le voyage d’un groupe de 80 militaires thaïlandais de haut rang en Birmanie, emmenés par leur commandant-en-chef, Chavalit Yongchaiyuth, en décembre 1988, et la première visite en Thaïlande du Premier ministre cambodgien, Hun Sen, à la fin du mois de janvier 1989, passèrent plus inaperçus. Pourtant, ces deux visites participaient d’une certaine manière d’une logique similaire : elles révélaient le nouvel agenda régional de la Thaïlande à l’aube des années 1990 : développer, exploiter et commercialiser les ressources naturelles de ses voisins23. C’est par ce biais que le Laos, comme le Cambodge, sont redevenus parties intégrantes de l’économie du Sud-Est asiatique, en assumant le rôle de fournisseurs périphériques en ressources auprès des nations plus développées économiquement, mais appauvries en richesses naturelles.

39Enfin, il ne faut pas oublier que les Thaïlandais sont aussi présents dans ces projets hydroélectriques en tant qu’investisseurs. Les bénéfices à long terme doivent être rapatriés en Thaïlande. L’Electricity Generating Authority of Thailand (Egat) a ainsi créé une filiale, l’Electricity Generating Company, l’un des partenaires du très controversé projet de barrage hydroélectrique de Nam Theun II (province de Khammouane) (voir encadré « Le cas de Nam Theun II »). Avant que cette filiale ne prenne des parts dans le projet (30 %), l’Egat et les autorités laotiennes, n’avaient pas réussi à se mettre d’accord sur le prix de vente. Ce n’est qu’en février 2002, soit quelques mois après l’entrée de l’Electricity Generating Company dans le projet, que l’Electricity Generating Authority of Thailand parvint à finaliser l’avant-projet du contrat d’achat d’électricité. Les partenaires laotiens ont ici surtout pour rôle de faciliter les démarches des investisseurs étrangers auprès des autorités centrales et provinciales.

  • 24 À la fin du XXe siècle, près de cinq cents barrages furent ainsi démolis. Voir Gavan McCormack, «  (...)

40La dépendance du Laos ne se limite pas aux fluctuations de l’économie thaïlandaise et aux aléas des négociations ; sa politique hydroélectrique repose également dans une très large mesure sur le soutien étranger. L’accroissement du potentiel hydroélectrique du pays nécessite des sommes considérables et le gouvernement laotien doit par conséquent recourir à un financement extérieur. En outre, le pays manque d’experts et de techniciens. Des consultants provenant de pays réputés pour leur expertise dans ce domaine – tels que les États-Unis, la Norvège, la France et la Suède – affluent sur ce nouveau « marché », d’autant plus vital que les barrages ne constituent plus depuis plusieurs années en Amérique ni en Europe un vecteur populaire de développement national, en raison de leurs coûts financiers et humains, ainsi que de leur impact sur l’environnement24.

  • 25 L’Electricity Generating Company, en tant qu’associé d’Électricité de France, a fait une demande f (...)

Le cas de Nam Theun II
Le projet de barrage de Nam Theun II, localisé sur la rivière Nam Theun (district de Nakai, province de Khammouane) au centre du Laos, est remarquable à plus d’un titre. C’est le projet hydroélectrique le plus ambitieux du pays. De taille relativement moyenne par sa structure physique (50 mètres de hauteur), le barrage produirait près de 1 000 MW, essentiellement destinés à l’exportation vers la Thaïlande. L’aspect financier est colossal : le coût du projet est évalué entre 1,2 et 1,5 milliard de dollars (en 1989, on l’estimait à 800 millions de dollars). Il est d’ores et déjà à peu près équivalent, voire supérieur, au produit intérieur brut du pays. À l’inverse, les prévisions des retours sur investissement ont plutôt été revues à la baisse. Alors qu’une étude de faisabilité conduite en 1991 estimait que le barrage engendrerait pour le pays un revenu annuel de 176 millions de dollars, des rapports plus récents (entre autres, de la Banque mondiale et du cabinet d’expertise indépendant américain, Louis Berger International) avançaient un chiffre cinq fois moindre, c’est-à-dire entre 33 et 38 millions de dollars. Et encore faut-il noter que ces prévisions statistiques ont été conduites sur la base d’un prix à l’unité bien supérieur à celui qui a finalement été conclu lors de la signature, en février 2002, de l’accord initial d’achat d’électricité entre l’Electricity Generating Authority of Thailand, le gouvernement laotien et les investisseurs étrangers (4,129 cents contre 5,7 cents par kW/ heure prévus).
Projet initié et conçu dès le milieu des années 1980, la construction de Nam Theun II n’a, à ce jour (septembre 2003), toujours pas commencé (le début des travaux, initialement prévu en 2000, a été repoussé à 2005). Ce projet n’est pas seulement remarquable par les montants qu’il engage, il est aussi devenu l’objet de controverses qui ont largement dépassé les frontières du pays, et certains diraient même, échappé au contrôle des acteurs nationaux. Les conséquences sur l’environnement naturel et humain sont connues : le réservoir inonderait un territoire de 450 km2, en grande partie situé sur le plateau de Nakai, abritant une faune et une flore riches et variées. Il entraînerait en outre le déplacement d’environ 4 500 à 5 000 personnes issues de 28 groupes ethniques. Les ONG (étrangères puisque les ONG locales sont interdites au Laos) sont pourtant divisées : certaines dénoncent simplement les conséquences socioécologiques de la construction de Nam Theun II, alors que d’autres ont opté pour une participation en amont, contribuant aux études d’impacts dans l’espoir de contribuer à une minimisation des conséquences négatives. D’autres encore soutiennent le projet, comme IUCN (International Union for Conservation of Nature and Natural Ressources) et le Wildlife Conservation Project, qui ont obtenu la création d’une zone de conservation de la biodiversité à l’est du réservoir, sur un territoire qui borde les frontières du Viêt Nam.
En raison à la fois du coût économique du barrage, de la magnitude de son impact écologique et social et des protestations internationales, la Banque mondiale, un acteur-clef du projet depuis la fin des années 1980, n’a toujours pas donné son aval officiel. Le retrait inattendu d’Électricité de France, un des principaux bailleurs de fonds (35 % du capital), en juillet 2003 (à la veille de la signature de l’accord final d’achat entre l’Electricity Generating Authority of Thailand, le gouvernement laotien et le reste des investisseurs étrangers, qui depuis a été repoussé25), renforça les hésitations de la Banque mondiale quant à son engagement officiel, et au-delà accrut les doutes sur l’avenir de Nam Theun II. Mais quelques mois après, suite aux protestations des autorités laotiennes auprès du gouvernement français, Électricité de France revînt sur sa décision. Le contrat final d’accord entre les deux partenaires a été finalement signé en février 2004. La construction du barrage est désormais en préparation.
Sources : Philip Hirsch, « Global Norms, Local Compliance and the Human Rights-Environment Nexus : a Case Study of the Nam Theun II in Laos », in Lyuba Zarsky (éd.), Human Rights and the Environment. Conflicts and Normsin a Globalizing World, Earthscan Publications LTD Londres Sterling (Virginie), 2002, p. 147-171 ; International Rivers Network, Power Struggle, The Impacts of Hydro-Development in Laos (février 1999), 68 p., www.irn.org/programs/mekong/namtheun.html, (consulté en septembre 2003) ; « France’s EDF/Laos : Project’s Future Seen in Doubt », (18 juillet 2003), http://sg.biz.yahoo.com/​ 030718/15/3cnkj.html, (consulté en septembre 2003) ; International Rivers Network, « Électricité de France Quits Lao Dam : Future of Project in Doubt », (18 juillet 2003), www.irn.org/programs/mekong/namtheun.html, (consulté en septembre 2003) ; « Egat inks Agreement », in The Nation, Bangkok, 6 février 2002.

41La dépendance est donc à la fois technique et financière. Elle n’apparaît a priori pas soumise aux lois du marché, mais le gouvernement n’est pas pour autant plus autonome dans sa politique de construction et de fonctionnement des barrages. Financé par la Banque mondiale, le barrage de Nam Ngum a certes toujours appartenu à l’État, Électricité du Laos, entreprise publique, assurant son fonctionnement. Mais la plupart des autres barrages sont (ou seront) construits sur la base du système construire-posséder-opérer-et transférer (en anglais, build-own-operate and transfer, ou dans sa version abrégée, « BOOT »). Selon cet arrangement, le groupe d’investisseurs finance, construit et gère le fonctionnement du barrage sur une période de deux à trois décennies, à la suite de quoi le gouvernement reprend ses droits de propriété ou bien l’accord est renégocié. Ce concept ouvre naturellement des financements au gouvernement qui, en outre, ne prend pas le risque d’investir dans le projet. Certains voient néanmoins dans ce système une forme de privatisation des ressources naturelles et, dans ce cas particulier, des rivières du pays. Enfin, il induit d’autres interrogations, comme celles de savoir si le Laos aura les fonds nécessaires pour assurer la maintenance des barrages. Ceux-ci auront déjà au moins vingt ans d’âge, et rien ne garantit ou ne force les investisseurs privés à assurer à long terme la rénovation des infrastructures, surtout dans le cas où ils ne souhaiteraient pas renouveler l’accord. Le directeur d’Électricité du Laos, Viraphone Viravong, résume à sa façon le peu d’alternatives qui s’offrent au Laos :

  • 26 Cité dans Malee Traisawasdichai, 1997, p. 18.

« Si cela nous avait été possible, nous aurions préféré un prêt flexible [de la Banque mondiale et de la Banque asiatique de développement] pour développer nos propres projets hydroélectriques, comme l’Electricity Generating Company a développé ses propres projets. Mais aussi bien la Banque mondiale que la Banque asiatique de développement nous ont fait comprendre qu’elles n’avaient pas d’argent pour des projets à grande échelle au Laos. Si vous êtes pauvre, vous n’avez pas tellement votre mot à dire. C’est ça, le prix de la pauvreté26 ! »

42Enfin, les impacts sociaux et environnementaux de la construction des barrages font partie intégrante de ce type de projets à grande échelle. Ils impliquent l’inondation de vastes espaces de terre arables et de forêts, forçant les villages et leurs habitants, souvent issus de minorités ethniques (les barrages sont, en effet, en grande majorité implantés dans les zones périphériques), à abandonner leurs territoires.

  • 27 Philip Hirsch, « Dams, Resources and the Politics of Environment in Mainland Southeast Asia », in (...)
  • 28 Philip Hirsch, « Global Norms, Local Compliance and the Human Rights-Environment Nexus: a Case Stu (...)

43En outre, le détournement des cours d’eau en amont modifie l’environnement écologique en aval, entraînant une baisse du débit à certains endroits (ou un trop fort débit dans d’autres), provoquant l’accroissement de la salinité et perturbant l’irrigation des rizières et le transport des hommes, la biodiversité des rivières et les ressources halieutiques. Les communautés rurales souffrent donc de la construction des barrages. D’une certaine manière, ces derniers symbolisent l’appropriation par l’État des ressources locales (eau, forêts, terres) au nom d’une politique de développement à une autre échelle. Autrement dit, les politiques hydroélectriques au Laos, comme dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est (Thaïlande, Viêt Nam, Cambodge), illustrent dans de nombreux cas la priorité accordée aux intérêts nationaux au détriment des préoccupations locales27. Enfin, comme l’illustre le cas de Nam Theun II, les politiques hydroélectriques au Laos s’acheminent vers une internationalisation croissante où acteurs extérieurs (investisseurs privés, organisations internationales (Banque mondiale) et ONG étrangères) dominent progressivement la scène, au détriment à la fois de la souveraineté économique du pays, mais aussi de la population locale qui, en raison de l’absence de société civile et de la faiblesse des mécanismes institutionnels de représentation de ses intérêts, souffre à l’évidence d’une insuffisante participation aux débats28.

Hydroélectricité et développement
Dans une étude sur les villages déplacés suite à la construction du barrage de Nam Ngum, au nord de Vientiane, Kaneungnit, Khamla et Hirsch ont montré que la politique de relocalisation a provoqué de nombreux problèmes ; en particulier celui de l’accès aux terrains arables (qui permettent les cultures permanentes et sédentaires), tandis que les habitants relocalisés n’étaient plus autorisés à pratiquer la culture sur brûlis. Le trop grand nombre de nouveaux arrivants augmenta la pression sur les ressources naturelles disponibles, ce qui entraîna des conflits locaux, parfois exacerbés par les différences ethniques. Mais ce sont moins les dynamiques de l’ethnicité que la raréfaction croissante des ressources qui fut déterminante dans l’apparition et le développement de ces tensions.
En outre, les autorités locales, par manque de moyens et de personnel, ne purent jouer leur rôle d’arbitre. En bref, le gouvernement doit faire face à trois défis distincts en matière de développement hydroélectrique : encourager le développement national, prendre soin des conditions et milieux de vie de la population et conduire une politique équilibrée de gestion des ressources naturelles.
Source: Kaneungnit Tubtim, Khamla Phanvilay et Philip Hirsch, « Decentralization, Watersheds and Ethnicity in Laos », in Richard Howitt, John Connell et Philip Hirsch (éds), Resources, Nations and Indigenous Peoples. Case Studies fromAustralia, Melanesia and Southeast Asia, Oxford University Press, Melbourne-Oxford-New York, 1996, p. 265-277.

La dépendance financière internationale

44L’investissement direct étranger et l’aide officielle au développement sont passés de 139 millions de dollars en 1999 à plus de 250 millions de dollars en 2000. L’aide bilatérale et multilatérale s’est élevée à environ 80 % de l’investissement provenant de l’étranger (soit environ un quart du produit national brut). La Banque asiatique de développement, le Japon et son Fonds international d’assistance accordent chacun une assistance financière substantielle. Leurs contributions annuelles s’élèvent respectivement à 90 millions, 75 millions et 50 millions de dollars (chiffres arrondis). Parmi les prêts de projet accordés par la Banque asiatique de développement, cinq concernent l’investissement dans le secteur des transports, quatre dans l’agriculture et un dans le secteur énergétique. Au total 27 projets financés par le Fonds international d’assistance ont été approuvés. Depuis 1977, un budget d’assistance au développement de plus de 576 millions de dollards a été réservé au Laos par ce Fonds. Près de 70 % de ce budget a déjà été déboursé dans divers projets de développement japonais. Environ un quart des crédits courants sont destinés au secteur des transports et une proportion légèrement moindre au développement rural. Seulement 2 % sont réservés à l’industrie et 19 % à l’énergie, ce qui dénote des retards pris dans les grands projets hydroélectriques.

45Après la crise financière de 1997, le retour d’une certaine stabilité dans l’économie des pays voisins n’a pas permis de véritable relance des investissements directs étrangers.

46La Thaïlande représente environ la moitié des investissements directs provenant de l’étranger et les États-Unis à peu près le quart. Du fait des retards dans les projets de construction de barrages, la répartition des investissements a changé ces dernières années, passant du secteur de l’énergie aux télécommunications et à l’industrie. Cependant, étant donné la taille des projets de production d’hydroélectricité, cette tendance devrait s’inverser dans un avenir proche.

Investissement direct (1991-2000)

Investissement direct (1991-2000)

Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 3.

Provenance des investissements (1988-1999)

Pays

 %

Thaïlande

50,74

États-Unis

25,79

Corée du sud

10,97

Malaisie

5,06

Chine

1,49

Autres pays

5,95

Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 4.

Moyenne des investissements par secteur (1988-1999)

Secteurs

1988-1994

1995-1999

Bois

1,5 %

3,9 %

Énergie

78,0 %

37,2 %

Industrie

2,4 %

16,4 %

Mine

1,9 %

2,1 %

Télécommunications et transport

1,5 %

23,0 %

Tourisme

8,5 %

8,7 %

Autres

6,2 %

8,7 %

Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 4.

4 - Les objectifs d’autosuffisance

L’autonomie alimentaire

47Le pays est devenu autosuffisant en 2000. Dans un avenir proche, il est même susceptible de dégager régulièrement des excédents. L’agriculture demeure l’activité économique principale du pays et emploie plus de 80 % de la main-d’œuvre. Elle constitue environ la moitié du produit intérieur brut, mais sa part tend à diminuer depuis dix ans du fait de l’industrialisation progressive. Officiellement, la culture du riz est l’activité agricole principale du pays ; viennent ensuite l’élevage et la sylviculture. Cependant, la part de cette dernière (5 %) est à l’évidence sous-estimée. En effet, ce chiffre n’inclut pas la grande quantité de bois coupé illégalement. Le gouvernement central accorde des licences d’exploitation, mais n’a ni les moyens financiers ni le personnel pour contrôler les activités des compagnies forestières, ce qui a notamment permis à certains concessionnaires de couper des quantités de bois largement supérieures aux quotas autorisés.

48Seulement 7,5 % des terres au Laos sont cultivées tandis que 86,5 % sont répertoriées comme zones boisées (comprenant cependant les friches et les savanes dégradées dépendantes des précipitations), 83 % du riz étant produit par riziculture inondée et rizières sèches. La saison des pluies dure de mai à octobre. Les environs de la municipalité de Vientiane, l’ouest de la province de Borikhamxay et le plateau des Bolovens, reçoivent la plus forte quantité de précipitations. Seulement 17 % des cultures sont irriguées. La plupart des infrastructures d’irrigation sont concentrées le long des rives du Mékong. Pourtant, le potentiel d’irrigation est considérable dans la majeure partie du pays, et en particulier, dans le bassin supérieur du Mékong.

Production de riz (2001)

Production de riz (2001)

Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 7.

49La principale zone rizicole du pays est la région centrale, qui assure la moitié de la production nationale. Le riz est essentiellement cultivé pour la consommation domestique, le gouvernement tenant au maintien d’une indépendance alimentaire. Environ 90 % du riz cultivé est de type gluant. Les excédents, lorsqu’ils existent, sont exportés principalement vers la Thaïlande. Le coût de production du riz est actuellement environ moitié moindre que celui de la Thaïlande en raison des bas coûts de la main-d’œuvre et de l’utilisation relativement faible des engrais. Le recensement agricole de 1998-1999 a indiqué que seulement 30 % des ménages ruraux utilisaient des semences à haut rendement et des engrais chimiques. La majorité des fermiers n’a pas les fonds nécessaires pour acheter ces produits. La production de riz a néanmoins augmenté d’environ 9 % par an pendant la deuxième moitié des années 1990 grâce au développement de nouveaux systèmes d’irrigation qui ont permis une amélioration des rendements.

50Le rendement moyen par hectare est aujourd’hui estimé entre 2,5 et 4,2 tonnes. Ce chiffre reflète un système de production agricole qui reste assez peu intensif. Seulement 7 % des ménages ruraux possèdent des tracteurs. En outre, le manque d’entretien durant leur période d’utilisation et d’argent en cas de panne, font qu’un cinquième des propriétaires à peine s’en sert. Il n’existe pas non plus de réseau de service d’aprèsvente pour le matériel agricole. La diffusion de technologies nouvelles, en particulier l’utilisation des engrais et des variétés à haut rendement, est entravée par le manque d’accès aux crédits. Les paysans sont relativement peu endettés et ne souhaitent pas l’être davantage. L’évolution erratique des récoltes de riz traduit aussi l’impact des aléas climatiques que rien ne permet de compenser.

51L’autosuffisance alimentaire est atteinte, mais le marché du riz n’est pas intégré, ce qui explique de larges disparités de prix entre les régions. Cette situation résulte d’un ensemble de facteurs : un réseau de transport et de communication en mauvais état, mais aussi des quantités plutôt marginales d’excédent de riz produites par de très nombreux petits exploitants. La production est donc atomisée et il est difficile de centraliser les excédents commercialisables. Ces difficultés de stockage et d’acheminement contribuent à un risque alimentaire, d’autant que les fermiers ne disposent pas de réserves suffisantes pour faire face à plusieurs mauvaises récoltes successives. En fait, malgré le succès de la politique d’autosuffisance en riz des pouvoirs publics laotiens, le pays continue à solliciter l’aide alimentaire internationale pour pallier les insuffisances structurelles, qu’elles soient techniques, financières, économiques ou logistiques.

Les autres produits agricoles

52En dehors du riz, la production agricole s’est développée à un rythme rapide avec une moyenne de plus de 10 % par an depuis 1995. L’exploitation du café est passée de 10 000 tonnes en 1996 à 18 000 tonnes en 2002, première production agricole à l’exportation en valeur. Le café est cultivé sur plus de 26 000 hectares, principalement sur le plateau des Bolovens, au sud du pays. Les experts estiment que les meilleurs cafés sont produits dans cette zone, qui comprend des districts des provinces de Sekong, de Champassak et d’Attopeu. Le robusta reste le plus cultivé (80 %), mais la part d’arabica augmente (15 %), tandis que la culture de libercia reste marginale (5 %). S’il offre de moindres perspectives de profit, le robusta continue à avoir la préférence des exploitants : la récolte s’étale sur toute l’année, fournissant un revenu plus stable aux fermiers.

53L’investissement étranger dans le secteur du café a augmenté en parallèle avec l’augmentation du volume des exportations vers l’Europe. L’Association des exportateurs de café laotien a été créée par le ministère du Commerce et détient le monopole de cette activité. Le café est acheté par des commerçants membres de l’association qui fournissent également des prêts aux exploitants. Un des problèmes liés à la vente du café laotien réside dans le fait qu’environ 50 % de la production est achetée par un seul négociant thaïlandais à Bangkok. Celui-ci parvient donc à contrôler une partie des prix à l’achat. Le manque de compétence des inspecteurs qualité qui sont détachés par le ministère du Commerce a aussi un impact négatif, car il ralentit les procédures de contrôle du café à l’exportation. Il arrive aussi assez fréquemment que les grains soient refusés par les grossistes étrangers.

54Le café est considéré par les autorités laotiennes comme un produit agricole à fort potentiel commercial. Cependant, son développement est largement tributaire des investisseurs et des acheteurs étrangers. Les prix sont soumis aux mécanismes de l’offre et de la demande mondiales, mécanismes au sein desquels le Laos a une part bien trop faible pour avoir une quelconque influence sur les cours.

55Le plateau des Bolovens produit également diverses plantes comme le chou, la pomme de terre et le gingembre. Le thé et le poivre sont également cultivés dans la région. Les négociants thaïlandais fournissent les semences, les engrais et les pesticides ; mais la production reste marginale. Aussi, le Laos continue-t-il d’importer une grande partie de ses produits agricoles des pays voisins.

56Certains producteurs de porcs, de poulets et de canards des environs de Vientiane sont considérés comme importants à l’échelle du Laos, mais ils restent de bien petite taille face aux industries agroalimentaires thaïlandaises. Le nombre de têtes de bétail élevées est en déclin, du fait des ventes vers la Thaïlande durant les périodes de forte inflation et de l’avantage comparatif des importations thaïlandaises. La majorité du bétail est nourrie au fourrage dont l’approvisionnement est limité durant la saison sèche, ce qui a une incidence sur la qualité de la viande. Le marché intérieur dans ce secteur demeure négligeable et maîtrisé par un nombre limité de courtiers autorisés et de sociétés d’État qui achètent le bétail aux éleveurs et qui le transportent vers les abattoirs autorisés (au moins un dans chaque province). La viande est ensuite vendue à des grossistes et à des détaillants qui l’écoulent sur le marché.

57L’agriculture est désormais pour l’essentiel entre les mains du secteur privé, mais le gouvernement continue à mettre en place des échelles de prix pour le riz et la viande. La terre reste la propriété du gouvernement, mais un cadre juridique permet son utilisation par les fermiers. Le processus d’attribution est basé sur le nombre d’heures de travail à temps plein que la famille passe sur les terrains dont elle revendique l’usage.

58Il n’existe aucune coopérative de grande importance. Les efforts pour en établir dans le champ des matières premières, que ce soit pour la gestion des excédents ou pour la commercialisation, ont eu un succès limité. Dans les régions septentrionales, centrales et méridionales, les marchés agricoles sont isolés à cause de la médiocrité du réseau des transports et de communications. L’absence de marchés, y compris à l’échelle inter-provinciale, génère d’importantes différences en matière de prix à la vente entre ces marchés. Le gouvernement ne fournit pas de subventions directes pour les récoltes et ne garantit pas les prix. La majeure partie du soutien à l’agriculture provient de subventions indirectes pour la procuration de crédits agricoles par l’entremise de la Banque pour la promotion agricole laotienne. Mais, comme la majorité des fermiers laotiens ne bénéficient pas de ces crédits, leurs effets sont peu significatifs.

L’indépendance industrielle et les services

59Au Laos, le secteur privé formel est très peu développé, avec moins de mille sociétés privées enregistrées ayant un capital supérieur à 100 000 dollars, dont à peine une centaine comptent plus de cent employés. Environ la moitié de ces entreprises sont des sociétés de négoce. En termes de valeur, cinq secteurs concentrent plus des trois quarts de la production nationale : la transformation des produits alimentaires, le traitement du bois, la confection, le tabac et le traitement minéral. Les usines de vêtements font partie des plus grandes, employant souvent plus de 400 ouvriers. Les usines appartiennent en majorité à des investisseurs étrangers. Sur les 560 PME de plus de dix employés que compte le pays, plus de la moitié sont implantées à Vientiane et dans la ville de Savannakhet. Le développement de l’industrie au Laos est principalement entravé par quatre facteurs :

  1. La faiblesse du marché intérieur en termes de population et de revenus ;
  2. La disparité des moyens de production et des marchés combinée à la topographie qui génèrent des frais de transport relativement élevés ;
  3. Des infrastructures publiques insuffisantes pour permettre d’accéder aux marchés et aux ports des pays voisins ;
  4. Un développement industriel essentiellement concentré sur les activités d’exportation qui tirent profit des ressources naturelles (barrages hydroélectriques) ou des bas coûts de la main-d’œuvre (industrie du textile).
  • 29 Il est courant que les douaniers demandent des « cadeaux » pour faciliter le passage des frontière (...)

60Les principales contraintes en matière d’exportation sont liées aux frais de transport et au manque d’information sur les marchés. À un certain niveau au moins, le financement semble en partie résolu par les banques thaïlandaises et étrangères implantées sur place. En ce qui concerne les exportations vers la Thaïlande, les pratiques non réglementaires des douaniers thaïlandais à la frontière constituent des barrières difficiles à surmonter29. Aux termes des accords régionaux, les tarifs douaniers de la Thaïlande sont longtemps demeurés élevés comparés à ceux des autres pays de l’Asean (presque trois fois plus pour les produits agricoles en provenance du Laos). Néanmoins, au 1er janvier 2003, une réduction radicale des tarifs a été instituée : de 20 % à moins de 5 %, pour les marchandises accompagnées d’un certificat d’origine. En fait, les autorités thaïlandaises, par ce système de vérification, cherchent moins à favoriser les exportations des produits laotiens qu’à s’assurer que ces derniers ne proviennent pas en réalité de la Chine ou du Viêt Nam.

  • 30 Ces accords ont été conclus sous l’égide de l’OMC qui contrôlait les quotas d’exportation de l’ind (...)

61Dans le paysage industriel laotien, le secteur de la confection apparaît comme plus dynamique, même si la plupart de ses 65 compagnies s’appuient sur des investissements étrangers. La quasi-totalité de leurs profits sont exportés. Les associés étrangers supervisent l’achat des matières premières et la vente. L’industrie laotienne s’est développée en grande partie comme une alternative pour les pays voisins (en particulier, la Thaïlande), qui ne peuvent augmenter leur production à cause du système des quotas. On se retrouve également dans un schéma type de délocalisation : le Laos offre un avantage comparatif certain avec ses coûts bas de main-d’œuvre, mais cet avantage tend à s’estomper avec la généralisation de systèmes informatisés dans la conception, le découpage et la couture des produits. En outre, la croissance du secteur de l’habillement est limitée par l’absence d’économies d’échelles, les difficultés pour importer les matières premières et pour exporter les produits finis, ainsi que la faible disponibilité des crédits d’investissement pour les équipements. Enfin, la croissance des exportations continuera à être entravée par le coût et les difficultés de transport et de transit, et par l’arrêt des accords multifibres en 200530.

62La croissance des exportations du pays peut être soutenue à moyen terme par des améliorations du système de transport – routier, ferroviaire ou fluvial –, de la disponibilité des ressources naturelles, du faible coût de la main-d’œuvre qui est demeuré en dessous de celui de la région. L’accès amélioré aux marchés de l’Union européenne et américains, la libéralisation des tarifs et des politiques du commerce dans la région, vont continuer à soutenir les activités d’exportation du pays, mais la difficulté majeure réside dans la sélection des industries qui seront considérées comme durables dans la perspective du développement du pays. Les atermoiements du gouvernement laotien en matière de politique économique continuent d’entraver la croissance de l’activité industrielle. Les risques sont perçus comme importants par les entrepreneurs du fait des mouvances de l’environnement légal, d’une faible coordination des stratégies entre les autorités centrales et provinciales, du poids des procédures d’approbation des investissements directs étrangers, et, d’une manière générale, de la nébuleuse des procédures bureaucratiques.

Notes

1 En août 1987, le Laos et la Thaïlande s’affrontèrent dans un conflit frontalier court mais sanglant. Le cessez-le-feu fut négocié en février 1988 après cinq mois d’escarmouches, mais sans vraiment régler le problème de démarcation. Des difficultés refont surface à chaque négociation.

2 Bureau des statistiques nationales laotiennes, Lao Census, Bureau des statistiques nationales laotiennes, Vientiane, octobre 2002.

3 Selon un document délivré par le gouvernement laotien au moment de la conférence de l’Asean à la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (Cesap), le 18 octobre 2002. Ministère du Transport laotien, Lao People’s Democratic Republic Paper, ministère du Transport laotien, Vientiane, octobre 2002, 4 p.

4 Les indicateurs du développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) incluent l’espérance de vie à la naissance, le taux d’alphabétisation des adultes (pourcentage de la population de 15 ans et plus), le taux brut de scolarisation combinée (du primaire au supérieur) et le PIB par habitant. Voir Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), Rapport mondial sur le développement humain 2003, Economica, Paris, 2003, www.undp.org/hdr2003/francais/ (consulté en mai 2004).

5 Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), 2003.

6 Banque mondiale, Lao Logistics Development and Trade Facilitation in Lao People’s Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, 76 p.

7 Banque mondiale, 2002.

8 Il y a eu un nouveau dérapage des finances publiques à partir de la fin du 2e semestre de l’année 2002, ce qui a provoqué une poussée inflationniste (pic à 18,2 % en mai 2003). Mais le taux est retombé pour s’établir à 12,0 % en avril 2004).

9 À l’époque, le kip s’est plus ou moins stabilisé par rapport aux deux principales devises (le baht thaïlandais et le dollar américain) utilisées dans les échanges et la marge entre les taux de change officiels et parallèles sur le marché noir a chuté de plus de 8,5 % en 1999 à 2,2 % en l’an 2000. Cette stabilité des taux de change est cruciale pour le développement du pays. Du fait du regain d’inflation sur la période comprise entre mai 2002 et mars 2004, le kip a pourtant perdu 21 % face au baht et 10 % face au dollar.

10 Martin Stuart-Fox, « The First Ten Years of Communist Rule in Laos », in Asia Pacific Community, vol. 31, no 1, 1986, p. 61.

11 Le général Chavalit Yongjaiyuth était alors Premier ministre.

12 ALMEC, ASEAN Maritime Transport Development Study, secrétariat de l’Asean, Djakarta, 2002, 318 p.

13 Depuis 2001, le Royaume a cependant lancé une véritable politique régionale. Désormais, il préfère aider le Laos dans le cadre multilatéral des programmes de la sous-région du Grand Mékong, de l’Asean ou du Pnud. La Thaïlande a également lancé l’Economic Cooperation Strategy (ECS) dans laquelle s’inscrit par exemple le Neighbouring Countries Economic Development Cooperation Fund.

14 Banque mondiale, 2002. Il est intéressant de noter que la Banque asiatique de développement indique dans son rapport le chiffre de 330 millions de dollars pour les exportations en 2000. Ceci prouve bien la difficulté d’obtenir des statistiques fiables sur le Laos. Voir Bad, Key Indicators of the Lao People’s Democratic Republic, Bad, Manille, 5 p., www.adb.org/LaoPDR (mai 2004).

15 Karen Bakker, 1999, p. 214.

16 Vientiane, avril 2002, entretien avec Jonathan Thwaites, ambassadeur d’Australie au Laos (Vatthana Pholsena).

17 Bad, Étude de la stratégie opérationnelle du pays pour la République démocratique populaire lao, Manille, 1996, p. III.

18 Bad, www.adb.org/LaoPDR (mai 2004).

19 Il est envisageable que le pays, à moyen terme, puisse devenir un acheteur plus conséquent. Mais il n’y a pas d’assurance de ce côté, car le plan de développement de l’électricité du Viêt Nam 1996-2012 ne fait aucune mention de projet d’achats au Laos.

20 « Egat Power Play Upsets Vientiane », in The Nation, 13 octobre 1995.

21 L’ancien vice-président d’Egat, Viroj Noppakhun, expliquait ainsi, magnanime : « Nous aidons les Laotiens. Si nous n’achetions pas leur électricité, ils ne feraient pas d’affaires et ne pourraient pas développer leur pays ! » (Malee Traisawasdichai, Rivers for Sale: a Contemporary Account of Socialist Lao People’s Democratic Republic in Transition to the « Marketplace », Reuter Foundation Paper 78, Green College, Oxford, 1997, p. 14).

22 Philip Hirsch, « Thailand and the New Geopolitics of Southeast Asia. Resource and Environmental Issues », in Jonathan Rigg (éd.), Counting the Costs. Economic Growth and Environmental Change in Thailand, Iseas, Singapour, 1995, p. 235-259.

23 Philip Hirsch, 1995, p. 236.

24 À la fin du XXe siècle, près de cinq cents barrages furent ainsi démolis. Voir Gavan McCormack, « Water Margins. Competing Paradigms in China », in Critical Asian Studies, vol. 33, no 1, 2001, p. 6.

25 L’Electricity Generating Company, en tant qu’associé d’Électricité de France, a fait une demande formelle auprès de cette dernière, mais aussi de l’ambassade de France à Bangkok, pour connaître les motifs de ce retrait. Au mois d’octobre 2003, aucune date n’avait encore été prévue pour la signature, néanmoins l’Electricity Generating Company espérait que la Chine, qui s’était dite intéressée, allait se joindre à ce projet en tant qu’investisseur.

26 Cité dans Malee Traisawasdichai, 1997, p. 18.

27 Philip Hirsch, « Dams, Resources and the Politics of Environment in Mainland Southeast Asia », in Philip Hirsch et Carol Warren (éds), The Politics of Environment in Southeast Asia. Resources Resistance, Routledge, Londres-New York, 1998, p. 55-70.

28 Philip Hirsch, « Global Norms, Local Compliance and the Human Rights-Environment Nexus: a Case Study of the Nam Theun II in Laos », in Lyuba Zarsky (éd.), Human Rights and the Environment. Conflicts and Norms in a Globalizing World, Earthscan Publications LTD, Londres Sterling (Virginie), 2002, p. 147-171.

29 Il est courant que les douaniers demandent des « cadeaux » pour faciliter le passage des frontières. Si ces derniers ne sont pas offerts, la marchandise est souvent bloquée…

30 Ces accords ont été conclus sous l’égide de l’OMC qui contrôlait les quotas d’exportation de l’industrie des vêtements. Les pays importateurs pouvaient règlementer les quotas de textiles et de vêtements en provenance de pays en voie de développement. Ils pouvaient même favoriser certains pays, tels le Laos, mais l’arrêt des accords multifibres en 2005 va abolir tous les quotas.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Les composantes du PIB
Légende Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 1.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Croissance des composantes du PIB
Légende Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 1.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Pays destinataires des exportations (millions de dollars)
Légende Sources : d'après la Banque asiatique de développement, Key Indicators of the Lao People's Democratic Republic, Bad, Manille, 2003, p. 221. http://www.adb.org/​laoPDR (consulté en mai 2004)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Pays à l'origine des importations (millions de dollars)
Légende Sources : d'après la Banque asiatique de développement, Key Indicators of the Lao People's Democratic Republic, Bad, Manille, 2003, p. 221. http://www.adb.org/​laoPDR (consulté en mai 2004)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Valeur des exportations industrielles (millions de dollars) (1994-1998)
Légende Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 2.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Production d'hydroélectricité (1995-2000)
Légende * Électricité du Laos ** Independent Power Producers (Producteurs d'électricité indépendants)Sources : d'après www.aseanenergy.org/energy-sector/electricity/lao-pdr/electricity-generation.htm (consulté en avril 2004) Asean Centre for Energy (ACE) : centre sous la responsabilité du Secrétariat de l'Asean à Jakarta (Indonésie).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1468/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Investissement direct (1991-2000)
Légende Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 3.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1468/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Production de riz (2001)
Légende Sources : d'après la Banque mondiale, Lao Logistics Development & Trade Facilitation in Lao People's Democratic Republic, Working paper, Banque mondiale, Washington, 2002, p. 7.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1468/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires