Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des montagnards aux minorités ethniques

 | 
Mathieu Guérin
, 
Andrew Hardy
, 
Nguyễn Văn Chính
, 
et al.

Chapitre 2. Les migrants, l’État et les hautes terres

Texte intégral

1Les politiques des gouvernements cambodgiens et vietnamiens vis-à-vis des populations indigènes se matérialisent par des migrations d’envergure des peuples des plaines. L’intégration nationale passe ainsi par l’occupation démographique des terres hautes. Dans les deux pays, le retour à une paix relative après les victoires de l’armée vietnamienne sur les Khmers rouges s’est accompagné d’une accélération de ces migrations qui a répondu à des impératifs de diverses natures.

2.1. LA PRESSION DEMOGRAPHIQUE SUR LES PLAINES

  • 147 Voir, par exemple, Henri Cucherousset, Le Tonkin est-il surpeuplé ?, Imprimerie Tonkinoise, Hanoi, (...)
  • 148 Pierre Gourou, L’Utilisation du sol en Indochine française, Paris, Centre d’études de politique étr (...)

2Lorsque les Français sont arrivés en Indochine, ils ont immédiatement noté le poids prédominant des Việt dans la péninsule. Pendant la période coloniale, de nombreux auteurs ont insisté sur les fortes densités dans le delta du fleuve Rouge 147. Pour eux, la grande « marche vers le Sud » des Việt, connue localement sous le nom de Nam tiến, l’annexion puis la destruction du royaume du Champa entre le XIe et le XVIIe siècle et la prise de contrôle du delta du Mékong qui a suivi découlent largement du manque de terres dont souffraient les paysans du Tonkin. En 1940, Pierre Gourou a calculé que 88 % de la population de l’Indochine française était concentrée sur 13 % de son territoire148 : les plaines du Nord, alors que les hautes terres apparaissent bien vides.

  • 149 Cité par Philippe Papin, Viêt-Nam, parcours d’une nation, La Documentation française, Paris, 1999, (...)
  • 150 Christian Taillard et Vũ Tự Lập, Atlas du Viêt-Nam, Reclus-La Documentation française, Montpellier- (...)

3Aujourd’hui encore, les provinces des hauts plateaux vietnamiens qui constituent le Tây Nguyên n’abritent que 4 des 80 millions d’habitants du pays. La densité moyenne n’était que de 232 habitants au kilomètre carré en 1997149 alors que les plaines côtières et les deltas rizicoles apparaissent saturés ; les densités par province150 y dépassant couramment 1 000 habitants par kilomètre carré.

  • 151 Didier Bertrand, « Les Vietnamiens au Cambodge, relations avec les Khmers et élaboration d’une iden (...)

4L’émigration vietnamienne vers les terres du Cambodge a été favorisée par les autorités coloniales françaises, puis fortement ralentie lors du Sangkum Reastr Niyum, le régime du prince Sihanouk. L’avènement de la République khmère, en 1970, s’est accompagné de pogroms anti-vietnamiens qui auraient entraîné la mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes et la fuite de 200 000 autres. Les Vietnamiens qui sont restés jusqu’en 1975 ont été massacrés par les Khmers rouges ou chassés vers leur pays d’origine151.

  • 152 Murray Hiebert, « No Love Lost: Resentment against Vietnamese Settlers Revives », Far Eastern Econo (...)

5Il a fallu attendre 1979 et la victoire de l’armée populaire du Viêt Nam pour que l’émigration vers le Cambodge puisse reprendre. Des milliers de paysans, d’artisans, de pêcheurs et de prostituées suivent alors les bộ đội (soldats de l’armée populaire du Viêt Nam). Un observateur note alors dans la Far Eastern Economic Review que « le Cambodge est, pour eux, un paradis152 ».

  • 153 Les données du recensement de 1998 portant sur la langue maternelle sont gardées secrètes par le go (...)

6En 1989, le rapatriement de l’armée vietnamienne montre qu’une nouvelle « marche vers le Sud » ne met plus en danger l’existence même du Cambodge. Et aujourd’hui, malgré l’importance du sentiment xénophobe, les quelques centaines de milliers de Việt qui vivent dans le royaume sont plus ou moins acceptés et assimilés153. Ce sont en fait les hauts plateaux qui sont devenus la destination principale des migrations việt. La « marche vers l’Ouest » a supplanté la « marche vers le Sud ».

  • 154 General Population Census of Cambodia 1998, Analysis of Census Results, Report 5, Spatial Distribut (...)

7Au Cambodge, on compte 24 provinces et territoires assimilés. Les provinces du Ratanakiri et du Mondolkiri sont parmi les moins peuplées. A elles deux, elles ne totalisent que 127 000 habitants sur 11,4 millions, soit à peine plus de 1 % de la population du pays154.

  • 155 Jean Delvert, Le Paysan cambodgien, L’Harmattan, Paris, 1994 (réédition), 740 p.
  • 156 General population census of Cambodia 1998, juillet 2000, p. 5.

8Mondolkiri est donc à la fois la plus vaste province du Cambodge et celle qui compte le moins d’habitants. La densité y est très faible : 2 habitants au kilomètre carré pour 9 habitants au kilomètre carré au Ratanakiri, alors que la densité moyenne au Cambodge était de 64 habitants au kilomètre carré en 1998. Dans les plaines des vallées du Tonlé Sap, du Mékong, du Bassac et du pourtour du grand lac, qui constituent le cœur de l’habitat des Khmers155, les densités dépassent fréquemment 100 à 150 habitants au kilomètre carré156.

  • 157 Voir Harry J. Nesbitt, Rice Production in Cambodia, Cambodian-IRRI-Australia Project, Phnom Penh, 1 (...)
  • 158 Chiffres du ministère de l’Agriculture cités par Kong Sothanarith, « Le Pays reste excédentaire mai (...)

9Malgré cet important différentiel de densité entre le Nord-Est cambodgien et les grandes régions rizicoles, on notera que la pression démographique dans les plaines cambodgiennes reste sans commune mesure avec celle que l’on rencontre au Viêt Nam. Le manque de terres est donc loin d’être aussi criant, mais il est aggravé par les conditions d’exploitation. Les rendements sont médiocres. On récolte autour de 800 kg de paddy (riz non décortiqué) par hectare dans la plaine de Kompong Speu157 et les rendements moyens nationaux en riz de saison des pluies atteignent péniblement 1,6 tonne par hectare158. Les petits exploitants doivent ainsi disposer de vastes rizières pour satisfaire leurs besoins tout en maintenant une partie des sols en jachère.

10Par ailleurs, après plus de 25 années de conflits, des superficies importantes restent minées, essentiellement dans l’Ouest du pays. Enfin, la spéculation foncière, souvent le fait de personnalités, civiles ou militaires, proches du pouvoir, entraîne régulièrement l’expulsion des paysans. Les vastes propriétés ainsi constituées peuvent être exploitées par des membres des Forces armées royales khmères lorsqu’elles ne sont pas tout simplement laissées à l’abandon dans l’attente de la réalisation d’hypothétiques projets immobiliers ou de projets agricoles à grande échelle.

  • 159 Nesbitt, 1997, p. 9 et 40.

11En 1994-95, un total de 2 290 100 hectares étaient cultivés au Cambodge soit moins que trente ans plus tôt puisqu’en 1966-1967, 2 508 200 hectares étaient consacrés à la seule riziculture159. Plus que l’absence de terres dans les plaines, c’est l’inaccessibilité de celles-ci pour les paysans qui pose problème.

  • 160 Nom donné aux vallées du Tonlé Sap, du Mékong et du Bassac qui se rejoignent à Phnom Penh.

12Depuis les années 1990, avec le retour à la paix, la mauvaise utilisation des surfaces disponibles et l’augmentation rapide de la population provoquent une demande de plus en plus forte en terres arables. Alors qu’à l’époque coloniale, les administrateurs et les colons pestaient contre l’impossibilité de trouver une main d’œuvre suffisante dans le pays, à la fin du XXe siècle, la plaine des quatre bras160 n’offre plus assez de place à ses paysans. En 1998, 69 % des immigrants qui s’installaient au Ratanakiri et au Mondolkiri venaient des six provinces (Kompong Cham, Kandal, Phnom Penh, Preah Veng, Svay Rieng et Takeo) de la plaine centrale dont les densités dépassaient 150 habitants au kilomètre carré.

Densités de population au Cambodge (1998), et au Viêt Nam (1994)

Surface (km2)

Densité (habitants/ km2)

Cambodge

181 035

64

Mondolkiri

14 288

2

Ratanakiri

10 782

9

Việt Nam

329 566

220

Dak Lak

19 800

59

Gia Lai

15 661

47

Lâm Ðồng

10 173

73

Kontum

9 934

25

Sources : d'après General Population Census of Cambodia 1998, Final census results, National Institute of Statistics, Phnom Penh, juillet 1999, p. 150 & 202 ; Nguyen Trong Dien, 1995, p. 181-182.

13Gia Lai, Kontum, Dak Lak et Lâm Ðồng au Viêt Nam et Ratanakiri et Mondolkiri au Cambodge sont donc souvent perçus, en partie à tort, comme des provinces vides où la terre est à prendre ou au moins disponible. A la pression démographique dans les plaines s’ajoutent des données géopolitiques qui donnent naissance à des flux migratoires d’une intensité exceptionnelle vers les hautes terres.

2.2. LES MIGRATIONS ANCIENNES

2.2.1. Les pionniers de l’époque moyenne et de la colonisation française

  • 161 Ngô Văn Lý et Nguyễn Văn Diệu, 1992, p. 15.

14Jusqu’à la colonisation française, peu de Việt et de Khmers s’aventuraient sur les hautes terres. Celles-ci passaient pour être recouvertes de forêts impénétrables, pleines d’animaux sauvages, de terribles fièvres, d’hommes féroces et imprévisibles. La plupart de ceux qui se risquaient dans ces territoires hostiles n’y restaient que le temps de commercer avec les autochtones. Seules des difficultés économiques ou politiques semblaient véritablement pouvoir pousser les Việt à s’installer dans les forêts. C’est ainsi que, dit-on, les frères Tây Sơn créèrent une colonie dans le Nord des hauts plateaux, à An Khê, en prélude à l’insurrection qu’ils allaient mener, à la fin du XVIIIe siècle, contre la dynastie Nguyễn (voir supra)161.

  • 162 « Huyện Hoà Vang, tỉnh Quảng Nam [District de Hoà Vang, Province de Quảng Nam] », in La Géographie (...)

15Après les persécutions anti-chrétiennes du milieu du XIXe siècle, un groupe de plusieurs milliers de Việt catholiques a rallié les missionnaires français de Kontum (voir supra). Selon la Géographie de l’empereur Ðồng Khánh, des habitants du village de Phổ Khê (province de Quảng Nam) se sont établis de longue date dans cette région : « N’ayant pas de terres, ils partent et s’installent dans d’autres villages et se spécialisent dans l’échange de biens avec les “Man” des villages des hautes terres de Ô Da162 ». Ces migrations việt vers les territoires aborigènes sont cependant alors restées exceptionnelles.

  • 163 Charles Emile Bouillevaux, L’Annam et le Cambodge, Voyages et notices historiques, Victor Palmé, Pa (...)

16Avant la fin du XIXe siècle, rares sont également les Khmers qui sont partis s’établir dans la haute région. Il s’agissait le plus souvent d’aventuriers en rupture de ban. A la fin du XVIIIe siècle, un groupe de chasseurs d’esclaves a créé le village de Siempang sur la Sé-Khong. D’abord conçu comme une base arrière pour mener des raids contre les Brou et les Tampuon, ce village est devenu un petit centre de peuplement khmer en pays brou-kavet. Dans le récit du voyage qu’il a effectué en 1851 entre la vallée du Mékong et la Cochinchine, le père Bouillevaux signale que « beaucoup de Cambodgiens endettés et sous la vindicte des lois s'enfuient chez les sauvages, où ils se marient et finissent par s’établir163 ».

  • 164 Guérin, 2000b, vol. 1, p. 71-76 et Maître, 1912, p. 493-494.

17A la fin du XIXe siècle, les Stieng et les Mnong ayant apporté leur soutien à deux rebelles prétendants au trône du Cambodge, Poukombo et Sivotha, il est devenu stratégique pour le roi Norodom de mieux contrôler les territoires aborigènes qui servaient de base arrière à ses ennemis. Le souverain a alors ordonné les premières migrations d’envergure. Dans les années 1870-1880, probablement sur les conseils des Français, il a envoyé des paysans et des soldats khmers occuper la haute rivière Chhlong à Sré-Khtum, ainsi que la vallée de la Chbar, entre le plateau central et la Srépok. Des gouverneurs ont été nommés164.

  • 165 Khum, (...)
  • 166 Chiffres du recensement de 1903, in Guérin, 2000b, vol. 1, p. 76.

18Le poste de Sré-Khtum, trop exposé au paludisme, a rapidement été abandonné. En revanche, les paysans envoyés vers la vallée de la Chbar ont fait souche. Deux communes165 ont été créées : Koh Niek, située à 150 kilomètres à l’est de la vallée du Mékong, et Sré Chi, à mi-chemin de Koh Niek. Les villages ont été construits à proximité de zones marécageuses, potentiellement propices à la riziculture inondée. En 1903, plus de 750 Cambodgiens y vivaient166, figurant la première implantation durable de Khmers en territoire aborigène, dont on notera qu’elle a été rendue possible par le volontarisme de l’Etat.

19Au début du XXe siècle, une fois la soumission de la plupart des groupes autochtones des rives orientales du Mékong obtenue par l’administration khméro-française, un nouveau front pionnier khmer s’est dessiné, à travers la constitution d’un réseau de nouveaux villages dont l’explorateur Henri Maître nous livre une description sommaire en juin 1907 :

  • 167 Henri Maître, Les Régions moï du Sud Indo-chinois, le plateau du Darlac, Plon, Paris, 1909, p. 278- (...)

« Sré Tchréas est la première de ces agglomérations cambodgiennes qui s’étendent jusqu’au pays des Mnongs comme des colonies lointaines ; les huttes sont dispersées tout autour d’assez vastes cultures, rizières soigneusement labourées autour desquelles elles forment une sorte de palissade contre les incursions des cerfs et des éléphants sauvages167 ».

  • 168 Voir John Tully, Cambodia under the Tricolour. King Sisowath and the « Mission Civilisatrice », 190 (...)

20En 1910, des postes de miliciens ont été ouverts au cœur du plateau central. Mais deux ans plus tard, les Mnong ont amorcé une révolte durable, massacrant les garnisons, les paysans et les commerçants khmers qui n’étaient pas parvenus à fuir à temps168. Entre août 1914 et août 1915, les mandarins khmers et deux administrateurs français, dont l’explorateur Henri Maître, ont également péri.

21Les violences peuvent, pour une part, s’expliquer par le comportement des soldats cambodgiens vis-à-vis des populations locales – viols, vols, insultes, coups, exécutions sommaires auraient été fréquents –, mais surtout par le refus du processus de colonisation qui s’est amorcé.

  • 169 Question : « (...)

22Interrogé sur les raisons de la révolte, un vieil homme mnong nous a livré ce qui devait pouvoir, à l’époque des faits, résumer le point de vue de sa communauté sur les Khmers et les Français : « Il ne fallait pas qu’ils envahissent les forêts du haut, c’est comme ça, il fallait qu’ils restent là-bas169 ». L’arrière-pays de Kratié s’est alors fermé à toute influence cambodgienne, et cela, pendant plus de 15 ans. Les habitants de la vallée de la Chbar ont fui vers Lumphat, sur la Srépok. Ils ont dû attendre plusieurs années avant de recouvrer les rizières qu’ils avaient mises en exploitation.

23Ce n’est en fait qu’au début des années 1930 que l’armée française a réussi à instaurer son autorité sur le plateau. Les militaires chargés de la pacification se sont cependant montrés très réticents à l’installation de Khmers dans ce qui était devenu, dans la terminologie coloniale, le Haut-Chhlong. Ils ont ainsi multiplié les tracasseries pour décourager les migrants de s’installer sur le plateau mnong. Craignant un mécontentement des Jaraï, des Tampuon ou des Brou, l’administration de la région de Stung Treng a pris des mesures similaires. Jusqu’à la décolonisation, les Khmers n’ont alors eu que très parcimonieusement accès à la haute région.

24Du côté vietnamien, les mesures prises par l’administration coloniale ont été contradictoires. Alors que Léopold Sabatier fermait le Dak Lak aux influences extérieures, des implantations vietnamiennes se développaient ailleurs dans la logique du développement des plantations de café ou de caoutchouc situées autour des villes de Kontum et de Pleiku ou de la station d’altitude de Dalat.

  • 170 Ce maillage est visible par exemple dans la carte du commandant P. Pollachi, « Laos Annam Politique (...)

25En 1926, après le rappel en France de Léopold Sabatier, le Dak Lak, cœur des hauts plateaux et terre d’opportunités agricoles et commerciales, s’est ouvert aux migrants việt. Certaines cartes des années 1930 portent encore des mentions « peuplades insoumises », mais elles montrent aussi un maillage routier serré dont les nœuds sont formés par les villes et les marchés170. La plupart des migrants sont restés établis au voisinage de ces centres.

  • 171 Calculé à partir de différentes sources des années 1938-1943. Andrew Hardy, A History of Migration (...)
  • 172 Condominas, 1974, p. 338.

26Au début des années 1940, les provinces de Pleiku (aujourd’hui Gia Lai), de Kontum, du Darlac (Dak Lak) et du Haut Donnaï (Lâm Ðồng) abritaient environ 40 000 Việt. Ils étaient néanmoins pour la plupart employés pour de courtes périodes dans les plantations171 et aspiraient à retourner dans leur région d’origine à l’issue de leur contrat. Ils entretenaient donc en général bien peu de contacts avec les aborigènes, si bien que lorsqu’en 1947-1950, Georges Condominas a interrogé les Mnong Gar, ces derniers percevaient toujours les Vietnamiens selon le stéréotype très ancien du commerçant ambulant qui « exige des tas de choses en échange de ses vestes rouges172 ».

2.2.2. Les indépendances et l’essor des migrations

  • 173 Cộng-Hoà Việt-Nam [République du Viêt Nam], Cuộc di cư lịch sử tại Việt Nam [La migration historiqu (...)

27L’arrivée au pouvoir à Saigon de Ngô Ðình Diệm, en 1955, a marqué un changement radical dans la gestion việt des hauts plateaux. La conception que le nouveau président de la république du Sud-Viêt Nam avait de la construction nationale impliquait l’assimilation rapide des hautes terres. Et cette assimilation devait être accélérée par l’envoi massif de migrants việt. L’arrivée massive de réfugiés du Nord a permis d’organiser les premiers flux. D’après une source officielle sud-vietnamienne, 54 551 personnes se sont établies dans 50 centres des hauts plateaux au cours de la seule année 1955. Il s’agissait alors, pour une large majorité, de Việt, mais aussi de membres des minorités ethniques du Nord, Tay et Thai à Dalat, Muong à Pleiku ou Yao à Ban Mê Thuột173.

  • 174 Cộng-Hoà Việt-Nam, 1958, p. 161.
  • 175 Interview d’une jeune femme, Hoàng Linh, Tội của Ðế quốc Mỹ trong việc bắt ép đồng bào di cư vào Na (...)
  • 176 Bộ Tuyên truyền [ministère de la Propagande], Tội ác của Ðế quốc Mỹ phái Thực dân Pháp phản hiệp đị (...)

28Cette politique de transferts de populations est célébrée comme une « grande tentative pour restaurer la prospérité de l’économie nationale174 ». A contrario, la république démocratique du Viêt Nam, socialiste, qui cherche à endiguer les départs pour le Sud, met en garde ses ressortissants. Défendant l’idée que le Sud n’est en aucune façon un « paradis », les autorités de Hanoi suggèrent que si les fuyards ne rejoignent pas l’armée de Ngô Ðình Diệm, ils seront contraints de « partir travailler dans les plantations175 ». Le ministère de la Propagande ravive par là même la mémoire populaire, stipulant qu’il ne voit pas la nécessité d’en dire plus sur la vie qui attend ceux qui auront le malheur d’être mobilisés dans ces « plantations de l’enfer176 ».

  • 177 Salemink, 1999, ch. 6 ; Fall, 1966, p. 349.

29Une ligne de fracture politique s’établit ainsi sur la question des migrations vers les hautes terres. D’un côté, le régime communiste de Hanoi les fustige tout en faisant miroiter aux autochtones des promesses d’autonomie et de respect de leur intégrité culturelle. De l’autre, la république du Sud-Viêt Nam pense l’intégration à tout prix. Ngô Ðình Diệm, ses successeurs et leurs conseillers américains ne semblent jamais véritablement percevoir les populations des hauts plateaux comme autre chose qu’un obstacle au développement national et à l’efficacité des campagnes militaires177.

30A cet égard, au-delà de leurs avantages supposés en matière d’assimilation, les migrations, qui entrent dans un Programme de Développement Foncier ont bien d’autres vertus, détaillées par l’ethnologue Gerald Hickey :

  • 178 Hickey, 1967, p. 81-82; Voir aussi Hickey, 1982b, p. 17-20.

« Le but déclaré du Programme de Développement Foncier lancé en 1957, tel qu’il a été formulé l’année précédente, était de soulager les villes et la plaine côtière du centre surpeuplées, et de développer une partie des hautes terres. De plus, même si cela n’a jamais été explicitement affirmé, le programme visait à renforcer la sécurité sur les hautes terres en établissant des centres de populations sous contrôle, dans lesquels la majorité des habitants seraient des réfugiés anti-communistes du Nord. Une partie de ces pionniers ont été attirés sur les hauts plateaux par la promesse de terres et de conditions de vie idéales. D’autres y ont été envoyés de force, parmi lesquels plus d’un indésirable politique178 ».

  • 179 Entretiens, Dak Lak, novembre 1996.

31C’est dans ce contexte que certains des habitants actuels de Buôn Trìa ont été contraints de quitter leur province natale de Quảng Ngãi pour la vallée rizicole du district du Lak, dans la province de Dak Lak. Ils se rappellent encore aujourd’hui l’arrivée des officiels venus demander à chaque foyer d’envoyer un jeune et sa famille sur les plateaux. « Ils nous ont choisis parce que nous étions pauvres », rapportent les villageois. En fait, le choix du Quảng Ngãi tient surtout à sa position d’ancien bastion communiste. Le déplacement a été organisé en 1959 : « Si quiconque refusait, les camions arrivaient devant votre maison et ils vous faisaient partir179 ».

  • 180 Une partie de ces coupes est le fait d’autochtones qui vendent le bois à des négociants việt. Hicke (...)

32Mais les migrations việt vers les hautes terres n’ont pas toujours été forcées, tant s’en faut. Elles ont été également favorisées par le développement des infrastructures. La présence administrative et militaire sur les hautes terres a ouvert des perspectives à de nombreux petits entrepreneurs. Les possibilités de gains offertes par l’économie de guerre ont également attiré bien des nouveaux venus qui se sont installés dans les zones urbaines, tandis que les rapports sur les spoliations de terres et les coupes de bois illégales en milieu rural se multipliaient180. Les tensions entre les migrants et les autochtones sont alors exacerbées. En 1973, les disputes foncières entre Việt et aborigènes dans le district de Buôn Hồ (province de Dak Lak) auraient notamment entraîné la mort de plusieurs personnes.

  • 181 Barry Petersen, Tiger Men, White Orchid Press, Bangkok, 1994, p. 20.
  • 182 Lê Duy Ðại, « Bước đầu nghiên cứu những đặc điểm biến động dân cư tự nhiên tỉnh Ðắc Lắc [Le premier (...)

33Le paysage social des hauts plateaux évolue alors très rapidement. En 1963, Barry Petersen a décrit le contraste marqué entre le quadrillage net de la ville française de Ban Mê Thuột et ses faubourgs anarchiques, « construits seulement depuis quelques années pour recevoir plusieurs milliers de Vietnamiens qui ont migré ou ont été déplacés des provinces côtières surpeuplées181 ». Les hauts plateaux ont à l’évidence perdu une partie de leur réputation sulfureuse. On craint désormais moins les forêts insalubres et les habitants hostiles ; d’autant que partout, la guerre a rendu la campagne vietnamienne dangereuse. Les colons s’étendent à partir des villes, le long des routes, à travers les plateaux. Les habitants des basses terres, réfugiés, migrants des programmes gouvernementaux, militaires et fonctionnaires, marchands, prostituées, opportunistes et spéculateurs arrivent en grand nombre. Dans la seule province de Dak Lak, la population việt passe de 800 personnes en 1945, à 57 000 en 1962 et à 116 000 en 1973182.

Les pistes Hồ Chí Minh dans les hauts plateaux

Les pistes Hồ Chí Minh dans les hauts plateaux

Sources : d’après Daniel Roussel, « Piste Ho Chi Minh : sentier de guerre, route de paix », in Alain Ruscio (ed.), Vietnam – l’histoire, la terre, les hommes, L’Harmattan, Paris, 1989, p. 154

LES DOLEANCES FONCIERES DES AUTOCHTONES DES HAUTES TERRES
« 1. En de nombreux endroits, des terres, propriétés privées, ont été expropriées par les autorités locales pour y installer des centres de développements fonciers pour les gens des plaines.
2. Dans d’autres endroits, les gens des plaines ont abusé de leur autorité et tiré parti de l’inexpérience des autochtones pour obtenir des avantages, tel que la concession ou la vente de domaines de café ou de thé.
3. Les autochtones dont les champs se trouvaient à l’intérieur des surfaces défrichées par les autorités locales se sont vu promettre des terres en compensation, mais ces promesses n’ont jamais été tenues.
4. Les autochtones dont les terres ont été réquisitionnées pour des programmes de constructions publiques (tels que routes, ponts, chef-lieu de district et le barrage de Danhim) ont reçu des compensations moindres que celles reçues par les gens des plaines »
(Doléances exprimées lors d’une rencontre avec Ngô Văn Hùng, directeur-adjoint des affaires des hautes terres de la République du Viêt Nam (Sud), au mois de décembre 1964 ; cité in Gerald Hickey, The Highland People of South Vietnam, 1967, p. 36)

34Au fur et à mesure que « l’insurrection » communiste prenait de l’ampleur, les projets de regroupements de populations, qui ont si brutalement affecté les autochtones, ont aussi touché les nouveaux migrants.

  • 183 Senator Mike Gravel, The Pentagon Papers, Beacon Press, 1971, vol. 1, p. 312.
  • 184 Gravel, 1971, vol. 1, p. 313.

35En 1959, un programme d’« agglomérations rurales » a été lancé pour couper la population locale des rebelles. Il s’agissait pour la première fois de placer la population sous la « protection » de l’armée en limitant ses capacités de déplacement. Bientôt rebaptisées « agrovilles » ou « centres de prospérité et de densité », les « agglomérations rurales » ont regroupé les communautés paysannes isolées. Entre 1957 et 1961, selon les chiffres officiels de la république du Viêt Nam (Sud), 210 000 personnes ont été « relogées » dans 147 nouveaux centres. On créait ainsi un « mur vivant » de colons « entre la populace des basses terres et les jungles et montagnes, forteresses des dissidents183 ». Mais ce n’est qu’en 1962 que le projet d’encadrement de la population a pris toute son ampleur avec la mise en place des « hameaux stratégiques184 ».

  • 185 Gravel, 1971, vol. 1, p. 313.

36Très impopulaires, ceux-ci ont en fait touché la totalité de la république du Sud-Viêt Nam. Et loin de couper les paysans des insurgés, ils ont entretenu à l’égard du gouvernement la défiance du monde rural, non seulement dans sa composante minoritaire, mais dans sa totalité185. La formation du « mur vivant » envisagé par Ngô Ðình Diệm n’a pas eu lieu, mais le résultat pour les aborigènes a été le même. Ils ont perdu une grande partie de leurs terres.

37Cependant, face à l’avancée des forces communistes, de nombreux colons ont bientôt été contraints de refluer vers les agglomérations, voire vers les plaines côtières. Les programmes de déplacements de populations sur les hauts plateaux se sont brutalement interrompus en 1965, lorsque le gouvernement a définitivement perdu le contrôle des centres de colonisation.

38Du côté cambodgien, alors que la guerre entre les deux Viêt Nam se préparait, le prince Sihanouk a également lancé une campagne de colonisation des hautes terres. En 1959, il a créé la province du Ratanakiri, avec Lumphat sur la Srépok pour chef-lieu. Trois ans plus tard, le Haut-Chhlong est devenu la province du Mondolkiri. Son chef-lieu, Sen Monorom, a été édifié exnihilo au cœur du plateau mnong. Pour faciliter l’incorporation de ces territoires dans la jeune nation khmère mais aussi par crainte des mouvements vietnamiens de l’autre côté de la frontière, les autorités ont cherché à transférer des paysans des basses terres dans ces provinces reculées.

  • 186 Discours de Norodom Sihanouk à Lumphat et Labansiek en avril 1960, Principaux discours et allocutio (...)

39Dans l’esprit du prince Sihanouk, les colons devaient devenir des « guides » pour les populations locales. Ils devaient leur enseigner comment s’habiller, comment manger, comment se soigner, constituant ainsi des exemples vivants de la « supériorité khmère ». Les autorités ont donc fait des migrants des plaines les porte-drapeaux d’une mission civilisatrice visant à améliorer la condition de leurs « compatriotes montagnards » ; étant entendu qu’il leur revenait aussi de mettre en valeur des terres fertiles perçues, à tort ou à raison, comme « délaissées186 ».

  • 187 Joanna White, « The Indigenous Highlanders of the Northeast: an uncertain future », in Interdiscipl (...)
  • 188 En 2000, les Khmers et les Kuoy habitant l’espace entre la vallée du Mékong et celle du prek Té ont (...)

40Au Mondolkiri, le succès de l’opération s’est avéré très limité. Outre quelques commerçants, les seuls Cambodgiens à s’installer dans la nouvelle circonscription ont été les militaires et les fonctionnaires envoyés par le pouvoir central, soit 250 familles187. Les nouveaux venus sont restés confinés à Sen Monorom et aux abords de la route nationale dans le district d’O’reang à 30 kilomètres au sud-est du chef-lieu provincial. Le souvenir de la révolte de 1912-1935 est resté vif188. Les Mnong continuaient à inspirer la peur. Par la suite, les incursions việt-minh, puis les bombardements américains, n’ont pas engagé les habitants de la plaine à venir s’établir sur les hauteurs.

  • 189 En 1959, il s’agit de l’espace couvert par les actuelles provinces de Kratié, Stung Treng, Ratanaki (...)

COLONISATION DES PROVINCES ET SROK [DISTRICTS] SOUS-PEUPLÉS ET AYANT DES TERRES FERTILES
« Cette colonisation a pour but de :
- résorber le chômage en ville,
- arrêter l’exode vers la capitale.
Monseigneur [Norodom Sihanouk utilise ici la troisième personne] a demandé aux délégués royaux et gouverneurs de provinces de prospecter, de recenser des terres fertiles à côté des points ou cours d’eau et de dresser les plans et cartes de ces lieux. Les provinces de Kratié et de Stung-Treng189 baignées par le Mékong constituent des zones intéressantes de colonisation. Il a été décidé d’y implanter :
- les chômeurs et “sans travail” de toutes catégories,
- les gardes provinciaux et militaires volontaires qui vont être libérés (8 mois à 1 an avant leur démobilisation). » (Compte rendu de « la réunion au palais Khemarin sous la présidence de Samdech Preah Norodom Sihanouk, 18 janvier 1959 », Principaux discours et allocutions de S.A.R. le prince Norodom Sihanouk, président du Sangkum Reastr Niyum en 1959, ministère de l’Information du Cambodge, p. 3)

41Dans la province du Ratanakiri, une plantation d’hévéas a été établie en 1960 à Labansiek au cœur du plateau tampuon, dans une zone de terres rouges propice à cette culture. Les exploitations gérées ou concédées par le royaume du Cambodge ont bénéficié d’une assistance technique française ; ce qui explique que l’on ait souvent cru, à tort, que les plantations étaient le fruit du Protectorat.

  • 190 Témoignage d’un colon cité par Claire Escoffier, « Les Lao au Cambodge, une cohabitation harmonieus (...)

42Afin de fournir la plantation en main-d’œuvre, une prime a été distribuée aux migrants des plaines qui s’étaient installés dans la région. Quelques centaines de Khmers se sont ainsi établis dans les vallées de la Srépok et de la Sésan. La plupart venaient des provinces de la plaine des quatre bras – Svay Rieng et Takéo. Ils recevaient de quoi commencer une exploitation agricole : une paire de bœufs ou de buffles, du bois, du paddy et une terre190. Lorsque la situation au Viêt Nam a tourné à l’affrontement direct, l’armée a également envoyé des colons militaires dans la province pour lutter contre les infiltrations des guérillas communistes.

  • 191 Charles Meyer, 1979, p. 687.

« Des sous-officiers et des soldats à la veille de la retraite recevaient trois années de solde, une maison sur un terrain de 2 400 mètres carrés et 5 hectares de bonnes terres avec le matériel pour les exploiter. On installera ainsi à grands frais environ 300 familles réparties en quatre villages autour de la base militaire de Bung-Lung [Banlung] près de Labansiek. Quelques-unes accepteront de faire un effort sérieux de mise en culture et feront même de l’hévéaculture familiale191. »

  • 192 Jacqueline Matras-Troubetzboy, Un village en forêt, l’essartage chez les Brou du Cambodge, Langues (...)

43Les résultats se sont finalement avérés décevants pour le gouvernement. En 1966, seuls 2 200 des 8 000 hectares concédés pour l’hévéaculture avaient été plantés. L’ethnologue Jacqueline Matras-Troubetzkoy, qui travaillait alors sur place, a estimé à seulement un millier le nombre d’ouvriers dans la plantation192.

  • 193 Voir carte in Guérin, 2001, p. 37.

44Pendant le Sangkum Reastr Niyum (1955-1970), seuls 3 000 colons khmers se sont installés au Ratanakiri, autour de la plantation de Labansiek, là où les densités étaient déjà les plus importantes. Ils ont obligé les autochtones à déménager leurs villages et leurs essarts193. Les Tampuon et les Brou ont été chassés sans ménagement (voir encadré). Et s’ils ont dû déplacer leurs villages, ils ont également dû aider aux travaux de défrichement nécessaires aux projets hévéacoles. Le nombre de migrants au Ratanakiri peut néanmoins paraître négligeable comparé aux migrations organisées au Viêt Nam.

UN INCIDENT À LABANSIEK EN 1961
« En mai 1961, des griefs de longue date ont fini par provoquer des affrontements entre un groupe de Khmer Loeu et une patrouille de l’armée dans un village près de Labansiek. Les rapports indiquent qu’au moins un soldat et de trente à soixante Khmer Loeu ont été tués, auxquels s’ajoutent de nombreux blessés de part et d’autre. On a dit que l’affrontement avait été provoqué par l’administration, chroniquement inefficace, et directement déclenché par l’arrestation de trois villageois par un représentant du gouvernement vivant dans le village (…). Le problème repose fondamentalement sur le mécontentement des Khmer Loeu vis-à-vis de l’administration militaire qui emploie des techniques coercitives pour les forcer à s’installer dans des zones parfois taboues pour eux et le travail forcé dans la plantation d’hévéas gouvernementale. » (Richard Melville, 2000, p. 19-20)

  • 194 En 1970, le général Lon Nol profite d’une absence du prince Sihanouk pour le faire destituer par l’ (...)

45En 1968, lassés par les spoliations de terres et le comportement des militaires à leur égard, les Brou, les Tampuon, et les Jaraï se sont soulevés. Le mouvement a débuté dans la plantation de Labansiek, dont 30 hectares d’hévéas sont partis en fumée. Les colons khmers terrorisés se sont enfuis et le Ratanakiri s’est transformé en zone de combat entre forces gouvernementales – d’abord royalistes puis républicaines après le coup d’état de Lon Nol en 1970194 – et les maquisards aborigènes souvent alliés aux Khmers rouges. Ces derniers ont très vraisemblablement armé l’insurrection et apporté leur capacité d’organisation et de coordination.

  • 195 Voir Colm, 1998.

46La riposte de l’Etat a été sanglante. Des villages entiers ont été massacrés, renforçant le soutien populaire à la rébellion. En juin 1970, les Forces armées nationales khmères ont dû se replier. Et après le départ de 9 000 soldats et de leurs familles195, les Américains ont intensifié leurs bombardements sur l’ensemble de la partie nord-est du Cambodge désormais considérée comme « khmère rouge ». La plupart des migrants qui s’étaient établis sur les hauts plateaux avant 1968 ont fui ou ont été tués.

47Dans les années 1970, avant même que les Khmers rouges ne soient installés à Phnom Penh, ils ont entrepris de concentrer les habitants du Nord-Est dans les plaines et les vallées. Le plateau du Mondolkiri a été vidé de ses habitants qui ont été rassemblés dans le district de Koh Niek et dans la partie orientale de la province de Kratié.

  • 196 Entretiens, Kratié, Mondolkiri, novembre-décembre 2000, confirmés par les recherches des autres che (...)

48Au Ratanakiri, ces regroupements ont été plus rares et n’ont touché qu’un petit nombre de villages, qui ont dû descendre dans les vallées de la Srépok et de la Sésan. Les Khmers rouges ont voulu obliger les aborigènes à pratiquer la riziculture inondée196. Agriculteurs khmers, citadins amenés de force dans le Nord-Est et populations indigènes ont été mélangés dans le cadre de « coopératives » encadrées par le nouveau régime.

  • 197 D’après leur mythologie, ils occupent les plateaux depuis les origines du monde, lorsqu’une gigante (...)

49Après l’invasion vietnamienne début 1979, ces coopératives ont été dissoutes, mais les autochtones n’en ont pas moins vu les Khmers s’installer dans les vallées et à la périphérie de leurs terres. La pénétration khmère vers Koh Niek par les plaines s’est ainsi révélée durable. De la même manière que les tentatives d’occupation des hauts plateaux avaient entraîné, au début du siècle, une violente réaction, les autochtones ont marqué leur refus de la colonisation khmère, s’efforçant de défendre les plateaux qui constituent le centre mythique de leurs territoires197 et où l’on trouve les sols et le couvert forestier les plus propices à l’essartage.

50Au Viêt Nam, c’est l’essor du mouvement Bajaraka et du Fulro qui ont figuré la contestation, même si la majorité des aborigènes n’y ont pas pris directement part, concentrant leur énergie sur les relations internes à leur communauté et sur la production nécessaire à leur survie.

51Les tensions des années 1960 et 1970 ont largement dépassé le cadre des relations entre l’Etat central et les populations aborigènes. Les habitants des hautes terres ont été pris dans le tourbillon d’une guerre qui les a dépassés, tant par ses enjeux que par son intensité. Lorsque l’armée populaire du Viêt Nam a rétabli un calme relatif sur l’ancienne Indochine française, l’économie, les sociétés, les populations et les civilisations étaient exsangues.

52A partir de 1975, le Viêt Nam réunifié a lancé un ambitieux programme de reconstruction dans lequel les hauts plateaux jouent un rôle primordial. Au Cambodge, il a fallu attendre la défaite des Khmers rouges en 1979 pour que l’on puisse seulement envisager la reconstruction. Dans les deux pays, la fin des combats s’est accompagnée de nouvelles vagues de migrations vers les hautes terres.

2.3. RECONSTRUCTION ET DEPLACEMENTS DE POPULATIONS

53L’armée populaire du Nord-Viêt Nam est entrée dans Saigon le 30 avril 1975. Près de quatre ans plus tard, le 7 janvier 1979, Phnom Penh est tombée à son tour sous la pression de ses chars. Au Viêt Nam, les programmes de reconstruction ont été lancés dès la fin du conflit. L’envoi de populations việt sur les hautes terres est devenu l’une des pierres angulaires de la politique de l’Etat. Nouvellement réunifié, le Viêt Nam socialiste a cherché à sécuriser ses frontières par l’implantation d’une population des plaines jugée loyale. Aucun mouvement similaire de colons khmers vers les hautes terres n’a été enregistré du côté cambodgien pendant l’occupation vietnamienne de 1979 à 1989. Un appareil administratif a été mis en place dans le Nord-Est, mais en raison des combats qui perduraient dans la partie occidentale du Cambodge, les régions « pacifiées » ont été largement négligées jusqu’au début des années 1990.

2.3.1. Politiques vietnamiennes de migrations après 1975

54Les Mnong du district du Lak se rappellent être retournés sur leurs terres ancestrales après 1975. Mais ils se souviennent avec tout autant d’acuité qu’ils y ont été rejoints par des migrants du Nord. Comme le rapporte un Mnong, en se reférant aux migrants du delta du fleuve Rouge, « autrefois, il y avait beaucoup de terres et peu d’habitants. Alors lorsque les gens de Thái Bình, sont arrivés, la terre s’est raréfiée. Ils étaient si nombreux ! ».

  • 198 Entretien, Dak Lak, novembre 1996 ; Hardy, 2003, p. 235.

55Un de ces migrants du delta du fleuve Rouge explique qu’il a dû déménager vers le district du Lak deux ans après la réunification. « Premièrement parce que c’était un appel du Parti et de l’Etat, deuxièmement en raison de la situation économique de ma famille, troisièmement parce que c’était le devoir d’un citoyen vietnamien ». Il explique le sens de sa présence sur les hauts plateaux par une formule clairement nationaliste : « pour me défendre moi-même et pour défendre ma patrie198 ». Les données politiques sont explicitées aux migrants qui sont parfaitement informés de leur rôle économique et militaire.

  • 199 Phạm Ðỗ Nhật Tân, Hoàn thiện hơn nữa việc di dân nông nghiệp cό tổ chức đi xây dựng các vùng kinh t (...)

56Du point de vue de Hanoi, la présence des Việt était nécessaire. Le transfert de paysans de zones densément peuplées vers des zones de basse densité devait permettre de « mettre en œuvre une redistribution rationnelle de la population » en fonction de la disponibilité foncière, de créer des aires d’agriculture spécialisée et d’augmenter la production agricole destinée à l’exportation. Il s’agissait aussi de créer, de stabiliser et de développer de nouvelles zones rurales, dans le but « d’améliorer les conditions de vie du peuple » et de créer de nouvelles opportunités de travail pour tous199.

  • 200 Phạm Ðỗ Nhật Tân, 1992, p. 49.

57Les colons devaient promouvoir la sédentarisation et le développement économique et culturel sur les hautes terres, afin « d’élever le niveau de développement des compatriotes des minorités ethniques ». Enfin, ces nouvelles implantations devaient constituer un réseau de zones de peuplement stratégiques dans des espaces vulnérables, amenant « une amélioration de la capacité de défense nationale du pays200 ». On le voit, la prise de contrôle des hauts plateaux par le régime de Hanoi ne figure pas un grand changement par rapport à la perception de l’administration du Sud.

  • 201 Diệp Ðình Hoa, « Phát triển kinh tế-xã hội miền núi với những vấn đề bảo vệ môi trường và an ninh b (...)
  • 202 Colonel Nguyễn Thắng, « Vấn đề định canh định cư và công tác bảo vệ chủ quyền an ninh biên giới [Le (...)

58Les impératifs stratégiques se mêlent dans l’esprit du gouvernement vietnamien avec les objectifs culturels et économiques. L’anthropologue Diệp Ðình Hoa décrit le danger d’une « frontière étendue et ouverte » constituée de montagnes et de forêts. Il conclut que « la défense des frontières et le développement socio-économique sont liés de manière organique et dialectique201 ». Un officier souscrit d’évidence à son point de vue : « La construction de la frontière implique une construction sous tous les aspects, politiques, économiques, sociaux, de défense nationale et de sécurité intérieure, car si la situation politique et économique n’est pas stable, alors la sécurité ne peut pas être garantie202 ».

  • 203 Ðặng Nghiêm Vạn et Lê Duy Ðại, « Population et développement au sein des ethnies minoritaires » in (...)

59Les habitants loyaux des plaines participent au développement économique, tout en constituant un noyau stabilisateur et une réserve militaire face à des menaces potentielles. Selon deux chercheurs vietnamiens, « les régions de montagne ont toujours été convoitées par les ennemis de l’extérieur qui n’ont pas ménagé leur peine pour souffler la discorde, la suspicion, voire pour fomenter des guerres entre ces ethnies203 ». Sécuriser les hautes terres est bel et bien l’une des principales priorités du gouvernement de Hanoi après la réunification.

60Dans un discours de 1977, le premier ministre Phạm Văn Ðồng a ainsi résumé les tâches à accomplir :

  • 204 Phạm Văn Ðồng, « Báo cáo tại cuộc mít-tinh kỷ niệm lần thứ 32 ngày Cách mạng Tháng Tám và Quốc khán (...)

« Nous devons savoir comment utiliser correctement nos unités militaires, les envoyer en grand nombre pour défricher la terre et établir de nouvelles zones économiques. Ces unités doivent inclure de nombreux combattants et soldats inébranlables et enthousiastes dans leur esprit révolutionnaire et leur désir de succès, prêts à surmonter toutes les difficultés, pour déplacer les montagnes et creuser les rivières qui transformeront des régions autrefois vides et désertes en terres couvertes de champs fertiles abritant une population nombreuse204 ».

61Par ses propos, le Premier ministre accréditait l’idée que la population des campagnes et des villes de la plaine se faisait des hauts plateaux. Ceux-ci apparaissent comme des espaces vides dont les ressources étaient sous-utilisées, gaspillées et dont les rares habitants se livraient à des formes improductives d’agriculture. Dans le nouveau Viêt Nam réunifié, engagé sur la voie du « développement socialiste », de telles surfaces de « non-développement », militairement dangereuses et gâchées pour l’économie, ne pouvaient être tolérées. Leur occupation relevait donc bien d’un projet d’intégration nationale.

  • 205 Stéphane Dovert et Philippe Lambert, à paraître, 2003 ; Francis Gendreau, Ðỗ Tiến Dũng et Phạm Ðỗ N (...)

62Les nouveaux programmes de migrations s’inscrivent même d’une certaine façon dans la logique pluriséculaire de la Nam tiến (la marche vers le Sud205). Ils participent surtout d’une dynamique politique expérimentée au Nord-Viêt Nam dans les années 1960 avec le « Programme pour le développement économique et culturel des montagnes » qui reposait sur trois éléments. En premier lieu, des fermes d’Etat et des entreprises forestières gérées selon les principes en vigueur en Union soviétique et en Chine avaient été créées à partir des plantations et des manufactures laissées par les Français. En parallèle, la production familiale avait été, autant que possible, regroupée au sein de coopératives selon un modèle socialiste. Enfin, pour favoriser ces évolutions gênées par les pratiques agricoles « primitives », « improductives » et « destructrices », les minorités ethniques avaient été sédentarisées. Les populations locales avaient donc été conduites à abandonner la culture itinérante et à se fixer définitivement dans des champs et des villages permanents.

  • 206 David Chanoff et Doãn Văn Toại, Vietnam, A Portrait of Its People at War, IB Taurus, Londres et New (...)

63Il est difficile aujourd’hui de prendre la mesure de l’enthousiasme qui, après 1954, a accompagné l’introduction des procédés de production industrielle dans les campagnes du Viêt Nam en général et dans les fermes d’Etat en particulier206. D’abord appliqué dans les anciennes plantations, le modèle de migration organisée a été élargi en 1960 par une directive du troisième congrès du Parti qui permet désormais l’ouverture de coopératives constituées de migrants venus de la plaine.

64Baptisé politique de « défrichement » (khai hoang) et de « développement économique et culturel des montagnes », (phát triển kinh tế văn hoá miền núi), le nouveau modèle a été appliqué aux montagnes du Nord puis, après la réunification, aux hauts plateaux du Centre. Il entre notamment dans le cadre du plan quinquennal de 1976-1980 qui met particulièrement l’accent sur les « nouvelles zones économiques ».

  • 207 Phạm Văn Ðồng, Chế độ đối với lao động đi xây dựng vùng kinh tế mới [Règles pour les travailleurs p (...)

« Dans une nouvelle zone économique, on trouve des fermes d’Etat (nông trường quốc doanh), des entreprises forestières d’Etat (lâm trường quốc doanh) et des coopératives (hợp tác xã). Lorsque le plan est conçu pour les migrations de travailleurs, un zoning approprié doit être mis en place pour l’allocation des travailleurs aux entreprises nationales et aux coopératives. Les allocations varieront d’une région à l’autre, d’un district à l’autre, et doivent créer des conditions favorables à l’établissement de nouveaux espaces résidentiels207. »

65La production agricole et forestière a été organisée selon un modèle industriel, impliquant à la fois une mécanisation et de grandes échelles. Les unités agroalimentaires qui, dans les zones d’altitude, devaient transformer les produits de la forêt et des différents types de fermes, ont également attiré de nombreux travailleurs des deltas. Les entreprises étaient gérées par le gouvernement central, par l’armée ou par les autorités provinciales. Elles devaient être portées par l’enthousiasme supposé des thanh niên xung phong (littéralement « jeunesses d’assaut ») recrutées dans les plaines.

  • 208 Phạm Văn Ðồng, 1978a, p. 21.

66Les entreprises nationales (quốc doanh) devaient constituer le principal vecteur du développement économique et social sur les hauteurs jusqu’à la fin des années 1980. Vivant, mangeant et travaillant collectivement, leurs employés bénéficiaient du statut de « force de travail d’élite » et devaient, au moins en théorie, être choisis parmi les plus compétents208. Les entreprises nationales et leurs employés étaient alors conçus comme une priorité politique. Ils bénéficiaient par là même d’un traitement préférentiel, nettement plus enviable que celui des travailleurs des coopératives familiales, du moins sur le papier.

  • 209 Phạm Văn Ðồng, Tổ chừc lại sản xuất và cải tiến quản lý nông nghiệp và lâm nghiệp trung du và miền (...)

67Après la réunification de 1975, la pièce centrale de la nouvelle zone économique est bel et bien devenue l’entreprise nationale. Moteur du développement des plateaux, les fermes et les entreprises forestières d’Etat devaient assurer la qualité de vie de leurs propres travailleurs, mais également avoir des effets d’entraînement pour les migrants des coopératives et les minorités ethniques riveraines des installations. Les décisions portant sur le choix des plantes cultivées, les lieux de culture ou les quantités à produire étaient du ressort du directeur de chaque unité, ainsi que tout ce qui concernait l’irrigation, le transport, le stockage, les machines, les semences, la transformation, le cheptel… Les entreprises nationales distribuent des tâches aux différentes forces de travail, qui incluent les migrants, les jeunesses d’assaut, les étudiants, les écoliers, les soldats209. Cette mise en synergie est clairement explicitée par le ministre des Forêts en 1983 :

  • 210 Phan Xuân Ðợt, « Phát huy tiềm năng thế mạnh của kinh tế rừng đối với sự nghiệp phát triển kinh tế- (...)

« Le réseau des entreprises forestières doit créer des liens économiques avec le district et les coopératives. Il a la responsabilité de guider et d’aider les nouvelles zones économiques en matière d’expérience, de technologies et de matériel nécessaires. Il doit assurer le développement de l’exploitation forestière organisée par les entreprises nationalisées, sous l’autorité du gouvernement central et des autorités provinciales. Là où les moyens existent, les habitants du cru doivent être mobilisés par les entreprises forestières et les usines de transformation. On doit les aider à abandonner leur mode de vie basé sur les cultures itinérantes et la destruction des forêts. Ils doivent adopter le mode de vie des ouvriers impliqués dans l’exploitation forestière et s’organiser eux-mêmes en coopératives forestières opérant de concert avec les entreprises nationalisées. Là où des coopératives ou des familles particulières peuvent être impliquées dans l’entreprise, on doit créer des conditions favorables pour qu’elles le fassent, afin que les coopératives et les gens développent leur entreprise210 ».

68L’idée est alors de créer un « système socio-économique socialiste moderne », constitué de migrants des plaines « éclairés » et de minorités ethniques « réformées » se rejoignant en unités intégrées à travers tout l’espace national, selon un modèle planifié de développement régional.

  • 211 Les statistiques varient selon les sources. Celles présentées ici sont celles de Phạm Ðỗ Nhật Tân, (...)
  • 212 Francis Gendreau, Ðỗ Tiến Dũng et Phạm Ðỗ Nhật Tân, in Patrick Gubry (éd.), 2000, p. 206-207.

69Sur le papier, les résultats ont été impressionnants. Entre 1976 et 1991, près de quatre millions de personnes ont migré vers les nouvelles zones économiques, dont plus d’un million (1 277 000) loin de leur province d’origine. La moitié de ces derniers (634 000) sont partis pour les hautes terres du centre du Viêt Nam211. Pour autant, ces chiffres sont restés très en deçà des objectifs des plans successifs. Ceci s’explique par des erreurs dans le choix des sites d’implantation des migrants. Les infrastructures ont souvent fait défaut et les conditions sanitaires se sont souvent avérées catastrophiques, notamment en raison du paludisme dans les zones d’installation. Le manque de flexibilité et de réalisme des plans a également été souvent constaté212.

  • 213 Plus de la moitié des migrants mobilisés dans le cadre du programme national viennent du delta du f (...)
  • 214 Jacqueline Desbarats, « Population Redistribution in the Socialist Republic of Vietnam », Populatio (...)

70Les migrants, mobilisés parmi les familles pauvres et endettées des provinces surpeuplées du Nord213, ont été, sur les hauts plateaux, rejoints par des fonctionnaires de l’ancien gouvernement du Sud-Viêt Nam ou des citadins considérés comme excédentaires dans le cadre du développement socialiste des villes de la partie méridionale du Viêt Nam214.

71Théoriquement volontaires, ils étaient en fait le plus souvent contraints d’exprimer le vœu de « partir se livrer à un travail économique » (đi làm kinhtế). Ceux que leur passé ne condamnait pas tout simplement à cet exil intérieur, durent supporter de lourdes pressions psychologiques, craignant de perdre leurs coupons de rationnement ou de ne plus pouvoir enregistrer leur logement.

  • 215 Entretiens, Dak Lak, mai 1996.
  • 216 Entretiens, Dak Lak, mai 1996.

72Si la contrainte et la peur de la répression ont été un moteur essentiel au Sud, la propagande s’est souvent avérée suffisante pour encourager les paysans du Nord au mouvement. De nombreux migrants installés dans le district de Lak ont expliqué leur migration par des difficultés économiques : « Je devais partir. Ma famille était si pauvre là-bas215 ». Mais dans tous les cas l’installation dans le milieu d’accueil a été difficile. « Beaucoup se sentaient tristes ou même éclataient en sanglots lorsqu’ils arrivaient sur les plateaux216 ». Le gouvernement assurait le logement, l’apport en céréales, l’exemption des taxes et du service militaire, mais ne permettait pas de faire oublier le sentiment d’isolement des colons obligés de partager la terre avec les membres des minorités ethniques de retour des hameaux stratégiques.

  • 217 Lê Duy Ðại : « Những vấn đề đặt ra xung quanh việc bở sung lao động để phát triển kinh tế-xã hội ở (...)

73Dans certaines entreprises nationales, la main-d’œuvre était totalement masculine ou totalement féminine. Les autorités n’ont pu alors que constater la destructuration du tissu social qu’implique une approche purement productiviste : « L’espoir de se marier dont se bercent de nombreuses femmes, une fois leur jeunesse passée, est tout à fait légitime et il est regrettable que nous n’ayons pas encore créé les conditions leur permettant de le satisfaire217 ».

TEMOIGNAGES DE COLONS DE LA COOPERATIVE DE TAM GIANG, PROVINCE DE DAK LAK
Avant l’arrivée des colons, la terre a été défrichée, des maisons ont été construites et du riz, du manioc et des pommes de terre ont été semés par des équipes des jeunesses d’assaut et des soldats. Ces produits ont constitué l’essentiel des récoltes jusqu’au milieu des années 1980, tant que la production était organisée par la coopérative.
Doanh, un ancien travailleur de la coopérative, se rappelle que le travail était dur : il fallait se lever la nuit pour éviter la chaleur de la mi-journée, prendre les repas directement dans les champs en se reposant aux moments prévus par le plan. Son collègue Bình se souvient pour sa part que personne ne savait comment cultiver cette terre. « Il y avait des saisons sèches et humides et personne ne savait comment réagir. Mais même si on avait su, ça n’aurait pas fait de différences parce qu’on travaillait pour la coopérative. Par conséquent, les gens seraient allés passer huit heures sur les champs, mais ils auraient travaillé peu intensément, en parlant et en s’amusant. Le travail n’était pas aussi dur qu’aujourd’hui. »
Les premières récoltes ont été insuffisantes. Il a fallu l’aide de l’Etat pour survivre à la période de soudure. La coopérative a été divisée en 1985. Chaque paysan a reçu trois sào de terre. Ce n’est qu’alors, selon le président du comité populaire de la commune, que la situation économique s’est améliorée. (Entretiens, Dak Lak, mai 1996. Hardy, 1998, p. 295)

  • 218 Linda Hitchcox, « Relocation in Vietnam and Outmigration: The Ideological and Economic Context », i (...)
  • 219 Voir notamment Jacqueline Desbarats, 1987, p. 43-76.
  • 220 Entretiens, Thái Bình, juin 1996 ; Hardy, 2003, p. 241-242.

74Certains ont quitté les nouvelles zones économiques pour les villes, d’autres ont rejoint les côtes lors de l’exode des boat people218. Ce sont les réfugiés, soutenus par des articles sensationnalistes219, qui ont forgé la terrible réputation des nouvelles zones économiques à l’étranger. Mais s’il serait un peu rapide de les présenter comme des terres d’exil où l’on envoyait les gens dont on cherchait à se débarrasser, elles ont bel et bien été, comme en témoignait un officiel de la province de Thái Bình, un moyen « d’abandonner les enfants dans le marché » (đem con bὀ chợ). Il n’y avait aucun soutien en matière d’infrastructures, « pas de cliniques, pas d’écoles, pas de routes, juste de la terre à défricher ». Des dires de ce fonctionnaire, le programme migratoire, qui n’a pas été abandonné, serait nettement mieux géré depuis le début des années 1990220.

  • 221 Entretiens, district de Krông Năng, Dak Lak, mai 1996.

75Pour beaucoup, les choses se sont sensiblement améliorées après le démantèlement des coopératives lorsque chacun s’est senti plus libre d’acheter et de vendre221. Les opportunités qu’offre la nouvelle économie de marché des hautes terres sont nombreuses pour ceux qui savent les trouver. Le modèle lui-même a changé, comme en témoigne le nouveau profil du « migrant modèle » dont les conclusions sont rapportées au début des années 1990 par une publication du ministère du Travail :

  • 222 Dương Minh Hùng, dont la déclaration est rapportée dans « Một số ý kiến của đồng bào trên các vùng (...)

« Je suis venu ici en 1984, car dans mon village natal il n’y avait pas de terres et qu’ici, la terre est fertile et la population peu nombreuse. L’avenir est prometteur. Au début, je n’avais qu’un couteau pour couper les cannes, mais petit à petit les choses se sont améliorées car j’ai sacrifié mon confort immédiat aux investissements pour le futur.
Au début, on a planté des haricots et des patates, avec des cannes à sucre qui poussaient après la récolte et quelques bananiers sur la terre restée libre. C’était comme ça, année après année. Mais aujourd’hui, ma famille gagne correctement sa vie. Nous avons une télévision, une moto et une machine à moudre. Notre vie matérielle est bien plus stable et confortable que là-bas dans la plaine222 ».

  • 223 Francis Gendreau, Ðỗ Tiến Dũng et Phạm Ðỗ Nhật Tân, in Patrick Gubry, 2000, p. 205.

76Mais ce schéma idyllique doit être quelque peu nuancé. Quelle que soit l’époque, nombreux sont ceux qui ne sont pas restés. Selon les estimations, entre 30 % et 50 % des migrants repartent223.

2.3.2. Les politiques migratoires après 1979 au Cambodge

  • 224 (...)
  • 225 Jacqueline Desbarats, Prolific Survivors, Population Change in Cambodia, 1975-1993, Arizona State U (...)

77Contrairement à ce qui s’est produit sur les hauts plateaux vietnamiens, aucune migration massive vers le Ratanakiri ou le Mondolkiri n’a été organisée après la victoire de l’armée populaire du Viêt Nam. Les années d’occupation vietnamienne (1979-1989) ont au contraire marqué un arrêt des programmes de colonisation des hautes terres. Les occupants se sont en fait contentés d’organiser le retour sur les hauts plateaux des personnes (autochtones, Lao, Khmers) qui avaient été déplacées ou qui avaient fui la région pour les pays voisins pendant les années de guerre. Sur la base d’un communiqué de l’agence d’information du régime mis en place par les Vietnamiens (SPK)224, la sociologue Jacqueline Desbarats a suggéré que 14 000 personnes auraient été envoyées travailler au Ratanakiri en 1984225, mais il semble qu’il se soit agi de migrations temporaires et non d’un programme de peuplement.

78L’absence de politique de colonisation des hautes terres du Cambodge pendant la période d’occupation vietnamienne peut surprendre dans la mesure où les autorités de Hanoi avaient fait de la politique de « peuplement » des plateaux une priorité sur leur propre sol.

79Ce décalage s’explique par la situation particulière du Cambodge des années 1980. A l’arrivée des troupes vietnamiennes, le pays était exsangue. Le régime khmer rouge avait causé la mort d’environ 1,7 million de personnes et près d’un demi-million d’autres avaient fui à l’étranger. Ainsi, alors que tout était à reconstruire, le pays avait perdu près du tiers de sa population. Dans les plaines, tous les bras étaient utiles.

80Autre explication : les combats avec les Khmers rouges et les mouvements de résistance se poursuivaient dans l’Ouest du pays. Les troupes de la nouvelle république populaire du Kampuchea, alliée des Vietnamiens, manquaient de soldats et la conscription obligatoire devait être rétablie. Le Cambodge n’avait pas alors les moyens humains ou politiques de lancer de nouveaux fronts pionniers. On peut aussi spéculer que les conseillers vietnamiens à Phnom Penh cherchaient à maintenir un espace tampon entre leur frontière et les Khmers.

  • 226 Entretien, Mondolkiri, novembre 2000.
  • 227 Entretien, Mondolkiri, novembre 2000.

81Seul un programme de reprise en main administrative du Nord-Est a été lancé. Des agents de l’Etat, militaires et civils, ont été envoyés sur place. Au Mondolkiri, à la fin des années 1980, on comptait 400 à 500 militaires auxquels s’ajoutaient 150 à 200 fonctionnaires khmers, dont de nombreux enseignants. Ils étaient encadrés par une trentaine de civils et une centaine de policiers vietnamiens, ainsi que par près de 200 bộ đội226. Chan Samchin, qui était à l’époque responsable du département du plan, nous a raconté son arrivée en hélicoptère à Sen Monorom en 1987 avec un groupe de sept hauts fonctionnaires. Ils étaient tous volontaires, mais lui seul s’est installé avec sa famille227. Les agents subalternes étaient quant à eux généralement envoyés d’office, mais ils bénéficiaient d’avantages importants. L’accomplissement d’un service de trois ans au Mondolkiri ou Ratanakiri était très valorisé dans les carrières.

  • 228 Entretiens, Ratanakiri, février 1999 et février 2001.

82La plupart des fonctionnaires ont été affectés à Sen Monorom, quelques-uns dans le Sud de la province à Dak Dam et O’reang où des communes modèles, dotées d’un dispensaire et d’une école, ont été créées. Les militaires ont été chargés du maintien de l’ordre et de la lutte contre les différentes guérillas. Au Ratanakiri, le chef-lieu a été déplacé de Lumphat vers l’ancienne base militaire de Banlung, au cœur du plateau tampuon. Le développement de la ville est cependant resté très modeste jusqu’au début des années 1990. Outre les soldats et les fonctionnaires envoyés de Phnom Penh, la plupart des habitants étaient des Lao ou des Khmers qui habitaient Lumphat avant-guerre228.

83Ce programme de mutation de fonctionnaires dans les hautes régions relevait en fait d’une volonté d’assurer la continuité du service public et non d’un plan de migrations.

MAO BUNNA, ENSEIGNANT AU MONDOLKIRI, (1987-1989)
Mao Bunna monte au Mondolkiri comme enseignant en 1987. Il a alors 23 ans :
« J’étais volontaire pour suivre une formation de professeur de collège. A l’issue de la formation, comme je n’avais pas de piston, j’ai dû partir pour Mondolkiri. On était quatre. J’étais un peu inquiet. Le voyage durait deux jours en camion en passant par le Viêt Nam (…). On recevait une prime de paludisme et on était un peu plus payé. Les enseignants stagiaires comme moi étaient titularisés au bout de six mois au lieu d’avoir à attendre un an. On avait aussi des cadeaux, des couvertures, une moustiquaire, de la nourriture, etc. Le logement était gratuit. On avait une petite chambre en bois pour quatre. A la fin des trois ans, on recevait 10 m ³ de bois, mais moi, je ne les ai pas eus parce que j’ai dû revenir plus tôt à Phnom Penh. J’étais malade. A Sen Monorom, les soins étaient gratuits pour les fonctionnaires et l’hôpital était bien fourni en médicaments. » (Entretien, Phnom Penh, décembre 2000)

84Le gouvernement souhaitait garantir la présence de l’Etat cambodgien dans ces zones reculées. Les missions étaient relativement courtes, trois ans en général, et seule une minorité de fonctionnaires restait sur place au terme de leur période d’affectation.

85Parallèlement, les autorités d’occupation vietnamiennes cherchaient à se rapprocher des autochtones. Il s’agissait en effet pour eux de contrecarrer l’activité du Fulro sur les hauts plateaux, mais aussi de mieux contrôler les Cambodgiens. Leur politique n’était pas en l’espèce très différente de celle qu’avaient menée les Français dans les années 1930. Au Mondolkiri, 20 % des emplois administratifs étaient attribués à des Mnong, dont certains postes clés comme le secrétariat du parti communiste ou la coordination de la sécurité provinciale.

  • 229 Entretiens, Mondolkiri, novembre 2000 et Phnom Penh, décembre et janvier 2001.

86La plupart des autochtones choisis pour être hauts fonctionnaires avaient fui le Cambodge sous les Khmers rouges et rallié les rangs de la résistance organisée par les Vietnamiens. Beaucoup d’officiers nommés par les forces d’occupation étaient d’ailleurs d’origine aborigène, ce qui n’a pas manqué de provoquer une certaine amertume chez les fonctionnaires khmers229.

87Après la victoire de l’armée populaire du Viêt Nam et pendant les années d’occupation des troupes de Hanoi, les provinces du Nord-Est n’apparaissent pas comme une priorité pour le gouvernement cambodgien et ses conseillers vietnamiens. L’essentiel de l’effort porte alors sur les combats contre la résistance dans les provinces du Nord et de l’Ouest. Il faut attendre le départ des Vietnamiens en 1989, puis la signature des accords de Paris deux ans plus tard, pour que de nouveaux grands programmes de colonisation du Nord-Est soient lancés.

88Les premiers projets portent alors sur l’installation d’agriculteurs khmers dans des villages modèles. Des agents de l’administration sillonnent alors les plaines pour rechercher des volontaires. Ils leur proposent une terre, des intrants – semences et outils – et la promesse de construire des équipements collectifs – école, dispensaire, bâtiments communautaires.

  • 230 Entretiens Ratanakiri, février 1999, février 2001 et Kratié, novembre 2000.

89Quelques centaines de familles s’installent ainsi dans les basses vallées de la Sésan et de la Srépok et le long de la route nationale 19 qui relie Banlung à Stung Treng. D’autres vont renforcer la présence khmère dans le Nord-Est de la province de Kratié et dans le district de Koh Niek au Mondolkiri. L’arrivée de ces migrants diversifie les populations de Sen Monorom et Banlung, auparavant presque uniquement composées de fonctionnaires et de militaires230.

LES COLONS OUBLIÉS DU VILLAGE SANGKUM
En 1990, des paysans des provinces de Kratié, Pursat et Kompong Cham s’établissent sur la Srépok et créent le village de Sangkum. Le gouvernement leur promet des terres, une école, un dispensaire et des moyens de subsistance. Parmi les premiers arrivants figuraient le vieux Det Hak et sa femme Lach Saroeun. Hak dit que c'est lui qui a donné son nom au village en hommage au Sangkum Reast Niyum. « Au début, c'était dur. On nous a donné des terres et des outils et il a fallu construire les maisons et surtout faire des rizières. Le riz vient difficilement ».
Le village principal s'est décalé vers l'intérieur des terres à environ quatre kilomètres des rives dans une zone de marais, plus propice à ce type de culture. Quelques-uns, comme Hak, sont restés près de la rivière où ils pêchent, font pousser un peu de riz et des bananiers. Les plus riches ont quelques buffles. Certaines années particulièrement difficiles, les semences sont consommées pendant la soudure. Mais, tant bien que mal, la vie suit son cours à Sangkum. Une société villageoise se reconstitue avec tous ces gens qui ne se connaissaient pas et n'avaient en commun que le rêve d'un avenir meilleur. Il n'y a pas d'électricité au village, pas même un groupe électrogène, donc pas de télévision. Tous les soirs retentissent les cris de joie qui accompagnent les jeux de société. C'est un village sans armes non plus. Mais les habitants se sentent abandonnés des autorités. « Les fonctionnaires de la province et du district ne viennent jamais. On nous a poussés dans la forêt puis on nous a oubliés ». Et la vieille Saroeun de renchérir : « mais le plus important c'est l'école. L'école la plus proche est à neuf kilomètres. Les enfants ne peuvent pas y aller. » (Entretiens Ratanakiri, novembre 1999)

90Par la suite, le gouvernement n’a jamais cessé de prôner l’implantation de colons mais, par manque de moyens, plus aucune aide ne leur a été accordée. Les fonctionnaires se sont contentés de recommander aux paysans sans terre ou aux habitants des quartiers pauvres de Phnom Penh de partir s’installer dans le Nord-Est.

91Comme sous le Sangkum Reastr Niyum, ces programmes de déplacements de populations visent officiellement le développement de provinces considérées comme sous-exploitées, tout en fournissant des terres à ceux qui n’en ont pas. Le mouvement doit aussi contribuer à décongestionner la capitale, cible privilégiée de l’exode rural.

  • 231 Entretien avec le général Tao Soeut, Mondolkiri, novembre 2000.

92Avec le retour de la paix, le Cambodge se trouve aujourd’hui confronté, sous fortes pressions internationales, à la nécessité de démobiliser une partie des Forces armées royales khmères (FARK). Ce sont ainsi entre 50 000 et 60 000 hommes qui doivent être progressivement rendus à la vie civile. D’après le général Tao Soeut, gouverneur du Mondolkiri, l’envoi de soldats démobilisés vers les provinces du Nord-Est fait partie de la politique du gouvernement231. Les anciens militaires s’installent surtout au Ratanakiri, dans la province de Stung Treng ou dans le Nord-Est de celle de Kratié. Quelques-uns choisissent le Mondolkiri. Lorsqu’ils sont khmers, ils préfèrent se rendre là où vivent déjà des Khmers. De véritables opportunités peuvent leur être offertes. Cependant, dans de nombreux villages visités, les ex-soldats ont mauvaise réputation, essentiellement en raison de la peur qu’ils inspirent. Même avec de la bonne volonté, il leur faut un certain temps pour se faire accepter.

REINSERTION REUSSIE POUR UN CAPITAINE DES FARK
En 1999, au village de Lavka, à une dizaine de kilomètres au nord de Sen Monorom, la position de chef de village est attribuée à un ancien capitaine d’ethnie stieng. Militaire de 14 à 26 ans, il est largement déraciné. Lorsqu’il quitte l’armée, plusieurs terrains lui sont attribués à Lavka et une rizière inondée à Koh Niek.
En 2001, malgré l’interdiction qui porte sur ce type de défrichement, il peut se constituer un essart d’environ un hectare à proximité immédiate du village, dans une très belle forêt conservée jusqu’alors par les habitants. Il s’approprie aussi 200 diptérocarpacées dans la forêt alentour, dont il récolte l’huile de bois. Un an après son arrivée, il épouse l’une des plus belles filles khmères du village.
Il a fallu particulièrement peu de temps à ce jeune officier pour s’imposer aux villageois. Il a lancé quelques travaux d’importance. Le hameau principal a été déplacé de 500 mètres pour être reconstruit autour de l’école, un bâtiment en bois près de la route, un peu à l’écart et jusque-là peu utilisé. De tels exemples de réinsertion réussie restent rares dans la région. Celui-ci tient à la personnalité du nouveau méphum232 et à la composition ethnique très particulière de Lavka. Le village est depuis longtemps l’un des rares villages mixtes du plateau du Mondolkiri. Les Mnong y vivent en bonne intelligence avec les Khmers, les Lao et les Stieng. (Entretiens, Mondolkiri, avril 2001)

  • 233 Cambodge Soir, 14 mars 2001 et 27 décembre 2001.

93Aux yeux des dirigeants du pays, il est clair que les anciens militaires envoyés s’établir sur les hautes terres participent à l’effort national de développement. Ils constituent de plus un soutien potentiel en cas de crise dans ces zones reculées, considérées comme instables. Au début du XXIe siècle, ces colons-vétérans, chargés de veiller sur le limes du Nord-Est, restent néanmoins peu nombreux. En effet, le programme de démobilisation n’en est qu’à ses débuts. Il faut dire que pour satisfaire les donateurs étrangers qui s’inquiètent de l’importance de leurs effectifs, les FARK ont commencé par rayer des listes les soldats fictifs, dont les officiers s’arrogeaient les soldes. En 2000, seuls 1 500 militaires ont effectivement été démobilisés sur les 15 000 programmés233.

  • 234 Christel Thibault, « Terres spoliées, terres minées, les obstacles au retour des réfugiés cambodgie (...)

94Les réfugiés ont constitué le troisième contingent envoyé par l’Etat sur les hautes terres. Des milliers de personnes, acteurs et victimes des différents conflits, ont ainsi pu rentrer chez elles. Pendant la mission de l’Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge (APRONUC) en 1992-1993, le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR), en accord avec le gouvernement cambodgien, a organisé le retour de 380 000 personnes jusqu’alors regroupées dans des camps en Thaïlande. Les rapatriés ont eu le choix entre deux options pour les aider dans leur nouvelle vie. Il leur fallait choisir entre deux hectares de terre cultivable assortis des matériaux nécessaires à la construction d’une maison ou une somme de 50 dollars par adulte et 25 dollars par enfant. Chaque famille a reçu, en plus, des outils et des sacs de paddy pour leur permettre de tenir 400 jours. Le choix du lieu de retour leur a cependant été laissé234. Et seules quelques centaines d’entre elles ont choisi de se diriger vers les hautes terres du Nord-Est.

95Le rapatriement d’une deuxième vague de réfugiés a été organisé au début de l’année 1999. Ceux qui voulaient se rendre dans le Nord-Est ont bénéficié de l’assistance du HCR. Dans leur grande majorité, il s’agissait d’autochtones tampuon, jaraï et mnong, qui avaient combattu avec les Khmers rouges jusqu’à la fin et souhaitaient revenir dans leur province natale après la mort de Pol Pot et l’effondrement du mouvement révolutionnaire en 1998. Ils ont d’abord été dirigés vers des centres de regroupement comme O’reang au Mondolkiri. Puis, une fois qu’ils ont pu faire part aux autorités locales du souhait de leur destination finale, ils ont rejoint leur communauté. La plupart ont opté pour les districts de Koh Niek au Mondolkiri et de Lumphat au Ratanakiri en raison de la présence de groupes d’anciens Khmers rouges dans cette région. Les autres ont choisi des villages dans lesquels ils comptaient des parents.

96Sur le plateau autour de Sen Monorom, l’arrivée de ces nouvelles familles s’est avérée délicate. Les habitants ont en effet gardé de l’époque des Khmers rouges un souvenir difficile. A l’arrivée des hommes vêtus d’uniforme chinois, une véritable psychose s’est emparée des habitants khmers de la région. Le retour de « Phnong khmers rouges » n’avait rien pour les rassurer. En revanche, les nouveaux ont été plutôt bien accueillis par les villages aborigènes.

97Au total, ce sont plus d’un millier d’anciens réfugiés qui ont choisi de venir s’établir au Mondolkiri et au Ratanakiri, parmi lesquels des familles classées très vulnérables continuent à bénéficier d’une aide matérielle de l’ONG américaine Refugees International. Ils sont globalement répartis entre nouveaux villages et villages existants. On peut penser que la greffe va réussir, même si les réfugiés, proches des autochtones par leur appartenance ethnique, sont aussi des étrangers en raison de la forte acculturation que leur long séjour dans les camps a provoquée.

LE RETOUR DES MNONG KHMERS ROUGES A PU TROM, MONDOLKIRI
Trois familles de réfugiés arrivent à Pu Trom, un village mnong à 15 kilomètres au nord-ouest de Sen Monorom, en février 1999. Chrey Kré, un villageois, explique le sentiment général : « Ils sont partis faire les Khmers rouges en Thaïlande mais leurs parents sont d’ici et ils resteront ici235 ».
La période d’adaptation s’est avérée difficile. D’une part, les nouveaux arrivants, bien que d’origine mnong, avaient beaucoup changé après un séjour de 20 ans dans les camps de Thaïlande où ils étaient souvent encadrés par les anciens leaders de la guérilla communiste. Leur avidité, la brutalité de leurs manières et leur méconnaissance des règles en vigueur dans la communauté ont inquiété les habitants. A l’inverse, eux-mêmes ont eu l’impression de débarquer dans la brousse, loin de la modernité et de ses sirènes. L’aide apportée par le HCR s’est révélé insuffisante, mais le relais a été pris par une ONG et surtout par les villageois qui ont réappris l’art de la défriche-brûlis aux nouveaux arrivants.
Deux ans plus tard, les anciens soldats du Kampuchea démocratique sont devenus de parfaits essarteurs. Les trois familles sont restées à Pu Trom malgré la persistance de certaines difficultés. La récolte a été insuffisante en 2000 et un couple d’anciens médecins khmers rouges éprouve bien des rancœurs à l’égard des autorités qui n’ont pas reconnu leurs compétences thérapeutiques. L’équilibre au sein de la communauté villageoise n’a cependant pas été rompu et il apparaît que les anciens Khmers rouges sont bien intégrés au groupe. Ils se distinguent en cela de leurs homologues du village de Sré Oey à une dizaine de kilomètres de là où quelques anciens Khmers rouges ont gardé leurs vieilles habitudes. Ils sont armés et sont les seuls à ne pas travailler la terre. (Entretiens, Mondolkiri, novembre 2000, avril 2001 et Phnom Penh, avril 2001)

2.4. LES MIGRATIONS SPONTANEES

98Au Cambodge comme au Viêt Nam, les programmes migratoires de l’Etat jouent un rôle moteur dans de nouveaux déplacements de populations. Mais ces migrants « officiels », plus ou moins nombreux, sont le plus souvent rejoints par d’autres. Il s’agit d’abord de ressortissants du même village d’origine liés ou non aux migrants par des liens familiaux et qui, rassurés sur les possibilités d’installation et les conditions de sécurité, décident d’eux-mêmes de partir. Ces migrations peuvent être qualifiées de « libres » ou de « spontanées ». Leur essor date des années 1980 au Viêt Nam et 1990 au Cambodge.

2.4.1. Les « migrations libres » au Viêt Nam

99Au début des années 1990, les hauts plateaux vietnamiens sont déjà bien intégrés dans la nation socialiste. Reliés par des réseaux administratifs et commerciaux au reste du pays, relativement bien desservis par le réseau routier, ils bénéficient d’un début de prospérité économique, se forgeant une réputation favorable jusque dans les montagnes du Nord ou le delta du fleuve Rouge.

  • 236 Entretien, Thái Bình, janvier 1997 et Hardy, 2003, p. 273-274.

100Exemple parmi d’autres, en 1977, c’est avec un certain soulagement que M. Duân de la province de Thái Bình a vu ses voisins monter dans le bus pour les nouvelles zones économiques. Il était alors heureux de ne pas faire partie du voyage. Vingt ans plus tard, après une visite auprès des membres de sa famille partis pour les hauts plateaux, son envie et sa jalousie sont palpables. Interrogé, il s’exclame : « Le café ! C’est tellement lucratif. C’est incroyable. Ils sont tous riches236 ! ».

101La transformation commence avec l’introduction de l’économie de marché, l’une des réformes introduites par le Ðổi mới (littéralement « rénovation ») et annoncées au VIe Congrès du Parti communiste en 1986. Au début des années 1990, les journaux se remplissent d’histoires de gens ordinaires qui font fortune sur les hautes terres. Ces dernières figurent ainsi une sorte de terre promise.

102De fait, la politique de réforme Ðổi mới a d’importantes répercussions. La privatisation des terres des entreprises nationales et des coopératives conduit au démantèlement du socle socialiste des nouvelles zones économiques. Par ailleurs, l’agriculture et les échanges sont libéralisés, permettant aux paysans de choisir leur production et de l’écouler sur les marchés. Les sols des hautes terres, particulièrement adaptés aux cultures commerciales, hévéa, café ou poivre, voient leur valeur marchande s’envoler. La terre étant abondante et les moyens d’en tirer profit libéralisés, les habitants des plaines commencent à porter un nouveau regard sur cette région.

  • 237 Pour une étude plus complète, voir Andrew Hardy, « Strategies of Migration to Upland Areas in Conte (...)

103La route des hauts plateaux devient une voie possible vers la richesse. Et depuis la fin des années 1980, les Vietnamiens sont libres de s’y engager. Alors qu’auparavant un emploi dans une administration, une entreprise nationale ou une coopérative ne pouvait s’obtenir qu’avec un permis d’enregistrement de résidence en bonne et due forme, donnant ensuite accès à des biens et à des services strictement rationnés, les individus ne sont plus enchaînés à leur lieu de résidence. Le secteur des transports étant privatisé, ils n’ont plus davantage besoin d’autorisation administrative pour voyager et acheter un ticket de bus. Les conditions sont réunies pour que les « migrations libres » se développent. De nombreux Vietnamiens saisissent l’occasion. Les deux destinations les plus prisées sont les usines de Hô Chi Minh-Ville et les terres arables des hauts plateaux du Centre237.

  • 238 Entretien, Comité populaire du district de Lak, Dak Lak, mai 1996. Trần Thị Quế, Nguyễn Thị Hồng Ph (...)

104Les mouvements de populations qui en résultent dépassent largement ceux des migrations organisées. Au grand dam des officiels, ces migrations anarchiques produisent à l’évidence de meilleurs résultats en terme d’implantation et de développement économique que le programme des nouvelles zones économiques si soigneusement mis au point. Dans le seul district de Lak, près de 14 000 personnes sont arrivées entre 1975 et 1995, dont plus de la moitié étaient des migrants spontanés. Au début des années 1990, 32 000 paysans vivaient dans le district, dont 39 % étaient des Việt, et encore était-ce la plus faible proportion de toute la province238.

Migrations spontanées vers les hauts plateaux vietnamiens (1976-1989)

1976-1980

1981-1989

Total 1976-1989

Migrants

33 980

415 449

449 160

Sources : d'après Uỷ ban Dân tộc Miền núi [Comité sur les montagnes et les minorités ethniques], « Báo cáo về di dân tự do ở miền núi Việt Nam [Rapport sur les migrations libres dans les hautes terres du Vietnam] » ; Trung tâm Dân số Lao dộng và Xã hội [Centre pour la population, le travail et les affaires sociales], Hanoi, 1996, p. 9 ; Rodolphe De Koninck, Trần Dắc Dân, Yann Roche et Olivier Lundqvist, « Les fronts pionniers du Centre du Viêt-nam : évolution démographique et empreinte toponymique », Annales de Géographie, no 590, juillet-août 1996, p. 395-412.

  • 239 Programme des Nations unies pour le développement, The Dynamics of Internal Migration in Viet Nam, (...)
  • 240 Uỷ ban Dân tộc Miền núi, 1996, p. 13 et p. 40.
  • 241 A. Terry Rambo, « Development Trends in Vietnam’s Northern Mountain Region », in Deanna Donovan et (...)

105Un examen soigneux des groupes ethnolinguistiques dont sont issus les migrants spontanés montre néanmoins qu’ils ne bénéficient pas tous de l’assistance des réseaux des nouvelles zones économiques. D’après une étude menée dans le Dak Lak, 88 % des migrants des programmes gouvernementaux sont việt, alors qu’ils ne représentent que 53 % des migrants spontanés239. D’autres sources laissent penser que la proportion de non-việt (essentiellement des Tay, Nung ou Yao provenant des provinces septentrionales de Lạng Sơn ou Cao Bằng) serait encore plus importante240. Leur départ s’explique en tout cas par le surpeuplement des montagnes du Nord, où la pression démographique pourrait être encore supérieure à celle du delta du fleuve Rouge241.

  • 242 Lê Duy Ðại, 1983, p. 33.

106Les autorités vietnamiennes cherchent à atteindre une proportion significative de migrants sur les hautes terres, mais, on le voit, le quorum de 20 % parfois évoqué242 est d’ores et déjà largement dépassé. Le long des principaux axes routiers, notamment ceux qui relient les plaines aux plateaux, la forêt et les espaces cultivés laissent la place à de petites maisons de briques et de béton habitées par des commerçants việt et sur lesquelles on peut lire la date de construction ; la plupart datent des années 1990. Les chefs-lieux provinciaux perdent leur aspect de villes de garnison pour devenir les cités du nouveau boom économique, entourées d’entrepôts et des industries nécessaires à la transformation des productions agricoles environnantes.

107A la saison des récoltes, les banlieues sont bloquées par les embouteillages de tracteurs à café (công nông), qui acheminent les grains en ville. Toute l’année, les centres urbains fourmillent de gens venus dépenser les fortunes, petites et grandes, accumulées grâce aux cultures commerciales, mais aussi aux ressources forestières plus ou moins légalement exploitées.

L’ERE DU CAFE A BAN MÊ THUT
M. Dũng travaille à la Hiệp Phúc Export Trade and Tourism Company. Malgré son nom, cette société s’occupe essentiellement de café et du négoce d’autres produits agricoles. Elle est située dans la banlieue de Ban Mê Thuột, le long de la route nationale 14. Elle est temporairement hébergée dans un bâtiment de plain-pied et doit déménager pour une luxueuse bâtisse. Juste derrière les bureaux, on aperçoit un vaste entrepôt. Il ne faut pas longtemps pour découvrir que l’argent nécessaire à cette construction vient du café. (Stan Tan Boon Hwee, Coffee Production and Market Networks on the Pioneer Frontier of the Central Highlands, Vietnam, mémoire de Masters of Arts, National University of Singapore, Singapour, 2000, p. 3)

  • 243 Entretien, Thái Bình, janvier 1997.

108Par le jeu des contacts établis dans les nouvelles zones économiques, la plupart des migrants spontanés sont originaires des mêmes régions que ceux des programmes gouvernementaux. Alors que M. Duân se considère trop âgé pour se lancer dans l’aventure, l’une de ses voisines, plus jeune, n’a pas les mêmes hésitations. Au moment de l’entretien, en 1997, son mari est déjà au Dak Lak pour repérer les lieux avec l’aide de parents embarqués dans les bus de 1977243.

  • 244 Entretien, Thái Bình, juin 1995.

109Un haut fonctionnaire de la province de Thái Bình confirme l’importance des liens familiaux dans la prise de décision du départ. « Les gens qui sont partis il y a 20 ou 30 ans ont emmené leur famille proche dans le cadre du programme, mais maintenant ceux qui veulent suivre sont simplement des parents plus éloignés, neveux, nièces, tantes et oncles, frères et sœurs du côté de la femme ou du mari244 ». Les réseaux familiaux et villageois attirent les candidats à l’exode et fournissent l’aide nécessaire au démarrage de l’activité à l’arrivée.

  • 245 Entretiens, province de Thái Nguyên, janvier 1997; Rambo, 1997, p. 15 et p. 26-27; Steffanie Scott, (...)
  • 246 Voir l’étude de Neil L. Jamieson, Lê Trọng Cúc et A. Terry Rambo, The Development Crisis in Vietnam (...)

110Le problème foncier généré par la pression démographique sur les montagnes du Nord est clairement crucial. Il devient particulièrement aigu à la fin des années 1980, après la privatisation des terres des entreprises nationales et des coopératives. Les autorités donnent alors raison aux membres des minorités ethniques du Nord – tay surtout − qui revendiquent leurs terres ancestrales perdues lors des migrations des années 60. Ce faisant, elles laissent cependant sans ressources les anciens migrants việt, mais aussi certains des Tay qui n’ont pas su entreprendre à temps les démarches nécessaires. Très rapidement, des différenciations sociales basées sur la richesse foncière se mettent en place245. Face à la crise246, les départs vers les hauts plateaux du Centre-Sud agissent comme un sas de décompression sans que l’on puisse savoir jusqu’à quand ce mécanisme régulateur pourra fonctionner.

111Il arrive également que les migrants ne connaissent personne sur place. L’information est grappillée auprès de ceux qui ont connu les pistes Hô Chi Minh auprès d’anciens cadres dans le Sud, voire par le biais d’histoires colportées par les voisins ou les chauffeurs de bus. Ces derniers assurent des liaisons hebdomadaires et transmettent les renseignements d’un migrant à l’autre, jouant le rôle de vecteur.

  • 247 Bộ Lao động, Thương binh và Xã hội, « Tổng luận khoa học – di dân tự do [Conclusions scientifiques (...)

112Le plus souvent, un ou plusieurs membres de la famille candidate au départ partent en éclaireurs pour trouver la terre, construire la maison et préparer la première récolte. Si les choses se passent bien, les autres suivent. Le processus dure de deux à trois ans, de la prise de décision jusqu’à l’arrivée du dernier membre de la famille247. Par la suite, des familles entières partent d’un coup, rejoignant ceux qu’elles connaissent et qui sont déjà installés. Arrivées sur place, elles forment des villages mixtes, plutôt que des hameaux ethniquement homogènes à l’intérieur de communes mixtes (voir encadré). Dans le cas des Yao et des Hmong, l’exode se décide par communauté. Plusieurs familles, un clan, un village entier s’établissent sur les hauts plateaux en suivant approximativement les mêmes étapes. Les principaux groupes ethniques du Nord participent ainsi à ce mouvement.

  • 248 Entretien, Comité populaire du district de Krông Nô, Dak Lak, mai 1996.

113La terre est achetée aux occupants précédents ou simplement prélevée sur la forêt. Les fonctionnaires des districts se plaignent d’être placés devant le fait accompli. Au moment où ils apprennent l’arrivée des migrants, les arbres sont déjà coupés. Il est inutile de chasser les nouveaux venus ; ils ne feraient que s’installer plus loin en dégageant un autre lopin. Selon un officiel, « il n’y a qu’un moyen de protéger la forêt, c’est d’empêcher les gens de venir. Mais ça, bien sûr, c’est impossible248 ».

MIGRANTS SPONTANES DU DISTRICT DE KRÔNG NÔ, DAK LAK (1996)
En 1994, M. Hoàng, un Thai de Sơn La, crée la commune qu’il dirige maintenant dans le district de Krông Nô. Pendant la guerre, il a combattu les Américains dans cette région et se rappelle avoir pensé que la terre serait bonne à cultiver. Après son installation, il est rejoint par des parents et amis de son village d’origine. Pour faire place aux nouveaux venus, la forêt voisine est coupée.
Dans son village, la plus belle maison appartient à un Việt du delta du fleuve Rouge. Ouvrier forestier dans les années 1980, il a reçu sa terre lors du démantèlement de l’entreprise nationale et s’est construit lui-même une habitation de deux pièces en briques. Sa voisine est une Tay qui se lamente sur les difficultés qu’elle connaît depuis son arrivée, deux ans auparavant. Plus haut, le chef du village, un Thai d’une cinquantaine d’années, vit dans une cabane de bambou, dont il est un peu honteux. (Entretiens, Dak Lak, mai 1996)

  • 249 Uỷ ban Dân tộc Miền núi, 1996, p. 49.
  • 250 Gendreau, Ðỗ Tiến Dũng et Phạm Ðỗ Nhật Tân, in Patrick Gubry, 2000, p. 206. Voir aussi « The Future (...)

114D’abord désireuses d’encourager les migrations, les autorités vietnamiennes sont aujourd’hui conduites à les réglementer. Elles se sont même un temps montrées désireuses de bloquer les flux, mais très vite elles se sont trouvées face à un dilemme. Une analyse officielle du Comité pour les minorités ethniques et les zones d’altitude a clairement montré que les implantations spontanées qui fleurissent sur les hautes terres s’accompagnent d’une déforestation massive, de la réduction rapide des réserves en eau, de l’émergence de « maux sociaux » (tệ nạn xã hội) tels que la prostitution, la consommation d’opium, le jeu, les vols, les litiges fonciers, les conflits du travail… D’un autre côté, ces migrations servent les objectifs de défense nationale et de développement du gouvernement. C’est par ce biais que la dynamique est maintenue dans les nouvelles zones économiques. Les déplacements des migrants spontanés ne coûtent rien à l’Etat. Ils construisent même souvent leurs propres infrastructures, « électricité, routes, dispensaires249 ». Conséquence de la politique de migrations et d’intégration nationale des minorités, rendue possible par Ðổi mới, les flux spontanés questionnent l’ensemble de la politique migratoire du gouvernement vietnamien250.

2.4.2. Les « migrations libres » au Cambodge

115Au début des années 1990, les territoires des hautes terres cambodgiennes apparaissaient encore très reculés, bien plus à l’écart de la Nation que leurs équivalents vietnamiens. Lorsqu’en 1989, les troupes de Hanoi ont quitté le Nord-Est du Cambodge, elles ont laissé derrière elles une région de forêts et de plateaux, difficile d’accès et toujours essentiellement occupée par des peuples indigènes. En marge des timides programmes officiels décrits plus hauts, ce n’est qu’après la mission des Nations unies et la normalisation en matière de sécurité que des Khmers des plaines ont spontanément décidé de quitter leur région pour les hautes terres.

  • 251 Projection des chiffres du recensement pour l’année 1997-1998, corrigée d’après une enquête de terr (...)

116Depuis 1979, on peut finalement distinguer trois vagues de migrations. La première, encadrée par l’Etat, visait au retour des anciens habitants des hautes terres, ex-colons compris, et à la mise en place d’un appareil administratif. A partir de 1989, des programmes de colonisation se mettent en place et durent jusqu’à l’arrivée de l’APRONUC en 1992. Depuis la fin de la mission de l’ONU, mais aussi depuis que l’Etat a perdu l’initiative et le contrôle des flux vers la haute région, ceux-ci s’intensifient considérablement, surtout depuis 1998251.

117L’origine socioprofessionnelle des migrants khmers est assez hétérogène. Les mineurs se concentrent autour des gisements d’or ou de pierres précieuses et semi-précieuses. Au Ratanakiri, des orpailleurs s’affairent à Andong Mea, littéralement le district de la mine d’or. En 2000, les chercheurs de zircons et de saphirs ont quitté les gisements de Bokéo, épuisés, pour Tiom Rom Bei Srok, à une trentaine de kilomètres au sud de Banlung. Au Mondolkiri, les principales mines d’or sont à Méman. Chaque découverte donne le signal d’une nouvelle ruée. Le bouche-à-oreille joue un rôle majeur. Arrivés sur place, les mineurs sont souvent déçus. Là où ils attendaient des montagnes d’or et de pierres, ils trouvent de la boue et des roches qu’il faut gratter, creuser, faire exploser pour en sortir quelques onces de poudre d’or, quelques minuscules pépites ou des pierres semi-précieuses sans grande valeur commerciale.

Répartition par secteurs d’activité des migrants spontanés khmers en 1998

Répartition par secteurs d’activité des migrants spontanés khmers en 1998

Source : d’après des estimations obtenues en recoupant les données du recensement de 1998 avec des études de terrain menées entre 1999 et 2001.

118La société des mineurs est divisée entre les propriétaires, les premiers arrivés, et ceux qui grattent le sol pour eux contre un salaire quotidien et une part des trouvailles. Les rotations sont très rapides. Les nouveaux arrivants ne restent le plus souvent que quelques mois et repartent parfois plus pauvres qu’ils n’étaient venus. Ils sont alors immédiatement remplacés par d’autres.

119Les plus chanceux, ceux qui trouvent une pierre de valeur ou une grosse pépite, vivent ensuite dans la hantise des brigands. Méman est probablement l’endroit le plus dangereux du Mondolkiri. C’est l’un des rares endroits de la province où, au début du XXIe siècle, on voit encore des hommes se promener avec un fusil-mitrailleur AK47 en bandoulière en toute illégalité. Rencontré à la fin du mois de novembre 2000, le gouverneur, en poste depuis près d’un an, n’y avait toujours pas mis les pieds, craignant pour sa sécurité. Les mineurs sont souvent des hommes jeunes et les frustrations sont énormes. Les seuls à vraiment s’enrichir dans les villes minières sont les commerçants et les tenanciers de maisons closes.

120Les artisans et les commerçants vivent essentiellement autour des principaux marchés du Ratanakiri et du Mondolkiri ; dans les chefs lieux provinciaux, à Banlung et à Sen Monorom, mais aussi à Bokéo, Tiom Rom Bei Srok, Okop, Méman, Koh Niek, Bu Sra. Certains, plus téméraires, partent s’installer dans les villages autochtones situés de part et d’autre de la route nationale 19 au Ratanakiri. D’autres montent un petit étal le long même de la route.

  • 252 Les . Voir John Mac Andrew, Indigenous Adaptation to a Rapidly Changing Economy, the Experience of (...)
  • 253 Mac Andrew, 2000 ; entretiens en novembre-décembre 2000 au Mondolkiri et février 2001 au Ratanakiri

121L’échoppe type du commerçant khmer est une sorte de drugstore où l’on trouve de tout, des casseroles, des tissus, des cigarettes, des outils, des aliments en conserve252… Les disparités sont fortes entre les « anciens » et les « nouveaux ». Ceux qui sont arrivés depuis plus de cinq ans sont mieux installés et parfois même aisés, alors que les nouveaux venus vivent généralement dans des situations très précaires. Ils ont en commun d’avoir investi la totalité de leur capital dans l’achat d’un stock et la construction d’une cahute. Ceux qui réussissent sont une minorité. Ils achètent alors souvent une terre sur laquelle ils lancent des cultures commerciales253 et deviennent ainsi des agriculteurs à temps partiel.

RY ET RŒUN, COLONS MODELES, REUSSITE EXCEPTIONNELLE
Originaire de Kompong Cham, Rœun a été transférée dans le Nord du Mondolkiri par les Khmers rouges en 1974. Ry a été envoyé combattre les hommes de Pol Pot dans les années 1980. Ils se sont mariés en 1986 à Sen Monorom. Ils avaient alors 26 et 27 ans. Ry était soldat et Roeun fonctionnaire au département du Commerce. Ils ont acheté une mine à Méman et ils ont payé des gens pour creuser, sans résultat.
En 1994, Ry a quitté l’armée et racheté son claim à un vieux chercheur d’or découragé. En trois ans, il a extrait l’équivalent de 120 000 dollars d’or de sa mine. Il est le seul de sa génération à être tombé sur un filon important. Le couple a réinvesti dans la culture du café, alors que les cours étaient élevés. Ry et Rœun ont mis en exploitation 10 hectares à quatre kilomètres de Sen Monorom. C’est aujourd’hui la plus grande plantation de la province.
A partir de 1998, la chute des cours a touché tous les producteurs de café du Mondolkiri. Prévoyant une période difficile, Rœun est parti au Viêt Nam et en Thaïlande, où elle a appris à torréfier le café. Ils ont acheté des machines et ils ont commencé la production en 2000.
La valeur ajoutée dégagée par la vente du café moulu permet de compenser en partie la baisse du prix du grain. Ry multiplie les voyages à Phnom Penh en vue de trouver de nouveaux marchés. Par ailleurs, afin de protéger les caféiers du vent et de diversifier leur production, ils plantent des arbres fruitiers. Ce ne sont que des essais, mais les débuts sont prometteurs. Ry est d’ailleurs devenu le représentant d’une ONG cambodgienne de développement rural.
La réussite de ce couple de gens modestes devenus des notables est évidemment édifiante, mais elle reste tout à fait exceptionnelle et masque des milliers d’échecs personnels.

  • 254 Entretiens, Ratanakiri, février 2001, Mondolkiri, avril 2001.
  • 255 Conny van den Berg, Immigration and the Consequences for Highland Communities in Ratanakiri, IDRC/C (...)

122Dans leur grande majorité, les Khmers étaient et demeurent des paysans. Les cultures pratiquées par les migrants dépendent pour beaucoup du lieu d’implantation. Dans les plaines, le long des cours d’eau, dans les zones de marais, la riziculture inondée ou irriguée avec l’aide de motopompes prédomine. Elle s’accompagne d’élevage de bêtes de trait, buffles ou bœufs, et de maraîchage à petite échelle. Sur les plateaux de terres rouges, autour de Banlung et Sen Monorom, les paysans optent pour les cultures commerciales : café, noix de cajou, palmier à huile, hévéa, poivre, kapok, avocat. Les plus pauvres louent leur force de travail aux propriétaires terriens. Leur position est la plus précaire. A partir de 1998, lorsque la chute des cours du café a frappé les exploitations, on croisait dans les rues de Banlung ou de Sen Monorom des ouvriers agricoles sans emploi qui n’avaient même plus les moyens de rentrer chez eux254. Selon les critères du PNUD, près de la moitié des migrants khmers peuvent être considérés comme « pauvres255 ».

  • 256 Département du plan du Ratanakiri, commune database 1998, (...)
  • 257 Van den Berg, 2000, p. 7.
  • 258 Van den Berg, 2000, p. 8.

123Au total, la majorité des migrants sur les hauts plateaux sont bien des Khmers, mais ils ne sont pas les seuls à s’aventurer sur ces fronts pionniers. En 1998, les migrants việt étaient 660 dans le Ratanakiri, soit 0,7 % de la population de la province256. Mais pour être numériquement insignifiants dans le Nord-Est cambodgien, ils y jouent, comme négociants ou comme intermédiaires, un rôle économique important. La plupart d’entre eux se sont établis juste après la période d’occupation vietnamienne, alors que les liens politiques entre le Viêt Nam et le Cambodge étaient encore très étroits257. Ils vivent à proximité des principaux marchés, à Banlung, Bokéo et Tiom Rom Bei Srok. Leur présence ne semble pas ici constituer un problème258.

  • 259 Des vestiges d’une prééminence cham sur la région sont encore visibles près de Veunsaï.
  • 260 Courant de l’islam sunnite, majoritaire en Arabie Saoudite, au Koweit, au Qatar, aux Emirats arabes (...)
  • 261 Van den Berg, 2000, p. 10.

124Le Ratanakiri compte aussi un groupe d’un peu plus de 500 Cham venus à la recherche de terres et d’opportunités. Les Cham ont fait leur retour dans la région en 1995 après plusieurs siècles d’absence259. Jadis hindouistes, ils sont désormais musulmans et bénéficient de l’aide d’organisations islamistes, telle que la Revival of Islamic Heritage Society d’obédience wahhabite260. Celles-ci prennent en charge les orphelins, financent des écoles coraniques et des mosquées. C’est ainsi que l’on peut maintenant être réveillé par le chant du muezzin à Banlung. En raison de leur arrivée récente, les migrants cham comptent parmi les plus pauvres261.

  • 262 Guérin, 2001, p. 36-37.

125Au nombre de 10 000, les Lao du Ratanakiri (auxquels s’ajoutent ceux de Stung Treng) comptent également parmi les ethnies minoritaires des hauts plateaux. Seuls 2 000 d’entre eux peuvent néanmoins être considérés comme des migrants récents. En effet, les territoires des actuelles provinces de Stung Treng et du Ratanakiri n’ont été rattachés au Cambodge qu’en 1904. Les Lao y étaient alors quatre fois plus nombreux que les Khmers262. Considérés par les aborigènes comme des interlocuteurs de longue date, ils vivent surtout le long des cours d’eau où ils pratiquent la riziculture inondée et l’élevage.

  • 263 Entretiens, Mondolkiri, décembre 2000.

126Au nombre des migrants récents, on trouve de nombreux autochtones qui n’ont pas bénéficié des programmes de rapatriement. En 1999-2000, près d’un millier de Brou, Tampuon, Jaraï, Mnong qui avaient combattu avec les Khmers rouges sont rentrés d’Anlong Veng, leur ultime bastion récemment tombé. Ils ont rejoint les aborigènes chrétiens du Viêt Nam, Mnong Preh et Jaraï, qui disent fuir les persécutions religieuses. Ainsi, en 1985, une petite communauté de Mnong protestants s’était installée à Bu Sra, à une quinzaine de kilomètres de la frontière. Le temple compterait entre 400 et 500 fidèles, mais ils ne sont pas tous originaires du pays voisin. Certains comme le pasteur Tien Teign sont nés dans la partie orientale du Mondolkiri. Ils ont dû fuir les bombardements américains au début des années 1970 et sont revenus dans les années 1980263.

127Ce mélange illustre bien le peu de cas que les aborigènes de cette région peuvent faire de la frontière. Ils la connaissent mais la traversent régulièrement pour visiter leur famille, commercer ou migrer. Les migrants sont alors rarement perçus comme des étrangers par les autochtones. Ils sont plutôt considérés comme des cousins plus ou moins proches dont l’intégration n’est pas nécessairement facile, mais qui, contrairement aux autres migrants, ne sont pas considérés comme des intrus.

128Le dernier flux d’importance date de 2001, quand plus d’un millier de Mnong, de Eddé et de Jaraï sont venus se réfugier au Cambodge pour échapper à la répression qui, au Viêt Nam, a suivi les manifestations de février (voir introduction). Sous la pression de Hanoi, la frontière a alors été fermée par les autorités cambodgiennes et des soldats ont été envoyés pour la surveiller.

129Les migrations spontanées des Khmers sont encouragées par l’amélioration des voies d’accès. Jusqu’au début des années 1990, la plupart des véhicules qui devaient se rendre au Ratanakiri ou au Mondolkiri devaient passer par le Viêt Nam. Et même si les routes restent généralement difficilement praticables, les améliorations sont visibles. Le revêtement du tronçon direct Kratié-RN 19 vers le Ratanakiri a été refait. Surtout, le Mondolkiri est, depuis 1997, relié à Chhlong sur le Mékong par une très bonne piste de latérite tracée par la compagnie forestière Samling.

  • 264 Coopération japonaise et Banque asiatique de développement (ADB) notamment.

130Les conséquences sur les migrations ont été immédiates. En 1998, 21 % des migrants établis au Mondolkiri étaient arrivés dans la province depuis moins d’un an. Après les inondations catastrophiques de l’été 2000, une centaine de familles de Kompong Cham s’est installée dans le district de Kao Seima et à O’reang, dans la province du Mondolkiri, d’où il ne leur faut désormais que quelques heures pour rejoindre leurs anciens villages. L’ouverture d’un pont sur le Mékong, à la fin de l’année 2001, qui doit être suivie d’une réfection de la route Kompong Cham - Kratié, va encore favoriser ce mouvement. Le réseau routier, essentiellement financé par l’aide internationale264, sert donc clairement les objectifs du gouvernement cambodgien en matière de colonisation des terres aborigènes.

131Les programmes de développement mis en œuvre dans la province du Ratanakiri influent aussi sur les migrations. La présence d’ONG et d’organismes multilatéraux s’accompagne de la création d’emplois bien rémunérés qui attirent les gens des plaines. En outre, sans en avoir nécessairement conscience, ces organisations encouragent les migrations spontanées par les intrants qu’elles procurent aux nouveaux arrivants et par les services d’aide juridique qu’elles proposent, notamment en matière d’enregistrement des terres.

  • 265 D’après Conny van den Berg seuls 29 % des migrants khmers venus au Ratanakiri sont partis par manqu (...)
  • 266 Source : Recensement 1998, Table C4, CD-Rom no 1, Priority Tables.
  • 267 Stung Treng est une province de forte immigration, mais plus du quart de ceux qui la quittent vont (...)

132Beaucoup de migrants quittent leur province natale par manque de terres265 et savent pouvoir en trouver au Ratanakiri. 59 % des nouveaux arrivants sont originaires de cinq provinces – Kompong Cham, Takéo, Prey Veng, Kandal et Svay Rieng – en proie à des problèmes fonciers266. Une partie s’arrête à Stung Treng, conçue comme destination ou comme une étape sur la route pour l’extrême Nord-Est267.

133Pour autant, le Nord-Est du Cambodge est loin d’être un eldorado. Contrairement au Viêt Nam, les véritables réussites économiques, telle que celle de Ry et Rœun que l’on a évoquée plus haut, restent exceptionnelles. Mais si la pauvreté colle aux sandales des migrants, les perspectives paraissent toujours à beaucoup meilleures que dans les plaines.

2.5. DYNAMIQUES DEMOGRAPHIQUES DES HAUTES TERRES

134Les migrations bouleversent le paysage démographique des hautes terres du Viêt Nam et du Cambodge, affectant, dans une certaine mesure, l’équilibre du pays. Le phénomène migratoire, qu’il soit le fruit de programmes officiels ou d’initiatives individuelles, modifie à la fois le poids démographique des provinces concernées et leur composition ethnique.

135Pourtant, évaluer quantitativement un flux migratoire n’est pas chose aisée. Les statistiques en rendent généralement peu compte en tant que tel et les données démographiques générales ne permettent pas de distinguer accroissement naturel et mouvements de populations. L’évolution est d’autant plus délicate à appréhender que l’information peut être considérée comme « sensible » par les autorités ; ce qui est de toute évidence le cas au Viêt Nam.

136La croissance de la population des hauts plateaux vietnamiens est pour l’essentiel postérieure à 1975. Dans les quinze ans qui ont suivi la réunification, elle a atteint 5 % par an – dépassant 7 % par an au Dak Lak –, alors que la moyenne nationale était de 2 %.

  • 268 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, p. 51, 59 et 63.
  • 269 Central Census Steering Committee, 1999 Population and housing census, sample results, Thế giới Pub (...)
  • 270 Central Census Steering Committee, 1999 Population and Housing Census, Sample Results, Thế giới Pub (...)

137Les chiffres avancés par le géographe Rodolphe de Koninck montrent que la population des hauts plateaux a fait un bond spectaculaire au cours du XXe siècle, passant de 423 420 habitants en 1926 à 2 804 000 en 1991. Dans les provinces de Kontum, Gia Lai, Lâm Ðồng et du Dak Lak, qui constituent actuellement le Tây Nguyên, la proportion des Việt dans la population totale restait parmi les plus basses du pays268. Mais au cours de la décennie 1990, le mouvement migratoire s’est sensiblement affirmé269. Les dernières statistiques officielles (1999) indiquent 4 058 516 habitants dans les quatre provinces du Tây Nguyên270.

Viêt Nam : évolution de la population par grande région (1926-1991)

Viêt Nam : évolution de la population par grande région (1926-1991)

Sources : d'après J. Bouault, Géographie de l’Indochine, Imprimerie de l'Extrême-Orient, Hanoi, 1930 ; Statistical Yearbook 1992, General Statistical Office, Hanoi, 1992 ; Rodolphe De Köninck et Steve Dery, « Agricultural Expansion as a Tool of Population Redistribution in Southeast Asia », Journal of Southeast Asia Studies 28,1,1997, p. 1-26.

  • 271 Bế Viết Ðẳng (éd.), Các dân tộc thiểu số trong sự phát triển kinh tế xã hội ở miền núi [Minorités e (...)

138Dans une publication de 1996, Bế Viết Ðẳng indiquait que les Việt représentaient 60 % de la hausse271. Ces nouveaux venus n’étaient plus des commerçants de passage mais des colons qui s’établissaient définitivement.

  • 272 Jean Fontanel, Ratanakiri, étude du milieu naturel d’une région frontière du Cambodge, thèse de tro (...)

139Alors qu’au Viêt Nam, on compte maintenant les migrants par millions, l’unité utilisée au Cambodge reste la dizaine de milliers. Bien que très inférieure en valeur absolue, l’augmentation de la population des hautes terres y est néanmoins sensible. Le recensement de 1962 indique une population de 49 305 habitants au Ratanakiri et de 14 857 habitants au Mondolkiri ; des chiffres assurément sous-évalués. Jean Fontanel avance quant à lui le chiffre de 70 000 à 75 000 habitants pour le Ratanakiri272.

  • 273 Cité par Frédéric Bourdier, « Les populations du keth du Ratanakiri au Cambodge, éléments d’ethno-h (...)
  • 274 Bourdier, sans date, p. 69.
  • 275 Les contrôles a posteriori montrent moins de 2 % de marge d’erreur (voir Maggie Huff-Rousselle, « U (...)
  • 276 Mac Andrew, 2000, p. 7.

140En 1980, les Vietnamiens recensaient 56 582 habitants au Ratanakiri273, mais les conditions de réalisation de l’étude l’invalident. Les premiers chiffres fiables, malgré quelques omissions, datent des années 1990. En 1992, l’APRONUC a recensé 66 764 habitants au Ratanakiri. Deux ans plus tard, Frédéric Bourdier, après une sérieuse enquête auprès des administrations de communes et de districts, évaluait la population de la province à 69 599 habitants274. Le recensement de 1998, considéré comme très précis275, permet de dénombrer 94 243 habitants au Ratanakiri et 32 407 au Mondolkiri. La croissance de la population du Ratanakiri, la plus touchée par les migra-tions, serait donc de l’ordre de 41 % en six ans. Par comparaison, la population cambodgienne a augmenté de 29 % sur la même période276.

141L’installation de Việt et de Khmers sur les hautes terres du Sud de la péninsule Indochinoise change profondément la composition ethnique de l’ancien hinterland. Les Việt sont devenus le premier groupe ethnique sur les hauts plateaux où ils supplantent les autochtones. Devenus en 1954 des minorités ethniques de la république du Sud Viêt Nam – au sein de laquelle ils étaient qualifiés de « compatriotes des hautes terres » (đồng bào thương) –, ils sont depuis 1975 des « compatriotes ethniques » (đồng bào dân tộc). Minoritaires au sein de nations nouvellement (re)constituées, ils étaient alors encore majoritaires dans les régions qu’ils occupaient. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

  • 277 Trần An Phong, 1996, p. 53.

142D’après les chiffres du ministère vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural, les ethnies minoritaires ne représentaient plus en 1995 que 34 % des habitants des quatre provinces du Tây Nguyên pour 66 % de Việt ; et encore ces 34 % regroupent-ils les migrants issus des minorités des montagnes du Nord du pays277. Selon nos propres estimations, au début du XXIe siècle, les aborigènes ne représentent plus que le quart des habitants des hauts plateaux vietnamiens.

  • 278 Source : Recensement 1998, Table C4, CD-Rom no 1, Priority tables, ministère du Plan, Institut nati (...)

143Au Cambodge, les migrations n’ont pas jusqu’ici conduit à pareil bouleversement du rapport de force démographique. Lors du recensement de 1998, 45 446 habitants de la province de Kratié, de Stung Treng, du Mondolkiri et du Ratanakiri (sur un total de 470 899) ont déclaré une ancienne résidence dans une autre province du Cambodge. Mais la plupart des migrants qui ont pris la route des provinces de Kratié et de Stung Treng, se sont finalement arrêtés dans la vallée du Mékong ou à sa proximité immédiate. Ils n’ont donc jamais atteint les hautes terres278.

  • 279 Le recensement ne prend naturellement en compte ni les personnes décédées, ni celles qui ont quitté (...)
  • 280 8 783 et 4 958 personnes ont respectivement migré vers ces provinces. Ainsi, 1 084 habitants du Mon (...)

144On pense ainsi qu’entre 1979 et 2001, les migrations spontanées ont amené environ 22 000 personnes vers les hautes terres, soit respectivement 3 000 et 2 000 dans les provinces de Stung Treng et de Kratié, auxquels s’ajouteraient 11 000 habitants dans le Ratanakiri et 5 000 dans le Mondolkiri279. La plupart d’entre elles sont nées dans une autre province280, mais certaines viennent de l’étranger, essentiellement du Viêt Nam et du Laos.

Migrations vers les hautes terres du Cambodge (1979-2000)

1979 1989

1990 1993

1994 1998

1999 2000

Total 1979-2000

Migrations planifiées

4 000

3 800

500

2 000

10 300

Migrations spontanées

2 800

1 600

9 500

6 000

19 900

Total migrants

6 800

5 400

10 000

8 000

30 200*

Rythme moyen annuel

618

1 350

1 980

4 000

Sources : d'après les données du recensement de 1998 (Table C3, CD-Rom no 1, Priority tables) et les études de terrain.
*Les enfants de migrants nés sur place n'apparaissent pas.

  • 281 Joanna White, Information and Research for the Planning Process in Ratanakiri Province: Current Sit (...)
  • 282 Département du Plan du Ratanakiri, 2000, p. 4.

145Au Ratanakiri, la proportion de montagnards serait seulement passée de 76 % au début des années 1990281, à 70 % en 1998282. Au Mondolkiri, on estime généralement les aborigènes, en grande majorité mnong, à 80 % de la population totale. Entre 1998 et 2000, le retour des anciens Khmers rouges montagnards a compensé pour un temps l’arrivée des migrants des plaines. Depuis 2000, les derniers guérilleros d’Anlong Veng et les réfugiés de Thaïlande sont rentrés. L’accélération des migrations des peuples des plaines vers les hautes terres va donc se répercuter sur la répartition ethnique. Et il n’est pas douteux que si la tendance se poursuit, la part des aborigènes dans leurs propres territoires va décroître sensiblement.

146Ces évolutions, rapides, sont naturellement riches de conséquences, au Viêt Nam comme au Cambodge. L’augmentation de la pression démographique, considérablement accentuée par les migrations, engendre des problèmes fonciers et environnementaux. Les primo-occupants perçoivent parfois les flux comme une « occupation » qui conduit à un véritable accaparement de leur propre patrimoine, alors que les autorités des deux pays partagent avec les migrants le sentiment que les migrations doivent permettre l’intégration nationale et la mise en valeur des hauts plateaux. Cette différence de perception fixe les termes du contact dans un espace en mutation, au sein duquel l’assise de l’Etat central et du groupe dominant dont il est l’émanation ne cesse de s’affirmer.

Notes

147 Voir, par exemple, Henri Cucherousset, Le Tonkin est-il surpeuplé ?, Imprimerie Tonkinoise, Hanoi, 1925 ; L.E. Lotzer et G. Wormser, La Surpopulation du Tonkin et du Nord-Annam, ses rapports avec la colonisation de la péninsule indochinoise, IDEO, Hanoi, 1941.

148 Pierre Gourou, L’Utilisation du sol en Indochine française, Paris, Centre d’études de politique étrangère, 1940, p. 95.

149 Cité par Philippe Papin, Viêt-Nam, parcours d’une nation, La Documentation française, Paris, 1999, p. 173 et Nguyễn Trọng Diệu, Geography of Vietnam, Thế giới Publishers, Hanoi, 1995, p. 181-182.

150 Christian Taillard et Vũ Tự Lập, Atlas du Viêt-Nam, Reclus-La Documentation française, Montpellier-Paris, 1994, p. 59.

151 Didier Bertrand, « Les Vietnamiens au Cambodge, relations avec les Khmers et élaboration d’une identité - Etude des modes d’interculturation », in Interdisciplinary Research on Ethnic Groups in Cambodia, 1996, p. 220.

152 Murray Hiebert, « No Love Lost: Resentment against Vietnamese Settlers Revives », Far Eastern Economic Review, 12 octobre 1980, p. 38.

153 Les données du recensement de 1998 portant sur la langue maternelle sont gardées secrètes par le gouvernement cambodgien. D’après des sources bien informées, elles montreraient une présence việt au Cambodge supérieure aux estimations couramment avancées, en général de l’ordre de 500 000 à 800 000 personnes. Voir Didier Bertrand, « Les Vietnamiens au Cambodge, analyse des représentations et des conditions d’une intégration », Aséanie no 2, Bangkok, novembre 1998, p. 27-46.

154 General Population Census of Cambodia 1998, Analysis of Census Results, Report 5, Spatial Distribution and Migratory Movements, National Institute of Statistics, Phnom Penh, juillet 2000, p. 4.

155 Jean Delvert, Le Paysan cambodgien, L’Harmattan, Paris, 1994 (réédition), 740 p.

156 General population census of Cambodia 1998, juillet 2000, p. 5.

157 Voir Harry J. Nesbitt, Rice Production in Cambodia, Cambodian-IRRI-Australia Project, Phnom Penh, 1997, 112 p.

158 Chiffres du ministère de l’Agriculture cités par Kong Sothanarith, « Le Pays reste excédentaire mais s'attend à des difficultés », Cambodge Soir, 26 décembre 2001.

159 Nesbitt, 1997, p. 9 et 40.

160 Nom donné aux vallées du Tonlé Sap, du Mékong et du Bassac qui se rejoignent à Phnom Penh.

161 Ngô Văn Lý et Nguyễn Văn Diệu, 1992, p. 15.

162 « Huyện Hoà Vang, tỉnh Quảng Nam [District de Hoà Vang, Province de Quảng Nam] », in La Géographie descriptive de l’empereur Ðồng Khánh, à paraître.

163 Charles Emile Bouillevaux, L’Annam et le Cambodge, Voyages et notices historiques, Victor Palmé, Paris, 1874, p. 155.

164 Guérin, 2000b, vol. 1, p. 71-76 et Maître, 1912, p. 493-494.

165 Khum, Image 100000000000000C000000127254E6AA.jpg.

166 Chiffres du recensement de 1903, in Guérin, 2000b, vol. 1, p. 76.

167 Henri Maître, Les Régions moï du Sud Indo-chinois, le plateau du Darlac, Plon, Paris, 1909, p. 278-279.

168 Voir John Tully, Cambodia under the Tricolour. King Sisowath and the « Mission Civilisatrice », 1904-1927, Monash Asia Institute, Clayton, 1996, p. 148-157 ; Sorn Samnang, L’Evolution de la société cambodgienne entre les deux guerres mondiales (1919-1939), thèse de doctorat d’histoire, Université Paris VII, Paris, 1995, p. 175-176 et Albert-Marie Maurice, « Un point de l’histoire de l’Indochine française : l’assassinat de Henri Maître (1914) », Cahiers de l’Asie du Sud-Est, no 29-30, 1991, p. 253-267.

169 Question : « Image 100000000000004C0000001175582E3B.jpgcombat Image 10000000000000390000000F37950386.jpg ? »
Réponse : « Image 1000000000000140000000122932BB22.jpg », entretien, Mondolkiri, novembre 2000.

170 Ce maillage est visible par exemple dans la carte du commandant P. Pollachi, « Laos Annam Politiques (Sud) », in Atlas colonial français, 3ème édition, L’Illustration, Paris, 1937, planche 31B.

171 Calculé à partir de différentes sources des années 1938-1943. Andrew Hardy, A History of Migration to Upland Areas in Twentieth Century Vietnam, thèse de doctorat, Australian National University, Canberra, 1998, p. 137.

172 Condominas, 1974, p. 338.

173 Cộng-Hoà Việt-Nam [République du Viêt Nam], Cuộc di cư lịch sử tại Việt Nam [La migration historique au Viêt Nam], Phủ Tổng uỷ Di củ Tị nạn, Saigon, 1958, p. 157, 169.

174 Cộng-Hoà Việt-Nam, 1958, p. 161.

175 Interview d’une jeune femme, Hoàng Linh, Tội của Ðế quốc Mỹ trong việc bắt ép đồng bào di cư vào Nam [Les crimes des impérialistes américains qui forcent les compatriotes à migrer vers le Sud], NXB Sự thËt, Hanoi, 1955, p. 26.

176 Bộ Tuyên truyền [ministère de la Propagande], Tội ác của Ðế quốc Mỹ phái Thực dân Pháp phản hiệp định và bè lũ Ngô Ðình Diệm trong âm mưu cưõng ép và dụ đồng bào di cư ở Việt-Nam [Les crimes des impérialistes américains influencés par les colonialistes français, dans leur trahison des accords [de Genève] et de la clique de Ngô Ðình Diệm pour forcer et attirer les compatriotes à migrer au Viêt Nam], Bộ Tuyên truyền, 1955, p. 78.

177 Salemink, 1999, ch. 6 ; Fall, 1966, p. 349.

178 Hickey, 1967, p. 81-82; Voir aussi Hickey, 1982b, p. 17-20.

179 Entretiens, Dak Lak, novembre 1996.

180 Une partie de ces coupes est le fait d’autochtones qui vendent le bois à des négociants việt. Hickey, 1982b, p. 203, 262, 266-7.

181 Barry Petersen, Tiger Men, White Orchid Press, Bangkok, 1994, p. 20.

182 Lê Duy Ðại, « Bước đầu nghiên cứu những đặc điểm biến động dân cư tự nhiên tỉnh Ðắc Lắc [Le premier pas dans la recherche des caractéristiques des changements de population dans la province de Dak Lak] », Tạp chí Dân tộc Học [Revue d’ethnologie], 3, 1982, p. 50 et Hauteclocque-Howe, 1985, p. 15.

183 Senator Mike Gravel, The Pentagon Papers, Beacon Press, 1971, vol. 1, p. 312.

184 Gravel, 1971, vol. 1, p. 313.

185 Gravel, 1971, vol. 1, p. 313.

186 Discours de Norodom Sihanouk à Lumphat et Labansiek en avril 1960, Principaux discours et allocutions de S.A.R. le prince Norodom Sihanouk, président du Sangkum Reastr Niyum en 1960, ministère de l’Information du Cambodge, p. 109-112.

187 Joanna White, « The Indigenous Highlanders of the Northeast: an uncertain future », in Interdisciplinary Research on Ethnic Groups in Cambodia, 1996, p. 345.

188 En 2000, les Khmers et les Kuoy habitant l’espace entre la vallée du Mékong et celle du prek Té ont toujours en mémoire cette révolte : entretiens, Kratié, novembre 2000.

189 En 1959, il s’agit de l’espace couvert par les actuelles provinces de Kratié, Stung Treng, Ratanakiri et Mondolkiri.

190 Témoignage d’un colon cité par Claire Escoffier, « Les Lao au Cambodge, une cohabitation harmonieuse ? », in Interdisciplinary Research on Ethnic Groups in Cambodia, 1996, p. 314.

191 Charles Meyer, 1979, p. 687.

192 Jacqueline Matras-Troubetzboy, Un village en forêt, l’essartage chez les Brou du Cambodge, Langues et civilisations de l’Asie du Sud-Est et du monde Insulindien no 7, SELAF, Paris, 1983, p. 19.

193 Voir carte in Guérin, 2001, p. 37.

194 En 1970, le général Lon Nol profite d’une absence du prince Sihanouk pour le faire destituer par l’Assemblée nationale et proclamer la République khmère.

195 Voir Colm, 1998.

196 Entretiens, Kratié, Mondolkiri, novembre-décembre 2000, confirmés par les recherches des autres chercheurs dans la région, Frédéric Bourdier, Sara Colm et Philippe Guyant notamment, communications personnelles.

197 D’après leur mythologie, ils occupent les plateaux depuis les origines du monde, lorsqu’une gigantesque inondation (un incendie chez les Brou) a recouvert la terre, épargnant les hauteurs. Voir Matras-Troubetzboy, 1983, p. 40, Maître, 1912, p. 417-425, Dournes, 1972, p. 47-50.

198 Entretien, Dak Lak, novembre 1996 ; Hardy, 2003, p. 235.

199 Phạm Ðỗ Nhật Tân, Hoàn thiện hơn nữa việc di dân nông nghiệp cό tổ chức đi xây dựng các vùng kinh tế mới [Migration agricole améliorée additionnelle pour partir et bâtir de nouvelles zones économiques], thèse de doctorat en économie, Trường Ðại học Kinh tế Quốc dân [Université nationale d’économie], Hanoi, 1992, p. 49.

200 Phạm Ðỗ Nhật Tân, 1992, p. 49.

201 Diệp Ðình Hoa, « Phát triển kinh tế-xã hội miền núi với những vấn đề bảo vệ môi trường và an ninh biên giới [Développement socioéconomique des hautes terres et les problèmes de protection de l’environnement et de la sécurité des frontières] », Tạp chí Dân tộc Học [Revue d’ethnologie], no 4, Hanoi, 1982, p. 17.

202 Colonel Nguyễn Thắng, « Vấn đề định canh định cư và công tác bảo vệ chủ quyền an ninh biên giới [Le problème de la sédentarisation et du maintien du contrôle de la sécurité des frontières] », in Hội thảo khoa học về công tác định canh định cư lần thứ nhất [Première conférence scientifique sur la sédentarisation], Ban Ðịnh canh Ðịnh cư, Bộ Lâm nghiệp [Comité pour la sédentarisation, ministère des Forêts], Hanoi, 1984, p. 51.

203 Ðặng Nghiêm Vạn et Lê Duy Ðại, « Population et développement au sein des ethnies minoritaires » in Patrick Gubry (éd.), Population et développement au Viêt Nam, Karthala-CEPEP, Paris, 2000, p. 473.

204 Phạm Văn Ðồng, « Báo cáo tại cuộc mít-tinh kỷ niệm lần thứ 32 ngày Cách mạng Tháng Tám và Quốc khánh 2-9 [Rapport présenté à la 32e réunion commémorative de l’auguste Révolution et de la fête nationale du 2 septembre] », Nhân dân, 2 septembre 1977.

205 Stéphane Dovert et Philippe Lambert, à paraître, 2003 ; Francis Gendreau, Ðỗ Tiến Dũng et Phạm Ðỗ Nhật Tân, « Les migrations internes », in Patrick Gubry (éd.), 2000, p. 196.

206 David Chanoff et Doãn Văn Toại, Vietnam, A Portrait of Its People at War, IB Taurus, Londres et New York, 1996, p. 74. La cuvette de Ðiện Biên Phủ en avait bénéficié dès 1955.

207 Phạm Văn Ðồng, Chế độ đối với lao động đi xây dựng vùng kinh tế mới [Règles pour les travailleurs partant construire les nouvelles zones économiques], NXB Lao động, Hanoi, 1978a, p. 21.

208 Phạm Văn Ðồng, 1978a, p. 21.

209 Phạm Văn Ðồng, Tổ chừc lại sản xuất và cải tiến quản lý nông nghiệp và lâm nghiệp trung du và miền núi [Réorganisation de la production et amélioration de la gestion de l’agriculture et de la forêt dans les zones moyennes et d’altitude], NXB Sự thật, Hanoi, 1978b, p. 50-52.

210 Phan Xuân Ðợt, « Phát huy tiềm năng thế mạnh của kinh tế rừng đối với sự nghiệp phát triển kinh tế-xã hội miền núi [Utiliser le potentiel économique et la force de la forêt dans le développement socioéconomique des hautes terres] », Tạp chí Dân tộc Học, vol. 1, Hanoi, 1983, p. 8.

211 Les statistiques varient selon les sources. Celles présentées ici sont celles de Phạm Ðỗ Nhật Tân, 1992, p. 55. Le chiffre de 740 000 (dont 590 000 réellement installés) est adopté par Trần Ðức Lương, Ðề cương khái quát về nghiên cứu chiến lược kinh tế-xã hội vùng Nam Trung Bộ [Ebauche générale concernant la recherche socioéconomique stratégique dans la partie méridionale du Viêt Nam central], Tiểu ban Chiến lược Kinh tế-Xã hội Trung ương, Nhόm Chiến lược Kinh tế-Xã hội, Nam Trung Bộ [Sous-comité central sur les stratégies socio-économiques, Groupe des stratégies socioéconomiques, Viêt Nam central méridional], 1990, p. 6..

212 Francis Gendreau, Ðỗ Tiến Dũng et Phạm Ðỗ Nhật Tân, in Patrick Gubry (éd.), 2000, p. 206-207.

213 Plus de la moitié des migrants mobilisés dans le cadre du programme national viennent du delta du fleuve Rouge (Phạm Ðỗ Nhật Tân, 1992, p. 55).

214 Jacqueline Desbarats, « Population Redistribution in the Socialist Republic of Vietnam », Population and Development Review, 13, 1, 1987, p. 43-76.

215 Entretiens, Dak Lak, mai 1996.

216 Entretiens, Dak Lak, mai 1996.

217 Lê Duy Ðại : « Những vấn đề đặt ra xung quanh việc bở sung lao động để phát triển kinh tế-xã hội ở Tây Nguyên hiện nay [Problèmes identifiés concernant l’augmentation de travail projetée pour le développement du Tây Nguyên au temps présent] », Tạp chí Dân tộc Học 3, 1983, p. 34.

218 Linda Hitchcox, « Relocation in Vietnam and Outmigration: The Ideological and Economic Context », in Judith M. Brown and Rosemary Foot, Migration: The Asian Experience, St Martin’s Press, Oxford, 1994, p. 204.

219 Voir notamment Jacqueline Desbarats, 1987, p. 43-76.

220 Entretiens, Thái Bình, juin 1996 ; Hardy, 2003, p. 241-242.

221 Entretiens, district de Krông Năng, Dak Lak, mai 1996.

222 Dương Minh Hùng, dont la déclaration est rapportée dans « Một số ý kiến của đồng bào trên các vùng kinh tế mới ở Việt Nam [Quelques opinions exprimées par des compatriotes des nouvelles zones économiques au Viêt Nam] », Ðặc san : 30 năm sự nghiệp di dân khai hoang và xây dựng kinh tế mới 1961-1991 [Numéro spécial : 30 années de migrations pour défricher la terre et construire la nouvelle économie, 1961-1991], Cục Ðiều động Lao động và Dân cư, Bộ Lao động Thương binh và Xã hội [Bureau du travail et des allocations de population, ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales], p. 54.

223 Francis Gendreau, Ðỗ Tiến Dũng et Phạm Ðỗ Nhật Tân, in Patrick Gubry, 2000, p. 205.

224 Image 100000000000004100000011F9AAF392.jpg, agence de presse de la république populaire du Kampuchea.

225 Jacqueline Desbarats, Prolific Survivors, Population Change in Cambodia, 1975-1993, Arizona State University, 1995, p. 141.

226 Entretien, Mondolkiri, novembre 2000.

227 Entretien, Mondolkiri, novembre 2000.

228 Entretiens, Ratanakiri, février 1999 et février 2001.

229 Entretiens, Mondolkiri, novembre 2000 et Phnom Penh, décembre et janvier 2001.

230 Entretiens Ratanakiri, février 1999, février 2001 et Kratié, novembre 2000.

231 Entretien avec le général Tao Soeut, Mondolkiri, novembre 2000.

232 Image 100000000000001D0000001164CA4FE6.jpg : chef de village.

233 Cambodge Soir, 14 mars 2001 et 27 décembre 2001.

234 Christel Thibault, « Terres spoliées, terres minées, les obstacles au retour des réfugiés cambodgiens et les contraintes de la reconstruction nationale », in Luc Cambrézy, Véronique Lassailly-Jacob (éds.), Populations réfugiées, de l’exil au retour, IRD édition, 2000, p. 353-376.

235 « Image 1000000000000144000000117FFFE8FA.jpg Image 100000000000006500000011A23B57AE.jpg », entretien, Mondolkiri, février 1999.

236 Entretien, Thái Bình, janvier 1997 et Hardy, 2003, p. 273-274.

237 Pour une étude plus complète, voir Andrew Hardy, « Strategies of Migration to Upland Areas in Contemporary Vietnam », Asia Pacific Viewpoint, 41, 1, avril 2000, p. 23-34 ; Andrew Hardy, « State Visions, Migrant Decisions: Population Movements Since the End of the Vietnam War » in Hy Van Luong (éd.), Vietnam Since the End of the War, Rowman and Littlefield, à paraître.

238 Entretien, Comité populaire du district de Lak, Dak Lak, mai 1996. Trần Thị Quế, Nguyễn Thị Hồng Phấn et Trần Ðăng Tuấn, Số liệu thống kê các vùng thưa dân ở Việt Nam [Statistiques sur les régions peu peuplées au Viêt Nam], NXB Thống kê, Hanoi, 1996, p. 210.

239 Programme des Nations unies pour le développement, The Dynamics of Internal Migration in Viet Nam, Hanoi, UNDP Discussion Paper 1, p. 9.

240 Uỷ ban Dân tộc Miền núi, 1996, p. 13 et p. 40.

241 A. Terry Rambo, « Development Trends in Vietnam’s Northern Mountain Region », in Deanna Donovan et al. (éds.), Development Trends in Vietnam’s Northern Mountain Region, Volume 1, An Overview and Analysis, National Political Publishing House, Hanoi, 1997, p. 15 et p. 26-27.

242 Lê Duy Ðại, 1983, p. 33.

243 Entretien, Thái Bình, janvier 1997.

244 Entretien, Thái Bình, juin 1995.

245 Entretiens, province de Thái Nguyên, janvier 1997; Rambo, 1997, p. 15 et p. 26-27; Steffanie Scott, « Changing Rules of the Game: Local Responses to Decollectivisation in Thai Nguyen, Vietnam », in Asia Pacific Viewpoint 1, 4, 2000, p. 75-76.

246 Voir l’étude de Neil L. Jamieson, Lê Trọng Cúc et A. Terry Rambo, The Development Crisis in Vietnam’s Mountains, East-West Centre Special Report no 6, Honolulu, 1998, p. 10 et p. 30. Les auteurs considèrent que l’émigration intérieure n’est pas une option pour résoudre la crise que traversent les zones de montagnes.

247 Bộ Lao động, Thương binh và Xã hội, « Tổng luận khoa học – di dân tự do [Conclusions scientifiques générales - migrations libres] », Trung tâm Thông tin Khoa học Lao động và Xã hội [Centre pour l’information scientifique sur le travail et les affaires sociales, ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales], Hanoi, 1993, p. 10-11.

248 Entretien, Comité populaire du district de Krông Nô, Dak Lak, mai 1996.

249 Uỷ ban Dân tộc Miền núi, 1996, p. 49.

250 Gendreau, Ðỗ Tiến Dũng et Phạm Ðỗ Nhật Tân, in Patrick Gubry, 2000, p. 206. Voir aussi « The Future of Migration in Vietnam. Recommendations of the International Seminar on Internal Migration: Implications for Migration Policy in Vietnam », recommandations de la conférence, Hanoi, 6-8 mai 1998.

251 Projection des chiffres du recensement pour l’année 1997-1998, corrigée d’après une enquête de terrain et les observations d’autres chercheurs, John Mac Andrew pour le Ratanakiri par exemple.

252 Les Image 100000000000002900000011EF111D23.jpg. Voir John Mac Andrew, Indigenous Adaptation to a Rapidly Changing Economy, the Experience of Two Tampuon Villages in Northeast Cambodia, CIDSE Cambodia, Phnom Penh, 2000.

253 Mac Andrew, 2000 ; entretiens en novembre-décembre 2000 au Mondolkiri et février 2001 au Ratanakiri.

254 Entretiens, Ratanakiri, février 2001, Mondolkiri, avril 2001.

255 Conny van den Berg, Immigration and the Consequences for Highland Communities in Ratanakiri, IDRC/CARERE, Phnom Penh, 2000, p. 7.

256 Département du plan du Ratanakiri, commune database 1998, Image 10000000000000AA0000001168010ACD.jpg [plan de développement provincial 2001-2005], Banlung, 2000, p. 4.

257 Van den Berg, 2000, p. 7.

258 Van den Berg, 2000, p. 8.

259 Des vestiges d’une prééminence cham sur la région sont encore visibles près de Veunsaï.

260 Courant de l’islam sunnite, majoritaire en Arabie Saoudite, au Koweit, au Qatar, aux Emirats arabes unis et en Afghanistan.

261 Van den Berg, 2000, p. 10.

262 Guérin, 2001, p. 36-37.

263 Entretiens, Mondolkiri, décembre 2000.

264 Coopération japonaise et Banque asiatique de développement (ADB) notamment.

265 D’après Conny van den Berg seuls 29 % des migrants khmers venus au Ratanakiri sont partis par manque de terres. 41 % indiquent avoir voulu faire du commerce. La sur-représentation de la ville de Banlung dans l’échantillon qui a servi à cette étude invalide en partie ce résultat. 44 % des Khmers et 51 % des personnes interrogées dans l’enquête habitent cette agglomération, alors que d'après le recensement de 1998, 30 % des migrants et seulement 20 % des personnes arrivées après 1994 y résident. On notera d’ailleurs que les migrants qui cherchent des terres à cultiver ne vont logiquement pas s’installer en ville.

266 Source : Recensement 1998, Table C4, CD-Rom no 1, Priority Tables.

267 Stung Treng est une province de forte immigration, mais plus du quart de ceux qui la quittent vont au Ratanakiri. Recensement 1998, table C4, CD-Rom no 1, Priority Tables.

268 Vũ Tự Lập et Taillard, 1994, p. 51, 59 et 63.

269 Central Census Steering Committee, 1999 Population and housing census, sample results, Thế giới Publishers, Hanoi, 2000, p. 59 et p. 133.

270 Central Census Steering Committee, 1999 Population and Housing Census, Sample Results, Thế giới Publishers, Hanoi, 2000, p. 116 et p. 118.

271 Bế Viết Ðẳng (éd.), Các dân tộc thiểu số trong sự phát triển kinh tế xã hội ở miền núi [Minorités ethniques et développement socio-économique sur les hautes terres], NXB Chính trị Quốc gia et NXB Văn hoá Dân tộc, Hanoi, 1996, p 22-24.

272 Jean Fontanel, Ratanakiri, étude du milieu naturel d’une région frontière du Cambodge, thèse de troisième cycle, Institut de géographie alpine, Grenoble, 1967.

273 Cité par Frédéric Bourdier, « Les populations du keth du Ratanakiri au Cambodge, éléments d’ethno-histoire des groupes proto-indochinois », Les cahiers d’études franco-cambodgiens no 8, CCCL, Phnom Penh, sans date, p. 68.

274 Bourdier, sans date, p. 69.

275 Les contrôles a posteriori montrent moins de 2 % de marge d’erreur (voir Maggie Huff-Rousselle, « Un des recensements les plus performants au monde », Cambodge Soir, 20 juin 2000).

276 Mac Andrew, 2000, p. 7.

277 Trần An Phong, 1996, p. 53.

278 Source : Recensement 1998, Table C4, CD-Rom no 1, Priority tables, ministère du Plan, Institut national de Statistiques.

279 Le recensement ne prend naturellement en compte ni les personnes décédées, ni celles qui ont quitté les lieux. On estime ainsi les migrants « disparus » à plus de 3 500 personnes. Le nombre de migrants rentrés chez eux est estimé à partir des entretiens conduits au Mondolkiri et au Ratanakiri. Il s’agit essentiellement de fonctionnaires. Pour estimer le nombre de migrants décédés entre la période de migration et la date du recensement, on se base sur un modèle de pyramide des âges des migrants établi à partir de la répartition par sexe et âge des migrants vers le Mondolkiri entre 1997 et 1998 (Recensement 1998, table C9, CD-Rom no 1, Priority tables, ministère du Plan, Institut national de Statistiques), soit un échantillon de 1 874 individus, le temps écoulé entre la date d’arrivée et celle du recensement et l’espérance de vie moyenne au Cambodge.

280 8 783 et 4 958 personnes ont respectivement migré vers ces provinces. Ainsi, 1 084 habitants du Mondolkiri considérés comme migrants sont en fait nés au Mondolkiri et retournés dans leur province à la fin des conflits. A l’inverse, le recensement de 1998 fait curieusement apparaître que le nombre de personnes nées en dehors du Ratanakiri est supérieur à celui des immigrants au Ratanakiri. En effet, nombre de ceux qui ont migré vers cette province alors qu’ils étaient enfants n’ont pas le sentiment d’appartenir à la catégorie des immigrants.

281 Joanna White, Information and Research for the Planning Process in Ratanakiri Province: Current Situation and Future Needs, IDRC, Banlung, 1996, p. 6.

282 Département du Plan du Ratanakiri, 2000, p. 4.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Les pistes Hồ Chí Minh dans les hauts plateaux
Légende Sources : d’après Daniel Roussel, « Piste Ho Chi Minh : sentier de guerre, route de paix », in Alain Ruscio (ed.), Vietnam – l’histoire, la terre, les hommes, L’Harmattan, Paris, 1989, p. 154
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1435/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1435/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Répartition par secteurs d’activité des migrants spontanés khmers en 1998
Légende Source : d’après des estimations obtenues en recoupant les données du recensement de 1998 avec des études de terrain menées entre 1999 et 2001.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1435/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Viêt Nam : évolution de la population par grande région (1926-1991)
Légende Sources : d'après J. Bouault, Géographie de l’Indochine, Imprimerie de l'Extrême-Orient, Hanoi, 1930 ; Statistical Yearbook 1992, General Statistical Office, Hanoi, 1992 ; Rodolphe De Köninck et Steve Dery, « Agricultural Expansion as a Tool of Population Redistribution in Southeast Asia », Journal of Southeast Asia Studies 28,1,1997, p. 1-26.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1435/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540