Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Destin des fils du dragon

 | 
Arnaud Leveau

Deuxième partie. Viêt Nam, Thaïlande : deux modèles d’intégration

Chapitre 5. Thaïlande : une influence chinoise diluée mais acceptée

Texte intégral

1L’histoire du Siam (devenu Thaïlande en 1939) est plus récente que celle du Viêt Nam et l’influence chinoise y semble à première vue moins prégnante. Il est vrai que la Thaïlande a toujours été plus préoccupée par les agressions de ses voisins immédiats – aux premiers rangs desquels figurait la Birmanie –, que par d’éventuelles invasions de l’empire du Milieu.

5.1. UN PEUPLE NON HAN, MAIS VENU DE CHINE

2Le terme Tai sert à désigner différents groupes ethniques ayant en commun l’utilisation d’une même langue et certains attributs culturels. On retrouve aujourd’hui les Tai, d’Assam dans le Nord-Est de l’Inde, à l’île chinoise de Hainan et de la province chinoise du Yunnan jusqu’au milieu de la péninsule malaise.

  • 67 Leshan Tan, « The Tai Before the Thirteenth Century, a Perspective from Chinese Records », in The J (...)

3A l’image de l’ensemble de l’Asie du Sud-Est, les Tai peuvent être divisés en deux groupes principaux : ceux qui ont été influencés par la culture chinoise et ceux qui sont plus proches du monde indien. Parmi les premiers, on retrouve des habitants du Sud de la Chine, principalement établis dans la province du Yunnan et qui sont reconnus par le gouvernement chinois comme « minorités ethniques » (Shui, Dong, Buyi, Maonan, Mulao ou Zhuang). Dans le Nord du Viêt Nam, les Tho et les Nung sont également très sinisés. Mais les Ahom, Shan, Tai ou les Dai qui peuplent eux aussi la partie méridionale de la Chine apparaissent plus indianisés que sinisés67.

4Dès les dynasties chinoises Xia (2000-1600 avant notre ère) et Shang (1600-1100 avant notre ère), des documents chinois relatent l’existence de peuples non han dans le Sud de l’actuelle Chine. Il faut cependant attendre la dynastie mongole des Yuan, au XIIIe siècle, pour voir émerger dans les annales historiques chinoises ce qui va devenir le royaume des Tai.

5Les anciens Chinois désignaient les populations non han installées dans le Sud de l’actuelle Chine par les appellatifs dépréciatifs de man (barbares) ou de yi (étrangers). Les royaumes yue (voir supra) ont cependant échappé à cet ostracisme et ils ont de ce fait attiré l’attention des lettrés chinois.

LES CHINOIS MUSULMANS DE CHIANG MAI

« Dans la ville de Chiang Mai (…), l’imposante mosquée Wieng Ping est cachée au fond d’une allée étroite. Un simple visiteur pourrait bien ne pas remarquer qu’elle appartient à une forte communauté de musulmans d’origine chinoise arrivés de la province chinoise du Yunnan il y a environ un siècle. [Les Haw], ces musulmans parlant mandarin, qu’on rencontre aussi en Birmanie, sont désignés par la Chine populaire comme une des 55 “minorités nationales”, mais sont considérés en Thaïlande comme des “Chinois”. Pourtant, ils ne correspondent pas à l’image habituelle des citadins chinois d’Asie du Sud-Est en cela qu’ils sont avant tout engagés dans des activités agricoles. Ils sont d’abord apparus à Chiang Mai en tant que marchands qui voyageaient vers le sud à travers les Etats shan de Birmanie, trafiquant de la soie et de l’opium sous leurs longs manteaux. (…) Leur première réelle installation à Chiang Mai pourrait remonter à un soulèvement des musulmans du Yunnan au milieu du XIXe siècle qui [avait été écrasé par les Han], entraînant également un exode massif vers la Birmanie voisine. » (Lynn Pan (éd.), The Encyclopedia of the Chinese Overseas, Archipelago Press Landmark Books, Singapour, 1998, p. 224)

  • 68 Leshan Tan, 1994, p. 167-173.
  • 69 Certains Zhuang se définissent encore dans leur langue comme des Bu Yue, c’est-à-dire appartenant a (...)

6Le Shuo Yuan (« Parler le yuan »), rédigé par Lu Xiang en 77 avant notre ère, et le Yue Jue Shu, écrit par Yuan Kan sous les Han68, recensent différents chants et épopées yue qu’ils ont transcrits en caractères chinois sur une base phonétique. On peut ainsi noter que la langue yue comporte un certain nombre de similitudes phonologiques, sémantiques et syntaxiques avec les langues tai. C’est particulièrement vrai pour le dialecte parlé par les Zhuang69.

7Lorsqu’ils n’étaient pas en proie à des luttes intestines, ces royaumes yue, dont on devine donc à tout le moins une parenté avec les Tai, ont mené des guerres perpétuelles contre les Chinois pendant toute la période des « Printemps et Automnes » (770-476 avant notre ère) et celle des « Royaumes combattants » (475-221 avant notre ère).

  • 70 Jacques Gernet, 1990, p. 99-131.

8Après l’unification du pays, le premier empereur de Chine, Qin Shi Huang Di, se lança dans une vaste campagne d’expansion territoriale et annexa la plupart des royaumes yue. Sa politique fut reprise par la dynastie suivante, celle des Han70. Après la conquête du royaume des Nan Yue (Yue du Sud) en 112 avant notre ère, par Wu Di, le troisième empereur des Han, l’ensemble du monde yue a formellement été intégré à l’Empire.

9A partir de cette date et au fur et à mesure que les Yue se fondaient dans la civilisation chinoise, les allusions à ces derniers dans les textes chinois furent de moins en moins nombreuses. Seules certaines communautés, qui avaient partiellement échappé à la sinisation, ont encore été identifiées en tant que telles (Zhuang, Liao, Dong, Zhong, Ge, Liang, Tu, etc). Ces anciens peuples yue, partiellement irréductibles, constituent vraisemblablement l’origine des Tai peuplant le Sud-Est de la Chine et le Nord du Viêt Nam.

10Depuis les années 1970, des études comparatives ont confirmé la proximité entre les populations du Nord de la Thaïlande et les Dai vivant dans la région de Xishuangbanna, dans la province chinoise du Yunnan.

5.2. UNE AUTRE MARCHE VERS LE SUD A PARTIR DU XIIIe SIECLE : LOIN DE LA CHINE, PROCHE DU BOUDDHA

11Le premier ensemble politique de la région à nous être assez bien connu (en tout cas mieux que les royaumes yue des temps anciens), est le Nan Zhao (« barbares à la peau foncée », que l’on retrouve également orthographié Nan Chao). En 738, six tribus wu man (parmi lesquelles les Yi et les Bai), d’origine tibétobirmane, se sont réunies pour former ce Royaume qui, à son apogée, allait empiéter sur le territoire chinois en englobant des territoires allant du Yunnan à Guizhou en passant par le Sud du Sichuan. Le nom de Tai désigne alors certaines populations périphériques du Nan Zhao.

12Les divisions internes et le renouveau de la puissance chinoise sous les Tang ont annoncé le repli de ces Tai vers le sud. En 866, les offensives chinoises poussèrent le Nan Zhao à évacuer le nord du Viêt Nam alors qu’il n’occupait Hanoi que depuis trois ans. Mais pour être contenu, le Royaume et ses avatars n’en continueront pas moins à prospérer pendant près de quatre siècles.

  • 71 Theravâda : Ecole des Anciens. Bouddhisme originel également appelé Hînayâna (Petit Véhicule)

13En 1253, les Mongols, qui ont pris le pouvoir en Chine, envahissent l’ensemble du Nan Zhao, poussant les populations locales sur la voie de l’exil. Face aux pressions chinoises et mongoles, et à l’image de ce que firent les Vietnamiens, les Tai prirent le chemin du sud. Sur leur route, ils furent principalement confrontés aux Môn de la vallée de la Ménam, aux Khmers et aux Birmans. Ces contacts éloignèrent définitivement les Tai de la sphère d’influence directe de la Chine. C’est à cette époque qu’ils ont adopté le bouddhisme theravâda71 et l’autorité royale intégra la conception hindouiste du « dieu roi » telle qu’elle prévalait alors chez les Khmers.

14Lorsque les Tai arrivèrent dans la région, ils rencontrèrent des Môn et des Khmers bouddhistes. Les premiers avaient établis, entre le VIe et le IXe siècle, un puissant royaume connu sous le nom de Dvaravati dont les frontières s’étendaient entre ce qui est aujourd’hui Nakhon Pathom et Chiang Mai. Leur influence s’était peu à peu érodée et, au début du XIIIe siècle, les Khmers contrôlaient environ la moitié du territoire de la Thaïlande actuelle.

  • 72 Viraphol Sarasin, Tribute and Profit : Sino-Siamese Trade 1652-1853, Harvard University Press, Camb (...)

15En 1238, deux chefs de clan tai se soulèvent contre l’autorité khmère et fondent Sukhothai (littéralement « L’Aube du bonheur »), le premier véritable Royaume indépendant tai. Il fallut encore un siècle pour que les Tai s’emparent de l’ensemble de la vallée du Chao Phraya et du centre de l’actuelle Thaïlande. Sukhothai s’efforça de maintenir de bonnes relations avec la Chine et paya régulièrement un tribut à l’empire du Milieu. Selon l’historien thaïlandais Sarasin Viraphol72, si la monarchie siamoise accepta de payer ledit tribut à la Chine, c’était moins par reconnaissance d’une quelconque suzeraineté chinoise sur le Royaume que dans le but de retirer des plus-values commerciales par des échanges avec le monde chinois (tarifs préférentiels, exemption de certaines taxes, etc.). D’ailleurs, si le roi Ramkhamhaeng s’inspira du modèle chinois pour l’organisation administrative de son pays, il trouva dans le bouddhisme theravâda et dans l’élaboration d’un alphabet propre, basé sur les écritures môn et khmère, deux éléments capitaux pour l’unification du Royaume. A la différence du Viêt Nam, fortement imprégné de confucianisme et qui resta donc proche du modèle culturel chinois, la Thaïlande s’éloigna progressivement de l’emprise culturelle de son grand voisin et développa sous l’impulsion du bouddhisme theravâda un modèle de société qui lui était propre.

16La religion a donc joué un rôle central dans la formation de ce qui va devenir le Siam. Au premier siècle de notre ère, des marchands indiens avaient apporté dans la péninsule indochinoise les messages hindouiste et bouddhiste qui avaient profondément influencé les cultures locales. Les Tai s’en imprégnèrent à leur tour et les éléments de culture hindo-bouddhiste dont ils ont hérité pendant cette période sont encore aujourd’hui clairement perceptibles pour tout ce qui touche à la littérature, à la musique et à la danse.

17En 1438, Sukhothai, en déclin, s’effaça en faveur d’Ayutthaya, créée à l’influence du prince Ramatipadi quelques décennies plus tôt. Devenue capitale du monde Tai, Ayutthaya le restera près de 400 ans. Les trente-trois rois qui se succédèrent sur son trône établirent un code civil et élaborèrent une loi pénale basés sur des concepts indiens teintés d’influence khmère et de culture bouddhiste, contribuant encore à éloigner le monde tai de l’influence chinoise. Après leur victoire sur Angkor en 1431, les Tai ont installé à Ayutthaya de nombreux prisonniers khmers et ces derniers ont renforcé au sein de la société l’emprise des concepts hindouistes comme celui de « dieu roi » (deva-raja).

5.3. COMMERÇANTS INTERESSES ET PATRIOTES SIAMOIS

18Sous le règne de Ramkhamhaeng à Sukhothai (1279-1298), les Thaïs ont exercé leur autorité à travers un vaste réseau qui s’étendait du Lan Na (Triangle d’or) et de Vientiane (Laos) au nord jusqu’à la péninsule malaise (aux environs de Phuket). Le souverain a surtout établi des relations directes avec la Chine. Cela a permis à de nombreux artisans chinois de s’installer dans le Royaume.

19L’ensemble de la production de céramiques de Sukhothai et de Sawankhalok était ainsi assumé par des artisans chinois. Mais jusqu’au XIVe, les Chinois ont, de préférence, élu domicile dans les villes marchandes du Nord de la péninsule malaise comme Chumphon, Surat Thani et Ligor (devenue Nakhon Si Thammarat). Lorsque les premiers voyageurs européens visitèrent le Siam, les Chinois étaient déjà nombreux. Ils exerçaient les professions de marchand, de mineur… mais aussi de bandit. C’est l’époque où s’illustre le célèbre pirate originaire du Fujian, Lin Daoqian, à Pattani, aux confins méridionaux de l’influence thaïe.

  • 73 William Skinner, Chinese Society in Thailand : An Analytical History, Cornell University Press, Ith (...)

20Trop occupés à guerroyer contre les Birmans et les Khmers, les différents rois d’Ayutthaya s’efforcèrent de maintenir de bonnes relations avec la Chine et accueillirent nombre de ses marchands. Les premiers Européens à entrer en contact avec le Siam purent constater que des commerçants chinois étaient installés un peu partout dans le pays. Au milieu du XVIIIe siècle l’ambassadeur français, de La Loubère, estimait la population chinoise d’Ayutthaya à environ 3 000 à 4 000 personnes. Selon William Skinner, à la fin de ce même siècle, il y avait à peu près 10 000 Chinois dans l’ensemble du Royaume73. Ils représentaient alors environ 1 % de la population totale du Siam. La plupart venaient du Fujian et de la région de Canton.

  • 74 Cité par Lynn Pan, 1998, p. 219.

21Au XVIIe siècle, Ayutthaya figure parmi les villes les plus cosmopolites d’Extrême-Orient, accueillant des commerçants venus d’Inde, du monde arabe et d’Europe. Mais malgré la diversité des visiteurs, les Chinois sont restés pendant quatre siècles, les interlocuteurs privilégiés de la cour du roi de Siam, notamment lorsqu’il s’agissait de commerce. Ils obtinrent très vite la gestion des intérêts économiques de la famille royale et gérèrent la plupart des monopoles royaux. Ils furent toujours avantagés par les autorités royales au détriment des Européens. Un observateur de cette période notait à ce propos que « les habitants du Siam accueillent les Chinois très cordialement, bien mieux que n’importe quel autre type d’étranger. Ils se montrent vraiment très amicaux à l’égard des Chinois »74. Il semble que les Siamois aient toujours su tirer profit de la présence de Chinois dans leur pays, en leur confiant des tâches et des fonctions pour lesquelles ils se montraient de loyaux serviteurs des intérêts du Royaume.

  • 75 Claudia Cragg, The New Taipans, Arrow Books, Londres, 1996, p. 1.

22L’ancien Premier ministre de Singapour, Lee Kuan Yu, disait que les Chinois installés dans un pays étranger avaient plus à cœur ses intérêts que ceux de la Chine75. L’histoire est en effet jalonnée de patriotes siamois d’origine chinoise. Ils semblent avoir joué un rôle capital dans la lutte contre les Birmans, particulièrement lorsque ces derniers assiégèrent Ayutthaya dans les années 1760. Les Chinois auraient alors défendu la ville avec un véritable acharnement nationaliste.

  • 76 Dynastie toujours régnante en Thaïlande. Le roi Bhumibol Adulyadej en est le neuvième représentant (...)
  • 77 William Skinner, 1957, p. 24-26.

23D’ailleurs, l’homme qui restaura l’indépendance du pays après que celui-ci fut tombé aux mains des Birmans est un général d’origine teochiu, Pya Taksin. Il devint roi en 1767 et transféra la capitale d’Ayutthaya à Bangkok. Il encouragea fortement la venue au Siam d’immigrants teochiu. Sous son règne, de nombreux Teochiu s’établirent dans le Royaume comme négociants, agriculteurs et exportateurs de riz, de sucre ou encore de poivre. Rama I, qui épousa la soeur de son prédécesseur, et fonda la dynastie Chakri76, était lui aussi pour moitié chinois. Il choisit d’ailleurs comme nom de règne Cheng Hua, nom authentiquement chinois77.

24Au XIXe siècle, l’influence de la famille Khaw, originaire du Fujian, fut déterminante dans le renforcement des structures administratives royales dans tout le Sud du pays. Au siècle suivant, les Chinois ayant joué un rôle majeur dans l’émergence du mouvement nationaliste (et parfois antichinois) ont été légion. Et depuis le retrait de l’armée de la vie politique du Royaume, la plupart des hommes politiques thaïlandais sont d’origine chinoise. Leur attachement aux intérêts thaïlandais paraît la plupart du temps indéfectible. Thanin Kraivichien, fils d’un commerçant chinois installé dans la province côtière de Samut Prakan et Premier ministre d’octobre 1976 à octobre 1977, a prouvé que l’on pouvait être d’origine chinoise et pourtant farouchement opposé à la Chine populaire. Les Chinois ont par ailleurs été les principaux animateurs des différentes forces d’opposition, légales ou non, aux régimes militaires qui ont gouverné le pays après la seconde guerre mondiale et les classes moyenne et supérieure d’origine chinoise ont joué un rôle moteur dans l’établissement de la démocratie thaïlandaise.

5.4. LE XIXe SIECLE, UN SIECLE PROCHINOIS : PROTECTION ROYALE ET CULTURE DE RESEAU

  • 78 Viraphol Sarasin, 1977, p. 43.

25Le règne de Rama I (1782-1809) marque le point d’orgue des relations commerciales et tributaires du Siam avec la Chine78. Sous son règne et sous ceux de ses successeurs, une part importante des revenus de la monarchie provenait des monopoles royaux, monopoles quasiment tous gérés par des Chinois.

  • 79 Sterling Seagrave, 1997, p. 146-147.
  • 80 Lynn Pan, 1998, p. 219.

26Afin d’accroître leurs revenus et de renforcer leur positionnement politique, les différents souverains qui se sont succédé au XIXe siècle ont encouragé la venue au Siam d’immigrants chinois. La plupart d’entre eux s’installèrent à Bangkok et en firent la première ville teochiu au monde79. Dans un premier temps, les Chinois ne se sont que très peu impliqués dans la vie de leur société d’accueil. Ils n’étaient pas mêlés aux intérêts de l’aristocratie thaïe, mais ils se sont d’emblée montrés fidèles à la monarchie, défendant volontiers les intérêts de cette dernière. En contrepartie, exemptés de certaines taxes et surtout du système de corvées qui touchait encore les paysans thaïs, les Chinois furent protégés dans leurs activités par l’obligation faite à tout entrepreneur d’obtenir une autorisation spéciale pour s’adonner à une activité commerciale80.

27Pour les différents monarques siamois, les étrangers, et plus particulièrement les Chinois, offraient l’avantage d’apporter leur savoir-faire, leur force de travail et leurs réseaux au pays, sans pour autant remettre en cause son système politique et son ordre social. Les souverains craignaient par-dessus tout les usurpations de pouvoir et les rébellions de l’aristocratie thaïe. Celle-ci, une fois engagée dans les différents réseaux commerciaux et enrichie par ces derniers, pouvait potentiellement remettre en cause certains monopoles royaux et affaiblir la position de la famille régnante. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles, depuis l’époque d’Ayutthaya, la monarchie thaïe faisait traditionnellement appel à des étrangers et leur offrait des positions prééminentes dans la vie économique et politique du pays. Mais les Chinois ont également joué un rôle de ciment de la société siamoise. Le roi Rama III (1824-1851) supporta avec ferveur leurs activités commerciales et encouragea leur intégration sociale. Cette époque marque un pic dans le nombre de mariages entre Chinois et membres de la famille royale ou de la noblesse siamoise.

  • 81 David Wyatt, The Politics of Reform in Thailand : Education in the Reign of King Chulalongkorn, Yal (...)
  • 82 Jean Baffie, « Les Chinois de Thaïlande, le cas d’une minorité dominante », in Historiens et géogra (...)

28Au milieu du XIXe siècle, l’ouverture accélérée du pays au commerce avec l’Occident s’est accompagnée d’un recul relatif de l’emprise des Chinois sur l’économie siamoise. A la différence des autres pays d’Asie du Sud-Est, le Siam avait très rapidement compris les visées coloniales des Occidentaux sur la région. Afin d’échapper à ces appétits impérialistes et de préserver son indépendance, le Royaume se vit dans l’obligation de faire quelques concessions aux Européens et de se lancer dans un vaste programme d’occidentalisation du pays81. En 1850, les relations tributaires avec l’empire de Chine prirent fin et le monopole royal dans le commerce avec l’étranger fut aboli. Les marchands occidentaux purent alors s’installer librement à Bangkok et facilitèrent ainsi l’entrée du Siam dans le jeu économique mondial. Le développement accéléré de l’économie siamoise dans la seconde moitié du XIXe siècle attira dans le Royaume un nombre considérable de Chinois, appâtés par le travail et les opportunités d’affaires qu’offrait alors le pays. En outre, pour assurer la modernisation, les autorités siamoises, associées aux Européens, avaient besoin de main-d’œuvre. Elles firent donc appel à de très nombreux coolies pour la construction d’infrastructures (voies ferrées, routes, canaux, construction d’usines et de nouveaux bâtiments) et pour travailler sur les docks ou dans les moulins à riz82.

  • 83 William Skinner, 1957, p. 72-73.

29Si la majorité des ouvriers chinois rentraient dans leur pays au terme de leur contrat, certains s’installèrent définitivement dans le Royaume et devinrent conducteurs de tricycles, marchands ambulants ou boutiquiers. On estime que sur les quatre millions de Chinois qui entrèrent au Siam entre 1820 et 1950, seuls 1,5 million d’entre eux choisirent d’y rester. Dans les années 1930, 70 % d’entre eux s’étaient lancés dans l’industrie et le commerce et contrôlaient déjà près de 80 % du commerce intérieur siamois83. Dès la fin du XIXe siècle, les Chinois étaient suffisamment nombreux dans le pays pour que l’explorateur anglais Holt Hallet les décrive comme « omniprésents ».

30Le renforcement de la présence occidentale modifia sensiblement les liens de fidélité qui unissaient les Chinois à la famille royale. Même si certaines grandes familles chinoises continuèrent à maintenir des relations privilégiées avec la cour, beaucoup de commerçants développèrent des relations étroites avec les Occidentaux et devinrent ainsi les interlocuteurs incontournables des maisons de négoce européennes au Siam. Ce renversement de tendance est bien décrit par un aristocrate thaï de l’époque :

  • 84 Cité par Lynn Pan, 1998, p. 221.

« Dans les temps anciens, les Chinois […] fréquentaient assidûment les princes, les nobles et les grands officiers et étaient très proches des Thaïs (…). Aujourd’hui, ils sont différents (…). Ils ne ressentent plus le besoin de fréquenter ni de faire plaisir à quiconque. Ils viennent seulement pour leurs affaires, investir dans les moulins à riz et les compagnies de négoce sans avoir besoin de l’aide ou des réseaux de qui que ce soit. »84

31Si ces compradores chinois perdirent un temps le contrôle du commerce, du décorticage et de l’exportation du riz, première richesse du pays, et furent concurrencés dans l’exploitation du bois de teck et des mines d’étain, ils surent développer de nouvelles activités comme la culture des hévéas et la production de caoutchouc.

  • 85 Gary Hamilton et Tony Waters, « Ethnicity and Development in Thailand », in Daniel Chirot et Anthon (...)

32Pour préserver et développer son patrimoine et éviter une mainmise trop importante de l’aristocratie sur l’économie du pays, la monarchie s’efforça de diversifier ses réseaux et ses interlocuteurs et offrit ainsi de nouvelles prérogatives à certains membres de la communauté chinoise85 ; stratégie qui eu un effet « boule de neige ». Sitôt qu’un Chinois occupait un des postes clefs de l’administration royale, il avait tout naturellement tendance à accorder des privilèges aux membres de sa communauté. Aux yeux des Chinois de l’époque, le meilleur moyen de s’enrichir était donc de voir un de ses proches occuper une position influente à la cour du roi. Pour obtenir ces postes, les Chinois multiplièrent les signes de loyauté envers la famille royale et ne furent pas avares en cadeaux de valeur.

  • 86 Jennifer Cushman, « The Khaw Group : Chinese Business in Early Twentieth Century », in Journal of S (...)

33L’étude de Jennifer Cushman sur le groupe Khaw révèle parfaitement cette imbrication étroite entre les intérêts du roi et ceux des grandes familles chinoises86. Riche en étain, la région de Ranong, située dans le Sud du Royaume, avait attiré plusieurs générations de Chinois lorsque le patriarche de la famille, Khaw Soo Cheang (1799-1882), arriva du Fujian en 1822. Il venait d’effectuer une brève escale à Penang (Malaisie) et n’avait plus un sou en poche. Il se lança alors dans le négoce de l’étain. Après avoir racheté le minerai aux exploitants locaux, il le revendait aux principautés musulmanes et malaises. Ce commerce lui permit de faire rapidement fortune et de racheter le droit d’exploiter les concessions royales d’étain de la région.

  • 87 Jennifer Cushman, 1986, p. 64.
  • 88 Akira Suehiro, Capital Accumulation in Thailand, 1855-1985, Centre for East Asian Cultural Studies, (...)

34Cheang réorganisa totalement le système d’exploitation des mines et devint collecteur d’impôt pour le compte de la famille royale. Pour accroître ses profits et par la même occasion ceux du roi, il fit venir au Siam un nombre important d’ouvriers chinois. Ses efforts portèrent leurs fruits lorsqu’en 1854, il fut nommé gouverneur de Ranong. En 1862, il reçu le titre de phraya, l’une des principales distinctions honorifiques du Royaume87. Khaw Soo Cheang parvint également à obtenir des privilèges importants pour ses fils. Son aîné, Khaw Sim Kong, lui succéda au titre de gouverneur de Ranong en 1877 et garda ce poste jusqu’en 1885. Ses autres fils occupèrent des charges de premier rang dans d’autres provinces du Sud du Royaume (Krabi, Trang et Phuket)88. Parallèlement à ses activités au Siam, Khaw Soo Cheang développa des affaires à Penang dans les domaines minier et maritime. Ainsi, tout en contribuant à l’affermissement de l’autorité royale dans le Sud du Siam, la famille Khaw fut à l’origine de l’un des premiers conglomérats chinois.

35La façon dont la famille Khaw géra sa position dominante tant au niveau politique qu’économique dans tout le Sud du pays est assez représentative de la manière dont le Royaume était administré au XIXe siècle. Le pouvoir central, basé à Bangkok, devait établir des liens de confiance très étroits avec les administrations locales chargées de collecter l’impôt et de reverser à la couronne la part qui lui était due. Pour tout ce qui touchait à la fiscalité, les étrangers et surtout les Chinois étaient, aux yeux du roi, plus dignes de confiance que les membres de l’aristocratie qui bénéficiaient déjà d’importants soutiens locaux et dont certains auraient pu être tentés de renverser le pouvoir. De leur côté, pour éviter d’être trop dépendantes du bon vouloir du roi, les grandes familles chinoises cherchèrent à établir des alliances avec les membres de l’aristocratie siamoise. Des représentants de la famille Khaw épousèrent par exemple des membres de la noblesse thaïe, au rang desquels figurent la famille Nakhon qui contrôlait les territoires situés au nord de Ranong et la famille Bunnag qui exerça la régence durant la minorité du roi Chulalongkorn (Rama V). Parallèlement à ces alliances, les Khaw renforcèrent leur présence en Malaisie en arrangeant des mariages avec des membres de l’élite chinoise de Penang.

36Une part importante du succès des Khaw réside dans le fait qu’ils ont réussi à développer une double identité. Ils ont su se montrer fidèles serviteurs des intérêts de la monarchie tout en maintenant des liens très étroits avec les autres familles chinoises (hokkien surtout) installées au Siam et dans le reste de l’Asie du Sud-Est.

37Le réseau établi par la famille Khaw, aussi bien avec la famille royale et la noblesse siamoise qu’avec les communautés chinoises de la région, lui permit d’être en position de force pour négocier avec les Européens lorsqu’à la fin du XIXe siècle, ces derniers commencèrent à s’intéresser à l’exploitation des mines d’étain. Ne disposant ni des techniques occidentales ni des capitaux nécessaires à une exploitation moderne de leurs mines, les Khaw tirèrent grand profit de ces nouvelles alliances. Ils passèrent des accords commerciaux avec les Britanniques installés en Malaisie et fondèrent la Tongkah Mining and Dredging Company et les Eastern Shipping Lines. Ces deux compagnies furent placées sous la responsabilité de Khaw Sim Bee, le plus jeune fils de Khaw Soo Cheang. Malgré l’assassinat de ce dernier en 1913, la famille réussit à préserver son influence dans le Sud du Royaume grâce aux liens privilégiés entretenus par Khaw Joo Tek, le neveu de Khaw Sim Bee, avec le prince Damrong, ministre de l’Intérieur du Royaume.

38C’est le coup d’Etat de 1932 qui porta un coup fatal à l’influence exercée par les Khaw sur le pays. L’éloignement de la famille du centre du pouvoir situé à Bangkok et son incapacité à maintenir ses positions commerciales et financières la firent disparaître du devant de la scène siamoise.

  • 89 Son lieu de naissance est en fait imprécis. Sa biographie officielle laisse croire qu’il serait né (...)

39Le réseau mis en place par Chatri Sophonpanich – de son nom chinois Tang Piak Chin –, fondateur de la Bangkok Bank, est peut-être le plus symbolique de la réussite des Chinois au sein du Royaume. Né en Thaïlande89 en 1910 d’un père teochiu et d’une mère thaïe, il était l’aîné et le seul garçon d’une famille de cinq enfants. A 17 ans, le futur banquier trouva un emploi dans une petite boutique de Bangkok, mais l’entreprise périclita au début des années 1930. Il se lança alors dans le commerce du riz entre le pays teochiu et la Thaïlande. Il se maria en Chine avec Lau Kwei Ying. Des quatre enfants qu’ils eurent ensemble, seuls deux survécurent. Supportant difficilement les voyages en bateau, Chin décida de s’installer définitivement en Thaïlande en 1936 et intégra l’association teochiu la plus influente, celle des natifs du district de Chaoyang. C’est à la même époque qu’il prit une épouse thaïlandaise. Son meilleur ami, un Teochiu adopté par le général Phin Chunhawan, impressionné par les qualités de Chin, l’introduisit auprès du cercle Rachakrul ratpack regroupant de nombreux généraux et officiers de l’armée thaïlandaise. Pendant la seconde guerre mondiale, ce cercle se scinda en deux. Une partie participa à l’occupation des Etats Shan tandis que l’autre resta à Bangkok où elle se consacra au marché noir.

40A la même période, Chin lança sa propre affaire. Grâce à ses connections avec les réseaux teochiu d’Asie du Sud-Est et au soutien du général Phin, il fit rapidement fortune. Il créa de nombreuses entreprises, parmi lesquelles Asia Trust dont il confia la gestion à un Chinois de Shanghai.

41L’inflation engendrée par le second conflit mondial fit considérablement monter le cours de l’or. A la fin des années 1940, Chin concentra l’essentiel de son activité dans ce commerce. Il achetait de l’or à Shantou puis, après un transit à Hong Kong, le revendait aux communautés chinoises d’Asie du Sud-Est ; jusqu’à détenir le monopole virtuel du commerce de ce métal précieux, des grandes transactions avec l’étranger et de l’envoi de fonds vers la Chine.

42La seconde guerre mondiale permit également à Chin d’apprendre les techniques bancaires occidentales, jusque-là apanage exclusif des experts européens et américains. L’occupation japonaise de la région s’étant accompagnée de la saisie des banques étrangères et de l’arrestation de leurs dirigeants, Chin et ses amis eurent l’occasion de participer à un groupe d’études du ministère des Finances qui s’attacha à comprendre le fonctionnement de la Chartered Bank et de la Hong Kong and Shanghai Bank. Ils furent aidés dans cette démarche par les anciens employés chinois et thaïlandais de ces établissements, interrogeant à l’occasion les cadres britanniques emprisonnés pendant toute la durée du conflit.

  • 90 Sterling Seagrave, 1997, p. 210-223.

43Une fois la guerre achevée, les connaissances accumulées permirent à Chin de participer à la fondation de la Bangkok Bank90 et de prendre sa direction en 1952. L’internationalisation de l’établissement fut consacrée en 1954 avec l’ouverture d’une succursale à Hong Kong. L’année suivante, la banque s’est implantée à Tokyo puis, en 1957, à Londres et à Singapour.

44En 1975, la banque finançait 45 % des exportations et 33 % des importations thaïlandaises. Elle a également permis le développement de plusieurs grands groupes chinois ailleurs en Asie du Sud-Est, dont ceux de Liem Sioe Liong en Indonésie et de Robert Kuok en Malaisie. Le développement de la Bangkok Bank a été rendu possible par la protection du clan du général Phao Siyanon. Mais cet appui politique précieux n’a pas été sans défaut. Le général Sarit Dhanarajata, adversaire de Phao Siyanon au sein de la Junte, accusa ce dernier de financer un trafic de stupéfiants avec l’argent de la Bangkok Bank. Le journal de Sarit Dhanarajata accusa quasi ouvertement Chin d’être à l’origine de ce commerce illicite.

  • 91 Bertil Lintner, Burma in Revolt : Opium and Insurgency Since 1948, Westview Press, Boulder, Colorad (...)

45Les organisations criminelles asiatiques n’ont jamais pu entièrement contrôler le trafic de drogue et la prostitution en Thaïlande. Elles ont toujours eu à faire face à la concurrence locale de certaines institutions officielles. On pense notamment à la police, qui, selon un avocat de Bangkok, serait bien mieux organisée que les syndicats chinois91. Apportant sa logistique aux syndicats teochiu et aux anciennes troupes du Kuomintang (KMT) installées dans le pays, la police de Phao Siyanon était, à l’époque, le principal promoteur du trafic d’héroïne. Mais ces activités occultes étant devenues trop voyantes, il fut démis de ses fonctions de vice-ministre des Finances. En 1957, suite au coup d’Etat mené par Sarit Dhanarajata, Phao Siyanon dut même quitter le pays pour trouver refuge en Suisse.

46Ayant perdu son principal protecteur, Chin décida également de fuir la Thaïlande. Il s’installa pendant cinq ans à Hong Kong où il développa les activités de la Commercial Bank. Il mit également à profit son séjour dans la colonie britannique pour réactiver ses réseaux teochiu. Il attendit la mort de Sarit Dhanarajata, en 1963, pour rentrer à Bangkok. Utilisant avec brio ses différents contacts, il devint ensuite une sorte d’ambassadeur financier de la communauté et, de Singapour à Jakarta en passant par Manille et Kuala Lumpur, il fut le principal financier des grands entrepreneurs chinois d’Asie du Sud-Est, teochiu ou non.

47La famille Sophonpanich incarne à merveille la culture de réseau du monde chinois. Le cœur de ce réseau reste, aujourd’hui encore (et malgré l’ouverture forcée du groupe depuis la crise de 1997), la famille. Depuis la disparition de Chin, en 1988, ses sept fils dirigent l’empire. Rabit, l’aîné, et Chote Sophonpanich sont respectivement à la tête des branches de la Bangkok Bank à Hong Kong et à Londres. Chai a été nommé directeur de la Bangkok First Investment and Trust, alors que Choedchu assume la direction d’Asia Insurance. De son côté Chatri (Tang Pik Ching) a pris la relève de son père au sein de la Bangkok Bank (voir le chapitre « L’avantage chinois »). Aujourd’hui, le fils aîné de ce dernier, Chartsiri (Tony), après avoir été formé à l’Institut de Technologie du Massachusetts, prend progressivement le contrôle des affaires familiales. Notons également qu’il a épousé la fille de Nul Prachaubmoh, l’ancien gouverneur de la Banque de Thaïlande.

  • 92 Geoff Hiscock, Asia’s New Wealth Club, Nicholas Brealey Publishing, Londres, 2000, p. 258.

48Le conglomérat financier bâti autour de la Bangkok Bank et de la Commercial Bank of Hong Kong, a placé la famille Sophonpanich au cœur des différents réseaux teochiu. En Thaïlande, Chin fut nommé président de l’association teochiu des natifs du district de Chaoyang, la plus influente des associations teochiu du Royaume et vraisemblablement l’association chinoise la plus puissante d’Asie du Sud-Est. A Hong Kong, il a pris la direction de la Chambre de commerce teochiu. En 1993, la Bangkok Bank était considérée comme l’une des cinq banques les plus rentables du monde. Trois ans plus tard, ses bénéfices s’élevaient à plus de 800 millions de dollars. Depuis la crise de 1997, la banque est détenue à hauteur de 48 % par des investisseurs étrangers et sa capitalisation boursière est tombée de 7,7 milliards de dollars en 1997 à un peu moins de 1,2 milliard de dollars en juin 200092. L’avenir du groupe est aujourd’hui entre les mains de la troisième génération qui, élément nouveau, a été contrainte d’ouvrir le groupe à des investisseurs étrangers.

Notes

67 Leshan Tan, « The Tai Before the Thirteenth Century, a Perspective from Chinese Records », in The Journal of the Siam Society, vol. 82, n° 2, 1994, p. 168.

68 Leshan Tan, 1994, p. 167-173.

69 Certains Zhuang se définissent encore dans leur langue comme des Bu Yue, c’est-à-dire appartenant au peuple yue. (Li Gan Fen, Zhuang Zu Jian Shi [brève histoire du peuple Zhuang], Guangxi People’s Press, Nanning, 1980, p. 6. Cité par Leshan Tan, 1994, p. 168).

70 Jacques Gernet, 1990, p. 99-131.

71 Theravâda : Ecole des Anciens. Bouddhisme originel également appelé Hînayâna (Petit Véhicule)

72 Viraphol Sarasin, Tribute and Profit : Sino-Siamese Trade 1652-1853, Harvard University Press, Cambridge, 1977, XVIII-419 p.

73 William Skinner, Chinese Society in Thailand : An Analytical History, Cornell University Press, Ithaca NY, 1957, 459 p.

74 Cité par Lynn Pan, 1998, p. 219.

75 Claudia Cragg, The New Taipans, Arrow Books, Londres, 1996, p. 1.

76 Dynastie toujours régnante en Thaïlande. Le roi Bhumibol Adulyadej en est le neuvième représentant sur le trône.

77 William Skinner, 1957, p. 24-26.

78 Viraphol Sarasin, 1977, p. 43.

79 Sterling Seagrave, 1997, p. 146-147.

80 Lynn Pan, 1998, p. 219.

81 David Wyatt, The Politics of Reform in Thailand : Education in the Reign of King Chulalongkorn, Yale University Press, New Haven, 1969.

82 Jean Baffie, « Les Chinois de Thaïlande, le cas d’une minorité dominante », in Historiens et géographes n ° 368, 1999, p. 210.

83 William Skinner, 1957, p. 72-73.

84 Cité par Lynn Pan, 1998, p. 221.

85 Gary Hamilton et Tony Waters, « Ethnicity and Development in Thailand », in Daniel Chirot et Anthony Reid (éds), Essential Outsiders, Chinese and Jews in the Modern Transformation of Southeast Asia and Central Europe, University of Washington Press, Seattle - Londres, 1997, p. 265.

86 Jennifer Cushman, « The Khaw Group : Chinese Business in Early Twentieth Century », in Journal of Southeast Asian Studies, vol. 17, no 1, Mars 1986, p. 58-79. Voir aussi son livre Family and State : The Formation of a Sino-Thai Tin-Mining Dynasty, 1787-1932, Oxford University Press, Singapour, 1991, 172 p.

87 Jennifer Cushman, 1986, p. 64.

88 Akira Suehiro, Capital Accumulation in Thailand, 1855-1985, Centre for East Asian Cultural Studies, Tokyo, 1989, p. 64-65.

89 Son lieu de naissance est en fait imprécis. Sa biographie officielle laisse croire qu’il serait né en Chine. Ce subterfuge était nécessaire, car il est né de la seconde épouse de son père et que cette dernière n’était pas chinoise. Selon les critères chinois, il n’aurait donc pas été un véritable Teochiu. Pour jouer un rôle de premier plan, Chin a donc dû particulièrement insister sur son passé chinois. Cela lui permit en outre d’éviter la conscription en Thaïlande puisqu’il affirmait être né dans l’un des sept districts de Shantou. Ce n’est que plus tard, pour faciliter ses affaires, qu’il prit la nationalité thaïlandaise.

90 Sterling Seagrave, 1997, p. 210-223.

91 Bertil Lintner, Burma in Revolt : Opium and Insurgency Since 1948, Westview Press, Boulder, Colorado, 1994, p. 66.

92 Geoff Hiscock, Asia’s New Wealth Club, Nicholas Brealey Publishing, Londres, 2000, p. 258.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540