Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pavillon noir sur l’Asie du Sud-Est

 | 
Éric Frécon

Préface

Jean-Luc Domenach

Texte intégral

1Qu’est-ce que le monde et comment le lire ? Quels faits étudier pour mieux le comprendre ? La question est ancienne et a inspiré des réponses qui ont évolué en même temps que la situation internationale. Durant la guerre froide, c’est sur les faits en quelque sorte officiels que l’attention se concentrait ; c’est-à-dire sur les faits que les propagandes et les diplomaties reconnaissaient comme tels. Le monde que l’on analysait était en gros celui que les Etats connaissaient et dominaient ; c’était un monde pour l’essentiel stratégique.

2La fin de la guerre froide a conduit à un renversement d’optique. Déqualifiés par la supériorité du monde capitaliste, les pouvoirs communistes d’Europe centrale et orientale ont dû laisser réapparaître une réalité sociale et culturelle qu’ils avaient en vain prétendu abolir. La disparition de l’Union soviétique a engendré, non pas le « nouvel ordre mondial » que le président Bush senior appelait de ses vœux, mais une situation bien plus confuse dans laquelle les Etats du monde développé se trouvent menacés par de nouveaux défis qui surgissent là même où l’on ne regardait pas : sur les marges de leur domination. Par la suite, une série d’accidents économiques et politiques ont révélé une réalité internationale bien plus complexe qu’auparavant, que les Etats peinent à contrôler ; une réalité de plus en plus sociale.

3L’Asie aura été à l’avant-garde de cette évolution. Chronologiquement, bien sûr, parce que les régimes et les partis communistes s’y sont affaiblis plus tôt qu’ailleurs, à partir du milieu des années 1970. Mais aussi parce que dans les années 1990, elle a abrité les ébauches de différents ordres et désordres possibles.

4N’oublions pas, après l’avoir exagérée, la contribution des économies asiatiques à la formation d’un ordre mondial marchand. N’oublions pas, non plus, l’esquisse par certains responsables d’Asie du Sud-Est d’une régionalisation fondée sur la construction volontariste d’une idéologie « asiatiste ». Ce furent là d’incontestables apports à la réorganisation du monde d’après la guerre froide. Mais ils éclipsaient à tort les fragilités des sociétés internes, et l’insuffisante régulation de l’espace asiatique.

  • 1 Karoline Postel-Vinay : Corée, au cœur de la nouvelle Asie, Flammarion, 2002, Paris, 318 p.

5Ces fragilités ont aggravé la crise financière qui s’est développée dans l’ensemble de la région en 1997-1998. La crise, aujourd’hui dominée sans être complètement éradiquée, a rendu ces fragilités plus évidentes et les a parfois aggravées à son tour. Mais elle a aussi contraint les gouvernements de la région à entreprendre de les réduire, entraînant certaines stabilisations intérieures et la relance d’un processus de régionalisation plus substantiel qu’auparavant1.

6L’étude d’Eric Frécon jette une lumière crue sur ces fragilités en plongeant audacieusement dans une réalité que les habitudes de la guerre froide avaient réservée aux notes des agents secrets ou aux reportages de quelques journalistes originaux : celle de la piraterie. En cela, elle possède un intérêt de méthode exemplaire. Le développement du terrorisme l’a en effet confirmé : une large partie de l’actualité qui compte est désormais celle des forces souterraines, économiques, mafieuses ou terroristes, qui échappent au contrôle et parfois à la connaissance des Etats. La piraterie est donc un phénomène fondamentalement actuel, dont l’analyse permet de mesurer le pouvoir des Etats et la régulation des espaces internationaux.

7Mais l’enquête est difficile, elle appelle de l’intelligence et de la passion, l’audace de chercher dans le noir et le courage de ne pas s’en laisser conter : ce sont bien les qualités dont témoigne cet ouvrage.

  • 2 Jean-Luc Domenach, L’Asie en danger, Fayard, Paris, 1998, 338 p.

8Celui-ci constitue une excellente photographie des faiblesses, mais aussi des ressaisissements asiatiques. Il explique comment la piraterie est réapparue massivement au lendemain de la guerre froide, d’abord à cause des insuffisances de l’ordre régional et des faiblesses (ou des tactiques) de certains Etats. Mais il montre aussi que la région a évolué. Quand je l’évoquais en 1998 dans L’Asie en danger2, la piraterie était en partie imputable à la situation intérieure et à la stratégie extérieure de la Chine. Depuis, l’effondrement de l’Indonésie et le ressaisissement du régime chinois l’ont fait refluer vers les détroits d’Asie du Sud-Est.

9Le livre d’Eric Frécon décrit aussi comment les efforts de coordination régionale et les politiques de certains grands Etats comme le Japon et l’Inde ont agi sur elle, en général pour la circonscrire. Le problème paraît désormais identifié et en large partie traité ; on peut espérer qu’il sera maîtrisé dans les années à venir, même si la crise indonésienne risque de gêner sérieusement les efforts de régulation.

10Il n’en reste pas moins que la réapparition de la piraterie et le retard mis à la juguler mettent en évidence le danger que constituent pour le monde les faiblesses ou les crises de certains grands Etats de la région : hier la Chine et aujourd’hui l’Indonésie ou le Pakistan. Cela prouve en outre que, malgré sa coagulation économique et ses efforts de concertation, l’Asie demeure probablement la région du monde la plus problématique ; non pas la plus troublée, ni probablement la pus dangereuse, mais celle dont l’identité collective demeure la moins évidente, celle où la « conscience de soi » reste la plus nébuleuse.

Notes

1 Karoline Postel-Vinay : Corée, au cœur de la nouvelle Asie, Flammarion, 2002, Paris, 318 p.

2 Jean-Luc Domenach, L’Asie en danger, Fayard, Paris, 1998, 338 p.

Auteur

Ancien directeur scientifique de la Fondation nationale des sciences politiques, directeur de l’Antenne franco-chinoise de sciences humaines et sociales de Pékin.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site