Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pavillon noir sur l’Asie du Sud-Est

 | 
Éric Frécon

Introduction

Texte intégral

  • 3 Albert de Pourville, Chasseurs de pirates !, Les Livres de la brousse, Paris, 1928, cité in Denys L (...)

« Personnages fugitifs d’événements imprécis, ombres dansantes aux feux des incendies, silhouettes anonymes de luttes nocturnes et compliquées, les Pirates ne sont pas faits pour l’Histoire, l’Histoire majestueuse et sagement déroulée, où les gens et les choses se rangent avec clarté à l’entour d’un Grand Homme : foule bruissante, bigarrée et confuse, ils en occupent les bas-côtés, dans un demi-jour fumeux et coupé d’éclats sinistres. Les combats s’entremêlent, les bandes s’entrechoquent, les influences se heurtent, les incidents se superposent : dans ce brouhaha multiple et discord, nul ne peut reconnaître les siens3 ».

  • 4 Sur la piraterie et le cinéma, voir Gérard Jaeger (dir.), Pirates à l’affiche : Les Aventuriers de (...)

1Mais qui sont donc les pirates dont Albert de Pourville nous parle avec tant de poésie ? L’arrière grand-père citera avec nostalgie Long John Silver et L’Ile au trésor de Robert Louis Stevenson. La grand-mère rougira à l’évocation des abordages hollywoodiens de Douglas Fairbanks dans The Black Pirate4. Le père se souviendra plutôt des premières radios pirates qui émettaient depuis le large, tandis que le fils se contentera, avec un sourire, de mentionner Albator, le corsaire de l’espace ou Arthur et les pirates. Mais des événements comme ceux qui se sont déroulés en Asie du Sud-Est au printemps 2000 ont rappelé qu’à l’époque de la mondialisation, un péril vieux comme la mer persistait : à quelques îles d’écart, un pirate informatique philippin lâchait sur internet le virus I LOVE YOU qui allait semer le trouble dans le monde entier, tandis que le groupe Abu Sayyaf prenait en otages des touristes sur une île proche de Bornéo. Aujourd’hui, la piraterie ne représente pas seulement un danger pour la propriété intellectuelle et les communications ; elle continue aussi à menacer le trafic maritime.

  • 5 Entretien avec l’auteur, 21 septembre 2000, Kuala Lumpur.

2Les images des pirates se fondent et se confondent, produisant une notion « non stabilisée sur le plan sociologique », selon les termes de Gilles Huberson, diplomate et spécialiste des questions liées au terrorisme5. Seul l’abordage maritime devrait-il être qualifié d’acte de piraterie ? La prise d’otages de Bornéo n’a en tout cas jamais été considérée comme tel par les autorités philippines. Certes, l’événement n’avait pas eu lieu en mer, mais sur une île – celle de Sipadan, « bordée de magnifiques plages de sable blanc » – qui, selon le guide de voyages Lonely Planet, « attire [attirait ?] plongeurs expérimentés et débutants ». L’historien y verra pourtant la résurgence d’une vieille pratique en vigueur dans l’archipel des Sulu puisque les pirates illanun y kidnappèrent autrefois nombre d’Européens. Quant aux médias, ils ont exploité l’imaginaire collectif en hissant bien haut le pavillon noir. La prise d’otages du groupe Abu Sayyaf en avril 2000 a parfaitement illustré cette différence d’approche entre les autorités, les chercheurs et les journalistes, plongeant le public dans une certaine confusion.

3La piraterie tient en chacun de nous une place spécifique parce que profondément inscrite dans l’univers de l’enfance. Ce n’est pas un hasard si la piraterie est souvent au cœur de notre univers cinématographique. Chaque année entre 1991 et 1994, une centaine d’attaques ont été rapportées dans le monde. Si ce chiffre a plus que triplé en 1999, l’an 2000 aura battu tous les records avec 469 incidents recensés par le BMI (Bureau maritime international). Ce total est supérieur de 57 % à celui de l’année précédente et quatre fois et demie plus important que celui de 1991.

  • 6 Francis Fukuyama, The End of History and the Last Man, Maxwell MacMillan International, New York, 1 (...)
  • 7 John Mueller, Retreat from the Doomsday: The Obsolescence of Major War, Basic Books, New York, 1989 (...)

4La fin de la guerre froide a donc permis l’émergence d’une nouvelle piraterie maritime. Après la chute du mur de Berlin, universitaires et politiques se sont interrogés avec le président américain Georges Bush senior sur le « nouvel ordre mondial ». Certains voulaient croire en la « fin de l’Histoire6 ». Etait venue l’heure de la mondialisation ; la guerre devenait enfin obsolète, comme l’esclavage ou le duel à une autre époque7.

  • 8 Robert Kaplan, « The Coming Anarchy », Atlantic Monthly, février 1994, vol. 273, no 2, p. 44-76.
  • 9 Xavier Raufer (dir.), Dictionnaire technique et critique des nouvelles menaces, PUF, Paris, 1998, 2 (...)
  • 10 Jean-Christophe Rufin, L’Empire et les Nouveaux Barbares, Lattès, Paris, 1992, 255 p.
  • 11 Michel Wieviorka, « Le Nouveau Paradigme de la violence », in Cultures et conflits, no 29-30, 1996, (...)
  • 12 « J’appelle conventionnellement nouveau Moyen Age la chute du principe légitime du pouvoir et du pr (...)

5D’autres annonçaient « l’anarchie en marche8 ». Ils voyaient poindre de « nouvelles menaces9 », de « nouveaux barbares10 », un « nouveau paradigme de la violence11 », un « nouveau Moyen Age12 ». Le retour en force des pirates à l’aube des années 1990 s’inscrirait dans ce mouvement. Quarante ans d’ordre bipolaire laissaient la place à un désordre fait d’une multitude de nouveaux périls.

  • 13 Didier Bigo, « Nouveaux Regards sur les conflits », cité in Marie-Claude Smouts (dir.), Les Nouvell (...)
  • 14 James Holden-Rhodes et Peter Lupsha, « Horsemen of the Apocalypse: Gray Area Phenomena and the New (...)

6Les Etats qui, jusque-là, étaient quasiment seuls à diriger la scène mondiale, ont vu leur autorité battue en brèche par l’émergence de groupes mafieux, de soldats sans uniforme ni cause réelle à défendre. Le système westphalien qui, depuis 1648, reconnaissait l’Etat comme acteur incontournable des relations internationales n’aura-t-il été qu’une parenthèse ? « L’ordre normal » des choses, s’interrogent certains, reprendrait-il le dessus13 ? Comme à l’époque de la Rome antique, les marches de l’hémisphère nord – ce nouvel « Empire » – seraient-elles menacées par les barbares d’aujourd’hui, guère identifiables et pourtant si inquiétants qui incarnent le chaos, hantant les « zones grises » des Etats-nations14 ?

  • 15 Jean-Marc Balencie, Arnaud de la Grange, « Le Nouvel Ordre local », cité in Jean-Marc Balencie, Arn (...)

7Les motivations politiques qui animaient les guérillas des années 1970 et 1980 se sont peu à peu délitées, cédant la place aux déviances du « fou » ou aux préoccupations plus matérialistes du « bandit »15. Les pirates tiendraient plutôt de ces derniers, même si certains sont liés à des terroristes politiques.

  • 16 Pierre Papon, Le Sixième Continent : Géopolitique des océans, Odile Jacob, Paris, 1996.

8Les océans sont d’autant moins contrôlables qu’ils sont immenses. La planète est recouverte d’eau à 71 %, ce qui rend presque insuffisante la notion de « sixième continent » développée par l’ancien président de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), Pierre Papon16. Sur 185 Etats membres de l’ONU en 1996, seuls une trentaine n’avaient pas d’accès à la mer ; et la moitié de la population mondiale vit sur une bande de 50 kilomètres le long des côtes.

9La « marinisation » des économies est de plus en plus évidente. Les océans regorgent de ressources naturelles souvent vitales pour les populations côtières et constituent de véritables autoroutes aquatiques. Aujourd’hui, près des trois quarts du commerce mondial en poids et environ les deux tiers en valeur empruntent la voie maritime. Les océans représentent, de plus, un enjeu stratégique important où les détroits jouent un rôle crucial.

10Le trafic maritime est d’une certaine façon victime de son succès. La multiplication des cibles potentielles favorise le développement de la piraterie. Le problème est d’autant plus grave pour la région que les économies sont de plus en plus dépendantes des routes maritimes. Quatre-vingts pour cent des hydrocarbures utilisés au Japon transitent ainsi par les détroits malais. De peur que son approvisionnement en pétrole ne soit menacé, Tokyo a ainsi envisagé la possibilité de faire transiter son fret par la route arctique. Le surcoût occasionné serait pourtant considérable.

11L’inquiétude de Tokyo est dictée par les statistiques : dans le seul détroit de Malacca, 32 actes de piraterie ont été rapportés en 1991. Entre 1997 et 1999 ; après l’intervention des autorités de la région, on n’a plus déploré qu’une poignée d’agressions. Le calme n’a pas duré. En 2000, 75 attaques ont été recensées.

  • 17 Samuel Pyeatt Menefee, « Violence at Sea », Jane’s Defense, 1999, p. 99.

12Après avoir visé les ports du Chili à l’époque du boom du nitrate, puis ceux du Nigeria enrichis par le pétrole, il était logique que ce « serpent de mer » frappe les « dragons » et autres « tigres » asiatiques17. En 1991, 102 des 107 actes de piraterie perpétrés à travers le monde avaient touché l’Asie du Sud-Est (mer de Chine du Sud incluse). Près d’une décennie plus tard, la région était le théâtre de plus de la moitié des 300 puis 469 incidents relevés respectivement dans le monde en 1999 et en 2000. Aujourd’hui, cette zone serait victime des trois quarts des attaques de pirates en Asie. La police royale malaysienne et, dans une moindre mesure, les autorités indonésiennes, promettaient de réagir vivement et lançaient d’intéressantes initiatives pour lutter contre les bandits qui menaçaient les détroits en 1999-2000. Mais seuls deux gangs ont été arrêtés, au large de Sumatra.

  • 18 On préférera l’emploi de « Birmanie » à celui de « Myanmar », tenant notamment compte des peuples n (...)

13Pour aborder la question de la piraterie dans la région, il convient de s’intéresser aussi à l’ancienne Insulinde, à la mer de Chine méridionale et au sud des côtes chinoises tant ces espaces sont interconnectés. L’Inde et le Japon sont également concernés tant leur influence et leurs intérêts sont importants dans la région. La première tient effectivement à affirmer sa présence dans la zone, essentiellement depuis ses îles de la mer d’Andaman ainsi que par le biais de patrouilles conjointes. Le second contribue davantage à la sécurité du détroit de Malacca. La Chine, elle aussi, intervient à travers le forum « Asean plus trois » qui comprend les membres de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Malaysia, Philippines, Indonésie, Singapour, Thaïlande, Brunei, Vietnam, Birmanie18, Laos et Cambodge) auxquels se joignent la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Acteurs décidemment incontournables du jeu est-asiatique, la Chine et le Japon sont d’ailleurs associés aux forums régionaux thématiques comme l’ARF (Asean Regional Forum – Forum régional de l’Asean), où sont évoquées les questions de sécurité pour la zone.

14Si l’Asean est un espace trop étroit pour envisager le problème, si l’Asie-Pacifique incarnée par l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation) est trop large pour servir de cadre opérationnel, « l’Asean plus 3 » semble mieux en mesure de lutter contre la piraterie, pour autant qu’elle puisse s’affirmer comme un véritable acteur diplomatique régional.

15En tout état de cause, nombre d’Etats sont touchés par la piraterie :

  • les pays riverains, victimes directes de ce fléau en mer de Chine méridionale, dans les détroits et les archipels ;

  • les Etats indirectement frappés par la piraterie et qui l’invoquent pour s’affirmer sur la scène sud-est asiatique (le Japon, la Chine, voire l’Inde) ;

  • les nations qui sont concernées en aval par les actes de piraterie, lorsqu’elles accueillent par exemple des bateaux détournés en Asie du Sud-Est.

16La piraterie maritime en Asie du Sud-Est peut être envisagée sous des angles multiples, tant géographiques que politiques (stabilité des Etats et équilibres régionaux), juridiques (modes de règlements internationaux), sociaux (origines des pirates, conséquences de la crise asiatique), économiques (incidences commerciales et financières) ou environnementaux (risques écologiques liés à la nature des navires attaqués). On s’efforcera de s’y intéresser tour à tour, sans négliger les profondeurs historiques.

Notes

3 Albert de Pourville, Chasseurs de pirates !, Les Livres de la brousse, Paris, 1928, cité in Denys Lombard (dir.), Rêver l’Asie : Exotisme et littérature coloniale aux Indes, en Indochine et en Insulinde, EHESS, Paris, 1993, p. 179.

4 Sur la piraterie et le cinéma, voir Gérard Jaeger (dir.), Pirates à l’affiche : Les Aventuriers de la mer dans le cinéma occidental des origines à nos jours, ACL – Crocus, St Sébastien-sur-Loire, 1989, 197 p.

5 Entretien avec l’auteur, 21 septembre 2000, Kuala Lumpur.

6 Francis Fukuyama, The End of History and the Last Man, Maxwell MacMillan International, New York, 1992, XXIII-418 p.

7 John Mueller, Retreat from the Doomsday: The Obsolescence of Major War, Basic Books, New York, 1989, VIII-327 p.

8 Robert Kaplan, « The Coming Anarchy », Atlantic Monthly, février 1994, vol. 273, no 2, p. 44-76.

9 Xavier Raufer (dir.), Dictionnaire technique et critique des nouvelles menaces, PUF, Paris, 1998, 272 p.

10 Jean-Christophe Rufin, L’Empire et les Nouveaux Barbares, Lattès, Paris, 1992, 255 p.

11 Michel Wieviorka, « Le Nouveau Paradigme de la violence », in Cultures et conflits, no 29-30, 1996, p. 9-57.

12 « J’appelle conventionnellement nouveau Moyen Age la chute du principe légitime du pouvoir et du principe juridique des monarchies et des démocraties et son remplacement par le principe de la force, de l’énergie vitale, des unions et des groupes sociaux spontanés. » (Alain Minc citant Berdiaev, in Le Nouveau Moyen Age, Gallimard, Paris, 1993, p. 9).

13 Didier Bigo, « Nouveaux Regards sur les conflits », cité in Marie-Claude Smouts (dir.), Les Nouvelles Relations internationales, pratiques et théories, Presses de Sciences Po, Paris, 1998, p. 333.

14 James Holden-Rhodes et Peter Lupsha, « Horsemen of the Apocalypse: Gray Area Phenomena and the New World Disorder », in Low Intensity Conflict & Law Enforcement, vol. 2, no 2, automne 1993, p. 212.

15 Jean-Marc Balencie, Arnaud de la Grange, « Le Nouvel Ordre local », cité in Jean-Marc Balencie, Arnaud de la Grange (dir.), Mondes rebelles, Michalon, Paris, 1999, p. 11.

16 Pierre Papon, Le Sixième Continent : Géopolitique des océans, Odile Jacob, Paris, 1996.

17 Samuel Pyeatt Menefee, « Violence at Sea », Jane’s Defense, 1999, p. 99.

18 On préférera l’emploi de « Birmanie » à celui de « Myanmar », tenant notamment compte des peuples non-birmans qui subissent la purge toponymique imposée par la junte militaire depuis 1988.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site