Version classiqueVersion mobile

Armée du Peuple, Armée du Roi

 | 
Nicolas Revise
, 
Arnaud Dubus

Chapitre 2. Quelles défenses nationales pour quelles menaces extérieures ?

Texte intégral

1Entre la guerre froide et la crise économique asiatique de 1997, le contexte international a modelé à divers degrés la perception que se sont faite l’Indonésie et la Thaïlande de leur propre sécurité. Mais s’il a profondément marqué le groupe régional ASEAN (Association des Nations d’Asie du Sud-Est), dont la Thaïlande et l’Indonésie sont des membres fondateurs, la similitude entre les deux pays s’arrête là. Du fait de leurs différences géographiques, les deux puissances sont loin de partager la même vision du monde. Le royaume thaïlandais est un Etat homogène inséré dans un bloc continental, coincé à l’ouest par la Birmanie, à l’est par le Laos et le Cambodge, au sud par la Malaysia. L’Indonésie au contraire est un immense archipel hétéroclite qui s’étire sur 5 000 kilomètres et ne fait pas l’objet de menaces extérieures sérieuses. Ces différences radicales ont évidemment influé et continueront de peser sur les orientations diplomatico-militaires des deux pays, qu’il s’agisse de leurs relations bilatérales avec leurs voisins ou de la perception qu’ils ont de la sécurité régionale.

  • 36 Sophie Boisseau du Rocher, « La sécurité de l’Asie du Sud-Est à l’épreuve de la crise économique », (...)

2A l’instar de la politologue Sophie Boisseau du Rocher36, on peut également se demander si la crise économique de 1997 et la mise à mal de la stabilité politique qui l’a suivie, remettent en cause la sécurité de la région. A cet égard, on verra que l’Indonésie, et dans une moindre mesure la Thaïlande, doivent faire face à de nouvelles menaces multiformes, comme la piraterie. La nouvelle donne régionale oblige aussi les deux pays à s’engager sur la voie d’une coopération asiatique élargie. Les exercices militaires communs, l’expérience onusienne au Timor Oriental ou la montée en puissance du Forum régional ASEAN (Asean Regional Forum, ARF) constituent des pistes d’avenir pour des armées confrontées à un environnement déstabilisé et fragilisé.

2.1 – Les armées thaïlandaise et indonésienne considèrent-elles leurs voisins comme des menaces ?

2.1.1 – Des méfiances ataviques nées dans la guerre froide

  • 37 Surachart Bamrungsuk, United States Foreign Policy and Thai Military Rule, 1947-1977, Editions Duan (...)

3Tout au long de la guerre froide et jusqu’à la fin des années 80, la diplomatie sécuritaire de la Thaïlande a été formulée par l’Indochina Security Complex, doctrine née de l’érection d’un bloc communiste en ex-Indochine. En Thaïlande, bien plus qu’en Indonésie, les forces armées ont été, dès la fin de la seconde guerre mondiale, en prise directe avec cette menace externe. En 1947, lors de la promulgation de la doctrine Truman d’endiguement du communisme, suivie par la théorie des dominos de Foster Dulles, la Thaïlande est devenue le relais de la présence américaine en Asie du Sud-Est. Il s’agissait, d’une part, de contrer la guérilla menée par le Parti communiste thaïlandais (voir chapitre 3) et, d’autre part, de servir de base arrière à l’offensive américaine au Vietnam. On peut ainsi dire que sur le plan opérationnel, l’armée thaïlandaise est bel et bien une création ex nihilo du Pentagone37. Entre 1951 et 1972, l’assistance américaine s’élève à 1,2 milliards de dollars soit 54 millions de dollars par an.

4Indubitablement les vingt ans de conflit indochinois ont constitué une onde de choc sans précédent, à la fois sur les forces armées mais aussi sur toute la société thaïlandaise. Au plus fort de l’engagement américain au Vietnam, au milieu des années 60, 45 000 soldats étaient stationnés en Thaïlande, bouleversant les modes de vie, provoquant une explosion de nouveaux métiers dans la restauration, l’hôtellerie, le tourisme, les infrastructures routières, mais aussi dans les trafics, la drogue et la prostitution.

  • 38 Pasuk Phonpaichit et Chris Baker, 1995, p. 276.

5Le royaume s’est transformé en quelques années en porte-avions américain, piste de décollage des fameux B 52. Entre 1965 et 1968, les trois-quarts des bombes lancées sur le Nord-Vietnam et le Laos ont été convoyés depuis les bases situées en territoire thaïlandais38. Jamais au cours de son histoire, la Thaïlande ne s’était engagée aussi nettement aux côtés d’une grande puissance, même si elle avait, on s’en souvient, déjà failli à ses principes de neutralité en s’alignant sur le Japon pendant la seconde guerre mondiale.

  • 39 David Wyatt, 1984, p. 288.

6Alarmé par la puissance communiste au Vietnam et par le soutien apporté au Prathet lao (Parti communiste laotien) du « prince rouge » Souphanouvong, le gouvernement militaire thaïlandais adhère en 1954 à l’Organisation du traité de l’Asie du Sud-Est (OTASE), pièce maîtresse de la politique américaine de guerre froide dans la région. Dans le même temps, les généraux thaïlandais soutiennent l’aile droite laotienne, en particulier le général Phoumi Nosavan, cousin du général thaïlandais Sarit39. Mais la situation laotienne vire rapidement à la guerre civile entre le Prathet lao, les conservateurs et une aile neutraliste. Dans les années 60-61, les militaires thaïlandais prennent conscience que le communisme est à leur frontière. En mars 1962, les Américains promettent une assistance complète en cas d’attaque communiste contre la Thaïlande.

7L’armée thaïlandaise s’effraie également des risques de contagion communiste plus au sud, au Cambodge. Depuis l’indépendance, le prince Norodom Sihanouk s’est rapproché de la Chine maoïste et ses relations avec la Thaïlande sont d’autant moins bonnes que le pouvoir militaire de Bangkok tient à laver l’affront de la perte des provinces laotiennes et cambodgiennes rétrocédées par le gouvernement civil au lendemain de la seconde guerre mondiale. Encore aujourd’hui, ces revendications territoriales continuent de polluer les relations frontalières avec ceux que la Thaïlande appelle parfois ses « petits frères » lao et cambodgien.

  • 40 David Wyatt, 1984, p. 283.

8A partir du milieu des années 60, la Thaïlande ne se contente plus d’assister les Etats-Unis, elle s’engage directement dans la guerre d’Indochine. Un premier contingent de l’Air Force est envoyé au Sud Vietnam en 1964 suivi en 1965 par la marine. En 1969, 11 000 soldats thaïlandais servent entre Hué et le delta du Mékong, soit 14 % des effectifs totaux de l’armée40. La Thaïlande y mène alors, de façon quasi-autonome, ses propres opérations militaires.

  • 41 Cité in David Wyatt, 1984, p. 290.

9Le tournant de la guerre du Vietnam est pris en juin 1969, lors du discours du président américain Richard Nixon à Guam qui marque la « vietnamisation » du conflit indochinois et appelle à laisser « les Asiatiques mener leur propre bataille41 ». En clair, c’est l’annonce du retrait progressif des troupes américaines. En 1972, Nixon et son secrétaire d’Etat Henry Kissinger négocient avec la Chine, qui soutient des insurrections communistes dans la région, puis scellent les accords de Paris en janvier 1973, mettant fin à l’engagement américain au Vietnam. Le Vietnam est réunifié par la chute de Saigon le 30 avril 1975 ; les Khmers rouges s’emparent du Cambodge le 17 avril de la même année et le 2 décembre le Prathet lao renverse la monarchie. En l’espace de deux ans, l’horizon oriental de la Thaïlande est devenu entièrement communiste alors qu’en 1977, les Etats-Unis ne fournissent plus que 5 % du budget militaire thaïlandais.

10Le choc aura des répercussions fondamentales sur la scène intérieure thaïlandaise, dont l’une des illustrations est la répression d’octobre 1976 et le retour du pouvoir militaire à Bangkok (voir chapitre 5).

  • 42 Rebaptisée Irian Barat, puis Irian Jaya par les autorités indonésiennes.
  • 43 A propos de ces évènements et du soutien américains au PRRI, on pourra se reporter à James Mossman,(...)

11L’Indonésie, elle, se sent en état de siège pendant les premières années de son indépendance. Non seulement, les forces néerlandaises maintiennent une présence continue en Nouvelle-Guinée-Occidentale42, mais elles soutiennent aussi, en sous-main, la rébellion fédéraliste et le mouvement indépendantiste moluquois (la République des Moluques du Sud – RMS). Les Etats-Unis fournissent des armes aux officiers de la rébellion du PRRI à Sumatra-Ouest et s’impliquent encore plus activement dans le soutien de la rébellion Permesta à Sulawesi en employant des pilotes américains pour des missions de surveillance43. La création de la Fédération de Malaysia en 1963 est ressentie à Jakarta comme un complot international pour empêcher l’Indonésie de jouer un rôle dominant dans la région.

  • 44 Sur cette crise voir Gabriel Defert, L’Indonésie et la Nouvelle-Guinée-Occidentale – Maintien des f (...)

12Les forces armées indonésiennes profitent largement de ces menaces extérieures des premières années de l’indépendance pour renforcer leur poids sur la scène politique intérieure. Le Commandement suprême pour la libération de l’Irian Occidental (KOTI) est doté de larges prérogatives44. Il rivalise avec le cabinet dans la prise des décisions importantes ; une tendance qui s’accentue après qu’en 1963, les Pays-Bas eurent cédé ce territoire à l’Indonésie sous la pression diplomatique américaine.

13Le même phénomène se produit au début de la campagne de confrontation avec la Malaysia. Les édiles de l’armée de terre utilisent l’atmosphère de crise pour renforcer leur position. Mais quand l’armée de l’air organise, avec la bénédiction de Sukarno, deux débarquements de « volontaires » sur la péninsule malaysienne en août et septembre 1964, l’Etat-Major estime que la confrontation va trop loin. Il réussit à freiner cette dérive belliqueuse en entravant en sous-main les opérations militaires des aviateurs.

14A partir du milieu des années 60, alors que le risque d’une extension du conflit indochinois est perçu comme une menace permanente par les militaires thaïlandais, l’armée indonésienne est, elle, beaucoup plus préoccupée par ce qu’elle conçoit comme le seul véritable danger extérieur : l’influence de la Chine communiste et la puissance du Parti communiste indonésien (PKI) soutenu par Pékin. Il est vrai que l’ingérence chinoise n’aura pas d’équivalent ailleurs en Asie du Sud-Est, même si Pékin s’est fait fort jusque dans les années 80 de financer tous les PC des pays non communistes de la région (Thaïlande, Birmanie, Philippines, Malaysia).

  • 45 Boisseau du Rocher, 1999, p. 13.

15La création de l’ASEAN, le 8 août 1967, qui réunit à l’origine l’Indonésie, la Malaysia, les Philippines, la Thaïlande et Singapour, fut souvent perçue comme un front commun face à l’Indochine communiste. Il s’avère pourtant que ce groupe régional fut d’abord destiné à « consacrer un processus régional de réconciliation » face aux différents bilatéraux entre ses membres. L’Indonésie et la Malaysia, mais également entre les Philippines, la Malaysia et Singapour (exclue de la Fédération de Malaysia en 1965), constituaient en effet d’importants foyers de tension45.

16Ce n’est qu’à la fin de la décennie, avec l’amorce du retrait des troupes américaines annoncé par le discours de Richard Nixon à Guam, que l’ASEAN s’érige en rempart contre le bloc communiste indochinois, tout en continuant de plaider pour la poursuite d’une intégration régionale ; une intégration qui se prolongera par l’inclusion de Bruneï en 1984, puis surtout du Vietnam en 1995, de la Birmanie et du Laos en 1997 et enfin du Cambodge en 1999.

17L’ASEAN a permis d’éviter que n’éclatent des conflits bilatéraux d’envergure dans la région. Mais aujourd’hui encore, la Thaïlande reste profondément marquée par les tensions et les menaces à ses frontières. Depuis la fin de la guerre froide et la disparition de l’URSS, l’Indochina Security Complex a laissé la place à une ère de coopération avec le Vietnam, initiée par Bangkok et connue sous le nom d’« initiative indochinoise ». Ce tournant fut pris en 1988 par le gouvernement Chatichai Chunhawan à qui l’on doit la formule : « Transformer l’Indochine d’un champ de bataille en marché économique ».

  • 46 La Chine et le Vietnam ont toujours entretenu des relations conflictuelles. Pendant la guerre froid (...)

18Cette intégration économique du Vietnam à l’Asie du Sud-Est, formalisée par l’admission du Vietnam à l’ASEAN, a pu se concrétiser grâce au retrait des troupes vietnamiennes du Cambodge en 1989, à la normalisation de ses relations avec la Thaïlande (puis surtout avec la Chine en 199146). Mais les rapports entre la Thaïlande et le Laos et surtout entre la Thaïlande et le Cambodge restent marqués par l’histoire du conflit indochinois et le rôle de zones tampons que ces deux pays ont joué vis-à-vis de la menace vietnamienne. De même, malgré la disparition du Parti communiste de Malaya (PCM) dissous en 1989, les rapports avec la Malaysia sont parfois encore influencés par le climat de guerre froide qui avait si profondément imprégné la région. Enfin, les années 90 ont semblé réouvrir une ère de confrontation indirecte mais inquiétante avec la Birmanie, le grand voisin occidental de la Thaïlande.

2.1.2 – L’Indonésie « en manque » de voisins belliqueux ?

  • 47 Lowry, 1996, p. 2.

19En matière de défense extérieure, l’Indonésie a développé une doctrine alliant une stratégie de guérilla à une stratégie de défense conventionnelle. Cette doctrine s’articule autour du concept de sishankamrata (« défense populaire totale »), qui requiert l’implication de tous les citoyens dans l’effort de défense47. Il est associé au principe de « résistance nationale », qui prône le développement d’une forte cohésion sociale et d’une solide infrastructure économique de manière à offrir l’image d’un pays fort et uni aux éventuels agresseurs. Ce concept d’une défense citoyenne, théoriquement mise en œuvre dans l’hypothèse où l’ennemi se serait infiltré à l’intérieur du pays, requiert un fort degré de « satisfaction sociale » et l’acceptation de la légitimité de l’armée par la population. La marine est, pour sa part, supposée tenter d’intercepter l’éventuel agresseur au-delà de la zone économique exclusive, alors que l’armée de terre doit harceler l’ennemi par des opérations de guérilla tout en préparant une contre-offensive décisive.

20Force est cependant de constater que par sa taille, la masse de sa population et sa situation géographique, l’Indonésie n’est sous la menace directe d’aucun de ses voisins. Même si des tensions affleurent de temps à autre dans des échanges verbaux, ni la Malaysia, ni Singapour, ni les Philippines ou même l’Australie ne représentent des dangers potentiels. De fait, l’Indonésie n’est pas susceptible d’être envahie par un pays voisin. Etant donné l’absence d’ennemi potentiel réel, sa doctrine de défense reste donc avant tout théorique.

  • 48 Comme le stipule, depuis 1989, l’Atlas de la République populaire de Chine

21Depuis le coup d’Etat avorté du 30 septembre 1965, la Chine reste néanmoins toujours considérée par Jakarta comme un véritable ennemi. Cette vision a survécu à l’effondrement de l’idéologie communiste et à la fin de la guerre froide. Il est vrai que si les autorités chinoises n’ont jamais menacé directement le territoire indonésien, elles se sont, par le passé, volontiers ingérées dans ses affaires. Plus grave, elles revendiquent aujourd’hui la souveraineté sur l’ensemble de la mer de Chine méridionale48 ce qui, selon la vision de Pékin, pourrait concerner certains archipels indonésiens, comme les îles Natuna, situées dans une zone riche en hydrocarbures.

22La présence militaire américaine dans la région constitue de facto la meilleure dissuasion à une action quelconque de la Chine à l’encontre de l’Indonésie. Le document exposant la doctrine de défense, Cadek 88, basée sur cette conception, était en 2000 en cours de révision. Mais le rapprochement entre Jakarta et Pékin après l’arrivée au pouvoir d’Abdurrahman Wahid en octobre 1999 a rendu cette doctrine quelque peu obsolète, en tout cas posée en décalage complet avec les relations diplomatiques civiles de l’Indonésie.

23Une constante de la doctrine indonésienne de défense est le lien toujours établi entre la défense extérieure et le maintien de la sécurité intérieure : un affaiblissement interne du pays dû aux dissensions sociales, politiques, ethniques ou religieuses serait de nature à favoriser les actions militaires des agresseurs extérieurs. Cette théorie a été maintes fois utilisée pour justifier le rôle de l’armée dans le maintien de la sécurité intérieure (nous aurons largement l’occasion d’y revenir). Si cette perspective n’est pas remise en question sur le fond, elle se trouve néanmoins replacée dans un nouveau contexte. Certains officiers réformistes considèrent que maintenant qu’il a été mis un terme aux dérives du régime militaire instauré par Suharto la priorité pour leur institution doit être de rétablir l’image d’une « armée populaire ». A cette fin, ils estiment que la TNI doit cesser toute implication dans la politique et accepter de faire face à ses « méfaits » passés. A leurs yeux, l’établissement progressif d’un système démocratique doit conforter la cohésion sociale. C’est ainsi que pourra être rétablie la confiance des Indonésiens dans leurs forces armées. Dans cette optique, la désignation de potentiels pays ennemis n’est plus, selon eux, à l’ordre du jour.

24Il n’en reste pas moins que, paradoxalement, si la menace extérieure a servi et sert encore d’outil aux éléments les plus conservateurs de l’institution militaire pour justifier leur influence à l’échelle de la nation, c’est également en l’invoquant que le président Wahid s’est efforcé, à son arrivée au pouvoir, de maintenir les militaires dans leurs casernes.

25Afin d’écarter l’armée de la politique, il a en effet entrepris de recentrer la TNI sur des missions de défense extérieure auxquelles il a affecté, en fin stratège, d’attacher une importance primordiale. L’exercice a parfois été acrobatique et a poussé le Président à exploiter (ou à inventer) des incidents mineurs comme la présence d’hypothétiques sous-marins singapouriens dans les eaux indonésiennes, les activités des marines américains près de la frontière du Timor Occidental ou les supposées violations de l’espace aérien indonésien par des jets australiens. Tout a servi de prétexte pour rappeler à l’armée que certains pays pouvaient porter atteinte à la souveraineté nationale et que les militaires devaient en conséquence s’employer exclusivement à la préserver.

26Revers de la médaille : cette attitude a fini par tendre de façon significative les relations avec les Etats-Unis qui ont d’ailleurs suspendu toute assistance militaire depuis la débâcle au Timor Oriental. La montée du sentiment anti-américain, attisé par les autorités, n’est pas sans rappeler l’atmosphère qui prévalait sous le régime Sukarno. En tout état de cause, l’interruption de l’assistance pose de sérieux problèmes de maintenance aux forces armées, les Etats-Unis ayant été leur partenaire privilégié et quasi-inconditionnel pendant 35 ans.

  • 49 Entretien avec le général Saurip Kadi, 15 août 2000.
  • 50 Lowry, 1996, p. 41.

27Les relations entre Jakarta et Canberra se sont également sérieusement tendues depuis l’intervention d’une force multinationale menée par l’armée australienne au Timor Oriental dans la foulée du vote pour l’indépendance du 30 août 1999. Toutefois, selon un général indonésien, si l’Australie ne peut pas être considérée comme « un bon voisin », elle ne constitue pas non plus « une menace réelle ». L’affaire du Timor Oriental est conçue comme un « cas isolé49 ». Les deux pays ont signé en décembre 1995 un accord de sécurité mutuelle qui prévoit des « actions conjointes » en cas de « défis adverses » non définis50 ; des exercices réunissant les armées indonésienne et australienne se déroulent d’ailleurs régulièrement.

2.1.3 – La Thaïlande plus qu’attentive à ses frontières

28La perception que la Thaïlande se fait de la menace extérieure est à la fois plus complexe et plus concrète, du fait du contexte historique, économique et géographique. En premier lieu, le pays est physiquement encaissé dans le sous-ensemble continental de l’Asie du Sud-Est. De plus, ses voisins sont, à l’exception de la Malaysia, des pays peu développés, avec lesquels les relations restent marquées par le poids d’une histoire souvent bien antérieure à la guerre froide. C’est le cas pour le Laos ou le Cambodge, et surtout pour la Birmanie. A cet égard, l’armée thaïlandaise n’a cessé d’imprimer ses options stratégiques sur les orientations politico-diplomatiques du gouvernement civil.

  • 51 Cité par Panitan Wattanayakorn, « Thailand: the elite’s shifting conception of security », in Muthi (...)

29Historiquement, les élites thaïlandaises ont toujours considéré que, compte tenu de la position géographique du royaume, le maintien de son indépendance, de sa souveraineté et de son intégrité territoriale doit constituer un objectif primordial. Entre la crainte des invasions birmanes du XIIIe siècle et les menaces nées de la guerre froide, c’est bien la sécurité aux frontières du pays qui guidera la politique militaire des autorités, en particulier concernant le dossier délicat de la démarcation frontalière. En 1994, le Livre Blanc sur la défense réaffirmait encore que, « la Thaïlande sera certainement confrontée à des problèmes dans le futur en raison du flou des frontières qui la séparent de ses voisins51. »

Le Laos

  • 52 Entretien avec un colonel de l’Etat-Major, 2 février 2001.

30Comme on l’a vu, le Laos a constitué à partir des années 50, une source de préoccupation majeure pour les généraux thaïlandais. Aujourd’hui, alors que le pays conserve un régime communiste, ses relations avec la Thaïlande sont ambivalentes. Elles sont à la fois étroites, en raison d’une évidente proximité géographique, culturelle et linguistique, et, dans le même temps, marquées par une certaine méfiance. Dès la prise de pouvoir du Prathet lao en décembre 1975, la langue thaïe et les textes bouddhiques furent interdits. Les rapports entre les deux pays se sont fortement dégradés fin 1987, lors d’affrontements armés le long de la frontière terrestre pour un litige lié à la démarcation. Cette « guerre des collines », lancée par le chef des forces armées thaïlandaises, le général Chavalit Yongchaiyudth (futur Premier ministre), dura trois mois. Elle fit des centaines de victimes des deux côtés. Mais elle fut surtout un désastre militaire pour la Thaïlande. Cette expérience armée, la première depuis des décennies pour les soldats du pays, fournit la preuve de la médiocre préparation au combat de l’armée royale thaïlandaise et de l’aveuglement de ses dirigeants. Du fait de cette expérience, le général Chavalit a longtemps gardé au sein de l’armée l’image d’un « clown52 ».

  • 53 « Notching up a few successes », Bangkok Post, 21 décembre 1999.
  • 54 Entretien avec un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères thaïlandais en mars 2001.

31Les problèmes de démarcation entre les deux pays séparés par 1 810 kilomètres de frontière fluviale et terrestre ne sont pas tout à fait réglés à la date de rédaction de cet ouvrage. 450 kilomètres (sur les 700 que compte la frontière terrestre) ont été fixés par un accord conclu en 199653. La démarcation doit s’achever en 2003. Selon des diplomates54, le processus est « lent mais suit son cours ». La frontière ne constitue plus une zone stratégique pour les militaires thaïlandais. En conséquence et contrairement à ce qui se produit pour la frontière birmane, le processus de démarcation est entièrement entre les mains du ministère des Affaires étrangères qui ne subit pas l’influence des militaires.

32Le dernier camp de réfugiés laotiens en Thaïlande a fermé fin 1999 grâce au retour au pays de 291 personnes sous la surveillance du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, tournant ainsi définitivement la page de la guerre d’Indochine. Pour autant, les responsables laotiens continuent de se méfier d’un grand voisin dont le discours, via la presse de Bangkok, a parfois des relents de condescendance. Craignant une forme de colonisation économique et culturelle (la plupart des foyers laotiens équipés de la région frontalière regardent la télévision thaïlandaise), le Laos tente de contrebalancer l’influence de la Thaïlande grâce au Vietnam et à la Chine. Mais Bangkok reste de loin son premier partenaire économique. Les flux commerciaux s’élevaient à 12,3 milliards de bahts en 1999 (2 milliards de francs), dont plus de 80 % à l’avantage de la Thaïlande. Un « pont de l’amitié » sur le Mékong a été inauguré en 1994 et le Premier ministre Sisavath Keobounphanh a effectué en mars 1999 la première visite officielle laotienne à Bangkok depuis sept ans, en réponse à celle de la princesse Sirindhorn, fille aînée du roi de Thaïlande, en 1998.

  • 55 « Laos still doubts Thai Sincerity », Bangkok Post, 25 juillet 2000; « Raid deals a cruel blow to g (...)
  • 56 Les autres étant aux Etats-Unis et en France.
  • 57 Selon plusieurs sources concordantes, l’intelligence thaïlandaise était au courant de la préparatio (...)
  • 58 Les auteurs ont été les témoins directs de la scène le 14 juillet 2000.

33En juillet 2000, un grave incident a néanmoins détérioré les rapports entre les deux capitales. Des hommes armés venus de Thaïlande se sont emparés d’un poste de douane laotien dans la province méridionale de Champassak provoquant des échanges de coups de feu des deux côtés de la frontière. Vingt-huit protagonistes, thaïlandais et laotiens sont restés détenus en Thaïlande alors que le Laos réclamait leur extradition, conformément à un traité de 192955. D’après plusieurs sources concordantes, cette action commando a été pilotée par l’opposition royaliste laotienne dont une partie est réfugiée en Thaïlande56. Elle aurait bénéficié de la bienveillante neutralité des unités de la 2e armée thaïlandaise57. Et le fait est que le gouvernement de Bangkok ne cesse de temporiser l’extradition des suspects, en dépit des protestations récurrentes des autorités laotiennes. L’ambassadeur du Laos en Thaïlande est même allé jusqu’à apostropher publiquement le commandant en chef de l’armée thaïlandaise, le général Surayud Chulanond, lors d’une réception diplomatique58.

  • 59 « Outmoded Thai Policy still the best way out », The Nation, 6 juin 2000.

34Le Laos se plaint de plus en plus ouvertement du rôle de la Thaïlande comme base arrière d’une insurrection anticommuniste, qui serait orchestrée par la diaspora royaliste et la minorité hmong, l’opposition historique au régime laotien59. L’année 2000 a été le théâtre d’une mystérieuse série d’attentats à la bombe à Vientiane et dans le sud du pays qui ont fait au moins un mort et des dizaines de blessés. Le régime communiste a commencé par en nier l’existence avant de reconnaître que des « forces extérieures » tentaient de « déstabiliser » le pays. Ces incidents ont en tout cas constitué la crise la plus importante à laquelle doit faire face le PC laotien depuis sa prise de pouvoir le 2 décembre 1975.

  • 60 « Are things really as they appear? », Bangkok Post, 26 septembre 2000.

35Plusieurs hypothèses ont été échafaudées : celle d’abord d’une tentative de déstabilisation menée depuis l’étranger par la diaspora laotienne. Plusieurs diplomates occidentaux, relayés par la presse anglophone de la région, expliquent également ces événements par une fracture interne au régime. La poignée d’analystes et d’experts qui ont des contacts avec les neuf membres du tout puissant Politburo laotien, estiment que deux courants idéologiques s’affrontent au cœur du pouvoir : une faction proche de la Chine face à une aile pro-vietnamienne60. D’autres sources estiment que les bombes, en tout cas les premières, sont l’œuvre de l’opposition réfugiée en Thaïlande.

  • 61 Le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Surin Pitsuwan, s’est exprimé sur cette question i (...)

36Bangkok s’en tient à sa position habituelle. La Thaïlande aurait pour principe de ne jamais offrir de sanctuaire à des groupes armés susceptibles d’agir contre des pays voisins61… L’histoire tumultueuse des activités frontalières se charge néanmoins de prouver le contraire.

Le Cambodge

37Si la frontière laotienne ne constitue plus depuis déjà un certain temps une zone stratégique de premier plan pour les militaires thaïlandais, la frontière cambodgienne a, par contre, jusqu’à récemment, constitué un point sensible. La prise de pouvoir des Khmers rouges à Phnom Penh, le 17 avril 1975, et les vingt ans de guerre civile qui l’ont suivie ont mis en lumière tous les débordements et les ambiguïtés des relations de la Thaïlande avec son voisin cambodgien. Au-delà, ils ont illustré l’existence d’un double canal diplomatique, l’un civil, l’autre militaire.

  • 62 N. Ganesan, Bilateral Tensions in Post-Cold War ASEAN, 1999, ISEAS, Singapour, p. 12.

38Le Cambodge a été perçu, dès les années 50-60, comme un moyen pour le pouvoir militaire thaïlandais d’ériger une zone tampon face à la montée communiste au Nord-Vietnam. Mais la victoire khmère rouge, puis l’invasion vietnamienne du Cambodge en décembre 1978, ont bouleversé la donne. Considérant l’occupation vietnamienne du Cambodge comme une menace directe à sa frontière62, la Thaïlande s’est rapprochée de la Chine (avec laquelle elle a établi des relations diplomatiques en 1975). Elle a ainsi demandé à Pékin d’interrompre son soutien au Parti communiste thaïlandais (PCT), assurant pour sa part une neutralité bienveillante puis une assistance logistique à la guérilla khmère rouge maoïste. Non seulement la Thaïlande n’a donc jamais reconnu le régime cambodgien installé par Hanoï au Cambodge entre 1979 et 1989, mais elle a aussi apporté son soutien à la coalition de royalistes, de républicains et de Khmers rouges formée en 1982. C’est cette coalition qui signera les Accords de Paris le 23 octobre 1991 suite au retrait vietnamien du Cambodge.

39Historiquement, la Thaïlande a toujours cherché la garantie d’une grande puissance pour assurer sa sécurité face à un Vietnam systématiquement perçu comme une menace. Prenant acte du désengagement américain dans la région, Bangkok a donc simplement changé de mentor, participant pour des raisons qui lui étaient propres, à l’un des principaux évènements de la guerre froide : le rapprochement diplomatique sino-américain contre le camp soviétique, meilleur allié du Vietnam. L’aide apportée aux Khmers rouges par la Chine et, dans une moindre mesure, par les Etats-Unis et la Thaïlande, doit être lue dans ce sens.

  • 63 Pasuk Phongpaichit, Sungsidh Piriyarangsan et Nualnoi Treerat, Guns, Girls, Gambling, Ganja: Thaila (...)

40Les unités militaires thaïlandaises stationnées à la frontière ont été impliquées dans le transport d’armes destinées aux Khmers rouges, et financés grâce à des hommes d’affaires locaux par le commerce illicite du bois ou des pierres précieuses. Selon Pasuk Phongpaichit, « l’armée thaïlandaise a été le canal le plus important de la fourniture d’armes aux Khmers rouges63. »

41Au début des années 90, la division 315 des opérations spéciales, dirigée par le général Chavalit Yongchaiyudth, supervisait la livraison des armes. Cette unité, dont les officiers étaient le plus souvent habillés en civil, agissait de façon totalement autonome par rapport aux agences gouvernementales civiles ou militaires de Bangkok.

  • 64 Pasuk Phongpaichit, Sungsidh Piriyarangsan et Nualnoi Treerat, 1998, p. 135.

42Même après le boycott par les Khmers rouges de l’élection de mai 1993 organisée par l’ONU, l’armée thaïlandaise a continué à les assister. La frontière avec la Thaïlande avait pourtant été officiellement fermée dès le mois de janvier. Mais à la fin de l’année, la police thaïlandaise a intercepté sur une route de la province frontalière de Chantaburi, cinq tonnes de matériels de guerre (bombes, armes, explosifs…) cachés dans des camions. Les policiers ont ensuite découvert une douzaine de dépôts d’armements contenant au total 1 500 tonnes de matériel64. Une cinquantaine de personnes furent arrêtées. Devant l’ampleur de la saisie, le commandant en chef de l’armée, le général Vimol Vongvanich, dut concéder que ces armes de guerre étaient destinées à la guérilla khmère rouge. Elles n’étaient pourtant pas, selon lui, fournies par la Thaïlande. Elles appartenaient à un « troisième pays » (non cité), pour le compte duquel elles avaient été envoyées en Thaïlande avant la signature des accords de paix de 1991. Si chacun comprit que le mystérieux « troisième pays » n’était autre que la Chine, la véracité des assertions du général Vimol quant à la chronologie des événements est d’autant plus douteuse qu’en avril 1994, le prince Norodom Ranariddh, co-Premier ministre du Cambodge, a pu à nouveau exhiber des photographies représentant des convois thaïlandais franchissant la frontière.

  • 65 Pasuk Phongpaichit, Sungsidh Piriyarangsan et Nualnoi Treerat, 1998, p. 130.
  • 66 N. Ganesan, 1999, p. 13.
  • 67 Cette information nous a été communiquée lors d’un voyage à Sisaket en novembre 1998.

43En 2001, le soutien logistique des militaires thaïlandais à la guérilla khmère rouge reste encore un sujet délicat en Thaïlande. Officiellement, les autorités démentent formellement avoir abrité et protégé les hiérarques Khmers rouges comme Pol Pot, Khieo Samphan, Nuon Chea ou Ta Mok. Bangkok assure avoir stoppé toute assistance logistique en 199565. Or, jusqu’en 1998, la guérilla, opposée au processus de réconciliation initié par l’ONU, a profité de camps sanctuaires le long de la frontière, du côté thaïlandais, pour pouvoir lancer des opérations contre les troupes gouvernementales66. Certains de ses chefs ont en outre été aperçus, à maintes reprises, dans les provinces frontalières de Surin ou de Sisaket, où ils auraient des intérêts économiques67.

44D’après plusieurs témoignages concordants et des enquêtes menées pas la presse, il s’avère bel et bien que les trafics d’armes n’ont pas cessé avant la débâcle finale de la guérilla khmère rouge. La mort de Pol Pot en avril 1998 (dans son sanctuaire situé à 300 mètres de la frontière thaïlandaise), la reddition de ses deux anciens acolytes Khieo Samphan et Nuon Chea en décembre de la même année, puis l’arrestation de Ta Mok, en mars 1999, probablement lâché par les militaires thaïlandais, ont néanmoins dissipé d’un coup toute la pression médiatique et diplomatique concentrée sur la frontière cambodgienne depuis trente ans.

  • 68 « Mending border fences », Bangkok Post, 14 juin 2000.

45Les tensions n’ont pas pour autant disparu. Les relations entre les deux voisins restent marquées par la méfiance, la suspicion et la persistance d’intérêts militaro-affairistes. La démarcation des 803 kilomètres de frontière, héritage du traité franco-siamois de 1907, progresse difficilement68. Un conflit oppose les deux pays au sujet de la construction d’un casino à Poïpet, du côté cambodgien de la frontière, qui provoquerait un détournement de quelques mètres du cours normal d’un canal considéré comme une « frontière naturelle ». En fait, ce casino est le fruit d’une collusion entre des officiels cambodgiens, certains militaires thaïlandais et un célèbre politicien affairiste de Bangkok.

  • 69 Nicolas Revise, « Silence on pille » in Le nouvel économiste, 13 juillet 2000.

46Lors d’une visite du Premier ministre démocrate Chuan Leekpai au Cambodge en juin 2000, plusieurs étudiants cambodgiens ont piétiné le drapeau thaïlandais pour protester contre des incursions territoriales et aériennes des forces armées. Et certains militaires thaïlandais sont soupçonnés de profiter du trafic florissant d’antiquités khmères, fruit du pillage des temples cambodgiens, convoyées ensuite vers Bangkok69.

47Le Premier ministre cambodgien Hun Sen réclame aussi l’extradition d’un opposant politique, suspecté d’une tentative d’assassinat à son encontre et arrêté en Thaïlande en 2000. Cette capture, opérée grâce aux réseaux d’officiers supérieurs thaïlandais proches du pouvoir cambodgien, fut interprétée comme un piège tendu par certains milieux militaires pour embarrasser le gouvernement de Chuan Leekpai.

48En dépit de ces points de frictions, le retour d’une certaine stabilité politique à Phnom Penh, la fermeture de tous les camps de réfugiés à la frontière et l’intégration du Cambodge à l’ASEAN (avril 1999), semblent de nature à hâter la normalisation des relations entre les deux voisins. Sera-t-elle suffisante pour faire disparaître toute forme d’interférence militaire dans la politique étrangère de la Thaïlande ?

49Sous l’impulsion de Surin Pitsuwan, ministre des Affaires étrangères, jusqu’en janvier 2001, la Thaïlande a cherché à concrétiser son projet de Grand bassin de la sous-région du Mékong, vaste plan d’infrastructures destiné à relier la Thaïlande, la Birmanie, le Laos, le Cambodge et la province chinoise du Yunnan. Il semble néanmoins qu’aujourd’hui, les tensions frontalières se soient déplacées de l’autre côté du royaume thaïlandais, le long de la frontière birmane.

Thaïlande : Principales installations militaires

Thaïlande : Principales installations militaires

La Birmanie

  • 70 Entretien avec un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères thaïlandais en septembre (...)

50Pour résumer brutalement les relations entre la Thaïlande et la Birmanie, on s’en remettra à l’appréciation lapidaire d’un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères de Bangkok : « A cause du conflit indochinois, les Occidentaux pensent souvent que l’ennemi héréditaire de la Thaïlande, c’est le Vietnam, mais c’est faux : notre ennemi héréditaire, c’est la Birmanie70. »

51Les rivalités avec la Birmanie prennent leur source dans les assauts birmans contre les royaumes siamois entre les XIe et XVIIIe siècles, symbolisés par les deux pillages d’Ayutthaya en 1569 et en 1767. Encore aujourd’hui, la destruction de l’ancienne capitale marque profondément l’imaginaire thaïlandais et influe sur la représentation schématique que l’opinion publique se fait du voisin birman.

52A partir de l’indépendance de la Birmanie en 1948 et jusqu’au début des années 90, les relations avec Bangkok ont pourtant été marquées par une certaine cordialité. La quasi-continuité du pouvoir militaire en Thaïlande (en dehors de l’intermède démocratique de la période 1973-1976), s’est en quelque sorte harmonisée avec le régime militaire mis en place en Birmanie par Newin en 1962. Les généraux thaïlandais, comme Kriangsak Chomanand, Premier ministre de 1977 à 1979, ou Chatichai Chunhawan, officier en retraite et Premier ministre entre 1988 et 1991, ont noué des relations personnelles avec certains membres de la junte birmane (SLORC – State Law and Order Restauration Council). De même, le général Chavalit Yongchaiyudth, commandant en chef de l’armée thaïlandaise, a effectué un voyage à Rangoon en décembre 1988, quelques mois après la répression sanglante des manifestations d’août-septembre en faveur de la démocratie.

53La politique isolationniste de la junte (« la voie birmane vers le socialisme ») et son incapacité à écouler sur les marchés internationaux ses immenses ressources naturelles, contribuèrent à l’éclosion d’un trafic illégal de bois et de pierres précieuses. Jusqu’à la fin des années 80, les relations entre les deux pays passent donc essentiellement par des canaux militaires. La diplomatie civile en est, elle, quasiment exclue.

54Les choses vont changer au cours de la décennie suivante. Les deux pays sont secoués par une série d’évènements politiques qui influent sur les relations bilatérales. Celles-ci ne vont cesser de se dégrader tout au long des années 90.

55Les manifestations démocratiques de 1988 en Birmanie débouchent sur des élections en mai 1990, remportées triomphalement par l’opposition dirigée par le futur prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, mais dont le résultat n’a toujours pas été validé par la junte. Dans le même temps, en Thaïlande, après le coup d’Etat de février 1991 et les manifestations de mai 1992, le pouvoir militaire est contraint de laisser la place aux civils. Mais c’est la question explosive des minorités ethniques de Birmanie qui va raviver les tensions entre Bangkok et Rangoon. Les Karen de la KNU (Karen National Union) et les Shan de la Shan State Army refusent les accords de cessez-le-feu proposés par la junte au milieu des années 90 et poursuivent la lutte armée.

  • 71 Cité par Wut Boohleart, représentant de la Tai Karen Union, lors du séminaire « Thai-Burmese border (...)

56Comme pendant la guerre froide, lorsque les militaires thaïlandais se servaient d’espions karen71, la Thaïlande entend, dans les années 90, instrumentaliser cette minorité ethnique pour créer une zone tampon. La recette appliquée au Cambodge doit servir à nouveau sur la frontière occidentale de la Thaïlande. Les institutions militaires thaïlandaises, comme le Conseil national de sécurité, chargées de définir et de coordonner la politique aux frontières, estiment alors que le désordre intérieur en Birmanie est le meilleur moyen d’assurer la sécurité du royaume.

  • 72 « The Fall of Manerplaw », Asiaweek, 17 février 1995.

57En janvier 1995, profitant d’une scission dans le camp karen entre une faction chrétienne et une aile bouddhiste (KNU/DKBA), l’armée de Rangoon finit par s’emparer des bases de la guérilla72. Mais les accrochages n’ont pas pour autant cessé et les incursions d’unités militaires birmanes dans la province thaïlandaise de Tak, se sont multipliées au cours des années 96 et 97. Plus au nord, le même scénario s’est répété lors de heurts avec l’armée birmane à la poursuite d’unités de la Shan State Army.

  • 73 D’après un fonctionnaire du Conseil national de sécurité cité par Pasuk Phongpaichit, 1998, p. 132.

58Les Karen, dont les forces sont évaluées à 5 000 hommes et les Shan (18 000 hommes) ont largement profité d’armes achetées sur le marché thaïlandais73.

59L’arrivée au pouvoir du gouvernement de Chuan Leekpai, fin 1997, a quelque peu clarifié les relations frontalières, sans pour autant apaiser les tensions. Le ministre thaïlandais des Affaires étrangères, Surin Pitsuwan et son adjoint Sukhumbhand Paribatra, se sont ingéniés à réaffirmer la primauté du canal diplomatique civil sur les voies de négociation militaire. Chuan Leekpai, Premier ministre mais aussi détenteur du portefeuille de la Défense, s’est attaché à ce que son ministère ne concurrence pas celui des Affaires étrangères.

  • 74 Voir les nombreuses déclarations en ce sens du général Surayud Chulanond dans la presse thaïlandais (...)

60En 1998, pour la première fois, l’Etat-Major thaïlandais s’est également engagé publiquement à se soumettre au pouvoir civil s’agissant de la formulation et de l’application de la politique étrangère thaïlandaise vis-à-vis de la Birmanie74. Le général Wattanachai Chaimuanwong, peu porté sur la politique et proche du commandant en chef des forces armées Surayud Chulanond, fut alors nommé commandant de la 3e armée, responsable d’une partie de la frontière avec la Birmanie.

61Le pouvoir civil des diplomates a surtout fait évoluer significativement les relations entre les deux pays. Même si la Thaïlande fut l’un des avocats de l’intégration de la Birmanie à l’ASEAN en juillet 1997, Bangkok n’a pas hésité à critiquer, de moins en moins discrètement, la situation des droits de l’Homme chez son voisin. Surin Pitsuwan a poussé l’audace jusqu’à proposer aux membres de l’ASEAN de remplacer le principe d’un « engagement constructif » vis-à-vis de la Birmanie, par celui d’un « engagement flexible », supposé plus sévère. L’idée consiste à considérer que les problèmes intérieurs d’un pays de l’ASEAN qui rejaillissent sur ses voisins (trafic de drogue, réfugiés, travailleurs illégaux, incendies de forêt) doivent pouvoir être discutés dans l’enceinte du groupe régional.

  • 75 « Dysfunctional Family », Far Eastern Economic Review, 23 juillet 1998; « Democrat Diplomat », Far (...)
  • 76 La Thaïlande et les Philippines se singularisant par rapport à d’autres pays de l’ASEAN plus sensib (...)

62L’avancée peut sembler mineure. Mais elle écorne en fait l’un des principes fondateurs de l’ASEAN : la non-ingérence dans les affaires intérieures de ses membres75. Les plus optimistes y ont vu le signe de la poursuite de la démocratisation politique thaïlandaise et d’une orientation marquée de la diplomatie vers une philosophie libérale76. Les cyniques ont plutôt souligné que la Thaïlande n’entendait plus supporter la charge des 100 000 réfugiés karen des camps frontaliers et du million de travailleurs birmans, pour la plupart illégaux.

63Significativement, pour marquer sa distance par rapport au régime birman, la Thaïlande, qui l’avait toujours formellement soutenu, s’est, pour la première fois, abstenue lors d’un vote de sanction de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) sur le travail forcé en novembre 2000. Le Premier ministre Chuan Leekpai a également évité toute visite officielle en Birmanie pendant ses deux mandats.

  • 77 « Back to Business », Far Eastern Economic Review, 22 février 2001.

64La ligne privilégiant un canal diplomatique unique pourrait n’avoir été qu’une parenthèse. Le gouvernement thaïlandais du magnat des télécommunications Thaksin Shinawatra, arrivé au pouvoir en janvier 2001, a annoncé dès sa prise de fonctions, une inflexion de la politique étrangère vis-à-vis de la Birmanie77. Pour le chef de la diplomatie, Surakiart Sathirathai, « la politique étrangère de la Thaïlande doit correspondre à ses besoins économiques. » En clair, le gouvernement entend s’écarter de la ligne pro-démocratique et « idéaliste » de son prédécesseur et revenir à une diplomatie destinée à servir les échanges commerciaux.

65Bangkok s’intéresse de près à des concessions d’exploitation de gaz et de ressources naturelles et il lui faut rattraper le temps perdu sur ses partenaires de l’ASEAN déjà bien implantés en Birmanie, telles la Malaysia ou Singapour. Au contraire de son prédécesseur, Surakiart Sathirathai estime que les ministères du Commerce, de l’Industrie et de la Défense, ont chacun leur rôle à jouer dans la politique étrangère thaïlandaise. Ce n’est pas une surprise. Surakiart, qui a été homme d’affaires et conseiller du gouvernement Chatichai Chunhawan en 1990, réapplique simplement les principes de « l’initiative indochinoise », oubliant que le gouvernement Chatichai avait été renversé en 1991 dans un climat de corruption endémique. La politique étrangère passait alors par de multiples canaux, militaires et affairistes, et les intérêts personnels avaient pris le pas sur une ligne diplomatique unique.

66Le ministre de la Défense et vice-Premier ministre, le général Chavalit Yongchaiyudth, un habitué de la scène politique thaïlandaise, a d’ores et déjà réimprimé sa marque sur la politique étrangère, relançant ouvertement l’idée d’une « diplomatie de la Défense ». Familier des généraux birmans, il semble particulièrement à l’aise dans une relation à la fois brutale et bienveillante, souvent basée sur des échanges de coups bas indirects et le respect d’intérêts bien compris ; le tout dans l’opacité la plus totale.

67Le général Chavalit a couvert les accrochages qui ont éclaté en février 2001 à l’extrême nord de la Thaïlande. Les deux armées ont échangé des tirs d’artilleries touchant la ville frontalière de Mae Sai et tuant au moins trois civils thaïlandais et des dizaines de soldats birmans. Ces escarmouches ont eu lieu sur fond de guérillas ethniques et de trafic de drogue. La frontière nord séparant la Thaïlande de la Birmanie, porte d’entrée du Triangle d’Or, est contrôlée du côté birman par deux ethnies, les Shan et les Wa. Ces derniers (40 000 personnes dont 15 000 hommes armés) sont devenus en quelques années les premiers producteurs mondiaux de métamphétamines. Ils déversent chaque année des centaines de millions de comprimés en Thaïlande, causant un problème de société qui devient même, selon les déclarations publiques abondantes des autorités civiles et militaires thaïlandaises « la première menace contre la sécurité nationale. »

68La Thaïlande et la Birmanie se livrent à une guerre par procuration, en utilisant les deux ethnies rivales le long de la frontière. Les Wa seraient soutenus par la junte de Rangoon qui fermerait les yeux sur la production d’amphétamines en échange d’un respect du cessez-le-feu. Les Shan profiteraient eux de l’assistance logistique des militaires thaïlandais lors de leurs attaques contre les positions birmanes.

69Rien ne permet de préjuger de l’évolution des relations entre la Thaïlande et la Birmanie. La plupart des spécialistes s’accordent pour dire qu’une guerre ouverte est impensable. C’est cependant non sans appréhension que les militaires thaïlandais voient grossir de l’autre côté de la frontière, une armée puissante, mieux équipée, plus nombreuse, qui masse des hommes à quelques kilomètres de leur sol.

  • 78 « Junta in cahoots with rebels », Bangkok Post, 13 février 2001.
  • 79 « Gen Chavalit stuns army with remarks », Bangkok Post, 18 février 2001; « Border Clashes », Bangko (...)

70La situation est d’autant plus complexe que la diplomatie personnelle du général Chavalit Yongchaiyudth, ministre de la Défense bute sur l’attitude du commandant de la 3e armée, le général Wattanachai Chaimuanwong qui accuse les généraux birmans de toucher des commissions sur la production de drogue des Wa78. Selon les officiers de la 3e armée, les incursions répétées d’unités birmanes en Thaïlande constituent des violations délibérées de souveraineté et n’ont rien à voir avec des problèmes de démarcation de la frontière, comme l’avait pourtant suggéré le général Chavalit79.

71Il y a clairement ici dichotomie entre la nouvelle ligne diplomatique à plusieurs canaux que tentent d’imposer le gouvernement Thaksin et son ministre de la Défense et la volonté de la 3e armée de s’en tenir à ses missions de sécurité. S’agissant de la gestion de la crise frontalière, l’armée thaïlandaise n’hésite plus à commenter publiquement les orientations diplomatiques du gouvernement. Mieux encore, ce sont des militaires, et non des civils, qui ont conduit la délégation thaïlandaise en Birmanie lors de la réunion de la commission conjointe frontalière.

La Malaysia

72Contrairement aux trois autres voisins de la Thaïlande (Cambodge, Laos et Birmanie), la Malaysia n’appartient pas tout à fait au sous-ensemble géographique qu’on qualifie généralement d’Asie du Sud-Est continentale et autour duquel la Thaïlande s’est nettement concentrée, voire recroquevillée. Il est vrai que le sous-groupe semble caractérisé par une certaine communauté ethnique, religieuse, linguistique et culturelle, qui exclut de fait la péninsule malaise. Mais les interactions entre la Thaïlande et la Malaysia ne sont pas pour autant inexistantes. Bien au contraire. Elles sont en fait le produit de la colonisation européenne et des troubles insurrectionnels nés de la guerre froide.

  • 80 Malaya est le terme anglais désignant la Malaisie, c’est-à-dire la partie de la péninsule ayant fai (...)

73En 1896, le traité franco-anglais contraint le Siam à céder à la Malaya80 britannique ses quatre provinces du Sud : Pattani, Yala, Narathiwat et Satun. Ces territoires, qui lui seront rendus en 1909, abritent une minorité musulmane qui représente aujourd’hui environ 3 % de la population thaïlandaise. Cette région, et en particulier la province de Pattani, est depuis les années 30, le théâtre d’une insurrection séparatiste menée par le PULO (voir chapitre 3). En raison des liens historiques entre ces provinces du sud profond de la Thaïlande et l’ex-sultanat malais du Kelantan, la Malaysia a longtemps été suspectée par la Thaïlande de fournir une assistance au mouvement séparatiste.

  • 81 « Separatists hold urgent talks », Bangkok Post, 24 janvier 1998.
  • 82 Conférence du général Surayud Chulanond à la Siam Society de Bangkok en septembre 1999.

74Ces dernières années, une série d’attentats à la bombe contre des postes de police ou des gares du sud de la Thaïlande a attisé les tensions entre les deux voisins. En janvier 1998, après une importante vague de violence, des responsables thaïlandais, sous couvert de l’anonymat, sont allés jusqu’à accuser la Malaysia de servir de sanctuaire aux terroristes81. Ces allégations ont été fermement récusées par Kuala Lumpur. Plus prudemment, le commandant de l’armée de terre, le général Surayud Chulanond, a précisé, en septembre 1999 que ses troupes restaient confrontées à « certains problèmes de sécurité dans le sud82. » L’armée n’a ainsi de cesse de réclamer le déploiement de forces supplémentaires comprenant des unités aériennes de surveillance.

  • 83 Bangkok Post, 24-25 avril 2001.

75En 1999, l’arrestation d’un des leaders historiques du PULO, rendue possible grâce à des renseignements malaysiens, a permis de dissiper les tensions entre les deux voisins. On se souviendra que les partis communistes des deux pays (PCT et PCM) ont été conjointement éradiqués il y a plus de dix ans. Et la visite du Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra à Kuala Lumpur en avril 2001 a été qualifiée par son entourage de « très, très amicale et cordiale83. » Les tensions nées des insurrections politiques de la guerre froide semblent donc se conjuguer au passé. Des quatre frontières de la Thaïlande, celle qui la sépare de la Malaysia constitue à bien des égards le plus faible foyer de tension de la région.

76En revanche, les deux pays continuent de s’opposer sur la question des travailleurs illégaux thaïlandais qui affluent en Malaysia et que Kuala Lumpur juge indésirables depuis la crise économique des années 97-98. Le problème des droits de pêches des chalutiers thaïlandais pollue également les relations, tout comme l’exploitation des gisements pétrolifères off-shore. Un gazoduc entre les deux pays, dont le projet est bloqué par des militants écologistes thaïlandais depuis 1999, devait être opérationnel à la fin de 2001.

2.2 – Les menaces non-étatiques et la nouvelle donne de la sécurité régionale

2.2.1 – La crise économique : un affaiblissement objectif des forces armées régionales

  • 84 Michael Richardson, « Big contracts shelved, Southeastasian plunges cripples military growth », Int (...)

77Le cataclysme financier de l’été 1997 a bouleversé les équilibres géostratégiques de l’Asie du Sud-Est. Les effets du marasme socio-économique, voire politique, dont la région émerge à peine, continuent à influer sur les budgets militaires84.

78En 1998, le budget de la Défense de la Thaïlande a chuté de plus de 35 % et la baisse s’est poursuivie en 1999. Les mêmes contraintes ont frappé la Malaysia avec une réduction de 21 % en 1998. Le budget militaire de l’Indonésie a bien augmenté de 17 % pendant la même période mais le chiffre est trompeur. En raison de l’effondrement de la monnaie locale, le pouvoir d’achat en rupiahs constants a en fait été réduit de 40 %.

79De nombreuses commandes d’équipements ont été annulées comme l’achat par la Thaïlande de huit chasseurs F-18 américains en 1998 ou l’acquisition par l’Indonésie de chasseurs SU-30 et d’hélicoptères russes. Le manque de moyens et la suspension de l’assistance américaine, partenaire privilégié depuis la fin des années 60, a poussé les militaires de la région à diversifier leurs sources, remettant en question la compatibilité des diverses composantes de leur système de défense.

80La question se pose avec d’autant plus d’acuité pour l’armée indonésienne qu’au-delà même des vicissitudes de la crise asiatique ses carences dans le domaine des équipements sont patentes : manque de munitions, manque d’avions, manque de navires, maintenance insuffisante, manque de forces anti-aériennes, faiblesse de la capacité de surveillance, sans parler des déficiences logistiques qui l’empêchent de déplacer ses troupes d’un bout à l’autre de l’archipel dans de bonnes conditions. Il est d’ailleurs probable que les effets de la crise économique qui s’exercent avec une intensité exceptionnelle en Indonésie contribuent à accentuer son retard technologique par rapport à la Malaysia ou à la Thaïlande.

81La crise a certes affecté les dépenses et le moral des troupes des pays de la région (l’ex-commandant suprême Mongkol Ampornpisit a même parlé, en 1998, de « banqueroute de l’armée thaïlandaise »). Mais le marasme économique a surtout mis à mal les équilibres socio-politiques et pourrait donc remettre en cause la logique sécuritaire régionale, en particulier face à l’irruption de nouvelles menaces, telles que le trafic international des drogues et surtout la piraterie.

Personnels et équipements

Personnels et équipements

* International Institute for Strategic Studies, The military balance 2000-2001, London, 2001.

2.2.2 – Les nouvelles menaces

82Comme on l’a vu, les seules véritables inquiétudes de la défense indonésienne en matière bilatérale sont les possibles débordements d’un conflit à propos des îles Spratleys, le champ gazier des îles Natuna étant inclus dans la revendication de Pékin sur la mer de Chine méridionale. Mais le principal péril auquel doit faire face l’archipel n’est pas étatique. L’alarmante multiplication des actes de piraterie rend en effet incertaines les voies de navigations stratégiques qui traversent l’Indonésie.

  • 85 « Southeast Asia struggle with rising high seas piracy », Associated Press, 23 mars 2001.
  • 86 Associated Press, 23 mars 2001.

83Spécialistes, responsables gouvernementaux, observateurs impartiaux : tous reconnaissent que la piraterie maritime en Asie du Sud-Est est devenue l’une des plus importantes menaces qui pèsent sur la sécurité régionale85. Le Bureau maritime international (BLI) basé à Kuala Lumpur a comptabilisé 469 actes de piraterie dans le monde en 2000, soit 60 % de plus qu’en 1999. Les pertes annuelles en termes de cargaisons et de bâtiments sont évaluées à quelque 200 millions d’euros par le BMI. Et la moitié des incidents dans la région ne serait pas rapporté86.

84Le chapelet d’îles (plus de 20 000 au total) qui s’étire entre la Malaysia, l’Indonésie et les Philippines constituent un repaire idéal pour les pirates. Et leurs cibles sont proches. Le détroit de Malacca, entre la péninsule malaysienne et l’île de Sumatra, est l’un des couloirs maritimes les plus fréquentés au monde. En l’espace de trois ans, il est devenu l’un des plus dangereux pour les navires commerciaux.

  • 87 Associated Press, 23 mars 2001.

85Quarante pour cent des actes de piraterie répertoriés en 2000 ont eu lieu dans les eaux territoriales indonésiennes. Selon un officier de la police maritime indonésienne cité par l’agence de presse Associated Press, « ce n’est pas la plupart, mais tous les pirates, qui viennent du côté indonésien87. » Pêcheurs et petits paysans sinistrés par la crise économique, les pirates se sont transformés en gangs armés. Grâce à une collusion avec des mafias internationales et la complicité d’autorités locales corrompues, ils ont pu s’équiper de radars ou de vedettes rapides.

86Sans nier le phénomène, Jakarta décline toute responsabilité, arguant de son manque de ressources financières et de l’absence d’une coopération régionale qui seule pourrait permettre de lutter efficacement. Même si la piraterie est inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée générale de l’ONU, les instruments juridiques multilatéraux butent sur la souveraineté des Etats et sur le sacro-saint principe de l’ASEAN de non-ingérence dans les affaires intérieures de chacun de ses membres. A la différence de la Chine et du Japon, aucun pays d’Asie du Sud-Est n’a signé la convention de Rome (1998) qui autorise un Etat à poursuivre sur le territoire maritime de l’un de ses voisins des pirates qui viennent de perpétrer un forfait dans ses propres eaux.

87En raison de la mobilité des pirates, il n’y a pourtant d’autres solutions que multilatérales. Pour sécuriser la zone, le président indonésien Abdurrahman Wahid a plaidé pour la mise en place de patrouilles conjointes, impliquant le Japon, la Malaysia, Singapour et l’Indonésie. Le Japon, dont les navires sont le plus fréquemment attaqués, a pour sa part proposé de former à la lutte contre la piraterie les unités navales des pays de la région. Tokyo réclame en outre le déploiement de Casques bleus maritimes sous l’égide des Nations unies.

88La menace pirate donne logiquement à la marine une place primordiale dans le dispositif de défense, d’autant que les forces armées indonésiennes doivent aussi veiller à contrecarrer l’exploitation illégale des ressources halieutiques ainsi que l’exploitation forestière clandestine opérée par des compagnies malaysiennes à Kalimantan. C’est peut-être l’une des raisons qui a poussé le président Wahid à nommer un marin, l’amiral A. S. Widodo, à la tête des forces armées en 1999. Les budgets de la marine indonésienne qui se sont effondrés à partir de 1997 peinent cependant encore à retrouver leur niveau d’avant la crise.

2.2.3 – La coopération régionale en matière de défense

  • 88 Sophie Boisseau du Rocher, 1999, p. 16.

89L’ASEAN, qui regroupe aujourd’hui toute l’Asie du Sud-Est, avait parié dès les années 80 sur le trinôme prospérité-stabilité88. Or la crise économique de 1997, qui a constitué l’événement le plus douloureux de l’histoire du groupe régional, pourrait bien remettre en cause cette triple ambition économique, politique et stratégique.

90La crise a d’abord mis fin à la dynamique de croissance continue avant de mettre à mal les équilibres socio-politiques internes des Etats membres, particulièrement en Indonésie, mais également, quoique de manière beaucoup moins inquiétante, en Thaïlande. L’ASEAN, par manque d’instruments institutionnels, a été incapable de répondre à ces turbulences. Toute solidarité entre les Etats membres est restée dans le registre des vœux pieux, parce qu’au même titre que la plupart des institutions multilatérales, l’ASEAN ne peut agir que par la volonté politique de chacun des dirigeants.

  • 89 « L’Asie du Sud-Est soucieuse de ne pas froisser l’Indonésie », Agence France Presse, 10 septembre (...)
  • 90 Sur la crise de légitimité et l’anachronisme de l’ASEAN, voir Sophie Boisseau du Rocher, 1999, p. 4 (...)
  • 91 C’est la première fois que l’ensemble des chefs d’Etat-Major des armées de l’ASEAN, à l’exception d (...)

91L’ASEAN traverse certainement la période la plus critique de son histoire. Jamais les Etats membres ne se sont autant questionnés sur l’utilité d’une organisation qui est bien en peine de trouver des solutions aux différentes crises. L’ASEAN a fait la démonstration de son incapacité à trouver une position commune sur le drame du Timor Oriental ou sur la question de la Birmanie, s’en tenant à son dogme fondateur de non-ingérence89. Créée afin de dissiper les tensions bilatérales et de stabiliser les Etats, elle ne dispose d’aucun instrument institutionnel de règlement des conflits, pas plus qu’elle ne peut gérer des crises régionales telles que le marasme économique et financier ou les feux de forêts indonésiens qui ont enfumé la région en 199790. En novembre 2000, lors d’une réunion inaugurale des plus hauts responsables militaires de l’ASEAN qui s’est tenue à Hua Hin, le général thaïlandais Surayud Chulanond a montré que les armées ne devaient pas être exclues du débat en déclarant que la crise économique avait servi à montrer « que la sécurité et la prospérité des pays de la région étaient intrinsèquement liées91. »

Le Forum Régional ASEAN (ARF) : l’unique organisation de sécurité en Asie orientale

92L’ASEAN tente depuis le début des années 90 de se doter d’instruments multilatéraux pour tenter de prendre en main ses problèmes régionaux. En 1992, elle a décidé que sa conférence post-ministérielle annuelle (PMC) des ministres des Affaires étrangères servirait d’organe de discussions des questions de sécurité. En juillet 1994 à l’issue de la PMC de Bangkok, elle a créé le Forum Régional ASEAN (ARF) premier organe de sécurité institutionnel dans la région. Ce forum est aujourd’hui composé des dix pays de l’ASEAN et de treize autres membres, dont les Etats-Unis, l’Union Européenne, le Japon, les deux Corées et la Chine.

  • 92 La réunion de l’ARF qui s’est tenue à Bangkok fin juillet 2000 fut considérée comme un succès, grâc (...)
  • 93 Sophie Boisseau du Rocher, 1999, p. 44. Sur la notion de « communautés de sécurité » en Asie, défen (...)

93Bien que les membres de l’ARF se soient entendus, en juillet 2000 à Bangkok, sur une « diplomatie préventive92 » pour régler les conflits potentiels, les Etats divergent sur les moyens d’interventions de l’ARF. L’ASEAN ne contrôle pas totalement, loin s’en faut, le menu des discussions. Les Asiatiques, Chine en tête, restent réticents sur la question de la coopération régionale ou les échanges d’informations en matière d’armements. Les Occidentaux, principalement les Etats-Unis, réclament eux plus de transparence, d’échanges d’informations, de formations conjointes pour tenter de bâtir une « communauté de sécurité » dans la zone Asie-Pacifique93.

Les entraînements militaires conjoints

  • 94 Sophie Boisseau du Rocher, 1999, p. 16-17.

94Toute une série d’exercices militaires ont été annulés au plus fort de la crise : l’Indonésie a reporté ses manœuvres conjointes avec l’Australie tout comme la Malaysia avec la Grande-Bretagne, Singapour, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La Thaïlande n’a pas renoncé à ses exercices annuels Cobra Gold avec l’armée américaine mais, en 1998, ces manœuvres, les plus importantes d’Asie du Sud-Est, ont été quasiment entièrement financées par les Etats-Unis94. Il n’en reste pas moins que la poursuite des formations et des entraînements communs représente l’avenir de la sécurité régionale et donc celui des forces armées d’Asie du Sud-Est.

  • 95 « Japan to become observer at Thai-US military exercices », Agence France Presse, 6 décembre 2000.
  • 96 La Thaïlande, les Philippines, le Japon, la Corée du Sud et l’Australie sont liés aux Etats-Unis pa (...)
  • 97 Michael Richardson, « US trim Pacific role », International Herald Tribune, mai 2000. Parallèlement (...)

95Fortement réduits pendant la crise, les exercices conjoints ont depuis lors repris leur vitesse de croisière. Associant traditionnellement la Thaïlande et l’armée américaine, le dispositif Cobra Gold inclut l’armée singapourienne depuis la session de 2000. Les Philippines, l’Indonésie, la Malaysia et l’Australie ont un statut d’observateur, qui devrait être étendu au Japon, à la Corée du Sud, à la Chine et au Vietnam95. Ces opérations, qui engagent 13 000 militaires américains et 5 000 thaïlandais, contribuent à entretenir la relation historique entre les deux pays96. Mais en s’ouvrant à d’autres nations d’Asie du Sud-Est, elles permettent surtout de dessiner les contours d’une coopération régionale informelle plus étroite. Les Etats-Unis entendent ainsi encourager les relations militaires entre les membres de l’ASEAN et du même coup réduire leur implication directe dans la région97.

  • 98 « Asean army commanders hold inaugural meeting in Thailand », Associated Press, 21 novembre 2000.
  • 99 « Thai-US war games begin », Bangkok Post, 10 mai 2000.

96Selon l’amiral Blair, commandant des forces américaines dans le Pacifique, Washington souhaite d’ailleurs transformer les quatre exercices militaires bilatéraux qu’ils organisent dans la région en un dispositif multilatéral unique qui devrait prendre le nom de Team Challenge. C’est dans cet esprit que se sont réunis pour la première fois en novembre 2000, les responsables des armées de sept pays d’Asie du Sud-Est, en présence du chef d’Etat-Major américain Eric Shinseki98. Ce dernier a précisé que les participants devaient coopérer dans les opérations de maintien de la paix, dans des missions antidrogue ou dans des opérations humanitaires nécessaires en cas de catastrophe naturelle. Il rendait ainsi compte de l’opinion en vogue selon laquelle c’est ce type d’opération et non plus les affrontement bilatéraux qui, dans l’avenir, mobiliseront les armées de la région99.

2.2.4 – Les missions sous mandat des Nations unies

97La participation de soldats des pays d’Asie du Sud-Est à des contingents de Casques bleus ne date pas de la crise du Timor Oriental. Dès les années 60, la Malaysia avait contribué à une force d’interposition onusienne au Congo, inaugurant ainsi une longue tradition d’engagement de Kuala Lumpur dans des missions de maintien de la paix. La Thaïlande avait également contribué à une mission d’observation en Irak, au lendemain de la guerre du Golfe en 1991, et l’année suivante à la préparation des élections législatives au Cambodge. Mais en dehors des conflits en Corée et au Vietnam, ce furent les uniques envois de contingents thaïlandais sur des théâtres extérieurs.

98L’arrivée de Chuan Leekpai au pouvoir en 1997 et la nomination du général Surayud Chulanond à la tête des forces armées, a marqué la volonté des dirigeants de rehausser le profil de l’armée sur la scène internationale. Le Premier ministre s’est d’ailleurs engagé, dès 1998, à mettre des troupes à la disposition de l’ONU.

  • 100 « Une armée thaïlandaise ‘new look’ à l’épreuve de la crise timoraise », Agence France Presse, 28 s (...)
  • 101 L’ASEAN n’avait jamais condamné l’invasion puis l’annexion du territoire par l’Indonésie (Gabriel D (...)

99En septembre 1999, la Thaïlande s’est ainsi vue confier par les Nations unies le commandement en second de la force internationale d’interposition au Timor Oriental (Interfet)100. La mission était on ne peut plus délicate. Incapable de définir une position commune sur la question du Timor Oriental, l’ASEAN entendait surtout ne pas froisser l’Indonésie, un membre qui regroupe à lui seul plus d’un tiers de sa population101. La Thaïlande a pris toutes les précautions avant d’accepter de seconder les Australiens. Le vice-commandant de l’Interfet a été attaché militaire à Jakarta et les diplomates thaïlandais se sont assurés du feu vert indonésien avant de s’engager.

100Pour la première fois dans l’histoire de l’ASEAN, des soldats de trois pays d’Asie du Sud-Est (Thaïlande, Philippines, Malaysia) ont participé à une mission de sécurité et de maintien de la paix sur un territoire ayant appartenu à un autre Etat membre. De fait, via le déploiement d’une force multinationale, le principe de non-ingérence de l’ASEAN a subi là un accroc, confirmé en mai 2000, puisqu’à l’expiration du mandat de l’Interfet, la Thaïlande a pris le commandement des forces placées sous la responsabilité directe de l’ONU (sous couvert de l’UNTAET, l’Autorité transitoire des Nations unies au Timor Oriental).

  • 102 Propos tenus lors d’une conférence du général Surayud Chulanond sur l’avenir de l’armée thaïlandais (...)

101Le général Surayud Chulanond s’est montré bien conscient de la portée de l’action thaïlandaise. En septembre 1999, peu après la mise à sac du territoire est-timorais par des milices équipées par l’armée indonésienne, il fixait clairement le cadre de l’engagement du premier contingent thaïlandais : « Personnellement, je ne pense pas que l’on doive se servir de l’intégrité territoriale comme d’une excuse pour commettre des crimes contre l’humanité102. »

102Même si le jugement du commandant en chef de l’armée ne reflète que partiellement le sentiment général au sein de la hiérarchie militaire (plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer cette opération au Timor Oriental, jugée inutile et dangereuse), il est révélateur d’une évolution significative dans la perception que les officiers supérieurs thaïlandais peuvent avoir des nouvelles exigences de la sécurité régionale.

103Historiquement, l’armée thaïlandaise a été plus habituée à maintenir la sécurité aux frontières qu’à intervenir sur des théâtres extérieurs. Avec le Timor Oriental, même si l’engagement est resté limité (environ 700 soldats thaïlandais placés sous la direction du général Boonsang Niampradit ont stationné sur le territoire esttimorais), c’est donc bien à une double révolution que les militaires thaïlandais ont participé. Non seulement ils sont pour la première fois sortis de leur pré carré traditionnel d’Asie du Sud-Est continentale, mais ils sont intervenus chez un voisin, rompant ainsi le tabou imposé par l’ASEAN.

  • 103 Entretien avec un officier supérieur, 30 janvier 2001.

104Les nouvelles missions de l’armée thaïlandaise vont de pair avec un ambitieux programme de modernisation des équipements et de réduction des effectifs. Outre l’abandon prévu de la conscription et la cure d’amaigrissement imposée à l’armée de terre, la mesure la plus spectaculaire devrait concerner le nombre de généraux qui dépasse actuellement celui de l’armée chinoise. 75 % des 1 400 généraux thaïlandais devraient disparaître à moyen terme. Pays de moyenne puissance, la Thaïlande entend se donner, selon l’expression d’un de ses officiers supérieurs, une « petite armée professionnelle, moderne et performante103. » La formation d’unités d’élites, à l’instar de la Task Force 399, actuellement entraînée par les Américains pour la lutte antidrogue à la frontière birmane, devrait se multiplier et constituer une piste pour l’avenir.

105En Indonésie, les officiers reconnaissent que l’implication excessive des militaires dans la sphère politique a considérablement affecté leur niveau technique. Même les membres d’une unité d’élite comme le Kostrad (Réserve stratégique de l’armée, principale unité de combat de la TNI) ne peuvent être considérés comme réellement professionnels selon les standards internationaux. Le problème est particulièrement aigu au sein de l’armée de terre. Et malgré les exercices conjoints organisés avec les Etats-Unis, l’Australie et certains pays de l’ASEAN, le manque de professionnalisme pose la question de la capacité opérationnelle réelle de la TNI.

  • 104 « Slow march to reform », Far Eastern Economic Review, 26 octobre 2000.

106Le recentrage sur la fonction de défense extérieure n’est pas seulement lié aux capacités et aux moyens, c’est également une affaire d’état d’esprit. Pendant 35 ans, les militaires se sont occupés de la sécurité interne. Et comme l’a fait remarquer le général Susilo Bambang Yudhoyono, ministre coordinateur pour la Sécurité et de la Défense dans le gouvernement Wahid : « le changement de mentalité ne peut pas se faire en un jour104 »

Notes

36 Sophie Boisseau du Rocher, « La sécurité de l’Asie du Sud-Est à l’épreuve de la crise économique », in François Godement (dir.), Chine, Japon, ASEAN : Compétition stratégique ou coopération, La Documentation Française, Paris, 1999, p. 32.

37 Surachart Bamrungsuk, United States Foreign Policy and Thai Military Rule, 1947-1977, Editions Duangkamol, Bangkok, 1988.

38 Pasuk Phonpaichit et Chris Baker, 1995, p. 276.

39 David Wyatt, 1984, p. 288.

40 David Wyatt, 1984, p. 283.

41 Cité in David Wyatt, 1984, p. 290.

42 Rebaptisée Irian Barat, puis Irian Jaya par les autorités indonésiennes.

43 A propos de ces évènements et du soutien américains au PRRI, on pourra se reporter à James Mossman, Rebels in Paradise : Indonesian civil war, Johnatan Cape, Londres, 1961 ; Herbert Feith et Daniel Lev, « The End of the Indonesian rebellion » in Pacific Affairs, vol. XXXVI (1), avril 1963 et Daniel Lev, The Transition to Guided Democracy: Indonesian Politics 1957-1959, Modern Indonesia Project, Cornell University, Ithaca, New York, 1966.

44 Sur cette crise voir Gabriel Defert, L’Indonésie et la Nouvelle-Guinée-Occidentale – Maintien des frontières coloniales ou respect des identités communautaires, L’Harmattan, Coll. Recherches Asiatiques, Paris, 1996.

45 Boisseau du Rocher, 1999, p. 13.

46 La Chine et le Vietnam ont toujours entretenu des relations conflictuelles. Pendant la guerre froide, Hanoi s’était aligné sur le grand frère soviétique, aux antipodes des intérêts chinois dans la région. Pékin était en particulier le meilleur soutien du régime khmer rouge au Cambodge. Des accrochages féroces en février-mars 1979 à la frontière nord du Vietnam, en réaction à l’intervention de Hanoi au Cambodge, se sont soldés par une défaite des troupes chinoises. Il faudra attendre 1991 pour que les relations s’apaisent et se traduisent par des échanges de visites qui ont culminé à la fin des années 90.

47 Lowry, 1996, p. 2.

48 Comme le stipule, depuis 1989, l’Atlas de la République populaire de Chine

49 Entretien avec le général Saurip Kadi, 15 août 2000.

50 Lowry, 1996, p. 41.

51 Cité par Panitan Wattanayakorn, « Thailand: the elite’s shifting conception of security », in Muthia Alagappa (dir.), Asian security practice, Stanford University Press, Stanford, 1998, p. 437.

52 Entretien avec un colonel de l’Etat-Major, 2 février 2001.

53 « Notching up a few successes », Bangkok Post, 21 décembre 1999.

54 Entretien avec un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères thaïlandais en mars 2001.

55 « Laos still doubts Thai Sincerity », Bangkok Post, 25 juillet 2000; « Raid deals a cruel blow to good neighbour push », Bangkok Post, 14 juillet 2000.

56 Les autres étant aux Etats-Unis et en France.

57 Selon plusieurs sources concordantes, l’intelligence thaïlandaise était au courant de la préparation d’une action armée depuis la Thaïlande mais n’aurait rien tenté pour la contrecarrer. La présence, en avance, d’équipes de télévision thaïlandaises sur le lieu de l’attaque vient également corroborer la thèse de la bienveillance des autorités thaïlandaises.

58 Les auteurs ont été les témoins directs de la scène le 14 juillet 2000.

59 « Outmoded Thai Policy still the best way out », The Nation, 6 juin 2000.

60 « Are things really as they appear? », Bangkok Post, 26 septembre 2000.

61 Le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Surin Pitsuwan, s’est exprimé sur cette question in Bangkok Post, 25 juillet 2000. Voir aussi « The good neighbour », Bangkok Post, 9 juillet 2000 et « Thais, Laos must join in raid querries », The Nation, 10 juillet 2000.

62 N. Ganesan, Bilateral Tensions in Post-Cold War ASEAN, 1999, ISEAS, Singapour, p. 12.

63 Pasuk Phongpaichit, Sungsidh Piriyarangsan et Nualnoi Treerat, Guns, Girls, Gambling, Ganja: Thailand’s illegal economy and public policy, Silkworm Books, Chiang Mai, 1998, p. 133.

64 Pasuk Phongpaichit, Sungsidh Piriyarangsan et Nualnoi Treerat, 1998, p. 135.

65 Pasuk Phongpaichit, Sungsidh Piriyarangsan et Nualnoi Treerat, 1998, p. 130.

66 N. Ganesan, 1999, p. 13.

67 Cette information nous a été communiquée lors d’un voyage à Sisaket en novembre 1998.

68 « Mending border fences », Bangkok Post, 14 juin 2000.

69 Nicolas Revise, « Silence on pille » in Le nouvel économiste, 13 juillet 2000.

70 Entretien avec un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères thaïlandais en septembre 1998.

71 Cité par Wut Boohleart, représentant de la Tai Karen Union, lors du séminaire « Thai-Burmese border and ethnic minorities » organisé à l’université Chulalongkorn, le 3 février 2001.

72 « The Fall of Manerplaw », Asiaweek, 17 février 1995.

73 D’après un fonctionnaire du Conseil national de sécurité cité par Pasuk Phongpaichit, 1998, p. 132.

74 Voir les nombreuses déclarations en ce sens du général Surayud Chulanond dans la presse thaïlandaise en octobre et novembre 1998 ainsi que « Army to help solve with neighbours only when asked », Bangkok Post, 18 novembre 1999.

75 « Dysfunctional Family », Far Eastern Economic Review, 23 juillet 1998; « Democrat Diplomat », Far Eastern Economic Review, 30 juillet 1998.

76 La Thaïlande et les Philippines se singularisant par rapport à d’autres pays de l’ASEAN plus sensibles aux fameuses « valeurs asiatiques », comme la Malaysia ou Singapour. Sur cette question des « valeurs asiatiques », voir Jean-Luc Domenach, L’Asie en danger, Fayard, Paris, 1998 et Yannick Prost, « La démocratisation en Indonésie – Enjeux politiques et culturels », in Françoise Cayrac-Blanchard, Stéphane Dovert et Frédéric Durand, Indonésie – Un demi-siècle de construction nationale, L’Harmattan, Coll. Recherches Asiatiques, Paris, 2000, p. 269-301.

77 « Back to Business », Far Eastern Economic Review, 22 février 2001.

78 « Junta in cahoots with rebels », Bangkok Post, 13 février 2001.

79 « Gen Chavalit stuns army with remarks », Bangkok Post, 18 février 2001; « Border Clashes », Bangkok Post, 1er mars 2001.

80 Malaya est le terme anglais désignant la Malaisie, c’est-à-dire la partie de la péninsule ayant fait partie de l’empire colonial britannique. Malaisie ou Malaysia occidentale désignent la partie de l’Etat de Malaysia situé sur la péninsule malaise. Malaysia orientale désigne la partie de l’Etat de Malaysia située sur l’île de Bornéo et composée du Sabah et de Sarawak. Malaysia désigne l’entité politique créée en 1963 par la réunion de la Malaisie, de Singapour et des Etats du Sabah et de Sarawak. Singapour a été exclu de l’ensemble en 1965.

81 « Separatists hold urgent talks », Bangkok Post, 24 janvier 1998.

82 Conférence du général Surayud Chulanond à la Siam Society de Bangkok en septembre 1999.

83 Bangkok Post, 24-25 avril 2001.

84 Michael Richardson, « Big contracts shelved, Southeastasian plunges cripples military growth », International Herald Tribune, 19 novembre 1997.

85 « Southeast Asia struggle with rising high seas piracy », Associated Press, 23 mars 2001.

86 Associated Press, 23 mars 2001.

87 Associated Press, 23 mars 2001.

88 Sophie Boisseau du Rocher, 1999, p. 16.

89 « L’Asie du Sud-Est soucieuse de ne pas froisser l’Indonésie », Agence France Presse, 10 septembre 1999.

90 Sur la crise de légitimité et l’anachronisme de l’ASEAN, voir Sophie Boisseau du Rocher, 1999, p. 41.

91 C’est la première fois que l’ensemble des chefs d’Etat-Major des armées de l’ASEAN, à l’exception de ceux du Laos, de la Birmanie et du Vietnam, étaient ainsi réunis (« Asean army commanders hold inaugural meeting in Thailand », Associated Press, 21 novembre 2000).

92 La réunion de l’ARF qui s’est tenue à Bangkok fin juillet 2000 fut considérée comme un succès, grâce à l’adhésion de la Corée du Nord, à la remise sur rails d’un « code de bonne conduite » à propos du conflit en mer de Chine méridionale et au soutien apporté au principe de l’unité de l’Indonésie (« Asian forum works through long list of security woes », Agence France Presse, 27 juillet 2000).

93 Sophie Boisseau du Rocher, 1999, p. 44. Sur la notion de « communautés de sécurité » en Asie, défendue par le chef du commandement américain dans le Pacifique, voir : « Admiral Blair’s gospel », The Asian Wall Street Journal, 19 janvier 2001.

94 Sophie Boisseau du Rocher, 1999, p. 16-17.

95 « Japan to become observer at Thai-US military exercices », Agence France Presse, 6 décembre 2000.

96 La Thaïlande, les Philippines, le Japon, la Corée du Sud et l’Australie sont liés aux Etats-Unis par un traité d’assistance militaire. Le porte parole de l’ambassade américaine à Bangkok a réaffirmé publiquement en mars 2001, la solidité de la relation avec la Thaïlande.

97 Michael Richardson, « US trim Pacific role », International Herald Tribune, mai 2000. Parallèlement, la Chine manifeste depuis plusieurs mois sa volonté de renforcer sa coopération militaire en Asie du Sud-Est, en échangeant en particulier des informations avec l’armée thaïlandaise et en contribuant à la lutte antidrogue à la frontière birmane (« Sino-Thai relations : Exchanges of military data urged », Bangkok Post, 29 juin 2000).

98 « Asean army commanders hold inaugural meeting in Thailand », Associated Press, 21 novembre 2000.

99 « Thai-US war games begin », Bangkok Post, 10 mai 2000.

100 « Une armée thaïlandaise ‘new look’ à l’épreuve de la crise timoraise », Agence France Presse, 28 septembre 1999.

101 L’ASEAN n’avait jamais condamné l’invasion puis l’annexion du territoire par l’Indonésie (Gabriel Defert, Timor Est, le génocide oublié – Droit d’un peuple et raisons d’Etats, L’Harmattan, Coll. Recherches Asiatiques, Paris, 1992, p. 253-256).

102 Propos tenus lors d’une conférence du général Surayud Chulanond sur l’avenir de l’armée thaïlandaise donnée à la Siam Society de Bangkok, en septembre 1999.

103 Entretien avec un officier supérieur, 30 janvier 2001.

104 « Slow march to reform », Far Eastern Economic Review, 26 octobre 2000.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Thaïlande : Principales installations militaires
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Personnels et équipements
Légende * International Institute for Strategic Studies, The military balance 2000-2001, London, 2001.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search