Version classiqueVersion mobile

Armée du Peuple, Armée du Roi

 | 
Nicolas Revise
, 
Arnaud Dubus

Chapitre 3. La mission de sécurité intérieure : une clef d’ingérence dans les affaires civiles

Texte intégral

1La « menace contre la sécurité intérieure » est une notion extensible dans laquelle les militaires tendent à inclure aussi bien les guérillas séparatistes ou idéologiques, que le grand banditisme ou la contestation politique. Les armées indonésienne comme thaïlandaise ont constamment joué sur l’ambiguïté, considérant par exemple que les critiques des partis d’opposition ou les mouvements étudiants (fussent-ils non violents) devaient entrer dans ce cadre.

2L’assaut, le 27 juillet 1996, contre le siège du PDI (Parti Démocratique Indonésien, seul alors à marquer son opposition au pouvoir) par les Pemuda Pancasila (mouvement de jeunesse du Golkar) engagés par l’armée indonésienne et l’attaque meurtrière contre l’université Thammasat à Bangkok le 6 octobre 1976 ont été pareillement justifiés par des impératifs de sécurité intérieure. De même, les activités des formations marxistes sont considérées comme de graves atteintes à l’ordre national. Interdits en Thaïlande en 1942 et en Indonésie en 1966, les partis communistes deviennent automatiquement, aux yeux de l’armée, des menaces contre la stabilité.

3Cette confusion, sciemment entretenue, entre le maintien de la sécurité intérieure et la défense du régime en place, a permis aux armées thaïlandaise et indonésienne de justifier leur domination sur la vie politique. Il est donc à la fois important et délicat d’établir une claire démarcation entre les véritables missions de sécurité (remplies par la police dans les pays occidentaux, mais qui peuvent être légitimement assumées par l’armée dans un contexte différent) et celles qui relèvent du maintien d’un régime.

4Le critère discriminant que nous nous proposons d’adopter ici est celui de l’effectivité de la menace pour l’intégrité ou pour la sécurité physique directe du pays et de ses citoyens. Ainsi, nous tiendrons pour acquis que les groupes qui se livrent à des actions violentes ou qui disposent d’une branche armée sont objectivement déstabilisants et constituent donc bien une atteinte à la sécurité intérieure. Par contre, nous considérerons que la contestation du régime ou de ses actions par des groupements non armés ressort du champ politique (et sera à ce titre abordée dans le chapitre 5).

3.1 – La lutte contre les guérillas séparatistes

5L’identité nationale thaïlandaise s’est constituée relativement récemment. C’est à partir du premier gouvernement de Phibunsongkhram (1938-1944) et de ses décrets nationalistes (ratthaniyom) que le pouvoir central s’est soucié d’imposer à tous les citoyens du Siam, quelle que soit leur ethnie d’origine, le sentiment d’appartenir culturellement et politiquement à la communauté thaïlandaise. Il s’est appuyé pour ce faire sur les deux principaux piliers de l’Etat-nation thaï que sont le bouddhisme et la dynastie Chakri (dont le neuvième représentant est le roi Bhumibol, le souverain régnant).

6Cette création de l’identité thaïlandaise, par le truchement du système éducatif et de l’enseignement de la langue thaïe, a été une grande réussite. Mais elle correspond à bien des égards plus à une assimilation qu’à une fusion. En effet, le standard culturel imposé comme étalon n’a pas été le fruit d’une synthèse des différentes cultures parties prenantes. Ce sont les valeurs thaïes de la plaine centrale (référence d’environ 25 % des habitants du pays) qui ont été érigées au rang de modèle national.

  • 105 Les Thaï-Lao du Nord-Est représentent 31 % de la population, les Thaï du nord 20 %, les Thaï du sud (...)

7Si, à l’aube du troisième millénaire, les autres groupes de langues thaïes (56 % de la population nationale105), mais aussi les autres groupes ethnolinguistiques que sont les Malais (3 %), les Sino-Thaïs (10,5 %) et les Khmers (1,5 %) sont globalement bien intégrés à l’ensemble national, il n’en a pas toujours été ainsi. Tant les Chinois récemment immigrés que les Malais du sud du pays (qui ont vécu longtemps sous l’autorité des rajahs malais) ont organisé des mouvements armés. Les premiers se sont solidarisés avec l’idéologie communiste chinoise, les seconds se sont retrouvés au sein d’une guérilla séparatiste, religieuse et identitaire.

8Du fait de ses particularités géographiques (l’archipel indonésien s’étend sur 5 000 kilomètres d’est en ouest et comprend 3 000 îles habitées), mais aussi de sa forte hétérogénéité ethnique et culturelle et des remous de son histoire, l’Indonésie a eu plus de mal à imposer une identité nationale aux peuples qui la composent.

Indonésie : Régions militaires

Indonésie : Régions militaires

QC de régions militaires (kodam)

Archipel indonésien : Principaux pôles de tension

Archipel indonésien : Principaux pôles de tension
  • 106 Stéphane Dovert, « L’Indonésie : Etat-nation ou empire ? », dans Françoise Cayrac-Blanchard, Stépha (...)

9La notion même d’Indonésie est récente. Il s’agit d’un concept imaginé par les jeunes nationalistes au début du siècle et qui repose essentiellement sur l’usage de l’indonésien (c’est-à-dire du malais commercial, la langue véhiculaire de l’archipel) et sur l’appartenance au cadre géographique des anciennes Indes néerlandaises (le Timor Oriental ne représentant qu’un ajout tardif et temporaire à cette nouvelle entité106).

10Mais la distance, le nombre et la diversité des ethnies ne suffisent pas à expliquer pourquoi le pouvoir central javanais a moins bien réussi l’assimilation culturelle des provinces périphériques que le pouvoir central thaïlandais. Si l’Indonésie a connu et connaît toujours de nombreuses guérillas séparatistes c’est également parce que le pouvoir central agissant le plus souvent par l’intermédiaire de son armée, se comporte comme un « colonisateur intérieur », vecteur d’acculturation, de brutalité et de dépossession des ressources naturelles.

3.1.1 – Timor Oriental et Nouvelle-Guinée Occidentale : violences et carences de la chaîne de commandement

11L’opération au Timor Oriental a été dirigée dès après l’invasion de décembre 1975 par le chef des services de renseignements militaires (BAIS), le général Benny Murdani. Une fois ce dernier devenu tout puissant à Jakarta (commandant en chef des forces armées à partir de 1983, il a même un temps inquiété Suharto), le BAIS a continué, de concert avec les Forces spéciales (Kopassus), à dominer les opérations sur le terrain. Pendant toute la durée de l’occupation indonésienne, le Timor Oriental a été une sorte de fief féodal pour les Kopassus qui ne rendaient compte à l’Etat-Major de Jakarta que d’une partie de leurs activités. Mais en laissant certaines unités opérer hors du contrôle de l’autorité militaire locale, le général Murdani a exacerbé les tensions entre l’armée et les Timorais. Les Kopassus et leur unité de renseignements, le Sandi Yudha ont mené en toute impunité une politique de terreur. Ils ont notamment formé les nanggalas (ou ninjas), militaires ou voyous locaux entraînés pour intimider la population. Enlèvements et assassinats étaient le plus souvent perpétrés de nuit par des hommes masqués.

12L’utilisation par l’armée indonésienne de groupes paramilitaires autochtones dans les régions périphériques est une longue tradition qui remonte aux laskar de la période révolutionnaire. Dans les années 80, plusieurs milices, baptisées tim, avaient été formées par les Kopassus pour guider les militaires indonésiens dans leurs opérations contre la guérilla indépendantiste du Fretilin. Et dès la fin de 1998, avant même l’annonce par le président Bacharuddin Jusuf Habibie, le 23 janvier 1999, de l’ouverture d’un processus d’autodétermination, les Kopassus et le Sandi Yudha ont réactivé les anciens groupes paramilitaires et levé de nouvelles milices qu’ils ont armées et entraînées. Les leaders de ces unités supplétives étaient parfois d’anciens fonctionnaires locaux ou des soldats timorais de l’armée indonésienne ; le gros des troupes étant composé de délinquants et jeunes désœuvrés originaires du territoire lui-même ou du Timor Occidental, et payés 25 000 rupiahs la journée.

13L’organisation multiforme de l’armée indonésienne a été bien illustrée, quelques jours avant le scrutin, par le représentant des Nations unies en charge de la région de Maliana (proche de la frontière avec le Timor Occidental) :

  • 107 Entretien avec le chef du bureau des Nations unies à Maliana, 25 août 1999.

« La structure centrale est celle des Kopassus. Les activités sont de plus en plus contrôlées par des officiers Kopassus résidant à Atambua. Toutes les milices sont contrôlées à partir du Kodim (bureau militaire du district) par le lieutenant Sutrisno, en charge des renseignements, et par un autre officier, Jusuf, en charge des opérations. Tous deux reçoivent leurs instructions du Dandim (le chef militaire du district). Ceux qui appliquent ces instructions sont des Timorais de l’Est servant dans l’armée indonésienne. Et ensuite, il y a les milices…107. »

  • 108 Voir la série de photos de John Stanmeyer, Time, 17 septembre 1999.

14Durant les violences qui ont précédé le référendum du 30 août et la campagne de destruction qui l’a suivi, des officiers Kopassus et Sandi Yudha, parfois déguisés en miliciens, en policiers ou en soldats d’unités régulières, ont guidé l’activité des milices lorsqu’ils ne se sont pas chargés eux-mêmes des exécutions108. Là encore le processus semble avoir en grande partie échappé à l’Etat-Major de Jakarta et au commandant en chef des forces armées de l’époque, le général Wiranto, visiblement dépassé par les événements. La TNI a-t-elle malicieusement utilisé la puissance destructrice des groupes civils pour parvenir à ses fins ou a-t-elle été débordée, incapable de contrôler la situation ? Dans le premier cas, elle aurait donné la mesure de sa sauvagerie, dans le second, elle aurait montré les limites de son efficacité.

  • 109 Defert, 1992, p. 147-150.

15L’armée régulière indonésienne avait pourtant essayé, timidement, de pratiquer une politique de conquête des cœurs au Timor Oriental. Après 1979 et de manière plus prononcée après 1988, elle s’était efforcée de développer des infrastructures sociales (surtout pour l’éducation et la santé) et d’établir des contacts directs avec la population. Mais étant donnée l’ampleur des massacres (plus de 200 000 Timorais ont été tués pour la seule période 1975-78, du fait de la guerre et de ses conséquences)109, cette approche n’avait pu produire de résultats probants. D’ailleurs, si la mémoire collective ne s’était pas chargée de dissuader les Timorais de l’Est de rallier la cause indonésienne, la poursuite des activités des services de renseignements et des forces spéciales aurait suffit à ruiner les efforts de l’armée régulière.

  • 110 Alors que la population assistait pacifiquement à l’inhumation de deux jeunes indépendantistes abat (...)

16Le massacre du cimetière de Santa Cruz à Dili, en novembre 1991110, a brutalement mis en lumière l’inefficacité de la politique de séduction et d’« indonésianisation » initiée par les forces régulières. Les résultats du vote du 30 août 1999 n’ont fait que confirmer l’ampleur de son échec. Malgré la présence pour le moins intimidante de 30 000 soldats indonésiens affectés sur place et auxquels les Nations unies avaient délégué la responsabilité de « maintenir la paix et la sécurité » pendant le scrutin, les Timorais se sont prononcés à 78,5 % en faveur de l’indépendance.

17En Irian Jaya, la menace de l’OPM (Organisasi Papua Merdeka, Organisation pour l’indépendance de la Papouasie), créée en 1965, est à la fois plus limitée, plus profonde et plus diffuse. Multiforme, millénariste et acéphale, la rébellion est plus particulariste que nationaliste au sens où on l’entend généralement.

18Lorsqu’en 1962, au terme de quinze ans d’affrontement diplomatique et d’un court intermède sous l’administration des Nations unies, l’Indonésie a pu annexer le territoire, les Papous, disséminés sur une île aussi vaste qu’accidentée, s’inquiétaient peu de savoir quelle était leur citoyenneté. Ils réservaient leurs allégeances à des structures représentatives traditionnelles dont ils tiraient leurs droits et leurs devoirs dans un champ géographique et ethnique restreint.

  • 111 Le programme, baptisé transmigrasi visait à déplacer les populations des zones surpeuplées comme Ja (...)

19Mais ici comme au Timor Oriental et, on le verra, en Aceh, l’armée s’est comportée comme une armée d’occupation en terre étrangère. Les populations locales ont subi pillages et violences institutionnelles, mais aussi les effets de la « mission civilisatrice » (notamment à travers l’opération Koteka (étuit pénien), lancée pour obliger les Papous à porter des vêtements en tissu). Le non-respect des droits fonciers, le programme massif de transmigration (auquel ont participé de nombreux soldats en retraite111) et l’imposition d’une administration civile et militaire entièrement importée ont lourdement entravé le processus d’assimilation. En conséquence, malgré une répression sans cesse plus brutale, l’OPM, sigle derrière lequel se cachent en fait une multitude de petits groupes locaux, n’a cessé de s’étoffer. Là encore, non seulement les militaires indonésiens n’ont pas réussi à faire disparaître le mouvement séparatiste armé, mais ils l’ont en quelque sorte nourri de leurs exactions, gagnant les populations à la cause de l’indépendance. L’armée apparaît moins en l’espèce comme la solution au problème de sécurité intérieure que comme sa source.

3.1.2 – Au nom de l’Islam : la guérilla acehnaise et la guérilla du PULO

Aceh, « guerre totale » et « thérapie de choc »

20Les habitants d’Aceh, à l’extrémité nord-ouest de l’île de Sumatra, avaient été, à la fin du XIXe siècle, le dernier peuple de l’archipel à être soumis par les Hollandais. Par la suite, et jusqu’à la proclamation de l’indépendance de l’Indonésie le 17 août 1945, les Acehnais, organisés dans le cadre d’une société rurale très teintée d’islamisme, ont multiplié les révoltes. Jamais l’administration néerlandaise n’a pu complètement contrôler le territoire.

21Après l’indépendance, les autochtones ont été déçus par le refus du président Sukarno d’établir un Etat islamique et par l’intégration forcée d’Aceh au nouvel ensemble indonésien. Dirigés par Daud Beureueh, ils se sont unis, en 1953, à l’insurrection islamique du Darul Islam javanais de Kartosuwiryo qui n’a véritablement été étouffée qu’au début des années 60.

22L’Ordre Nouveau, établi par les militaires conservateurs en 1965, a fait naître l’espoir d’une autonomie, substitut acceptable à la mise en place d’un véritable Etat islamique autonome. Mais la politique menée par l’administration du général Suharto a de nouveau enflammé les sentiments indépendantistes. L’arrivée de milliers de Javanais dans le cadre du programme de transmigration a accentué le ressentiment des autochtones à l’encontre du pouvoir central et des Javanais. Ils se sont sentis peu à peu dépossédés de leurs terres et des richesses naturelles de leur province. Les revenus tirés de l’exploitation, depuis 1969, d’un important gisement de gaz naturel par Mobil Oil, au large de Lhokseumawe, ont d’ailleurs été entièrement drainés par le gouvernement central qui n’en restitue toujours qu’une infime partie aux autorités locales. Les ouvriers de Mobil Oil (devenu Exxon-Mobil) et des quelques usines environnantes sont, dans leur quasi-totalité, des transmigrants.

  • 112 Richard Barber, M.N. Djuli, Aceh, the untold story, Forum Asia-Support Committee for human rights i (...)

23Ignorant les pratiques locales, Jakarta a nommé directement les gouverneurs locaux successifs, tous membres du parti gouvernemental Golkar. Au niveau des villages, la dichotomie traditionnelle du pouvoir entre le keutchik (chef de village) et l’imam (leader islamique) a aussi été effacée par l’introduction d’une administration d’inspiration javanaise112. Les pratiques culturelles acehnaises ont été dénigrées et les livres en langue locale interdits.

24Cette politique, perçue comme colonialiste par la population, a provoqué, en novembre 1976, l’apparition d’un nouveau mouvement séparatiste armé, le GAM (Gerakan Aceh merdeka, « Mouvement pour l’Indépendance d’Aceh »), dirigé par Hasan Di Tiro, descendant d’un sultan Acehnais. Comme son nom l’indique, l’objectif affiché du GAM, dont le discours est lourd de xénophobie anti-javanaise, est l’établissement d’un Etat indépendant.

25Même si une majorité d’Acehnais semblait alors souhaiter l’indépendance, la population, lassée de la violence, a accueilli cette reprise de la guérilla avec des sentiments ambigus. Les jeunes, élevés dans le système scolaire indonésien et cibles d’un effort soutenu d’endoctrinement de la part du gouvernement central, se sont sentis tiraillés entre leur sentiment d’appartenance nationale et leur identité particulière.

26Le faible soutien de la population et une mauvaise organisation militaire (le GAM était dirigé par des intellectuels sans expérience du combat) ont d’autant plus vite abouti à l’essoufflement du mouvement que la stratégie de l’armée indonésienne a été efficace. Appliquant les théories de contreguérilla élaborées par l’Etat-Major, elle a associé un effort purement militaire, à d’importantes campagnes de propagande et à la cooptation de l’élite acehnaise au sein de l’administration. En 1979, Hasan Di Tiro s’est enfui en Suède et les activités de guérilla ont presque complètement cessé.

  • 113 Barber et Djuli, 2000, p. 30.

27Mais le problème n’était pas pour autant réglé. Les rancœurs accumulées, la brutalité de l’armée, le comportement des « colons » javanais et la virulence de la revendication religieuse toujours insatisfaite ont relancé la guérilla. En 1987, 250 combattants ont pu bénéficier d’un entraînement militaire et idéologique en Libye113. Et, en 1989, le GAM, réorganisé et mieux équipé, a repris la lutte armée. Ses effectifs (alors estimés à 750 combattants par Ibrahim Hasan, le gouverneur de la province, mais peut-être beaucoup plus nombreux) ont été renforcés par les désertions d’un certain nombre de supplétifs de l’armée indonésienne recrutés localement.

  • 114 Barber et Djuli, 2000, p. 31.

28Financés par des hommes d’affaires acehnais résidant en Malaysia, le GAM a installé des commandements militaires dans les districts d’Aceh Besar, d’Aceh-Central, de Pidie, d’Aceh-Nord et d’Aceh-Est et a exploité la faiblesse de l’autorité administrative indonésienne dans les zones rurales114. L’armée indonésienne s’est ainsi rapidement trouvée acculée à la défensive. Les policiers et les soldats ont constitué les cibles prioritaires de la guérilla. Mais le GAM s’en est pris également aux sites économiques (les accrochages sont nombreux autour de la zone industrielle de Lhokseumawe) et aux villages de transmigrants javanais (notamment à Aceh-Nord).

29La réponse du gouvernement central a été massive et brutale. En 1989, les Kopassus ont été envoyés sur place pour protéger les bases militaires et les sites de transmigration. En juillet 1990, le président Suharto a décidé d’envoyer 6 000 soldats supplémentaires dans le cadre de l’opération Rencong (du nom du célèbre poignard acehnais), ce qui portait à 12 000 les effectifs militaires à Aceh. En 1991, Aceh a été déclarée « zone d’opération militaire » (ou DOM, Daerah Operasi Militer). La stratégie est celle d’une « guerre totale » contre les rebelles, accompagnée d’une campagne de terreur à l’égard de la population pour la dissuader de soutenir le GAM. La présentation par le président indonésien Suharto de la politique menée par l’armée dans la province révèle bien la parfaite convergence de vues entre le pouvoir « civil » et l’Etat-Major :

  • 115 Suharto, My thoughts, speeches and actions, Citra Lamtoro Gung Persada, Jakarta, 1991.

« La paix était perturbée. C’était comme s’il n’y avait plus de paix dans cette région. (…) Nous devions agir avec sévérité. Quel type d’action mener ? Cela devait être une action violente. Mais cette violence ne signifiait pas qu’il fallait tirer sur les gens, pan ! pan ! Juste comme ça. Non ! Mais ceux qui essayaient de résister, que ça plaise ou non, devaient être tués… Certains corps étaient laissés dans des endroits publics, juste comme ça. C’était une ‘ thérapie de choc’(…) L’opinion publique devait comprendre qu’il y avait encore quelqu’un capable d’agir pour s’opposer au problème de la criminalité115. »

  • 116 Barber et Djuli, 2000, p. 33.
  • 117 Robert Lowry, 1996, p. 165.

30Les villageois ont ainsi été soumis à un étroit contrôle militaire et de nombreuses communautés ont été déplacées pour faciliter la supervision. Des milices villageoises ont été créées (comme on l’a vu il s’agit d’une tradition dans l’armée indonésienne depuis la période révolutionnaire) pour constituer une « haie de jambes » (pagar betis du nom de l’opération menée à Timor Oriental quelques années plus tôt) afin de mener des opérations de ratissage des fiefs de la guérilla116. Les miliciens locaux, estimés à 60 000 en 1991, ont également été chargés d’identifier et de tuer rebelles, suspects et sympathisants117.

31Les villages situés près des lieux d’affrontements entre l’armée et le GAM ont été systématiquement brûlés et beaucoup de leurs habitants tués (les militaires considérant que ces derniers, forcément au courant de la présence des rebelles, avaient choisi de les dissimuler à leurs yeux). C’est peu dire que les pressions exercées sur la population pour qu’elle s’implique directement dans les opérations de contre-guérilla ont été fortes. Ceux qui refusaient d’y participer étaient considérés comme des traîtres et comme l’a résumé, en novembre 1990, le général H.R. Pramono, l’officier responsable de la province, les autres ne devaient pas ménager leurs moyens pour venir à bout de la guérilla :

  • 118 Cité in Reuters, 25 novembre 1990.

« Je l’ai dit à la communauté : ‘Si vous trouvez un terroriste, tuez-le. Il n’y a pas besoin de le questionner. Ne laissez pas les gens ordinaires devenir les victimes. Si les terroristes n’agissent pas selon les instructions ( !), tirez leur dessus sur le moment ou égorgez-les’. J’ai dit aux membres de la communauté de porter des armes tranchantes, une machette ou n’importe quoi. ‘Si vous rencontrez un terroriste, tuez-le’118. »

  • 119 Lowry, 1996, p. 166.

32Dès la fin 1991, le coup de massue porté par l’armée indonésienne a limité les activités du GAM à des zones reculées. Jakarta a alors de nouveau tenté d’obtenir la loyauté de la population locale. Des routes et des ponts ont été construits et l’armée a pris en charge des projets de développement rural dans le cadre du Programme d’activités territoriales intégrées. Une équipe de militaires spécialisés dans l’endoctrinement a été envoyée par le quartier général de la TNI pour « redresser » les enseignements religieux « déviants », et rééduquer les cadres locaux et les citoyens dans l’idéologie nationale du Pancasila119. Les réseaux locaux de renseignements ont été renforcés et les milieux d’affaires mobilisés pour promouvoir les petites industries locales (briqueteries, tissage, métallurgie) et développer des programmes sociaux pour leurs employés.

33La campagne de terreur ne s’en est pas moins simultanément poursuivie, menée, selon des ONG Aacehnaises, par des membres des Kopassus agissant clandestinement. Le GAM n’a pas été en reste, multipliant les assassinats de soldats et policiers indonésiens, même lorsque ceux-ci étaient en civil. Les villageois, soupçonnés de collaboration avec « l’ennemi javanais », ont souvent été exécutés. En août 1998, alors que la province venait d’être débarrassée de son encombrant statut de « zone d’opération militaire » (DOM), on a pu estimer qu’entre 2 000 et 5 000 Acehnais, civils et membres de la guérilla, avaient été tués, dont la majorité par les milices locales… Chaque semaine des corps mutilés étaient retrouvés aux alentours des villages, sans parler des milliers de civils mystérieusement enlevés et torturés par des « inconnus » (selon l’expression utilisée localement).

  • 120 Amnesty International, communiqué du 17 mai 2000.

34Après la chute de Suharto, en mai 1998, le statut de « zone d’opération militaire » de la province d’Aceh a donc été aboli. En août, le commandant en chef de la TNI, le général Wiranto, a même été jusqu’à s’excuser des méfaits commis par ses hommes dans le passé, promettant de réduire le nombre de troupes de combat sur le terrain. Des fosses communes ont été exhumées où l’on a découvert des dizaines de cadavres mutilés. 24 soldats ont été condamnés à des peines allant de huit ans et demi à dix ans de prison pour le massacre d’un ouléma (leader musulman) et de 70 étudiants, le 23 juillet 1999 dans le village de Beutong Ateuh. Mais l’officier qui a ordonné la tuerie a échappé aux poursuites120.

35Le dialogue entre Jakarta et Aceh semble alors durablement réouvert. Elu président en octobre 1999, l’ouléma Abudurrahman Wahid laisse même entendre qu’un référendum d’autodétermination pourrait être organisé. Les militants indépendantistes le prennent au mot et toute la population acehnaise se mobilise pour réclamer la tenue d’une consultation dont il ne fait pas de doute dans son esprit qu’elle conduira à l’indépendance.

  • 121 Par exemple, le militant des droits de l’Homme Jafar Siddiq Hamzah dont le corps mutilé a été retro (...)

36Se rendant compte de l’opposition absolue des militaires déjà traumatisés par la perte du Timor Oriental à l’issue du référendum du 30 août 1999, le président Wahid a rapidement fait marche arrière. Et, en quelques mois, le gouvernement civil a de nouveau perdu le contrôle de la situation. L’armée a repris la haute main sur la gestion de la province et, malgré une série de cessez-le-feu symboliques négociés par le truchement de la fondation suisse Henri Dunant, la TNI a relancé sa politique répressive. Les militants d’ONG qui pouvaient s’exprimer librement au début de la présidence Wahid sont de nouveau emprisonnés, lorsqu’ils ne sont pas assassinés121. Aceh est redevenu de facto une « zone d’opération militaire ». Au début de l’année 2001, la situation dans la province n’est guère différente de ce qu’elle était au milieu des années 90.

La lutte armée du PULO et la voie de l’intégration politique

37La comparaison entre les mouvements séparatistes musulmans du sud de la Thaïlande et la guérilla acehnaise est délicate tant les contextes sont différents. Les musulmans thaïlandais ne représentent que 3,8 % de la population du royaume, bouddhiste à 95 %, alors que les Acehnais appartiennent à la majorité religieuse de l’archipel (même si leur pratique de l’Islam est en général plus stricte que celle des Javanais). Autre dissemblance : la guérilla du PULO n’a jamais dépassé quelques centaines d’hommes (entre 100 et 400 selon les sources). Elle n’a jamais mis l’armée thaïlandaise en difficulté, effectuant au plus de rares embuscades ou des attentats à la bombe. La menace est donc de bien moindre ampleur. Mais, nous le verrons, cela ne suffit pas forcément à expliquer le caractère politique de la réponse de l’armée thaïlandaise qui contraste radicalement avec le tout répressif des militaires indonésiens.

38La majorité des habitants des quatre provinces de l’extrême sud thaïlandais (Pattani, Yala, Narathiwat et Satun) sont clairement apparentés à la culture malaise. Au nombre d’environ 1,5 millions, ils parlent comme première langue le jawi (terme qui désigne le dialecte malais de Pattani). Pendant des siècles la région a été placée sous l’autorité de rajahs malais. Elle n’a été intégrée au royaume siamois que par effet du traité anglo-siamois de 1909.

  • 122 Arnaud Dubus, « Musulmans malais, Thaïs bouddhistes : vers quelle cohabitation ? », in Musulmans d’ (...)
  • 123 Omar Farouk, « The origins and evolution of Malay-Muslim ethnic nationalism in southern Thailand », (...)

39La politique ultra-nationaliste du premier gouvernement Phibunsongkhram, dans laquelle le bouddhisme theravâda devait occuper une place exclusive, a bouleversé la vie quotidienne de ces Malais de Thaïlande, le plus souvent établis en milieu rural. Une série de décrets a été promulguée pour les obliger à s’assimiler à l’Etat-nation thaïlandais. Ils se sont vus forcés d’adopter des noms thaïs, de délaisser l’habit traditionnel malais pour des vêtements occidentaux et d’apprendre la langue thaïe122. Cette tentative de « siamisation » s’étendait naturellement aussi à la religion et les écoliers ont été forcés à rendre hommage à l’image du Bouddha « parce que l’idole est le symbole national de la religion d’Etat »123...

40Lors du bref gouvernement Pridi Banomyong en 1947, les chefs religieux malais ont essayé de négocier un statut d’autonomie, mais le retour de Phibunsongkhram aux affaires a coupé court aux pourparlers. Une vague de révoltes a alors soulevé la région, culminant en de violents affrontements opposant insurgés et policiers dans le village de Duson Nyor en 1952. Une campagne de répression s’ensuivit poussant 6 000 Malais de Thaïlande à partir se réfugier en Malaysia.

  • 124 L’orthographe Patani qualifie le royaume malais (1350-1909) qui englobait les trois provinces actue (...)

41C’est cette attitude répressive du pouvoir central qui a donné naissance à une série de mouvements séparatistes armés. Le principal d’entre eux a été le PULO (Pattani United Liberation Organisation), créé en mars 1968 par Tungku Bilo Kotonilo, descendant de la noblesse malaise formé en Inde et au Pakistan. L’objectif du PULO était simple : l’établissement d’une République islamique à Pattani124. Et à partir du milieu des années 70, il aurait reçu pour ce faire le soutien financier de la Libye et de la Syrie. Il s’est en tout cas lancé dans une série d’opérations destinées à affaiblir l’Etat thaïlandais : bombes placées dans des commissariats, des gares et des aéroports, destructions de ponts, embuscades contre des militaires thaïlandais...

42Parallèlement, le mouvement a mené une campagne politique par le biais de tracts rappelant l’histoire de Pattani, défendant l’identité culturelle malaise et dénonçant l’attitude de l’Etat central thaïlandais. Les militants indépendantistes ont également pris la parole dans les écoles religieuses et les mosquées. Les écoles publiques, symboles non protégés de l’Etat-nation thaïlandais, ont été particulièrement visées par les attentats et leurs enseignants ont parfois été enlevés.

43Le PULO connaît alors son âge d’or, mais au milieu des années 80, il s’est progressivement érodé pour ne plus compter, au début des années 90 que quelques dizaines de membres basés dans l’Etat malaysien du Kelantan et menant des opérations sporadiques du côté thaïlandais de la frontière. Certains combattants ne maintenaient plus alors qu’une relation formelle avec la direction du mouvement déployant des activités plus proches du grand banditisme que de la lutte politique.

44L’institution militaire a été loin d’être étrangère à cette érosion. Du fait de la faiblesse des effectifs de la guérilla, la 4e armée, en charge du sud du pays, n’a jamais été engagée que dans de rares accrochages. Tout en menant une campagne militaire de faible intensité, le général Chavalit, chef de l’armée de terre à partir de 1986, a tenté d’apporter une réponse politique aux problèmes en lançant le projet Harapan baru (« Nouvel Espoir » en malais), calqué sur la tactique qu’il avait adoptée quelques années auparavant face à la guérilla communiste du Nord-Est (voir infra). Harapan baru a couplé des programmes de développement économique destinés aux Malais de Thaïlande avec la promesse d’un « jugement équitable » pour les séparatistes acceptant de déposer les armes.

45Cette attitude rationnelle de l’armée thaïlandaise a payé puisqu’elle a été en grande partie à l’origine de l’essoufflement du PULO. Mais l’attitude de Chavalit n’était pas pour autant purement désintéressée. Dès cette époque, il avait des ambitions politiques affirmées et entendait profiter du programme Harapan baru pour se bâtir de solides réseaux de clientèle dans l’extrême sud de la Thaïlande. Quand il a pu établir son propre parti politique en septembre 1990 (baptisé de manière révélatrice « Nouvel espoir »), les notables Malais de Thaïlande du sud profond (Den Tohmina, Areepen Utharasint, Wan Muhammad Nor Matha) lui ont apporté leur soutien.

46Un autre élément a favorisé la dynamique de l’apaisement entre Bangkok et ses provinces méridionales. A la lutte armée, beaucoup de jeunes militants Malais de Thaïlande préfèrent la voie de l’intégration à la vie politique nationale. Ils se sont réunis, dès 1973, au sein du « Groupe des Etudiants Musulmans du Sud de la Thaïlande », dont une délégation a alors rencontré le Premier ministre Sanya Thammasak.

47Aux yeux de ces jeunes activistes, une participation à la société thaïlandaise et à ses institutions a constitué le meilleur moyen de préserver la culture malaise et de regagner le contrôle de leur destin face à une poussée de plus en plus forte des migrants bouddhistes. Ils ont visé l’intégration pour éviter l’assimilation. Le choix a été judicieux. Nombre de ces jeunes activistes ont occupé des postes de décision enviables (vice-ministres, ministres et, pour l’un d’entre eux, Président du Parlement). Et même si les fonctionnaires locaux du sud de la Thaïlande restent en majorité des Thaïs bouddhistes (le recrutement se fait sur concours au niveau national), les Malais de Thaïlande ont progressivement reconquis leur autonomie politique.

48L’émergence, à partir de 1993, d’un « nouveau PULO », faction plus radicale du mouvement, dirigé par Arung Muling, a sans doute été assez spectaculaire. 34 écoles ont notamment été incendiées et on attribue généralement à ce mouvement la responsabilité de l’explosion, le 7 avril 2001, d’une bombe à la gare de Hat Yai. Mais il est douteux que ce mouvement bénéficie d’un véritable soutien de la population.

3.1.3 – Les pourquoi de la méthode et de ses résultats

  • 125 Barber et Djuli, 2000, p. 33.
  • 126 Far Eastern Economic Review, 25 juillet 1991.

49On l’a vu, la méthode adoptée par l’armée indonésienne face au séparatisme a été celle d’une répression brutale, massive et sans nuances. Selon les termes d’un attaché militaire européen, la TNI s’est comportée à Aceh « comme une armée de barbares ». Et le fait est que son attitude s’est à bien des égards apparentée à celle d’une force d’occupation coloniale sur un sol étranger. Faisant l’amalgame entre les mouvements de résistance et les populations dont ils sont issus, les militaires se sont vus donner (ou se sont eux-même donnés) « carte blanche pour écraser la guérilla125 », sans hésiter à étendre les effets de la campagne de répression aux simples civils. Comme l’a expliqué Ibrahim Hasan, le gouverneur d’Aceh à l’époque où la province était « zone d’opération militaire », « quand vous essayez de tuer un serpent sur une chaise, parfois vous cassez aussi la chaise126 ».

50Les campagnes de propagande et de développement visant à gagner les cœurs, lorsqu’elles ont effectivement été menées dans les provinces rebelles, n’ont jamais été ni durables, ni probantes. Dans un premier temps le traumatisme social et psychologique engendré par la violence a certes amené beaucoup d’Acehnais, de Papous ou de Timorais à penser qu’il était nécessaire de se démarquer de leur mouvement de libération respectif pour faire cesser la répression. Une minorité de civils, qui a vu les exactions de la TNI comme une conséquence directe de l’instabilité, a même, dans chacun des territoires concernés, développé des ressentiments vis-à-vis des guérillas. Mais les violences économiques, sociales, culturelles et morales n’ont fait que renforcer, au sein de la population, le sentiment qu’il n’y avait d’autre issue possible que la lutte pour l’indépendance. Pour résumer les choses crûment : du strict point de vue de sa mission de sécurité intérieure, l’armée indonésienne aurait difficilement pu s’y prendre plus mal.

51Par comparaison, les méthodes de l’armée thaïlandaise ont été particulièrement probantes. Le contexte a certes toujours été beaucoup moins difficile (comme on l’a laissé entendre, la puissance du PULO a été sans comparaison avec celle du GAM, de l’OPM ou du Fretilin et le soutien de la population plus marginal). Mais force est de constater que l’armée thaïlandaise a su éviter d’envenimer la situation par une répression tous azimuts. A y regarder de près, la différence ne vient pas tant de la doctrine (qui dans les deux cas combine une campagne antiguérilla à une politique de conquête des cœurs) que du fait que dans le cas thaïlandais elle a été assez rigoureusement appliquée, alors qu’en Indonésie son versant politique a été en très grande partie négligé.

52En matière de sécurité intérieure, l’armée indonésienne tente de promouvoir l’idée de la « résistance nationale » selon laquelle la société doit développer ses propres résistances. La clef des opérations de contre-subversion serait ainsi la participation active de la population. Il va sans dire que cette symbiose idéale entre civils et militaires n’est possible que si une relation étroite et harmonieuse peut être établie entre gouvernants et gouvernés. Comment alors, en Aceh, mais également au Timor Oriental ou en Irian Jaya, celle qui se définit comme l’« armée du peuple » en est-elle venue à massacrer les citoyens ?

53Les réponses sont nombreuses. L’une d’entre elles tient sans doute à la genèse de l’armée indonésienne dont la plupart des premiers responsables (au premier rang desquels Suharto) ont été formés au sein des milices de Peta, sous la férule d’une armée nippone qui mettait volontiers l’accent sur l’emploi de la force brutale, la puissance de destruction et la haine de l’ennemi. C’est en tout cas ce qu’en a retenu le général Tahi Bonar Simatupang, ancien officier du KNIL qui fut le premier chef d’Etat-Major des forces armées indonésiennes après la guerre d’indépendance :

  • 127 Cité in Said, p. 5.

« Pendant l’occupation japonaise, un changement radical eut lieu dans nos esprits, particulièrement parmi les pemuda (les jeunes militants), et les techniques militaires furent largement diffusées au sein de la population. Parmi nous, une tendance émergea : atteindre nos objectifs par l’emploi de la force, contre l’ennemi comme contre nous-mêmes127 ».

54On notera avec intérêt la parenté des officiers supérieurs indonésiens issus du sérail militaire japonais avec les généraux de la junte birmane, également réputés pour leur brutalité. Les « trente camarades » (parmi lesquels l’ex-dictateur Newin mais aussi le héros national, le général assassiné Aung San) avaient été formés par l’armée japonaise sur les îles de Hainan et de Formose entre 1940 et décembre 1941.

55Autre raison de la brutalité des troupes en opération : l’existence au sein de l’armée indonésienne d’une double hiérarchie à Aceh, en Irian Jaya et, avant le référendum d’août 1999, au Timor Oriental.

56L’armée officielle, celle dirigée par l’Etat-Major, est policée. On la rencontre dans les bureaux, aux divers niveaux de la structure territoriale. Ses officiers sont généralement mesurés, conscients des dégâts provoqués par la répression et, comme le prône la doctrine, soucieux d’établir de bonnes relations avec les populations locales.

  • 128 Arnaud Dubus, « Aceh, entre le référendum et la guerre », Le Temps, 26 janvier 2000.

57Parallèlement, un réseau militaire clandestin dirige effectivement les opérations sur le terrain et fomente enlèvements, assassinats et autres exactions. « On a presque l’impression quand on parle au chef du Kodim de voir par-dessus son épaule l’ombre de ceux qui exercent effectivement le pouvoir », expliquait, sous couvert d’anonymat en novembre 1999, le représentant d’une organisation internationale basé à Lhokseumawe (Aceh)128.

58Selon des sources proches de l’Etat-Major de Jakarta, les membres de ce réseau clandestin seraient des militaires encore actifs ou retraités des forces spéciales (Kopassus), notamment de son unité de renseignements, le Sandi Yudha, alliés à des agents du BAIS (le service de renseignements de la TNI).

  • 129 Entretien avec le général Saurip Kadi, 11 août 2000.

59D’après le général Saurip Kadi, le général Prabowo Subianto, à la tête des Kopassus de janvier 1996 à mars 1998 (et accessoirement gendre de l’ex-président Suharto), avait recruté et formé 300 membres qui ne sont jamais ensuite apparus dans les registres de l’unité. Et ces 300 soldats fantômes conduiraient encore des opérations de déstabilisation à travers tout l’archipel129.

60Ainsi, même si la direction de la TNI avait vraiment souhaité appliquer la doctrine officielle de la « résistance nationale », la présence de cette double hiérarchie aurait suffi à l’en empêcher. Le cas ne se pose pas en Thaïlande où la chaîne de commandement ne connaît pas de faiblesse majeure et où les unités spécialisées (qu’il s’agisse des forces spéciales de Lopburi ou des services de renseignements) sont strictement soumises à une hiérarchie unique.

61Les facteurs historiques idéologiques et institutionnels encouragent donc la TNI à perpétrer des actions violentes. Mais ils ne suffisent pas à expliquer une extrême brutalité qui confine parfois à la sauvagerie. On a coutume de considérer l’Indonésie comme un tout que l’idée nationale promue pendant plus d’un demi-siècle a incontestablement renforcé. Il n’en reste pas moins vrai que les Javanais éprouvent, à l’égard des peuples des confins de l’archipel, un mépris qui relève à la fois de la xénophobie et du racisme.

  • 130 Cité in Defert, 1992, p. 173.

62En 1982, le colonel Kalangie, alors responsable des opérations au Timor Oriental, se plaignait à un journaliste américain, qu’il ne soit pas plus facile « de civiliser ce peuple arriéré ». Et l’un de ses collaborateurs regrettait parallèlement dans les colonnes du journal des forces armées (Angkatan Bersenjata) que les Timorais de l’Est, « arriérés mentalement (…) passent tout leur temps à se saouler, à jouer à des jeux d’argent, à regarder des combats de coqs et à danser130 ».

  • 131 Cité in Defert, 1996, p. 266.

63Plus encore que par leur « arriération culturelle et mentale », les Timorais de l’Est et, dans une encore bien plus grande mesure les Papous, sont méprisés par la seule pigmentation de leur peau, la crépure de leurs cheveux et le caractère négroïde de leurs traits. Lorsqu’au début des années 60, le ministre des Affaires étrangères Soebandrio se proposait de « faire descendre les Papous des arbres »131, l’image faisait sens dans l’esprit de la plupart de ses concitoyens.

64Cette assimilation partielle de certaines composantes ethniques de l’archipel à des bêtes explique sans doute, au Timor Oriental comme en Nouvelle-Guinée-Occidentale, la propension des commandos à se faire photographier, dans la position du chasseur de trophées (le pied posé sur le corps de leurs victimes) ou, plus fréquemment, exhibant, le sourire aux lèvres, les têtes coupées des guérilleros abattus. « armée du peuple » peut-être, mais « armée du peuple javanais ».

65L’armée indonésienne semble donc à la fois victime de sa genèse, de son organisation et de son état d’esprit. On notera néanmoins que si elle se montre incapable de remplir sa mission de sécurité et d’intégration nationale, cela ne lui porte pas nécessairement préjudice.

66Au même titre que les chauffeurs de taxi ont parfois intérêt à ignorer le bon itinéraire pour allonger leurs courses, les militaires peuvent, dans leur propre intérêt corporatiste, se montrer incompétents, en vue d’entretenir les foyers d’instabilité. Au moment des arbitrages nationaux, les guérillas leur permettent en effet de négocier leur budget, leurs prérogatives et surtout leur emprise économique directe sur les régions périphériques en rébellion.

67Des fonds budgétaires spéciaux ont ainsi été alloués par le gouvernement pour les opérations au Timor Oriental. Et pendant un quart de siècle, des centaines d’officiers ont ponctionné le budget national sous prétexte de combattre le Fretilin.

68Au-delà, on sait que l’armée a pu, au nom de l’instabilité, prendre directement le contrôle du café timorais, ressource la plus lucrative du temps de la colonisation. A Aceh, les forces d’intervention sont très impliquées dans la déforestation illégale et, selon des témoignages, certains militaires pratiquent le trafic de marijuana (dont les plantations sont nombreuses au pied des montagnes de la province). Plus légalement, Exxon-Mobil est obligé de leur verser d’importantes « taxes de protection ». Et, en Irian Jaya, la firme américaine Freeport McMoran qui exploite la mine de cuivre et d’or de Grasberg (la plus grande mine à ciel ouvert du monde) entretient le même type de relations financières avec les unités locales.

3.2 – La lutte contre la menace communiste : à la frontière de la mission de sécurité nationale et de la lutte pour le maintien de l’ordre établi

69La question communiste est naturellement particulièrement délicate à appréhender dans le cas qui nous occupe. Où s’arrête le militantisme (la « subversion » pour les militaires) et où commence l’action armée (le « terrorisme ») ?

  • 132 Bungbongkarn, 1988, p. 136 ; on retrouve cette rhétorique dans une note d’information sur la sécuri (...)

70En Thaïlande, c’est bien le Parti communiste qui a poussé l’armée – qui jusque-là s’en était largement passée – à gloser sur le concept même de « sécurité nationale » censé englober des objectifs aussi divers que le maintien de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité de la Nation, la préservation d’un certain système politique avec le Roi à sa tête, la défense du Bouddhisme et de la culture thaïlandaise, la protection sociale et le développement économique132.

  • 133 Déclarations et discours de Chavalit Yongchaiyudth, Saiyud Kerdphol et Arthit Kamlang-ek dans les a (...)

71Pour les hiérarques militaires, le concept de « sécurité nationale » est multidimensionnel : « elle est la loi suprême du pays133. » Les officiers sont persuadés à cette époque qu’elle est la clé de la préservation du trinôme Nation-Religion-Roi. Et c’est en son nom qu’au début des années 80, le Premier ministre Prem Tinnasulanonda édicte, avec l’aide du général Chavalit Yongchaiyudth, les principes de l’offensive politico-militaire contre le communisme. Les ordres 66/2523 et 65/2525 de 1980 et 1982 stipulent en effet que « la menace communiste est le plus grand défi à la sécurité nationale ». La lutte contre les marxistes s’est alors avérée d’autant plus « légitime » que le Parti communiste thaïlandais (PCT), créé en 1942, a été déclaré illégal dès 1947 et n’a donc jamais pu jouer de rôle sur la scène politique.

72Au début des années 60, en Indonésie, le PKI était par contre un parti légal, soutenu par le président Sukarno et seul rival politique sérieux de l’armée pour la succession du chef d’Etat malade. Le PKI, qui bénéficiait d’une forte base dans les campagnes, ne disposait pas véritablement de branche armée. Il bénéficiait toutefois du soutien de certaines factions au sein de la TNI, notamment au sein de l’armée de l’air. A l’époque, Pékin comptait parmi les alliés de Jakarta et Sukarno fustigeait quotidiennement l’impérialisme américain dans des discours enflammés contre le « Nekolim » (néo-colonialisme-impérialisme).

73Si les contextes dans lesquels se sont développés les deux partis communistes ont donc été fort différents, ils sont tous deux apparus (en 1964-1965 pour le PKI et après 1976 pour le PCT) comme des alternatives possibles aux régimes en place. Thaïlande et Indonésie ont bien toutes deux fait face à un mouvement qui avait pour objectif la prise du pouvoir. Seule différence en l’espèce : alors qu’en 1965, le PKI, alors troisième parti communiste au monde par le nombre de ses adhérents, était presque en position d’y parvenir, le Parti communiste thaïlandais (PCT) et sa branche armée n’ont jamais pu menacer le régime.

PKI, coup d’Etat avorté et massacres de1965

74En 1964-1965, le PKI avait considérablement renforcé son poids politique par son soutien enthousiaste à la campagne de konfrontasi lancée par Sukarno pour déstabiliser la Fédération de Malaysia (Malaisie, Singapour, Sarawak et Sabah) perçue, après sa création en septembre 1963, comme un obstacle aux ambitions hégémoniques régionales du président indonésien.

  • 134 Crouch, 1978, p. 83-94.

75L’armée de l’air, dirigée par le général Omar Dhani, s’était aussi engagée pleinement dans la campagne militaire anti-malaysienne, mais la marine et surtout l’armée de terre, sous la direction du général Ahmad Yani, se montraient nettement plus réticentes. Les rivalités de plus en plus vives au sein des forces armées engendrèrent une alliance de fait entre le PKI, dirigé par D.N. Aidit, et un nombre important d’officiers supérieurs de l’armée de l’air dont Omar Dhani. Des officiers acquis à la cause communiste formaient aussi des petites factions au sein des autres Armes. Le général Nasution, ministre de la Défense, dont les relations avec Sukarno s’étaient considérablement dégradées, ne pouvait voir que d’un mauvais œil cette évolution134.

  • 135 Selon le témoignage de Subandrio, lors de son procès. Cité in Crouch, 1978, p. 89.

76La tension a atteint son paroxysme en janvier 1965, lorsque D.N. Aidit, secrétaire général du PKI, a proposé que des « paysans et travailleurs organisés » soient armés et reçoivent une formation militaire. Sukarno a repris la proposition et suggéré qu’ils forment une « cinquième force » (en plus des quatre Armes) de « 21 millions de volontaires ». Le Président comptait ainsi clairement court-circuiter l’armée en s’appuyant sur son allié communiste soutenu par Pékin. D’après Subandrio, alors ministre des Affaires étrangères, le Premier ministre chinois Chou En-Lai aurait proposé 100 000 armes légères pour aider le régime indonésien à « armer le peuple135 ». L’entraînement des volontaires a commencé en juillet 1965 près de la base aérienne militaire d’Halim.

  • 136 Situé près de la base aérienne d’Halim, Lubang Buaya est devenu un lieu de pèlerinage de l’Ordre No (...)

77Dans la nuit du 30 septembre 1965, un groupe « d’officiers réformistes » de l’armée de terre, issu de la division Diponegoro (Java-Central) et mené par le lieutenant-colonel Untung, enlève six des principaux généraux conservateurs de l’armée de terre avant de les assassiner et de jeter leurs corps dans un puits (connu sous le nom de Lubang Buaya, « le trou aux crocodiles136 »). Seul le général Nasution parvient à échapper à ses ravisseurs en sautant le mur de sa résidence.

78Le lendemain, le quartier général des putschistes est établi au sein de la base aérienne d’Halim où ils ont reçu l’assistance logistique de l’armée de l’air. Ils y sont bientôt rejoints par D.N. Aidit et la direction du PKI qui semblaient en fait un peu dépassés par les événements. Le 1er octobre, le président Sukarno lui-même leur rend visite avant que, dans l’après-midi, le général Suharto, commandant de la Réserve stratégique (Kostrad), organise un contre-coup. Les bataillons rebelles, qui manquent à l’évidence d’instructions claires, s’enfuient ou se rallient. Le coup d’Etat avorte. Suharto prend la direction des forces armées. La répression qui s’en suit est d’une brutalité inouïe. Jusqu’à la mi-novembre, les militants et les sympathisants communistes ou supposés tels sont massacrés.

79Le général Suharto et les officiers conservateurs tirent un grand profit politique des violences (qu’ils ont largement attisées en exhumant devant la presse réunie les corps des officiers assassinés à Lubang Buaya et en répandant des rumeurs sur les mutilations sexuelles qu’ils auraient subies des mains des membres du Gerwani, l’organisation des femmes liée au PKI).

80Pour « écraser le PKI », l’Etat-Major a laissé les leaders militaires locaux libres de décider des moyens. L’armée ne joue pas le rôle d’organisateur des purges, mais elle laisse généralement les groupes civils perpétrer les tueries. Ces derniers sont souvent liés aux organisations islamiques comme l’Ansor (le mouvement de jeunesse de l’organisation musulmane Nahdlatul Ulama). Les Pemuda marhaen (mouvement de jeunesse du Parti nationaliste indonésien de Sukarno), le SOKSI (le syndicat organisé par l’armée), certains groupes catholiques et les Pemuda Pancasila (organisation anti-communiste liée à l’armée) contribuent également au bain de sang.

  • 137 Andrée Feillard, Islam et armée dans l’Indonésie contemporaine, L’Harmattan, Coll. Recherches Asiat (...)

81A Java-Est, fief du Nahdlatul Ulama, les appels à « l’extermination » du communisme de certains kyai (directeurs d’écoles coraniques) ont souvent été interprétés littéralement par les militants du NU. Ces derniers y ont vu une invitation à l’élimination physique des membres et des sympathisants du PKI137. Le NU comprenait parmi ses adhérents de nombreux propriétaires terriens qui s’étaient sentis menacés par le programme de redistribution des terres lancé par le PKI.

  • 138 Crouch, 1978, p. 146.

82La situation varie largement suivant les régions. A Java Central (Magelang, Semarang et Solo), les troupes du RPKAD (le régiment parachutiste de l’armée de terre) défilent en armes dans les rues, avant de laisser la population s’attaquer aux maisons des communistes et des Chinois. A Java-Est où les massacres sont particulièrement nombreux, l’armée tente, dans certaines agglomérations, de limiter les razzias des groupes musulmans138. Dans d’autres villages de la même région, l’armée fournit au contraire des camions pour aider les militants de l’Ansor à transporter les suspects communistes près des fleuves où ils les égorgent avant de les jeter à l’eau. A Bali, la plupart des instituteurs, désignés comme la lie communiste sont massacrés.

83Les militants du Parti, formés à l’agitation politique et non à la lutte armée, n’opposèrent pas de résistance organisée. Il est difficile d’établir un bilan exact mais on pense qu’environ 500 000 personnes ont trouvé la mort pendant cette période, dont bon nombre de Chinois qui n’avaient aucun lien avec le PKI. On notera en tout cas que tout au long de la lutte de l’Ordre Nouveau contre ce qu’il percevait comme la menace communiste, il n’a guère été question d’approche politique, d’amnisties ou de persuasion, mais bien plutôt de tueries, d’emprisonnements, de procès et d’exécutions. Si la propagande a aussi été utilisée, elle n’a été qu’un accessoire dans un arsenal de répression pure.

84Outre l’élimination physique de l’essentiel des communistes, l’armée devait s’assurer de leur disparition durable de la scène politique. Pour ce faire, Suharto a établi, dès le 2 octobre 1965, une nouvelle organisation militaire, le Kopkamtib (« Commandement Opérationnel pour la Restauration de l’Ordre et de la Sécurité »), dont il a pris la tête. Dans un premier temps le Kopkamtib a été chargé d’éradiquer les influences du PKI et des sukarnistes sur la société en général et sur la bureaucratie et les forces armées en particulier. Mais une fois l’Ordre Nouveau consolidé, l’organisation n’a pas disparu. Elle sera utilisée pendant plusieurs décennies pour faire respecter les normes du régime.

85Le Kopkamtib, légitimé au départ par la lutte contre les « révolutionnaires subversifs », a ainsi servi de structure charnière, fonctionnant de manière similaire au KGB soviétique et assurant la subordination des forces armées et de la bureaucratie au leadership politique, en l’occurrence militaire. Son commandant était doté ès qualités de pouvoirs importants, allant jusqu’à la possibilité de décréter la loi martiale. Il disposait de ses propres services de renseignements, mais, dans la pratique, il s’est appuyé sur les commandants régionaux de l’armée de terre, qui ont assuré son emprise à travers tout l’archipel.

86A tous les niveaux de la structure territoriale, il revenait bien entendu aux officiers en charge des activités socio-politiques de neutraliser les opposants au régime. Le meurtre de la syndicaliste Marsinah, perpétré en 1994, s’est inscrit dans cette logique. De même, en 1994 c’est le Kasospol (l’assistant au commandant en chef chargé des affaires socio-politiques) Hariyoto qui avait reçu l’ordre de bloquer la réélection de Megawati Sukarnoputri à la tête du Parti démocratique indonésien (PDI). L’attaque lancée le 27 juillet 1996 contre le quartier général de cette formation s’inscrivait également dans le champ socio-politique de l’armée. Elle a été coordonnée par le successeur d’Hariyoto au poste de Kasospol, le général Syarwan Hamid, auquel il appartenait de veiller à ce que tous les leaders des partis politiques, des syndicats et des associations répondent aux critères d’éligibilité du régime.

  • 139 Le Pancasila (Foi dans le Dieu suprême ; une humanité juste et civilisée ; l’unité de l’Indonésie ; (...)

87Tout comme en Thaïlande, on retrouve ici une confusion entretenue en permanence par les chefs militaires entre le rôle politique de la TNI (la protection d’un régime qui lui est favorable) et l’impératif de maintien de la sécurité intérieure. Dans ce domaine, il faut comprendre ici le respect de l’unité idéologique nationale incarnée par le Pancasila. Cette doctrine fourre-tout, qui repose sur cinq principes interprétables à l’envi139 met en effet particulièrement en exergue les vertus du consensus dont il est précisé que les termes de référence doivent être fixés par les représentants du peuple (quatrième principe). Or, qui d’autre que l’armée dont l’un des objets est de préserver le peuple (élégamment qualifié de « masse flottante ») de tout facteur de division est plus à même de le représenter ?

  • 140 Voir à ce propos les déclaration du général Tyasno, chef de l’armée de terre, in Indonesian Observe (...)

88Avec les années, le Kopkamtib a en fait contribué à étendre l’influence de l’armée dans la plupart des domaines, tendant à étouffer les autres agences gouvernementales. Il a, par ce biais, considérablement contribué à l’emprise du régime. Pour marquer la démilitarisation formelle de l’Ordre nouveau, le Kopkamtib a bien été remplacé, en septembre 1988, par les Bakorstanas (Agences de coordination pour le maintien de la stabilité nationale) dotés de pouvoirs en théorie plus limités. Mais les dits Bakorstanas ont conservé la même chaîne de commandement. La structure a la vie dure. Les responsables de l’armée ont promis de la dissoudre140, mais elle constitue toujours l’œil de l’Etat-Major sur les agences du gouvernement. S’il est désormais difficile d’invoquer la menace du PKI, l’armée reste attentive à la question de la subversion comme en témoigne d’ailleurs l’échec du président Wahid à lever l’interdiction qui pèse depuis trente cinq ans sur les organisations communistes.

Grandeur et décadence du Parti communiste thaïlandais

89Contrairement à celle du PKI, l’histoire du PCT tourne essentiellement autour de la clandestinité et de la lutte armée. Le Parti a été fondé à Bangkok en 1942 et, dès le départ, une divergence a séparé les tenants d’une révolution de type marxiste-léniniste qui s’appuierait sur la classe ouvrière de Bangkok et ceux qui souscrivaient à la thèse maoïste d’une révolution initiée dans les campagnes. Ces derniers l’ont emporté. Et une fois leur parti déclaré illégal (en 1947), les leaders du PCT, pour la plupart des Sino-Thaïlandais, ont gagné les campagnes du Nord-Est (Isan). Là, ils ont travaillé à mobiliser les paysans miséreux et mécontents des mesures répressives des régimes militaires de Phibunsongkhram et Sarit à l’encontre de politiciens de la région.

  • 141 Bunbongkarn, 1988, p. 135.

90Jusqu’aux années 60, malgré cette implantation locale évidente, le pouvoir militaire a exclusivement considéré le communisme comme une menace extérieure venant d’URSS, de Chine et du Vietnam. L’Etat-Major thaïlandais ne concevait pas la lutte contre les rebelles communistes thaïlandais comme une mission prioritaire. Il les assimilait plutôt à des bandits dont les actions devaient relever, en conséquence, de l’autorité de la police141. C’est l’expansion de la guérilla qui força les militaires à entrer en action. Un meeting réprimé par la police en août 1965 à Nakhon Phanom, dans le nord-est du pays, mit le feu aux poudres. Soutenue par le Parti communiste chinois et le régime nord-vietnamien, la base rurale du PCT se développa rapidement. Les exactions militaires dans les villages alimentaient la colère des paysans contre l’armée et la police. Et, en 1969, le gouvernement estimait que 35 des 71 provinces étaient à classer dans la catégorie des « zones sensibles infestées de communistes ».

91La mobilisation idéologique du PCT trouvera toutefois rapidement ses limites, probablement parce que les termes intellectuels d’un discours maoïste importé de Chine perdaient de leur force dans le contexte culturel thaïlandais. Beaucoup de paysans qui rejoignirent les rangs de la guérilla le firent davantage pour des raisons d’ethnicité, que parce qu’ils étaient convaincus du bien-fondé de la lutte des classes. Le Parti dut ainsi compter pour l’essentiel sur des éléments peu politisés issus des minorités montagnardes du Nord, des groupes lao du Nord-Est et de la minorité malaise du Sud.

  • 142 Charles F. Keyes, Thailand: buddhist kingdom as modern nation-state, Duang Kamol, Bangkok, 1989, p. (...)
  • 143 Sur le soutien régulièrement apporté par les réfugiés du Guomindang aux troupes régulières thaïland (...)

92En 1975, le PCT comprenait au plus 10 000 combattants et contrôlait essentiellement des régions à faible densité de population. Du fait de la nature des terrains que le Parti occupait et de la proximité de zones frontières, véritables no man’s land politiques, il était toutefois capable de résister aux offensives de l’armée et de la police des frontières qui disposaient pourtant d’effectifs plus nombreux et mieux équipés142 et du soutien des anciens soldats du Guomindang143.

  • 144 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 295.

93L’échec patent des opérations menées par l’armée dans le Nord et le Nord-Est n’était pourtant pas seulement imputable à la topographie ou à la géopolitique. Les militaires thaïlandais n’avaient en effet aucune expérience réelle du combat. Bien que depuis plus d’une décennie, les officiers n’aient cessé de répéter qu’ils s’employaient à défendre le territoire contre la menace communiste, ils comprenaient mal la stratégie de guérilla qui leur était opposée144. Même le soutien apporté par les Etats-Unis à la mise en place du Commandement des Opérations de Suppression du Communisme (Communist Suppression Operation Command – CSOC), ne suffit pas à permettre aux militaires de venir à bout des foyers de résistances.

94La chute du gouvernement militaire dirigé par les maréchaux Thanom Kittikachorn et Praphas Charusathien en octobre 1973 encouragea les étudiants de gauche à manifester ouvertement leurs revendications. Pendant trois ans, une atmosphère de liberté d’expression sans précédent régna dans le royaume. Mais dès 1975, le radicalisme des étudiants alliés au PCT commença à effrayer la coalition des royalistes modérés et des milieux d’affaires.

95La société thaïlandaise vit dans une complète confusion, que les militaires vont s’employer à entretenir, entre trois paramètres : la menace extérieure liée aux enjeux de la guerre froide, la guérilla du PCT et les aspirations progressistes d’une partie de la société civile. Dans l’esprit de la propagande militaire, la guérilla communiste intérieure ne doit pas être considérée à l’aune de la situation sociale, économique et politique thaïlandaise, mais comme une arme au service de forces étrangères hostiles. Les communistes thaïlandais ayant donc tout lieu d’être considérés comme des traîtres, il n’y a pas matière à distinguer leur guérilla de leurs composantes civiles ou de ceux que cette dernière peut influencer. Conçue comme un problème unique, la « subversion » doit amener une réponse unique : la violence qui se déclinera de plusieurs façons.

96En janvier 1975, les élections confirment la percée des partis de gauche. Le gouvernement démocratique de Kukrit Pramoj annonce en mars un programme socialisant alors que les voisins de la Thaïlande sont prêts à tomber les uns après les autres dans le giron communiste. Une première vague de réaction émane de l’armée et de la bureaucratie civile qui, par le biais de journaux et de tracts, insistent sur la nécessaire défense de la « sécurité nationale ». Pour contrer ce qu’ils perçoivent comme une menace communiste, les militaires travaillent alors sous les auspices de l’ISOC (Internal Security Operations Command, héritier du CSOC).

97A cette époque se crée également la « Nouvelle Force » (Nawaphon), conçue comme le bras armé de la lutte anticommuniste. Cette association se compose d’officiers supérieurs et de hauts fonctionnaires principalement issus du ministère de l’Intérieur. Fin 1975, la « Nouvelle Force », dont on dit qu’elle a reçu le soutien du Palais, se targue de compter plus d’un million de membres. A partir de l’été 1975, c’est elle qui est soupçonnée d’être à l’origine de l’assassinat de nombreux dirigeants du PCT. C’est également l’époque où apparaissent les krathing daeng (« Buffles rouges » ou « Gaurs rouges »), une milice composée d’étudiants désœuvrés, de délinquants et d’anciens combattants du Vietnam ou du Laos.

  • 145 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 308.

98La seconde vague de réactions des militaires contre ce qu’ils conçoivent comme une atteinte à la sécurité intérieure démarre après la victoire communiste au Laos le 2 décembre 1975 (dont les risques de répercussions en Thaïlande auraient inquiété le Palais145). Ce sont les scouts, mis en place par la Police des frontières, dont on sait pourtant qu’elle n’a pas toujours entretenu des relations cordiales avec l’Etat-Major, qui vont cette fois servir d’instruments de répression. Les membres du mouvement scout ont été formés physiquement et moralement dans des camps d’entraînement où on leur a enseigné ce que devait être la protection de la Nation. Et si au début des années 70, il s’agit encore essentiellement d’une organisation rurale, ils apprendront vite à se faire connaître en milieu urbain.

99Début 1976, une première mobilisation a lieu à Bangkok et à la fin de l’année, la capitale compte 20 000 scouts. Des épouses de généraux, des hommes d’affaires, des banquiers, des hauts fonctionnaires, des commerçants viennent grossir les rangs du mouvement qui profite des installations et des camps militaires du pays et reçoit, au moins tacitement, le soutien du Roi.

100La période de libéralisme fut stoppée net, le 6 octobre 1976, par l’assaut de la police et des milices d’extrême droite contre l’université Thammasat, alors devenue l’un des bastions des étudiants progressistes. Des dizaines d’étudiants ont été abattus et leurs corps brûlés ou pendus devant le campus (on aura l’occasion de revenir sur ces événements dans le chapitre 5).

101Ce massacre qui marque la reprise en main de la politique par l’armée a néanmoins été bénéfique au mouvement communiste. Face aux campagnes d’assassinats menées par les différentes milices paramilitaires, beaucoup d’étudiants, de syndicalistes et de leaders paysans qui avaient jusque-là cru pouvoir, par leur seule action militante, provoquer un changement de société, optèrent pour la lutte armée. Ainsi, de 2 000 à 3 000 d’entre eux, pour moitié des étudiants, partirent dans la jungle pour rejoindre l’insurrection du PCT.

  • 146 Keyes, 1989, p. 110.

102Au faîte de sa puissance, en 1979, la guérilla communiste a pu compter jusqu’à 14 000 hommes en armes. Mais très vite, les différences idéologiques entre les nouveaux venus et les vétérans de l’insurrection férus de maoïsme, affaiblirent le mouvement. L’imprégnation marxiste des étudiants n’était pas passée par le petit livre rouge, mais par les travaux de Jit Phoumisak qui, dans les années 50, avait analysé les mécanismes féodaux de la société thaïlandaise. Ce brillant étudiant en histoire et en ethnographie, assassiné par la police en mai 1966, avait réussi à traduire les notions marxistes dans des termes recevables pour les Thaïlandais146.

103Les divergences internes au Parti devinrent aiguës quand, en décembre 1978, il dut définir sa position vis-à-vis de l’invasion vietnamienne au Cambodge alors sous la domination des Khmers rouges. Une faction pro-vietnamienne s’opposa aux leaders historiques du PCT qui maintenaient que le modèle révolutionnaire chinois était le seul valable. Les divisions au sein du Parti lui ont naturellement été très préjudiciables ; d’autant que dans le même temps, le gouvernement chinois avait choisi d’interrompre son soutien aux confettis de guérilla d’Asie du Sud-Est (à l’exception de celle du PC birman). En l’espèce, Pékin devait se ménager les bonnes grâces de Bangkok pour pouvoir ravitailler ses alliés Khmers rouges en lutte contre l’armée vietnamienne.

  • 147 Far Eastern Economic Review, 10 décembre 1982, p. 16.

104Mais le coup de grâce au PCT fut donné par le gouvernement du général Kriangsak Chomanand qui, à la différence des administrations précédentes, proposa à partir de 1979, d’amnistier les rebelles désireux de déposer les armes. Cette branche d’olivier, conçue par le pouvoir comme un moyen de cicatriser la plaie ouverte par les événements du 6 octobre 1976 fut bien accueillie. Désillusionnés, fatigués de la vie dans la jungle, 400 étudiants acceptèrent l’offre presque immédiatement. Dans les années qui suivirent, l’aggravation des divergences idéologiques et l’absence de soutien chinois amenèrent également certains des vétérans du Parti à abandonner la lutte. Fin 1982, seuls 750 combattants subsistaient dans le Nord-Est et « pas plus de 4 000 dans l’ensemble du pays147 ».

105L’armée thaïlandaise a donc privilégié la méthode douce, usant de la propagande, de l’offre d’amnistie et de programmes de développement pour éteindre une menace armée limitée. Comme vis-à-vis du PULO, cette approche très politique était bien sûr complétée par une campagne de répression militaire et policière, mais après 1976, elle était devenue secondaire par rapport au volet persuasif.

  • 148 Far Eastern Economic Review, 2 juin 1983, p. 16.
  • 149 Ces décrets furent le socle de la politique anticommuniste thaïlandaise. L’ordre 66/2523 du 23 avri (...)

106Le général Prem Tinnasulanonda, chef de l’armée de terre sous Kriangsak, puis Premier ministre à partir de 1980, poursuivit et développa le programme de son prédécesseur, « plaçant la politique avant l’action militaire pour combattre l’insurrection communiste »148. C’est à cette époque que, de concert avec le général Chavalit Yongchaiyudth, futur chef de l’armée de terre, il prit la décision de mener une campagne combinée de propagande et de développement, base d’une « offensive politico-militaire » consacrée par les décrets 66/2523 (1980) et 65/2525 (1982)149.

107L’unité des Réservistes militaires pour la sécurité nationale, créée à cet effet, n’a pas tardé à compter un demi-million de membres (1985). Ces volontaires, supplétifs de l’armée, ont participé à la construction d’infrastructures, notamment de routes dans le nord-est dissuadant par des efforts de propagande, les villageois de soutenir l’insurrection.

108On aura l’occasion de revenir sur cette contribution de l’armée et des groupes paramilitaires au développement national. Elle n’a pas été exclusive de la violence assumée par les krathing daeng et les rangers, milices toujours tristement célèbres pour la manière dont elles assuraient la répression et le maintien de l’ordre. Mais plus que l’action militaire, ce sont bien ces efforts dans le champ de l’action civile, couplés aux mesures d’amnistie et à l’usure de la guérilla qui ont permis à l’armée, en quelques années, d’avoir définitivement raison de l’insurrection du PCT. Encouragée par ce succès, l’armée a vu sa mission de « sécurité intérieure » confortée. Elle a même été rebaptisée mission de « sécurité nationale » pour consacrer plus clairement le rôle économique et social de l’institution militaire ainsi que sa contribution à l’assimilation des minorités nationales.

Lorsqu’élimination ne rime pas avec destruction

109Ici comme dans la lutte contre les séparatismes (volets d’ailleurs moins clairement distingués en Thaïlande qu’en Indonésie), les armées indonésienne et thaïlandaise ont usé de moyens bien différents. Les situations n’étaient sans doute pas similaires. En Indonésie, il s’agissait de détruire une structure politique légale, qui comptait des millions de membres et étendait son réseau à l’ensemble du pays. En Thaïlande, l’objectif était de neutraliser une insurrection armée qui, avec un succès mitigé, avait tenté de rallier les paysans pauvres à sa cause. Mais une fois encore, la distinction entre l’attitude brutale de la première et la stratégie plus politique de la seconde emprunte moins à la situation objective qu’à une différence d’approche structurelle.

110Ce n’est pas un hasard si en Thaïlande, une menace armée a été traitée politiquement ; alors qu’en Indonésie, une menace politique a été traitée militairement. Armée sans compétence militaire, l’armée thaïlandaise est habituée, au moins depuis 1932, à s’exprimer dans le champ politique avec les armes de la politique (propagande, mais également compromis et séduction). Forgée dans la violence de la seconde guerre mondiale et de la lutte pour l’indépendance, la TNI peine à élargir son registre au-delà de sa brutalité originelle.

111Sans porter de jugement moral sur cette profonde différence d’approche, on notera qu’entre la deuxième guerre mondiale et la fin du millénaire, les résultats de l’armée indonésienne en ce qui concerne la sécurité intérieure ont été bien moins probants que ceux de son homologue thaïlandaise. A son actif, on ne peut guère compter que l’écrasement d’un parti politique légal par le massacre de centaines de milliers de ses membres et la persistance, dans et par le sang, d’une série de rébellions séparatistes. Le bilan est d’autant plus mitigé que dans un pays-archipel aussi vaste et aussi hétérogène, l’armée a incontestablement un rôle positif à jouer en matière de renforcement de l’unité nationale.

3.3 – Les nouvelles missions : lutte contre la drogue et le banditisme

112Les militaires thaïlandais sont aujourd’hui déchargés de la lutte contre l’insurrection communiste. Le discours officiel demeure pourtant prisonnier de concepts passés. La notion de « préservation de la sécurité nationale » reste présentée comme une priorité. Le ministère de la Défense continue d’exhorter l’armée à lutter contre les « menaces intérieures ». Et l’armée précise officiellement qu’avec la disparition du PCT et du Parti communiste de Malaya, elle se concentre aujourd’hui sur la « propagation des idéaux démocratiques » dans les « zones reculées », et sur « l’amélioration des conditions de vie aux frontières ». A cet égard, le général Surayud Chulanond estime que l’armée reste « confrontée à certains problèmes de sécurité nationale » dans le sud de la Thaïlande, en référence aux activités des derniers activistes du nouveau PULO aux confins de la lutte politique et du terrorisme.

  • 150 Bangkok Post, 1er janvier 2001.
  • 151 Bangkok Post, 18 décembre 2001.

113C’est un Conseil National de Sécurité (CNS) qui est en charge de la rédaction du Plan stratégique pour la sécurité nationale. Lors de la rédaction du plan 2002-2006, le secrétaire général de ce Conseil a déjà fait état des nouvelles menaces intérieures qui, selon lui, peuvent déstabiliser la Thaïlande : drogue, immigration illégale, jeux, prostitution, blanchiment d’argent150. Il a également déclaré à la presse qu’il était difficile de compter sur les politiciens pour prendre en charge ces dossiers. Ce point de vue est partagé par un certain nombre de sénateurs qui souhaitent, de ce fait, voir l’armée jouer un rôle accru151.

114Le CNS, dont l’utilité même est contestée par les milieux politiques ou associatifs progressistes, a proposé fin 1999 de remplacer la loi anti-communiste, toujours en vigueur mais tombée en désuétude, par une disposition en théorie moins répressive mais au champ d’application plus large (et donc susceptible d’être interprétée de manière extensive). Cette nouvelle « loi contre le désordre intérieur », débattue au Parlement, n’avait toujours pas été adoptée au début de 2001. Elle n’en traduit pas moins la volonté de certains groupes militaires et autres spécialistes de la sécurité nationale de continuer à lutter contre ce, et ceux, qu’ils perçoivent comme des menaces.

115C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre l’engagement, depuis 1999, de l’armée thaïlandaise dans la campagne de lutte contre le trafic des amphétamines (ya ba, littéralement « médicament qui rend fou »). Ces nouvelles drogues chimiques causent des ravages au sein de la jeunesse thaïlandaise. Six cent millions de comprimés sont produits annuellement par la guérilla de la minorité wa en Birmanie à proximité de la frontière thaïlandaise. Ils sont revendus à des trafiquants thaïlandais qui les distribuent à travers le royaume. Le CNS s’en est alarmé au point de déclarer en 1999 que ce trafic constituait la première menace contre la sécurité nationale. Mais dans la mesure où la plupart des producteurs exercent leur activité en Birmanie et que les autorités de Rangoon font preuve à leur endroit d’une grande passivité, le débat rentre également dans le champ délicat des relations bilatérales. L’armée thaïlandaise accuse même à l’occasion son homologue birmane de favoriser ce trafic, ce qui a conduit à des accrochages à la frontière en février 2001.

  • 152 Bangkok Post, 9 novembre 2000.

116Selon le général Sampao Chusri, commandant suprême des forces armées thaïlandaises, « le Roi, inquiet de la propagation des drogues dans le pays, souhaite que les militaires soient directement impliqués dans la lutte anti-narcotique152. » Quoi qu’il en soit, la 3e armée (région Nord), commandée en 2001 par le général Wattanachai, est en première ligne contre les trafics (amphétamines, mais aussi et toujours héroïne). Et elle monopolise de facto la lutte anti-narcotique dans la zone. Elle justifie cette prise en charge d’un problème qui ressort plutôt du domaine policier par l’implication des dits policiers dans le trafic.

  • 153 Entretien avec Paul Handley, mars 2000.

117Selon certains experts153, la situation est hors de contrôle dans certains districts du Nord. Et un transfert de ces zones sous le contrôle exclusif de l’armée est envisagé par le gouvernement. Plusieurs provinces seraient alors administrées par des militaires qui prendraient en charge les fonctions de police.

  • 154 Bangkok Post, 14 mai 2000.

118Dans ce contexte, la 3e armée a d’ores et déjà entrepris la formation d’unités civiles armées le long de la frontière birmane. En mai 2000, les militaires ont commencé à équiper et à former au combat près de 5 000 civils répartis dans 120 villages frontaliers154. L’objectif est d’atteindre 592 villages fin 2001.

  • 155 Bangkok Post, 13 avril 2000.

119Au-delà de la lutte contre les trafics (de drogue, mais aussi de bois), la formation des villageois, qui appartiennent le plus souvent à des minorités ethniques, revêt également une dimension politique. Non seulement il s’agit de lutter contre les trafics illicites mais aussi de faire participer les montagnards à la cause nationale. Ces derniers n’ayant pas toujours de carte d’identité thaïlandaise, l’armée insiste pour rendre effective leur naturalisation. Faute de toujours pouvoir l’obtenir, elle réclame l’amendement de la loi sur la conscription pour permettre à des non-Thaïlandais d’effectuer un service national155.

  • 156 Voir par exemple le Bangkok Post du 20 avril 2000.

120Derrière l’objectif de formation et d’intégration des populations allogènes, se cachent des objectifs moins avouables. L’armée a besoin de plus de 85 000 conscrits chaque année et peine à les obtenir. En outre, elle assortit ses efforts d’assimilation, de déplacements et de regroupements forcés régulièrement dénoncés par les ONG156.

  • 157 Bangkok Post, 2 mai 2000.

121C’est également au nom du développement des régions défavorisées, de l’intégration et de la sécurité nationale, que les militaires construisent des routes ou des pistes d’atterrissage stratégiques, sans trop se préoccuper des équilibres écologiques. C’est ainsi qu’invoquant la « protection de la Nation », ils ont participé à la déforestation dans la réserve naturelle de Thung Yai Naresuan le long de la frontière birmane157. L’affaire de ce sanctuaire forestier est d’autant plus emblématique des atteintes de l’armée à l’environnement, qu’il avait, il y a trente ans, déjà été violé par l’armée. En 1973, un accident d’hélicoptère avait même révélé que les militaires n’hésitaient pas à chasser les espèces sauvages protégées. C’était alors au nom de l’anti-communisme...

  • 158 C’est en tout cas ce que pense le général Mongkol Ampornpisith, ancien commandant suprême de l’armé (...)

122Pour symbolique qu’il soit, le cas de la réserve de Thung Yai Naresuan, révèle une certaine permanence dans l’approche militaire des zones périphériques qui doivent relever exclusivement du « droit militaire ». Dans cette logique, il n’est pas autrement surprenant que l’on retrouve bien des similitudes entre le discours en vigueur au moment de la lutte contre l’insurrection communiste et celui que les officiers tiennent aujourd’hui sur les risques frontaliers et la lutte anti-narcotique. Les militaires se définissent pareillement comme les « médecins du corps social », qui, dans un cas comme dans l’autre, soignent ses plaies physiques et morales. Comparé au communisme, le trafic de drogues ne serait qu’« une autre forme de destruction sociale158 ».

  • 159 C’est notamment le cas à Khorat (The Nation, 14 mars 2000 ; The Nation, 15 avril 2000).
  • 160 Bangkok Post, 9 novembre 2000.

123Rien d’étonnant donc à ce que le concept fourre-tout de « sécurité nationale » soit de nouveau réquisitionné, justifiant des interventions armées, mais également un pouvoir d’arrestation et de répression qui relève généralement du domaine civil. L’armée accueille par exemple des toxicomanes dans ses casernes reconverties en centre de désintoxication159. Cette opération, pour laquelle elle réclame un budget annuel de 19 millions de bahts (475 000 euros)160 devrait conduire les camps militaires à accueillir environ 150 000 personnes, des jeunes pour la plupart.

  • 161 Bangkok Post, 31 mars 2000.

124« Notre objectif n’est pas d’apprendre à ces enfants à jouer de la musique ou au football, mais d’adoucir leur cœur pour qu’ils apprennent les règles de la vie en société et assument les conséquences de leurs actes, » expliquait récemment un général chargé des affaires civiles de l’armée161. Mais au-delà de leur utilité immédiate, les interventions des militaires dans les régions périphériques comme leurs ingérences dans la gestion du corps social ne sont pas sans importance. La marge est en effet parfois bien ténue entre la prise en charge des situations d’exception et la recherche d’une emprise plus large sur la société.

125Si, comme c’est le cas pour certains districts du Nord, on est prêt à admettre la possibilité d’une gestion totalitaire par l’armée d’une partie de l’espace national, dans quelle mesure ne peut on pareillement tolérer, également au nom de l’intérêt national, une mise en concurrence des civils par les militaires s’agissant de l’administration du pays dans son ensemble ?

3.4 – La dualité Armée-Police : des prérogatives difficiles à distinguer

126En Indonésie comme en Thaïlande, la démarcation des fonctions entre armée et police en matière de sécurité intérieure est floue. Dans le cas indonésien, la police a été, depuis la décolonisation et jusqu’en avril 1999, subordonnée à la TNI. Cette soumission a été particulièrement forte durant l’Ordre Nouveau de Suharto : le chef de la police prenant directement ses ordres du commandant en chef des forces armées. « Petite sœur » de l’armée, la police a aujourd’hui bien du mal à assumer son autonomie nouvellement acquise.

127En Thaïlande, police et armée sont deux corps rivaux depuis l’après-guerre. A partir de 1947, le colonel Phao Siriyanond, un officier de l’armée du Nord, a recréé un corps policier en s’inspirant de la structure militaire. Au début des années 50, son institution comptait 45 000 hommes, soit autant que l’armée. La police comprenait alors des unités d’élites, groupes spéciaux d’intervention aux ordres de Phao qui pouvait les utiliser pour des missions paramilitaires ou politiques.

128La rivalité entre policiers et militaires a atteint son paroxysme en 1957 lorsqu’elle reflétait l’opposition entre le général Sarit Thanarat d’une part et l’alliance Phibunsongkhram-Phao Siriyanond d’autre part. Après la victoire de Phibunsongkhram aux élections de septembre 1957, Sarit fit encercler le quartier général de la police et força ses adversaires à l’exil. Il purgea ensuite la police pour redonner à l’armée sa prééminence.

129Les Américains poursuivront néanmoins leur politique de soutien à la police. La CIA a pris en charge la formation et a fourni, à partir de 1962, un appui logistique contre l’insurrection communiste naissante. La police des frontières a été établie dans ce but, assurant des missions de type militaire aux limites du royaume. Entre 1965 et 1969, la police royale a reçu la moitié de l’aide américaine destinée à « la défense ».

130A la fin des années 60, la police thaïlandaise comptait 80 000 hommes. Placée sous l’autorité du Premier ministre, elle était totalement indépendante de l’armée. Depuis lors, les conflits de compétence ont été nombreux, mais les accrochages sont restés limités. Les deux institutions sont toujours en concurrence, mais se respectent mutuellement. Les militaires sont souvent sollicités pour des missions de sécurité intérieure. Des corps d’élite de l’armée sont, par exemple, intervenus aux côtés de la police lors de prises d’otages, réalisées sur le sol thaïlandais par des rebelles birmans en octobre 1999 et en janvier 2000.

131En Indonésie, les deux corps ont été officiellement séparés en avril 1999. En théorie, la police, au travers de ses Brigades mobiles (Brimob), son unité d’élite, est en charge de la sécurité intérieure. Mais ce transfert de responsabilités sur ce qui, de tout temps, a été l’apanage de l’armée, reste aujourd’hui largement théorique. Mal formée, mal payée, corrompue, considérée avec condescendance par les militaires, la police n’a pas assez d’effectifs (200 000 hommes) et d’équipements pour prendre en charge une telle mission. Dans les faits, elle dépend du bon vouloir logistique de la TNI pour pouvoir se déployer dans les zones en crise. Dans cette période de transition où les responsabilités ne sont pas clairement délimitées, les frictions sont fortes. Aux Moluques ou à Kalimantan, les affrontements entre policiers et militaires sont courants.

  • 162 Entretien avec le général Widjojo, 16 août 2000.

132Depuis la fin du régime Suharto, les conflits horizontaux opposant deux groupes de citoyens entre eux se sont multipliés, créant pour l’armée une situation qu’elle qualifie elle-même d’« inédite162 ». Ils relèvent aussi bien de tensions interethniques provoquées par la politique de transmigration (Dayak contre Madurais au Kalimantan, Papous contre Javanais en Irian Jaya) que de frictions sociales qui se sont cristallisées autour des différences religieuses (musulmans contre chrétiens aux Moluques).

  • 163 Entretien avec le général Saurip Kadi, 11 août 2000.

133L’armée et la police sont finalement pareillement embarrassées par la délimitation floue de leurs responsabilités respectives et peinent encore davantage à définir des stratégies opérationnelles adaptées. La récente émergence à Jakarta et dans les provinces de diverses milices islamiques, parfois armées, comme les Laskar Jihad partis soutenir leurs « frères musulmans » aux Moluques, illustre ces difficultés. La police ne semble pas oser contrecarrer les actions de ces groupuscules dont certains sont appuyés par des officiers dévoyés163.

  • 164 M. Fajrul Falaakh, « Persepsi militer atas supremasi politik sipil di Indonesia di tengah transisi (...)

134Quant à l’armée, elle considère que mettre au pas ces milices, qui maraudent régulièrement dans la capitale pour détruire discothèques, karaokés et autres lieux de perdition impies ne ressort plus de sa responsabilité164. Une réaction étonnante quand on se rappelle que, dans les années 50, l’extrémisme islamique était considéré par les militaires comme la plus grave menace contre l’équilibre et l’intégrité de la Nation.

  • 165 Cité in Asian Wall Street Journal, 25 août 2000.
  • 166 A. S. Widodo, Associated Press, 21 avril 2000.

135L’armée indonésienne rechigne d’ailleurs à transférer effectivement ses responsabilités en matière de sécurité intérieure, ou plutôt les pouvoirs liés à cette mission. Le démantèlement de la structure territoriale, maintes fois annoncé, n’était pas encore entré dans la phase concrète en mars 2001. Le processus est supposé durer entre sept et dix ans, mais les réticences sont fortes. Un rapport préparé par le département de la défense et destiné à promouvoir le débat sur la réforme des forces armées affirme que « la TNI restera responsable en matière de défense extérieure et domestique165. » Et le chef des forces armées, l’amiral A.S. Widodo, a affirmé, en avril 2000 que « la TNI, en tant qu’institution constitutionnelle de l’Etat, se doit de mettre en place et de protéger les politiques adoptées par le gouvernement légitime166 ». Quant à la gestion des troubles dans les régions comme Aceh ou Irian Jaya, où se manifestent des revendications séparatistes, l’armée refuse absolument de laisser la police seule en charge.

  • 167 Cité in Agence France Presse, 2 mars 2001.

136Après la multiplication des affrontements entre musulmans et chrétiens aux Moluques et les massacres des Madurais par les Dayak à Kalimantan, les officiers d’Etat-Major ont réclamé, en mars 2001, qu’un « rôle transitoire » soit accordé légalement à l’armée pour qu’elle puisse continuer à assurer la sécurité intérieure. Les termes de ce que devrait être ce « rôle transitoire » ne sont pas clairs mais il semble que l’armée souhaite pouvoir agir directement dans les zones de crise sans attendre que la police, jugée notoirement incompétente, fasse appel à elle. « Nous avons besoin d’un parapluie juridique pour pouvoir être pro-actifs en matière de sécurité », a déclaré en mars 2001 le général Endriartono Sutarto, commandant de l’armée de terre167.

  • 168 Voir document officiel du 1er mars 2001 fourni par le bureau du gouverneur de Palangkaraya.

137On peut toutefois se demander si, dans la réalité, la police, si mal préparée soit-elle, ne serait pas plus efficace que les militaires. Le 21 février 2001, 500 soldats d’un bataillon local d’infanterie étaient présents dans la région de Sampit, épicentre des troubles qui se sont produits à cette date dans la province de Kalimantan-Centre. Et ils sont restés sans réaction au plus fort des exactions perpétrées par les Dayak contre les transmigrants madurais168. Ce n’est que le 23 février qu’un bataillon de Brimob (600 hommes) a pu être dépêché sur place pour rétablir l’ordre.

138Ce sont même souvent les militaires indonésiens eux-mêmes qui sont à l’origine de l’« insécurité intérieure ». A Aceh, des enlèvements et des meurtres sont encore commis par des éléments des forces spéciales en civil. Aux Moluques, en 2000, des militaires se sont engagés à plusieurs reprises aux côtés de l’un ou l’autre des belligérants au cours du conflit opposant chrétiens et musulmans…

139Qu’il s’agisse des Moluques ou de Kalimantan, le non-professionalisme des troupes est frappant. Au lieu de séparer les groupes en conflit, les militaires se sont régulièrement engagés aux côtés des divers protagonistes. Plusieurs raisons l’expliquent. Les soldats des unités territoriales sont souvent recrutés sur place ou sont stationnés au même endroit pendant de très longues périodes. Ils forgent des relations avec les leaders locaux et perdent leur impartialité, d’autant plus qu’ils doivent souvent recourir à leurs interlocuteurs pour assurer leur subsistance.

  • 169 Entretien avec Salim Said, 19 juillet 2000.

140Comme nous l’expliquait Salim Said, spécialiste de l’armée indonésienne, « ils n’ont pas assez d’équipements pour faire leur travail. Les militaires se reposent sur la population locale pour bien des choses : la logistique, le transport, le logement169 ». Dès lors les soldats deviennent « émotifs » et connaissent des « difficultés psychologiques » lorsqu’il s’agit de remplir leur mission de maintien de l’ordre.

  • 170 Widjojo, 16 août 2000.
  • 171 New York Times, 23 août 2000.

141Le plus frappant est que l’Etat-Major semble s’en accommoder. Là encore, l’armée en tant qu’institution ne serait pas fautive. « Il ne s’agit pas d’une politique intentionnelle au niveau de l’unité. Aux Moluques, les problèmes sont venus de soldats qui avaient des liens familiaux avec des groupes ethniques locaux. C’est une coïncidence. Ce n’est pas un problème militaire », nous confiait le général Agus Widjojo, chef de la structure territoriale de la TNI170. Mais à l’instar d’Harold Crouch, on peut ne pas se satisfaire de l’« émotivité » des soldats professionnels171. Il semble d’ailleurs que l’armée ait fait quelques progrès pour ce qui est de la désimplication affective de ses soldats, puisque depuis le début de l’année 1999, elle a réussi à contrôler au moins à Jakarta la plupart des manifestations sans tirer dans la foule. C’est peut-être le signe qu’elle peut finalement, au moins à Java, trouver une réponse intermédiaire entre réaction brutale et laisser-faire.

142La police indonésienne ne disposant pas d’une structure territoriale aussi consistante que celle de l’armée, il lui est concrètement impossible de couper le cordon ombilical à court terme. Mais au-delà, il n’est pas sûr que la chose soit souhaitable. Dans un pays où les conflits potentiels ethniques, religieux et sociaux sont multiples, il est d’autant moins incohérent de confier des responsabilités aux militaires en matière de sécurité intérieure, que la menace extérieure est inexistante.

  • 172 Déclaration de l’amiral A.S. Widodo, commandant en chef des forces armées, cité in Associated Press(...)
  • 173 Entretien avec le général Agus Widjojo, 16 août 2000.

143Le problème réside plutôt dans l’ambiguïté de l’attitude de l’armée. Les responsables militaires soulignent qu’ils sont prêts à « abandonner tout rôle politique172 », mais qu’il ne faut pas les critiquer s’ils n’interviennent pas immédiatement en cas de crise intérieure173. On retrouve ici une confusion entre « sécurité intérieure » et « rôle politique » qui constitue une double menace, contre la démocratie et contre l’intégrité du pays.

Notes

105 Les Thaï-Lao du Nord-Est représentent 31 % de la population, les Thaï du nord 20 %, les Thaï du sud 4 % et les Thaï-Musulmans 1 %.

106 Stéphane Dovert, « L’Indonésie : Etat-nation ou empire ? », dans Françoise Cayrac-Blanchard, Stéphane Dovert et Frédéric Durand (eds), Indonésie. Un demi-siècle de construction nationale, L’Harmattan, Paris, 2000, p. 49.

107 Entretien avec le chef du bureau des Nations unies à Maliana, 25 août 1999.

108 Voir la série de photos de John Stanmeyer, Time, 17 septembre 1999.

109 Defert, 1992, p. 147-150.

110 Alors que la population assistait pacifiquement à l’inhumation de deux jeunes indépendantistes abattus par les ninjas quelques jours plus tôt, l’armée ouvrit le feu sur la foule, entraînant la mort de près de 300 personnes dont plusieurs ont été achevées à l’hôpital. Le journaliste indépendant Max Stahl a pu filmer la fusillade.

111 Le programme, baptisé transmigrasi visait à déplacer les populations des zones surpeuplées comme Java et Madura vers les zones périphériques moins denses (à propos de son application en Irian Jaya, voir Defert, 1996, p. 332-355).

112 Richard Barber, M.N. Djuli, Aceh, the untold story, Forum Asia-Support Committee for human rights in Aceh, Bangkok, 2000, p. 49.

113 Barber et Djuli, 2000, p. 30.

114 Barber et Djuli, 2000, p. 31.

115 Suharto, My thoughts, speeches and actions, Citra Lamtoro Gung Persada, Jakarta, 1991.

116 Barber et Djuli, 2000, p. 33.

117 Robert Lowry, 1996, p. 165.

118 Cité in Reuters, 25 novembre 1990.

119 Lowry, 1996, p. 166.

120 Amnesty International, communiqué du 17 mai 2000.

121 Par exemple, le militant des droits de l’Homme Jafar Siddiq Hamzah dont le corps mutilé a été retrouvé près de Medan en septembre 2000.

122 Arnaud Dubus, « Musulmans malais, Thaïs bouddhistes : vers quelle cohabitation ? », in Musulmans d’Asie, Cahiers de l’Orient, no 35, troisième trimestre 1994, p. 41-56.

123 Omar Farouk, « The origins and evolution of Malay-Muslim ethnic nationalism in southern Thailand », in Islam and Society in Southeast Asia, Institut des études sud-est asiatiques, Singapour, 1986, p. 253-257.

124 L’orthographe Patani qualifie le royaume malais (1350-1909) qui englobait les trois provinces actuelles de Pattani, Yala et Narathiwat. L’orthographe Pattani fait référence à la province administrative thaïlandaise et à la ville du même nom.

125 Barber et Djuli, 2000, p. 33.

126 Far Eastern Economic Review, 25 juillet 1991.

127 Cité in Said, p. 5.

128 Arnaud Dubus, « Aceh, entre le référendum et la guerre », Le Temps, 26 janvier 2000.

129 Entretien avec le général Saurip Kadi, 11 août 2000.

130 Cité in Defert, 1992, p. 173.

131 Cité in Defert, 1996, p. 266.

132 Bungbongkarn, 1988, p. 136 ; on retrouve cette rhétorique dans une note d’information sur la sécurité nationale du ministère de la Défense thaïlandais.

133 Déclarations et discours de Chavalit Yongchaiyudth, Saiyud Kerdphol et Arthit Kamlang-ek dans les années 70 et 80, cités in Bungbongkarn, 1988, p. 137.

134 Crouch, 1978, p. 83-94.

135 Selon le témoignage de Subandrio, lors de son procès. Cité in Crouch, 1978, p. 89.

136 Situé près de la base aérienne d’Halim, Lubang Buaya est devenu un lieu de pèlerinage de l’Ordre Nouveau.

137 Andrée Feillard, Islam et armée dans l’Indonésie contemporaine, L’Harmattan, Coll. Recherches Asiatiques, Paris, 1995, p. 64.

138 Crouch, 1978, p. 146.

139 Le Pancasila (Foi dans le Dieu suprême ; une humanité juste et civilisée ; l’unité de l’Indonésie ; le consensus obtenu grâce à la sagesse des délibérations des représentants du peuple ; la justice sociale) a été abondamment décrit in Marcel Bonneff, Françoise Cayrac-Blanchard et al., Pantjasila – Trente années de débats politiques en Indonésie, Etudes Insulindiennes / Archipel no 2, Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1980. On lira également à ce propos, Françoise Cayrac-Blanchard, « ‘Kesatuan dan Persatuan Bangsa’, l’idéologie du consensus national en Indonésie », in Cayrac-Blanchard, Dovert et Durand (eds), 2000, p. 147-172.

140 Voir à ce propos les déclaration du général Tyasno, chef de l’armée de terre, in Indonesian Observer, 17 mai 2000.

141 Bunbongkarn, 1988, p. 135.

142 Charles F. Keyes, Thailand: buddhist kingdom as modern nation-state, Duang Kamol, Bangkok, 1989, p. 109.

143 Sur le soutien régulièrement apporté par les réfugiés du Guomindang aux troupes régulières thaïlandaises, on se reportera utilement à Bo Yang, Golden Triangle – Frontier and Wilderness, trans. Clive Culliver, Joint Publishing C., Hong Kong, 1987.

144 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 295.

145 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, 1995, p. 308.

146 Keyes, 1989, p. 110.

147 Far Eastern Economic Review, 10 décembre 1982, p. 16.

148 Far Eastern Economic Review, 2 juin 1983, p. 16.

149 Ces décrets furent le socle de la politique anticommuniste thaïlandaise. L’ordre 66/2523 du 23 avril 1980 définit une « politique de lutte pour la victoire contre le communisme » et fut prolongé et élargi par un « programme d’offensive politique » détaillé dans l’ordre 65/2525 du 27 mai 1982.

150 Bangkok Post, 1er janvier 2001.

151 Bangkok Post, 18 décembre 2001.

152 Bangkok Post, 9 novembre 2000.

153 Entretien avec Paul Handley, mars 2000.

154 Bangkok Post, 14 mai 2000.

155 Bangkok Post, 13 avril 2000.

156 Voir par exemple le Bangkok Post du 20 avril 2000.

157 Bangkok Post, 2 mai 2000.

158 C’est en tout cas ce que pense le général Mongkol Ampornpisith, ancien commandant suprême de l’armée (cité in Bangkok Post, 29 août 2000).

159 C’est notamment le cas à Khorat (The Nation, 14 mars 2000 ; The Nation, 15 avril 2000).

160 Bangkok Post, 9 novembre 2000.

161 Bangkok Post, 31 mars 2000.

162 Entretien avec le général Widjojo, 16 août 2000.

163 Entretien avec le général Saurip Kadi, 11 août 2000.

164 M. Fajrul Falaakh, « Persepsi militer atas supremasi politik sipil di Indonesia di tengah transisi menuju demokrasi », in Rizal Sukma et J. Kristadi (ed.), Hubungan sipil-militer dan transisi demokrasi di Indonesia, Centre for Strategic and International Studies, 1999, Jakarta, p. 60-69.

165 Cité in Asian Wall Street Journal, 25 août 2000.

166 A. S. Widodo, Associated Press, 21 avril 2000.

167 Cité in Agence France Presse, 2 mars 2001.

168 Voir document officiel du 1er mars 2001 fourni par le bureau du gouverneur de Palangkaraya.

169 Entretien avec Salim Said, 19 juillet 2000.

170 Widjojo, 16 août 2000.

171 New York Times, 23 août 2000.

172 Déclaration de l’amiral A.S. Widodo, commandant en chef des forces armées, cité in Associated Press, 21 avril 2000.

173 Entretien avec le général Agus Widjojo, 16 août 2000.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Indonésie : Régions militaires
Légende ● QC de régions militaires (kodam)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Archipel indonésien : Principaux pôles de tension
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search