Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pavillon noir sur l’Asie du Sud-Est

 | 
Éric Frécon

Chapitre 1. Des mythes aux réalités historiques

Texte intégral

1A la différence des mouvements terroristes et malgré une cruauté avérée, les pirates ont largement inspiré les poètes, les peintres et les réalisateurs. Certaines entreprises ont exploité cette fascination et le jour n’est pas (encore) venu où Playmobil et Lego substitueront à leurs coffrets « pirates » des figurines « Ben Laden » ou « Jihad islamique ».

  • 19 Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Gallimard, Paris, 1946, p. 28.
  • 20 Michel Wieviorka, « Editorial », in Cultures et conflits, no 29-30, 1998, p. 7-8.

2La piraterie, si elle intrigue, tient une place à part, plus explorée par les artistes que par la recherche universitaire. Cette dernière « s’occupe de choses sérieuses » répondrait peut-être Saint-Exupéry19, tels les « nouveaux paradigmes de la violence » savamment conceptualisés par Michel Wieviorka20.

  • 21 Selon les termes de Gérard Jaeger (dir.), Vues sur la piraterie, Tallandier, Paris, 1992 ; voir no (...)
  • 22 David-Anthony Delavoet, « La Piraterie, un fléau actuel », Bulletin d’études de la marine, no 8, j (...)
  • 23 Delavoet, 1996, p. 24.

3La piraterie est pourtant d’autant plus intéressante qu’il s’agit d’« une aventure de toute éternité21 ». Déjà dans l’Iliade (livres III et XIV) et l’Odyssée (livres IX et XIX), dans Histoires (livre I) ou encore dans Histoire de la guerre du Péloponnèse (livre I), Homère, Hérodote et Thucydide faisaient état d’une piraterie respectée et incarnée par des héros comme Ulysse22. Parallèlement, l’Antiquité a été marquée par les premières contre-offensives étatiques qui n’ont cessé par la suite d’inspirer les dirigeants. Minos, le roi légendaire de Crète, a ainsi cherché à légiférer contre les pirates de la Méditerranée23. Quant aux expéditions sur mer menées autrefois par Pompée pour préserver l’approvisionnement en blé du port d’Ostie, voisin de Rome, elles ne sont pas sans rappeler la proposition de patrouilles conjointes en Asie du Sud-Est formulée à Tokyo au printemps 2000. L’objectif est désormais de préserver les détroits par lesquels transitent non plus du blé mais, on l’a dit, 80 % des hydrocarbures destinés au Japon : autres temps, autres préoccupations, la problématique reste néanmoins la même.

  • 24 Gilles Lapouge, Les Pirates, Phébus, Paris, 1987, 198 p.
  • 25 Dialogue entre Philippe Jacquin et Gilles Lapouge, « La Piraterie revue et corrigée », in Philippe (...)

4Sans remonter aussi loin dans le passé, la piraterie suscite parfois des analogies intéressantes. C’est ainsi qu’à la fin des années 1960, Gilles Lapouge, spécialiste de la piraterie et sensible à la révolte des étudiants du quartier Latin (qui recherchaient d’ailleurs sous les pavés la plage), a tenté d’établir un parallèle entre les idéalistes urbains et marins24. Les pirates évoluent en effet hors du temps et de l’espace, occupant le vide de la mer, vierge de toute norme sociale. C’est pourquoi certains ont parlé d’« utopie pirate », oscillant entre nihilisme et anarchisme. L’univers pirate constitue une véritable contre-société, difficile à cerner, mais incarnant une profonde révolte sociale, à la recherche de « la mer promise25 ».

  • 26 Philip Gosse, Histoire de la piraterie, Payot, Paris, 1952 (1ere éd.), 383 p.

5Le dessein généralement attribué aux pirates à travers les âges est à terme l’établissement d’un système – voire d’un Etat – parallèle. Philip Gosse, dont l’ouvrage sur la question fait référence, distingue trois phases types dans l’évolution historique de la piraterie26. Il décrit d’abord des populations pauvres et délaissées qui se réunissent en groupes isolés et s’adonnent au banditisme maritime. Plus tard, ces groupes constituent des organisations ou des réseaux structurés. Enfin émergent de solides communautés ou même des Etats. Ils ont été fondés sur la piraterie, mais deviennent alors des acteurs du jeu politique régional.

  • 27 On décrira ici trois exemples historiques particulièrement significatifs, excluant pour la clarté (...)
  • 28 Romain Bertrand, « L’Affaire de la prise d’otages de Jolo : Un exemple de criminalisation du polit (...)

6On verra que les exemples méditerranéens et atlantiques illustrent parfaitement l’ascension de la piraterie vers un idéal plus ou moins louable, fondé sur l’utopie égalitaire ou la soif de puissance. En revanche, l’Asie du Sud-Est suit le chemin inverse du XIVe au XXe siècle27. Les « prestigieux » réseaux pirates d’autrefois ont laissé la place au banditisme maritime contemporain qui substitue le sordide à une certaine forme de d’exotisme28.

1.1. LA PIRATERIE MEDITERRANEENNE : D’ULYSSE A BARBEROUSSE

  • 29 Philippe Masson, « La Piraterie dans l’Antiquité », in Gérard Jaeger (dir.), 1992, p. 29.

7Aux premiers temps de l’Antiquité, des bandes hantaient les eaux de la Méditerranée et perturbaient le commerce naissant. A cette époque, aucune forme d’idéologie ou d’organisation globale ne les unissait. Il s’agissait avant tout de voler les richesses là où elles se trouvaient. Les Phéniciens et les Crétois pré-hellènes (2500 ans av. J.-C.) pratiquaient un cruel brigandage maritime. Aux environs du IXe siècle av. J.-C., les pirates homériques se livraient aux mêmes pillages. Ainsi le roi Ménélas, époux de la belle Hélène, a-t-il admis sans détour avoir erré pendant sept ans et beaucoup souffert pour amasser ces trésors et les ramener chez lui. Il a été à Chypre, en Phénicie, en Egypte. Il a vu les temples de l’Ethiopie et de Sidon. Il a été en Libye, etc. On notera cependant qu’il ne mentionne pas d’échange29 ; et pour cause…

8Vers les VIe et Ve siècles avant l’ère chrétienne, la vocation commerciale d’Athènes a commencé à s’affirmer. La capitale hellénique a créé avec ses alliés la confédération de Délos qu’il convient de considérer comme un des tout premiers exemples de coopération régionale. Mais la puissance de la cité grecque s’est peu à peu affaiblie et nombre de marins sans emploi se sont mués en pirates. Ils attaquèrent les navires carthaginois et vinrent grossir les rangs des écumeurs de la Méditerranée.

9A l’époque romaine, la piraterie ne se distinguait toujours guère du banditisme. C’est en Illyrie et en Cilicie que se concentraient les principaux foyers pirates, jusqu’à ce que Cnaeus Pompée soit mandaté par le Sénat en 67 avant J.-C. pour les traquer à la tête de 300 navires légers et de 120 000 marins et soldats. En quarante jours, 850 navires pirates ont été détruits. Il s’en est suivi une réelle paix maritime, jusqu’à l’invasion des barbares qui a annoncé la fin de l’Empire, en 476.

  • 30 Ludwig Buhnau, Histoire des pirates et des corsaires, Hachette, Paris, 1965, p. 104.
  • 31 Philippe Sénac, Provence et piraterie sarrasine, Maisonneuve et Larose, Paris, 1982, 94 p.

10Une fois oubliée la domination romaine et relancé le commerce méditerranéen du fait des Vénitiens et des Génois, le harcèlement maritime a repris ses droits en Méditerranée. Les pirates se sont essentiellement regroupés en Afrique du Nord et autour des Sarrasins. A l’aube du IXe siècle, ceux-ci ont conduit nombre de raids sur les côtes ibériques et provençales. Un peu avant l’an 1000, ces « pirates de Saint-Tropez30 » se sont même installés dans le « Fraxinet » (massif des Maures) pour fonder une communauté de guerriers dépendant du califat de Cordoue31. Cet événement illustre le significatif regain d’ambition des pirates au nord de la Méditerranée après le partage de l’Empire de Charlemagne consacré en 843 par le traité de Verdun. Ceux qui ne formaient auparavant que de petits groupes isolés s’étaient organisés et étaient devenus beaucoup plus menaçants.

11A ce titre, 1492 représente une date clef. A l’époque, l’Espagne de Ferdinand et Isabelle a repris le contrôle de la péninsule ibérique au détriment des Maures. En se repliant en Afrique du Nord, ces derniers ont rejoint une terre aride qui correspondait peu aux besoins d’un peuple avide de rayonnement. La population des côtes sud de la Méditerranée a alors trouvé en Ouroudj (ou Arouj) Barberousse un chef de file providentiel et susceptible de remettre à l’honneur l’art de la navigation. Tout auréolé de ses récents exploits, comme la capture de galères papales en 1504, Barberousse était un aventurier indépendant, puissant et redoutable. Adulé par la population, il a pris le contrôle d’Alger en 1516 pour jeter les premières bases d’un véritable Etat fondé sur la piraterie maritime.

  • 32 Armel Wismes, Pirates et Corsaires, France-Empire, Paris, 1999, p. 63.

12En ajoutant sa subtilité politique au courage guerrier de son frère Ouroudj, Khayr al-Din (ou Kheyr-ed-din) a donné une nouvelle dimension à la piraterie des Barbaresques. Il l’a élevée au rang de véritable outil politique et diplomatique. On retrouve là le troisième temps du cycle décrit par Philip Gosse puisque les pirates rivalisent avec les Etats sur la scène mondiale. Si le premier des deux frères était un « aventurier chanceux », le second était devenu le « chef d’une ville de forbans32 ». Khayr a aussi prêté serment de vassalité à l’Empire ottoman et le sultan l’a aussitôt nommé beglerbeg (gouverneur général) d’Alger. Le pirate gagnait en puissance ; sa flotte devenait impressionnante et son système d’alliances judicieux.

13Les capitales d’Europe durent en tenir compte. Exemple frappant : en 1543-1544, la chrétienne monarchie de France gouvernée par François Ier, en perpétuelle lutte avec son grand rival Charles Quint, a accueilli la flotte de Khayr al-Din à Toulon.

  • 33 Par « guerre de course », on entend l’ensemble des opérations menées autrefois par les corsaires e (...)
  • 34 Les Vikings posent le même type de problème en étant qualifiés tantôt de pirates, tantôt de corsai (...)

14Le dernier des Barberousse s’est éteint en 1546. Lui ont succédé Dragut, puis Ochiali qui, en 1571 à Lépante, a été défait par la flotte de Don Juan d’Autriche. Cette bataille fut décisive. Elle s’est déroulée aux frontières entre la piraterie et la très officielle guerre de course33, preuve de l’importance que les Barbaresques avaient prise en Méditerranée34.

15Après cette défaite, les rois pirates ont disparu. Ils ont laissé la place à des chefs moins éminents comme Mourad qui, faute de puissance, gagnait en indépendance. Grâce aux vaisseaux à coque ronde, du même type que ceux de l’Atlantique, la menace s’est même faite plus pressante, jusqu’aux portes de l’Angleterre.

16Les pirates faits corsaires étaient commandés par Simon de Danser en 1606, avant que Jan Jansz ne s’affirme sur le devant de la scène, à Salé au Maroc, en créant une république pirate indépendante, avec son propre langage, sa propre structure législative et une réelle autonomie.

  • 35 Voir Peter Lamborn Wilson, Utopies pirates, corsaires maures et renegados, Dagorno, Milan, 1998, 1 (...)

17Salé illustre la dimension de la piraterie méditerranéenne à cette époque. A défaut d’une reconnaissance internationale plus classique, cet Etat pirate, nimbé de mystères, parvient à ses fins à Salé, mais aussi à Rabat35. Cette révolution permanente au doux parfum de donquichottisme préfigure les futures utopies, comme la République de Libertalia à Madagascar au XVIIIe siècle.

18Mais cette piraterie méditerranéenne n’en finissait pas de déstabiliser l’ordre régional. En 1541, Charles Quint avait déjà échoué devant Alger. Au XVIIe siècle, des calculs politiques avaient poussé les différents Etats européens à choisir l’inaction, tout heureux qu’ils étaient de voir leurs concurrents subir les attaques des pirates maures. Certes, quelques expéditions punitives avaient été organisées, comme celle de l’Anglais Cromwell en 1655 ou celle, plus brutale, de l’amiral Duquesne en 1683. Mais elles étaient restées épisodiques.

19A l’heure de la révolution française et des guerres d’Empires, les Etats occidentaux avaient décidé de payer un tribut aux cités pirates. Mais cette reconnaissance tacite de leur légitimité n’a pas duré. En 1804, une escadre américaine a détruit la citadelle de Tripoli, avant que des forces anglo-hollandaises (deux ans plus tard) et anglo-franco-russes (en 1821) ne mettent un terme au règne des pirates en Méditerranée.

  • 36 « Pedalo Pirates Swoop on Yachts », The Times, 22 août 1996.
  • 37 « Greece Sends Special Forces to Corfu after Killing », Reuters, 30 septembre 1996.
  • 38 Dina Kyriakidou, « Greece: Police Shoot Kidnapper to End Hijacking », Daily Telegraph, 28 juillet (...)

20Aujourd’hui, l’Europe semble généralement épargnée par la piraterie. Les rares cas d’attaques terroristes contre l’Achille Lauro, le 7 octobre 1985, et le City of Poros, le 12 juillet 1988, restent spécifiques puisque étroitement liés à la conjoncture politique régionale. La piraterie en Grèce paraît à peine plus inquiétante que l’abordage mené en pédalo dans les eaux italiennes36. En 1996, la police de Corfou a néanmoins dû intensifier ses patrouilles suite à des attaques dirigées contre les touristes étrangers37. Fin juillet 2000 dans la mer Egée, un déséquilibré tchèque prenait en otage cinq touristes suisses et un capitaine grec sur leur yacht38.

1.2. LA PIRATERIE OCEANIQUE : DES COTES ATLANTIQUES A MADAGASCAR

21Notons en premier lieu l’existence d’une petite piraterie au cours du haut Moyen Age, le long des côtes atlantiques européennes ainsi qu’en mer du Nord. Elle fait suite aux raids des Vikings du IXe siècle. On retrouve alors au large l’équivalent des bandits de grand chemin, motivés par des considérations avant tout économiques. Il s’agit de communautés côtières basques, bretonnes, espagnoles, portugaises, normandes, anglaises, flamandes ou irlandaises. Toutes sont installées aux abords de grands ports et au carrefour d’importantes voies navigables. Le contexte politique instable de l’Europe féodale favorise leurs exactions.

22En attendant les premières véritables chartes destinées à protéger le transport maritime, des unions se sont formées. Citons la Ligue hanséatique, emmenée en Europe du Nord par Hambourg et Lübeck en 1241, et la Ligue des cinq ports (dont Douvres et Hastings) constituée à la mort du « roi de la mer », Edouard II, en 1327, peu avant les grandes expéditions transocéaniques. La piraterie aux abords des Cornouailles et de l’Irlande, dirigée par Sir John Killigrey, a malgré tout maintenu le banditisme côtier à la fin du XVIe siècle. Mais comme les Sarrasins en Méditerranée, elle ne faisait que préfigurer une piraterie plus redoutable et davantage organisée.

  • 39 Philip Gosse, 1952, p. 143.

23Au début du XVe siècle, une série de facteurs a conduit les pirates européens à s’éloigner des côtes européennes. Progressivement, la Méditerranée a cédé la place à l’océan Atlantique dans les échanges commerciaux. A cette époque, l’Espagne se taillait un riche empire dans les « Indes occidentales », ouvrant aux gens de la mer de nouvelles perspectives. Les îles outre-Atlantique offraient de nombreux refuges aux pirates, tandis que le régime des vents imposait aux navires marchands des routes précises. Enfin, les Espagnols ont commis la double erreur de négliger les petites Antilles et de s’employer à détruire les colonies des autres Européens qui tentaient de s’établir sur le continent nord-américain. Ces derniers ont su le leur faire regretter. Les souverains François Ier et Elizabeth d’Angleterre étaient satisfaits de voir les ambitions espagnoles mises à mal par d’audacieux pirates comme François le Clerc (alias Pic d’Alo ou Jambe de bois), Hawkins ou Drake. Il n’en fallait pas plus pour voir l’épicentre de la piraterie se déplacer plus à l’ouest. Les « gueux de la mer » eux-mêmes, membres de « cette curieuse république flottante39 » dirigée par les révoltés calvinistes des Pays-Bas, ont gravement perturbé le commerce espagnol dans la seconde moitié du XVIe siècle.

  • 40 Philippe Jacquin, « L’Age d’or de la grande piraterie », in Gérard Jaeger (dir.), 1992, p. 131-181

24On a alors glissé d’un simple banditisme côtier à une démarche, sinon soutenue, du moins encouragée par les Etats et qui aura culminé entre le XVIe et le XVIIe siècle40.

25C’est la deuxième phase du processus de développement de la piraterie cher à Philip Gosse qui se profile : l’âge de la maturité avant la réalisation des grands projets. Après les premières vagues de migrants venus d’Europe, les Anglais se sont établis au XVIIe siècle en Jamaïque tandis que les Français investissaient l’île d’Hispaniola (l’actuelle Haïti) et la petite île de la Tortue.

  • 41 Il s’agit en réalité du « nom qu’on donne aux corsaires ou aventuriers qui courent les mers des An (...)

26C’est là que les survivants des attaques espagnoles ont organisé leur survie. Ils chassaient et fumaient de la viande – les boucans – pour se nourrir. Ils ont ainsi hérité du fameux surnom de « boucaniers » des Antilles. Toujours pour subsister, ces « frères de la côte », comme on les appelait aussi, prenaient la mer pour s’attaquer aux Espagnols. Les flibustiers – de l’anglais freebooter et du hollandais vrijbuiter (littéralement « libre butin »)41 – recrutaient parmi les boucaniers. Les gouverneurs français ne s’en offusquaient guère, bien au contraire. Bertrand d’Ogeron, l’un des représentants du royaume de France au cœur des Caraïbes, a même essayé de fédérer les frères de la côte pour le compte de l’Etat.

  • 42 Alexandre Olivier Exquemelin, L’Histoire des flibustiers au XVIIe siècle, P. Saurat éditeur, Paris (...)

27La flibuste antillaise s’est peu à peu affirmée. A partir de 1626-1627, l’essentiel se décidait sur les petites îles. A la coexistence de communautés pirates qui se développaient le long des côtes atlantiques au cours du haut Moyen Age a succédé une véritable fraternité de la flibuste. Les frères de la côte, qui partageaient le butin de leurs attaques, ont créé outre-Atlantique leur propre univers avec ses propres règles. Il était par exemple prévu des compensations pour les blessures reçues : de 100 écus ou un esclave pour la perte d’un œil, jusqu’à 600 écus ou six esclaves pour la perte du bras droit – celui qui tenait le sabre42.

  • 43 Philippe Jacquin, in Gérard Jaeger (dir.), 1992, p. 128.

28La légende veut que cette confrérie, appelée dans ses premières années « la famille heureuse », ait été parfois teintée d’homosexualité, ce qui aurait renforcé les liens entre des marins entraînés dans une terrible aventure43. Cette organisation informelle a notamment vu défiler dans ses rang l’Olonnois (une brute disait-on), de Grammont (un « intellectuel ») et Morgan (un héros anglais).

29Plusieurs événements ont accéléré la transition vers une structuration de la fraternité de la côte.

30En 1713, avec la paix d’Utrecht qui mit fin à la guerre de succession d’Espagne et jusqu’à la deuxième décennie du XVIIIe siècle, nombre de soldats furent démobilisés et vinrent grossir les rangs d’une nouvelle piraterie. Ce fut la grande époque de Stede Bonnet, Don Quichotte des mers, de Low, de Roberts le puritain, de Barbe-noire, de Rackam ainsi que de quelques femmes dont Anne Bonny et Mary Read. Progressivement, on glissait vers le dernier stade détaillé par Philip Gosse. La paix avec les Espagnols a marqué le passage à une piraterie utopiste, fondée autant sur l’égalitarisme que la solidarité.

  • 44 Daniel Defoe, Histoire générale des plus fameux pirates, vol. I, Phébus, Paris, 1990, p. 17.

31Traqués par les marines françaises et anglaises soucieuses d’assurer la sécurité de la navigation, les pirates ont peu à peu pris le large pour essayer d’atteindre un idéal aux forts accents anarcho-nihilistes. Contrairement aux Barbaresques dont le système s’était perpétué pendant plus de trois siècles, peu de ces pirates seront parvenus à concrétiser leur idéal de liberté. Plus ou moins idéologues, ils se sont déplacés jusqu’en Guinée, dans le Pacifique et surtout à Madagascar. Entre 1714 et 1726, ils tissèrent un solide réseau, profondément interconnecté au fil des rencontres, des ralliements, des séparations et des transferts de « personnel »44. La plupart d’entre eux utilisaient les Bahamas comme point de ralliement.

  • 45 Daniel Defoe, Histoire générale des plus fameux pirates, vol. II, Phébus, Paris, 1990, p. 15-57 et (...)

32Au cœur de ce réseau romancé par Daniel Defoe, l’aventure de Misson dans l’océan Indien, à bord de la Victoire, illustre l’aboutissement de l’utopie pirate45. Le marin français est un précurseur du siècle des Lumières. Il aurait réussi à établir sur les côtes africaines sa République de Libertalia, fondée sur les valeurs de liberté et d’égalité, réussissant là où les autres pirates utopistes de l’Atlantique ont échoué.

33Depuis vingt ans, après une longue parenthèse seulement ponctuée par les méfaits de Benito de Soto au XIXe siècle, la piraterie surgit de nouveau sur les côtes africaines.

34Entre 1982 et 1986, l’Afrique de l’Ouest (et avant tout le Nigeria) a connu un nombre élevé de cas de banditisme maritime. Environ vingt-cinq incidents ont été rapportés annuellement, le plus souvent à propos de navires à quai attaqués de nuit par une dizaine d’hommes armés de couteaux. En conséquence, les autorités du Nigeria ont pris des mesures permettant des rafles dans les repaires pirates. Le résultat de ces opérations s’est avéré spectaculaire puisque seuls quelques cas isolés ont été enregistrés au cours de la décennie suivante. Cependant, le phénomène connaît aujourd’hui une résurgence avec douze incidents relevés en 1999 et neuf en 2000. Les ports sénégalais de Dakar et angolais de Luanda, mais aussi la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Cameroun sont victimes d’exactions du même type.

  • 46 « Somalie - un bateau français attaqué, sept marins pris en otages », Reuters, 12 juillet 2000.

35Depuis 1991 et le renversement du dictateur Mohamed Siad Barre, la situation est instable en Somalie. Après le départ des forces de l’ONU en 1995, on y a déploré quatorze actes de piraterie. Quatorze incidents ont de nouveau été rapportés dans la zone en 1999 et une dizaine en 2000. Le 12 juillet 2000, on a appris l’attaque d’un bateau français ainsi que la prise en otages de sept marins. Suite à une panne, le navire avait dérivé dans ces eaux dangereuses46. Aujourd’hui, les rapports hebdomadaires du Bureau maritime international (BMI) déconseillent les côtes somaliennes et suggèrent aux bateaux étrangers de naviguer à plus de cinquante milles marins des côtes. En l’occurrence, la connexion entre piraterie maritime et instabilité politique semble réelle.

  • 47 Edward Furdson, « Sea Piracy or Maritime Mugging? », in Intersec, vol. 5, no 5, mai 1995, p. 166.

36Si les relations établies du temps de Barbe-noire ou de Misson n’existent plus entre pirates africains et américains, les deux rivages de l’Atlantique restent néanmoins menacés. En 2000, le BMI a recensé une trentaine de cas de piraterie en Amérique du Sud. En dépit de quelques abordages rapportés en Colombie, en Guyane, au Venezuela et en Equateur (treize attaques en 2000, contre seulement deux un an plus tôt), les ports brésiliens de Santos et de Rio ont subi environ 80 % des actes de piraterie recensés dans la région au milieu des années 1990. Les attaques sont souvent perpétrées avec une extrême violence. Il arrive parfois que, tard le soir, la montée à bord des navires de femmes, sûrement charmantes, permette de précieuses reconnaissances avant l’assaut47.

  • 48 Michel Colomès, Bernard Deguy, « Caraïbes : Pilleurs d’épaves », Le Point, 8 août 1992.
  • 49 D. Leppard, « Slaughter in Paradise », The Times, 6 février 1994 et D. Adams, « Drug Pirates Bring (...)

37L’Amérique centrale n’est pas plus épargnée, que ce soit en Jamaïque ou en République dominicaine, mais les agressions s’y distinguent des abordages classiques. En plus des incidents subis par quelques yachts luxueux, la piraterie est ici intimement mêlée au trafic de drogue puisque certaines attaques servent à dissimuler des cargaisons illicites. Dans les années 1980, des voiliers disparaissaient pour être transformés en « caches à stup48 ». Mais ces bateaux étaient banalement volés au port et subissaient rarement d’abordages49. Les gardes-côtes américains ont depuis lors accentué la surveillance des mouillages.

1.3. L’HISTOIRE A REBOURS ? DES RESEAUX D’INSULINDE AUX BRIGANDS D’ASIE DU SUD-EST

1.3.1. Pirates et corsaires…

38Le cas du Sud-Est asiatique est spécifique. Les pirates, initialement à la base d’un véritable système économique en Insulinde (Indonésie, Philippines, Malaisie, Singapour et Brunei), ont été peu à peu réduits, mis à mal, avant de devenir les brigands d’aujourd’hui. Ils auraient pris l’« histoire selon Philip Gosse » à rebours, pour peu que l’on retienne le déclin de l’influence indienne comme point de départ historique de l’Asie du Sud-Est contemporaine.

39Au début du XIIIe siècle, le voyageur chinois Tchao Jou-Koua (ou Chau Ju-kua) décrit dans sa notice sur San-fo-ts’i, le nom chinois de la thalassocratie sumatranaise de Sriwijaya, le contrôle étroit qu’exerce l’autorité locale sur la navigation dans la région :

  • 50 Cité par George Cœdes, Les Etats hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, éd. de Boccard, Paris, 196 (...)

« Ce pays est maître des détroits par lesquels le trafic étranger doit passer. (...) Si un navire marchand passe devant sans y faire escale, les bateaux sortent pour l’attaquer d’après une manœuvre prévue ; les gens sont prêts à mourir (pour réaliser cette entreprise). C’est pour cette raison que ce pays est devenu un important centre maritime50 ».

  • 51 George Cœdes, 1964, p. 439.

40Mais bientôt l’autorité de cet Etat « hindouisé », qui s’exerçait depuis le VIIIe siècle, se délite, alors que s’ouvre une nouvelle ère décisive au cœur de l’Insulinde, marquée autant par l’arrivée de l’Islam que par celle des Européens. L’Histoire des Ming fait état de troubles dans le pays de Sriwijaya après son invasion par les Javanais. Des Chinois menés par un Cantonnais appelé Leang Tao Ming prennent définitivement l’ascendant vers la fin du XIVe siècle et c’est sur ce constat que George Cœdes achève sa description du vieux royaume sumatranais « tombé aux mains des pirates chinois51 ».

  • 52 Auguste Toussaint, Histoire des corsaires, PUF, coll. Que sais-je ?, Paris, 1978, p. 91-92.

41Des sultanats islamisés se développent le long des routes maritimes et constituent un nouveau système politique et économique. Ils diffèrent des royaumes agraires constitués à l’intérieur des terres et s’opposent à eux. Dans le contexte européen, sans doute aurait-il été question de corsaires au service de leur monarque. Bien que non formalisée, l’idée est semblable au cœur de l’Insulinde des sultanats. C’est d’ailleurs de la sorte qu’Auguste Toussaint définit dans son Histoire des corsaires ces terribles marins en lutte contre les Européens dès le XVIe siècle pour le compte des princes musulmans52. La guérilla maritime régule l’essentiel des relations régionales, comme c’est alors le cas pour les Barbaresques en Méditerranée.

42Jusqu’au XIXe siècle, des communautés entières vivent de raids pirates, sont armées par des pouvoirs locaux et contribuent au développement des entrepôts commerciaux mis en place dans des secteurs stratégiques, au cœur des détroits malais (Malacca, Johor, archipel des Riau).

43Pour un chef de guerre, la démarche consiste à s’affirmer par quelques raids, avant d’unifier une population de gens de la mer, de créer des entrepôts, de soumettre le voisinage afin, en dernier lieu, de drainer le commerce régional vers ses ports. Ces raids sont au cœur de la compétition commerciale et de l’établissement des pouvoirs et contre-pouvoirs.

  • 53 Denys Lombard, « Regard nouveau sur les pirates malais – Première moitié du XIXe siècle », in Arch (...)
  • 54 Denys Lombard, 1990, 422 p.

44Le Moniteur des Indes de 1844, dans un rapport intitulé « Notices historiques sur les pirateries commises dans l’archipel indien oriental », détaille les réseaux qui contrôlent la majeure partie du commerce insulaire entre le détroit de Malacca et la mer des Sulu53. Jusqu’à la colonisation européenne, ces réseaux, bien décrits par l’historien Denys Lombard, structurent l’espace sud-est asiatique54.

  • 55 Pour un aperçu très complet de l’histoire de la piraterie dans cette zone, voir James Francis Warr (...)
  • 56 Ch. Meyer, « Pirates des mers de Chine », in Gérard Jaeger, 1992, p. 56.
  • 57 Ch. Meyer, 1992, p. 56.

45Véritables systèmes politiques et commerciaux, ils s’articulent autour de deux pôles à l’aube du XIXe siècle. Le premier, centré sur Mindanao et l’archipel des Sulu (Philippines), constitue le point de départ des expéditions qui écument les Moluques, les côtes de Bornéo, de Célèbes (actuelle Sulawesi) et même de la péninsule malaise55. Grands fournisseurs des marchés aux esclaves, ces pirates bénéficient souvent, moyennant quelques contreparties, de l’appui des édiles locaux à Brunei et dans l’île de Labuan située au voisinage de Bornéo ou encore à Bali56. Le second nœud de ces réseaux se situe aux abords de l’île de Lingga, dans le détroit de Malacca. Les pirates s’y organisent pour dominer les mers et s’assurer de larges profits57.

  • 58 Alain de Sacy, L’Asie du Sud-Est : L’Unification à l’épreuve, Vuibert, Paris, 1999, p. 124.
  • 59 Ayuman signifiant littéralement « donner un, recevoir deux » (Ch. Meyer, 1992, p. 56). Voir égalem (...)
  • 60 Selon les termes de Guislaine Loyré, « Piraterie et islamisme », in Antonio Guerreiro et Pascal Co (...)

46Ces orang laut (« hommes des mers ») se mettent souvent au service direct des sultans malais58. Les dignitaires s’associent en effet aux bandits à travers l’ayuman, véritable système de redistribution des profits59. Ceux qui se livrent à cette activité dite « commerciale60 » sont très liés à leurs commanditaires politiques, davantage soucieux d’accroître les revenus de leur sultanat que de lutter contre le christianisme au nom d’un islamisme croissant en Insulinde.

47Dans le passé, raconte-t-on, les pêcheurs/pirates ont toujours fait payer, d’abord aux jonques chinoises, puis aux galions européens, des droits de passage ; pour leur compte – c’était alors de la piraterie – ou pour le compte des divers Etats en concurrence – c’était alors des droits de douane.

  • 61 Le trépang (ou tripang) est une holoturie comestible (aussi appelée « concombre de mer »), très ap (...)
  • 62 Charles Meyer, 1992, p. 55.
  • 63 David-Anthony Delavoet, La Piraterie maritime en Asie du Sud-Est et ses conséquences, mémoire de m (...)

48A l’échelle familiale, tout comme le père transmettait à son fils les techniques de la pêche au trépang61, l’abordage était lui aussi considéré comme un véritable métier (rompak) et une « institution originale62 ». C’est ainsi qu’on a pu écrire que la piraterie des sultanats malais avait pu perdurer parce qu’elle se trouvait « profondément inscrite dans la culture et la tradition malaise63 ».

49Au milieu du XIXe siècle, dans une Asie du Sud-Est sous influence européenne, les pirates malais ont perdu le contrôle du commerce. D’abord sur la défensive, ils entrent progressivement en lutte contre les puissances hollandaise, anglaise et américaine qui ont entrepris de démanteler leurs réseaux. Ainsi, Raga qui, entre 1813 et 1831, semait le trouble aux alentours de Makassar, à Java et même à Sumatra, a été vaincu par la frégate américaine Potomac.

  • 64 Denys Lombard, 1979, p. 246.

50Dans la mesure où les pirates étaient encore capables de rassembler jusqu’à 200 prahu (navires malais) pour les seules Indes néerlandaises, certains ont refusé les mesures d’amnistie et les modestes créneaux commerciaux que les autorités de Batavia leur proposaient pour les attirer dans leur propre sphère commerciale64.

  • 65 Jacques Baudou et Jean-Jacques Schleret, Les Feuilletons historiques de la télévision française, 8(...)

51Brooke, le « Rajah blanc » de Bornéo, a pris le contrôle d’une partie de l’île, inspirant le roman Les Tigres de Monpracem d’Emilio Salgari (1862-1911) dont sera tiré le fameux feuilleton franco-italien Sandokan en 1976. Ce « Robin des mers », au cours de sa lutte contre Brooke, s’éprend de Marianne, une aristocrate anglaise, avant de fuir à Labuan, au nord de Bornéo65.

52Dès 1832, les Chinois de Singapour organisent leur autodéfense, avant d’adresser une pétition au Parlement britannique. Des navires de guerre leur sont affectés et, la vapeur aidant, les attaques pirates diminuent. Au milieu du XIXe siècle, les bandits doivent entrer définitivement dans la clandestinité.

1.3.2. Pirates et corsaires face à la colonisation française

Abu Sayyaf, leurs ancêtres auraient pu être gaulois : la France de Louis-Philippe en butte aux pirates des Sulu66

  • 66 Lire à ce sujet Denis Nardin, « Les Français à Basilan, un projet de colonisation avorté », in Arc (...)
  • 67 C. Lavollée, « Les Pirates malais », in Revue des deux mondes, 3e trimestre 1853, p. 598.

53« Bien aveugles ceux qui n’aperçoivent pas le mouvement irrésistible qui entraîne l’Occident vers l’Orient ! Bornéo, Sumatra, Mindanao, ces grandes îles encore sauvages, sont appelées à devenir de magnifiques colonies67 ». Au milieu du XIXe siècle, la France s’engoue peu à peu de l’Extrême-Orient.

54Dès 1819, les Anglais se sont emparés de Singapour avant de prendre possession de Hong Kong en 1842. Pressé de trouver pour sa flotte militaire et commerciale une base de ravitaillement en Extrême-Orient, le gouvernement de François Guizot a alors beaucoup moins de flair en jetant son dévolu sur l’île de Basilan, dans l’archipel des Sulu. Mais à l’époque, plus que nul autre territoire asiatique, les Philippines semblaient bel et bien pouvoir servir de point d’appui.

55Au mois d’octobre 1844, la corvette Sabine est discrètement envoyée à Basilan, au nord-est de la désormais célèbre île de Jolo, pour effectuer de premiers relevés hydrographiques sous le commandement du capitaine de corvette Guérin. Quoique curieux, les autochtones ne tentent aucune action hostile à l’encontre des ingénieurs français. Tout change lorsque la mission conduite par un certain Meynard arrive à l’embouchure d’une petite rivière. Celui-ci accueille à son bord un notable du cru puis il étale ses armes devant ses invités. Comme il refuse cependant de prêter son fusil, la tension monte et des kriss sont dégainés. Meynard est tué, ses compagnons sont capturés.

56Les marins restés à bord de la Sabine sont avertis de l’incident par les habitants d’un village rival. Il est décidé d’en référer au gouverneur de Zamboanga, chef-lieu des établissements espagnols, qui obtient la libération de certains captifs moyennant quelques piastres. Rejointe par la Victorieuse, la Sabine se dirige ensuite vers l’archipel des Sulu pour demander des comptes au sultan. Celui-ci donne carte blanche aux Français pour organiser une expédition punitive contre Basilan. Fin novembre, la Cléopâtre et l’Archimède, prévenues à Manille par la Victorieuse, précèdent de quelques heures un navire espagnol au large de l’île. Enfin rassemblée sous le commandement de l’amiral Cécille et du diplomate Lagrené, la flotte française d’Extrême-Orient s’apprête à vivre le deuxième acte de son expédition dans l’archipel des Sulu.

  • 68 Denys Lombard, in Archipel, no 18, 1979, p. 231-249.

57Le 12 janvier 1845, tous les navires mouillent sur les côtes de Basilan, dans la baie de Malamawi. Il faut alors négocier avec les Espagnols, vexés des libertés prises par les Français qui venaient d’instaurer un blocus de fait dans une zone théoriquement placée sous contrôle de Madrid. De fait, il s’agissait bien pour les Français de placer Basilan sous leur tutelle. Lagrené se montre cependant perplexe. La piraterie, active dans cette zone, l’inquiète68. L’amiral Cécille est au contraire des plus enthousiastes : « En voyant Malamawi, cet admirable port que certains comparent à Brest (…), j’ai cru ne pouvoir quitter Basilan sans avoir assuré à mon pays des droits éventuels à sa possession ».

  • 69 C. Lavollée, 1853, p. 594.

58Les 27 et 28 février 1845, les responsables français lancent un assaut contre le village responsable du meurtre de Meynard. L’action nous est contée par Lavollée, un membre de l’expédition qui en fera le récit dans la Revue des deux mondes en 185369 :

« Les Malais, attaqués à l’improviste, prirent immédiatement la fuite, laissant entre nos mains leurs armes, un canon, qui plus tard furent portés à Paris comme trophées de cette expédition. Le lendemain, les équipages retournèrent sur le lieu du combat. Les Malais avait tout abandonné. (…) En quelques heures, le village de Youssouk était réduit en cendres, et la population complètement ruinée. »

59L’extrême violence de l’expédition punitive française inspire à Lavollée des réactions amères sur une « œuvre de dévastation » dont ne doit pas « se glorifier une nation civilisée ». Toujours est-il que, le 2 mars 1845, tout est terminé. La flotte quitte les eaux des Sulu et se disperse vers Macao, Manille et surtout la France où l’Archimède s’en va porter la lettre du sultan Mohamed Pulalou qui offre Basilan à la France. L’amiral Cécille voit dans l’île « l’émule de Hong-Kong, (…) [un] beau joyau ajouté à la couronne de France ». Dans son Rapport au roi, l’amirauté suggère de passer outre les réticences espagnoles. Si le Conseil des ministres soutient une telle opération, Louis-Philippe oppose son veto le 26 juillet 1845 en évoquant les contraintes du jeu diplomatique européen.

  • 70 A l’époque, Louis-Philippe, qui caressait l’espoir de sceller des mariages avec la couronne espagn (...)
  • 71 Par exemple : Ghislaine Loyré, 1991.

60Paris a en effet tout intérêt à ne pas entraver la négociation des alliances espagnoles qui représente alors l’un des actes les plus hardis de sa politique extérieure70. Il n’est guère envisageable d’irriter la reine Isabelle à Madrid en venant contester son autorité dans les mers de Chine, au moment même où se négocie le mariage du duc de Montpensier avec l’infante d’Espagne. Pour justifier l’abandon du projet d’un établissement à Basilan, Louis-Philippe invoque également la position relativement peu favorable de l’île et… l’abondance des pirates dans la région71.

61Le fait est qu’il faudra plus d’une décennie aux Espagnols pour établir leur domination au sud des Philippines à partir de la construction, en 1845, de leur premier fortin à Basilan.

62Lavollée regrette néanmoins cette occasion manquée et suggère que la France maintienne ses vues sur l’Extrême-Orient :

  • 72 C. Lavollée, 1853, p. 598.

« Ce qu’il faut déplorer amèrement, c’est de voir la France complètement en dehors des intérêts qui s’agitent dans ces régions de l’Asie. D’autres peuples, mieux avisés et plus heureux, se sont assurés de tous les archipels, de toutes les îles ; nous sommes arrivés trop tard, il ne restait plus rien. Serions-nous donc éternellement condamnés à assister de loin, et sans y prendre part, à l’extension de l’influence européenne sur un si vaste théâtre. (…) Parmi les grandes îles qui dépendent des Philippines et de l’archipel de la Sonde, il en est sur lesquelles l’Espagne et la Hollande ne possèdent qu’une autorité nominale72 ».

  • 73 Cf. Philippe Franchini, « L’Or et le sang de la France », p. 20, in Tonkin : 1873-1954 – Colonie e (...)

63Paris ne s’intéressera plus aux territoires insulaires. En 1858, sensible à la délicatesse de Louis-Philippe, Madrid enverra même un contingent pour participer à la première phase de conquête en Indochine73. Il sera alors confronté, entre autres forces, à d’autres pirates regroupés sous différents « pavillons ».

Au Vietnam, corsaires contre pirates – pavillons tricolores contre pavillons multicolores

  • 74 Voir par exemple Anthony Reid, Southeast Asia in the Age of Commerce, 1450-1680, Silkworm Books, C (...)

64Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, le Dai Viet, ancêtre de l’actuel Vietnam, s’est bien peu intégré aux réseaux sud-est asiatiques. Il n’a donc guère participé à ce que les historiens ont qualifié d’« âge d’or du commerce en Asie du Sud-Est74 ». L’abondances des bâtiments pirates qui croisaient au large de ses côtes en fournit assurément une des principales explications.

  • 75 Courrier de Jacques de Bourges aux Missions étrangères de Paris, cité in Alain Forrest, Les Missio (...)
  • 76 Courrier de Jacques de Bourges aux Missions étrangères de Paris, cité in Alain Forrest, 1998, Livr (...)
  • 77 Cité in Alain Forrest, 1998, Livre III, p. 89.

65En mars 1682, le missionnaire Jacques de Bourges, qui gagnait alors le Siam depuis le Tonkin, a évité de peu « la rencontre de 80 barques et vaisseaux chinois » chargés de pirates75. Quelques mois plus tard, à son retour vers le Tonkin, il n’a guère été plus heureux. Le 4 août, il a été attaqué par quatre vaisseaux chinois qu’il a alors qualifiés de « corsaires ». Le capitaine de son bateau, le Saint-Joseph, a été tué d’une balle et le navire n’a dû son salut qu’à son leste qui lui garantissait une meilleure allure dans le gros temps76. Un siècle plus tard, le danger est toujours bien présent. Et en 1781, le missionnaire Pierre Blandin a décrit la façon dont son navire avait subi plusieurs attaques, plus ou moins furtives77. Par ailleurs en proie à bien des révoltes intérieures, la cour de Hué ne parviendra jamais véritablement à réduire les bandes armées qui croisaient au large de ses côtes.

66Au lendemain de la défaite de Sedan, en 1871, la France ne peut guère consacrer à ses appétits pour le Tonkin plus que l’envoi d’une unité navale. Ce sont des aventuriers comme le Roannais Dupuis qui mènent les premiers combats lors de la phase initiale de l’intervention, jouant donc en quelque sorte le rôle de corsaire de la IIIe République.

  • 78 Nguyen Khac Vien, Vietnam, une longue histoire, Editions en langues étrangères, Coll. Connaissance (...)

67Face à eux, les « Pavillons noirs » commandés par Luu Vinh Phuc et soumis à la cour de Hué78, mais aussi de nombreux groupes armés parfaitement indépendants comme les « Pavillons jaunes » de Hoang Sung Anh. Ces derniers, après avoir été les véritable fossoyeurs de l’Etat des monarques Nguyên, servent involontairement ses intérêts en résistant aux Français.

  • 79 Pierre-Richard Feray, Le Viet-Nam, PUF, Que sais-je ?, Paris, 1992 (1984), p. 20 et 23.
  • 80 Philippe Franchini, 1994, p. 33-50. Voir également Nguyên Thê Anh, « L’Image de la piraterie tonki (...)

68Les traités de protectorat de 1883-1884 donnent à la France entière autorité sur le pays. La « pacification » commence79. Mais les troupes d’occupation rencontreront encore sur leur chemin, ces insoumis du Tonkin, à la fois brigands et opposants politiques80.

69En soutien à l’action de Dupuis, l’amiral Dupré, gouverneur de Cochinchine, confie un corps expéditionnaire à Francis Garnier, célèbre pour avoir ouvert de nombreuses routes dans la région. Ce dernier meurt sous les piques des Pavillons noirs que le gouverneur du Son Tây a appelés à la rescousse.

70Les Français ne sont pas les bienvenus dans le delta du Fleuve rouge. La Chine elle-même supporte mal cette intrusion européenne dans ses marges méridionales, mais elle ne peut lui résister bien longtemps. Le traité de 1874 ouvre le Tonkin au commerce français et plusieurs accords, conclus entre 1883 et 1885, garantissent à la France la non-intervention chinoise.

71L’autorité du protectorat peine cependant encore à s’imposer sur le terrain. Dupuis, pâle version franco-tonkinoise du rajah anglais Brooke, n’aura pas connu le même succès que son homologue de Bornéo. Les Français doivent faire face aux incessants harcèlements des Pavillons noirs. D’autres chefs de bandes rebelles comme Hoang Hoa Tham, alias Dê Tham, grossissent les rangs des forces hostiles à l’ordre européen.

72En dehors des postes militaires disséminés dans la région par l’occupant, il faut attendre 1891 pour qu’un infléchissement dans la politique française de pacification lui permette de franchir une nouvelle étape dans sa prise de contrôle de la région. La collaboration des mandarins vietnamiens est sollicitée. Des camps militaires sont érigés entre le delta et la périphérie montagneuse où se réfugient ceux qui ont longtemps assumé la charge de corsaires informels de l’autorité.

73En 1897, seules les forces de Dê-Tham résistent encore au point que l’on doive lui accorder une concession, à Phon-xuong, dans l’espoir d’obtenir sa soumission. Le résultat est loin de répondre aux attentes, puisque le rebelle met à profit sa nouvelle position pour poursuivre ses coups de force. S’il est assassiné en 1913, les différents « pavillons » auront en tout cas longtemps contrarié l’entreprise de colonisation.

1.3.3. 1945-1989 : la genèse de la piraterie moderne en Asie du Sud-Est

  • 81 Michael Pugh, « Piracy and Armed Robbery at Sea: Problems and Remedies », in Low Intensity Conflic (...)

74La criminalité maritime a perduré après la seconde guerre mondiale. Entre 1946 et 1949, les pirates avaient leur repaire à Sumatra. En 1956, une autre base fut signalée en Thaïlande. Quant à la Malaisie, qui, de 1958 à 1966, vivait les affres de son accession à l’indépendance, elle était alors en proie à des déchirements internes propices aux exactions. A ses frontières, l’Indonésie tentait sans succès de la défier, faisant preuve à l’égard de la piraterie d’une tolérance intéressée81. Jakarta aurait en effet ignoré, sinon contrôlé, les raids maritimes.

  • 82 David-Anthony Delavoet, 1995, p. 40.

75Mais ce sont surtout les attaques contre les boat-people vietnamiens fuyant le régime communiste qui, à partir de 1978, ont annoncé le grand retour des pirates dans la région. Cette piraterie, souvent pratiquée aux abords de la frontière entre la Thaïlande et la Malaysia, différait des abordages contemporains par plusieurs aspects. Par son opportunisme d’abord, puisqu’elle n’était pas inscrite dans la culture des riverains. Le cas du monde malais ne valait pas pour le golfe de Thaïlande où la piraterie n’était pas le fait de spécialistes82. Les difficultés économiques rencontrées par les pêcheurs thaïlandais, rendus peu scrupuleux par leurs sentiments a priori hostiles à l’égard des nouveaux arrivants vietnamiens, leur ont permis de s’adonner sans complexe à cette pratique.

  • 83 Samuel Pyeatt Menefee, « Violence at Sea: Maritime and the Risk of Piracy », in Jane’s Defense, 19 (...)

76A la fin des années 1980, des gangs organisés et capables de s’en prendre à de plus gros navires se sont constitués83. Les pillages et les exactions se sont poursuivis à l’encontre de réfugiés si vulnérables sur leurs embarcations de fortune. Tout comme les balseros cubains en 1994 ou les réfugiés des Moluques en 2000, les fuyards représentaient autant de proies potentielles.

77A partir de 1988, la politique des pays hôtes à l’égard des réfugiés assez heureux pour accoster sur un rivage étranger s’est faite plus ambiguë. Sélectionnés en Thaïlande, triés et internés à Hong Kong où ils étaient considérés comme des illégaux en puissance, les boat-people étaient parfois même refoulés en haute mer où plus aucune aide ne leur était apportée. Il faut dire que sur la scène politique, cette pratique cruelle faisait depuis le début le jeu des deux grands rivaux chinois et américains, en nuisant considérablement à l’image du Vietnam.

78Progressivement, la liberté d’action des pirates a néanmoins indigné l’opinion publique internationale. En 1992, dix ans après les premières interventions des ONG et les premières dispositions des Nations unies, une force spéciale a été mise en place, avec à sa disposition huit navires de guerre et quelques avions.

1.3.4. 1990-1996 : des détroits de Singapour à la mer de Chine méridionale…

79Jusqu’en 1989, le détroit de Malacca était considéré comme relativement sûr malgré une moyenne de sept incidents rapportés chaque année. Puis, du début 1990 à la mi-mai 1992, l’archipel des Riau est devenu la zone phare de la piraterie mondiale avec au moins 200 incidents recensés. En 1992, le rapport du BMI précise que 47 % des attaques perpétrées en Asie du Sud-Est ont eu lieu aux abords de l’île de Bintan et du chenal Phillip (ou Phillip Channel) au sud de Singapour.

  • 84 Nathalie Fau (avec la contribution de Yoslan Nur), « Le Pari des triangles de croissance Sijori et (...)

80Parmi les causes avancées, on a évoqué la mise en place du triangle de croissance Singapour-Johor-Riau84 ainsi que l’immigration massive suscitée par ce brusque développement économique. L’évolution sur l’île indonésienne de Batam, symbole de cette industrialisation massive, explique que sa voisine, l’île de Bintan, soit devenue l’équivalent asiatique de l’île de la Tortue, qui abrita autrefois les flibustiers des Caraïbes. Alors qu’en 1991, 82 % du total mondial des actes de piraterie avaient pour théâtre l’Asie du Sud-Est, la proportion est tombée à environ 16 % deux ans plus tard, en grande partie grâce à la mise en place de patrouilles conjointes dans la région des détroits.

  • 85 Peter Chalk, Grey-Area Phenomena in Southeast Asia: Piracy, Drug Trafficking and Political Terrori (...)
  • 86 Peter Chalk, 1997, p. 30-31.

81Au milieu des années 1990, les deux tiers environ de l’activité pirate mondiale touchaient l’Asie de l’Est. Trois foyers ressortaient clairement des statistiques du BMI85 : la mer de Chine du Sud (42 attaques entre 1993 et 1996), les abords de Hong Kong et de Macao (47 attaques entre 1993 et 1996) et le triangle Hong Kong-Luzon-Hainan (50 attaques entre 1993 et 1996). Certains auteurs y ont vu ici la main de la Chine. Peut-être soucieuse d’entretenir une certaine insécurité dans la région, elle aurait cherché par ce biais à dissuader les navires étrangers d’approcher des zones politiquement contestées qu’elle revendiquait. Pékin aurait ainsi adopté la même stratégie d’intervention indirecte que la reine Elizabeth avec les flibustiers des Antilles quatre siècles plus tôt86.

82Vers 1996, cependant, la Chine aurait renoncé à soutenir tacitement les bandits avant de s’engager elle-même dans la répression de leurs activités. Il en a découlé une baisse sensible des actes de piraterie en Asie orientale, alors qu’ils augmentaient dans le monde malais (Indonésie, Philippines, Malaisie, Singapour, Brunei).

1.3.5. La piraterie aujourd’hui

Retour en Insulinde…

83Depuis 1997, la menace s’est faite plus diffuse. Les pirates se sont davantage ancrés dans leur société d’origine. Ils y ont adapté une pratique ancestrale, mais longtemps somnolente.

  • 87 Daniel Perret, « Notes sur la piraterie moderne en Méditerranée sud-est asiatique », in Archipel, (...)

84Aux Philippines, dans les années 1995-96, on a noté une recrudescence subite de la piraterie non loin de Manille, sur la rivière Pasig ainsi qu’en mer de Sulu87. En 1997, le golfe Moro s’est de nouveau enflammé suite à la désactivation du district naval VII et de la force anti-pirate Neptune. Parmi les pirates philippins, on trouvait nombre de rebelles à la recherche d’une source de revenus complémentaire. D’autres étaient de véritables bandits qu’on appelait à Davao ambak pare (littéralement « saute, mon pote ») parce que c’est ce qu’ils recommandaient aux occupants des navires. Vers Manille, des groupes criminels utilisaient même des uniformes officiels.

85Alors que le BMI n’avait relevé aucune attaque dans l’archipel philippin en 1991, il en a recensé près de 80 entre 1995 et 1997. En l’occurrence, le renforcement des patrouilles navales s’est révélé efficace puisque seulement six incidents ont eu lieu en 1999 et neuf en 2000.

  • 88 Perret, 1998, p. 133; « Indonesia Remains Top World Piracy Centre », AFP, 1er novembre 2000.

86Au cours de la seconde moitié des années 1990, l’Etat malais du Sabah, sur l’île de Bornéo, constituait l’un des pôles centraux de la piraterie dans la région88. Le contexte géographique jouait ici un rôle très important. La côte orientale du Sabah est longue de 1 400 kilomètres et compte plus de 500 îles à proximité. Avec un moteur puissant, on peut atteindre les eaux internationales en une vingtaine de minutes seulement. Semporna, Sandakan ou Lahad Datu, les principales villes de l’Etat, n’en sont elles-mêmes éloignées que de deux à quatre heures.

  • 89 « No Reports of Piracy After Tighter Security », The Star, 1er octobre 1999.

87L’environnement socio-économique, voire politique, a lui aussi été déterminant. Dans l’atmosphère de conquête de l’est – ou d’un far east – qui caractérisait ces zones de non-droit, le mont Kinabalu remplaçait alors les Rocheuses. Les bus (parfois attaqués) jouaient le rôle des diligences. Sur le plan pénal, la police et la marine éclipsaient les shérifs et la cavalerie. Enfin, les outlaws cédaient ici leur place aux pirates, indonésiens ou philippins (Tausug, Sama ou autres Moro), qui rayonnaient à partir de leurs villages côtiers. Ainsi, malgré une baisse des attaques consécutives aux mesures gouvernementales de la fin de la décennie 90, l’Association des bateliers de Sandakan (Asosiasi Tongkang Sandakan) s’inquiétait pour l’avenir économique de la région. Elle craignait que les pêcheurs du Sabah ne redoutent de prendre la mer, ce qui risquait de pousser les armateurs à recourir à une main d’œuvre en provenance de l’île indonésienne de Sulawesi89.

  • 90 « More Piracies in Malaysian Waters, Says Maritime Report », The New Straits Times, 21 octobre 199 (...)
  • 91 Pulau signifie île en langue indonésienne.
  • 92 AFP – Agence Bernama, « Malacca Strait Piracy Heading for 10-Year High », The Straits Times, 10 oc (...)

88A la fin du XXe siècle, les eaux qui s’étendaient entre Kota Kinabalu et Sandakan au Sabah, le port de Bintulu au Sarawak ainsi que les abords de l’île de Penang et le Port Dickson sur la côte ouest de la péninsule, étaient les plus dangereuses de Malaysia90. Depuis l’année 2000, il faut y ajouter les secteurs plus méridionaux de Tanjung Tohor (au voisinage de Batu Pahat), Pulau Pisang91 non loin de Johor Baru et Pulau Undan vers Malacca. Un beau matin d’octobre 2000, à 4h30, au large de la province du Selangor, un navire des douanes a par exemple été cerné par une quinzaine de sampans et autres barques de pêche. Les quatre officiers venaient d’intercepter sur trois bateaux des cargaisons de contrebande : 10 000 caisses de brandy et de whisky et 38 000 cartons de kretek, ces fameuses cigarettes au clou de girofle si prisées en Indonésie. Les douaniers n’avaient pas encore eu le temps de débarquer leurs prises pour les mettre en lieu sûr et cela avait suscité les convoitises…92

89Quelle que soit l’ampleur du problème en Malaysia (péninsulaire ou orientale), l’Indonésie demeure le pôle majeur de la piraterie régionale et, bien souvent, sert de base arrière pour les expéditions dans le détroit de Malacca. Sumatra ainsi que le Nord-Est des îles Anambas, non loin des Natuna, ont longtemps servi d’abris à différentes bandes pirates et la situation perdure.

  • 93 Daniel Perret, 1998, p. 133.

90Entre 1995 et 1999, le grand archipel a été le théâtre de près du tiers des incidents recensés à travers le monde93. Un an plus tard, le total de 119 attaques reste toujours impressionnant même si – c’est à souligner – cette statistique est en baisse relative par rapport au chiffre global des agressions (469). Comme le montrent les minutes des discussions, l’Indonésie est restée passive lors de la réunion de Bombay en octobre 2000 et elle a longtemps donné l’impression de s’accommoder de cette piraterie rampante ; sans doute parce que les priorités étaient ailleurs pour l’ancien chef d’Etat Abdurrahman Wahid.

Détour en Asie du Sud

91Une vision élargie de l’Asie du Sud-Est ne peut a priori justifier une étude approfondie des cas rapportés en Asie méridionale. Mais l’Inde ne peut totalement échapper à notre champ d’observation. D’une part, parce qu’elle utilise ces incidents pour justifier ses initiatives en Asie du Sud-Est. D’autre part, parce qu’il arrive que des navires capturés dans les détroits malais soient retrouvés au large du sub-continent. On a dit que l’Alondra Rainbow aurait servi au trafic d’armes pour les « tigres tamouls » du LTTE via le Cambodge (cf. abordage 10).

  • 94 « Piracy Plagues Bangladesh’s Main Port », AFP, 25 octobre 2000.
  • 95 Le BMI a recensé 14 attaques dans le port de Chittagong et 8 dans celui de Mongla au Bangladesh ; (...)

92L’impressionnante émergence de la piraterie aux alentours du sous-continent indien n’est donc pas sans relations avec ce qui se déroule plus à l’est. Le Bangladesh, où le problème n’existait pas en 1993, a subi 55 attaques en 200094. Au cours de la même période, l’Inde a comptabilisé 35 incidents en 2000, soit 21 de plus qu’en 1999. Selon le Bureau maritime international, ces attaques touchent surtout les installations portuaires. En 2001, 22 des 25 actes de piraterie relevés au Bangladesh et 22 des 27 agressions dont l’Inde aurait souffert ont eu lieu de nuit contre des navires à quai95.

Prolongement dans le détroit de Malacca

  • 96 « Piracy on the Rise in Malacca Straits », The New Straits Times, 19 juin 2000.

93Depuis le mois de mai 2000, le détroit de Malacca fait à nouveau parler de lui. Soixante-quinze incidents ont été rapportés à la fin de l’année, alors que le BMI n’avait relevé que deux incidents pour toute l’année précédente. Cette évolution a naturellement provoqué l’inquiétude de Noel Choong, directeur du Centre régional de la piraterie (basé à Kuala Lumpur), qui craignait de possibles conséquences sur le volume du commerce dans la zone96.

94Les patrouilles navales mises en place en 1992 avaient eu pour effet de diviser par dix les actes de piraterie dans le détroit. Ces mesures s’étaient néanmoins avérées insuffisantes pour stopper la résurgence d’un phénomène que beaucoup imputent à l’instabilité politique et sociale de l’Indonésie. Les îles de Bintan et de Bengkalis, vers Dumai et Pekanbaru, suscitent d’ailleurs au moins autant l’attention des autorités que certains points de la côte occidentale de la péninsule malaise. Aux yeux du BMI, le secteur le plus critique se situait en 2001 dans les vingt-cinq milles nautiques autour du point situé à 2 ° de latitude nord et 102° de longitude est au large de la petite île de Rupat (Sumatra), entre Dumai en Indonésie et Malacca en Malaysia.

Localisation des attaques recensées dans le monde (1991-2001)

Localisation des attaques recensées dans le monde (1991-2001)

Source : Bureau maritime international – Chiffres de janvier 2002

Piraterie* et grands axes maritimes asiatiques

Piraterie* et grands axes maritimes asiatiques

*D’après les statistiques du BMI pour la période 1991-2001

Notes

19 Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Gallimard, Paris, 1946, p. 28.

20 Michel Wieviorka, « Editorial », in Cultures et conflits, no 29-30, 1998, p. 7-8.

21 Selon les termes de Gérard Jaeger (dir.), Vues sur la piraterie, Tallandier, Paris, 1992 ; voir notamment p. 13-23.

22 David-Anthony Delavoet, « La Piraterie, un fléau actuel », Bulletin d’études de la marine, no 8, juillet 1996, p. 24.

23 Delavoet, 1996, p. 24.

24 Gilles Lapouge, Les Pirates, Phébus, Paris, 1987, 198 p.

25 Dialogue entre Philippe Jacquin et Gilles Lapouge, « La Piraterie revue et corrigée », in Philippe Jacquin, Sous le pavillon noir, pirates et flibustiers, Gallimard, Paris, 1998, p. 180.

26 Philip Gosse, Histoire de la piraterie, Payot, Paris, 1952 (1ere éd.), 383 p.

27 On décrira ici trois exemples historiques particulièrement significatifs, excluant pour la clarté de la démonstration les foyers d’Asie du Nord-Est (les Wokou du Japon au XVIe siècle, la flotte de Koxinga vers Taiwan au XVIIe siècle, les bandes de Madame Ching au début du XIXe siècle…) et du Moyen-Orient. Les Djoasmis, signalés dès le XIIIe siècle par Marco Polo, hantèrent longtemps la région du détroit d’Ormuz, le long de la « côte des pirates », s’attaquant jusqu’au XIXe siècle aux navires anglais. Les cas de piraterie se multiplient aujourd’hui au large du Yémen, contre les yachts et les cargos.

28 Romain Bertrand, « L’Affaire de la prise d’otages de Jolo : Un exemple de criminalisation du politique en Asie du Sud-Est », in La Revue internationale et stratégique, automne 2001, no 43, p. 42.

29 Philippe Masson, « La Piraterie dans l’Antiquité », in Gérard Jaeger (dir.), 1992, p. 29.

30 Ludwig Buhnau, Histoire des pirates et des corsaires, Hachette, Paris, 1965, p. 104.

31 Philippe Sénac, Provence et piraterie sarrasine, Maisonneuve et Larose, Paris, 1982, 94 p.

32 Armel Wismes, Pirates et Corsaires, France-Empire, Paris, 1999, p. 63.

33 Par « guerre de course », on entend l’ensemble des opérations menées autrefois par les corsaires et donc pour le compte d’un gouvernement officiel.

34 Les Vikings posent le même type de problème en étant qualifiés tantôt de pirates, tantôt de corsaires ou de simples guerriers. Voir Pierre Boyer, « Etat pirate ou Etat corsaire : les Barbaresques », in Gérard Jaeger (dir.), 1992, p. 61-69.

35 Voir Peter Lamborn Wilson, Utopies pirates, corsaires maures et renegados, Dagorno, Milan, 1998, 138 p.

36 « Pedalo Pirates Swoop on Yachts », The Times, 22 août 1996.

37 « Greece Sends Special Forces to Corfu after Killing », Reuters, 30 septembre 1996.

38 Dina Kyriakidou, « Greece: Police Shoot Kidnapper to End Hijacking », Daily Telegraph, 28 juillet 2000.

39 Philip Gosse, 1952, p. 143.

40 Philippe Jacquin, « L’Age d’or de la grande piraterie », in Gérard Jaeger (dir.), 1992, p. 131-181.

41 Il s’agit en réalité du « nom qu’on donne aux corsaires ou aventuriers qui courent les mers des Antilles et de l’Amérique », selon le dictionnaire de Furetière cité par Jean-Pierre Moreau, « Les Origines de la flibuste antillaise », in Gérard Jaeger (dir.), 1992, p. 106.

42 Alexandre Olivier Exquemelin, L’Histoire des flibustiers au XVIIe siècle, P. Saurat éditeur, Paris, 1987, p. 49.

43 Philippe Jacquin, in Gérard Jaeger (dir.), 1992, p. 128.

44 Daniel Defoe, Histoire générale des plus fameux pirates, vol. I, Phébus, Paris, 1990, p. 17.

45 Daniel Defoe, Histoire générale des plus fameux pirates, vol. II, Phébus, Paris, 1990, p. 15-57 et p. 88-112.

46 « Somalie - un bateau français attaqué, sept marins pris en otages », Reuters, 12 juillet 2000.

47 Edward Furdson, « Sea Piracy or Maritime Mugging? », in Intersec, vol. 5, no 5, mai 1995, p. 166.

48 Michel Colomès, Bernard Deguy, « Caraïbes : Pilleurs d’épaves », Le Point, 8 août 1992.

49 D. Leppard, « Slaughter in Paradise », The Times, 6 février 1994 et D. Adams, « Drug Pirates Bring Deathly Fear to Carribbean Paradise », The Times, 5 février 1994.

50 Cité par George Cœdes, Les Etats hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, éd. de Boccard, Paris, 1964, p. 335.

51 George Cœdes, 1964, p. 439.

52 Auguste Toussaint, Histoire des corsaires, PUF, coll. Que sais-je ?, Paris, 1978, p. 91-92.

53 Denys Lombard, « Regard nouveau sur les pirates malais – Première moitié du XIXe siècle », in Archipel, no 18, Paris, 1979, p. 233.

54 Denys Lombard, 1990, 422 p.

55 Pour un aperçu très complet de l’histoire de la piraterie dans cette zone, voir James Francis Warren, Iranun and Balangingi – Globalisation, Maritime Raiding and the Birth of Ethnicity, Singapore University Press, Singapour, 2002, XXII-585 p.

56 Ch. Meyer, « Pirates des mers de Chine », in Gérard Jaeger, 1992, p. 56.

57 Ch. Meyer, 1992, p. 56.

58 Alain de Sacy, L’Asie du Sud-Est : L’Unification à l’épreuve, Vuibert, Paris, 1999, p. 124.

59 Ayuman signifiant littéralement « donner un, recevoir deux » (Ch. Meyer, 1992, p. 56). Voir également C. Lavollée, « Les Pirates malais », in Revue des deux mondes, 1853, cité par Ch. Meyer, 1992, p. 57.

60 Selon les termes de Guislaine Loyré, « Piraterie et islamisme », in Antonio Guerreiro et Pascal Couderc, Bornéo : Des chasseurs de tête aux écologistes, Autrement, Paris, 1991, p. 58-66.

61 Le trépang (ou tripang) est une holoturie comestible (aussi appelée « concombre de mer »), très appréciée en Extrême-Orient.

62 Charles Meyer, 1992, p. 55.

63 David-Anthony Delavoet, La Piraterie maritime en Asie du Sud-Est et ses conséquences, mémoire de maîtrise, Université Paris 1, Panthéon – Sorbonne, 1995, p. 17.

64 Denys Lombard, 1979, p. 246.

65 Jacques Baudou et Jean-Jacques Schleret, Les Feuilletons historiques de la télévision française, 8e art, Paris, 1992, p. 131-132.

66 Lire à ce sujet Denis Nardin, « Les Français à Basilan, un projet de colonisation avorté », in Archipel, no 15, 1978, p. 29-40, ou les témoignages des acteurs de la mission : Louis-Joseph Brossolet, Souvenirs des mers de Chine et d’autres eaux (1823-1898), Belin, Paris, 1996, p. 71-94, Marc Boulanger, L’amiral Jean-Baptiste Cécille, figure illustre de Rouen (1787-1873), éditions Bertout, Luneray (76), p. 87-88 et « Revue : lettres des mers de Chine », in Revue des deux mondes, no 10, 1845, p. 1033-1036.

67 C. Lavollée, « Les Pirates malais », in Revue des deux mondes, 3e trimestre 1853, p. 598.

68 Denys Lombard, in Archipel, no 18, 1979, p. 231-249.

69 C. Lavollée, 1853, p. 594.

70 A l’époque, Louis-Philippe, qui caressait l’espoir de sceller des mariages avec la couronne espagnole, ne voulait surtout pas froisser celle-ci en implantant une colonie à Basilan comme les Britanniques l’avaient fait à Hong Kong puis à Singapour. Lire Denis Nardin, in Archipel, no 15, 1978, p. 37.

71 Par exemple : Ghislaine Loyré, 1991.

72 C. Lavollée, 1853, p. 598.

73 Cf. Philippe Franchini, « L’Or et le sang de la France », p. 20, in Tonkin : 1873-1954 – Colonie et nation : Le Delta des mythes, Autrement, séries mémoires, no 32, Paris, 1994.

74 Voir par exemple Anthony Reid, Southeast Asia in the Age of Commerce, 1450-1680, Silkworm Books, Chiang Mai, 1988, 2 vol. , XVI-275 p. et XV-390 p.

75 Courrier de Jacques de Bourges aux Missions étrangères de Paris, cité in Alain Forrest, Les Missionnaires français au Tonkin et au Siam, XVIIe, XVIIIe siècle – Analyse comparée d’un relatif succès et d’un total échec, L’Harmattan, Coll. Recherches asiatiques, Paris, 1998, Livre III, « Organiser une Eglise, convertir les infidèles », p. 86.

76 Courrier de Jacques de Bourges aux Missions étrangères de Paris, cité in Alain Forrest, 1998, Livre III, p. 86-87.

77 Cité in Alain Forrest, 1998, Livre III, p. 89.

78 Nguyen Khac Vien, Vietnam, une longue histoire, Editions en langues étrangères, Coll. Connaissance du Vietnam, Hanoi, 1987, p. 150.

79 Pierre-Richard Feray, Le Viet-Nam, PUF, Que sais-je ?, Paris, 1992 (1984), p. 20 et 23.

80 Philippe Franchini, 1994, p. 33-50. Voir également Nguyên Thê Anh, « L’Image de la piraterie tonkinoise dans la littérature coloniale », p. 180, in Denys Lombard (dir.), 1993, 486 p.

81 Michael Pugh, « Piracy and Armed Robbery at Sea: Problems and Remedies », in Low Intensity Conflict and Law Enforcement, vol. 2, no 1, été 1993, p. 2.

82 David-Anthony Delavoet, 1995, p. 40.

83 Samuel Pyeatt Menefee, « Violence at Sea: Maritime and the Risk of Piracy », in Jane’s Defense, 1996, p. 80.

84 Nathalie Fau (avec la contribution de Yoslan Nur), « Le Pari des triangles de croissance Sijori et IMT-GT », in Hérodote, no 88, 1er trimestre 1998, p. 125-140.

85 Peter Chalk, Grey-Area Phenomena in Southeast Asia: Piracy, Drug Trafficking and Political Terrorism, Strategic and Defence Studies Centre – Australian National University, Canberra, 1997, p. 30.

86 Peter Chalk, 1997, p. 30-31.

87 Daniel Perret, « Notes sur la piraterie moderne en Méditerranée sud-est asiatique », in Archipel, no 56, 1998, p. 135.

88 Perret, 1998, p. 133; « Indonesia Remains Top World Piracy Centre », AFP, 1er novembre 2000.

89 « No Reports of Piracy After Tighter Security », The Star, 1er octobre 1999.

90 « More Piracies in Malaysian Waters, Says Maritime Report », The New Straits Times, 21 octobre 1999.

91 Pulau signifie île en langue indonésienne.

92 AFP – Agence Bernama, « Malacca Strait Piracy Heading for 10-Year High », The Straits Times, 10 octobre 2000.

93 Daniel Perret, 1998, p. 133.

94 « Piracy Plagues Bangladesh’s Main Port », AFP, 25 octobre 2000.

95 Le BMI a recensé 14 attaques dans le port de Chittagong et 8 dans celui de Mongla au Bangladesh ; 11 dans le port de Chennai, 4 à Cochin, 4 à Kikinada et 3 à Haldai en Inde.

96 « Piracy on the Rise in Malacca Straits », The New Straits Times, 19 juin 2000.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Localisation des attaques recensées dans le monde (1991-2001)
Légende Source : Bureau maritime international – Chiffres de janvier 2002
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Piraterie* et grands axes maritimes asiatiques
Légende *D’après les statistiques du BMI pour la période 1991-2001
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site