Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Des montagnards aux minorités ethniques

 | 
Mathieu Guérin
, 
Andrew Hardy
, 
Nguyễn Văn Chính
, 
et al.

Chapitre 3. Dynamiques des espaces de contact sur les hautes terres

Texto completo

1Les migrations du XXe siècle et la mise en place des structures administratives ont modifié la nature même de l’espace des anciens territoires aborigènes. Autrefois bulle entre Viêt Nam et Cambodge, lieu à l’écart, coupé du reste de la péninsule par ses montagnes et ses forêts, l’hinterland n’existe plus. Les limites de ce territoire hostile, où l’on s’enfonçait prudemment, la peur au ventre, ont été repoussées à l’est par les Việt et à l’ouest par les Khmers. Au tournant du XXIe siècle, ces deux peuples des plaines sont près de se rejoindre tout au long de la frontière. L’espace indigène, qui, par opposition au rythme des transformations des plaines, avait peu évolué jusqu’au XIXe siècle subit désormais des transformations rapides dans un registre extraordinairement dynamique.

2Afin d’apporter un regard sur les bouleversements de ces paysages, les auteurs se sont efforcés ici d’approcher au plus près le terrain. Le regard qu’ils lui portent repose sur leur expérience subjective de traversée du Mondolkiri et du Dak Lak.

3.1. PAYSAGES ET TRAVERSEES DES HAUTES TERRES

3.1.1. De la vallée du Mékong au Mondolkiri

  • 283 Marche effectuée par Mathieu Guérin. Les localisations ont été faites à l’aide d’un appareil Globa (...)
  • 284 Voir Guérin, 2000b, p. 38-40. Il s’agit à peu près de la route suivie et cartographiée par le capi (...)

3Au Cambodge, 150 kilomètres de sentiers et de pistes séparent le chef-lieu provincial du Mondolkiri, Sen Monorom, de la ville de Kratié sur le Mékong. On a parcouru un axe est-ouest qui suit approximativement le parallèle de latitude 12°30 lors d’une marche de neuf jours en novembre 2000283. La route suivie correspond à l’ancienne voie commerciale qui permettait aux Khmers de Kratié de traiter avec les Mnong des hauts plateaux284. D’ouest en est, de la vallée du Mékong au Plateau des herbes, le paysage est marqué par une succession de bandes ou de rubans qui dessinent la pénétration khmère en pays aborigène.

La vallée khmère

  • 285 Les lettres entre parenthèses renvoient au diagramme « Coupe Kratié-Sen Monorom : paysages ».

4Le long de la rive orientale du Mékong, Kratié (A)285 se déploie paresseusement. Les maisons de bois sur hauts pilotis entourent les vieux bâtiments coloniaux et le marché couvert du centre-ville. Les villages khmers (B) et leurs rizières s’étendent jusqu’à une douzaine de kilomètres du fleuve, le long de la nationale 7. Les habitants sont surtout des Khmers vivant dans des maisons traditionnelles sur pilotis aux toits de tuiles rouges. Après une zone de friches de cinq kilomètres de large où l’on quitte la nationale pour un sentier de terre, apparaissent les premiers villages mixtes khmers, kuoy, mnong biat (C). L’architecture des maisons est copiée sur celle des Khmers et la langue principale reste le khmer, même si les dialectes minoritaires sont parlés à l’intérieur des maisonnées kuoy ou biat. L’arrivée des Khmers sur ces terres date du Protectorat, d’autres les ont rejoints lors du Sangkum Reastr Niyum du prince Sihanouk.

5Les villageois pratiquent la riziculture humide. Ils entretiennent également de petits jardins où poussent les légumes et les arbres fruitiers. Ils disposent d’écoles primaires, de commerces, et souvent d’une pagode.

  • 286 (...)
  • 287 Famille d’arbres communs en Asie du Sud-Est.

6Le marché principal reste Kratié, chef-lieu de la province du même nom, où les habitants se rendent au moins une fois l’an. La limite orientale de cet espace fortement « khmérisé » est la rivière Té, l’ancienne frontière où s’arrêtait l’autorité du roi du Cambodge au milieu du XIXe siècle. Peir (D) est le dernier village où vivent des Khmers au voisinage des Biat et des Kuoy. Situé sur la rive occidentale de la rivière, il ne compte pas de pagode et reste séparé des autres par dix kilomètres de forêt clairière286, un milieu naturel entre forêt et savane où les diptérocarpacés287 aux larges feuilles craquantes parsèment les hautes herbes.

Coupe Kratié - Sen Monorom : paysages

Coupe Kratié - Sen Monorom : paysages

Les piémonts aborigènes et l’îlot khmer

7Passée la Té, on pénètre dans l’ancien territoire des « Phnong insoumis ». Cet espace reste très sauvage avec des densités de population inférieures à un habitant par kilomètre carré. Il est couvert d’une vaste forêt clairière, où la monotonie du paysage n’est rompue que par quelques marais, des bambouseraies et les épais massifs de forêt dense du phnom Kou288. « L’arbre émoussé à eau », cheu til teuk289, arbre roi de la forêt cambodgienne, haut de 25 à 40 mètres et dont on tire une oléorésine, y dispute l’espace et la lumière aux magnifiques sralau290 couverts de lianes et d’orchidées. A plusieurs reprises on a relevé des traces de tigre. Cet animal étant très recherché par les chasseurs, on peut penser que peu d’hommes traversent cette région.

8Le premier village à l’est de la Té, Sré Khtong (E), est isolé de la zone khmère par un no man’s land de 30 kilomètres de large parcouru seulement par quelques charrettes à bœufs et à buffles qui ouvrent elles-mêmes leur passage sur les hautes herbes. Sré Khtong est peuplé de Mnong biat qui parlent biat ou un pidgin de biat et de khmer. La principale activité est la riziculture humide. On attache des bambous sur des fils suspendus au-dessus des rizières pour effrayer les oiseaux et les familles déménagent dans une maison construite sur le champ pendant la durée des principaux travaux agricoles, à quelques centaines de mètres de l’habitation principale.

9Lorsqu’ils en ont le temps, les hommes chassent pendant que les femmes et les enfants cueillent fruits et tubercules en forêt. Sré Khtong ne dispose que d’une petite échoppe dans laquelle sont vendus des étoffes, des friandises, des accessoires de toilette, etc. Les autres villages disséminés dans la plaine sont des hameaux mnong (F). Leurs habitants ne pratiquent pas la riziculture inondée et leurs essarts sont parsemés sur les collines couvertes de forêt dense ou semi-dense, alors que les villages restent à proximité des cours d’eau. Il s’agit d’une région isolée du reste du pays, où l’on ne trouve ni écoles, ni commerces, ni véritables routes.

10Le seul marché important dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres est Méman (G), dans la partie haute de la Té, un îlot khmer au milieu du territoire mnong. Les migrants ont commencé à s’y installer dans les années 1980 lorsqu’on y découvrit de l’or. De petites cabanes en bois de plain-pied, drugstores, karaoké-bordels, salles de billards, longent l’allée principale donnant à la bourgade une allure de ville de western. De nombreux Cambodgiens, souvent de jeunes célibataires, cherchent à y faire fortune rapidement. Les commerçants les ont suivis de près. Leurs enfants, comme ceux des mineurs venus en famille, apprennent à lire à l’école ou à la pagode du village. En mai 2000, le gouverneur de la province a interdit l’extraction d’or, mais celle-ci se poursuit clandestinement à une moindre échelle. L’autorité administrative n’a guère les moyens de se faire obéir dans ce lieu reculé, uniquement relié au chef-lieu par une piste de latérite de 40 kilomètres couverte de profondes ornières qui la rendent très difficilement praticable.

11Située au pied du plateau mnong, Méman constitue un lieu de rencontre entre autochtones et Khmers. Les premiers y vendent les produits de leurs récoltes et de la forêt – fruits, riz, gibier, poissons – ou les échangent contre des tissus ou des outils. Le site se trouve à l’emplacement d’un ancien village mnong qui s’est fractionné en petits hameaux après l’arrivée des mineurs. Les Mnong n’en gardent pas rancune aux Khmers et les relations intercommunautaires sont plutôt bonnes. La présence d’un marché au cœur de leurs forêts est perçue comme un avantage certain par les Mnong, même si l’attitude des Khmers à leur égard est souvent méprisante, voire grossière.

12Méman ne s’étend pas. Les villageois quittant rarement leur maison ou leur mine, ce centre khmer n’est pas perçu comme une menace par les autochtones qui vivent à proximité. Le modèle khmer est d’ailleurs considéré avec intérêt. Certaines familles mnong ont adopté la riziculture inondée en lieu et place de l’essartage et de la capture des éléphants qui les faisaient vivre avant-guerre.

Le plateau

13La route de Sen Monorom, une piste de latérite aux ornières abyssales, quitte Méman pour gravir les pentes du plateau mnong formé d’une succession de mamelons. La plupart des habitants de la région vivent de l’essartage. Les sommets des collines étant couverts de savane herbeuse, les essarts sont pris sur la forêt dense et semi-dense qui tapisse les pentes et les vallées. Au village de Sré Oey (H), situé au fond d’une cuvette à mi-chemin entre Méman et Sen Monorom, les Mnong ont récemment adopté la riziculture humide, suivant l’exemple des Khmers, mais c’est une exception. Les villages du plateau font partie des moins acculturés, ceux où la culture mnong est la mieux préservée. Les habitants respectent traditions et règles coutumières, y compris lorsqu’ils vivent à proximité immédiate de Sen Monorom. Ils possèdent des buffles pour les sacrifices et des éléphants pour les transports et le défrichage des champs. On y trouve encore les longues maisons en herbe séchée et bambou sur structures en bois qui voisinent avec des habitations en bois sur pilotis, de type « khmer ». Quelques personnes âgées portent encore le pagne et les ornements mnong. On y parle encore les dialectes mnong, même si le khmer est compris partout et enseigné dans les écoles des villages.

14Sen Monorom (I) apparaît, malgré ses 7 000 habitants, comme une simple tache khmère au milieu de l’espace mnong. La ville s’étend très lentement et seules quelques dizaines d’hectares de cultures commerciales sont exploitées autour du chef-lieu provincial où les cabanes de bois, les « chalets », les bâtiments publics et les compartiments « chinois » en dur se partagent l’espace autour de la piste de l’aérodrome, désaffectée après la saison des pluies 1999.

15Le marché attire les familles aborigènes qui viennent de tout le plateau pour troquer, acheter ou vendre des marchandises. En revanche, les Khmers s’aventurent peu à l’extérieur de leur cité. La route entretenue par la compagnie forestière Samling constitue leur seul lien avec l’espace khmer en contrebas.

3.1.2. Itinéraires au Dak Lak

16Les paysages successifs en bandes parallèles qui couvrent l’espace entre la vallée du Mékong et le cœur du plateau mnong apparaissent propres au mode de colonisation khmer. Comme le montrent les enquêtes que l’on a pu mener en 1996 et 1999 dans la province du Dak Lak, la pénétration việt des hautes terres a modelé l’espace de manière différente.

  • 291 Boulbet, 1967, p. 2.

17Cette fois, l’évolution la plus visible concerne le couvert végétal. En mai 1996, il aura fallu atteindre une zone reculée du Nord du Dak Lak pour voir un pan de forêt dense. Rejoindre « l’exubérance prometteuse et spectaculaire de la végétation291 » décrite par Jean Boulbet dans les années 1960, demande des efforts considérables. On ne peut plus désormais contempler depuis la route un couvert naturel. Chaque accès est occupé par des implantations de colons en devenir.

Ea Drang - Thôn Chín (Dak Lak) : utilisation des terres

Ea Drang - Thôn Chín (Dak Lak) : utilisation des terres
  • 292 L’itinéraire décrit ici a été suivi lors de deux voyages. De Ban Mê Thuột, Andrew Hardy s’est rend (...)
  • 293 Lewis, 1993, p. 138-139.

18L’itinéraire décrit ici part du chef-lieu du Dak Lak, Ban Mê Thuột292, vers le nord, jusqu’aux forêts de la commune de Tam Giang. Il est long d’environ cinquante kilomètres. A la sortie de Ban Mê Thuột, la voiture traverse les anciennes plantations françaises, progressivement phagocytées par les excroissances de la cité : fabriques et habitations. On ne peut plus distinguer aucune trace du « tunnel de végétation décolorée » décrit au même endroit en 1950 par Norman Lewis293.

19La route nationale 14, bitumée, bordée de magasins construits sur le modèle việt, a remplacé la piste. Les migrants occupent l’ensemble des bordures de cet axe stratégique qui traverse les hauts plateaux. Les dates inscrites sur les maisons indiquent que les interstices entre les hameaux des années 1960 ont été comblés dans le courant des années 1990. De temps à autre, des fermes, des jardins, des plantations de café, de poivre ou de papayes apparaissent auprès de maisons en béton entourées de palissades de bambou.

20Au bourg de Buôn Hồ, la voiture quitte la nationale pour s’enfoncer dans un paysage de fermes à café et de mamelons dégarnis. Krông Năng, le chef-lieu de district, a été fondé en 1987. Son unique rue est bordée par des bâtiments administratifs, un hôtel et quelques magasins. Au-delà, la route laisse place à une piste boueuse qui longe la Compagnie des caoutchoucs de Krông Năng (Công ty Cao su Krông Năng), héritière d’une compagnie d’Etat privatisée quelques années auparavant. Elle annonce l’arrivée prochaine à Tam Giang, nouvelle zone économique de la fin des années 1970, ravagée par une épidémie de malaria dans les années 1980, mais qui a vu sa population doubler avec l’arrivée des migrants spontanés.

  • 294 Voir Hardy, 2003, p. 223-224.

21Le matin, Tam Giang bruisse de mille activités. Les étals prennent place dans les rues. Les magasins ouvrent leurs portes. Les clients s’engouffrent dans le bar-restaurant-billard-salon de télévision à proximité de rangées de maisons de planches entourées de petits jardins. Les aborigènes ont disparu bien avant la fin de la guerre et nul ne se souvient même qui ils étaient294.

22Partant du chef-lieu de la commune, la voiture passe au milieu de vastes étendues de terre rouge gagnées sur la forêt, des sols « excellents pour la culture du café » comme le remarque un des voyageurs. Leur succèdent des forêts clairsemées par les défrichements, où de très récents migrants ont tout juste eu le temps de construire des cabanons.

23Puis, abruptement, la piste s’arrête pour se muer en un sentier qui plonge dans le ravin, vers un ruisseau qui s’écoule en petites cascades successives sous les lianes des arbres géants, fragiles barrières opposées aux haches et aux tronçonneuses. Vestiges d’un passé qui s’efface, de tels massifs terminent chaque route de pénétration des hauts plateaux.

  • 295 Tan Boon Hwee, 2000, p. 5.

24A quelques kilomètres de là se trouve Thôn Chín, aussi appelé village numéro 9. Lors de notre passage, en 1999295, il s’agissait de l’une des plus récentes zones d’implantation việt de la province du Dak Lak, fondée au cœur d’une « région profonde et reculée » (vùng sâu vùng xa).

25Thôn Chín est relié à la nationale 14 à hauteur du chef-lieu de district Ea Drang. Les 30 kilomètres que l’on parcoure alors montrent l’étendue de la pénétration việt sur les hautes terres. On suit d’abord une voie secondaire bordée de caféiers sur une dizaine de kilomètres, jusqu’à un village de migrants accolé à un village autochtone. La route se transforme ensuite en piste de poussière ou de boue selon les saisons. Elle longe alors de vastes zones de cultures commerciales ; plantations d’hévéas ou de café. Seuls quelques massifs de forêt subsistent. Le long du chemin qui mène à Thôn Chín, on retrouve deux petites implantations de migrants et deux hameaux autochtones qui ne semblent pas interférer entre eux. Leurs habitants respectifs vivent côte à côte mais chacun chez soi. Cinq ans auparavant, le site de Thôn Chín était situé au cœur d’une forêt, concédée à la compagnie forestière d’Etat Ea Hleo Forestry Entreprise.

26De petites cabanes de bois entourées de pieds de café et de quelques arbres épars constituent désormais l’essentiel du paysage de Thôn Chín. Entre les rangs de caféiers poussent également de timides plants de maïs. Les lopins sont délimités par des bananiers et des poivriers. En 1999, un reste de forêt, grignoté jour après jour, était encore visible au centre du village.

  • 296 Tan Boon Hwee, 2000, 185 p.

27Hormis la cabane de bois bâtie par les habitants pour héberger l’école en attendant un bâtiment en dur, Thôn Chín ne bénéficie d’aucun service public. Le dispensaire le plus proche est à Ea Drang et il n’y a pas de marché à moins de huit kilomètres. En raison de l’état des chemins pendant la saison des pluies, Thôn Chín peut être complètement isolé du reste de la province, ce qui n’empêche pas les migrants de s’y installer massivement296.

28Les nouveaux arrivants ont conquis et modelé l’espace. Les forêts ont disparu et les autochtones se sont trouvés confinés dans leurs villages. La nouvelle organisation de l’espace ne permet plus l’essartage, les modes de vie doivent donc évoluer vite et radicalement.

  • 297 Edmund R. Leach, « The Frontiers of Burma », in Comparative Studies in Society and History, no 3, (...)
  • 298 Tan Boon Hwee, 2000, p. 10.

29Malgré les différences, en terme d’échelle notamment, les hauts plateaux cambodgiens et vietnamiens connaissent des évolutions semblables liées à leur statut d’interface où « les cultures s’interpénètrent de façon dynamique297 », mais où l’une domine les autres et s’étend. Plus qu’une simple ligne, l’espace de recouvrement des civilisations apparaît formé d’une multitude de points de contact entre autochtones et migrants, entre les systèmes autochtones et allogènes d’exploitation du milieu, entre l’Etat central et les habitants, anciens ou nouveaux298. Cet espace de recouvrement étant lié à un front pionnier, il varie constamment, se modifiant et se déplaçant au gré des mouvements de populations.

3.2. PROCESSUS D’EXPANSION ET DE CONTRACTION DE L’ESPACE DE RECOUVREMENT

30Deux histoires contemporaines liées mais différentes, des mouvements migratoires dont l’ampleur varie considérablement d’un pays à l’autre, des politiques distinctes, expliquent que l’espace de recouvrement entre civilisations ne connaît pas les mêmes évolutions au Cambodge et au Viêt Nam, même si l’objectif premier des deux Etats concernés est identique : amener les hautes terres et leur population à s’intégrer à la nation.

3.2.1. Au Cambodge

31La zone de contact entre montagnards et Khmers est très ancienne. Depuis leurs origines, du Ier au VIIe siècle, les royaumes khmers ont toujours été bornés par les territoires aborigènes au nord-est. Au milieu du XIXe siècle, la rencontre avait lieu sur la rive orientale du Mékong. Elle dessinait une large courbe qui, partant de Sambor à 60 kilomètres au nord de Kratié longeait le fleuve vers le sud avant de s’incliner vers l’est en contournant les territoires mnong et stieng, formant déjà une succession de rubans parallèles encore perceptibles aujourd’hui.

32Le voyageur désireux de s’aventurer sur les hauts plateaux commençait par traverser le « ruban khmer », où rizières et villages cambodgiens étaient placés sous l’autorité de mandarins nommés par le souverain. De nombreux habitants y commerçaient avec les Mnong et les Stieng. Après avoir traversé des forêts clairières désertes, il arrivait aux premiers villages aborigènes. Ces villages, qui constituaient le « cordon des tributaires » car ils payaient un impôt au roi du Cambodge, étaient dispersés le long d’une ligne située de 10 à 30 kilomètres à l’est ou au nord des rizières cambodgiennes. Après un no man’s land large de 30 à 40 kilomètres, on entrait dans les forêts des peuples indépendants. En règle générale, les autochtones ne construisaient pas leurs villages trop près de ceux des Khmers pour éviter le contact direct et reculaient lorsque ceux-ci avançaient.

33Depuis lors, le front pionnier s’est régulièrement déplacé en direction des frontières internationales. L’espace libre à l’est du « ruban khmer », suivi du « cordon des tributaires » ont été les premiers conquis par les migrants khmers qui ont occupé ces régions sous le Protectorat. Dans la première moitié du XXe siècle, les territoires stieng les plus à l’ouest, autour de l’actuelle ville de Mimot, ont été complètement absorbés par l’avancée khmère. Ils font maintenant partie des provinces de Kompong Cham et de Kratié.

34Seuls quelques villages stieng fortement acculturés, îlots au milieu de l’espace khmer, subsistent désormais et ces régions, totalement intégrées à l’espace cambodgien, ne peuvent plus guère être considérées comme des composantes de l’espace de contact.

La pénétration khmère dans le Nord-Est du Cambodge

La pénétration khmère dans le Nord-Est du Cambodge

35Depuis le milieu des années 1990, le front pionnier ne se déplace plus en ligne de l’ouest vers l’est. Il utilise les routes et les rivières qui autorisent un voyage rapide vers les hautes terres et forment ainsi des corridors de pénétration. Les migrants s’installent le long de la route nationale 19 ou sur les berges de la basse Srépok et de la basse Sésane au Ratanakiri, le long de la nouvelle route construite par la compagnie forestière Samling au Mondolkiri. Les migrants arrivent ainsi au cœur même des hauts plateaux à Banlung et Sen Monorom.

  • 299 Van den Berg, 2000, p. 8.

36Au Ratanakiri, les migrants se concentrent le long de la route nationale 19 qui relie Stung Treng au Viêt Nam via Banlung. Une étude conduite en 2000 révèle que 86 % des colons auraient établi leur résidence à moins d’un kilomètre de la route299. Les Khmers confessent volontiers leur aversion pour la marche à pied, aussi doivent-ils se mettre à portée du passage des motos ou des voitures ou, à défaut, d’un bateau. Lorsque la plupart des terrains disponibles au bord même de la route ont été occupés jusqu’à la frontière avec le Viêt Nam, les nouveaux venus ont acquis les terres situées juste derrière les lopins des premiers arrivés, entraînant ainsi un élargissement du corridor khmer.

37Le réseau des voies de communications, routes et dans une moindre mesure rivières, dessine ainsi l’espace de recouvrement entre civilisations des plaines et de la forêt. Les autochtones sont repoussés ou entourés. Face à l’avance des colons, certains choisissent de rester dans leurs villages qui se trouvent alors circonscrits par la vague khmère. D’autres préfèrent déménager et chercher refuge loin dans la forêt. De vastes surfaces, au relief parfois accidenté, leur permettent encore cette stratégie, principalement dans la province du Mondolkiri, et aux confins nord, ouest et est du Ratanakiri.

Sen Monorom, Mondolkiri - 1996

Essarteurs mnong réparant une charrette à bœuf servant au transport de l’huile de diptérocarpacées - 2000

Mnong pratiquant la cueillette, Mondolkiri - 1998

Cérémonie de renonciation aux yang pour se convertir au catholicisme dans un village mnong, Bu Sra, Mondolkiri - 1997

38Quelques implantations khmères, situées à l’écart des couloirs de pénétration, constituent des points de contact au plus profond des territoires aborigènes. Les plus importantes sont le chef-lieu du Mondolkiri, les mines d’or ou de pierres comme à Sen Monorom, Tiom Rom Bei Srok et Méman ou encore la plus ancienne colonie khmère en territoire aborigène, Koh Niek au Mondolkiri. Certaines demeurent circonscrites, alors que d’autres, telle Tiom Rom Bei Srok, sont en expansion, provoquant une dilatation de la zone de contact. Elles représentent les avant-postes civils de la conquête des hautes terres.

3.2.2. Au Viêt Nam

39Les relations entre les Việt et les autochtones du Sud de la péninsule Indochinoise sont relativement récentes, puisqu’avant le XVe siècle, c’est le Champa qui contrôlait la plaine côtière et les premiers contreforts (voir supra). Par la suite, les autorités de Hué ont longtemps préféré contourner les hautes terres et laisser les territoires aborigènes sur leur flanc occidental. Jusqu’à la période coloniale, les hautes terres ont ainsi été largement épargnées par l’avancée vietnamienne qui s’est pour l’essentiel concentrée sur les deltas.

  • 300 Li Tana, 1998, p 119-121.
  • 301 Hickey, 1982a, p. 165.

40D’après Li Tana, les seigneurs Nguyễn se sont contentés de maintenir des relations de bon voisinage avec les habitants des hauts plateaux jusqu’au XVIIIe siècle300. A cette époque, An Khê est probablement le poste le plus avancé des Việt sur les hautes terres. Après la révolte des Tây Sõn et la prise de pouvoir par l’empereur Gia Long en 1802, la frontière est fortifiée et les relations avec les aborigènes sont codifiées pour limiter les échanges entre les communautés301. Puis les terres aborigènes, considérées comme le fief des rois de l’eau et du feu (voir supra), sont délaissées jusqu’à l’installation des missionnaires français à Kontum.

  • 302 Hickey, 1982a, p. 299 et p. 303.

41Avec l’arrivée des Français en Indochine, le contrôle des hauts plateaux devient un objectif. L’action de la puissance coloniale repose sur la construction de « pénétrantes », des pistes de latérites devenues carrossables dans les années 1920 et 1930. A la fin de la première guerre mondiale, la construction de la route coloniale 14 entre Saigon et Tourane (Ðà Nẵng), via Lộc Ninh et le Dak Lak, est amorcée. En 1926, 608 kilomètres de pistes et de chemins parcourent le Dak Lak302. Les mutations s’intensifient avec l’apparition de groupements d’habitations vietnamiennes, de plantations et même de pôles urbains, tels Ban Mê Thuột, Kontum ou Dalat.

42Des accords de Genève en 1954 à la victoire de l’armée populaire du Viêt Nam du Nord en 1975, les hautes terres vietnamiennes sont profondément bouleversées. Les bombardements américains, avec l’utilisation d’agent orange et de défoliants, marquent les paysages de manière indélébile. Les mouvements de populations, progressions de troupes, déplacements des autochtones, arrivées de migrants, modifient définitivement la carte ethnolinguistique de la région.

  • 303 Nguyễn Trân Trọng et Nguyễn Ðăng Khiêu, Những vấn đề kinh tế chủ yếu về khai hoang xây dựng vùng k (...)
  • 304 Hickey, 1982b, p. 45.
  • 305 « Changer pour faire du neuf », voir Papin, 1999, p. 148.

43Dès 1976, les plans de la république socialiste du Viêt Nam qui visent le développement des hautes terres par l’envoi de migrants et l’essor des cultures commerciales marquent le paysage303. L’installation de paysans-soldats, organisés en entreprises nationales de l’armée et en troupes frontalières engagées dans le développement économique, doit sécuriser la région. Elle concourt surtout à l’aménagement de l’espace. Les migrants s’établissent d’abord le long des routes, notamment de la nationale 14, la principale artère reliant les hauts plateaux aux grandes plaines. Les nouvelles zones économiques sont mises sur pied dans les régions isolées et peu peuplées pour faire face à la guérilla du Fulro. D’après Gerald Hickey, ces mouvements de populations sont la suite logique de l’avance vers l’ouest, Tây tiến, qui caractérisait les déplacements des Vietnamiens dans les deltas du Sud depuis le XVIIIe siècle304. Mais, ce n’est qu’avec Ðổi mới305, la nouvelle politique du parti qui intègre l’économie de marché en 1986, que la dynamique de la zone de contact prend sa plus grande extension.

  • 306 William Gervase Clarence-Smith et François Ruf, « Cocoa Pioneer Fronts: the Historical Determinant (...)
  • 307 Entretiens, Dak Lak, 1998-1999.

44La libéralisation de l’économie, l’introduction du capitalisme sont contemporains du boom du café que connaissent les hauts plateaux. Le directivisme socialiste laisse la place à des formes de production centrées sur le foyer familial et le marché. Les anciens paysans-soldats s’arrogent une partie des terres qu’ils travaillaient déjà, rejoints par des centaines de milliers d’habitants des plaines venus tenter leur chance. Il devient alors impossible de localiser l’espace de recouvrement des civilisations sur les hautes terres du Viêt Nam. Il est partout. Zones autochtones et việt s’entrelacent, se croisent, se superposent à la manière d’une tranche de gruyère où trous et matière sont entremêlés306. Contrairement aux Khmers, les migrants việt ne se sont pas contentés des bords des routes. L’importance du mouvement migratoire est telle que les colons ont planté des sols situés très à l’écart du réseau routier, de plus en plus loin dans les fameuses « régions profondes et reculées307 » qui, comme Thôn Chín, ne les effraient plus.

  • 308 Entretiens, Gia Lai, juillet 1995.

45Seules quelques poches de peuplement autochtone sont encore préservées. Ainsi dans le district de Chu Pah, dans la province de Gia Lai, une curieuse expérience est menée dans un village jaraï. Bien que frontalier avec le Cambodge, il est exclu du dispositif des nouvelles zones économiques dans le but d’étudier comment évoluent les autochtones en dehors de l’influence des migrants việt308. L’impact des politiques publiques n’en est pas moins visible un peu partout dans le village. La sédentarisation a transformé les essarteurs en maraîchers. Leurs maisons disposées selon un plan géométrique sont entourées de barrières qui figurent le rêve moderniste de l’administration. Même le maraîchage prend un tour « moderne » lorsque l’on aperçoit, dans les potagers, les treilles composées d’épais fils métalliques spiralés… Ils proviennent des pylônes soutenant la ligne à haute tension « réunificatrice » qui traverse les hautes terres du nord au sud.

46Les hauts plateaux sont aujourd’hui constellés d’une myriade de petites implantations de migrants qui s’ajoutent aux corridors de pénétration, aux villes et aux grandes plantations comme lieux de contacts. Au tournant du XXIe siècle, l’espace où se côtoient autochtones et migrants couvre la quasi-totalité des hautes terres du côté vietnamien.

Maison commune en bordure de la réserve naturelle de Sa Thay - 1996

Petite fille jaraï, province de Kontum - 1996

Mise en culture sur la route de Kon Ma Har (Gia Lai) - 1996

Devant la cathédrale de Kontum - 1996

3.3. NOUVELLES REPRESENTATIONS DES HAUTES TERRES

47Pour les gens des plaines, les hauts plateaux sont devenus des espaces d’opportunités : opportunités de développement économique pour l’Etat, opportunités d’enrichissement et de réussite personnelle pour les migrants. Les terres des autochtones sont perçues comme sous-exploitées par les dirigeants cambodgiens et vietnamiens qui recherchent une croissance ad valorem de la production agricole, synonyme de développement. En faisant progresser les fronts pionniers vers le cœur des hauts plateaux, ils estiment travailler à l’édification d’un pays « moderne » et « développé ».

  • 309 Entretien, Dak Lak, juillet 1999.
  • 310 Entretiens, Dak Lak, juillet 1999. Au Cambodge, les migrants semblent davantage prêts à affronter (...)

48Au Viêt Nam, ce sentiment peut être partagé par les migrants qui, soutenus si ce n’est envoyés par l’Etat, ont le sentiment d’accomplir une mission. Chaque nouvel arpent cultivé par un colon est une victoire sur l’archaïsme supposé de l’exploitation traditionnelle des hautes terres. Cette mission culturale et culturelle se superpose à l’image de la « terre promise ». Car les migrants vivent dans l’espoir, nourri par l’essor des cultures commerciales (le café principalement), d’une fortune rapide. De fait, les premiers arrivés, à l’époque où les cours du café étaient élevés, ont pu réaliser leurs rêves. L’un d’eux, interrogé en 1999, explique, montrant sa maison de bois spacieuse : « Les choses sont plutôt faciles par ici… Même en travaillant pendant ma vie entière, je n’aurais jamais pu faire construire une aussi belle maison de retour dans mon village natal309 ». La zone de contact et les fronts pionniers offrent bel et bien la possibilité de s’extirper d’une situation économique ou sociale difficile dans le village d’origine. Un échec signifierait une perte de face310, aussi chacun est-il déterminé à prospérer sur des terres qu’il considère désormais comme siennes.

VISIONS DES HAUTES TERRES
« Actuellement, nos compatriotes des basses terres migrent vers les hauts plateaux du Centre pour construire l’économie des hautes terres. L’estimation pour les cinq prochaines années est que la population des deux provinces va s’accroître jusqu’à deux millions d’habitants… Le Gia Lai-Kontum et le Dak Lak disposent de larges surfaces de terres cultivables, avec des sols productifs très diversifiés, sur lesquels on pourra semer de nombreuses plantes. Les terres ont des potentiels très importants, notamment les larges surfaces très fertiles de sols basaltiques, particulièrement appropriées aux cultures à long terme, qu’il s’agisse d’essences forestières, de cultures commerciales ou d’arbres fruitiers. Ces cultures vont donner d’excellents rendements, et offriront aussi, en retour, une canopée végétale verte et fraîche qui contribuera à l’amélioration, à la protection et à la modération des climats et de l’hydrographie, avec des bénéfices à long terme pour les hauts plateaux. » (Recommandations des équipes de recherche envoyées sur les hauts plateaux en 1975 – Archives nationales du Viêt Nam, centre no 3, Uỷ ban Kế hoạch Nhà nýớc, 1975)
« Les hauts plateaux centraux forment une région favorisée par la nature, avec des sols fertiles, un climat doux, suffisamment ensoleillé, des pluies abondantes, des torrents, des rivières et des nappes souterraines. Ses plaines et ses collines, ses forêts et ses prairies… sont autant de précieuses ressources qui suffisent à offrir un mode de vie prospère aux autochtones de la région aussi bien qu’à satisfaire les besoins des gens du pays tout entier, à accroître les exportations et à alimenter les usines de notre nation socialiste. » (Lê Duẩn, Secrétaire général du Parti, 1978 – Lê Duẩn, TâyNguyên đoàn kết tiến lên [Tây Nguyên, Solidarité et Progrès], NXB Sự thật, Hanoi, 1978, p. 11)

49Aux yeux des migrants qui se font là les porte-parole de l’Etat, au Viêt Nam comme au Cambodge, la progression de l’espace de recouvrement représente aussi un moyen de renforcer le caractère « national » des territoires concernés.

  • 311 Voir notamment Rodolphe de Koninck, « The Peasantry as the Territorial Spearhead of the State in S (...)

50« Ils disent que c’est chez eux, qu’ils sont phnong, mais non. Ils sont khmers, khmer loeu, et leurs terres font partie du Cambodge » disait un chauffeur de taxi au Mondolkiri en décembre 2000. La fin de ce processus de dynamiques spatiales doit marquer l’intégration définitive des hautes terres dans le giron national. Les migrants, paysans pour la plupart, deviennent ainsi le « fer de lance territorial de l’Etat » selon l’expression chère au géographe canadien Rodolphe de Koninck311.

3.4. PEUPLEMENT ET ESPACES NATIONAUX

  • 312 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, 421 p.
  • 313 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, p. 53.
  • 314 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, p. 51, 59 et 63.

51A l’échelle du Viêt Nam, la spécificité des provinces de Kontum, Gia Lai, Lâm Ðồng et du Dak Lak, qui constituent à elles quatre le Tây Nguyên, se dégage très clairement. C’est en tout cas ce qui ressort de la lecture des cartes de l’Atlas duViệt-Nam, publié en 1994 par les géographes Vũ Tự Lập et Christian Taillard312. Ces provinces, comme celles du Nord du pays, apparaissent comme des marges montagneuses en rupture très nette avec les plaines côtières313. En 1989, elles figuraient clairement parmi les moins peuplées du pays avec des densités particulièrement faibles. Les moyennes restaient inférieures à 137 habitants par kilomètre carré, alors que la moyenne nationale s’élèvait à 195 habitants par kilomètre carré314.

  • 315 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, p. 65.

52Le statut de front pionnier du Tây Nguyên apparaît tout aussi distinctif. Entre 1979 et 1989, on a observé une hausse de la population rurale et des densités sans équivalent ailleurs au Viêt Nam (le nombre d’habitants par kilomètre carré a presque doublé au Dak Lak). Les provinces du Tây Nguyên restent cependant celles où le couvert forestier est le plus important315 et les autorités considèrent ainsi qu’elles offrent toujours de fortes potentialités de développement. Mais les densités se rapprochent peu à peu de la moyenne nationale. Les surfaces cultivées prennent le pas sur la forêt. Le poids démographique des Việt devient prééminent. On assiste ainsi à un lissage du territoire national où les caractéristiques des hauts plateaux tendent à s’estomper.

  • 316 General Population Census of Cambodia 1998, juillet 2000, p. 6.

53Au Cambodge, les spécificités et les dynamiques des hautes terres sont moins marquées. Ainsi, les différences physiques entre le Ratanakiri et le Mondolkiri d’une part, et les autres provinces d’autre part, ne sont pas aussi nettes. Les reliefs sont moins marqués qu’au Viêt Nam. Surtout, les faibles densités se retrouvent dans toute la partie septentrionale du Cambodge, au Mondolkiri, mais également à Oddar Meanchey sur la frontière thaïlandaise et dans les montagnes des Cardamones au sud-ouest qui sont, elles, anciennement peuplées de Khmers316.

  • 317 Décompte des migrations vers les hautes terres comparé aux résultats du recensement de 1998, table (...)

54Le Cambodge est loin d’être aussi peuplé que le Viêt Nam et les destinations possibles pour les migrants sont bien plus variées. Les provinces riches, telles Kompong Cham ou Battambang, attirent beaucoup, même si la rareté des terres disponibles amène une partie de leurs propres habitants à partir, principalement vers les villes. Koh Kong, Bantey Meanchey et Païlin, provinces de l’ouest, frontalières de la Thaïlande, accueillent de nombreux paysans sans terre venus tenter un nouveau départ. Les migrations vers les terres des aborigènes restent finalement marginales puisqu’elles touchent moins de 3 % des migrations interprovinciales du Cambodge317.

55Depuis la fin du XXe siècle, la dynamique de l’espace de recouvrement sur les hautes terres cambodgiennes s’est néanmoins accélérée. Au Viêt Nam comme au Cambodge, ces mouvements conduisent à un agrandissement de la portion du territoire national réellement sous contrôle de l’Etat et à un recul des particularismes ethniques. Les autochtones paraissent bien conscients des enjeux des mutations en cours. Au contact des peuples des plaines, des opportunités s’ouvrent à eux : enrichissement, éducation, services divers, rapports avec la modernité. Néanmoins, la vague des migrants est aussi ressentie comme une menace. Les civilisations de la forêt sont mises en danger, les terres confisquées, l’identité des groupes indigènes niée. Les manifestations de février 2001 au Viêt Nam ou les doléances publiques au Ratanakiri révèlent le caractère douloureux de la transition. Les développements de l’espace de contact sont certes porteurs de potentialités, mais aussi de souffrances.

Notas

283 Marche effectuée par Mathieu Guérin. Les localisations ont été faites à l’aide d’un appareil Global Positioning System (GPS).

284 Voir Guérin, 2000b, p. 38-40. Il s’agit à peu près de la route suivie et cartographiée par le capitaine Cupet de la mission Pavie en 1891, « Chez les populations sauvages du sud de l’Annam », Le tour du monde, 25 mars 1893, p. 182-188.

285 Les lettres entre parenthèses renvoient au diagramme « Coupe Kratié-Sen Monorom : paysages ».

286 Image.

287 Famille d’arbres communs en Asie du Sud-Est.

288 Image.

289 Image, dipterocarpus alatus.

290 Image, lagerstroemia.

291 Boulbet, 1967, p. 2.

292 L’itinéraire décrit ici a été suivi lors de deux voyages. De Ban Mê Thuột, Andrew Hardy s’est rendu dans le district de Krông Năng, Dak Lak en mai 1996. Stan Tan Boon Hwee a conduit une étude dans le district voisin de Ea Hleo, Dak Lak, en juillet 1999.

293 Lewis, 1993, p. 138-139.

294 Voir Hardy, 2003, p. 223-224.

295 Tan Boon Hwee, 2000, p. 5.

296 Tan Boon Hwee, 2000, 185 p.

297 Edmund R. Leach, « The Frontiers of Burma », in Comparative Studies in Society and History, no 3, 1960, p. 50.

298 Tan Boon Hwee, 2000, p. 10.

299 Van den Berg, 2000, p. 8.

300 Li Tana, 1998, p 119-121.

301 Hickey, 1982a, p. 165.

302 Hickey, 1982a, p. 299 et p. 303.

303 Nguyễn Trân Trọng et Nguyễn Ðăng Khiêu, Những vấn đề kinh tế chủ yếu về khai hoang xây dựng vùng kinh tế mới ở nýớc ta [Problèmes économiques essentiels concernant les défrichements et la construction des nouvelles zones économiques dans notre pays], NXB Nông nghiệp, Hanoi, 1982, p. 68. Ce livre présente une synthèse claire du modèle de développement rural choisi pour les hauts plateaux en expliquant les influences soviétiques.

304 Hickey, 1982b, p. 45.

305 « Changer pour faire du neuf », voir Papin, 1999, p. 148.

306 William Gervase Clarence-Smith et François Ruf, « Cocoa Pioneer Fronts: the Historical Determinants » in William Gervase Clarence-Smith (éd.), Cocoa Pioneer Fronts since 1800, the Role of Smallholders, Planters and Merchants, Grande-Bretagne et Etats-Unis, Macmillan Press et Saint Martin’s Press, Basingstoke, 1996, p. 2.

307 Entretiens, Dak Lak, 1998-1999.

308 Entretiens, Gia Lai, juillet 1995.

309 Entretien, Dak Lak, juillet 1999.

310 Entretiens, Dak Lak, juillet 1999. Au Cambodge, les migrants semblent davantage prêts à affronter un échec, entretiens au Mondolkiri et Ratanakiri, novembre 1999, novembre-décembre 2000 et février 2001.

311 Voir notamment Rodolphe de Koninck, « The Peasantry as the Territorial Spearhead of the State in Southeast Asia: The Case of Vietnam », in SOJOURN, vol. 11, no 2, 1996, p. 231-258.

312 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, 421 p.

313 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, p. 53.

314 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, p. 51, 59 et 63.

315 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, p. 65.

316 General Population Census of Cambodia 1998, juillet 2000, p. 6.

317 Décompte des migrations vers les hautes terres comparé aux résultats du recensement de 1998, tableau C4, Institut national de Statistiques, ministère du Plan.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 140k
Título Coupe Kratié - Sen Monorom : paysages
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 122k
Título Ea Drang - Thôn Chín (Dak Lak) : utilisation des terres
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 140k
Título La pénétration khmère dans le Nord-Est du Cambodge
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 309k
Leyenda Sen Monorom, Mondolkiri - 1996
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 153k
Leyenda Essarteurs mnong réparant une charrette à bœuf servant au transport de l’huile de diptérocarpacées - 2000
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 218k
Leyenda Mnong pratiquant la cueillette, Mondolkiri - 1998
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 185k
Leyenda Cérémonie de renonciation aux yang pour se convertir au catholicisme dans un village mnong, Bu Sra, Mondolkiri - 1997
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 188k
Leyenda Maison commune en bordure de la réserve naturelle de Sa Thay - 1996
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 151k
Leyenda Petite fille jaraï, province de Kontum - 1996
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 185k
Leyenda Mise en culture sur la route de Kon Ma Har (Gia Lai) - 1996
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 185k
Leyenda Devant la cathédrale de Kontum - 1996
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1436/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 181k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540