Version classiqueVersion mobile

Le Laos au XXIe siècle

 | 
Ruth Banomyong
, 
Vatthana Pholsena

Chapitre 3. Relations bilatérales entre résilience du passé et nouveaux enjeux

Texte intégral

1 - Laos et Viêt Nam : la genèse et la persistance d’une « relation spéciale »

L’émergence et le développement du mouvement révolutionnaire laotien : le rôle déterminant des communistes vietnamiens1

  • 1 Pour cette section, nous nous sommes principalement basés sur la remarquable thèse de doctorat de (...)
  • 2 Ce fameux « congrès du peuple lao » dans la province de Nghe An en août 1950, marqua l’avènement o (...)

1Le mouvement communiste laotien fut dépendant du soutien vietnamien dès ses origines. La création d’un nouveau gouvernement lao de résistance [Ladthabaan Lao to Taan] et d’un nouveau mouvement communiste laotien, le Front du Laos libre [Neo Lao Issara] fut largement initiée et soutenue par la république démocratique du Viêt Nam à travers son bras armé politique, le Viêt-minh2. Notre objectif n’est pas ici de développer en détail les relations complexes qui se sont tissées entre les communistes vietnamiens, d’une part, et les nationalistes laotiens communistes et non-communistes, d’autre part, mais de montrer que la persistance de liens très étroits entre les deux États trouve ses racines dans le destin commun de leurs dirigeants. La genèse du mouvement communiste laotien fut inextricablement liée à la conjoncture de l’époque, c’est-à-dire aux stratégies politiques et militaires vietnamiennes et aux événements internationaux.

Une drôle de révolution : les « soulèvements d’août 1945 »

  • 3 Les Vietnamiens vivant à l’extérieur des frontières de l’État actuel du Viêt Nam, dans le cas qui (...)

2Pour comprendre cette emprise vietnamienne sur l’organisation communiste laotienne, il faut revenir aux mois qui précédèrent la fin de la seconde guerre mondiale et plus précisément au coup de force japonais du 9 mars 1945 et au démembrement de l’administration française en Indochine. L’effondrement des services secrets et du système de surveillance français en Indochine et en Asie va en effet favoriser les activités révolutionnaires vietnamiennes tant à l’intérieur de l’Indochine qu’à sa périphérie, à savoir la province du Yunnan en Chine et le nord-est de la Thaïlande. Ceci permet dès lors au Viêt-minh de réactiver les réseaux viêt kieu3 des deux côtés du Mékong, ainsi que les cellules communistes vietnamiennes à l’extérieur, composées de communistes vietnamiens ayant fui la répression franco-japonaise au Viêt Nam et qui s’étaient réfugiés dans les pays voisins pour y établir leurs bases. L’internement des Français ainsi que la capitulation japonaise en août 1945 va permettre aux hommes de Hô Chi Minh de rentrer au Viêt Nam, mais aussi au Laos, dans le but d’y préparer un soulèvement simultané à la révolution vietnamienne d’août 1945 à Hanoi.

  • 4 L’occupation par les fonctionnaires vietnamiens de la majorité des postes les plus importants (apr (...)
  • 5 Christopher E. Goscha, 2000, p. 76.

3L’effervescence nationaliste (à cette époque, le Viêt-minh prônait encore prudemment l’union nationale et appelait à la libération du Viêt Nam en « se battant contre les Français et en expulsant les Japonais ») gagna aussi la population vietnamienne du Laos. Fortement concentrée dans les centres urbains, cette dernière s’élevait à plus de 30 000 habitants en 1945. À vrai dire, à cette époque, les réseaux communistes au Laos étaient composés très majoritairement, voire exclusivement, de militants viêt kieu. Ces derniers furent donc véritablement les instigateurs de la fameuse révolution d’août 1945 au Laos, tant clamée depuis par l’historiographie nationaliste communiste laotienne et vietnamienne. Ce furent ainsi les Vietnamiens du Laos qui s’emparèrent des villes de Vientiane, Savannakhet et Thakhek du 20 au 25 août 19454. Ils ne faisaient en cela que suivre les directives du Parti communiste indochinois, dominé par les communistes vietnamiens qui avait donné l’ordre quelques mois plus tôt à ses militants de lancer un « soulèvement indochinois » et de s’emparer du pouvoir au Viêt Nam, au Laos et au Cambodge. Comme l’observe Christopher E. Goscha, « à la différence de la plupart des révolutions nationales, ce soulèvement au Laos se distingue justement par le fait qu’il fut largement, sinon totalement, vietnamien et non pas “laotien”. […] Ce fut, en effet, une drôle de révolution vietnamienne au Laos en 1945. L’équivalent aurait été une décision prise par la section du parti communiste chinois au Viêt Nam d’entreprendre un soulèvement révolutionnaire “internationaliste”, en se basant sur les populations huaqiao [les Chinois vivant en Indochine] à Hanoi, Haiphong et Saigon, et tout cela au nom du peuple vietnamien5 ».

4Ainsi, dès 1945, le Viêt-minh exerçait un rôle primordial dans la conduite des activités révolutionnaires au Laos. Au point de vue militaire, à cette époque déjà Hô Chi Minh considérait le Laos comme une zone tampon pour la défense du Viêt Nam du Nord. En 1945, la détermination du Viêt-minh à contrôler le Laos, ou du moins une partie de son territoire, à travers ses cadres envoyés du Viêt Nam et ses partisans viêt kieu, était donc moins motivée par des raisons idéologiques que par un impératif stratégique. Il s’agissait de protéger la république démocratique du Viêt Nam contre une attaque française, d’où la nécessité de défendre le flanc occidental du centre et du nord du Viêt Nam, accessibles par la route à partir des villes du centre et du sud du Laos (Napé, Thakhek, Sépone et Savannakhet). Mais la réoccupation française du Laos en 1946 va forcer le Viêt-minh à réorienter ses réseaux à la suite du repli des forces vietnamiennes au Laos sur leurs bases dans le nord-est de la Thaïlande. Le Viêt-minh va dès lors s’employer à maintenir et à renforcer ses contacts avec les forces de résistance laotiennes, issues principalement de l’éclatement du mouvement nationaliste, le Lao Issara, mis sur pied par le prince Phetsarath, et défait par les Français en mars 1946 à Thakhek.

  • 6 D’après les souvenirs de Vo Nguyen Giap, Kaysone Phomvihane se fit remarquer pour la première fois (...)
  • 7 Grant Evans, 2002, p. 87.
  • 8 Christopher E. Goscha, 2000, p. 93.

Les fondateurs du mouvement communiste laotien : deux portraits
Né le 13 décembre 1920 à Savannakhet, de père vietnamien et de mère laotienne, Kaysone Phomvihane, le défunt leader du mouvement communiste laotien et premier président de la république populaire démocratique du Laos, parlait et lisait couramment le laotien et le vietnamien dans la mesure où il avait été élevé dans les deux cultures. En outre, Il avait également un nom vietnamien, Quoc. À l’âge de dix ans environ, il partit étudier au Viêt Nam et fut parmi les rares Laotiens à effectuer ses études à l’université indochinoise de Hanoi entre 1941 et 1945. C’est en fait dès la fin des années trente qu’il avait commencé à côtoyer les milieux politiques vietnamiens, prônant l’indépendance du pays (d’après sa biographie officielle, il fut actif dans les mouvements patriotiques de jeunesse à Hanoi durant le Front populaire – 1936-1939 – et dès 1944 s’engagea auprès du Viêt-minh). De retour à Savannakhet en 1945, il n’y resta pas longtemps et au déclenchement de la guerre d’Indochine vers la fin de l’année suivante, il repartit au Viêt Nam où il rencontra Hô Chi Minh. Il mena dès lors des activités de propagande au sein du Viêt-minh au nord du Viêt Nam et au nord-est du Laos.
Trois ans plus tard, le 6 janvier 1949, Kaysone déposa sa demande d’admission au Parti communiste et devint membre officiel quelques mois plus tard (le 28 juillet). Il faisait déjà forte impression parmi ses supérieurs à l’époque6. Sa double identité laotienne et vietnamienne y était sans doute pour beaucoup7
Parmi les futurs leaders du pays, beaucoup avaient un lien avec le Viêt Nam, soit pour avoir fait leurs études ou travaillé dans ce pays, soit parce qu’ils avaient épousé une Vietnamienne (comme Nouhak Phoumsavanh), ou les deux, à l’instar du prince Souphanouvong, le demi-frère du prince Phetsarath. Né le 13 juillet 1909, celui-ci fit ses études au lycée Albert Sarrault de 1921 à 1931 puis à l’école nationale des Ponts et Chaussées de 1934 à 1937 et entra dans l’administration des travaux publics d’Indochine en 1938. Le jeune prince, de par son travail d’ingénieur, voyagea beaucoup à travers l’Indochine et passa notamment de nombreuses années dans le Viêt Nam colonial. C’est aussi au Viêt Nam qu’il se maria en 1938 avec une jeune femme issue d’une grande famille, Le Thi Ky Nam (Viengkham Souphanouvong) qui se trouvait liée au Viêt-minh. Aussi, peut-être n’est-il pas surprenant de voir Souphanouvong apparaître dès 1945 comme l’un des plus fervents partisans d’une alliance vietnamo-laotienne et jouer le rôle d’intermédiaire entre le gouvernement vietnamien et Phetsarath dans le but de convaincre ce dernier de créer un « bloc indochinois opposé au retour du colonialisme ». En fait, dès 1945, la république démocratique du Viêt Nam comptait sur le soutien du prince dans la lutte pour l’émancipation vietnamienne, mais aussi sur ses ambitions laotiennes, pour promouvoir leurs intérêts vietnamiens dans les affaires internes du Laos8. Réduire Souphanouvong à cette légende du « prince rouge » serait cependant s’accommoder d’une image par trop simpliste. Ce dernier ne fut admis dans le Parti communiste qu’en 1953, et des figures telles que Kaysone et Nouhak inspiraient sans doute plus de confiance aux chefs communistes vietnamiens. Ils avaient en effet fait partie du noyau dur communiste dans les zones de combat au Viêt Nam et étaient plus intégrés à l’intérieur du parti.

La création d’un proto-État révolutionnaire laotien

5En 1953, l’attaque contre le Haut-Laos et la province de Sam Neua (aujourd’hui Hua Phan) par les troupes du Viêt-minh confirma les visées vietnamiennes sur le Laos. La participation des troupes laotiennes fut minime. Sur les milliers de combattants envoyés au Laos cette année-là, il n’y eut que quelques centaines de soldats autochtones. La région du Haut-Laos prit une importance stratégique cruciale pour les chefs communistes vietnamiens. En effet, l’arrivée en 1950 des troupes chinoises de Mao Tse-toung à la frontière sino-vietnamienne avait permis la création d’une vaste base arrière et représentait une aide massive sur le flanc nord de l’Indochine. Le contrôle du Haut-Laos et en particulier de la province de Sam Neua offrit une liaison directe entre Sam Neua et les zones viêt-minh ; en d’autres termes, il permit aux troupes vietnamiennes de relier le nord et le centre du Viêt Nam en passant par le Laos septentrional et ceci, en contournant le delta du Tonkin où était concentré le corps expéditionnaire français.

  • 9 Dès 1947, des écoles militaires de la province de Nghe An formaient des cadres laotiens. En octobr (...)
  • 10 Christopher E. Goscha, 2000, p. 196. Après sa rencontre avec Giap, Kaysone et un groupe de Laotien (...)

6On peut dire que l’arrivée de l’Armée rouge dans le sud de la Chine sur la frontière vietnamienne en 1950 constitua véritablement un tournant majeur dans l’évolution de la stratégie vietnamienne et la consolidation de la république démocratique du Viêt Nam. Sans l’aide chinoise, l’armée vietnamienne n’aurait jamais pu aller si loin vers le nord-ouest du Tonkin et être si efficace au Laos. De même, l’entrée des troupes vietnamiennes au Laos marqua l’essor du communisme laotien et son enracinement dans les deux provinces du nord du pays, Phongsaly et Sam Neua. Mais si un proto-État révolutionnaire put émerger dans ces régions, ce fut bel et bien grâce à l’armée vietnamienne et non pas à l’action des communistes locaux. Malgré les efforts du Viêt Nam, il y eut très peu d’adhésions communistes parmi les Laotiens9. Sur les 2 991 communistes attachés à la section laotienne du Parti communiste indochinois au début de l’année 1951, il n’y avait que 81 Laotiens, soit 2,7 % du total. Même les troupes dépendant du gouvernement de résistance laotien étaient dominées par une majorité de volontaires vietnamiens, évalués à 6 500 individus, contre seulement 2 000 Laotiens10.

La persistance de la « relation spéciale »

Une relation multidimensionnelle

  • 11 Mais sans doute faut-il aussi rappeler que même durant la guerre froide, c’est l’Union soviétique, (...)

7Les relations économiques et commerciales entre le Viêt Nam et le Laos ne peuvent rivaliser avec celles que ce dernier entretient avec la Thaïlande. En 2002, le Département pour la promotion et la gestion des investissements domestiques et étrangers comptabilisait 34 projets d’investissement vietnamiens pour un montant total d’environ 27 millions de dollars. On notera cependant que le nombre de projets effectivement mis en œuvre ne correspond pas nécessairement à ceux listés dans ces statistiques. Ces chiffres montrent que le Viêt Nam est loin, non seulement derrière la Thaïlande, mais également derrière la Chine11 (en termes d’investissements, voir le chapitre 4).

  • 12 Vientiane Times, Sieng Pasason, Vientiane Mai, Kao Pasason Lao (côté laotien); « Voice of Vietnam  (...)

8Le lien n’est donc pas véritablement de nature économique. Aussi bien la presse laotienne que vietnamienne redoublent de zèle pour publier quasiment chaque semaine des nouvelles sur la coopération bilatérale présentée comme renforcée et ininterrompue, tant dans le domaine socio-économique, que militaire ou culturel12. Sans doute le signe le plus visible de cette relation soutenue est la fréquence des échanges de délégations officielles et officieuses (c’est-à-dire non rapportées par la presse). Entre 2000 et 2001, plus de 200 visites auraient été ainsi effectuées entre les deux pays, incluant celles des plus hauts dignitaires vietnamiens et laotiens : d’un côté, les visites au Laos du ministre des Affaires étrangères Nguyen Dy Nien (février 2000), du Premier ministre Phan Van Kai (mai 2000), et du secrétaire général du parti, Nong Duc Manh (juillet 2001), le principal dignitaire de l’État-parti ; et de l’autre, les visites au Viêt Nam du vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Somsavat Lengsavad (mars 2000) et du Premier ministre Bounyang Vorachit (juillet 2001).

  • 13 Le Rénovateur, jeudi 23 mai 2002.

9Aussi, le choix du Viêt Nam comme première destination des voyages officiels à l’étranger par le président Khamtay Siphandone en mai 2002 après sa « réélection » à la tête du pays un mois plus tôt n’est guère surprenant. Durant sa visite, Khamtay était accompagné comme de coutume par une délégation impressionnante de responsables de haut rang, parmi lesquels le vice-Premier ministre et membre du Politburo, Thongloune Sisoulith ; le chef de cabinet du Comité central du Parti populaire révolutionnaire lao et membre permanent du Politburo, Bouasone Bouphavanh ; le ministre des Affaires étrangères, Somsavat Lengsavad ; le ministre du Commerce, Bouathong Vonglokham et le vice-ministre de la Défense nationale, Aï Soulignaseng13. Bref, presque tous les postes-clefs du gouvernement et du parti étaient du voyage. L’accueil fait par les dirigeants vietnamiens n’a pas été moins remarquable, puisque le tapis rouge fut déroulé devant le palais présidentiel et la garde d’honneur passée en revue par Khamtay, accueilli dès son arrivée par les plus hauts dignitaires du pays, le secrétaire général du parti, Nong Duc Manh et le président de la République, Tran Duc Luong.

  • 14 En juin 2002, une délégation composée de chefs de provinces du Viêt Nam (parmi lesquelles celles d (...)
  • 15 Yves Bourdet, « Laos in 2000. The Economics of Political Immobilism », in Asian Survey, vol. 41, n(...)

10Les coopérations socioéconomiques et culturelles sont moins ostentatoires mais non moins efficaces pour consolider les liens. Les provinces laotiennes et vietnamiennes sont associées en binômes, telles que les provinces « sœurs » de Hua Phan-Thanh Hoa ; Oudomxay-Nam Ninh ; Khammouane-Quang Binh, ou encore, Savannakhet-Thua Thien-Hué, en plus du partenariat entre les deux capitales Hanoi et Vientiane. Cette collaboration est plus ou moins récente (celle d’Oudomxay avec la province de Nam Ninh remonte au début des années 1980) ; elle est particulièrement concentrée sur le développement socio-économique incluant aide financière, formation (prodiguée par le côté vietnamien), échanges commerciaux avec tarifs préférentiels. Savannakhet et sa province « sœur » du centre du Viêt Nam, Thua Thien-Hué, envisagent une réduction de moitié des taxes sur les marchandises qu’elles échangent. Les investissements, principalement dans les domaines de l’agriculture, des forêts et de la construction, secteurs stratégiques de l’économie laotienne sont également favorisés14. Cette coopération économique entre les deux pays amène évidemment un nombre croissant de travailleurs vietnamiens au Laos. Leur nombre était estimé à environ 10 000 en 199915. La présence vietnamienne s’étend aussi au secteur bancaire avec la création d’une banque de joint-venture lao-vietnamienne accompagnée de la signature d’un accord de collaboration entre les deux banques centrales en mars 2000. Une coopération accrue dans le domaine législatif entre les deux Assemblées nationales semble aussi à l’ordre du jour depuis 2002, même s’il est encore difficile de dire pour le moment quels sont les conseils qui seront prodigués dans ce domaine par la partie vietnamienne. L’éducation, un autre secteur stratégique au Laos, bénéficie de la contribution vietnamienne avec la signature d’un autre accord bilatéral de 5 ans en mai 2001 qui prévoit la formation d’environ 1 300 à 1 400 étudiants laotiens par an dans les universités vietnamiennes et dans les écoles professionnelles. Bien que ce ne soit pas dans le cadre de cet accord, il faut aussi mentionner la formation idéologique de cadres laotiens envoyés au sein du prestigieux Institut national des sciences politiques Hô Chi Minh à Hanoi.

  • 16 « Voice of Vietnam », 24 février 2000, in BBC Summary of World Broadcasts, Part three, Far East, 2 (...)
  • 17 Benoît de Tréglodé, Un théâtre d’ombres : le Vietnam entre la Chine et l’Asean au lendemain de la (...)

11Enfin, et ce n’est pas le moindre des aspects de la « relation spéciale » : les liens militaires. En 2000, deux délégations d’officiers supérieurs laotiens se rendirent au Viêt Nam emmenées une première fois en février par le ministre de la Défense et le général Chounmaly Saignason, puis une seconde fois en juin cette fois-ci par le général Khamphon Chanthapon, chef du département politique de l’Armée populaire lao. La première visite donna lieu à une déclaration du Premier ministre vietnamien Phan Van Khai réaffirmant la coopération et le soutien du Viêt Nam à l’Armée populaire lao en « temps de paix ». Il en appela plus précisément aux « forces armées des deux pays à étroitement coordonner l’entraînement de leur personnel, à repérer les trafiquants de drogue et les contrerévolutionnaires, afin de contribuer à bâtir une ligne de frontière Viêt Nam-Laos pacifique et prospère16 ». Cette déclaration en forme d’avertissement n’était pas fortuite. Le 26 octobre 1999, un petit groupe d’étudiants avait organisé la première protestation antigouvernementale devant le palais présidentiel, en plein centre de Vientiane. Les manifestants avaient été rapidement arrêtés et emprisonnés, mais les dirigeants, aussi bien laotiens que vietnamiens, avaient pris l’avertissement très au sérieux17.

  • 18 Shawn W. Crispin et Bertil Lintner, « Behind the Bombings », in Far Eastern Economic Review, 27 ju (...)
  • 19 Grant Evans, « Demoralisation but No Revolt in Laos », in The Nation, 16 août 2000.
  • 20 « Radio Australia, Melbourne », 13 juin 2000, in BBC Summary of World Broadcasts, Part three, Far (...)
  • 21 Far Eastern Economic Review, 11 mai 2000.
  • 22 « Voice of Vietnam », 19 juin 2000 et Kaosan Pasason Lao (KPL), 8 juin 2000.

12En juin 2000, la visite de la seconde délégation de militaires laotiens n’était sans doute pas non plus une coïncidence. Depuis la fin du mois de mars, Vientiane avait été en effet secouée par une série d’explosions dans des lieux publics, dont jusqu’à ce jour les origines demeurent mystérieuses. D’après un article fréquemment cité, cette suite d’attentats aurait été orchestrée par certains membres du gouvernement, dans le but de déstabiliser la faction pro-vietnamienne au pouvoir18. Certains analystes voient plutôt les conflits internes de pouvoirs comme une lutte pour le partage des richesses et les attentats « comme simplement anarchiques, perpétrés par des gens qui en ont assez du système19 ». Quoi qu’il en fut, l’année 2000 vit également des troubles éclater au nordest, dans la province de Xieng Khouang. Aussitôt, une délégation officielle laotienne menée par des cadres de cette province fit le voyage au Viêt Nam pour rencontrer la commission des relations extérieures du parti communiste vietnamien20. Les journaux étrangers évoquèrent un soulèvement mené par des membres de l’ethnie hmong et une intervention de l’armée vietnamienne sur le territoire laotien pour aider à réprimer cette rébellion21. Une hypothèse fermement rejetée à la fois par les autorités laotiennes et vietnamiennes et critiquée par elles deux comme une tentative extérieure de nuire aux deux régimes et à la « relation spéciale » entre les deux pays22. Ces événements montrent en tout cas assez clairement que les affaires intérieures du Laos sont très étroitement suivies dans les plus hautes sphères du pouvoir à Hanoi.

Un soutien mutuel

13Pour appréhender les raisons de la persistance de la « relation spéciale » remarquable par sa longévité et son apparente constance, il ne faut pas seulement prendre en considération la perspective laotienne. Certes, le soulèvement au nord-est du Laos au printemps 2000 a une fois encore montré que le gouvernement était économiquement et opérationnellement en peine de faire face seul à la situation, en particulier dans le domaine militaire et politique. Mais également, la déstabilisation de l’environnement politique intérieur du pays en 1999 et en 2000 à la suite d’une combinaison assez exceptionnelle d’événements a certainement conduit le pouvoir laotien à vouloir renforcer ses liens avec l’allié sûr qu’est le Viêt Nam. Mais ce dernier n’est pas venu au secours de son voisin par charité ou au nom de la seule « solidarité socialiste », de la « lutte de trente ans » ou encore de la « relation spéciale ». Il faut également chercher ailleurs les raisons de cette sollicitude.

  • 23 À ce sujet, voir Mathieu Guérin, Andrew Hardy, Nguyen Van Chinh et Stan Tan Boon Hwee, Des Montagn (...)
  • 24 Carlyle A. Thayer, « Vietnamese Foreign Policy: Multilateralism and the Threat of Peaceful Evoluti (...)

14La menace d’une insurrection dans les provinces du Laos éveille chez les dirigeants vietnamiens le spectre bien vivant d’une déstabilisation de leur propre régime via l’agitation menée par des populations ethniques dites minoritaires, et vivant de part et d’autre de la frontière. Hanoi aurait par exemple vu dans le fameux mouvement de protestation contre le régime à Vientiane en 1999 une action ourdie par la communauté hmong, elle-même influencée par les sectes protestantes américaines – organisations également présentes au Viêt Nam et dont l’influence fut probablement déterminante dans les soulèvements qui se dérouleront sur les hauts plateaux du sud du pays un an plus tard23. Il faut en effet comprendre que Hanoi perçoit toujours le Laos et le Cambodge comme faisant partie de la zone de sécurité du Viêt Nam. En d’autres termes, si les « contre-révolutionnaires » parvenaient à franchir la « première ligne de défense » que constituent les deux voisins à l’ouest et au sud, alors, selon la logique des autorités vietnamiennes, le régime serait lui-même en grand danger. Ainsi, l’ouverture du pays à la fin des années 1980 et l’adoption officielle d’une politique étrangère multilatérale en 1988 n’ont pas réussi à apaiser totalement les suspicions de complots extérieurs qui œuvreraient à renverser le régime. Au contraire, la confirmation en 1991 d’une politique étrangère de « diversification » des relations et « d’amitié avec tous les pays », un an à peine après la disparition de l’Union soviétique, ne fit que renforcer les craintes des dignitaires hostiles à l’ouverture et au rapprochement du Viêt Nam avec les pays non-socialistes. Ils remirent ainsi au goût du jour la menace de « l’évolution pacifique », terme qui fut usité par Pékin à la fin des années 1970, et emprunté à son tour par Hanoi, pour décrire la stratégie employée par les « impérialistes » en vue d’affaiblir le socialisme dans l’Union soviétique et les pays de l’Est. Le Viêt Nam serait à son tour sous la menace de cette « évolution pacifique » et le « prochain sur la liste », selon les idéologues conservateurs du régime24.

La Chine : une influence ascendante

  • 25 Adisorn Semayaen, chercheur à l’Institut des études asiatiques, université Chulalongkorn, Bangkok, (...)

15Suite à la crise financière et économique de 1997, dans un réflexe « traditionnel », le Laos se tourne vers Hanoi et Pékin, les deux États dont il est le plus proche sur le plan idéologique et politique. La période de turbulences que traverse alors la Thaïlande a des répercussions sévères sur l’économie laotienne. Les autorités de Vientiane vont dès lors chercher à trouver d’autres partenaires afin de diversifier les relations économiques du pays. Cette réorientation de leur stratégie économique internationale va jouer en faveur de la Chine qui accueille très positivement ce rapprochement25. L’échange de visites des chefs d’État du Laos et de la Chine, respectivement Khamtay Siphandone en juillet 2000 et Jian Zemin en novembre de la même année, confirme la place plus importante que ces pays s’accordent mutuellement et constitue le point d’orgue d’un processus de normalisation des relations amorcées à partir de la seconde moitié des années 1980. Le règlement des litiges frontaliers dès 1992 a sans aucun doute aussi permis aux deux nations de retrouver une relation « normale », d’après le terme choisi par l’ambassadeur chinois au Laos. En 2001, la visite du Premier ministre laotien, Bounyang Vorachit, sur invitation du Premier ministre chinois Zhu Rongzhi, consolide le partenariat économique entre le Laos et la Chine. Durant cette visite de travail qui aurait demandé plus de six mois de préparation, la Chine accorde un prêt concessionnel de 35 millions de dollars au gouvernement laotien qui s’ajoute à un premier prêt de 12 millions de dollars octroyé en 1999 dans le but de financer les investissements dans les deux pays.

16Au regard de cette visite, l’économie apparaît bel et bien comme la priorité dans les relations sino-laotiennes. La grande majorité des biens chinois importés au Laos sont des produits manufacturés, moins chers (mais aussi souvent de moins bonne qualité) que ceux provenant de Thaïlande. Grâce à leur prix, les produits chinois ont donc très vite envahi les étals des marchés au Laos. Les motocyclettes représentent peut-être le symbole le plus visible de ce déferlement. Elles sont moitié moins chères que celles fabriquées en Thaïlande et donc à la portée d’un plus grand nombre de Laotiens.

  • 26 D’après les statistiques laotiennes, le montant total des échanges entre la Chine et le Laos s’élè (...)

17La Thaïlande reste de loin le premier partenaire économique et commercial du Laos, mais la Chine apparaît désormais en 2e position en termes d’investissements avec 5,5 millions de dollars investis en 2001, principalement dans le secteur de la cimenterie, de l’extraction minière et dans l’agriculture26. Cependant, tous les projets chinois sont loin d’aboutir, et en 2002, sur les quelque 90 projets d’investissement listés par le Département pour la promotion et la gestion des investissements domestiques et étrangers, seuls environ 60 ont vocation à être menés à bien, le reste n’existant que sur le papier.

  • 27 Citation d’un diplomate étranger, Vientiane, mars 2002, entretien de Vatthana Pholsena.
  • 28 Vientiane, avril 2002, entretien de Vatthana Pholsena.

18En fait, les dirigeants laotiens considéreraient la Chine moins comme un potentiel remplaçant de la Thaïlande dans ses relations économiques que comme une protection contre l’instabilité économique régionale, car elle représente indéniablement une source d’investissements, de commerce et d’aides importantes (environ 5 millions de dollars par an, d’après l’ambassade chinoise à Vientiane) qui leur permettent de répartir les risques27. En effet, d’après un fonctionnaire du département Asie de l’Est au ministère laotien des Affaires étrangères, le Laos a retenu les leçons de la crise de 1997 et ne veut plus mettre « tous ses œufs dans le même panier28 ».

  • 29 En juillet 2000, alors que des explosions retentissaient de manière sporadique dans Vientiane, un (...)

19L’engagement chinois auprès de ses « petits » voisins du sud se fait logiquement au détriment de l’influence du Viêt Nam sur le Laos et le Cambodge. Le thème de la rivalité entre la Chine et le Viêt Nam autour du Laos est récurrent dans l’histoire politique et géopolitique du pays. Il a pris ces dernières années une dimension nouvelle à la suite du réchauffement des relations entre Pékin et Vientiane. Les attentats à Vientiane en 2000 qui déstabilisèrent le régime, sans toutefois éveiller la perspective d’un renversement, furent l’occasion d’évoquer de nouveau cette rivalité29. À ce stade, il est difficile d’affirmer s’il existe une dichotomie aussi tranchée au sein du leadership laotien entre une faction pro-vietnamienne d’un côté, et une faction pro-chinoise de l’autre. Toutefois, il est raisonnable de croire que le Viêt Nam apprécie moyennement la stratégie de la Chine de s’immiscer dans un territoire que Hanoi considère traditionnellement comme faisant partie de sa zone stratégique de sécurité.

2 - Laos et Thaïlande : une relation sous tension

Les conflits du passé et les tensions du présent

  • 30 « Thailand: Army Chief Details Military Relations Southeast Asian Neighbours », in The Nation, 3 m (...)

20La Thaïlande, on y reviendra, est le premier partenaire économique et commercial du Laos. Mais le poids du passé demeure encore un facteur clef dans les relations entre les deux voisins. Bien qu’il faille se garder de toute tentation déterministe, le passé peut aider à comprendre certaines attitudes. Ce n’est pas un hasard si jusqu’à présent, le Laos a constamment refusé de participer aux échanges de programme d’entraînement militaire avec la Thaïlande, alors que le Cambodge aurait favorablement accepté l’idée et que le Viêt Nam lui-même serait prêt à l’étudier. Un officier de haut rang thaïlandais a ainsi déclaré au cours d’un séminaire sur le rôle des militaires en Asie du Sud-Est dans l’après-guerre froide, que « les leaders politiques à Vientiane n’ont jamais fait confiance à la Thaïlande, à cause d’une perspective historique qui fait apparaître la Thaïlande comme un agresseur30 ». Sans nulle doute le soutien actif de Bangkok à l’armée américaine durant la guerre du Viêt Nam ou encore le conflit frontalier court mais sanglant de 1987-1988 nourrissent-ils cette réticence. Les relations entre les deux pays se sont cependant nettement améliorées depuis la fin de la guerre froide, débarrassées des antagonismes géopolitiques et idéologiques, et du risque d’un affrontement armé (surtout depuis l’adhésion du Laos à l’Asean en 1997).

  • 31 « More Than a River Divide Us », in The Nation, 28 septembre 2002; Khien Theeravit, Adisorn Semaya (...)
  • 32 Les incidents aux frontières durant son mandat n’ont pas facilité les relations entre les deux gou (...)

Sérénité et confiance ?
Une étude, publiée en 2002 par l’Institut des études asiatiques de l’université Chulalongkorn à Bangkok, tendrait à montrer que les responsables laotiens de la capitale comme ceux des provinces doutent fortement de la sincérité de la Thaïlande dans ses relations avec le Laos. Sur les 39 responsables nationaux interrogés, aucun ne lui ferait confiance31. Le commentaire de Surin Pitsuwan, l’ancien ministre des Affaires étrangères thaïlandaises (1997-2001), sur les relations entre les deux pays, ne dit pas autrement les choses : « Notre politique fut de maintenir des relations amicales avec le Laos en mettant l’accent sur la coopération. La prospérité et la stabilité sont nos priorités. Le Laos a besoin d’un marché pour ses produits agricoles et les entrepreneurs thaïlandais sont une nécessité pour l’économie laotienne. De même, la Thaïlande a besoin d’un Laos prospère, stable et sûr. […] Mais le problème, c’est le complexe d’infériorité des autorités laotiennes. Elles craignent que la Thaïlande profite du Laos, et cette attitude est difficile à surmonter32 ».
Entretien à Bangkok, avril 2002, Vatthana Pholsena.

Une parenté mal assumée

  • 33 On distinguera, selon l’usage, tai utilisé pour désigner les divers groupes ethnolinguistiques de (...)
  • 34 Le royaume de Nan Chao, qui marqua la région de la première moitié du VIIIe siècle jusqu’à l’invas (...)

21Une grande partie du malaise entre les deux États réside sans doute dans leur incapacité (largement partagée par d’autres pays) à surmonter un passé lourd de contentieux et entaché de conflits différemment interprétés et mal cicatrisés. Mais cette impuissance peut être aussi paradoxalement exacerbée par leur très grande proximité géographique, culturelle et linguistique. Les ethnies dominantes en Thaïlande et au Laos partagent le même arbre généalogique. De récentes études en linguistique, en histoire et en anthropologie tendent à suggérer que le territoire originel des Tai33 se situerait, en fait, dans un espace allant de l’ouest du Guangxi et du sud-est du Yunnan (au sud de la Chine) au nord du Viêt Nam et au nord-est du Laos. Les chefs de guerre tai y formèrent de petites principautés ou muang, qui plus tard furent incluses dans des structures confédératives aux contours mouvants, telles que les « douze communes » [Sipsong Panna] ou les « douze principautés tai » [Sipsong Chau Tai]. Certaines populations tai, sous la pression de l’expansion de l’Empire chinois, commencèrent ensuite à migrer au cours du premier millénaire de l’ère chrétienne vers les régions du nord-ouest de l’Asie du Sud-Est continentale34.

  • 35 Georges Condominas, L’Espace social à propos de l’Asie du Sud-Est, Flammarion, Paris, 1980, p. 270 (...)

22Les descendants des Tai sont aujourd’hui dispersés à travers l’Asie du Sud-Est continentale, et, plus particulièrement, aux confins méridionaux de la Chine, au nord du Viêt Nam et de la Birmanie, au nord-est de l’Inde. Ils constituent surtout l’ethnie dominante au Laos et en Thaïlande. Les plus puissants des chefs de guerre bouleversèrent l’équilibre des systèmes politiques en subjuguant les muang les plus vulnérables. Cette deuxième étape de la conquête engendra un processus de centralisation politique qui aboutit finalement à la formation d’États autour de muang, Chiang Mai pour le Lan Na, Luang Prabang (et plus tard, Vientiane) pour le royaume de Luang Prabang, et Ayutthaya pour le Siam35. Certaines de ces populations tai sont donc demeurées sans structure politique étatique et se sont transformées avec l’apparition de frontières internationales en « minorités » au sein des États-nations ; tandis que d’autres, comme les Lao et les Thaïs, se sont imposées auprès des peuples autochtones comme « majorités ».

  • 36 Mayoury et Pheuiphanh Ngaosyvathn, Kith and Kin Politics. The Relationship Between Laos and Thaila (...)

23Le partage d’une généalogie et d’un fonds historique, culturel et linguistique commun entre les ethnies dominantes du Laos et de la Thaïlande explique en grande partie la persistance d’expressions de parenté dénotant une vision des relations entre les deux peuples basée sur une conception plus ethnique que nationale. Ban phi muang nong [« le pays du grand frère, le pays du petit frère »] est une expression couramment usitée en Thaïlande pour définir les liens entre les deux nations. Mais on peut aussi se sentir fondé à s’interroger comme le fait un couple d’universitaires laotiens : « Qui serait le grand frère et qui serait le petit frère ? ». Les Laotiens préfèrent d’ailleurs employer une formule plus neutre, ban kai heuang kieng [« pays voisins »] pour éliminer, comme l’expliquent Mayoury et Pheuiphanh Ngaosyvathana, la « connotation paternaliste vis-à-vis du Laos » de la locution thaïlandaise et pour insister sur « la nécessité pour les deux pays partageant la même généalogie de vivre sur un pied d’égalité et avec un mutuel respect36 ». L’expression « grand frère-petit frère » reste néanmoins courante de l’autre côté du Mékong. Elle nourrit les querelles incessantes entre les deux pays, confortant l’inégalité économique de leur relation sur un plan verbal et déformant des disputes entre États souverains en de futiles querelles de famille.

Une réflexion prémonitoire ?
« Le problème du Laos devrait être considéré et traité en fonction du Siam principalement et, dans une certaine mesure, en fonction du Cambodge, deux pays voisins auxquels nous rattachent bien des affinités, et non, comme on a coutume de le faire jusqu’à présent, en fonction à peu près uniquement du Viêt Nam, de caractère et de tempérament différents, de civilisation, de mœurs et de coutumes plus différentes encore. Car, le Laos sera surtout viable politiquement et économiquement, non parce qu’on l’aura mis à la remorque du Viêt Nam ou sur le même rang que celui-ci, mais seulement quand il sera donné aux Laotiens de jouir à peu près des mêmes droits, des mêmes libertés et du même standard de vie que leurs frères de l’autre rive du Mékong.
En effet, des deux rives du grand fleuve, Laotiens (de l’Union française) et Lao-Siamois, se regardent et s’observent tous les jours. C’est déjà assez de soumettre ces deux peuples frères à deux statuts, à deux gouvernements, à deux régimes politiques différents. Il serait sage de ne pas aggraver la situation par des inégalités d’existence ou de traitement pratiquement trop visibles. Le jeu de bascule, qui s’établirait de lui-même, inéluctablement, serait dangereux, voire mortel pour l’un et l’autre, sinon pour tous les deux.
Tout l’avenir du Laos est là ». (Katay D. Sasorith, 1953, p. 92-93.)

Une vision panthaïlandaise économique et culturelle

  • 37 Kajit Jittasevi, Bangkok, mars 2002, entretien de Vatthana Pholsena.

24« La vision des leaders thaïlandais demeure inchangée. Elle est basée sur une conception traditionnelle, “une communauté imaginaire”, dont les frontières dépassent celles des territoires actuels du royaume de Thaïlande », observait récemment un universitaire thaïlandais37. La puissance politique et économique siamoise reposait sur les gains de territoire et de population. Ses ambitions expansionnistes étaient guidées par une vision inclusive de l’Empire dont les frontières demeuraient continuellement mouvantes au fur et à mesure des conquêtes et vis-à-vis duquel les populations des principautés voisines représentaient des sujets à incorporer inévitablement. L’expansion siamoise aux dépens des territoires des principautés laotiennes et khmères aux XVIIIe et XIXe siècles jusqu’à l’arrivée des puissances coloniales britanniques et françaises, a sans doute nourri l’imaginaire nationaliste à Bangkok. Et nombreux sont ceux qui, longtemps, se sont lamentés sur les territoires « perdus » au profit de la France.

  • 38 Voir Stéphane Dovert, 2001 p. 177-239.
  • 39 Craig J. Reynolds, « Thailand », in Anthony Milner et Mary Quilty (éds), Community of Thought. Aus (...)
  • 40 Les organismes internationaux tels que la Bad jouent un rôle important dans cette stratégie de dév (...)

25Ce passé impérial associé à une tradition d’ouverture à l’extérieur38, prête à subjuguer et à intégrer, se perpétuerait aujourd’hui sous de nouvelles formes. Selon certains, l’expansion thaïlandaise vis-à-vis de ses voisins n’est plus militaire, mais essentiellement économique et culturelle. La politique étrangère du gouvernement de Chatichai Choohavan (1988-1991) a, il est vrai, contribué à alimenter les soupçons à cet égard. En janvier 1989, le Premier ministre réaffirma son ambition de transformer les champs de bataille de l’ex-Indochine en parts de marché et élargit sa vision en présentant Bangkok comme le centre des affaires de la Thaïlande, mais aussi de l’ex-Indochine et de la Birmanie. Aux entrepreneurs thaïlandais fut offert le rôle de transformer l’Asie du Sud-Est continentale en une région pacifique et prospère, en une « péninsule dorée » [Golden Peninsula ou Suwannaphum]. Aux yeux de certains observateurs, le pont de l’Amitié, inauguré en avril 1994, et qui relie désormais Vientiane à la ville de Nong Khai en Thaïlande aurait donc une fonction double, opérationnelle et symbolique. Il ne constituerait pas simplement une infrastructure offrant une entrée vers de nouveaux marchés et l’exploitation de ressources naturelles (que la Thaïlande n’a pas, ou n’a plus, en quantité suffisante), mais également, et surtout, l’édification d’une zone de prospérité d’une « Grande Thaïlande » [Greater Thailand39]. Le développement des infrastructures routières et des moyens de télécommunication transformerait progressivement une contrée traditionnellement « lointaine » et « hostile » en une « terre d’opportunités », voire d’opportunismes, regorgeant de richesses. En bref, le Laos serait désormais inclus dans un schéma régional, un quadrilatère économique transnational où l’y rejoindraient la Birmanie et le Yunnan, sous le leadership de la Thaïlande40.

  • 41 Craig J. Reynolds (éd.), National Identity and its Defenders : Thailand, 1939-1989, Silkworm Books (...)

26Cette communauté imaginée d’une « Grande Thaïlande » ne se traduit pas seulement en gains économiques et en parts de marché ; elle est également présente dans l’esprit de tous ceux qui, en Thaïlande, sont à la recherche d’une authentique culture thaïlandaise. Les concepts officiels de l’identité culturelle thaïlandaise [ekkalak thai] – nation, monarchie et religion – demeurent toujours profondément ancrés dans la vie et la culture politique contemporaines. Rien ne fut laissé au hasard au siècle dernier dans la politique de construction d’une identité nationale. Craig J. Reynolds a montré, par exemple, comment les différents régimes militaires qui se sont succédé en Thaïlande considéraient l’identité nationale comme un enjeu directement lié à la sécurité du pays. D’où le déploiement d’un nationalisme institutionnalisé qui culmina dans la création d’une « bureaucratie culturelle », comprenant le Conseil de l’identité nationale au sein même du bureau du Premier ministre et ayant pour objectif de développer et de populariser les caractères « intrinsèques » de l’identité nationale thaïlandaise41. Mais la globalisation, économique, culturelle et technologique, bouleverse cette conception homogène de l’identité et de la culture nationales, formulée par l’autorité centrale et les élites, et véhiculée par les institutions modernes de l’État (l’école, l’armée et les médias). Comme toutes les notions multidimensionnelles et transformatrices de la vie quotidienne, le phénomène est complexe. Il a ses partisans et ses détracteurs ni « constructifs », ni « destructeurs », mais « producteurs » de nouvelles formes de savoir et de pouvoir. Le débat produit en tout cas une anxiété parmi la population, et la société thaïlandaise s’inquiète de la perspective d’une disparition progressive de sa culture et de son identité.

27La perception de la dégradation ou même d’une perte de la culture thaïlandaise du fait de la globalisation engendre un intérêt grandissant vis-à-vis des populations tai non thaïlandaises de la part des intellectuels de Bangkok (mais également des touristes thaïlandais) et de tous ceux qui sont liés à la politique de préservation et/ou de production culturelle. Le phénomène est bien expliqué par Craig J. Reynolds :

  • 42 Craig J. Reynolds, « Globalization and Cultural Nationalism in Modern Thailand », in Joel S. Kahn (...)

« Le regard que les Thaïs siamois tournent vers le nord et la mode actuelle qui consiste à étudier les Tai sinisants du sud de la Chine et du nord de l’Asie du Sud-Est doivent être entendus comme une sorte de nostalgie ethnique, une revendication d’identité bien incarnée par les populations minoritaires tai de la région encore épargnées par la globalisation42 ».

  • 43 Un autre commentaire répandu parmi les touristes thaïlandais qui se sont rendus à Luang Prabang, l (...)

28Ce désir d’authenticité, en particulier parmi la classe moyenne et supérieure urbaine thaïlandaise, n’épargne pas le Laos. Les touristes thaïlandais de retour de leur séjour à Vientiane et à Luang Prabang se lamentent volontiers sur l’altération des traditions et des coutumes en Thaïlande, sur les dégradations de l’environnement et de leurs conditions de vie en milieu urbain. « Les Laotiens et les Thaïlandais possèdent des cultures et des traditions similaires, mais le Laos réussit encore à préserver les siennes ». Cette remarque spontanée, répétée à l’envi par les touristes thaïlandais, reflète leur impression d’appartenir à une famille culturelle qui dépasse les frontières de leur pays, mais dont les différents membres seraient ordonnés selon leur niveau de développement. La société laotienne apparaît au regard du touriste thaïlandais telle que la Thaïlande était « avant43 ». La visite du pays de l’autre côté du Mékong ne constitue pas seulement un déplacement dans l’espace, mais également un voyage dans le temps, guidé par la nostalgie d’une forme de culture originelle idéalisée.

  • 44 Vipha Outthamachant, Phonkrātop khong sānyawitānyoulaethorāthāt khamphromdaen rāwangthailao [Impac (...)

29Mais les Lao ne sont pas les seuls « frères cadets » garants de la tradition culturelle. Aux yeux des Thaïlandais, les Tai du sud de la Chine et du nord de l’Asie du Sud-Est appartiendraient eux aussi à cette « grande famille » ethnique, et ces « frères aînés » verrait leurs « petits frères » d’un regard tantôt envieux, tantôt condescendant. Cette perception traditionnelle d’un espace ethnique dépassant les frontières nationales de la Thaïlande et qui guiderait aujourd’hui expansionnisme économique et quête narcissique d’une identité culturelle tai/thaïlandaise, ne favorise guère une relation sereine entre États souverains. Elle n’aide pas non plus à une meilleure compréhension entre les peuples, car la réalité est là : « Les Laotiens savent tout sur les Thaïlandais, mais les Thaïlandais ne savent rien sur les Laotiens44 ». Les Thaïlandais regardent les Laotiens sans les voir tandis que les Laotiens observent et écoutent les Thaïlandais à travers une réalité conçue par les médias d’outre-Mékong.

Une bataille culturelle et identitaire

  • 45 « Vientiane, City of Ancient Culture », in Vientiane Times, 30 janvier 2003.

30De manière assez ironique, cette vision idéalisée d’une culture immobilisée dans le passé est également entretenue et promue par les médias et les professionnels du tourisme au Laos. Les premières lignes d’un article récemment publié dans le Vientiane Times, quotidien de langue anglaise, auraient pu aisément trouver leur place dans une brochure touristique. On y lit : « Le mélange attirant de cultures de Vientiane, l’histoire coloniale française et l’architecture bouddhiste, en font une ville attrayante. […] Les visiteurs aiment ce pays enclavé et sa capitale parce qu’il préserve encore sa culture, ses traditions, ses coutumes et son environnement45 ». Alimentant cette image, les autorités laotiennes expriment depuis quelques années leurs inquiétudes vis-à-vis des influences extérieures qu’elles jugent « néfastes » à la société laotienne.

« Directive du parti en rapport avec les activités culturelles dans l’ère nouvelle »
Une directive du parti détaille longuement les « dangers » extérieurs qui pourraient menacer l’intégrité de la culture lao multiethnique. Cette directive lance ainsi un grave avertissement :
« Parallèlement à la réussite [dans la construction et le développement d’une culture nationale], de nombreux phénomènes indésirables sont apparus, tels que : un mode de vie basé sur la course à l’argent, la mode, des fausses croyances qui se répandent rapidement (en particulier au sein de notre jeunesse qui ne connaît pas les traditions et les coutumes, ni la gracieuse culture nationale) ; des comportements et des pratiques contraires à la culture nationale, qui considèrent les traditions seulement comme un simple moyen de faire des profits ; des activités issues d’une culture mercantile qui connaît uniquement le commerce et les échanges sans apprécier les valeurs culturelles. [Tous ces phénomènes] irritent la société, et le système légal national a été incapable de les limiter. En outre, les objets d’art antiques sont illégalement sortis du pays ; des influences culturelles étrangères pénètrent dans le pays et ont un impact négatif sur l’héritage culturel national. Elles rendent floues l’identité et la culture nationales, et même pire, les effacent progressivement. »
(Octobre 1994, à la suite du Ve congrès)

  • 46 The Nation, 28 janvier 2001.
  • 47 Vipha Outthamachant, 2001, p. 179.

31Le gouvernement laotien exprime en particulier une inquiétude croissante vis-à-vis de l’influence des médias thaïlandais sur la société urbaine au Laos. L’Union des femmes lao a émis des critiques sur les programmes de télévision thaïlandais reprochant à ces derniers d’encourager des modes vestimentaires et des manières indécentes aux dépens des vêtements traditionnels, comme le pha sin [sarong lao]. Certaines autorités laotiennes accusent même les médias thaïlandais de jouer un rôle prédominant dans la montée du consumérisme, voire des actes criminels au Laos46. Même s’il est difficile de vérifier la validité de ces accusations, les réactions des autorités laotiennes ne surprennent guère face à la puissance des médias thaïlandais au Laos. Ces derniers offrent à la population locale un accès à l’information qui lui permet de contourner la censure systématique des informations diffusées par les médias laotiens. Leur domination est visible dans tous les domaines (télévision, radio, presse écrite) et à tous les niveaux, y compris parmi les classes dirigeantes du pays qui, même si elles ne l’avouent pas publiquement, sont également à l’affût des retransmissions télévisées et radiophoniques thaïlandaises. Plus de la moitié de la population laotienne vit à moins de 50 km de la Thaïlande. Et, de fait, plus des trois quarts des habitants au Laos sont des auditeurs et des spectateurs réels ou potentiels des médias thaïlandais. Leur volume, leur diversité et leur degré de sophistication cantonnent les médias laotiens, dont les moyens budgétaires sont dérisoires et les marges de manœuvre très réduites, à une place marginale. Autrement dit, il n’y a aucune compétition : près des trois quarts des Laotiens regarderaient la télévision thaïlandaise plutôt que la télévision laotienne47.

  • 48 Vientiane, mars 2002, entretien de Vatthana Pholsena.

32Un journaliste laotien nous confiait récemment ce constat désabusé : « Les différences entre l’identité thaïlandaise et laotienne sont exacerbées en temps de conflits et de tensions, qui favorisent les sentiments patriotiques. Mais en temps de paix, les jeunes Laotiens suivent les Thaïlandais, parce qu’ils manquent d’idoles au pays48 ». Pourtant, même s’il existe un véritable engouement de la jeunesse urbaine laotienne pour les produits culturels thaïlandais, l’acculturation n’est pas totale. Malgré le pessimisme des médias laotiens, les identités demeurent distinctes : les indicateurs, ainsi que la réalité politique et sociale sont par trop divergents. Ils suggèrent perpétuellement aux habitants des deux rives du fleuve qu’ils n’appartiennent pas à la même société. Pendant aux nombreux avis enthousiastes exprimés sur la Thaïlande dans l’étude sur les jeunes Laotiens en milieu urbain et semi-urbain, Listening to the Voice of Young People (1998), quelques jeunes filles y ont exprimé de sérieuses réserves. Elles ont notamment été interrogées sur les raisons qui les retiennent d’aller chercher du travail en Thaïlande : « Nous restons à l’écart [des Thaïlandais]. Nous avons peur qu’ils nous arrachent les yeux. Ils ont une société mauvaise sans lois et les gens font ce qu’ils veulent » ; ou bien encore : « Ils nous vendront comme prostituées et puis la police nous attrapera et nous irons en prison et nous avons peur que quelqu’un nous viole ». Bref, malgré la proximité culturelle, linguistique et géographique et le fort pouvoir d’attraction de la culture populaire thaïlandaise, les Thaïlandais demeurent les « autres ». Entre enthousiasme et répulsion, leur domination culturelle produit des effets ambigus et contrastés.

  • 49 « Between the Lao and Thai Medias, An Agreement to Disagree », in Radio France internationale (sec (...)

33Cette étrangeté, nourrie de réalités déformées, est en outre délibérément renforcée par la politique culturelle des autorités laotiennes. Le discours défensif contre une hégémonie étrangère et corruptrice sert en effet le gouvernement dans sa politique identitaire. Bien qu’aujourd’hui, la presse et la radio thaïlandaises essaient davantage d’éviter les dérapages sur le Laos, les sujets de contentieux demeurent nombreux et se sont véritablement transformés en objets de bataille nationaliste menée avec énergie par les médias et les autorités laotiennes49.

34Les autorités laotiennes réagirent avec la plus grande vigueur en 2000 à des propos méprisants sur les femmes laotiennes attribués à une artiste thaïlandaise lors d’une émission télévisée. L’extrait ci-dessous d’un article publié dans le journal de langue laotienne, Vientiane Mai, donne la mesure de l’insulte ressentie à la fierté nationale, mais aussi de la stratégie de récupération d’une déclaration (si celle-ci a bien été faite) qui serait sans doute passée inaperçue sans les protestations officielles des autorités laotiennes :

  • 50 Vientiane Mai, 25 avril 2000.

« Si Nicole [l’artiste thaïlandaise] manquait de l’éducation nécessaire pour faire la distinction entre ce qui est juste et mal, le peuple laotien ne prêterait pas attention à sa naïveté. Mais, bien au contraire, elle a reçu une bonne éducation, possède un niveau de vie relativement élevé, ainsi qu’un certain degré de célébrité. Aussi, pourquoi lui pardonnerait-on pour ce qu’elle a dit ? La seule explication qui reste est qu’elle a intentionnellement voulu blesser la dignité et la réputation du Laos, ce qui est inacceptable. Si le Laos est un petit pays sous-développé, le peuple laotien, au contraire, n’est ni moralement ni intellectuellement inférieur à aucun autre peuple50 ».

35La relation entre la Thaïlande et le Laos est un jeu de miroirs déformants. Alors que la première voit dans la société laotienne une version de son organisation sociale et culturelle quelques décennies en arrière, les autorités laotiennes définissent leur culture en opposition à la représentation qu’elles projettent de la société thaïlandaise. Cette dernière sert en quelque sorte d’épouvantail au gouvernement dans sa politique de construction d’une identité nationale.

  • 51 « Friendship Bridge in Name only », in The Nation, 19 janvier 2002 ; Vientiane, mars 2002, entreti (...)

36Assez paradoxalement, le pont de l’Amitié illustre cette relation ambiguë où la proximité éloigne. Porteur d’espoirs d’un rapprochement entre les deux pays lors de son inauguration en 1994, cet ouvrage d’art n’a pas rempli ses promesses, s’agissant du développement des échanges entre les deux rives. Pire, il est devenu aux yeux de certains le symbole du lien du Laos au consumérisme et au matérialisme. Certains désapprouvent l’attitude « antipatriotique » de la classe moyenne urbaine laotienne de Vientiane qui l’emprunte en fin de semaine pour aller s’abandonner sans vergogne aux « charmes corrupteurs » du capitalisme de la Thaïlande51.

  • 52 Vipha Outthamachant, 2001.
  • 53 Vipha Outthamachant, 2001, p. 190-191.

37Une récente étude sur l’impact des médias thaïlandais au Laos, menée par une chercheuse de l’université Chulalongkorn, montre comment les dirigeants et fonctionnaires laotiens réagissent aux images de la société et de la politique thaïlandaises52. L’ensemble n’est guère flatteur pour le grand voisin, mais permet de mieux comprendre le gouffre culturel qui sépare la classe dirigeante des deux pays. L’actualité politique thaïlandaise est un spectacle qui déroute autant qu’il amuse les leaders laotiens : « Trop de libertés, à tel point qu’il n’y a plus aucune limite » ; « C’est la grande confusion comme si chacun ramait dans sa propre direction », etc. L’impression de cafouillis et d’immobilisme politique (car « il y a trop de partis politiques en Thaïlande » et « pas de volonté de changement politique ») les conforte en outre dans l’idée qu’« il vaut mieux peu que trop de partis » pour obtenir le consensus et entreprendre les réformes. La « réalité » sociale en Thaïlande projetée et scénarisée par les médias thaïlandais, quant à elle, leur paraît bien moins drôle, voire effrayante. Les dirigeants laotiens l’estiment « dangereuse » et « féroce ». Ils marquent leur incompréhension face à ce qu’ils jugent être un manque de responsabilité civique et une absence d’éducation sociale dans la présentation des faits divers sur les chaînes de télévision thaïlandaises, décrite sans concessions comme « un spectacle nauséabond53 ».

Notes

1 Pour cette section, nous nous sommes principalement basés sur la remarquable thèse de doctorat de Christopher E. Goscha, Le Contexte asiatique de la guerre fancovietnamienne : réseaux, relations et économie (d’août 1945 à mai 1954), thèse de doctorat, École pratique des hautes études, n.p., Paris, 2000, tome 1, 466 p., ainsi que sur les ouvrages de MacAlister Brown et Joseph J. Zasloff, 1986, Paul Fritz Langer et Joseph J. Zasloff, North Vietnam and the Pathet Lao. Partners in the Struggle for Laos, Harvard University Press, Cambridge (Massachusetts), 1970, 262 p.; Martin Stuart-Fox, 1997 et Grant Evans, 2002.

2 Ce fameux « congrès du peuple lao » dans la province de Nghe An en août 1950, marqua l’avènement officiel d’un gouvernement révolutionnaire de résistance, doté d’un programme politique calqué sur le modèle vietnamien (il fut en effet financé et encadré par le gouvernement nord-vietnamien).

3 Les Vietnamiens vivant à l’extérieur des frontières de l’État actuel du Viêt Nam, dans le cas qui nous intéresse ici en Thaïlande, au Cambodge et au Laos.

4 L’occupation par les fonctionnaires vietnamiens de la majorité des postes les plus importants (après ceux réservés aux Français) de l’administration du Laos colonisé (dans les bureaux des résidences supérieures, dans la garde indigène, comme télégraphistes, facteurs et chauffeurs de camions se déplaçant entre le Laos et l’Annam) a sans nul doute grandement aidé les viêt kieu à mener ces soulèvements.

5 Christopher E. Goscha, 2000, p. 76.

6 D’après les souvenirs de Vo Nguyen Giap, Kaysone Phomvihane se fit remarquer pour la première fois en 1948, période à laquelle le général vietnamien souhaitait trouver de « jeunes Laotiens afin de créer des cadres capables d’aider la révolution de ce pays amical ». Ce dernier fut apparemment très impressionné par le jeune révolutionnaire vietnamo-laotien puisqu’il passa trois jours à le présenter aux membres de son État-Major et de son gouvernement, en particulier les cadres politico-militaires du Viêt Bac chargés du Laos du Nord (Vo Nguyen Giap, Chien dau trong vong vay [Lutter dans l’encerclement], p. 342-343, cité dans Christopher E. Goscha, 2000, p. 165.

7 Grant Evans, 2002, p. 87.

8 Christopher E. Goscha, 2000, p. 93.

9 Dès 1947, des écoles militaires de la province de Nghe An formaient des cadres laotiens. En octobre 1950, un télégramme vietnamien fit état d’un cours de formation au Nord-Laos, destiné à renforcer un éventuel parti laotien ; on n’y comptait que dix Laotiens contre 117 Vietnamiens (Christopher E. Goscha, 2000, p. 192).

10 Christopher E. Goscha, 2000, p. 196. Après sa rencontre avec Giap, Kaysone et un groupe de Laotiens basés au Viêt Nam se rendirent dans la province de Sam Neua diriger une unité de propagande. En janvier 1949, Kaysone annonça la formation de l’Armée de libération laotienne. Cette date marque la naissance de l’armée du Pathet Lao dans l’historiographie officielle laotienne et vietnamienne.

11 Mais sans doute faut-il aussi rappeler que même durant la guerre froide, c’est l’Union soviétique, et non pas le Viêt Nam, qui représentait la principale source d’aide pour le Laos.

12 Vientiane Times, Sieng Pasason, Vientiane Mai, Kao Pasason Lao (côté laotien); « Voice of Vietnam » http://www.vov.org.vn, « Vietnam News Agency Web site » http://www.vietnamnews.vnagency.com.vn/(côté vietnamien).

13 Le Rénovateur, jeudi 23 mai 2002.

14 En juin 2002, une délégation composée de chefs de provinces du Viêt Nam (parmi lesquelles celles de Kon Tum, Thai Nguyen, Nghe An, Quang Tri, Thua Thien-Hué, Ha Tinh, Khanh Hoa et Danang), se rendit au Laos et fut accueillie par le président de l’Assemblée nationale et membre du Politburo, Samane Vignaket.

15 Yves Bourdet, « Laos in 2000. The Economics of Political Immobilism », in Asian Survey, vol. 41, no 1, 2000, p. 169.

16 « Voice of Vietnam », 24 février 2000, in BBC Summary of World Broadcasts, Part three, Far East, 28 février 2000.

17 Benoît de Tréglodé, Un théâtre d’ombres : le Vietnam entre la Chine et l’Asean au lendemain de la crise asiatique, Les Études du Ceri, no 68, Paris, 2000, p. 9-10.

18 Shawn W. Crispin et Bertil Lintner, « Behind the Bombings », in Far Eastern Economic Review, 27 juillet 2000, p. 26-27.

19 Grant Evans, « Demoralisation but No Revolt in Laos », in The Nation, 16 août 2000.

20 « Radio Australia, Melbourne », 13 juin 2000, in BBC Summary of World Broadcasts, Part three, Far East, 15 juin 2000.

21 Far Eastern Economic Review, 11 mai 2000.

22 « Voice of Vietnam », 19 juin 2000 et Kaosan Pasason Lao (KPL), 8 juin 2000.

23 À ce sujet, voir Mathieu Guérin, Andrew Hardy, Nguyen Van Chinh et Stan Tan Boon Hwee, Des Montagnards aux minorités ethniques – Quelle intégration nationale pour les habitants des hautes terres du Vietnam et du Cambodge ?, Irasec-L’Harmattan, Bangkok-Paris, 2003, XXVI-354 p.

24 Carlyle A. Thayer, « Vietnamese Foreign Policy: Multilateralism and the Threat of Peaceful Evolution », in Carlyle A. Thayer et Ramses Amer (éds), Vietnamese Foreign Policy in Transition, Institute of Southeast Asian Studies (Iseas), Singapour, 1999, p. 15.

25 Adisorn Semayaen, chercheur à l’Institut des études asiatiques, université Chulalongkorn, Bangkok, mars 2002, entretien de Vatthana Pholsena.

26 D’après les statistiques laotiennes, le montant total des échanges entre la Chine et le Laos s’élèverait en 2000-2001 à environ 43 millions de dollars (dont 35 millions d’exportations chinoises vers le Laos), alors que pour la même période, le volume total des échanges entre la Thaïlande et le Laos est estimé à 200 millions de dollars (dont une grande partie due aux exportations d’électricité du Laos vers la Thaïlande) (Données communiquées par un diplomate étranger, Vientiane, avril 2001, entretien de Vatthana Pholsena).

27 Citation d’un diplomate étranger, Vientiane, mars 2002, entretien de Vatthana Pholsena.

28 Vientiane, avril 2002, entretien de Vatthana Pholsena.

29 En juillet 2000, alors que des explosions retentissaient de manière sporadique dans Vientiane, un analyste affirmait : « La Chine et le Viêt Nam soutiennent les camps opposés de la lutte actuelle pour le pouvoir à l’intérieur du cercle dirigeant laotien. Cela devient une sorte de guerre par procuration entre qui des deux aura le plus d’influence sur le pays » (Sunai Pasuk, in Shawn W. Crispin et Bertil Lintner, Far Eastern Economic Review, 27 juillet 2000, p. 26.).

30 « Thailand: Army Chief Details Military Relations Southeast Asian Neighbours », in The Nation, 3 mai 2002.

31 « More Than a River Divide Us », in The Nation, 28 septembre 2002; Khien Theeravit, Adisorn Semayaem et Thantavanh Manolom, Thai-Lao Relations in Laotian Perspective, Thailand Research Fund-Institute of Asian Studies (université Chulalongkorn), Bangkok, 2002, 212 p.

32 Les incidents aux frontières durant son mandat n’ont pas facilité les relations entre les deux gouvernements. En juillet 2000, l’attaque d’un poste frontière au sud-ouest du Laos conduisant à l’arrestation de 28 hommes demeure un sujet de tension entre les deux gouvernements. En particulier, l’attente de l’extradition de 17 citoyens laotiens, parmi les 28 détenus en Thaïlande, irrite le gouvernement laotien qui accuse son voisin de délibérément ralentir la procédure, ce que celui-ci nie.

33 On distinguera, selon l’usage, tai utilisé pour désigner les divers groupes ethnolinguistiques de langue taïs (qui s’étendent de la Chine à l’Assam ou à la Malaisie) et le thaï pour désigner la langue et l’identité culturelle des ressortissants du Siam, devenu Thaïlande en 1939. « Thaïlandais » renvoie à l’État-nation contemporain et à ses citoyens. Voir Yves Goudineau et Bernard Vienne, « L’État et les minorités ethniques. La place des “minorités montagnardes” [chao khao] dans l’espace national », in Stéphane Dovert (éd.), 2001, p. 144.

34 Le royaume de Nan Chao, qui marqua la région de la première moitié du VIIIe siècle jusqu’à l’invasion des Mongols au XIIIe siècle, eut pour capitale un centre urbain près du lac Tali situé dans la province actuelle du Yunnan. Mais les historiens s’accordent à dire aujourd’hui que les populations de langues taïs n’eurent jamais une position dominante au sein de cette entité politique.

35 Georges Condominas, L’Espace social à propos de l’Asie du Sud-Est, Flammarion, Paris, 1980, p. 270-271.

36 Mayoury et Pheuiphanh Ngaosyvathn, Kith and Kin Politics. The Relationship Between Laos and Thailand, Journal of Contemporary Asia Publishers, Manille-Wollongong, 1994, p. 1.

37 Kajit Jittasevi, Bangkok, mars 2002, entretien de Vatthana Pholsena.

38 Voir Stéphane Dovert, 2001 p. 177-239.

39 Craig J. Reynolds, « Thailand », in Anthony Milner et Mary Quilty (éds), Community of Thought. Australia in Asia, Oxford University Press, Melbourne, 1996, p. 120.

40 Les organismes internationaux tels que la Bad jouent un rôle important dans cette stratégie de développement régional en encourageant la participation des pays du Sud-Est asiatique. Ainsi, la Bad estime que les pays de la sous-région du Grand Mékong (GSM, qui rassemble le Viêt Nam, le Laos, le Cambodge, la Thaïlande, la Birmanie et la Chine à travers sa province du Yunnan) auront besoin de 40 milliards de dollars au cours des vingt-cinq prochaines années pour financer plus de cent projets, dont la majorité concerne les secteurs du transport, de l’énergie et des télécommunications (Karen Bakker, « The Politics of Hydropower : Developing the Mekong », in Political Geography, no 18, février 1999, p. 224).

41 Craig J. Reynolds (éd.), National Identity and its Defenders : Thailand, 1939-1989, Silkworm Books, Chiang Mai, 2002, X-357 p. Katherine Bowie analysa également le rôle très influent du mouvement « scouts de village » – un groupe paramilitaire intimement lié à l’armée, au ministère de l’Intérieur et à la monarchie – qui, dans les années 1970 et 1980, joua un rôle crucial dans l’endoctrinement des villageois thaïlandais aux valeurs conservatrices de la culture thaïe dans la lutte contre l’insurrection communiste (Katherine Bowie, Rituals of National Loyalty : An Anthropology of the State and the Village Scout Movement in Thailand, Columbia University Press, New York, 1997, 393 p.).

42 Craig J. Reynolds, « Globalization and Cultural Nationalism in Modern Thailand », in Joel S. Kahn (éd.), Southeast Asian Identities: Culture and the Politics of Representation in Indonesia, Malaysia, Singapore, and Thailand, St Martin’s Press-Institute of Southeast Asian Studies, New York-Singapour, 1998, p. 135 et 138.

43 Un autre commentaire répandu parmi les touristes thaïlandais qui se sont rendus à Luang Prabang, l’ancienne capitale du Lan Xang, est celui de comparer cette dernière à Chiang Mai d’« il y a vingt ou trente ans ».

44 Vipha Outthamachant, Phonkrātop khong sānyawitānyoulaethorāthāt khamphromdaen rāwangthailao [Impacts des transmissions radiotélévisées transfrontalières entre la Thaïlande et le Laos], presses de l’université de Chulalongkorn, Bangkok, 2001, p. 202.

45 « Vientiane, City of Ancient Culture », in Vientiane Times, 30 janvier 2003.

46 The Nation, 28 janvier 2001.

47 Vipha Outthamachant, 2001, p. 179.

48 Vientiane, mars 2002, entretien de Vatthana Pholsena.

49 « Between the Lao and Thai Medias, An Agreement to Disagree », in Radio France internationale (section langue laotienne), 2 août 2000. Vipha Outthamachant observe judicieusement que « le langage est une arme capable de blessures plus profondes que le tranchant d’un couteau. Il ne faut pas que les Thaïlandais profitent de leur supériorité médiatique pour des menées agressives contre le Laos qui se pose alors en victime. Nous espérons que le fruit de nos recherches permettra aux Thaïlandais de réaliser que tandis que nous nous amusons sans y penser, les Laotiens de presque tout le pays sont en train de nous écouter et de nous observer ».

50 Vientiane Mai, 25 avril 2000.

51 « Friendship Bridge in Name only », in The Nation, 19 janvier 2002 ; Vientiane, mars 2002, entretien de Vatthana Pholsena avec un journaliste laotien.

52 Vipha Outthamachant, 2001.

53 Vipha Outthamachant, 2001, p. 190-191.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search