Version classiqueVersion mobile

Armée du Peuple, Armée du Roi

 | 
Nicolas Revise
, 
Arnaud Dubus

Une conclusion en forme de question. La démocratisation d’un régime politique assure-t-elle une subordination irréversible des militaires aux civils ?

Texte intégral

1« Quels que soient les régimes politiques et les niveaux de développement, une armée ça sert à faire régulièrement le ménage tous les ans, tous les dix ans, ou tous les cinquante ans ». Pour brutale qu’elle soit sur la forme, cette assertion d’un attaché militaire français en poste dans la région Asie Pacifique n’en révèle pas moins, sur le fond, une interrogation centrale : la subordination du pouvoir militaire à l’autorité civile est-elle irréversible ?

  • 332 Samy Cohen, La défaite des généraux : le pouvoir politique et l’armée sous la 5e République, Fayard (...)

2Dans les démocraties dites occidentales, cette question semble aujourd’hui mineure, sans que pour autant le risque d’une intrusion des forces armées dans le champ politique soit totalement exclu par les spécialistes. Ainsi, le chercheur Samy Cohen, tout en minimisant le pouvoir d’influence en France du « complexe militaro-industriel » sur les institutions civiles, estime dans les conclusions de son ouvrage sur la Ve République qu’une intervention de l’armée française dans la politique « ne peut pas être totalement écartée même si elle n’est pas d’actualité332 ».

3L’auteur se réfère aux « regrets et amertumes » des militaires depuis la guerre d’Algérie et au sentiment au sein de l’armée d’avoir été « dupée » par le pouvoir politique de l’époque. Et si en France, les risques d’un conflit ouvert entre civils et militaires sont devenus extrêmement faibles, les débats autour de la professionnalisation des armées et la modernisation de l’outil militaire continuent de susciter malaises et interrogations, comme le laissent deviner les rapports réguliers sur le moral dans les casernes.

4Si elle se pose, fusse de manière marginale, dans les pays industrialisés, la question de la soumission du pouvoir militaire à l’autorité civile reste fondamentale dans des pays en développement tels que la Thaïlande et l’Indonésie.

5Au terme de notre itinéraire, on a vu que le processus de dépolitisation des armées s’est engagé dans ces deux pays, avec plus ou moins de succès. A première vue, il semble surtout corrélé au niveau de développement. On pourrait dire schématiquement que la timide amorce de recul des militaires en Thaïlande, rendue possible dans les années 70 compte tenu de la physionomie des structures économiques et sociales, s’est reproduite vingt-cinq ans plus tard en Indonésie. C’est parce qu’il existait, en 1973 à Bangkok et en 1998 à Jakarta, une classe émergente d’étudiants, d’intellectuels et d’hommes d’affaires, que les militaires ont été, pour la première fois, confrontés aux prémisses d’une compétition pour l’exercice du pouvoir. Selon ce schéma théorique, il y aurait donc une relation entre le revenu par an et par habitant et la propension des militaires à intervenir dans les champs politique et économique.

  • 333 Samuel Huntington, 1968.

6Cette analyse qui mêle macroéconomie et sociologie politique part d’un postulat séduisant emprunté à Samuel Huntington333 selon lequel l’intervention d’une armée dans le champ politique n’est pas liée aux structures internes de l’institution militaire, ni aux trajectoires personnelles des officiers. Elle serait plutôt en relation avec le degré d’avancement et de démocratisation des institutions politiques d’un Etat qui le mettrait ou non en capacité de réguler et d’arbitrer les conflits entre les différents groupes sociaux.

7Cette grille de lecture, d’essence occidentale et libérale, privilégie la thèse selon laquelle l’armée se retirerait des sphères politiques et économiques, lorsque la conjoncture économique l’exige et sous la pression de facteurs positifs concomitants : le développement d’une classe moyenne importante et structurée, la libéralisation de l’économie, la démocratisation du système politique et la généralisation de l’exercice électoral ou encore la séparation des pouvoirs et le renforcement de l’Etat de droit.

8A priori, la Thaïlande s’inscrit parfaitement dans ce schéma. Après quarante ans de croissance quasiment continue et sous la pression d’acteurs sociaux concurrents de plus en plus politisés, les militaires opèrent depuis une décennie un retrait évident de la scène politique et sont contraints d’abandonner la plupart de leurs bastions économiques. Bien qu’avec moins d’ampleur, le même phénomène a également semblé se dessiner en Indonésie, depuis la chute de Suharto en mai 1998 et jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Megawati Sukarnoputri en juillet 2001. A l’inverse, en Birmanie, au Laos ou encore au Vietnam, les pays les plus pauvres et les moins démocratiques de la région, les armées occupent, à des degrés divers, les centres de gravité des régimes, en l’absence d’acteurs sociaux concurrents suffisamment puissants.

9Mais les constructions théoriques qui s’appuient sur des facteurs explicatifs externes connaissent des limites pratiques. A commencer par l’exemple des Philippines, dont le niveau de développement est à peine inférieur à celui de la Thaïlande et dont l’armée se tient, en apparence, en retrait de l’avant-scène. Le pays a pourtant connu en janvier 2001, un véritable séisme politique dont l’armée a été l’épicentre. Le renversement du président Joseph Estrada par un mouvement urbain emmené par les milieux d’affaires, avec le soutien de l’influente Eglise catholique, a été largement appuyé par les militaires.

10Soutien de la nouvelle présidente Gloria Arroyo et architecte de ce coup d’Etat constitutionnel, l’armée est devenue la clé de voûte du régime. Elle a ainsi retrouvé un rôle politique de premier plan, alors même que les Philippines possèdent une classe moyenne urbaine constituée, des milieux d’affaires civils puissants, une intelligentsia reconnue et que l’archipel se classe parmi les pays les plus démocratiques de la région. Ici, l’intervention politique des militaires, sans effusion de sang, n’était pas liée au niveau de développement et de politisation des autres groupes sociaux. L’armée a permis de se débarrasser d’un président populaire, populiste et corrompu, que l’élite philippine n’avait jamais vraiment accepté.

11Le cas philippin constituerait alors peut-être une illustration de la théorie historique classique selon laquelle les intérêts de l’institution militaire et des classes moyennes et bourgeoises ne sont pas antinomiques. Et à fortiori, rien ne prouve qu’en Asie du Sud-Est, ces mêmes classes moyennes aspirent toujours aux réformes démocratiques, tel qu’on les entend en Occident. De fait, le coup d’Etat militaire de février 1991 en Thaïlande avait été bien accueilli par les classes dirigeantes de Bangkok, alors en pleine euphorie économique, puisque le royaume affichait l’un des meilleurs taux de croissance de la planète.

12Un autre type de facteurs, cette fois endogène, pourrait permettre de décrypter le positionnement des militaires par rapport aux civils. Les comportements d’une armée, y compris dans des manifestations aussi spectaculaires que les coups d’Etat, peuvent être liés aux dynamiques internes de l’institution militaire. On a vu que les interventions brutales des officiers thaïlandais ont dépendu en partie des rivalités entre les différentes factions qui divisaient l’armée dans les années 70 et 80.

13C’est parce qu’il existait des promotions concurrentes qu’ont émergé de chacune d’elle des généraux ambitieux lorgnant sur le poste de Premier ministre. Aujourd’hui, la perméabilité entre les sphères militaire et gouvernementale qui a rythmé la vie politique thaïlandaise depuis les années 30 est beaucoup moins évidente. Dorénavant, compte tenu de l’absence de factions, d’une physionomie plus collective de l’armée, les risques sont moindres qu’émerge un officier ambitieux tenté par l’aventurisme politique au sommet de l’Etat. Paradoxalement, l’unité de l’armée représente peut-être une garantie.

  • 334 Entretien du 16 avril 2001 avec le Dr Supachai Panitchpakdi, vice-Premier ministre entre 1997 et 20 (...)

14Cette retenue des militaires à occuper le terrain politique tient aussi à la personnalité séduisante du commandant en chef, le général Surayud Chulanond. Mais collectivement, l’armée ne s’est pas forcément convertie sincèrement à la vague de démocratisation et d’aspiration aux réformes politiques incarnée par la nouvelle Constitution de 1997. Les militaires n’ont peut-être tout simplement plus les ressorts internes pour se comporter autrement. Ce qui fait dire à un ancien vice-Premier ministre thaïlandais qu’« une intervention est actuellement infaisable » mais que « le processus de dépolitisation de l’armée n’est pas irréversible car on ne sait jamais ce qui peut arriver dans ce pays334. »

15De même on a souvent prêté, depuis 1998, à une partie des militaires indonésiens une conversion aux réformes démocratiques pour expliquer leur non-intervention sur la scène politique et le soutien apparent apporté à l’exécutif civil élu. Or, il est possible que, là encore, la retenue soit essentiellement liée aux structures et dynamiques internes de l’institution, en particulier aux perspectives de carrière des officiers des différentes promotions de l’académie militaire.

  • 335 Kammen et Chandra, juillet 2001.

16Une classe d’âge donnée qui bénéficie d’opportunités importantes en termes de postes de commandement et d’espoirs d’ascension dans sa propre hiérarchie sera d’autant moins tentée par une expérience politique. Les chercheurs Siddharth Chandra et Douglas Kammen pensent ainsi que la ligne de démarcation entre les officiers supérieurs ne serait pas idéologique. Elle ne diviserait pas artificiellement partisans des réformes démocratiques et défenseurs de l’autoritarisme politique. Pour les militaires, il s’agirait avant tout d’un enjeu de positions et de rétributions335.

17Quoi qu’il en soit, si les militaires indonésiens se tiennent depuis 1998 à l’écart de toute aventure électorale individuelle, cela ne signifie pas que l’armée ne soit plus une institution politique incontournable. Ses membres constituent en effet un lobby puissant au Parlement, qui a contribué par exemple au renversement en douceur en juillet 2001 du président Abdurrahman Wahid au profit de Megawati Sukarnoputri jugée beaucoup plus proche de leurs intérêts corporatistes.

18En cela, s’il y a eu une timide amorce depuis 1998 d’une subordination des militaires indonésiens à l’autorité des civils, la démocratisation et la libéralisation du régime indonésien, n’y est semble-t-il pas pour grand-chose. La transition est plutôt liée aux lois et logiques internes de l’institution militaire.

19L’armée indonésienne, en dépit de ses abus et de l’érosion de son aura depuis la démocratisation, demeure encore aujourd’hui une institution solide dont la soumission au pouvoir civil semble bien plus fragile qu’en Thaïlande. A Bangkok, l’influence collective et institutionnelle de l’armée est limitée. Ce sont les individualités, les personnalités, les prestiges particuliers de quelques officiers supérieurs qui comptent avant tout. Au contraire, l’armée indonésienne jouit encore d’une véritable puissance symbolique. Elle dispose en effet d’un pouvoir dont la légitimité repose sur l’intériorisation de sa puissance chez les autres acteurs sociaux. C’est la force d’une institution que de se faire accepter presque naturellement par le corps social en exerçant sur lui une sorte de contrainte objective.

Notes

332 Samy Cohen, La défaite des généraux : le pouvoir politique et l’armée sous la 5e République, Fayard, Paris, p. 264.

333 Samuel Huntington, 1968.

334 Entretien du 16 avril 2001 avec le Dr Supachai Panitchpakdi, vice-Premier ministre entre 1997 et 2001 et directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce à partir de septembre 2002.

335 Kammen et Chandra, juillet 2001.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search