Version classiqueVersion mobile

Le Laos au XXIe siècle

 | 
Ruth Banomyong
, 
Vatthana Pholsena

Préface

Hugues Tertrais

Texte intégral

1Comment apprécier aujourd’hui la place du Laos en Asie du Sud-Est ? Sa situation géographique lui donne une position centrale – entre Viêt Nam et Thaïlande, Chine et Cambodge, côtoyant même la Birmanie. Mais il accumule les difficultés : enclavement, pauvreté, faiblesse du peuplement – 1 % de la population cumulée des dix pays de la région... Le Laos est un pays singulier dont l’entrée, en 1997, dans l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean) pose de multiples questions. Deux trajectoires se rencontrent alors : celle du Laos, à l’histoire quelque peu chaotique et qui cherche depuis longtemps son positionnement, et celle de l’Asean, organisation régionale récente qui lui est largement extérieure – quoique née dans le pays voisin, en outre adversaire ancien : la Thaïlande.

2L’histoire du Laos, sans doute, est ancienne, même si la représentation que le régime actuel en donne – et que rappellent opportunément les auteurs –, ne tient guère compte de ses discontinuités. Lorsqu'en 1893, la France obtient de Bangkok la cession de la rive gauche du Mékong, le Lan Xang n’est plus en effet qu’un souvenir, brillant peut-être, mais ancien : celui d’un royaume fondé par Fa Ngum en 1353 et qui vécut trois siècles et demi. Il devait, au XVIIIe siècle, se morceler en trois principautés, qui passèrent elles-mêmes sous la suzeraineté de Bangkok puis, partiellement, de Hué. Plus tard, seulement, la réunion du royaume de Luang Prabang avec Vientiane et Champassak, dans une nouvelle entité territoriale, forma l’actuel Laos. Mais, même au sein de l’Union indochinoise française, celui-ci resta marginal, peu développé – une « réserve coloniale », disait-on parfois. La décolonisation ramena le Royaume à son inconfortable situation, écartelé entre une Thaïlande qui l’aura longtemps dominé – et dont il partage largement la culture – et un Viêt Nam auquel il a été soudé pendant plus d’un demi-siècle, dans le protectorat puis la révolution. L’image de l’« État tampon » s’impose d’autant plus que, prenant le relais des puissances coloniales, les « grands » de l’après-guerre divisent à leur tour l’endroit : entre les États-Unis, alliés de la Thaïlande, et la Chine puis l’URSS, soutenant la république démocratique du Viêt Nam, quelle pouvait être la marge de maneuvre du Royaume, en quête d’une improbable union nationale associée au neutralisme ? En 1975, la prise de pouvoir des partis communistes en Indochine renvoya le Laos tout entier aux côtés du Viêt Nam, et le Mékong à son destin de frontière.

3L’Asean a alors huit ans : la déclaration de Bangkok fondant l’Association remonte au 8 août 1967, en plein conflit vietnamien. Les cinq pays fondateurs, de la Thaïlande aux Philippines en passant par la Malaisie, Singapour et l’Indonésie, formaient un demi-cercle autour de l’Indochine en guerre – Laos compris – comme pour se prémunir de ses débordements. Anticommunisme, mode de croissance extraverti ; l’Asean première manière symbolise aussi une certaine stratégie de développement, qu’illustre Singapour. En 1975, cette structure encore largement dormante se réactive au contact de l’Indochine « rouge », justifiant sa fonction de « cordon sanitaire ».

4Mais un nouveau virage se produit quinze ans plus tard, au tournant des années 1990, quand le bloc soviétique s’effondre et que s’évanouit la « menace » communiste – la Chine elle-même est en pleine réforme. Le maître-mot de la nouvelle époque est celui de régionalisation : le monde se réorganise presque naturellement autour de trois grands pôles économiques, dont seul l’asiatique n’est pas « intégré » : en périphérie du Japon, l’Asean relève le défi, se donne un contenu économique (zone de libre échange de l’Asean), un outil de réflexion stratégique (son Forum régional) et, à l’instar de l’Union européenne, se lance dans l’élargissement. En deux ans, elle intègre notamment deux pays communistes de la région, le Viêt Nam (1995) et le Laos (1997), sans manifester apparemment d’émotion politique ni s’inquiéter du fossé économique qui s’est creusé entre ceux-ci et le reste de la région. L’Asean, qui regroupe bientôt les dix États de l’« angle de l’Asie » et leurs 500 millions d’habitants, se donne à son tour des allures de bloc. Mais le Laos, à lui seul, symbolise le principal défi de cette nouvelle Asean : faire cohabiter des régimes politiques diamétralement opposés et des niveaux de développement qui ne le sont pas moins.

5Comment penser le Laos dans cette nouvelle configuration ? « Tout pays, aurait dit Napoléon, fait la politique de sa géographie ». En effet, le cadre de l’Asean ne modifie pas l’équation ancienne qui, à une autre échelle et de façon contradictoire, rend tributaire le pays de ses deux principaux voisins, Viêt Nam et Thaïlande, qui se chevauchent au Laos comme deux « plaques » en mouvement.

6Vatthana Pholsena et Ruth Banomyong font l’inventaire de cet héritage. La révolution d’août 1945 n’a pas modifié ce que l’ensemble colonial français avait établi : un Laos bien arrimé au Viêt Nam, dans un ensemble dont le nom même – l’Indochine – soulignait pourtant la différence des cultures. L’influence des communistes vietnamiens au Laos, via le mouvement révolutionnaire du pays, induit des « relations spéciales » toujours vraies aujourd’hui, et dans tous les domaines. Politiquement lié au Viêt Nam, le Laos accompagne les inflexions politiques de ce dernier, jusque dans la libéralisation – relative – de son économie. Pour le Laos, le Viêt Nam est aussi une protection face à une Thaïlande qui, traditionnellement, inquiète ses dirigeants. La relation de Vientiane avec Bangkok est en effet d’une autre nature. Les auteurs, qui la connaissent de l’intérieur, détaillent la forte parenté qui lie les deux pays, sur les plans ethnique, linguistique ou religieux. Ils n’en stigmatisent pas moins le « gouffre culturel » qui, dans un rapport de forces très inégal, les sépare aujourd’hui. Économiquement lié à la Thaïlande depuis l’ouverture économique – il n’y a qu’à traverser le Mékong –, le Laos en reçoit aujourd’hui l’essentiel de ses investissements extérieurs. La Chine offre-t-elle une alternative à ce face-à-face toujours un peu conflictuel ? Plutôt rivale du Viêt Nam au Laos, celle-ci s’engage en tout cas progressivement au sud.

7L’autre héritage pointé par Vatthana Pholsena et Ruth Banomyong, et qui fait le présent du Laos, est l’assez considérable retard de développement qu’accuse le pays. De taille relativement grande, mais très peu peuplé, il relève de la catégorie des pays les moins avancés (PMA), où la vie s’écoule principalement hors des villes, elles-mêmes de taille toujours modeste, et au rythme lent des campagnes anciennes. Le Laos, a-t-on dit, dispose d’une bonne situation, avec des frontières communes avec quatre pays de la région. Mais il ressort de cette étude, appuyée sur d’utiles tableaux, que la proximité que cette situation laisse supposer se traduit paradoxalement, du fait de l’enclavement et du sous-développement, par un grand éloignement : il coûte plus d’une fois et demi plus cher de faire venir un conteneur de Bangkok à Vientiane que de Marseille à Singapour… Le Laos dispose certes d’une importante ressource, l’hydroélectricité (« l’or bleu »), qu’il sait exporter ; mais cela ne l’empêche pas de fonctionner quasiment sous perfusion, celle des aides internationales.

8Quelles perspectives ? Étant donné l’état des ressources du pays, l’ouverture économique qu’implique la participation à l’Asean risque fort de se traduire par une dépendance accrue. L’intégration régionale, en effet, s’accélère alors que l’intégration nationale elle-même – qu’aucun de ses voisins n’a jamais encouragée – semble être encore un vœu pieux. Le réseau routier est modeste et essentiellement d’orientation nord-sud comme le Mékong. Le réseau fluvial est peu utilisé et, de toute façon, compte tenu des chutes qui ferment la frontière du Cambodge, ne peut constituer en l’état une voie d’échanges internationaux, du moins vers la mer.

9La rencontre du Laos et de l’Asean est cependant à double effet : l’entrée du pays dans l’association régionale infléchit nécessairement celle-ci ; parallèlement, le Laos en sortira plus encore modifié. Dans cette perspective, les défis actuels apparaissent autant porteurs d’opportunités que de risques. Des concepts comme celui de « région du Grand Mékong », modèle imaginé d’intégration régionale autour du grand fleuve, y trouvent un nouvel élan, même si les réalités sont bien plus prosaïques.

10« Dure réalité » en effet, comme le soulignent les auteurs, que celle de la société actuelle sur la rive gauche du Mékong. L’« homme nouveau socialiste » n’a pas dépassé le stade du mythe et la modernité oblige à composer avec un retour en force de la tradition – religieuse en particulier – et les phénomènes « négatifs » réputés liés au contact avec l’étranger. Et que dire des minorités, proportionnellement très nombreuses au Laos et dont l’intégration fait toujours question ? Le bilan social et culturel que propose finalement cet ouvrage n’en est pas sa moindre qualité.

11Mais le Laos a, pour l’essentiel, retrouvé la paix et cette situation, finalement nouvelle, paraît de bonne augure. Elle renvoie, d’une certaine manière, à la problématique des « petits États » – même si le pays est de bonne taille et peut toujours réserver des surprises. Le « petit État » est celui que sa position géographique et sa « dimension » modeste rend vulnérable et dont la stabilité dépend autant de la conjoncture internationale que de sa situation intérieure, les deux, bien sûr, étant liées. Ainsi du Laos : la combinaison des oppositions nationales (sur fond de rapport au communisme et à la monarchie), des rivalités « régionales » (Thaïlande, Chine, Viêt Nam) et des tensions planétaires (Est-Ouest), caractérise la crise régionale qu’il a longtemps traversée, marquée par des déchirements multiples et les déplacements de population. Par contre, si le consensus est trouvé à ces trois niveaux, en particulier sur le plan international, le Laos a de meilleures chances de vivre en paix, avec ou sans neutralisme affiché, de voir sa population réconciliée, et – pourquoi pas ? – de connaître une nouvelle jeunesse. L’entrée du Laos dans l’Asean donne toutes ses chances à un tel consensus : à l’aune du nouveau siècle, ce défi-là n’est pas le moindre.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search