Version classiqueVersion mobile

Armée du Peuple, Armée du Roi

 | 
Nicolas Revise
, 
Arnaud Dubus

Chapitre 4. Le rôle économique de l’armée : maîtrise du développement et enrichissement des cadres

Texte intégral

1La contribution de l’armée au développement national de l’Indonésie et de la Thaïlande est d’autant plus complexe à appréhender que la notion même de « développement » est mal définie. Elle se confond en effet bien souvent dans l’esprit des principaux acteurs, avec les concepts de croissance, de modernité ou d’intégration nationale.

2On trouvera aussi bien dans ce chapitre une description des actions inspirées par la lutte contre la subversion et pour l’intégration nationale des marges périphériques (infrastructures, actions rurales) que des opérations visant au bien-être de la classe militaire elle-même (coopératives et fondations mais également stratégies d’enrichissement personnel des officiers supérieurs), sans parler de ce qui relève de la volonté de l’armée de se substituer à un secteur privé civil considéré comme inapte à garantir la prospérité de la Nation.

4.1 – L’armée au service du développement économique et social

4.1.1 – L’engagement auprès de la collectivité : allier sécurité et développement

  • 174 Voir par exemple: Morris Janowitz, The Military in the Political Development of the new Nations, Un (...)

3A partir des années 50, une question se pose dans tous les pays de ce qu’on appelle alors le Tiers Monde : qui des militaires ou des civils assument le mieux la mission de développement socio-économique ? A l’époque, la plupart des auteurs occidentaux optent pour les militaires174. Les civils seraient trop corrompus et, agissant pour leurs intérêts sectoriels, ils se montreraient incapables d’assurer les conditions politiques favorables au progrès des nations. Au contraire, les militaires, détachés de la politique politicienne sont supposés placer l’intérêt collectif au-dessus des intérêts particuliers.

  • 175 Nous reprenons là le constat fait par Crouch, 1988, p. 50.

4Mais l’analyse a mal résisté à l’épreuve de la réalité. Il s’est en fait avéré qu’en Asie du Sud-Est, le développement et la croissance économique ont été inversement proportionnels à l’implication des militaires sur la scène politique : Singapour et la Malaysia, où les militaires sont quasiment absents des sphères politique et économique, sont des pays plus développés que la Thaïlande, les Philippines ou l’Indonésie175.

5En Indonésie, « l’armée au service du peuple » est un principe fondateur. La dwi-fungsi, « double fonction militaire et civile » de la TNI, est aussi solidement acquise au niveau du principe qu’elle est peu opératoire dans la réalité des provinces périphériques. Et si en Thaïlande, l’association entre les missions de défense et celle de développement semble à priori moins naturelle, l’armée ne s’est pas privée, au nom de la « sécurité nationale », de transgresser les frontières théoriques entre affaires civiles et militaires.

  • 176 Muthiah Alagappa, « Military professionalism and the developmental role of the military in Southeas (...)

6Dès les années 50, Sarit a enjoint l’armée à se lancer dans des actions de développement pour légitimer le régime176. Les militaires ont formé des « unités mobiles de développement » dans des zones de rébellion du Nord-Est (programme Isan khieo – Isan vert), du Sud et du Nord. Il s’agissait d’améliorer le niveau socio-économique des campagnes pour lutter contre l’insurrection. Les militaires se définissent alors, on l’a vu, comme les « médecins du corps social », convaincus que l’amélioration de la situation économique des paysans les détournera du communisme. Et de fait, la stratégie du développement national finit par avoir raison de la guérilla. Le volet économique et social prend alors le pas sur l’objectif de sécurité nationale.

  • 177 Bunbongkarn, 1988, p. 144.
  • 178 Bunbongkarn, 1988, p. 136 et p. 143 : l’auteur cite les propos du général Pichit Kullavanij, comman (...)

7A partir des années 70, le rôle de l’armée thaïlandaise dans le développement est systématisé pour légitimer ses activités politiques. Le programme Yuthasat Pattana (Développement stratégique intégré) s’est par exemple concentré sur la construction de routes et sur des programmes d’irrigation et d’assistance agricole177. Les officiers sont alors convaincus que leur connaissance du terrain et leur technique leur permettaient d’assumer, mieux que quiconque, les missions de développement local178.

8Pendant l’intermède démocratique des années 73-76, les nouvelles tâches de l’armée sont d’autant mieux acceptées qu’on croit y voir un moyen de la détourner de la politique. Civils et militaires se partagent les rôles : les premiers sont au pouvoir tandis que les seconds remplissent des missions de développement au nom de « la sécurité nationale ». L’armée joue d’autant plus volontiers le jeu qu’après la répression de la révolte populaire d’octobre 1973, elle se doit de regagner la confiance de la population. C’est donc de très bonne grâce qu’elle se conforme à l’ordre 298/2519 du 9 juin 1976 qui, se référant à la Constitution de 1974, institutionnalise le rôle des militaires dans le développement national. L’armée s’engage alors dans des projets de construction, de soins médicaux, d’aide aux agriculteurs et d’interventions ponctuelles pour faire face aux catastrophes naturelles.

9Aujourd’hui, les militaires restent engagés dans des missions de développement, héritage historique des années 70-80. Le développement demeure incorporé aux stratégies nationales définies par l’armée royale thaïlandaise (ART) et le ministère de la Défense. Le souverain lui-même se montre explicite quant au rôle que doit jouer l’armée dans ce registre :

  • 179 Cité dans un document d’information diffusé par l’armée royale thaïlandaise.

« Les soldats sont responsables de la défense du pays. Les capacités de combat ainsi que tous les aspects du développement national sont vitaux pour une défense nationale réussie. Tout en étant fiers de leur puissance de feu, les soldats ne doivent pas perdre de vue leurs responsabilités s’agissant de contribuer au développement du pays179 ».

  • 180 The Nation, 7 décembre 1999.
  • 181 Jane’s Defence Weekly, 3 novembre 1999.

10Les militaires continuent ainsi d’intervenir dans des zones reculées du Nord-Est. Un groupe de rangers thaïlandais mène par exemple des missions de scolarisation dans des villages frontaliers, peuplés d’ethnies minoritaires, entre la Thaïlande et la Birmanie180. Surayud Chulanond a également précisé que l’armée soutiendra les projets ruraux initiés par le Palais, en particulier dans les régions de la 2e (Nord-Est) et de la 4e armée (Sud)181. Comme en Occident, les militaires sont également compétents pour assumer les opérations de sauvetage en cas de catastrophes naturelles.

4.1.2 – L’engagement au bénéfice de la troupe : œuvre sociale devenue instrument d’intervention économique

11Dans les années 60, les unités militaires basées dans les provinces indonésiennes ne recevaient que des fonds très limités de l’Etat central. Outre leur implication directe dans le tissu économique, elles ont aussi commencé à établir des fondations d’assistance sociale (yayasan) pour financer leurs opérations et améliorer les conditions de vie des hommes de troupe. Ces fondations avaient par exemple vocation à gérer des coopératives qui devaient vendre des produits à bas prix ou financer des programmes de construction de logements.

  • 182 Lowry, 1996, p. 140.

12En 1969, l’Etat-Major centralise cette myriade de fondations et les développe économiquement en les transformant en de véritables entreprises. Elles représentent aujourd’hui l’essentiel des activités économiques de la TNI. La plus importante d’entre elle est celle du quartier général de l’armée de terre (YKEP). Ses activités portent sur des domaines aussi variés que l’exploitation forestière, l’électronique, la construction, l’ingénierie, le commerce, la production de pièces automobiles, les vêtements sportifs, les lignes aériennes, les assurances, les plantations et les terrains de golf182. Bien qu’YKEP ait, par sa charte, pour seule vocation d’assurer l’assistance sociale au sein de l’armée de terre, les profits générés par ses entreprises (et transitant par sa société holding PT Tri Usaha Bhakti, ou Truba) servent aussi à financer les services de renseignements et les activités sociopolitiques au niveau des commandements territoriaux.

  • 183 Tempo, 7-13 août 2000.

13La marine, l’armée de l’air et la police, ainsi que les grandes unités, comme le Kostrad, disposent de leurs propres fondations. Gérées par des officiers, elles sont défiscalisées, non soumises aux règles de la comptabilité publique et dénuées de toute transparence. On peut ainsi douter qu’elles remplissent aussi consciencieusement qu’elles le prétendent leur mission d’assistance sociale aux troupes. Un scandale récent impliquant la fondation du Kostrad (Dharma Putra) et sur lequel on reviendra, a d’ailleurs mis en lumière l’ampleur des détournements commis par certains généraux qui dirigeaient l’unité183.

14L’armée thaïlandaise n’a pas développé ce type d’accointances. Les quelques tentatives d’organisations sociales interférant dans la sphère économique ont soulevé l’indignation du public. En 1996, le général Chavalit Yongchaiyudth, vice-Premier ministre, avait par exemple, essayé de favoriser l’Organisation des anciens combattants qu’il présidait (et préside toujours) dans le cadre d’un appel d’offres pour un réseau de téléphonie mobile. Le manque de compétence d’une association, jusqu’alors surtout active dans le domaine des assurances et de la loterie nationale, a été fustigé, et tous les efforts du général ont été vains.

15Cette polémique, vieille de cinq ans, a fourni une bonne illustration de ce qui est devenu le seuil de tolérance thaïlandais à l’implication de l’armée dans la vie économique. Si le monde des affaires accepte que les militaires se livrent à certaines activités dans son champ, il veille toutefois à ce que ces opérations n’entravent pas le jeu normal du marché.

16Sous l’Ordre nouveau indonésien, il aurait été bien plus facile pour une association militaire d’emporter un contrat similaire, et ce quelles que soient ses compétences dans le domaine concerné. La différence entre les deux pays apparaît ainsi spectaculaire, mais elle est en partie le fruit d’une coïncidence historique très particulière. Au faîte de leur puissance respective, les militaires des deux pays n’ont à l’évidence pas joué le même rôle dans le développement économique. Les uns se sont contentés d’un prélèvement, alors que les autres ont souhaité une implication directe. Mais à cette différence s’en ajoute une autre qui relève du rythme de l’évolution des conjonctures politiques. Cela fait maintenant plus de dix ans que la Thaïlande désinvestit progressivement ses militaires de la « vie civile ». L’Indonésie quant à elle n’a amorcé ce processus que très récemment et il est d’autant plus malaisé à mener que la situation politique, économique et sociale y est bien plus instable. A l’époque où nous écrivons ces lignes, il est donc difficile de savoir si l’on doit parler de convergence durable ou de similarités fortuites.

4.2 – Faire des affaires : nécessité ou opportunité ?

4.2.1 – La genèse ou quand l’armée joue les nouveaux riches

  • 184 Salim Said, 1991, p. 105.

17L’engagement des militaires indonésiens dans l’économie est né de la nécessité. Déjà, pendant la lutte anti-coloniale, les unités indépendantistes du général Sudirman prélevaient des taxes dans les zones qu’elles contrôlaient, comptant sur les villageois pour leur approvisionnement alimentaire184.

18Au début des années 50, l’incapacité du gouvernement à allouer un budget adéquat aux unités régionales a provoqué, dans les régions périphériques, le mécontentement d’un certain nombre d’officiers qui se trouvaient ainsi dans l’incapacité d’acquérir de nouveaux équipements ou d’atteindre le niveau de vie auquel ils estimaient pouvoir prétendre.

  • 185 Crouch, 1978, p. 38.

19Les commandants territoriaux ont donc cherché d’autres moyens pour financer leurs unités. A Sumatra-Nord et à Sulawesi-Nord, ils se sont adonnés à la contrebande185. Dans d’autres régions, notamment à Java Central, les officiers ont passé des accords avec des firmes locales, souvent dirigées par des cukong (hommes d’affaires chinois en relation avec un partenaire pribumi, c’est-à-dire un Indonésien de souche).

20Il s’agit alors d’arrangements d’urgence, conclus pour financer les opérations armées contre les diverses rébellions. Toutefois, les liens tissés à cette époque entre officiers et hommes d’affaires chinois ne disparaîtront pas avec les révoltes du Darul Islam et du PRRI/Permesta. Les officiers ont compris qu’ils pouvaient dégager d’importants bénéfices personnels de ces partenariats et vont tout faire pour les perpétuer.

  • 186 Schwarz, 1999, p. 28.

21Chacun y a trouvé son compte : les cukong ont bénéficié d’une protection institutionnelle et ont été privilégiés pour certains contrats publics ; quant aux officiers, ils ont régulièrement reçu des fonds pour étoffer leurs maigres budgets et satisfaire leurs désirs individuels. C’est l’époque où le colonel Suharto, alors commandant de la division Diponegoro (Java Central) se met en affaires avec les Chinois Liem Sioe Liong et Mohammad « Bob » Hasan. Son expertise en matière de contrebande et son zèle affairiste sont tels que l’Etat-Major le rappelle, en 1959, pour l’envoyer « en stage » au Collège d’Etat-Major et de commandement (Seskoad) de Bandung186.

22L’instauration de la loi martiale en 1957 étend soudainement l’ampleur des activités économiques des militaires indonésiens. Des militants nationalistes s’emparent des grandes entreprises néerlandaises (sucreries, plantations, mines, banques et sociétés de commerce). Et malgré l’opposition du PKI, l’armée, forte des pouvoirs conférés par la loi martiale, place ces conglomérats sous supervision militaire. Après la nationalisation, les officiers en poste continuent à gérer ces entreprises, le plus souvent en partenariat avec des cukong. Ils s’octroient également le contrôle des firmes britanniques et américaines, respectivement nationalisées en 1964 et 1965. L’alliance entre hommes d’affaires chinois et officiers se renforce. Dans les provinces, de nombreux officiers montent leurs propres firmes. Avant même l’arrivée de Suharto au pouvoir, les militaires sont déjà activement engagés dans les affaires, masquant leurs intérêts propres derrière la nécessité de pallier la faiblesse, bien réelle, du budget de la défense.

23En Thaïlande, depuis 1932, les gouvernements successifs ont toujours fait preuve de largesse en matière d’allocation budgétaire à la défense, pour la simple raison que des généraux étaient à la tête de la plupart de ces gouvernements. Contrairement à son homologue indonésienne, l’armée thaïlandaise n’a jamais manqué de rien. Après la seconde guerre mondiale, le faible niveau des menaces intérieures ou extérieures n’exigeait de toute façon pas un financement massif.

24Cette relative opulence n’a toutefois pas empêché les militaires thaïlandais de s’impliquer très tôt dans les affaires, non pas pour financer de quelconques opérations militaires, mais pour s’enrichir personnellement. A mesure que leur emprise sur la vie publique s’est développée, les généraux n’ont eu de cesse de convertir leur pouvoir en dividendes économiques.

25Dans un premier temps, les militaires voient pourtant d’un mauvais œil le développement du capitalisme privé qu’ils assimilent à une importation étrangère. L’économie de marché est jugée contraire aux intérêts des paysans qu’au début des années 30 une certaine faction de l’armée entend représenter.

26Au cours de l’histoire politique thaïlandaise, militaires et hommes d’affaires se sont parfois opposés, parfois alliés contre un ennemi commun. Avant la deuxième guerre mondiale, leurs objectifs divergent. Le capitalisme privé est associé aux Chinois stigmatisés socialement. Les deux groupes s’opposent à propos du Japon, force politique dominante en Asie. Les milieux d’affaires conspuent le régime militariste nippon anti-chinois dont les produits bon marché concurrencent la production locale. Les dirigeants militaires thaïlandais sont eux fascinés par le modèle japonais. C’est l’époque du nationalisme triomphant de Phibunsongkhram qui aspire à bâtir « une économie thaïlandaise pour les Thaïlandais ».

27Dans l’immédiat après-guerre, les civils du Parti du Peuple, regroupés autour de Pridi Banomyong, promeuvent le capitalisme privé en coopération avec des hommes d’affaires sino-thaïlandais. Pridi et ses alliés (les familles Wanglee, Lamsam et Bulasuk) sont à l’origine de la fondation de plusieurs entreprises : la Thai Rice Company, la Bank of Asia (financée par des fonds de pension de l’université Thammasat) et la Bank of Ayutthaya. L’alliance entre les politiciens civils et les familles commerçantes permet aussi l’essor de la Bangkok Bank (fondée par Chin Sophonpanitch) et du groupe Central (de la famille Chirathiwat) qui domine le commerce de détail.

  • 187 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 120 et suiv..
  • 188 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker,, 1995, p. 124.

28Les militaires, qui reprennent le pouvoir en novembre 1947, invoquent la sécurité et la préférence nationale, pour nationaliser les secteurs clés de l’économie. En 1945, la Thaïlande comptait 30 entreprises publiques. Onze ans plus tard, elles seront 86187. Mais ce capitalisme d’Etat n’empêche pas l’affairisme. Après s’être emparé du pouvoir en 1947, le « clan de la rue Ratchakhru », formé autour de la famille du général pustchiste Phin Chunhawan, prend le contrôle des conseils d’administration de la Thai Rice Company et de la Thai Niyom Phanit. Ces deux sociétés, respectivement considérées comme la principale exportatrice de riz du pays et sa principale firme commerciale188, sont dominées par des familles chinoises.

29Comme en Indonésie, des partenariats basés sur des intérêts mutuels s’établissent entre leaders de l’armée et hommes d’affaires chinois. En 1953, les généraux transfèrent 30 millions de bahts du ministère du Commerce sur les comptes de la Bangkok Bank, propriété du Chinois Chin Sophonpanitch, alors en difficulté. Instantanément, la Bangkok Bank devient le premier établissement financier du royaume et entame une période de forte croissance, alors que deux des officiers putschistes entrent dans son conseil d’administration. Dans les années qui suivent, le clan de la rue Ratchakhru investit conjointement avec la Bangkok Bank dans une série de nouvelles activités économiques qui s’étendent du commerce de l’or à l’exploitation forestière.

30Les militaires au pouvoir ne s’occupent pas de la gestion effective des sociétés mises en place. Ils se contentent d’encaisser des dividendes. La collaboration entre les militaires et la Bangkok Bank va servir de modèle. D’autres banques suivent l’exemple. La Bangkok Metropolitan Bank invite les généraux Krit Sivara et Praphas Charusathien au sein de son conseil d’administration. La banque Thai-Hua fait de même avec le général Praman Adireksan… Enrichis par ces premières opérations, les membres du clan Rachakhru créent une société d’investissement, NEDCOL, qui prend des participations dans des firmes agro-industrielles. Ils établissent aussi des sociétés chargées de répondre aux commandes publiques, comme la confection d’uniformes pour la police ou la fourniture de matériaux de construction.

31Face à cette invasion progressive de l’économie thaïlandaise par les militaires, les hommes d’affaires sino-thaïlandais, pour faire face à cette concurrence déloyale, invitent les gradés à siéger au sein de leurs propres conseils d’administration. Lors de la création de nouvelles firmes, l’habitude de réserver un nombre de « parts spéciales » aux « bienfaiteurs » s’enracine. Au milieu des années 50, les sept officiers qui avaient organisé le coup d’Etat de novembre 1947 participent à 91 firmes.

32En l’espace de dix ans, les militaires ont ainsi forgé une alliance durable avec les milieux d’affaires sino-thaïlandais, ceux-là même qui leur étaient opposés avant-guerre. Le bénéfice est mutuel. Les hommes d’affaires chinois voient leurs affaires protégées et, en fonction de leurs contacts, bénéficient d’un accès privilégié à certains marchés publics. Les généraux profitent des places au sein des conseils d’administration ainsi que des salaires et des participations qui y sont attachés. Les hommes d’affaires sont assurés d’un monopole tandis que les militaires jouissent de sources de revenus non budgétisées.

33En septembre 1957, au moment du coup d’Etat du général Sarit Thanarat, l’empire économique des militaires est d’autant plus colossal qu’il est dopé par l’aide américaine. Les officiers supérieurs s’enrichissent au-delà du raisonnable. Chin Sophonpanitch, marqué par son association avec le clan de la rue Rachakhru, est forcé à l’exil. Des ponts sont toutefois rapidement établis entre Chin, le fondateur de la Bangkok Bank, et le groupe du général Sarit. Ce dernier devient conseiller de la Banque et plusieurs de ses fidèles sont invités à siéger au sein du conseil d’administration. De même les fondateurs de la Thai Farmers Bank (famille Lamsam) se rapprochent du Premier ministre après avoir longtemps été alliés avec le clan adverse.

  • 189 Keyes, 1989, p. 79.

34A la fin de la décennie, les membres de la clique associée à Sarit appartiennent en moyenne à plus de sept conseils d’administration189. Toutes les entreprises de fourniture d’équipements de l’armée et de la police (armes, uniformes, infrastructures) sont naturellement contrôlées par des militaires. Au-delà, l’armée a pris pied dans l’autorité portuaire nationale, dans le secteur ferroviaire, dans la production de tabac et les assurances (Dhipaya). Elle s’est surtout impliquée dans la construction : ce secteur est désormais largement contrôlé par les généraux Sarit Thanarat et Phao Siriyanond à travers leurs entreprises Samaggi Construction et Vichitra. Mais l’emprise des ces dernières est essentiellement parasite. Elles se contentent d’emporter les contrats, de toucher les commissions et de confier les travaux à des sous-traitants. Pour s’assurer de la mainmise sur le secteur, les militaires vont jusqu’à établir un syndicat de la construction chargé des appels d’offres.

35Comme en Indonésie, les partenariats avec les hommes d’affaires chinois sont basés sur des intérêts mutuels : les Chinois obtiennent protection, privilèges et accès ; les militaires bénéficient des capitaux, de l’expertise commerciale et des réseaux de distribution de leurs associés. C’est sur cette base que les relations entre le régime militaire de Sarit et les cinq grandes banques ne tardent pas à consolider leur assise. Elles vont permettre à certains milieux d’affaires de prospérer : Sukree Potiratatangkun dans le textile, Thaworn Phornprapha dans l’automobile, Uthane Techapaibun dans la distillerie d’alcool. La famille Rattanarak, propriétaire de la Bank of Ayutthaya, se lance dans le transport fluvial avec l’aide du général Praphas Charusathien, commandant en second de l’armée.

36Grâce à ses relations militaires, le clan Rattanarak va étendre son empire à la construction, au ciment et à l’agro-industrie. Une enquête a révélé qu’à sa mort en 1963, Sarit disposait d’un patrimoine s’élevant à 2,9 milliards de bahts (soit 145 millions de dollars au cours de l’époque). Le général Praphas, ministre de l’Intérieur, est pour sa part présent dans 44 conseils d’administration.

  • 190 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, Thailand’s boom and bust, Silkworm Books, Chiang Mai, 1998, p. 2 (...)

37Dans les années 60, l’empire militaro-économique, bâti sur des mariages d’intérêt, de connivence et de convenance avec les grandes familles industrielles, ne cesse de s’agrandir. Il s’étend à de multiples secteurs d’activités : finance, aviation civile, audiovisuel, assurance, immobilier, textile, cuir, verrerie, batteries et conserves. Les officiers occupent les postes clés des ministères et des entreprises d’Etat. L’armée « institutionnalise » son pouvoir. Selon les termes de l’économiste Pasuk Phongpaichit, on pouvait considérer qu’en Thaïlande, les termes « armée » et « pouvoir » étaient devenus synonymes : « Etre militaire signifiait être puissant. Etre puissant signifiait être militaire190. »

38Par leur implication passive dans l’économie, les militaires thaïlandais, qui ont cherché, et cherchent encore aujourd’hui, à s’enrichir personnellement, ont finalement peu perturbé la bonne marche du Royaume. Leurs homologues indonésiens ont par contre choisi de gérer directement des entreprises cruciales, entravant de ce fait les mécanismes du marché, ce qui n’a pas été sans conséquence sur le développement du pays.

  • 191 Lowry, 1996, p. 177.

39Peut-être parce qu’ils se sentaient, conformément à la philosophie Abri alaskan191, plus capables de diriger des entreprises que les civils, les généraux indonésiens ne se sont en effet pas contentés de gérer les entreprises de l’armée ou de faire de la figuration dans les salles de réunion. Nommés par Suharto à la tête des entreprises d’Etat les plus lucratives de l’archipel, comme le conglomérat pétrolier Pertamina et le Bureau logistique national Bulog qui détient le monopole du commerce du riz, ils en ont pris effectivement la direction.

40Entre 1957, date de sa fondation, et 1976, Pertamina a été dirigé par le général Ibnu Sutowo, un proche du général Nasution. Opérant sur la base de contrats de partage de la production avec des firmes pétrolières étrangères parmi lesquelles Caltex, Mobil et Shell, qui exploitent directement les gisements pétroliers et gaziers, Pertamina est devenue le principal canal de financement des forces armées. Ibnu Sutowo, auquel seule la direction des forces armées pouvait demander des comptes, a géré la firme dans le plus grand secret, se dispensant de révéler le montant de ses profits ou l’état de ses bilans et refusant obstinément d’adopter une procédure d’appels d’offres transparente pour l’attribution des contrats d’exploitation.

41Pendant près de 20 ans, Pertamina a été une formidable caisse noire pour les militaires, fournissant des rentes de situation à des milliers d’officiers. Ce n’est qu’en 1976, après la découverte par le gouvernement de l’ampleur de l’endettement de Pertamina (dix milliards de dollars) qu’Ibnu Sutowo a été remplacé par un autre officier.

42Le Bureau logistique national Bulog a également largement contribué au financement des forces armées. Détenant le monopole de l’importation de riz et de l’achat de la production domestique, il est principalement chargé de stabiliser, grâce une politique de stocks, le prix du riz à un niveau jugé raisonnable à la fois pour les producteurs et pour les consommateurs. Dirigée de 1966 à 1973 par le général Achmad Tirtosudiro, le Bulog a été jusqu’à récemment dominé par des officiers de l’armée de terre. Il est devenu l’un des hauts lieux de la corruption dans l’archipel.

  • 192 Crouch, 1978, p. 278.

43Les opérations d’achat du Bulog étaient financées par des crédits très avantageux (3 %) octroyés par la Banque centrale indonésienne. Mais au lieu d’utiliser ces moyens pour acheter effectivement le riz produit localement aux intermédiaires chinois, les dirigeants militaires du Bulog préféraient la spéculation, plaçant notamment l’argent dans des banques privées offrant des taux de rémunération allant jusqu’à 15 %192.

44Pour profiter au maximum de ces opérations financières, le Bulog avait coutume de retarder le plus possible l’achat de la production, attendant le plus souvent pour ce faire la seconde récolte.

45Cette méthode n’était pas sans inconvénient pour l’économie nationale. Les années où la seconde récolte était mauvaise, le Bulog ne pouvait acheter suffisamment de riz pour remplir sa mission de stabilisation des cours, provoquant ainsi une flambée des prix. A contrario, en 1968, la faillite de banques privées à travers lesquelles le Bulog spéculait a provoqué une chute du prix du riz au moment de la récolte, touchant fortement les paysans.

46L’engagement croissant de l’armée dans l’économie provoque un changement radical de mentalité. Les officiers supérieurs, qui se voyaient jusque-là comme les « combattants de la liberté », puis comme les « gardiens de la Nation », élargissent leur vocation. Ils ne définissent plus seulement leur mission en termes de sécurité et s’habituent au rôle de « manager » et de « bureaucrate ». Peu à peu, l’expérience aidant, ils deviennent des hommes d’affaires en uniforme, plus enclins à fréquenter les salles de réunion des conglomérats chinois qu’à piétiner dans la boue avec leurs soldats.

47La doctrine de la « voie moyenne » de Nasution, décidément bien utile, permet de rationaliser cette dérive. Les militaires doivent jouer un rôle dans tous les domaines civils, y compris l’économie, mais sans jamais chercher à s’octroyer une position dominante. Les officiers prennent l’habitude de siphonner les fonds de certaines entreprises publiques pour permettre l’« autofinancement » des forces armées.

48Alors qu’en Thaïlande, l’affairisme des militaires avait l’enrichissement personnel comme objectif initial, il apparaît en Indonésie comme une perversion tardive, consécutive à la nécessité pour l’armée de subvenir à ses propres besoins. Mais en 1965, avec l’arrivée au pouvoir du général Suharto, les officiers-businessmen, habitués à fréquenter les élites de Jakarta, se sont progressivement dotés d’une nouvelle mission : protéger un régime qui leur permettait de vivre confortablement en leur garantissant des positions prestigieuses.

49Sous les commandements respectifs des généraux Suharto et Sarit, Indonésie et Thaïlande ont finalement pris la même direction : celle d’un développement économique, soutenu par les Etats-Unis, fondé sur la libéralisation du marché domestique et l’ouverture aux investisseurs étrangers.

50Seule différence de taille : les généraux thaïlandais, suivant en cela les recommandations formulées par la Banque Mondiale en 1959, ont laissé se développer une économie de marché dont ils allaient amplement profiter. A l’opposé les militaires indonésiens ont monopolisé à leur profit des pans entiers de l’économie, contredisant l’idéologie économique libérale pourtant prônée par leur propre régime.

Source : Dr Indria Samego et al., Bila ABRI Berbisnis, Mizan, Jakarta, 1998

4.2.2 – La maturité des hommes d’affaires en uniforme

Les activités économiques légales

Industrie, infrastructure, transport : parasitisme ou substitut des structures civiles ?

  • 193 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 332.

51La pratique consistant à placer des militaires de haut rang au sein des conseils d’administration des compagnies privées est restée longtemps dominante en Thaïlande. Avoir quelques généraux grassement rémunérés au sein du « board » était à la fois une garantie d’accès aux gouvernants et une protection en cas de turbulence politique. Elle s’avérait particulièrement utile dans le secteur de la construction, lorsque les projets exigeaient la mobilisation de vastes ressources foncières comme c’était le cas lors de la mise en chantier des parcours de golf ou des projets d’infrastructure touristique. L’implication, même symbolique, d’officiers supérieurs dans le projet garantissait la coopération indispensable des autorités locales193.

52Même une fois démis de ses fonctions de Premier ministre après la répression sanglante des manifestations de mai 1992, le général Suchinda Kraprayoon ornait encore le conseil d’administration de Charoen Phokphand, l’un des plus gros conglomérats thaïlandais. Dans certaines entreprises publiques, des positions étaient jusqu’au milieu des années 90 automatiquement réservées aux leaders militaires. Le commandant en chef de l’armée de l’air était assuré de la présidence de la ligne aérienne nationale (Thai Airways International), de l’Agence des aéroports et de l’Agence des télécommunications (gestionnaire des communications internationales).

53La présidence de l’Agence des ports était réservée à son homologue de la marine. Quant au commandant en chef de l’armée de terre, il assumait la direction de l’Agence ferroviaire, de l’Agence de l’électricité et de l’Agence des téléphones (en charge des communications nationales).

54Cette époque semble aujourd’hui révolue. On assiste depuis dix ans en Thaïlande à l’émergence d’une société civile qui conteste de plus en plus vivement l’engagement économique des militaires. Leur légitimité est d’autant plus remise en question que la gestion des groupes industriels et financiers, de plus en plus internationalisés, requiert une technicité croissante. Les officiers sont naturellement mal préparés à la complexité des tâches de gestion et les hommes d’affaires thaïlandais, enrichis par la forte période de croissance qu’a connu le pays entre 1986 et 1996, ne souhaitent plus s’encombrer de généraux sans compétence économique. La multiplication des entreprises conjointes avec des partenaires étrangers, américains, européens et japonais a accéléré la tendance.

55Anan Panyarachun, Premier ministre suggéré par le Roi après les évènements de mai 1992, a même réussi à faire battre en retraite les chefs des forces armées dans leurs propres bastions. Les directeurs de l’Agence des communications téléphoniques domestiques (Telephone Authority of Thailand) et de l’Agence nationale d’électricité ne sont plus forcément des généraux.

56Les réseaux de clientèles des militaires sont pourtant loin d’être totalement désactivés et permettent l’octroi d’emplois aux parents et aux proches des officiers. Si, après une farouche résistance, le chef de l’armée de l’air a accepté de quitter la présidence de Thai Airways en 1992, la compagnie aérienne compte encore quatre hauts gradés sur les quinze membres de son conseil d’administration. Ces derniers ont résisté à la vente de 10 % des parts à un investisseur stratégique étranger prévue dans le plan de privatisation. Le Premier ministre élu en janvier 2001, le magnat des télécommunications Thaksin Shinawatra, proche des militaires du fait de sa formation (il a étudié à l’académie militaire préparatoire avant de devenir officier de police), leur a donné raison.

57D’une manière générale, comme le suggérait le ton nationaliste de sa campagne électorale, le Premier ministre Thaksin s’est montré plus réceptif que l’administration précédente dirigée par Chuan Leekpai aux récriminations des militaires devant la réduction de leur empire économique.

58En Indonésie, les entreprises militaires ont été fortes tant que l’alliance entre Suharto et l’armée était étroite. Mais à la fin des années 70, quand le général-président, assuré de son pouvoir, prend ses distances, elles connaissent un relatif affaiblissement. Non seulement Suharto emmène avec lui ses cukong, mais il entraîne aussi dans son sillage ses associés militaires et leurs réseaux.

59Au même titre qu’ils avaient investi le Bulog et Pertamina, les militaires phagocytent les entreprises publiques nationales. Mais les galonnés alliés du président ne le font plus systématiquement au bénéfice de l’institution. Suivant l’exemple thaïlandais, ces officiers, il est vrai pour la plupart à la retraite du service actif, agissent pour leur propre compte. Les entreprises militaires, parfois vidées de leur substance par leurs anciens dirigeants, n’ont plus accès au capital et au savoir-faire des hommes d’affaires sino-indonésiens (Sofyan Wanandi est l’un des rares cukong qui ait maintenu des liens avec les entreprises militaires jusqu’à la fin des années 80). Ainsi, le Kostrad, qui avait obtenu à la fin des années 60 le contrôle de l’unité d’assemblage Volkswagen, n’a pas su se positionner quand les entreprises japonaises ont commencé à installer leurs usines dans l’archipel.

60Avec seulement 52 millions de dollars de chiffre d’affaire en 1994, la fondation de l’armée de terre YKEP n’était plus classée qu’à la 138e place parmi les 200 premiers conglomérats indonésiens.

61Pendant toute la période de l’Ordre nouveau, l’armée maintient toutefois une forte présence dans le secteur de l’exploitation forestière grâce à un partenariat avec la firme de Mohammad « Bob » Hasan, PT Nusamba, la plus grosse société du pays dans ce domaine. Autre point fort : le secteur aérien. La compagnie Sempati est une joint-venture entre l’armée de terre et le groupe Humpuss dont les principaux actionnaires sont Bob Hassan et Tommy Suharto, le fils cadet du président. L’armée de l’air a investi, conjointement avec IPTN (la société de construction aéronautique nationale) et Singapore Aerospace pour la construction d’un centre de maintenance sur l’île de Batam. L’armée de terre est également particulièrement active dans le domaine de la construction. Elle est partenaire, par l’intermédiaire de sa fondation, dans l’important projet Sudirman Central Business District dont le coût s’élève à 3,2 milliards de dollars. La fondation de la marine se cantonne au domaine des infrastructures touristiques et investit dans la station balnéaire Bintan Beach International Resort et dans le Pulau Bayan Marina Club.

Les média : moyen de promotion et source de recettes

  • 194 Entretien avec le général Saurip Kadi, 15 août 2000.

62Malgré leur retrait perceptible de la vie économique, les militaires thaïlandais continuent à dominer les médias audiovisuels. Le contraste est saisissant avec l’Indonésie où l’influence des militaires dans ce domaine n’a jamais été déterminante. La TNI ne possède aucune radio ni aucune chaîne de télévision. Elle gère en tout et pour tout un seul programme de variétés, Kamera Ria, sur la chaîne gouvernementale TVRI. C’est là une faiblesse bien comprise par certains officiers réformistes, qui déplorent qu’en cette période troublée l’armée indonésienne ne soit pas en mesure de faire valoir elle-même son image194.

63Les officiers thaïlandais ont compris depuis fort longtemps l’importance de la communication. Ils contrôlent deux chaînes de télévision, l’une gérée directement (la 5), l’autre (la 7), qui capte 60 % de l’audience nationale et dont l’exploitation a été confiée à la firme privée Bangkok Television and Radio Co.

64L’armée a également maîtrisé jusqu’à 202 fréquences radio et 2 700 fréquences téléphoniques. Cette domination des ondes remonte aux années 30, à l’époque où l’armée diffusait par voie radiophonique ses messages de propagande. Elle s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui, sous prétexte de « garantir la sécurité nationale », un concept fourre-tout qui a permis et continue de permettre à l’armée thaïlandaise de justifier la plupart de ses activités « non militaires ».

65Dans la pratique, l’institution militaire engrange d’énormes recettes publicitaires et les dividendes des concessions qu’elle a accordées sur ses fréquences. Ces revenus sont versés dans un fond secret dont les militaires refusent obstinément de révéler le montant.

66Selon la Constitution adoptée en octobre 1997, les ondes relèvent du domaine public et sont ouvertes à la concurrence. Les militaires ont néanmoins réussi à préserver l’essentiel de leurs avantages en participant directement à la réforme.

67Deux institutions ont été créées sur le modèle français (la National Broadcasting Commission et la National Telecommunications Commission). Sur le papier, ce sont des autorités administratives indépendantes (comme peut l’être le Conseil supérieur de l’audiovisuel français) chargées d’attribuer les fréquences. Mais le comité de sélection des commissions est presque entièrement contrôlé par l’armée.

68Treize des quinze membres de la National Broadcasting Commission sont des officiers ou des civils acquis à leur cause. Quant à la future NTC, il est prévu que la plupart de ses composants soient issus de certains milieux d’affaires des télécoms, de la communication et du divertissement, partenaires de longue date de l’armée (on pense notamment aux firmes Bangkok Entertainment Company et Grammy).

  • 195 Entretien du 31 octobre 2000.

69Les militaires ont ainsi habilement réussi à détourner à leur profit le processus de libéralisation des ondes et à conserver le contrôle de toutes leurs fréquences de télécommunication, d’une quarantaine de fréquences radio et de leurs deux stations de télévision. « Ils sont prêts à abandonner les fréquences qui sont des fardeaux, mais pas celles qui rapportent. » C’est là le constat récemment dressé par Vishnu Varanyou, juriste thaïlandais spécialiste du domaine audiovisuel195.

70En octobre 1998, quelques jours avant de quitter ses fonctions à la tête de l’armée de terre, le général Chetta Thanajaro a reconduit le contrat de concession de la chaîne 7 avec Bangkok Television and Radio Co pour une durée de 25 ans. C’était sans doute une manière de se prémunir contre les réformes à venir. Son successeur, le général Surayud Chulanond, est connu pour être un fervent partisan du désengagement économique (et politique) de l’armée. Il n’en reste pas moins favorable « pour des motifs stratégiques » au contrôle par l’armée des fréquences de radio à Bangkok comme dans les zones frontalières.

  • 196 The Nation, 21 juin 1999.

71Les médias, constatait-il en juin 1999, obtiennent des informations plus rapidement que les militaires : l’armée doit donc améliorer ses équipements techniques, notamment dans le domaine des nouvelles technologies196.

72Les militaires entendent bel et bien céder le minimum de terrain dans un secteur qu’ils estiment avoir entièrement bâti, grâce à leurs compétences techniques, dans les années 30 et 40. Cette résistance est en porte-à-faux avec le développement de la société civile et du monde des affaires comme avec les progrès du processus de dépolitisation engagé par les militaires thaïlandais eux-mêmes. Le secteur des médias et des télécommunications, dont la libéralisation est en outre rendue nécessaire par les directives de l’OMC, reste ainsi marqué par l’héritage des années 60 et 70, quand les militaires dominaient le pouvoir politique et maîtrisaient l’initiative économique privée.

La banque : instrument d’influence économique

73Les banques restent pour les militaires thaïlandais comme pour leurs homologues indonésiens un domaine d’activité privilégié. Les deux armées entretiennent des relations étroites avec certaines institutions financières existantes (l’ART avec la Bangkok Bank par exemple), lorsqu’elles ne prennent pas des participations directes au capital ou ne créent pas tout simplement leurs propres structures.

  • 197 Tempo, 7-13 août 2000.

74La fondation de l’armée de terre indonésienne (YKEP) possède parmi ses filiales la banque Gemari. La fondation du Kostrad PT Dharma Putra est étroitement liée aux banques Panin et Windhu Kencana (fondée par le cukong de Suharto, Liem Sioe Liong197).

  • 198 Crouch, 1978, p. 284.

75On notera également que 20 % des parts de la banque Artha Graha dirigée par Tommy Winata, un magnat sino-indonésien des jeux de hasard, sont détenues par une fondation militaire. Certaines unités régionales ont parfois même disposé de leur propre banque. Cela a été le cas de la division Brawijaya basée à Java-Est, éponyme d’une banque de Surabaya198.

76Tous ces établissements financiers octroient des crédits à des taux d’intérêt avantageux à la myriade d’entreprises militaires indonésiennes. Mais, nombre d’entre eux, surchargés de créances douteuses, ont été fermés depuis le début de la crise financière de 1997.

77Au même titre que dans le secteur audiovisuel, les militaires thaïlandais ont, plus encore que leurs homologues indonésiens, pénétré l’appareil financier, osant même souvent afficher ouvertement leurs prétentions. En 1957, le général Sarit Thanarat a fondé la Thai Military Bank. Et il a longtemps été de tradition que le chef de l’armée de terre en exercice en soit le président (son conseil d’administration comprenant pour l’essentiel des officiers, parmi lesquels le commandant suprême des forces armées et le commandant en chef de l’armée de l’air). Les militaires en détiennent 42 % des parts (28 % pour l’armée de terre et 14 % répartis entre l’armée de l’air, la marine et l’organisation des anciens combattants).

78Mais l’érosion de leur position de force au sein de la sixième banque du royaume par ses actifs paraît désormais amorcée. Fidèle à sa ligne politique et à son souhait de recentrer l’armée sur ses tâches de défense, le général Surayud a annoncé, en mai 1999, le retrait progressif des forces armées du capital (leur part ne devant plus, à terme, excéder 25 %). C’est dans cet esprit qu’en avril 2000, le président de la banque, Thanong Bidaya, s’est engagé à réduire le nombre de généraux au sein du conseil d’administration où ils occupent encore 10 des 19 sièges.

  • 199 Entretien avec un banquier européen en poste à Bangkok, 27 novembre 2000.
  • 200 Bangkok Post, 19 juillet 2000.
  • 201 The Nation, 23 juin 2000.

79Pour la plupart des spécialistes financiers, ce retrait partiel des militaires de la Thai Military Bank est « irréversible et inévitable199 ». Mais la réforme ne va pas pour autant sans à-coups. En juillet 2000, son nouveau président, Somchai Sakulsurarat faisait part de sa volonté de réorienter l’institution vers les petits entrepreneurs chinois de Yaowarat (le quartier chinois de Bangkok200). Il souhaitait par ailleurs réduire les prêts dans le secteur des BTP et des infrastructures (30 % du total) pour se concentrer sur la finance (3 % du total). Mais pour ménager ses puissants actionnaires, il déclarait dans le même temps qu’il n’y avait pas d’opposition à ce que les militaires soient les principaux actionnaires de la banque puisqu’ils en sont « les principaux clients201 ».

  • 202 Entrent dans cette catégorie, les créances pour lesquelles les intérêts n’ont pas été payés pendant (...)
  • 203 Selon ce plan, le ministère des Finances détiendra 49 % des parts, les militaires 11 %, Thaksin Shi (...)
  • 204 La part des investisseurs étrangers, qui était de 11 % avant la crise de 1997, est tombée à 3 %.

80La Thai Military Bank a été fortement meurtrie par la crise financière de l’été 1997 : officiellement, à la fin de l’année 1999, 39 % de ses créances étaient classées comme douteuses202. Un plan de recapitalisation, préparé par la direction de l’institution, a été approuvé par le gouvernement en juin 2000. Il propose une nouvelle réduction de la part des militaires203. Mais la mise en place par le gouvernement Thaksin d’un fonds de restructuration des mauvaises créances (Asset management corporation) dirigé par Thanong Bidaya (lui-même ancien président de la Thai Military Bank) permettra de préserver les intérêts réduits des généraux dans la banque et d’éviter de céder ce « symbole national » à des étrangers204.

81Le général Surayud veut désengager dans une certaine mesure l’armée de l’économie, mais il doit tenir compte de l’opinion de ceux qui se considèrent comme les garants d’une partie du patrimoine du pays.

Les activités économiques semi-légales

L’exploitation minière et forestière : des protections coûteuses

  • 205 Chris Baker et Pasuk Phongpaichit, 1995, p. 331.

82Militaires thaïlandais et indonésiens sont souvent impliqués directement dans l’exploitation forestière ou minière légale. Mais une partie encore plus importante de leurs activités consiste à couvrir, moyennant rémunération, celles qui le sont moins. En Thaïlande, forts de leur expérience acquise dans la construction d’infrastructures pendant la lutte contre l’insurrection communiste, les militaires se sont engagés à partir des années 60 dans le bûcheronnage. Après le vote en 1989 d’une loi interdisant de couper des arbres sur le sol du royaume, la protection des militaires, pour la plupart stratégiquement positionnés à la frontière du Laos, de la Birmanie et du Cambodge, est devenue cruciale pour l’exploitation forestière205.

  • 206 « Strange bedfellows, easy rape », Manager, 17 décembre 1990.

83Utilisant leurs contacts avec leurs homologues militaires étrangers (ou avec les guérillas comme dans le cas des Khmers rouges au Cambodge), des officiers de haut rang se sont alliés à des firmes civiles spécialisées pour monter des entreprises forestières transfrontalières. Les responsables militaires thaïlandais ont toujours géré la politique des frontières, notamment l’ouverture et la fermeture des points de passage commerciaux, ce qui leur permet de contrôler à leur gré ce trafic206.

  • 207 L’organe dépositaire de la souveraineté cambodgienne pendant la présence onusienne au Cambodge entr (...)

84Après la décision du Conseil National Suprême cambodgien, en décembre 1992, d’interdire l’exportation de bois brut207, le trafic de grumes vers la Thaïlande a pu se poursuivre grâce, notamment, à l’appui des militaires. Les 1 100 soldats du contingent thaïlandais au Cambodge (sous l’égide de l’Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge ou APRONUC) avaient passé l’essentiel de leur temps à construire des routes reliant le nord-ouest du Cambodge à la Thaïlande (notamment une voie reliant Poïpet et Sisophon).

  • 208 Christian Lechervy et Richard Werly, « Ethos capitaliste et évergésie Khmers rouges », in Les Cambo (...)
  • 209 Lechervy et Werly, février 1993, p 104.

85Hasard ou subtile prévoyance, ces voies d’accès se sont donc avérées immédiatement profitables. Selon une étude effectuée en 1993, les membres de l’unité militaire thaïlandaise 838 percevaient une taxe de deux dollars par mètre-cube de bois traversant la frontière208. Des accords similaires ont également été conclus dans le domaine minier, notamment pour l’exploitation des saphirs de Pailin, une ville sous contrôle khmer rouge proche du territoire thaïlandais209.

86En Indonésie, les régions les plus instables politiquement – Aceh, Irian Jaya et Kalimantan – sont également celles qui comprennent l’essentiel du patrimoine forestier. Comme leurs homologues thaïlandais, les militaires indonésiens, très présents dans ces zones dont ils entendent contrôler l’accès pour « raisons de sécurité », font figure de partenaires obligés pour des hommes d’affaires impliqués dans l’exploitation forestière et naturellement soucieux d’assurer à leurs équipes un minimum de sécurité.

87La fondation de l’armée de terre YKEP possède sa propre firme forestière, mais son activité est relativement réduite. Le « roi de la forêt », Mohammad « Bob » Hasan, qui monopolisait l’exploitation forestière à Kalimantan jusqu’à son emprisonnement pour corruption en février 2001, a établi un lien formel entre sa firme PT Nusamba et une entreprise militaire spécialisée.

  • 210 A ce propos on se réfèrera surtout à l’ouvrage de Frédéric Durand, La forêt en Asie du Sud-Est - Re (...)

88La plupart de ces opérations sont légales, la coupe de bois n’étant pas interdite en Indonésie (pour peu qu’elle ne conduise pas à l’exportation de bois brut210). Mais beaucoup d’entrepreneurs opérant sans licence, ou dans des zones protégées, recourent à l’appui des militaires pour poursuivre leur activité sans être dérangés.

  • 211 Indonesian Observer, 26 avril 2000.

89L’organisation écologique Walhi a dénoncé la collusion entre administrateurs locaux, hommes d’affaires et militaires pour exploiter illégalement les forêts de Lampung (Sumatra-Sud)211.

  • 212 Defert, 1996, p. 307-316.
  • 213 Barber et Djuli, 2000, p. 24.

90Selon Walhi, militaires et chefs de village et de district fournissent matériel, fonds et protection aux populations autochtones pour couper des arbres dans des zones protégées. A Kalimantan, l’engagement des militaires indonésiens dans l’exploitation forestière illégale provoque régulièrement des accrochages avec l’armée ou la police malaysienne qui mènent le même type d’activités au Sarawak. L’armée a aussi soutenu et protégé l’exploitation forestière légale et illégale en Irian Jaya212 et à Aceh. Sous l’Ordre nouveau, la forêt tropicale de cette dernière province a été pratiquement détruite213.

  • 214 Far Eastern Economic Review, 13 juillet 2000.

91Les militaires indonésiens apportent le même type de protection à l’exploitation minière illégale (à Kalimantan, en Irian Jaya mais aussi au voisinage de Manado à Sulawesi-Nord). Ces activités posent bien souvent des problèmes environnementaux aigus, notamment du fait de l’emploi de mercure dans l’exploitation aurifère. Selon le magazine de Hong Kong Far Eastern Economic Review, des généraux recourant parfois à des menaces, auraient demandé au directeur général du Département des mines de ménager certaines firmes impliquées dans l’exploitation minière illégale214.

  • 215 Lowry, 1996, p. 141.

92Ce type de protection rémunérée, qui peut inclure l’éviction brutale des concurrents, bénéficie à de nombreuses activités économiques obscures, voire mafieuses (comme on aura l’occasion de le voir). En ces temps d’instabilité, il arrive d’ailleurs également que de gros conglomérats soient amenés à effectuer des versements réguliers aux fonds d’assistance sociale des forces armées pour aider ces dernières à assurer le maintien de la stabilité nationale215.

Les contrats d’armements et les petits coups de pouce personnels : bons offices rémunérés et corruption

93Une autre forme d’opération commerciale est la « facilitation », c’est-à-dire le fait pour un officier ou une institution militaire de demander une rétribution pour aider d’autres entreprises à emporter des contrats.

94S’il est un domaine où les militaires sont particulièrement bien placés pour jouer ce rôle d’intermédiaire intéressé, c’est celui des contrats d’achats d’armements. En Thaïlande, il s’agit là d’une source de revenu structurel importante et ce pour plusieurs raisons.

  • 216 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 350.

95On se souviendra d’abord que, sauf dans un contexte de crise exceptionnelle comme le pays en a connu en 1997-98, il est inconcevable pour les civils de discuter le budget de la défense. Entre 1976 et 1992, il est ainsi passé de 484 millions à 2,7 milliards de dollars. Et lorsqu’en 1989, un groupe de députés s’est permis d’ouvrir le débat sur la question, les militaires se sont violemment insurgés216 allant jusqu’à provoquer un coup d’Etat. Depuis lors, il est de coutume pour les parlementaires d’entériner automatiquement le budget proposé par l’armée.

96On notera ensuite que ce budget important a été en grande partie consacré à l’achat d’équipements militaires sophistiqués. Et on ne peut pas s’empêcher de penser que cette fascination technologique repose en partie sur la générosité des fournisseurs.

  • 217 Cynthia Owens, « Thai military financial power remains », Asian Wall Street Journal, 16 juin 1992.

97Au début des années 90, les commissions sur les contrats importants s’élevaient en général à 5 % du montant total de la vente avant la signature du contrat auxquels s’ajoutait une commission de 10 % après la signature217.

98La faible ampleur du budget de la défense en Indonésie (en moyenne entre 7 % et 10 % du total des dépenses gouvernementales) rend impossible l’achat régulier de matériels sophistiqués comme peuvent se le permettre les militaires thaïlandais. Cela n’empêche pas, quand l’occasion se présente, que des commissions puissent être versées aux officiers indonésiens ayant fait « bon usage » de leur influence. Le ministère des Finances exerce théoriquement un contrôle sur les montants concernés.

  • 218 Lowry, 1996, p. 25.
  • 219 Lowry, 1996, p. 142.

99En 1992, il s’était notamment permis de réduire de 1,1 milliard à 482 millions de dollars la somme allouée à l’achat de 39 bâtiments de guerre d’occasion ayant appartenus à l’ex-Allemagne de l’Est218. Mais les militaires n’étaient pas alors à l’initiative de la transaction. Bien au contraire, ils avaient soutenu le chrétien Radius Prawiro, ministre coordinateur pour l’Economie, les finances, l’industrie et le développement contre l’initiative de leur bête noire, B.J. Habibie, futur Président de la République, à l’époque ministre de la Recherche et de la technologie. En temps « normal », les sommes allouées à l’achat d’armements ne sont pas inscrites dans le budget de la défense, ce qui limite la transparence des procédures219.

  • 220 The Nation, 20 mars 2001.

100Protection, facilitation, accès et versement de commissions : toutes ces pratiques sont largement utilisées aussi bien dans l’armée thaïlandaise que dans l’armée indonésienne. En Thaïlande, cette corruption contribue généralement à l’enrichissement personnel de certains officiers, mais non pas au renforcement économique de l’institution militaire. On l’a vu, Sarit Thanarat a laissé derrière lui un patrimoine de 145 millions de dollars. Celui du général Sunthon Khongsomphong, commandant suprême et instigateur nominal du coup d’Etat du 23 février 1991 contre l’administration Chatichai Chunhawan, s’élèverait à six milliards de bahts (140 millions de dollars) si l’on en croit les termes d’une procédure judiciaire engagée par sa femme contre sa maîtresse220. Ironiquement, Sunthon et les putschistes de 1991 avaient justifié leur coup d’Etat par la corruption généralisée de l’administration Chatichai et par la présence de politiciens « inhabituellement riches » au sein du gouvernement.

  • 221 Tempo, 7-13 août 2000.
  • 222 Lowry, 1996, p. 141.

101En Indonésie, commissions et corruption sont tout aussi fréquentes. Selon l’hebdomadaire Tempo, le général Djaja Suparman, commandant du Kostrad entre novembre 1999 et mars 2000, aurait ponctionné au cours des cinq mois passés à la tête de l’unité l’équivalent de 190 milliards de rupiahs (24 millions de dollars) sur les diverses opérations de la fondation Dharma Putra221. Les fonds servent cependant également à renforcer les assises financières de l’armée en tant que telle. Les commissions payées au titre de contrats d’achats d’armements ou pour la facilitation d’autres transactions sont versées dans un fonds discrétionnaire dans lequel le commandant concerné puise pour couvrir les coûts opérationnels non budgétisés222.

Les activités économiques mafieuses

  • 223 New York Times, 23 août 2000.

102Les commerces illicites sont nombreux dans les deux armées et impliquent des militaires de tout grade, du soldat qui s’emploie comme tueur à gages au général qui gère des casinos clandestins. La liste de ces activités est longue : contrebande, maisons de jeux, prostitution, crimes, fausse monnaie, trafic de drogues et trafic d’armes223. Il arrive bien souvent que des militaires protègent contre rémunération ces activités illégales lorsqu’ils ne participent pas directement à leur organisation.

  • 224 Pasuk Phongpaichit, Sungsidh Piriyarangsan et Nualnoi Treerat, Guns, girls, gambling, ganja, Silkwo (...)

103On l’a vu, l’assistance militaire massive de la Chine aux Khmers rouges entre l’invasion vietnamienne du Cambodge en décembre 1978 et le milieu des années 90 donna l’occasion à certains militaires thaïlandais de jouer un rôle particulièrement actif dans la contrebande d’armes224. Ayant pour façade un simple commerce loué sous couvert d’une société privée, la division 315 des opérations spéciales s’occupait aussi, moyennant quelques rétributions, d’acheminer les armements fournis par les Etats-Unis aux deux factions non-communistes de la guérilla cambodgienne (les Sihanoukistes du FUNCINPEC et les nationalistes du FLNPK).

  • 225 Bangkok Post, 12 décembre 1993.

104La découverte en décembre 1993 par la police de douze entrepôts d’armements chinois (contenant des canons de 130 mm, des missiles et des chars d’assaut) dans la province de Chanthaburi donne une idée de l’ampleur qu’a pu prendre ce trafic (voir chapitre 2)225.

105Au milieu des années 90, à mesure que la guerre civile au Cambodge s’apaisait les stocks d’armements prévus, mais aussi les armes revendues par les diverses factions de la guérilla cambodgienne à certains militaires thaïlandais, ont servi d’autres « causes ». Ils ont surtout équipé la douzaine de guérillas des minorités ethniques qui luttent contre l’armée birmane près de la frontière thaïlandaise. Comme le prouvent de multiples arrestations, des officiers militaires jouèrent un rôle très actif dans ce trafic.

106Côté indonésien, les activités mafieuses de l’armée ont été crûment résumées en janvier 2000 par le général Agus Wirahadikusumah, alors commandant de la région militaire de Sulawesi :

  • 226 « J’anticipe juste le changement plus tôt que d’autres », in Van Zorge Report, vol. II (n ° 1), 7 j (...)

« Il est possible que le système territorial soit encore nécessaire dans certaines provinces. On pense par exemple aux quelques régions où l’administration civile n’a pas encore établi une présence significative (…). Ailleurs, dites-moi si je me trompe, mais l’armée agit comme un parasite ? Qui appuie et soutient les discothèques, les maisons closes et les réseaux de trafic de drogues sinon les militaires ou la police ? Il est temps de regarder les choses en face226. »

  • 227 Entretien avec un militaire thaïlandais sous couvert d’anonymat, mars 2001.
  • 228 Entretien avec le général Saurip Kadi, 15 août 2000.

107Il est pourtant rare que l’armée indonésienne reconnaisse ainsi sa responsabilité. Les activités mafieuses de l’armée sont le plus souvent attribuées à des « éléments dévoyés ». Mais du fait de la modestie des salaires officiels, ceux-ci sont naturellement nombreux. Un soldat thaïlandais qui « exécute » un contrat gagne environ 100 000 bahts (2 800 euros, soit environ vingt fois son salaire mensuel de 5 000 bahts227). Le minimum versé à un général indonésien qui assure la protection d’un casino clandestin est dix millions de roupies (environ 1 000 euros), alors que le salaire mensuel de base d’un général de division est de 1 266 000 rupahs (environ 120 euros228).

4.3 – Les effets induits de l’implication de l’armée dans la vie économique

4.3.1 – La déprofessionnalisation

  • 229 Entretien avec le général Agus Widjojo, 16 août 2000.

108Elle est patente en Indonésie. Trop occupés à faire des affaires, conscients de l’absence de menace extérieure, soldats et officiers indonésiens sont moins efficaces qu’ils ne le devraient. Même les officiers de l’Etat-Major de Jakarta le reconnaissent229.

109Avant d’exercer leur métier de soldat, les militaires doivent chercher à augmenter leur revenu. Harold Crouch, observateur de longue date de l’armée indonésienne, résume sans ambages la situation :

  • 230 New York Times, 23 août 2000 ; voir également à ce propos Lowry, 1996, p. 146.

« Vous les envoyez dans une bataille réelle, et ils n’y sont pas du tout préparés. Ils pensent : ‘Comment puis-je faire plus d’argent ? Je vais vendre mes balles aux gens ou quelque chose de ce genre’. Quand vous les envoyez pour une mission de maintien de la paix, ils vendent leurs armes aux combattants. Que pouvez-vous faire ?230 »

  • 231 Cité par la Far Eastern Economic Review, 12 octobre 2000.

110On se trouve là dans un cercle vicieux. Tant que les salaires et les budgets militaires resteront insuffisants (et la situation ne risque pas de s’améliorer à court terme), il sera difficile de professionnaliser soldats et officiers. Comme le résume, l’ancien ministre de la Défense Juwono Sudarsono : « Vous ne pouvez pas avoir une démocratie qui fonctionne si le soldat de base gagne moins que le minimum pour se comporter décemment231. » Dans cette optique, Juwono Sudarsono évaluait à 60 % la nécessaire augmentation du budget de la défense.

111La Thaïlande n’est pas prisonnière du même dilemme. Comme on l’a vu, l’engagement des militaires thaïlandais dans l’économie n’a pas été motivé à l’origine par la nécessité mais par une volonté d’enrichissement personnel rendu possible par le contrôle du pouvoir politique.

112Et si deux causes différentes ont en l’occurrence produit le même effet (la déprofessionnalisation), le remède est sans doute plus simple à trouver à Bangkok qu’à Jakarta. En effet, le processus de désengagement économique amorcé par le général Surayud, s’il heurte les intérêts personnels de nombreux gradés, ne met pas en péril l’institution militaire elle-même.

4.3.2 – Les clés politiques du contrôle économique

  • 232 M. Fajrul Falaakh, 1999, p. 60-69.

113Le pouvoir a permis aux militaires, en Thaïlande comme en Indonésie de bâtir leurs empires économiques. Mais leur prospérité elle-même a créé une contrainte. Pour défendre leurs intérêts acquis, qu’ils soient individuels ou institutionnels, les militaires doivent coûte que coûte maintenir leur emprise politique232.

114Au fur et à mesure que la position des militaires s’est affaiblie dans la vie politique, ceux-ci sont tentés (et tentent encore) de se retrancher dans leurs bastions économiques, dernières possessions extra-militaires, qu’ils défendent avec acharnement. Mais la dynamique est inéluctable. Une armée qui se professionnalise est une armée qui ne peut plus jouer à faire des affaires.

115En Thaïlande, le général Surayud Chulanond, commandant en chef de l’armée nommé en octobre 1998, semble avoir engagé un mouvement combiné de retrait de la scène politique (amorcé nettement depuis mai 1992) et un abandon progressif des terrains économiques. La crise de 1997 a favorisé ce repli en écornant l’empire industriel des militaires. Leurs bastions traditionnels (ciment, riz, matériaux de construction, mines) ont été sinistrés. Les militaires ne sont pas présents dans les secteurs qui ont le mieux résisté comme l’électronique, l’informatique et l’agroalimentaire.

116Cette érosion naturelle de leur influence économique n’est pas seule de nature à militer pour le retour des militaires à leurs fonctions traditionnelles. La relative bonne tenue de l’économie thaïlandaise depuis la reprise en 1999, doit en effet leur permettre de bénéficier d’un budget redevenu confortable, lui permettant ainsi d’assurer à la fois l’entretien de l’armée et la juste rémunération des efforts de la troupe.

117Le cas indonésien est différent. Considérant la faiblesse du budget de la défense, il n’est ni absurde ni choquant que l’armée indonésienne soit engagée dans des activités économiques pour financer ses opérations militaires et compenser les bas salaires officiels. Le problème vient plus de la façon dont ces activités sont gérées : sans transparence et sans contrôle. Tant que le budget de la défense ne pourra pas augmenter substantiellement, il serait irréaliste, voire dangereux pour le pays, de vouloir éliminer les opérations économiques de la TNI. La nécessité pour l’armée de conserver au moins en partie son influence politique est évidente. Les officiers supérieurs voient leur rôle politique comme la garantie du maintien de leurs positions économiques. Il est donc d’une certaine façon indispensable à leur survie.

4.3.3 – La tentative de réforme : rationalisation ou désengagement ?

  • 233 Lowry, 1996, p 135-136 ; Pasuk Phongpaichit et Chris Baker,, 1995, p. 332.

118A partir du début des années 80, les hommes d’affaires ont commencé à prendre leurs distances à l’égard des leaders militaires233. En Indonésie, s’agissant des investissements de grande envergure, les enfants du président Suharto ont souvent remplacé les généraux comme partenaires incontournables. En Thaïlande, les hommes d’affaires sino-thaïlandais préfèrent désormais des banquiers en retraite ou des technocrates prestigieux pour garnir leur conseil d’administration.

119L’affaiblissement de la position politique des militaires donne l’impression qu’ils ne sont plus aussi indispensables qu’ils ont pu l’être s’agissant de mener à bien des affaires. En Indonésie, le recul général de l’armée est apparu, moins qu’en Thaïlande, comme le corollaire d’une évolution structurelle globale de la société. Si les militaires ont perdu nombre de positions économiques stratégiques, c’est tout simplement parce qu’ils ont été confrontés à la gourmandise d’autres acteurs…

120Il n’en reste pas moins que militaires indonésiens et thaïlandais se heurtent désormais aux mêmes obstacles. Leurs compétences techniques limitées ne leur permettent plus vraiment de participer à une activité économique chaque jour plus sophistiquée. Même si les académies militaires de Bandung et de Bangkok dispensent des cours d’économie, de marketing et de finance, les officiers peuvent de moins en moins rivaliser avec des « hommes d’affaires professionnels » sortis d’universités locales ou étrangères.

  • 234 Entretien avec Paul Handley, 20 mars 2000.

121A partir de la formation du gouvernement de Chatichai Chunhawan en 1988, l’alliance entre hommes d’affaires et militaires s’est délitée. Et les hommes d’affaires de province comme ceux de la capitale ont dominé le Parlement. Dès 1989, ils contestent l’intangibilité des budgets militaires et s’opposent à certains achats d’armements jugés trop coûteux (voir supra). Les ministres de Chatichai et les milieux d’affaires se sont alors violemment heurtés aux officiers de la classe 5 de la prestigieuse académie Chulachomklao (promotion diplômée en 1958), activement engagés dans le secteur des BTP et celui de l’immobilier. Pour reprendre les termes d’un journaliste, la dite classe 5 était « politiquement surpuissante et économiquement richissime234 ». C’est ainsi que le 23 février 1991, sentant leurs intérêts menacés, les officiers, parmi lesquels les généraux Suchinda Kraprayoon et Kaset Rojananil (alliés au commandant suprême, le général Sunthon Khongsomphong) renversent le gouvernement.

122Ce putsch donne un coup d’arrêt à la montée en puissance de l’économie thaïlandaise et ses conséquences à moyen terme sont très douloureusement ressenties par les milieux d’affaires. Le fossé s’agrandit encore quand le général Suchinda, devenu Premier ministre, fait tirer en mai 1992 sur les manifestants pro-démocratiques à Bangkok, préfigurant le retour des civils au pouvoir.

123Le nationalisme économique n’est pas absent des mentalités au sein de l’armée thaïlandaise, mais l’implication plus passive des officiers thaïlandais a eu pour conséquence de laisser l’économie se développer plus librement. Les résistances existent, comme on l’a noté, pour la privatisation de Thai Airways ou pour la « démilitarisation » de la Thai Military Bank, mais, même si l’armée en avait la volonté, son poids relatif dans l’économie, couplé à l’idéologie libérale dominante, l’empêcherait désormais de jouer un rôle de frein à l’ouverture des marchés. C’est d’ailleurs de cette façon que les militaires peuvent espérer maintenir la viabilité de leurs opérations économiques. Seul le domaine audiovisuel semble devoir durablement constituer une exception à cette règle.

124Les opérations économiques de l’armée indonésienne fonctionnent sur la base de monopoles et de marchés captifs. Elles sont souvent liées à des industries protégées. En un mot, l’idéologie du nationalisme économique domine encore l’esprit des officiers indonésiens. Les opérations économiques de la TNI, alliées à la bureaucratie et aux entreprises d’Etat, risquent donc de rester encore pendant un certain temps des obstacles à la compétition économique ouverte et de freiner la libéralisation du marché domestique.

125Conscients de leur perte d’influence économique, les militaires indonésiens, dont la gestion de Pertamina et surtout du Bulog illustre les limites de la compétence, ont réagi en engageant un programme de rationalisation. Cette démarche est apparue d’autant plus nécessaire que la part du budget alloué à la défense n’a pas augmenté. Il faut donc rendre plus productives et plus efficaces les entreprises militaires pour le bénéfice de la TNI.

126Les officiers ont ainsi suivi des formations professionnelles en matière de gestion. L’armée a aussi favorisé la création d’entreprises conjointes pour acquérir capitaux, réseaux et expertises. Au début de la décennie 90, certaines de ces sociétés mixtes ont été montées conjointement avec les enfants du président Suharto. C’est le cas de la ligne aérienne Sempati copropriété de l’armée de terre et d’Humpuss, le conglomérat de Tommy Suharto, fils cadet du président. Pour le clan Suharto qui avait pris ses distances avec les entreprises militaires depuis les années 70, c’est l’occasion de reforger des liens pour assurer un avenir de plus en plus incertain. Mais pour l’essentiel, l’empire économique des militaires indonésiens repose alors toujours sur des entreprises rentières, fondées sur des privilèges et des monopoles et peu préparées à affronter la concurrence sur le marché libre.

  • 235 « Indonesia’s army: friend of foe? », in Van Zorge Report, Vol II (no 16), 5 octobre 2000. D’autres (...)

127La crise économique de 1997 leur a porté un coup sévère. La chute du régime Suharto en mai 1998 a conduit l’opinion à exiger plus de transparence. Des scandales ont éclaté dont le plus important a été celui de la fondation du Kostrad, Dharma Putra, en août 2000. Les militaires rechignent pourtant toujours à ouvrir leurs livres de comptes. Loin d’en avoir tiré profit, l’officier qui a révélé le scandale, le général Agus Wirahadikusumah, a été transféré à un poste subalterne235. Après bien des résistances, la fondation a dû se soumettre à un audit civil qui devait être rendu public, mais ses résultats n’ont été que très partiellement publiés.

  • 236 Entretien avec le général Agus Widjojo, 16 août 2000.

128En difficulté sur la scène politique, les militaires indonésiens tiennent d’autant plus à garder le contrôle de leur empire économique que les budgets alloués sont toujours aussi faibles. Interrogé sur les réformes nécessaires, le général Agus Widjojo, chef de la structure territoriale de l’armée, nous disait en août 2000 que la TNI était d’accord « pour ouvrir les fondations à un audit public ». Il reconnaissait en effet que « la gestion doit être améliorée pour qu’il y ait plus de transparence » et évoquait même du bout des lèvres la possibilité de « privatisations ». Il refusait par contre obstinément que l’on puisse regarder en arrière, tant le risque de scandale lui paraissait grand : « Si nous essayons d’imposer un critère idéal d’évaluation, où nous arrêtons-nous ? Dans le passé, ces fondations opéraient dans une situation complètement différente. Nous voulons regarder vers l’avenir, pour nous améliorer236. »

129La réforme envisagée par les généraux indonésiens porte essentiellement sur la modernisation de la gestion de leurs outils d’intervention économique, accompagnée, si possible, d’une certaine « désopacification ». Les officiers ne souhaitent pas pour autant renoncer à leur empire économique. La nécessité de l’autofinancement de la TNI reste entière à leurs yeux.

  • 237 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker,, 1995, p. 332.
  • 238 « Army chief affirms reform vow », The Nation, 5 novembre 1998.

130De leur côté, les militaires thaïlandais, s’apercevant de la baisse de leur influence et de leur crédibilité auprès des milieux d’affaires, ont d’abord réagi en tentant de rétablir des passerelles avec les capitaines d’industrie. Le Collège national de défense a instauré dans les années 80 une série de cours visant à rassembler officiers, bureaucrates et hommes d’affaires sélectionnés, dans l’objectif de développer contacts et réseaux237. Mais après avoir été nommé à la tête de l’armée en octobre 1998, le général Surayud Chulanond, chantre de l’apolitisme, a voulu pousser la réforme beaucoup plus loin qu’une simple modernisation de la gestion des activités productives des militaires. Il a déclaré publiquement que l’armée devait se retirer progressivement des secteurs qu’elle domine238.

131C’est bien dans cette optique qu’il faut interpréter la réduction des parts de l’armée au sein de la Thai Military Bank ou l’abandon par les responsables des différentes armes de la présidence des entreprises publiques. En Thaïlande, l’économie a été ponctionnée, mais peu altérée par l’emprise des militaires. Certes, ces derniers voient s’effondrer leur empire économique à regret, mais, soutenus par un budget suffisant, ils ne considèrent pas son maintien comme une condition de survie pour l’institution qui les nourrit. Si la fièvre réformiste du général Surayud n’a pas fait que des heureux parmi les officiers, la politique de « désaffairisation » des forces armées thaïlandaises paraît donc très avancée.

132On ne peut pas en dire autant en Indonésie. L’« origine révolutionnaire » de la TNI qui se sent plus que jamais garante de la cohésion nationale et de l’intégrité territoriale du pays donnent encore aux militaires l’impression d’avoir un droit légitime à participer, sous une forme ou sous une autre, à la vie économique nationale.

Notes

174 Voir par exemple: Morris Janowitz, The Military in the Political Development of the new Nations, University of Chicago Press, Chicago, 1964; Samuel Huntington, Political Order in changing societies, Yale University Press, New Haven, 1968.

175 Nous reprenons là le constat fait par Crouch, 1988, p. 50.

176 Muthiah Alagappa, « Military professionalism and the developmental role of the military in Southeast Asia », in Soldiers and Stability in Southeast Asia, Institut des Etudes Sud-Est Asiatiques, Singapour, 1988, p. 21.

177 Bunbongkarn, 1988, p. 144.

178 Bunbongkarn, 1988, p. 136 et p. 143 : l’auteur cite les propos du général Pichit Kullavanij, commandant de l’armée de terre à l’époque qui expliquait que « l’armée doit s’impliquer dans le développement national parce qu’elle possède des ressources humaines disciplinées ainsi que les équipements pour aider les populations des zones reculées et primitives. »

179 Cité dans un document d’information diffusé par l’armée royale thaïlandaise.

180 The Nation, 7 décembre 1999.

181 Jane’s Defence Weekly, 3 novembre 1999.

182 Lowry, 1996, p. 140.

183 Tempo, 7-13 août 2000.

184 Salim Said, 1991, p. 105.

185 Crouch, 1978, p. 38.

186 Schwarz, 1999, p. 28.

187 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 120 et suiv..

188 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker,, 1995, p. 124.

189 Keyes, 1989, p. 79.

190 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, Thailand’s boom and bust, Silkworm Books, Chiang Mai, 1998, p. 219.

191 Lowry, 1996, p. 177.

192 Crouch, 1978, p. 278.

193 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 332.

194 Entretien avec le général Saurip Kadi, 15 août 2000.

195 Entretien du 31 octobre 2000.

196 The Nation, 21 juin 1999.

197 Tempo, 7-13 août 2000.

198 Crouch, 1978, p. 284.

199 Entretien avec un banquier européen en poste à Bangkok, 27 novembre 2000.

200 Bangkok Post, 19 juillet 2000.

201 The Nation, 23 juin 2000.

202 Entrent dans cette catégorie, les créances pour lesquelles les intérêts n’ont pas été payés pendant au moins trois mois consécutifs.

203 Selon ce plan, le ministère des Finances détiendra 49 % des parts, les militaires 11 %, Thaksin Shinawatra Charoen Sriwattanapakdi (firme Surathip), la famille Chaiyawan (Thai Life Insurance) et la société National Finance 11 % à eux quatre. En février 2001, 23 % des prêts octroyés par la Thai Military Bank étaient encore classés en mauvaises créances, ce qui constituait le niveau le plus élevé parmi les grandes banques privées. Selon le général Surayud, les prêts accordés aux officiers supérieurs ne représentaient alors que 2 % des mauvaises créances.

204 La part des investisseurs étrangers, qui était de 11 % avant la crise de 1997, est tombée à 3 %.

205 Chris Baker et Pasuk Phongpaichit, 1995, p. 331.

206 « Strange bedfellows, easy rape », Manager, 17 décembre 1990.

207 L’organe dépositaire de la souveraineté cambodgienne pendant la présence onusienne au Cambodge entre début 1992 et mai 1993. Le Conseil National Suprême était composé de représentants des quatre factions cambodgiennes (régime de Phnom Penh, khmers rouges, royalistes du FUNCINPEC et Nationalistes du FLNPK).

208 Christian Lechervy et Richard Werly, « Ethos capitaliste et évergésie Khmers rouges », in Les Cambodgiens face à eux-mêmes, Fondation pour les progrès de l’homme, février 1993, p. 102.

209 Lechervy et Werly, février 1993, p 104.

210 A ce propos on se réfèrera surtout à l’ouvrage de Frédéric Durand, La forêt en Asie du Sud-Est - Recul et exploitation, L’Harmattan, Coll. Recherches Asiatiques, L’Harmattan, Paris, 1994.

211 Indonesian Observer, 26 avril 2000.

212 Defert, 1996, p. 307-316.

213 Barber et Djuli, 2000, p. 24.

214 Far Eastern Economic Review, 13 juillet 2000.

215 Lowry, 1996, p. 141.

216 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 350.

217 Cynthia Owens, « Thai military financial power remains », Asian Wall Street Journal, 16 juin 1992.

218 Lowry, 1996, p. 25.

219 Lowry, 1996, p. 142.

220 The Nation, 20 mars 2001.

221 Tempo, 7-13 août 2000.

222 Lowry, 1996, p. 141.

223 New York Times, 23 août 2000.

224 Pasuk Phongpaichit, Sungsidh Piriyarangsan et Nualnoi Treerat, Guns, girls, gambling, ganja, Silkworm Books, Chiang Mai, 1998, p. 127-154.

225 Bangkok Post, 12 décembre 1993.

226 « J’anticipe juste le changement plus tôt que d’autres », in Van Zorge Report, vol. II (n ° 1), 7 janvier 2000.

227 Entretien avec un militaire thaïlandais sous couvert d’anonymat, mars 2001.

228 Entretien avec le général Saurip Kadi, 15 août 2000.

229 Entretien avec le général Agus Widjojo, 16 août 2000.

230 New York Times, 23 août 2000 ; voir également à ce propos Lowry, 1996, p. 146.

231 Cité par la Far Eastern Economic Review, 12 octobre 2000.

232 M. Fajrul Falaakh, 1999, p. 60-69.

233 Lowry, 1996, p 135-136 ; Pasuk Phongpaichit et Chris Baker,, 1995, p. 332.

234 Entretien avec Paul Handley, 20 mars 2000.

235 « Indonesia’s army: friend of foe? », in Van Zorge Report, Vol II (no 16), 5 octobre 2000. D’autres raisons ont joué dans sa mutation, notamment son ambition de jouer sur sa proximité politique avec le président Abdurrahman Wahid pour obtenir le commandement de l’armée de terre.

236 Entretien avec le général Agus Widjojo, 16 août 2000.

237 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker,, 1995, p. 332.

238 « Army chief affirms reform vow », The Nation, 5 novembre 1998.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Entreprises des Forces armées indonésiennes
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Crédits Source : Dr Indria Samego et al., Bila ABRI Berbisnis, Mizan, Jakarta, 1998
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search