Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des montagnards aux minorités ethniques

 | 
Mathieu Guérin
, 
Andrew Hardy
, 
Nguyễn Văn Chính
, 
et al.

Conventions terminologiques

Texte intégral

  • 1 Asian Development Bank, Policy on Indigenous Peoples, ADB, Manille, 1999, p. 5-6.
  • 2 D’après Frédéric Fortunel, « Pistes de recherche pour l’étude de la construction d’une légitimité (...)

1Les organisations internationales, comme la Banque asiatique de développement (ADB), désignent les peuples « indigènes » ou « aborigènes » comme les descendants de populations fixées sur leur territoire avant même la création des Etats modernes et qui ont pu, depuis lors, maintenir une identité différente de celle de la société dominante1. Sont également pris en compte dans la définition le sentiment que ces groupes ethnolinguistiques éprouvent d’appartenir à une culture distincte et le désir qu’ils expriment de la préserver à travers leur langue, les éventuelles particularités de leurs systèmes économiques ou encore la nature des liens qui les unissent à l’environnement et à la terre de leurs ancêtres2.

2Dans la littérature scientifique, on qualifie ces peuples d’« indigènes », d’« aborigènes », d’« autochtones », de « minorités » ou de « primo-occupants ». Le terme « montagnard », également couramment utilisé, tend depuis la guerre du Viêt Nam à revêtir une signification politique puisqu’il est notamment utilisé par les nationalistes des hautes terres basés aux Etats-Unis. Enfin, « Proto-indochinois » n’a guère quitté le cercle des chercheurs français comme Georges Condominas, qui se sont efforcés d’imposer l’expression dans les années 1950.

3On retrouvera aussi, sur les documents anciens, certaines dénominations contestées. Moï utilisé par les explorateurs français vient du vietnamien Mọi (ou Man en sino-vietnamien) qui peut être traduit par « sauvage » ou, plus exactement, par « barbare » dans l’acceptation chinoise du terme où civilisation et barbarie sont opposées. Les Cambodgiens utilisent Phnong qui est à la fois le nom donné à un groupe ethnique, les Mnong de l’ouest (qui se qualifient eux-mêmes plutôt par l’ethnonyme Bu Nong), et un terme générique pour désigner l’ensemble des Proto-indochinois. Comme Mọi, il est porteur d’une connotation dépréciative et méprisante. Mọi et Phnong peuvent d’ailleurs être utilisés comme des insultes.

4Si certains termes sont à l’évidence à proscrire, aucun n’est en fait pleinement satisfaisant. En premier lieu, on notera que nombre de qualificatifs appartiennent à une terminologie « anthropologique » que l’on n’appliquerait pas aux groupes ethnolinguistiques occidentaux. Beaucoup, bien qu’étymologiquement fondés, sont également porteurs d’une connotation péjorative. Dans ce livre, on voudra bien les comprendre dans leur acception littérale ou, par extension, comme termes génériques : « indigène » (qui est né dans la région dont il est question) ; « aborigène » (originaire de la région où il vit) ; « autochtone » (qui est issu du sol même où il habite) ; « minorité » (le plus petit nombre dans une collectivité définie) ; « montagnard » (qui vit dans les montagnes). Pour des raisons bien compréhensibles et sauf à les replacer dans leur contexte, on évitera les termes « sauvage », « mọi » et « phnong ».

5Pour qualifier les peuples « majoritaires » au sein des Etats-nations vietnamien et cambodgien, on utilisera les termes « Việt » (de préférence à l’autonyme Kinh) et « Khmer ». Pour désigner les citoyens du Viêt Nam et du Cambodge, on emploiera les mots Vietnamiens et Cambodgiens.

Le Cambodge et le Viêt Nam en Asie du Sud-Est

Le Cambodge et le Viêt Nam en Asie du Sud-Est

Cambodge & Viêt Nam : découpage provincial

Cambodge & Viêt Nam : découpage provincial

Chiffres et projections pour 2002 - PNUD

Les hauts plateaux : populations autochtones (fin du XXe siècle)

Les hauts plateaux : populations autochtones (fin du XXe siècle)

Notes : khmer et kinh n’apparaissent pas sur cette carte. La répartition des populations autochtones est indicative dans la mesure où les mouvements sont nombreux.

Notes

1 Asian Development Bank, Policy on Indigenous Peoples, ADB, Manille, 1999, p. 5-6.

2 D’après Frédéric Fortunel, « Pistes de recherche pour l’étude de la construction d’une légitimité territoriale par les cultures de rente pérennes : le cas des minorités ethniques dans le Centre Viêt Nam », communication personnelle, p. 3-5.

Table des illustrations

Titre Le Cambodge et le Viêt Nam en Asie du Sud-Est
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Cambodge & Viêt Nam : découpage provincial
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Chiffres et projections pour 2002 - PNUD
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1430/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1430/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1430/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Les hauts plateaux : populations autochtones (fin du XXe siècle)
Légende Notes : khmer et kinh n’apparaissent pas sur cette carte. La répartition des populations autochtones est indicative dans la mesure où les mouvements sont nombreux.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1430/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 342k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site