Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des montagnards aux minorités ethniques

 | 
Mathieu Guérin
, 
Andrew Hardy
, 
Nguyễn Văn Chính
, 
et al.

Introduction

Texte intégral

1Au sortir d’une histoire récente bouleversée par bien des conflits, la république socialiste du Viêt Nam et le royaume du Cambodge cherchent à s’affirmer en tant qu’Etats-nations. Ces deux pays rassemblent des dizaines de groupes ethnolinguistiques à l’histoire et aux traditions hétérogènes. L’intégration, au sein de l’ensemble national, des minorités par le groupe majoritaire et dominant, ancré dans les plaines – les Việt au Viêt Nam et les Khmers au Cambodge –, s’avère donc délicate.

2Pour Hanoi comme pour Phnom Penh, le projet de construction nationale doit s’accompagner d’une intégration économique, sociale et démographique des hautes terres de la chaîne Annamitique et de ses piémonts qui partagent la péninsule Indochinoise du nord au sud. Il s’agit de fondre leurs habitants dans la communauté nationale en améliorant leurs conditions de vie tout en assurant la stabilité et la sécurité des marches du pays.

3Des transformations radicales sont engagées dans cette optique dont certaines échappent pour partie au contrôle des autorités. L’apparition de l’économie de marché dans ces zones reculées a entraîné un boom de la production locale de café qui, désormais, peut directement alimenter un marché de plus en plus globalisé. De la même façon, la croissance démographique s’accélère, provoquée par l’arrivée de migrants des plaines venus tenter leur chance. Autant de mutations qui affectent les populations autochtones puisqu’elles menacent leur culture, leurs pratiques agricoles et leur système d’organisation sociale.

  • 7 Selon une source du Haut Commissariat aux réfugiés, 3 000 à 4 000 personnes ont manifesté à Pleiku (...)

4Dans les premiers jours du mois de février 2001, plusieurs milliers d’habitants des hauts plateaux du centre du Viêt Nam ont marché sur Pleiku, chef-lieu de la province vietnamienne du Gia Lai. Parallèlement, près de cinq cents manifestants se sont rassemblés au centre de Ban Mê Thuột, capitale de la province du Dak Lak7. Par leurs bannières, ils revendiquaient l’autonomie et exigeaient des Việt qu’ils cessent d’envahir leurs terres.

5Le mouvement, d’abord pacifique, a bientôt tourné à l’affrontement. A Ban Mê Thuột, la foule a jeté des pierres sur la police qui cherchait à la disperser à l’aide de lances à incendie. A Pleiku, des postes de police, des bureaux de l’administration et les résidences de certains fonctionnaires ont été assiégés. Les forces de l’ordre ont cependant réussi à repousser les protestataires hors de l’agglomération.

  • 8 Entretien à Ban Mê Thuột, 2 février 2001.

6Interrogés le 3 février à Ban Mê Thuột, plusieurs citadins affolés se disaient prêts à évacuer la région tant ils craignaient que « la guerre éclate ». D’autres, surtout des migrants việt qui habitaient à l’écart des lieux d’affrontement, ignoraient encore les événements. Les magasins, les fabriques, les écoles, les marchés, les transports urbains et les aéroports ont pu continuer à fonctionner normalement ; la ville étant protégée des environs par un cordon de policiers et de militaires. D’après un haut fonctionnaire, seuls les bureaux administratifs provinciaux étaient fermés, leurs employés ayant été dépêchés dans les villages « pour régler les problèmes avec les protestataires8 ».

7Après avoir été repoussés vers les zones rurales, les manifestants se sont réunis dans les communes et les chefs-lieux de districts pour exprimer leurs doléances. Ils ont réclamé les terres dont on les avait dépossédés et – pour ceux qui étaient chrétiens – la liberté de pratiquer leur culte sans avoir à s’intégrer aux Eglises officiellement reconnues par la république socialiste du Viêt Nam. Ils ont d’ailleurs exigé la libération de deux pasteurs locaux arrêtés le 29 janvier. Enfin, ils ont protesté contre la corruption des services en charge des programmes sociaux du gouvernement.

  • 9 Nguyễn Văn Huy, « Tìm hiểu những nguyên nhân [A la recherche des causes] », Thông luận, no 146, ma (...)

8Des renforts ont été dépêchés dans les villages par camions et par hélicoptères. Le 6 février, après quatre jours de troubles, l’ordre était rétabli au prix, selon certaines sources, de nombreux blessés (une vingtaine de policiers et plusieurs centaines d’autochtones). Au moins vingt personnes auraient été interpellées9.

9Dans les semaines qui ont suivi les événements, la police a procédé à des dizaines de nouvelles arrestations. Les suspects ont été interrogés sur leurs liens éventuels avec des groupes basés aux Etats-Unis et perçus par Hanoi comme les réels instigateurs du mouvement. Les autorités locales pouvaient, il est vrai, se montrer décontenancées par la capacité des autochtones à organiser une mobilisation d’une telle ampleur sans que les services de sécurité, a priori vigilants, n’en aient été informés.

  • 10 Human Rights Watch, « Cambodia: Montagnard Asylum Seekers Threatened with Return », communiqué de (...)
  • 11 Voir par exemple, « Massive Crackdown against Vietnam’s Highland Christians », s.d., sur: http://m (...)

10Des séances de rééducation politique ont été organisées. Les rassemblements de plus de cinq personnes ont été interdits dans la province du Dak Lak10 et toute la région a fait l’objet d’une surveillance militaire et policière renforcée. Des rumeurs invérifiables évoquant des exactions commises par les forces de l’ordre se sont propagées d’autant plus facilement que, dès le début des troubles, les hauts plateaux vietnamiens avaient été fermés aux étrangers. Les organisations anticommunistes basées aux Etats-Unis, telle la Montagnard Foundation créée en 1990 par d’anciens maquisards indigènes11, les églises évangélistes et les organisations américaines de défense des droits de l’homme, se sont alors livrées avec les autorités vietnamiennes à une véritable guerre de propagande par médias interposés.

  • 12 Kong Sothanarith, « Départ du dernier groupe de montagnards », Cambodge Soir, 18 avril 2001, « Mon (...)
  • 13 Source réservée. En mars 2002, le gouvernement américain accorde l’asile politique à tous les réfu (...)

11L’affaire a pris une nouvelle dimension lorsqu’en mars 2001, quelques dizaines d’autochtones ont franchi la frontière avec le Cambodge avant de se voir offrir l’asile politique par les Etats-Unis12. Les mois suivants, ils ont été plus d’un millier à prendre à leur tour la fuite vers les provinces du Ratanakiri et du Mondolkiri, dans le Nord-Est du Cambodge. Sur place, ils ont été pris en charge par le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies qui leur a ouvert des camps, avec l’appui de l’ambassade américaine de Phnom Penh13.

  • 14 Cette accusation est rapportée par le journal vietnamien Nhân Dân le 6 avril 2001 ; voir « Hanoi A (...)
  • 15 Les leaders des réfugiés ont demandé au HCR de les mettre en relation avec Kok Ksor dès leur arriv (...)
  • 16 Entretien à Ban Mê Thuột, février 2001.

12Le Viêt Nam a alors vivement réagi. Hanoi a accusé le gouvernement américain d’avoir directement orchestré les troubles avec l’aide de la Montagnard Foundation et de son leader, le colonel Kok Ksor14. Le soupçon s’est révélé en partie fondé15. Mais la Montagnard Foundation n’aurait pas instillé le mécontentement dans les communautés indigènes du Viêt Nam. Comme nous l’a précisé, sous couvert de l’anonymat, un fonctionnaire vietnamien d’origine montagnarde, l’organisation aurait juste « exploité la rancœur de ceux qui ont été spoliés de leurs terres ancestrales au profit de migrants originaires d’autres provinces16 ».

  • 17 Forum organisé par des organisations non-gouvernementales (ONG) occidentales et des organisations (...)
  • 18 Martin Lejehan, « Le cahier de doléances des minorités du Ratanakiri », Cambodge Soir, 13 mars 200 (...)

13L’arrivée des réfugiés du Viêt Nam semble avoir en tout cas fait prendre conscience à certaines populations des hautes terres du Cambodge qu’elles se trouvaient confrontées pour partie aux mêmes problèmes que leurs homologues vietnamiennes. Un mois plus tard, des représentants des populations autochtones du Ratanakiri se sont réunis à Banlung, le chef-lieu provincial, pour participer à un forum sur « le renforcement des partenariats dans la gestion communautaire des ressources naturelles17 ». Ils en ont profité pour exprimer leur vive préoccupation quant aux problèmes fonciers et écologiques, disant leur inquiétude face à la présence toujours plus nombreuse de Khmers sur leurs territoires18.

14La force du ressentiment qui s’est manifesté a pris de court les gouvernements concernés. Au Viêt Nam, les forces de sécurité sont restées en état d’alerte pendant plusieurs mois et des blindés ont longtemps stationné sur les hauts plateaux. Dans le même temps, pour apaiser les esprits, les autorités ont annoncé de nouvelles mesures sur les droits des minorités ethniques et de nombreux cadres, dont les pratiques avaient été mises en cause, ont été démis de leurs fonctions. En avril 2001, le congrès du Parti communiste vietnamien a limogé Lê Khả Phiêu, secrétaire général du PCV, pour le remplacer par Nông Ðức Mạnh, lui-même membre d’une minorité ethnique (du Nord il est vrai).

  • 19 Entretiens au Mondolkiri, mars 2001.
  • 20 « Phnom Penh refuse de donner l’asile à des membres de minorités ethniques du Viêt Nam », Cambodge (...)

15Au Cambodge, la réaction officielle a également révélé une gêne. Le directeur général de la police, le général Hok Lundy, a été dépêché dans la province du Mondolkiri pour prendre la mesure du problème19. Comme le gouvernement cambodgien craignait un afflux de réfugiés du Viêt Nam s’il leur ouvrait ses frontières, il a d’abord entrepris de les repousser20. Enfin et surtout, il s’est efforcé de préserver les bonnes relations qu’il entretient au plus haut niveau avec les dirigeants de la république socialiste du Viêt Nam.

  • 21 Human Rights Watch, « Vietnam/Cambodia: Future of Montagnard Refugees at Risk », communiqué de pre (...)
  • 22 Le site http://www.montagnards.org/Crisis/newsReports-Archives.html présente 21 articles de la pre (...)

16Le 21 janvier 2002, une réunion tripartite entre des représentants des deux pays et les délégués du Haut Commissariat aux réfugiés s’est conclue sur la nécessité d’organiser le rapatriement des ressortissants vietnamiens qui avaient trouvé abri au Cambodge21. C’est à ce moment seulement que les Etats-Unis ont décidé de leur offrir l’asile politique. La flambée de violence dans les provinces de Gia Lai et du Dak Lak, la fuite des montagnards du Viêt Nam puis le mécontentement des populations autochtones du Nord-Est du Cambodge auront en tout cas révélé un profond malaise dans les deux pays22.

17Le présent ouvrage cherche à décrire sur un plan comparatif les politiques d’intégration des minorités ethniques des hautes terres telles que les conçoivent les autorités nationales vietnamiennes et cambodgiennes. Il tente également d’en mesurer les conséquences pour la vie des populations locales et d’analyser les aspirations de ces dernières.

18L’analyse des auteurs repose sur plusieurs centaines d’entretiens avec des autochtones, des migrants des plaines, des fonctionnaires vietnamiens et cambodgiens. Leur étude s’appuie en outre sur le dépouillement des archives coloniales et vietnamiennes, sur la consultation de la presse des deux pays et des ouvrages publiés sur la question. Elle suit alternativement les logiques de l’Etat central et de la population majoritaire qui l’incarne – les Việt au Viêt Nam, les Khmers au Cambodge – et celle des populations des hautes terres, offrant ainsi une vision à la fois exogène et endogène des évolutions en cours dans ces régions.

Notes

7 Selon une source du Haut Commissariat aux réfugiés, 3 000 à 4 000 personnes ont manifesté à Pleiku le 2 février et 400 à 500 à Ban Mê Thuột le 3 février (de nombreux manifestants ont été empêchés d’entrer dans la ville). Ce dernier chiffre est corroboré par les entretiens menés par l’un des auteurs dans la semaine du 2 au 9 février 2001. HCR, Independent WriteNet Researcher, Vietnam : Indigenous Minority Groups in the Central Highlands, Centre de documentation et de recherche du HCR, janvier 2002, p. 18, consultable sur http://www.unhcr.ch/cgi-bin/texis/vtx/rsd (mars 2002). Entrez « Vietnam Indigenous Minority » sous « title ».

8 Entretien à Ban Mê Thuột, 2 février 2001.

9 Nguyễn Văn Huy, « Tìm hiểu những nguyên nhân [A la recherche des causes] », Thông luận, no 146, mars 2001 ; Arnaud Dubus, « La révolte des Montagnards au Việt-Nam », Libération, 11 avril 2001 ; d’autres sources sont citées dans HCR, 2002, 27 p.

10 Human Rights Watch, « Cambodia: Montagnard Asylum Seekers Threatened with Return », communiqué de presse, 26 juillet 2001.

11 Voir par exemple, « Massive Crackdown against Vietnam’s Highland Christians », s.d., sur: http://montagnarddegadevelop.org/news/archived_news.pdf ou Save the Montagnard People Inc., « Situation », mai 2001, sur: http://montagnards.org/Crisis/Crisis_situation.html (mars 2002).

12 Kong Sothanarith, « Départ du dernier groupe de montagnards », Cambodge Soir, 18 avril 2001, « Montagnard Win Refugee Status », BBC, 10 avril 2001, http://montagnarddegadevelop.org/news/archived_news.pdf (mars 2002).

13 Source réservée. En mars 2002, le gouvernement américain accorde l’asile politique à tous les réfugiés indigènes ayant fui le Viêt Nam pour le Cambodge. Lire Cambodge Soir, 1er avril 2002.

14 Cette accusation est rapportée par le journal vietnamien Nhân Dân le 6 avril 2001 ; voir « Hanoi Accuses Washington of Inciting Unrest in Nhan Dan Newspaper », The Straits Times, 7 avril 2001, consultable sur : http://asiamedia.ucla.edu/Weekly2001/04.03.2001/Vietnam3.html (mars 2002).

15 Les leaders des réfugiés ont demandé au HCR de les mettre en relation avec Kok Ksor dès leur arrivée sur le sol cambodgien (source réservée).

16 Entretien à Ban Mê Thuột, février 2001.

17 Forum organisé par des organisations non-gouvernementales (ONG) occidentales et des organisations internationales, telles que CIDSE, CARERE, NTFP, ICC, HU en collaboration avec les autorités provinciales du Ratanakiri du 6 au 8 mars 2001.

18 Martin Lejehan, « Le cahier de doléances des minorités du Ratanakiri », Cambodge Soir, 13 mars 2001 ; Mathieu Guérin, « Discontent Brews among Cambodian Ethnic Minorities », Agence France Presse, 18 mars 2001.

19 Entretiens au Mondolkiri, mars 2001.

20 « Phnom Penh refuse de donner l’asile à des membres de minorités ethniques du Viêt Nam », Cambodge Soir, 27 mars 2001.

21 Human Rights Watch, « Vietnam/Cambodia: Future of Montagnard Refugees at Risk », communiqué de presse, 25 janvier 2002, consultable sur: http://www.hrw.org/press/2002/01/montagnards1025.html (mars 2002) et Nhân dân « New Impetus for Co-operation between Vietnam, Laos and Cambodia », 31 janvier 2002, http://www.nhandan.org.vn/english/20020131/ouropinion.html (mars 2002).

22 Le site http://www.montagnards.org/Crisis/newsReports-Archives.html présente 21 articles de la presse asiatique et des agences de presse sur le sujet en mars 2002.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site