Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des montagnards aux minorités ethniques

 | 
Mathieu Guérin
, 
Andrew Hardy
, 
Nguyễn Văn Chính
, 
et al.

Conclusion

Texte intégral

1La bulle entre Siam, Viêt Nam et Cambodge, formée par les territoires des nombreux peuples aborigènes des hautes terres de la péninsule Indochinoise, fut partagée entre le Laos, le Viêt Nam et le Cambodge à la fin de l’époque coloniale. Les Etats indépendants qui ont émergé à partir de 1953-1954 ont donc dû définir des politiques visant à intégrer ces populations dans leur jeune nation, mais aussi à tirer profit de leurs nouveaux espaces.

2Pierre Cupet, qui parcourut les hauts plateaux pour le compte de la mission Pavie dans les années 1890, décrivait déjà les plateaux du Sud de l’Indochine comme des terres d’accueil et, en définitive, les mouvements de populations d’aujourd’hui participent de sa logique :

  • 597 Rapport de Cupet après son exploration de 1891, cité dans Auguste Pavie, Mission Pavie Indo-Chine, (...)

« On se plaint généralement que notre Indo-Chine n’est qu’une colonie d’exploitation, qu’il n’y a place nulle part pour une colonie de peuplement, c’en serait une, celle-là, et des meilleures. Climat, terrain, facilités de communications, débouchés, tout s’accorde pour y attirer le colon. Des routes charretières peuvent être créées facilement. Les bois de construction, l’argile pour faire des briques se rencontrent partout, l’eau y est excellente. Il devra chercher à faire de l’élevage, et à introduire sur l’immense plateau certaines cultures européennes, comme le blé et la pomme de terre, ou exotiques comme le café, le coton, le mûrier, etc.597 ».

3Le projet rêvé par Cupet se concrétise un siècle plus tard sous l’action conjuguée des gouvernements cambodgien et vietnamien. Des migrants des basses terres s’installent en nombre et modifient radicalement les modes de mise en valeur du sol et l’écologie de la région par l’introduction de techniques d’exploitation intensive qui supplantent les méthodes traditionnelles des autochtones.

4Au regard des aborigènes, cette transition est le résultat d’une volonté exogène. Leur milieu naturel est dévasté, leurs cultures et leurs civilisations menacées, leurs territoires conquis par des puissances extérieures qui affirment agir pour leur bien parce qu’elles leur apportent un certain bien-être matériel et leur permettent de s’intégrer à des « nations modernes ». La résistance à de tels desseins imposés des plaines est inévitable. Les programmes gouvernementaux n’ont jamais pris la mesure des souffrances qu’ils impliquent, des dilemmes auxquels ils conduisent, car ils se sont exclusivement focalisés sur les opportunités qu’ils créent.

  • 598 Cambodge Soir, 28 janvier 2002.

5La vague de contestation indigène qui a marqué le tournant du XXIe siècle s’est chargée de rappeler aux Etats les tensions sociales et environnementales suscitées par les mouvements qu’ils ont provoqués et accompagnés. Mais les impératifs de sécurité nationale, de développement économique et social, de consolidation de la nation apparaissent antinomiques de la préservation des identités culturelles et des droits ancestraux des aborigènes. Dans cette optique, la rencontre entre les Premiers ministres vietnamien, cambodgien et laotien, en janvier 2002 à Hô Chi Minh-Ville, afin de mettre en place un « triangle de développement », peut être interprétée comme l’expression d’une volonté de s’unir pour accentuer la maîtrise des marges frontalières598.

6De fait, les politiques du Viêt Nam et du Cambodge diffèrent plus par leur efficacité et leur échelle que par leur nature. Dans le processus qui amène le développement économique et social de la haute région et la disparition des autochtones en tant que peuples, le Viêt Nam a pris beaucoup d’avance. Les indigènes ne sont plus majoritaires dans les provinces du Tây Nguyên.

7Pression démographique dans les plaines et impératifs de sécurité nationale se sont conjugués pour expliquer des migrations d’une ampleur considérable. Or, ce sont bien ces migrations, dont la force échappe maintenant au contrôle de l’Etat, qui sont le véritable levier du changement. Malgré les événements de février 2001 qui furent suivis d’une prise de conscience des difficultés, l’Etat vietnamien n’apparaît plus en mesure de modifier radicalement sa politique. Le processus, très avancé, s’inscrit fort bien dans les plans d’aménagement nationaux. Ainsi, l’approbation par l’Assemblée nationale, en juillet 2001, du principe de la construction d’un barrage à Son La dans le Nord du Viêt Nam, pourraît conduire, si le projet est mené à son terme, au déplacement de plus de 100 000 personnes, qui seraient pour la plupart dirigées vers le Tây Nguyên.

8En revanche, le Cambodge bénéficie encore d’une alternative. Au nom d’une rationalité économique de court terme, il peut encourager la spoliation des terres et l’assimilation pure et simple des Jaraï, Brou, Tampuon et Mnong. Il peut aussi privilégier une évolution plus lente qui permettrait aux autochtones de se préparer à la confrontation avec le monde global et de s’approprier cette mutation selon leurs propres termes.

9A travers les controverses portant sur les hautes terres et les peuples indigènes, à travers l’application des politiques intégrationnistes de l’Etat au Cambodge et au Viêt Nam, des dilemmes, des paradoxes et des interrogations émergent. Les troubles survenus sur les hauts plateaux du Viêt Nam et les manifestations de mécontentement des populations indigènes au Cambodge en 2001 illustrent la complexité de la question de l’intégration des peuples indigènes au sein d’une nation dominée par un groupe largement majoritaire. Comment construire une nation à la fois pluriethnique et unie avec des populations qui n’ont pas même une histoire commune ? Comment préserver les identités ethniques des cultures minoritaires et bâtir une nation ? Comment amener le « développement » aux peuples indigènes ? Qu’est-ce que le « développement » ? Quelles sont les arrière-pensées que sous-tend le vœu d’améliorer le niveau et le mode de vie des aborigènes ? Où commence l’acculturation et comment la différencier de l’appropriation ? Comment consolider la sécurité nationale du Cambodge et du Viêt Nam sans annihiler les civilisations de la forêt ?

10Partout, en Asie du Sud-Est comme ailleurs, les cultures indigènes sont soumises à de fortes pressions du monde extérieur pour « s’adapter ». Les voix des populations des hautes terres, les premières concernées par la transition en cours, sont encore difficilement audibles. Les schémas développementalistes les présentent généralement comme des espèces de « néo-sauvages », des humains qui, pour leur propre bien, devraient être éduqués dans des valeurs dites universelles. Le concept de « développement » a remplacé la « mission civilisatrice » des colonisateurs pour justifier un nouveau nivellement des civilisations, intégré au processus de globalisation.

11Le but est d’atteindre et de s’approprier les standards, les modes de vie, les valeurs, l’organisation socioéconomique de la culture occidentale dominante. La majeure partie de l’aide aux pays du Sud participe de cette logique de transformation. Les politiques d’acculturation auxquelles font face les populations indigènes des hautes terres du Sud de la péninsule Indochinoise s’inscrivent ainsi dans un mouvement beaucoup plus large dans lequel le Viêt Nam et le Cambodge sont eux-mêmes emportés.

12Alors que les gouvernements déterminent des politiques, que les ONG et les diasporas élèvent des protestations, que des chercheurs écrivent des livres comme celui-ci, des migrants arrivent chaque jour sur les hautes terres, transformant inexorablement ces régions de la péninsule Indochinoise en forêts de caféiers.

Notes

597 Rapport de Cupet après son exploration de 1891, cité dans Auguste Pavie, Mission Pavie Indo-Chine, 1879-1895, Géographie et Voyages II, Ernest Leroux, Paris, 1906, p. 168.

598 Cambodge Soir, 28 janvier 2002.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site