Version classiqueVersion mobile

Armée du Peuple, Armée du Roi

 | 
Nicolas Revise
, 
Arnaud Dubus

Chapitre 5. La politique : une matière trop sérieuse pour être laissée aux civils

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 1000000000000295000001B3CFF3D6A4.jpg

La science politique, rejoignant en cela le plus élémentaire des sens communs, nous enseigne que toute élite, une fois parvenue au pouvoir, a tout intérêt à maintenir le statu quo dont elle est la première bénéficiaire. En d’autres termes, le maître des règles du jeu politique s’efforcera de limiter tout bouleversement des normes qui l’ont conduit au pouvoir, en limitant les interférences de groupes sociaux susceptibles de le remplacer239.

Ce fut particulièrement vrai dans l’histoire de la Thaïlande. Les militaires ont longtemps considéré l’élargissement de la participation des civils comme une menace directe à leur domination sur le champ politique. Les acteurs du changement constitutionnel de juin 1932, une alliance hétéroclite de civils et de militaires (ces derniers s’étant rapidement imposés aux premiers), ont rechigné à démocratiser le système politique dont ils ont hérité240. Les militaires étaient alors plus soucieux de renforcer leur emprise sur les structures étatiques que ...

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search