Version classiqueVersion mobile

Le Laos au XXIe siècle

 | 
Ruth Banomyong
, 
Vatthana Pholsena

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ici le titre du récent ouvrage de Grant Evans, A Short History of Laos. The Land in (...)
  • 2 Nous utilisons ici le terme lao pour qualifier la famille ethnolinguistique qui regroupe une parti (...)
  • 3 Hugh Toye, Laos. Buffer State or Battleground, Oxford University Press, Londres-New York, 1968, p. (...)

1La fonction d’une zone tampon implique, par définition, l’existence de part et d’autre de ses contours de forces politiques et militaires susceptibles d’entrer en collision si elles se trouvaient directement en contact. L’espace géographique qu’occupe aujourd’hui la République démocratique populaire lao représente le territoire réduit du royaume du Lan Xang, dont la formation en 1353 par le prince Fa Ngum, exilé au Cambodge et revenu en conquérant, fut favorisée par le déclin de Sukhothai, autre royaume tai, fondé en 1292. Ce qui allait devenir le Laos put ainsi prospérer et préserver sa stabilité en bénéficiant des problèmes de ses voisins. Le Dai Viêt [littéralement « Grand Viêt »] et la Birmanie étaient régulièrement en proie à des luttes internes de pouvoir, tandis que le Cambodge poursuivait son inexorable déclin et qu’Ayutthaya, le futur Siam, n’entravait pas véritablement le développement de son voisin du nord. Mais même à son apogée au XVIIe siècle, le Lan Xang demeura toujours cette « terre du milieu1 » qui n’a pas tardé à se morceler dans un processus quasi-synchronisé d’autodestruction et de recul face aux conquêtes de l’ennemi. Au XVIIIe siècle, Siamois et Vietnamiens, il est vrai grandement aidés par la zizanie qui divisait les prétendants au trône lao2, s’affrontaient par États vassaux interposés sur les territoires du Lan Xang, pour « une affaire de terres », poussés par « le besoin d’un espace de vie d’un côté, et la peur de la conquête et de l’extermination de l’autre3 ». Déjà une question de survie et l’affrontement de deux mondes ; l’un davantage marqué par les influences religieuses de l’Inde, l’autre de la Chine. Deux siècles et demi plus tard, une configuration troublante de similarité va resurgir en pleine guerre froide. Dans un exercise d’équilibriste dont l’échec aurait signifié la fin du pays, mais au prix d’une perte partielle de sa souveraineté politique et territoriale, le Laos, qui a pris la place géographique du défunt Lan Xang, vit ses territoires servir de zones tampons aux puissances extérieures : « domino » qui ne devait pas tomber pour les uns (la Thaïlande capitaliste et ses alliés, en particulier les États-Unis) et « base arrière » qui devait tenir pour les autres (le Viêt Nam communiste et ses mentors, la Chine et l’URSS).

2À présent, l’heure n’est plus aux politiques expansionnistes ou aux menaces militaires, ni vraiment aux combats idéologiques. C’est, à l’inverse, le moment de repenser le Laos. Les cadres d’analyse historique sont-ils toujours valables pour comprendre la place et le rôle du pays dans l’après-guerre froide ? Le Laos, ainsi que le Viêt Nam et le Cambodge, ont rejoint l’Asean depuis les années 1990. L’Indochine, celle de la vision coloniale française et de l’ambition communiste vietnamienne, a cessé d’exister. La Thaïlande et le Viêt Nam, les ennemis d’antan, sont devenus des partenaires commerciaux. Le « business » n’efface certainement pas toutes les cicatrices du passé. Si l’histoire est une clef pour comprendre le présent, elle ne lui dicte pas forcément son avenir. Faisant fi des frontières nationales et de la puissance étatique, de nouvelles règles dans les relations internationales, de nouveaux enjeux et défis aussi, appellent à prendre en compte à la fois les mentalités et les logiques du passé, mais également les stratégies et les paramètres du présent. En bref, dans quelle mesure est-il aujourd’hui justifié de définir le Laos contemporain comme un « État tampon », à une époque où les acteurs internationaux favorisent la région, voire le monde, comme cadre d’action, de compétition, mais aussi de coopération ?

  • 4 Martin Stuart-Fox, The Lao Kingdom of Lan Xang : Rise and Decline, White Lotus, Bangkok, 1998, p.  (...)
  • 5 Pour plus de détails sur l’expansion du royaume d’Ayutthaya, voir Chris Baker, « Ayutthaya Rising: (...)

3Ce qui, par contre, n’a jamais changé, du Lan Xang au Laos, c’est l’absence d’un accès à la mer. Les comptes-rendus des explorateurs européens qui, aux XVIIe et XVIIIe siècles, ne s’aventurèrent pas au-delà du Siam, parlaient déjà d’un Lan Xang « peu connu », « un pays à l’intérieur des terres », décrit comme « un grand et puissant Royaume », mais à un mois de voyage au nord de la capitale siamoise et « très difficile d’accès4 ». Cette isolement relatif (les premiers comptes-rendus européens sur le Lan Xang datent des années 1640. À cette époque, Ayutthaya jouissait déjà d’une réputation de puissance commerciale et militaire et de royaume cosmopolite5) explique en partie la stagnation politique, territoriale et militaire du Royaume, qui ne put profiter des échanges issus du commerce maritime, ni bénéficier du transfert de la technologie militaire des puissances européennes.

  • 6 Thaïlande, Viêt Nam, Birmanie, Cambodge et la Chine à travers le Yunnan, David K. Wyatt, Thailand- (...)
  • 7 Martin Stuart-Fox, « Laos. Towards Subregional Integration », in Southeast Asian Affairs, revue an (...)

4Qu’en est-il aujourd’hui ? Le désenclavement du Laos est devenu une priorité pour le gouvernement et les institutions internationales, en particulier la Banque asiatique de développement (Bad). C’est le désir de métamorphoser l’image et la réalité d’un pays, d’une condition d’État « land-locked » [enclavé] à un statut de territoire « land-linked » qui relierait tous les pays de la sous-région du Grand Mékong6. Les perspectives de cette évolution font naître l’espoir de changer toute la géopolitique contemporaine de l’Asie du Sud-Est continentale. Le Laos pourrait-il même redevenir au troisième millénaire ce qu’il fut cinq siècles plus tôt : « le cœur de la région, le carrefour où les routes de commerce se croisent7 » ? C’est le pari de cet ouvrage que de préciser cet enjeu.

Notes

1 Nous reprenons ici le titre du récent ouvrage de Grant Evans, A Short History of Laos. The Land in between, Allen and Unwin, Australie, 2002, 251 p.

2 Nous utilisons ici le terme lao pour qualifier la famille ethnolinguistique qui regroupe une partie seulement de la population du Laos d’aujourd’hui. On notera que la nuance laotien/lao n’existe pas en laotien, où la nationalité est éponyme de l’éthnicité. Le sentiment national au Laos est né durant la période d’avant-guerre, aux environs des années 1920-1930 ; nous n’utiliserons donc le terme laotien que pour la période postérieure aux années 1920.

3 Hugh Toye, Laos. Buffer State or Battleground, Oxford University Press, Londres-New York, 1968, p. XIII.

4 Martin Stuart-Fox, The Lao Kingdom of Lan Xang : Rise and Decline, White Lotus, Bangkok, 1998, p. 100.

5 Pour plus de détails sur l’expansion du royaume d’Ayutthaya, voir Chris Baker, « Ayutthaya Rising: From Land or Sea? », in Journal of Southeast Asian Studies, vol. 34, no 1, février 2003, p. 41-62.

6 Thaïlande, Viêt Nam, Birmanie, Cambodge et la Chine à travers le Yunnan, David K. Wyatt, Thailand-A Short History, Silkworm Books, Chiang Mai, 1982, 351 p.

7 Martin Stuart-Fox, « Laos. Towards Subregional Integration », in Southeast Asian Affairs, revue annuelle de 1995, p. 179.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search