Version classiqueVersion mobile

Armée du Peuple, Armée du Roi

 | 
Nicolas Revise
, 
Arnaud Dubus

Chapitre 1. L’émergence des armées Thaïlandaise et Indonésienne

Texte intégral

1L’armée indonésienne est née, entre août 1945 et décembre 1949, de la lutte pour l’indépendance contre les forces d’occupation hollandaises. Cette origine « révolutionnaire », si mythifiée soit-elle, demeure en ce début de troisième millénaire la fierté et surtout la raison d’être et d’agir des militaires indonésiens. Elle a servi, depuis la fin des années 50, de justification commode à leur constante domination de la vie politique, à travers une série de doctrines : « voie moyenne », dwi fungsi (« double fonction ») ou « résistance nationale ». L’armée indonésienne est donc dès l’origine à la fois nationaliste, populaire et politique.

2Rien de tel en ce qui concerne l’armée thaïlandaise. Contrairement à ce qui s’est passé dans les autres pays d’Asie du Sud-Est, elle n’est pas née dans les douleurs de la décolonisation. Elle ne s’est pas forgée dans une lutte nationale pour l’indépendance. Et elle souffre d’un mal lancinant : l’absence d’une légitimité originelle, le manque de faits d’armes fondateurs qui lui conféreraient confiance en soi et unité d’objectifs. L’armée thaïlandaise ne peut se référer à un passé héroïque, sauf à remonter aux temps anciens des luttes contre les Birmans. Contrairement à son homologue indonésienne, elle manque d’épaisseur historique, au point de célébrer, comme une victoire mémorable, la modeste attaque lancée en décembre 1940 aux frontières du Cambodge contre les forces françaises démoralisées par l’invasion allemande de la métropole.

3Puisqu’elle ne repose pas sur de grands mouvements nationaux, la construction de l’armée thaïlandaise s’est résumée à des rivalités entre grands personnages, entre factions soucieuses de faire valoir leurs intérêts. Armée du roi, qui renverse le roi, puis se déclare de nouveau monarchiste, elle semble versatile là où l’armée indonésienne reste constante, obsédée qu’elle est par sa vocation à faire respecter l’intégrité de cet ensemble multi-ethnique qu’on appelle l’Indonésie depuis seulement un demi-siècle.

4Ces différences n’étonnent guère. Après 350 ans de colonisation hollandaise, l’archipel indonésien, anciennes Indes néerlandaises, est en quelque sorte reparti à zéro avec l’invasion japonaise de février 1942. Au moins la coupure coloniale a-t-elle permis aux Indonésiens de prendre leurs distances vis-à-vis de l’ère des sultans, même si, sous la surface, son influence sur les comportements reste notable.

  • 7 Joseph J. Wright Jr, The balancing act: a history of modern Thailand, Asia Books, Bangkok, 1991, p. (...)

5La Thaïlande n’a par contre pas connu de rupture avec son passé, et même le coup d’Etat du 24 juin 1932, qui a aboli la monarchie absolue, ne peut faire figure de « révolution ». Trois jours après l’évènement, les putschistes se sont sentis obligés de s’excuser publiquement d’avoir « offensé la couronne ». Ils ont requis l’approbation du roi Prachadhipok pour la mise en œuvre de leur projet de Constitution, évitant ainsi de trop troubler l’onde de l’histoire.7

1.1 – Des genèses distinctes : la lutte pour le pouvoir et la lutte pour l’indépendance

6L’armée thaïlandaise moderne est l’héritière de ces armées siamoises qui, à la fin du XVIIIe siècle, guerroyaient contre les envahisseurs birmans avides de piller les richesses d’Ayutthaya, de Thonburi ou de Bangkok. Au lendemain du dernier sac d’Ayutthaya (1767), ces anciennes troupes royales comptent près de 70 000 hommes. Un siècle plus tard, atrophiées par la paix, elles sont réduites à 2 000 hommes. C’est pourtant le moment où la France (qui occupe le Vietnam, le Laos et le Cambodge) et le Royaume-Uni (qui s’est imposé en Birmanie et en Malaysia) convoitent cet Etat indépendant qui sépare leurs possessions respectives.

  • 8 David K. Wyatt, Thailand, a short history, Silkworm books, Chiang Mai, 1984, p. 204.

7Le roi Chulalongkorn (Rama V) tente bien de lever en 1893 une armée de 180 000 hommes pour repousser les troupes françaises qui se font menaçantes sur la frontière avec le Laos. Mais cette mobilisation est un échec. Les commissaires royaux envoyés au nord, au nord-est et au sud du Siam n’arrivent à rameuter que quelques milliers d’hommes. Le roi est obligé de composer, d’autant plus qu’une canonnière française menace de bombarder Bangkok. En 1894, il cède au Laos, sous tutelle française, les provinces de la rive orientale du Mékong. Grâce à cette concession et à celles qui vont suivre, la Thaïlande évite d’être colonisée.8

8L’armée siamoise se développe alors non pas dans la lutte contre des puissances extérieures menaçantes, mais dans la répression des troubles internes. Le roi Chulalongkorn (1868-1910) a été impressionné lors de ses voyages en Europe par la bonne tenue des armées britannique et allemande. Il ressent le besoin de doter son pays d’une armée régulière, professionnelle, attribut indispensable à ses yeux d’un Etat moderne. Dans l’immédiat, il lui faut d’ailleurs faire face à une série de troubles à l’intérieur du pays. Pressurés par les agents fiscaux, des paysans et des ouvriers (pour la plupart des immigrants chinois) se révoltent à Khon Kaen dans le pays Isan (Nord-Est) en 1895, à Chiang Mai dans le nord en 1889 et de nouveau dans le nord-est en 1902. Les sociétés secrètes chinoises, proches de l’ancien régent jaophraya Suriyawong, étendent aussi leur pouvoir et inquiètent la monarchie.

  • 9 Chai-Anan Samudavanija, « Old soldiers never die, they are just bypassed: the military, bureaucracy (...)

9Les révoltes sont réprimées par la garnison royale (qui comprend 5 000 hommes depuis la fin du XIXe siècle) et les sociétés secrètes sont mises au pas9. La menace a cependant été clairement perçue. Grâce à l’établissement de l’impôt, le budget militaire croît rapidement : de 2,9 millions de bahts en 1898 à 13,8 millions en 1905. La même année, Chulalongkorn établit la conscription nationale. Dès 1910, le Siam dispose d’une armée de 20 000 conscrits, de 5 000 marins et de 35 000 réservistes. L’armée royale exclut les Chinois dont la fidélité à la couronne est jugée douteuse. Elle crée une ligne de démarcation entre ceux-ci et les Siamois.

  • 10 Suchit Bunbongkarn, « The military and development for national security in Thailand » in Soldiers (...)

10Jusqu’au coup d’Etat de 1932, l’armée siamoise peut être considérée comme « professionnelle » au sens occidental : elle est organisée sur le modèle européen ; elle est subordonnée au pouvoir civil ; les militaires (de carrière ou conscrits) reçoivent une formation spécifique et sont dotés d’équipements relativement modernes10. Mais contrairement aux armées européennes, exclusivement chargées de la défense du territoire et de la préparation de la guerre, les militaires siamois assument des missions supplémentaires de maintien de la sécurité intérieure, une fonction dévolue à la police en Europe.

  • 11 Salim Said, Genesis of power: General Sudirman and the indonesian military politics 1945-1949, Inst (...)

11L’Indonésie dispose aussi d’une ancienne tradition militaire. Les royaumes des différentes îles de l’archipel avaient leurs propres troupes qui cohabitaient avec celles de la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales (Vereenigde Oostindische Compagnie – VOC). Mais au XIXe siècle, au fur et à mesure de la conquête, cette tradition militaire s’est effacée. Les Hollandais ont établi une armée coloniale, commandée exclusivement par des officiers européens avec, sous leurs ordres, des soldats indonésiens et des mercenaires africains11.

12Peu avant la seconde guerre mondiale, cette armée royale des Indes néerlandaises (Koninklijke Nederlands-Indische Leger – KNIL) admet dans ses rangs un quota restreint d’officiers autochtones formés dans une académie militaire tardivement ouverte à Bandung, parmi lesquels Abdul Haris Nasution, futur chef d’Etat-Major de l’armée indonésienne. A la date de la reddition hollandaise aux forces japonaises le 8 mars 1942, la KNIL comprend 20 officiers indonésiens d’active (et 20 000 sous-officiers). Formés selon la vision européenne d’une armée professionnelle soumise au pouvoir civil, ils joueront un rôle important, mais non le rôle essentiel, dans la formation de l’armée indonésienne. Son premier panglima besar (commandant suprême) sera le colonel Sudirman, un nationaliste d’extraction populaire pourvu seulement d’une éducation secondaire (voir encadré).

13A la même époque, l’armée siamoise, créée par le Roi, est dirigée par les princes. Elle constitue, aux côtés de la bureaucratie l’un des piliers de la monarchie et de sa machine administrative. Dès son origine, la direction militaire est marquée par l’élitisme. Le roi Chulalongkorn envoie trois de ses fils en Angleterre pour y recevoir une formation militaire. Tous les généraux émanent de l’entourage direct du monarque. L’armée se voit comme le défenseur du trinôme Nation-Religion-Roi. Sa mission se partage entre le maintien de l’ordre et la préservation de la monarchie absolue. Mais les germes d’une divergence entre les intérêts du roi et ceux des chefs militaires sont déjà plantés. Les officiers royaux les plus brillants sont invités à envoyer leurs enfants à l’académie militaire Chulachomklao ouverte en 1887. Ils commencent ainsi à former leur propre caste et, en l’espace de deux générations, des « familles militaires » apparaissent. Dès 1910, celles-ci commencent à critiquer le monopole du pouvoir politique par le Roi. Influencés par les idées nationalistes et humanistes en vogue, de jeunes officiers tentent vainement de renverser le régime en 1912, puis en 1917.

14Dans les années 20, de jeunes bureaucrates, des intellectuels, des hommes d’affaires et des officiers aux idées réformistes forment une alliance pour contester la domination de l’aristocratie sur l’armée et le pouvoir politique. Ils fondent à Paris en mai 1927, le « Parti du peuple », avec, parmi leurs leaders, un juriste formé à l’université de Caen, Pridi Banomyong, et un jeune officier issu de l’école d’artillerie de Fontainebleau, le lieutenant-colonel Phibunsongkhram. Le 24 juin 1932, en quelques heures, ces jeunes militants, alliés à quatre colonels de l’armée siamoise, font basculer la monarchie absolue et la remplacent par une monarchie constitutionnelle. Plus qu’une révolution, il s’agit d’un transfert de pouvoir partiel d’une fraction de l’élite à une autre. Les jeunes roturiers éduqués, fonctionnaires et officiers, s’imposent aux aristocrates.

15Très vite, les nouveaux gouvernants sont contraints de composer avec les royalistes. Des factions réformistes face à d’autres plus conservatrices rivalisent pour l’exercice du pouvoir. Pridi est écarté en janvier 1933 par une alliance entre le Roi et le chef du gouvernement Manopakonnithithada, mais il revient sur le devant de la scène six mois plus tard. L’alliance militaro-civile entre Pridi et Phibunsongkhram se maintient tant bien que mal jusqu’en 1938.

  • 12 Wright Jr, 1991, p. 11-12.

16Le professionnalisme de l’armée pâtit du processus. Partenaire et rivale de la bureaucratie civile, l’armée devient un acteur du champ politique qui se donne pour priorité la défense de la Constitution et du nouveau système. Au niveau du discours, le trinôme Nation-Religion-Peuple se substitue au trinôme Nation-Religion-Roi. Peut-on pour autant parler d’une rupture historique ? Pas vraiment. Même à travers ce coup, qui constitue le plus important événement de l’histoire contemporaine thaïlandaise, la continuité est frappante. Continuité d’un régime qui bascule sans être renversé. Relative continuité aussi dans l’origine des détenteurs du pouvoir : aristocrates ou jeunes ambitieux des grandes familles roturières, anciennes ou nouvelles élites, tous viennent des échelons supérieurs de la société siamoise12.

  • 13 Said, 1991, p. 9.

17Pour gouverner l’archipel indonésien, les Hollandais se sont également appuyés sur les élites traditionnelles des anciens royaumes. Ces priyayi occupent la totalité des postes de fonctionnaires indigènes ouverts par l’administration coloniale. Et, après la reddition hollandaise du 8 août 1942, les Japonais n’abandonnent pas complètement le recours aux grandes familles javanaises. Ils s’appuient néanmoins essentiellement sur les pemuda (littéralement, « les jeunes ») auxquels ils font miroiter la perspective d’une future indépendance13.

18Cette mobilisation a une influence cruciale sur les conditions de formation de la future armée indonésienne. Les Japonais enrôlent une majorité de ces pemuda dans des milices armées, appelées Peta (Pembenah Tanah Air, « les Défenseurs de la Patrie »), afin d’avoir sous la main une masse d’auxiliaires susceptible de les aider à repousser les offensives alliées. Les jeunes militants, brûlant d’un enthousiasme indépendantiste, reçoivent une formation militaire de base, mais les instructeurs japonais insistent surtout sur l’importance de la force de l’« esprit » (semangat) dans le combat contre l’ennemi. La « haine du Blanc » et l’utilisation sans discrimination de la force brutale sont parmi les principes inculqués. Les membres des Peta estiment mener un combat autant politique que militaire. Et pour diriger leurs quelque 60 bataillons créés à Java et à Sumatra, les militaires japonais évitent donc, autant que possible, de recourir aux priyayi formés dans les écoles hollandaises, privilégiant des cadres plus jeunes qui ne se sont pas compromis avec le pouvoir colonial.

19Après la proclamation d’indépendance du 17 août 1945, se pose la question du contrôle de l’armée indonésienne nouvellement créée. Une rivalité persistante oppose ainsi les officiers formés à l’académie militaire hollandaise (parmi lesquels Urip Sumoharjo, A.H Nasution, T.B Simatupang et Didi Kartasasmita) aux commandants des Peta. L’élection le 11 novembre 1945, à Yogyakarta, du colonel Sudirman comme premier commandant suprême de l’armée indonésienne consacre la victoire des officiers formés par les Japonais. C’est un renversement social au sein de l’appareil militaire.

  • 14 Françoise Cayrac-Blanchard, Indonésie, l’armée et le pouvoir – De la révolution au développement, L (...)
  • 15 Adam Schwarz, A Nation in waiting, Allen and Unwin, New South Wales, 1999, p. 27.

20Les officiers des Peta, issus de milieux plutôt modestes, ont reçu au mieux une éducation secondaire dans une école indonésienne14. Le lieutenant-colonel Suharto commandant d’une brigade de Peta à Java-Centrale, qui deviendra, en 1967, le deuxième président indonésien, en est parfaitement représentatif. Dans ses mémoires, il raconte comment il a été contraint de quitter l’école secondaire parce que sa famille ne pouvait pas lui acheter l’uniforme requis15.

  • 16 En malais, littéralement « soldat », « milice », « troupe ».

21Par contraste, Urip Sumoharjo, le leader des ex-officiers du KNIL, est le petit-fils d’un bupati (régent) ; il parle un néerlandais raffiné et éprouve même quelques difficultés à se faire comprendre en indonésien. Ces officiers, de formation hollandaise, s’efforcent de rivaliser avec les commandants des bataillons de Peta ainsi qu’avec les laskar16, des groupes surgis au sein de la population après la déclaration d’indépendance et qui ont saisi les armes des Japonais.

Sudirman
Le patriote en uniforme

Premier commandant suprême de l’armée indonésienne, le général Sudirman figure dans l’histoire nationale comme le modèle du leader militaire capable grâce à sa stature personnelle et à son autorité morale de susciter une loyauté sans réserve des troupes. Pourtant Sudirman n’avait rien d’un militaire professionnel. C’était un enseignant de province que les circonstances exceptionnelles du temps ont propulsé au rang de héros révolutionnaire.
Né le 24 janvier 1916 dans un village situé à Java Central, Sudirman est issu d’une famille pauvre. Un oncle fonctionnaire l’adopte et lui permet d’intégrer l’une des écoles du nationaliste indonésien Ki Hajar Dewantoro. C’est là qu’il s’imprègne du patriotisme et de la religiosité qui marqueront sa vie. Il devient membre du mouvement de jeunesse Hizbulwathan, puis d’un groupe de pemuda Muhammadiyah avatar de la grande association musulmane réformiste indonésienne.
Après l’invasion de Java en février 1942, les Japonais recrutent des jeunes nationalistes influents pour commander les bataillons de Peta, les milices d’auxiliaires à l’armée nippone. Dans la résidence de Banyumas (Java Central), le choix de Sudirman s’impose.
Après la reddition nipponne, la plupart des bataillons de Peta sont démantelés. Mais Sudirman parvient à conserver son groupe intact. Négociateur habile, il réussit même à récupérer un important dépôt d’armes des mains des soldats nippons en déroute. Sa réputation est faite. Elle lui permettra d’être élu panglima besar lors de la rencontre de Yogyakarta en novembre 1945.
Pendant la révolution, entre août 1945 et décembre 1949, Sudirman montre ses qualités politiques, mais veille toujours à préserver l’autonomie de l’armée. Son refus de rester à Yogyakarta pendant l’attaque hollandaise de décembre 1948 lui permet de diriger la guérilla depuis son quartier général de la jungle. Mais la reddition du gouvernement civil aux Hollandais le laisse amer. Atteint de tuberculose, il meurt en janvier 1950, un mois après le transfert de souveraineté des Pays-Bas aux nationalistes indonésiens.

  • 17 Said, 1991, p. 56.

22L’armée indonésienne est donc divisée entre ses bases populaires et le noyau d’ex-officiers de l’armée coloniale. Mais le combat pour l’indépendance, la lutte commune contre les Hollandais qui, dans la foulée du débarquement allié, cherchent à reprendre possession de leur colonie, transcendent les querelles et rallient les diverses factions derrière une cause commune. Sudirman, qui s’adresse à ces soldats « comme un père à ses enfants »17, symbolise cette union contre l’ennemi. Il s’entoure aussi bien de chefs de milices pro-japonaises que d’officiers professionnels issus de l’académie militaire hollandaise.

23Les chefs de l’armée thaïlandaise proclament aussi leur attachement à la cause du peuple, mais le contrôle du monopole de la violence légitime est ici l’enjeu d’une lutte de pouvoir entre des élites rivales. Alors même qu’en Indonésie, ce sont les circonstances d’une lutte pour l’indépendance nationale qui ont façonné un certain type de leadership militaire, l’intérêt de la Nation siamoise paraît subordonné aux intérêts individuels. En 1938, la faction civile du gouvernement thaïlandais menée par Pridi Banomyong est mise à l’écart. Le colonel Phibunsongkhram s’engouffre dans la brèche et, par la force de son ambition, concentre rapidement les pouvoirs. Il réorganise le commandement militaire, nommant des proches aux postes clefs, et devient Premier ministre, ministre de l’Intérieur, ministre de la Défense et commandant en chef des trois armes en décembre 1938.

  • 18 Wyatt, 1984, p. 255.
  • 19 A ce propos, voir Wright, 1991, p. 138.

24Loin de se contenter de verrouiller les postes de décision, Phibunsongkhram se lance dans une idéologisation sur le modèle des régimes fascistes européens et japonais des années 30. Il instaure une dictature militaire avec son cortège de mouvements de jeunesse para-militaires, de populisme nationaliste et de construction mythique d’une race et d’une nation thaïes18. Il promet sur le plan intérieur de lutter contre la domination chinoise et sur le plan extérieur de récupérer les provinces perdues au profit des puissances coloniales. En 1939, il rebaptise le Siam du nom à consonance européenne de Thaïlande, pour symboliser sa volonté d’« unifier la race thaïe ». Fin 1940, l’armée thaïlandaise dirigée par Phibunsongkhram attaque les troupes coloniales françaises postées au Cambodge et envahit les territoires shan de Birmanie ainsi que le sud de la Chine. Après l’arrivée des troupes japonaises sur le sol thaïlandais le 8 décembre 1941, il se range rapidement à leur côté, allant même jusqu’à déclarer la guerre aux Alliés19.

25Ce n’est qu’en 1944, devant la montée du mécontentement populaire et les premiers signes du recul japonais, que Phibunsongkhram perd son poste de Premier ministre et finit par se voir retirer celui de commandant suprême. Son régime militariste et anti-monarchiste a duré six ans. Pendant cette période, il a exercé un pouvoir dictatorial tout en permettant à l’armée de développer son assise économique. En 1938, l’armée reçoit 33 % du budget national. Elle peut créer des stations radios qui lui permettent de diffuser des messages idéologiques. Son rôle politique est reconnu constitutionnellement dès 1933. Mais paradoxalement, si certains officiers se sont enrichis, l’institution militaire elle-même paraît s’être moins renforcée qu’elle ne l’aurait pu. Toute la puissance militaire semble en fait s’être incarnée en la personne d’une sorte d’homme providentiel dont la chute a entraîné celle de l’ensemble de l’édifice idéologique qu’il avait bâti.

26Deux traits frappent dans l’ascension et la chute de Phibunsongkhram : la concentration extrême des pouvoirs autour d’un individu sans aucun contrepoids politique et la faiblesse institutionnelle de l’armée au sortir de cette longue domination. Parallèlement, à travers la lutte pour l’indépendance, l’armée indonésienne développe une pratique et acquiert une idéologie qui continuent à marquer l’institution jusqu’à nos jours.

27La caractéristique la plus visible de la révolution indonésienne est bien l’existence d’un double leadership, militaire et politique. L’armée a été créée par le peuple en révolte contre l’occupant étranger. Ses chefs se sentent investis d’une mission globale. Sudirman et même Nasution (ce dernier pourtant marqué par sa formation européenne) considèrent avoir la responsabilité de veiller au respect de l’indépendance et à la bonne marche du pays. Ils se sentent notamment le droit, au même titre que les dirigeants civils comme le président Sukarno et le vice-président Mohammad Hatta, de participer aux négociations qui sont menées avec La Haye.

28La défiance des militaires vis-à-vis des leaders politiques, alors considérés comme trop enclins à jouer la carte de la diplomatie, s’est confirmée le 19 décembre 1948, lorsque Sukarno et son gouvernement ont décidé de se laisser arrêter par les forces coloniales après l’assaut donné par celles-ci contre la ville de Yogyakarta, capitale de la zone républicaine. Un plan militaire prévoyait leur évacuation dans le village proche de Samigaluh et, malgré les injonctions de Sukarno, Sudirman, déjà gravement atteint par la tuberculose, refuse de rester se faire soigner à Yogyakarta. Il prend le maquis et, avec l’appui de Nasution qui dirige l’unité régionale, il organise la résistance contre la KNIL.

29Cette période de huit mois, qui ne prendra fin qu’en juin 1949 avec le retrait définitif des troupes hollandaises de la région de Java Central, aura des implications profondes sur l’état d’esprit de l’armée indonésienne. Pendant toute la durée de la détention du gouvernement civil, la TNI (Tentera Nasional Indonesia, « Armée Nationale indonésienne ») a harcelé les troupes coloniales. Et son ressentiment à l’égard des civils est clairement résumé par le général Sudirman lors d’une allocution à ses troupes en mai 1949 :

  • 20 Cité in Said, 1991, p. 116.

« Souvenez-vous et réfléchissez à la profonde souffrance que nous avons endurée depuis le 19 décembre 1948, à cause de la conduite de nos leaders, civils et militaires, qui sont engoués de négociations et qui oublient que les Hollandais sont à nos portes20. »

  • 21 Robert Lowry, The Armed Forces of Indonesia, New South Wales, Allen and Unwin, 1996, p. 177.

30Sudirman, Nasution et les officiers qui les entourent ont le sentiment que l’armée a sauvé la Nation mise en grave péril par l’inconséquence des politiciens. C’est à cette époque que naît la philosophie Abri alaskan21 (littéralement « Armée soutien de la Nation ») selon laquelle les militaires sont toujours plus capables, plus efficaces et plus responsables que les civils, quel que soit le domaine d’activité.

31C’est aussi pendant cette période que Nasution développe son concept stratégique de la « défense populaire totale » (Sishankamrata). L’ennemi n’ayant pas suffisamment de troupes pour occuper l’ensemble de Java, Nasution présume qu’il va tenter de rallier la population à sa cause par une campagne de propagande. Pour éviter cette manipulation, il instaure une structure militaire territoriale qui doit permettre d’encadrer le peuple de manière à ce qu’il apporte un soutien logistique aux troupes (nourriture, logement, moyens financiers). Le général prépare également des projets de repli stratégique pour évacuer les villageois vers des endroits prédéterminés en cas d’offensive ennemie. Des officiers militaires sont chargés de gérer l’encadrement territorial au niveau des régions (Kodam), des sous-régions (Korem), des districts (Kodim), des sous-districts (Koramil) et des villages (Babinsa). Dans ce cadre, les autorités civiles sont subordonnées aux autorités militaires. Parallèlement, Nasution organise des troupes mobiles (baptisées Wehrkreise) pour lancer des actions contre les unités hollandaises.

32Dans l’esprit des officiers indonésiens, ce « gouvernement militaire » qui a duré huit mois représente, encore aujourd’hui, une sorte de type idéal de gestion du territoire national. A partir de cette époque, la stratégie de guérilla et la mise en place de la structure territoriale deviennent des constantes de la doctrine militaire indonésienne. A la mort de Sudirman, en janvier 1950, l’armée est forte et respectée. Au-delà des luttes de factions, elle existe en tant que composante solide et responsable de l’Etat. Elle ne tente pourtant pas d’accaparer directement le pouvoir politique. Une fois les civils libérés des prisons hollandaises, elle les laisse achever de négocier l’indépendance et prendre officiellement les rênes du pouvoir, en décembre 1949. Ce qui, malgré ses réserves, est alors perçu par l’armée comme l’intérêt national, l’a emporté sur les éventuelles ambitions personnelles.

1.2 – L’expression de deux aspirations totalitaires : L’armée au service des militaires ou l’armée au service de la Nation

Les bouleversements de l’après-guerre : éclipse et retour en force des armées

  • 22 Wright, 1991, p. 147.

33Durant l’occupation par l’armée japonaise du territoire thaïlandais, le Seri Thai, un mouvement clandestin anti-japonais et opposé à la politique de collaboration du gouvernement du maréchal Phibunsongkhram, se développe sous le leadership conjoint de Pridi Banomyong, alors régent, et de M.R. Seni Pramoj, ambassadeur thaïlandais aux Etats-Unis. En 1944, après des débuts laborieux, ce mouvement de résistance, soutenu par l’O.S.S. américain et la Force 136 britannique, devient opérationnel. Des espions du Seri Thai sont parachutés en Thaïlande avec pour mission de renseigner les forces alliées sur les emplacements des unités japonaises. Des bases de guérilla supervisées par des officiers américains et britanniques sont établies dans la forêt. Elles permettent à 400 pilotes alliés dont les avions ont été abattus de s’échapper du pays. Le Seri Thai participe également à 14 attaques contre des convois de ravitaillement japonais, récupérant les armes des militaires nippons. Mais son objectif essentiel est de servir de force d’appoint lors de l’opération Zipper projetée par Lord Mountbatten pour reprendre l’Asie du Sud-Est aux Japonais. Le largage des bombes atomiques sur Hiroshima et sur Nagasaki en août 1945 rendra l’offensive inutile22.

34Le mouvement Seri Thai a permis à la Thaïlande d’éviter d’être traitée en ennemie par les Alliés vainqueurs et de préserver ainsi son indépendance. Il a également restauré l’image du royaume, ternie par sa collaboration aussi précoce que spontanée avec l’Empire du Soleil Levant. A la fin de la guerre, le prestige acquis par Pridi Banomyong et M.R. Seni Pramoj est considérable. Ils font figure de patriotes sincères qui ont risqué leur carrière, et dans le cas de Pridi leur vie, pour rétablir la dignité du pays. Le Seri Thai aurait donc pu donner naissance à une armée thaïlandaise rénovée, auréolée de la gloire d’avoir mené une lutte difficile et juste ; une armée non plus concernée par ses intérêts politiques ou financiers immédiats mais guidée par la cause supérieure de l’intégrité nationale. Cela ne s’est pas fait. Les chefs de la résistance ont bien dominé la vie politique dans l’immédiat après-guerre, mais la mort mystérieuse du jeune roi Ananda Mahidol le 9 juin 1946, et l’incapacité du gouvernement dirigé par le Premier ministre Pridi Banomyong d’en élucider les circonstances a contraint celui-ci à démissionner.

35Le 7 novembre 1947, le coup d’Etat du général Phin Chunhawan, marginalise définitivement les anciens membres du Seri Thai et ouvre la voie au retour de Phibunsongkhram, à peine sorti de la prison où il attendait son jugement pour « crimes de guerre ». Phibunsongkhram doit cependant encore patienter quelques mois, le temps de mesurer les ambitions rivales des organisateurs du coup (le général Phin Chunhawan, les colonels Kat Katsongkhram et Phao Siriyanond ainsi que le lieutenant-colonel Sarit Thanarat).

36Officiellement, Phin Chunhawan justifie son action par la corruption du gouvernement civil et par la nécessité de préserver la portion du budget allouée à l’armée. Il déclare en outre vouloir rétablir l’honneur des militaires bafoué par la défaite de leurs alliés japonais, régler l’affaire de l’assassinat du Roi et lutter contre le communisme. Mais les véritables raisons sont à chercher ailleurs. Au moment où l’Etat-Major entame une domination sans partage qui durera jusqu’au 14 octobre 1973, l’establishment militaire reste un aréopage de clans en compétition les uns avec les autres et dont le souci immédiat reste l’accaparement du pouvoir politique et économique. C’est donc moins en tant qu’institution, que comme instrument de pouvoir de ceux qui la contrôle que l’armée renforce son rôle au sein du royaume. Ce n’est pas tant sa mission de service public, au demeurant assez mal définie, qui lui sert de guide, que les intérêts de ses membres.

37Le 8 avril 1948, le maréchal Phibunsongkhram, « le collaborateur », l’homme qui a ruiné la réputation de la Thaïlande aux yeux des Alliés, reprend la tête de l’armée et du gouvernement. Même si le Seri Thai avait été le noyau d’une armée rénovée, moins influencée par l’idéologie fasciste et plus soucieuse de l’intérêt national, il n’aurait pas pu engendrer une « armée populaire » semblable à l’armée indonésienne telle qu’elle a émergé après décembre 1949. En Thaïlande, la résistance contre les Japonais a été minime comparée à l’effort demandé aux forces du général Sudirman lors de la guerre d’indépendance. Et jamais l’essentiel de la population thaïlandaise n’a-t-il été engagé dans cette lutte. Relativement peu d’officiers thaïlandais y ont participé. L’Etat-Major de l’armée, fermement contrôlé par Phibunsongkhram, se tenait aux côtés des Japonais. Le Seri Thai presque exclusivement composé de politiciens, de diplomates, d’intellectuels et d’étudiants n’était de toute façon guère représentatif de la population.

38Les putschs deviennent un outil bien compris d’alternance entre militaires. D’avril 1948 à septembre 1957, date du coup d’Etat de Sarit Thanarat, Phibunsongkhram et les officiers qui l’entourent vont exercer une domination quasi-absolue sur le pouvoir politique. Phibunsongkhram prend prétexte d’une tentative de coup d’Etat, en novembre 1951, pour dissoudre le Parlement, abroger la Constitution et interdire les partis politiques.

39Une révision de la Constitution de 1932 dispose que les militaires peuvent être membres du gouvernement et du Parlement. Ce sont eux qui occupent effectivement tous les postes clés du cabinet gouvernemental. Une chasse aux sorcières est lancée contre les communistes. L’armée devient un instrument de répression politique utilisé contre les syndicats, les intellectuels et les étudiants. La junte met en place un bureau des affaires politiques dirigé par un général.

Phibunsongkhram
Le premier dictateur militaire
Avec Phibunsongkhram, la Thaïlande s’est donné son premier dictateur moderne. Né en 1897 dans un milieu modeste de la banlieue de Bangkok et mort en 1963 en exil à Tokyo, il aura durablement marqué l’histoire politique du pays. Il a en effet à la fois incarné la rénovation des structures politiques, l’extrême concentration du pouvoir aux mains d’un seul homme, un nationalisme exacerbé inspiré des modèles fascistes européens des années 30 et une militarisation sans précédent de la société.
Entré dans l’armée dès l’âge de 12 ans, ce militaire de carrière, formé en France à l’école d’artillerie de Fontainebleau de 1924 à 1927, fut Premier ministre entre 1938 et 1944, puis de nouveau, grâce à un retour spectaculaire sur la scène politique de son pays, entre 1948 et 1958.
Ayant activement participé au renversement de la monarchie absolue le 24 juin 1932, Phibunsongkhram a été le premier dirigeant à prendre des mesures anti-royalistes et ce, dès le début des années 30, en forçant par exemple le Roi Prachadhipok à l’exil en 1935.
Dans l’histoire politique de la Thaïlande, Phibunsongkhram restera certainement le dirigeant le moins monarchiste et le plus républicain, même si l’exercice de son pouvoir fut indubitablement autoritaire et dictatorial.
Par un culte de la personnalité légendaire, Phibunsongkhram a inauguré une longue tradition de politisation des personnels des forces armées dans laquelle se sont ensuite fondus des généraux tels que Sarit Thanarat ou Thanom Kittikachorn. A travers son exemple, les généraux de l’armée thaïlandaise pourront justifier leurs interventions directes et brutales dans la conduite des affaires publiques.

40Parallèlement, les militaires au pouvoir s’emploient à manipuler l’institution monarchique. Le Palais, consulté avant le putsch de 1947, a cédé et les forces royalistes ont reçu des garanties constitutionnelles et des promesses concernant la restauration d’une partie de leurs droits fonciers sur les terres confisquées lors de l’abdication de 1935.

  • 23 Wright, 1991, p. 192.

41Phibunsongkhram entend pouvoir utiliser à sa guise le jeune roi Bhumibol Adulyadej revenu en 1950 après avoir suivi des études de droit en Suisse. Toutes les apparitions publiques du souverain sont soigneusement orchestrées par le gouvernement. Jouant sur la qualification de juriste du roi, Phibunsongkhram le fait ainsi siéger au tribunal de district de Bangkok pour juger des petits délits. Les verdicts sont ensuite rapportés à la une des journaux dans des articles louant le sens de la justice et la clairvoyance de Sa Majesté, ce qui permet de couvrir d’un vernis d’Etat de droit un régime en passe d’abroger sa seconde Constitution pour renforcer encore les privilèges des militaires23.

42Mais malgré son jeune âge, le roi Bhumibol n’est pas une marionnette docile entre les mains du vieil autocrate. Il n’a pas oublié que Phibunsongkhram a poussé son oncle, le roi Prachadhipok, à l’exil en 1934, et emprisonné bon nombre de ses parents. C’est ainsi que peu à peu le souverain va marquer son indépendance vis-à-vis du dictateur. La première occasion se présente en 1952 lorsque face au nouveau projet constitutionnel de Phibunsongkhram, le roi s’appuyant sur ses prérogatives légales, adresse au Parlement une série de suggestions. Bien que les députés semblent réceptifs aux modifications proposées, Phibunsongkhram les ignore et fait voter sa première version du document. A titre de représailles, le jour où il est censé présider la cérémonie d’inauguration de la nouvelle charte, Bhumibol quitte la capitale pour son palais de Hua Hin à 150 kilomètres de là. La perte de face est considérable pour Phibunsongkhram.

43D’autres incidents similaires renforcent la marge de manœuvre du roi vis-à-vis du pouvoir militaire. Ses nombreuses tournées en province attestent de sa popularité et d’une renaissance de la monarchie restée en sommeil depuis l’abdication de Prachadhipok en 1935. Les militaires ne sont désormais plus seuls sur la scène politique ; ils doivent maintenant compter avec un nouveau partenaire, politiquement habile, totalement dévoué à l’intérêt de la Nation et auréolé du prestige d’une dynastie vieille d’un siècle et demi.

44De son côté, au lendemain de l’indépendance, l’armée indonésienne, pourtant en position de force, limite ses interventions dans le champ politique. Le décès de Sudirman a permis au groupe des jeunes officiers professionnels de formation hollandaise, plus imprégnés que les pemuda de l’idée de neutralité des forces armées, de prendre la direction de la TNI. Ces officiers cultivés (ils parlent pour la plupart plusieurs langues européennes), issus de l’élite javanaise, sont conscients des implications néfastes, surtout dans une période post-révolutionnaire, qu’aurait une domination des institutions politiques par les militaires.

45« Par nos lectures, nous savions que les Etats qui atteignent l’indépendance par la voie d’une guerre de guérilla ont une vie politique instable », expliquait dans un entretien en 1982, le général T.B. Simatupang, nommé chef d’Etat-Major des forces armées en 1950. Ses conclusions sont alors sans ambiguïtés :

  • 24 Said, 1991, p. 130.

« Nous devions soutenir un gouvernement civil sous lequel nous pouvions réorganiser l’armée et former ses membres le plus rapidement possible de manière à pouvoir réduire sa taille. Dans cette optique, nous espérions que les militaires ne seraient pas une source d’ennuis pour le gouvernement.24 »

46Le colonel Nasution, qui dirige l’armée de terre en 1950 (il a alors 31 ans), est à la tête de cette campagne de rationalisation. L’objectif est, sous l’égide de la Constitution de 1950 qui instaure une démocratie parlementaire, d’établir une force armée intégrée, disciplinée, efficace et dégagée des contingences politiciennes.

  • 25 Cayrac-Blanchard, 1991, p. 25.
  • 26 Harold Crouch, The Army and Politics in Indonesia, Cornell University Press, New York, 1978, p. 30.

47Ce sont les politiciens civils qui, comme souvent dans l’histoire indonésienne, vont bien involontairement inciter l’armée à faire son retour dans le champ politique. Les anciens officiers des Peta sont mécontents du programme de professionnalisation et de la domination de l’appareil militaire par les vétérans de la KNIL. Des politiciens d’opposition, liés à cette faction de réfractaires, entament une discussion au Parlement sur le programme de réformes initié par Nasution. Ce dernier et une majorité des officiers du quartier général de la TNI ressentent ce débat comme une interférence intolérable des civils dans le pré carré militaire. Le 17 octobre 1952, alors que des chars entourent le palais présidentiel, un groupe d’officiers de l’Etat-Major mené par Nasution se rend dans le bureau de Sukarno pour lui demander de dissoudre le Parlement25. Non seulement, ce dernier refuse, mais il encourage les anciens officiers des milices pro-japonaises à renverser plusieurs commandants régionaux fidèles à la ligne du quartier général. Nasution doit alors démissionner de son poste de commandement de l’armée de terre26.

Les années 50 : vers la toute puissance des armées indonésienne et thaïlandaise

48Du fait même de ses divisions, l’armée indonésienne ne peut jouer, après l’incident du 17 octobre 1952, le rôle dominant en politique que lui permettait la direction paternaliste et unificatrice de Sudirman. Malgré ces dissensions, une série d’événements va toutefois lui permettre de rester proche des affaires de l’Etat.

49Le régime parlementaire connaît des débuts chaotiques. Les gouvernements chutent les uns après les autres alors que les groupes rivaux manœuvrent pour obtenir le meilleur avantage à court terme. Les partis deviennent des entreprises de patronage qui cherchent à maximiser les bénéfices de leurs clients sans égard pour l’intérêt collectif. La désillusion est grande parmi les officiers supérieurs vis-à-vis des gouvernements civils et du système parlementaire.

Abdul Haris Nasution
Le théoricien du rôle politique de l’armée

Né le 3 décembre 1918 dans une famille de paysans aisés de Kotanopan (Sumatra-Nord), Nasution sort diplômé de l’Académie militaire et intègre l’armée royale des Indes néerlandaises (KNIL) peu avant la seconde guerre mondiale. Capturé lors de l’invasion nipponne de Java en février 1942, il est trop marqué par ses liens avec l’armée coloniale pour intégrer la milice pro-japonaise Peta. Il devient néanmoins instructeur dans une autre organisation de jeunesse créée par le nouvel occupant, le Seinanden.
Après la reddition japonaise, Nasution est chargé d’organiser la guérilla à Java-Ouest. Aux côté de l’ex-lieutenant de la KNIL Didi Kartasasmita, il forme la division Siliwangi réputée pour sa discipline et son efficacité. La période de gouvernement militaire entre décembre 1948 et juin 1949 permet à Nasution de mettre en œuvre sa théorie sur la « défense populaire totale ». Pour résister à l’armée hollandaise, il établit notamment un maillage territorial constitué d’officiers qui encadrent la population et contrecarrent la propagande ennemie.
Nommé à la tête de l’armée de terre à la disparition de Sudirman, il connaîtra pendant vingt ans une relation contrastée avec Sukarno. De plus en plus convaincu que l’armée indonésienne se doit de jouer un rôle socio-politique, il lance sa doctrine de la « voie moyenne » puis, soutenu par le Président, il rétablit la structure militaire territoriale mise en place à l’époque de la lutte pour l’indépendance.
Dans la nuit du 30 septembre 1965, Nasution échappe de justesse aux putschistes venus le kidnapper, mais sa fille et son aide de camp sont tués. Le coup d’Etat échoue et Nasution occupe un temps des fonctions importantes sous le nouveau régime du général Suharto (il assumera notamment la présidence de l’Assemblée consultative populaire entre 1966 et 1968). Trop influent, il sera bientôt écarté et deviendra l’un des plus fervents critiques des excès de la dwi fungsi (double fonction), reflet déformé de sa doctrine de la « voie moyenne ». Il meurt le 6 septembre 2000, à l’âge de 81 ans.

  • 27 Entretien avec Salim Said, mars 2001.

50Les leaders respectifs de la faction des officiers professionnels et de celle des anciens des Peta se réconcilient formellement lors d’une cérémonie organisée sur la tombe du général Sudirman. Dégagé du commandement depuis 1952, Nasution s’adonne à la lecture et tire les leçons de la « période révolutionnaire ». Il en vient à développer l’idée d’un nouveau système politique, supérieur au système parlementaire, au sein duquel l’armée jouerait un rôle central27. Le soldat professionnel devient un politicien en uniforme.

51Quand Nasution reprend la tête de l’armée de terre en 1955, la conception d’une armée outil apolitique de l’Etat a donc cédé la place pour la majorité des officiers à celle d’une armée gardienne de l’intérêt national et chargée à ce titre d’intervenir dans les affaires politiques à chaque fois que l’impéritie du gouvernement civil le rend nécessaire.

  • 28 Cayrac-Blanchard, 1991, p. 25.

52Dix ans après l’indépendance, l’armée indonésienne n’est cependant encore qu’un agrégat d’unités régionales relativement indépendantes qui pensent devoir leur fidélité à leur commandant direct bien plus qu’à l’Etat-Major ou au gouvernement civil28. Dans bien des cas, les chefs des Peta ou les commandants (souvent élus) des laskar (les anciennes unités de partisans), sont restés en place. Pour uniformiser cet ensemble disparate, Nasution commence à transférer plusieurs commandants locaux, provoquant la révolte d’un certain nombre d’entre eux, à Sulawesi et à Sumatra-Ouest.

  • 29 Le PRRI, « Gouvernement révolutionnaire de la République indonésienne » a été établi à Sumatra-Oues (...)

53Cette révolte, qui associe les mouvements PRRI (Pemerintah Revolusioner Republik Indonesia, « Gouvernement révolutionnaire de la République d’Indonésie ») et Permesta (Perdjuangan Semesta, « Lutte totale »), créés pour l’occasion29, provoque une alliance objective entre le Président et son chef d’Etat-Major, contribuant à donner à ce dernier les moyens de mettre ses idées en application. Elle motive concrètement l’instauration par Sukarno de la loi martiale en 1957. Celle-ci, maintenue sous diverses formes jusqu’en 1965, sera le paravent derrière lequel l’armée étendra considérablement son champ d’intervention, non seulement dans le domaine politique mais aussi dans l’administration et l’économie. Mieux, la révolte, circonvenue dès la fin des années 50, donne à l’Etat-Major la légitimité pour revendiquer un rôle permanent dans la gestion du pays. Lors d’un discours prononcé le 12 novembre 1958, Nasution lance la doctrine de la « voie moyenne » qui donne la mesure des aspirations politiques de la TNI :

  • 30 Schwarz, 1999, p. 16.

« Nous n’allons pas et nous ne voulons pas copier la situation qui existe dans plusieurs Etats d’Amérique latine où l’armée agit comme une force politique directe. Nous n’allons pas non plus copier le modèle occidental européen au sein duquel l’armée est l’instrument inerte [du gouvernement]. [L’armée doit être] l’une des nombreuses forces de la société, l’instrument de la lutte du peuple qui doit travailler avec les autres forces populaires30. »

54Ce rôle actif revendiqué par Nasution se concrétise également par la réinstauration par Sukarno, en juillet 1959, de la Constitution de 1945 qui fournit le cadre institutionnel d’une « démocratie dirigée » reposant sur le Pancasila (voir note 4). L’Assemblée constituante est dissoute et la Constitution parlementaire de 1950 abrogée. Les deux piliers du nouveau régime sont Sukarno et l’armée à laquelle s’oppose cependant un parti communiste (PKI) de plus en plus puissant.

55Se replongeant dans ses vieilles théories sur la guérilla et sur la gestion de l’espace national, Nasution ressuscite, en 1962, la structure territoriale de l’armée qui avait permis de résister aux Hollandais pendant la « révolution ». Reconstituant le modèle mis en place entre décembre 1948 et juin 1949, elle crée un réseau de commandements à tous les niveaux administratifs, de la région au village. Les fonctionnaires civils sont de nouveau largement subordonnés à leurs homologues militaires.

  • 31 Crouch, 1978, p. 34.
  • 32 L’adhésion de l’armée au principe du Pancasila, conçu comme une alternative à l’Islam et au communi (...)

56Au début de la Démocratie dirigée, les pouvoirs politiques de la TNI découlent directement de la loi martiale. Mais rapidement, des officiers se voient offrir des postes de ministres, de parlementaires et de gouverneurs31. Tout est en place pour une domination presque totale de la scène politique par l’armée. L’institution est puissante, unie, étendue et dispose même d’arguments philosophiques pour se justifier32. Devenus partie intégrante de l’élite, les chefs militaires ont tout intérêt à préserver le statu quo. Une fois le Parti communiste indonésien, l’unique rival de l’armée, écrasé dans la foulée du coup d’Etat avorté du 30 septembre 1965, l’institution militaire sera souveraine dans le champ politique. Agé et malade, Sukarno ne sera plus qu’une figure de proue que le général Suharto, artisan du contrecoup, écartera progressivement pour assumer la totalité du pouvoir en mars 1968.

57L’armée indonésienne s’affirme au travers de crises politiques internes à l’Indonésie. Le contexte international n’a eu qu’une influence limitée sur les conditions de son développement. Après la seconde guerre mondiale, l’armée thaïlandaise subit en revanche le contrecoup de la guerre froide en tant que partenaire privilégié des Etats-Unis. Avec la formulation de la doctrine Truman d’endiguement du communisme en mars 1947, l’Asie du Sud-Est devient, comme l’Europe, une terre d’affrontements par procuration entre les superpuissances soviétique et américaine.

58Les Américains tentent d’abord de consolider le pouvoir des anciennes puissances coloniales française et britannique en s’appuyant sur le seul pays non colonisé de la région, la Thaïlande, et sur leur arrière-cour asiatique, les Philippines. Les réticences qu’ont pu avoir les Etats-Unis à la fin des années 40 vis-à-vis de la Thaïlande, ancien allié du Japon, sont balayées devant la succession rapide des événements. La victoire communiste en Chine le 1er octobre 1949 est considérée par Washington comme une menace directe contre la Thaïlande. La prise du pouvoir par Hô Chi Minh au Vietnam du Nord et la guerre de Corée donnent corps à la théorie des dominos et alimentent les craintes d’un basculement de la région dans le camp communiste.

  • 33 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, Thailand: Economy and Politics, Oxford University Press, New Yor (...)

59Ce contexte ouvre la voie à une aide américaine sans précédent dans la région. A partir de 1951, les Etats-Unis envoient équipements et matériels ; la CIA soutient la répression policière thaïlandaise contre les foyers communistes chinois à la frontière birmane33. En quelques années, l’assistance américaine représente 2,5 fois le budget thaïlandais de la défense. A partir du retrait des Français du Vietnam en 1954, le royaume deviendra la plate-forme anti-communiste en Asie du Sud-Est.

  • 34 Entretien avec Paul Handley, mars 2000.

60Certains analystes en concluent alors que l’armée thaïlandaise est une « création des Etats-Unis34 ». L’aide américaine s’apparente certes à une occupation militaire du royaume. Elle fournit des dizaines de milliers d’emplois aux personnels thaïlandais et des administrateurs civils et militaires américains sont présents au cœur des institutions du pays.

  • 35 Wyatt, 1984, p. 285 et suiv.

61L’assistance favorise en tout cas l’expression du pouvoir militaire en Thaïlande et renforce les moyens de coercition de l’armée contre les civils. Selon David K. Wyatt, les militaires thaïlandais ne seront toutefois pas les récipiendaires candides de l’aide américaine35. Non seulement les généraux commenceront à s’enrichir, mais surtout il se créera chez les militaires un esprit de corps, la conscience de constituer une caste fortunée, supérieure aux civils et investie d’une mission politique.

62Les officiers sortis de l’académie militaire auront le sentiment de constituer le rempart de la Nation contre la menace communiste chinoise ou vietnamienne.

63Dans les années 50, les militaires prennent possession des secteurs clés des sucreries, des marbreries, des verreries, des usines de pâte à papier et des mines. Et ces généraux, reconvertis en hommes d’affaires, défenseurs d’un capitalisme d’Etat et dirigeants des entreprises publiques, bâtissent progressivement un véritable empire économique.

64L’assistance américaine renforce le pouvoir politique de l’armée thaïlandaise. La mise à l’écart de Phibunsongkhram par le coup d’Etat du général Sarit Thanarat en septembre 1957 change apparemment peu la donne. Sarit révèle rapidement qu’il n’est pas plus démocrate que son prédécesseur et mentor. Un an après le coup, il dissout le Parlement, établit un régime autocratique et se proclame Premier ministre. Pendant les seize ans qui vont suivre des chefs militaires vont dominer sans partage le pouvoir politique.

65Une différence fondamentale distingue toutefois les deux régimes. Contrairement à Phibunsongkhram, Sarit Thanarat parvient à établir une relation de courtoisie et de respect avec le roi Bhumibol. Même si le monarque n’a guère le pouvoir de s’opposer au nouveau gouvernement, le Premier ministre, conscient du prestige considérable du jeune roi auprès de l’ensemble des Thaïlandais, prend la peine de le consulter avant de décider des mesures importantes.

66En 1958, alors qu’il s’apprête à dissoudre le Parlement pour renforcer son pouvoir exécutif, Sarit rend ainsi visite au roi et le tient informé des développements à venir. Il assure le souverain que sa décision ne vise en rien la monarchie et montre ainsi le respect qu’il témoigne à la couronne.

Sarit Thanarat
L’homme fort

Sarit Thanarat, le 11e Premier ministre de l’histoire moderne thaïlandaise entre son coup d’Etat en septembre 1957 et sa mort en décembre 1963, reste un paradoxe. Il incarna probablement l’un des régimes les plus durs que le Royaume ait connu, mais le dictateur demeure encore aujourd’hui une figure respectée dans le pays.
Né en juin 1908, fils d’un militaire, Sarit épouse dès l’âge de 11 ans la carrière d’officier et sort diplômé de l’académie militaire en 1928. Contrairement à Phibunsongkhram, dont il fut l’allié avant d’être le grand rival, il a suivi l’ensemble de sa formation en Thaïlande. Sous son autorité, l’armée apparaît remarquablement unifiée. On est loin alors de l’émergence des factions qui allaient la diviser dans les années 70 et 80.
Au début des années 90, lors du triomphe de la Classe 5, plusieurs observateurs voyaient en Suchinda Kraprayoon, une sorte d’héritier de Sarit. Mais compte tenu de l’empreinte profonde laissée par ce dernier sur l’armée thaïlandaise, tous les officiers supérieurs s’inscrivent en quelque sorte dans sa filiation. Paternaliste et traditionaliste, son régime fut marqué par un rapprochement avec le Palais. S’il a imposé la loi martiale et férocement pourchassé tous ses opposants, Sarit est également considéré comme un modernisateur des structures économiques et sociales, en particulier dans le Nord-Est du royaume où il a fondé une université, à Khon Kaen, et contribué au développement des infrastructures routières et électriques. Bangkok lui doit aussi une politique drastique d’assainissement de sa voirie…

67Jusqu’à la mort de Sarit en 1963, le Palais et le gouvernement entretiennent des relations équilibrées et cordiales. Leader paternaliste et éclairé, le roi Bhumibol peut ainsi lancer une série de projets pour les plus défavorisés. Il commence par créer une fondation pour les étudiants en médecine issus des familles modestes, puis lance un vaste projet pour donner aux minorités ethniques montagnardes une alternative à la culture du pavot.

68L’autorité morale et le prestige du roi en sont renforcés. Dégagé de toute affiliation avec les partis ou les factions, il confirme son image de souverain désintéressé, impartial et universel qui n’a à cœur que l’intérêt de la nation. Il devient le lien vivant entre les Thaïlandais. Pour la première fois depuis des décennies, l’élite et les classes populaires se reconnaissent dans un même symbole – à ce titre vecteur essentiel d’unité nationale. Ce sentiment affecte également l’armée, ses chefs comme les hommes du rang. Ainsi, l’armée ne se présente plus seulement comme un corps martial de type fasciste. Elle se voit comme une armée royale, en charge de la défense du trône.

69Phibunsongkhram croyait à une armée tirant sa légitimité d’un peuple thaïlandais mythifié, d’une race siamoise supérieure. Sarit a cru à un corps militaire aristocrate et royal, dépositaire de l’autorité du souverain, comme au temps de la monarchie absolue. Les militaires se sont alors sentis investis d’une mission quasireligieuse, se considérant comme les seules autorités susceptibles d’exercer le pouvoir politique. A cette époque, il est inconcevable que le Premier ministre ne porte pas l’uniforme.

70L’armée thaïlandaise a trouvé (ou retrouvé) dans la défense de la monarchie (ou plus précisément dans celle du souverain charismatique et de sa famille) une raison d’être et d’agir. A travers le roi, elle défend la nation. Elle redevient l’armée du monarque, mais d’un monarque qui incarne l’intérêt général et non plus celui de la seule élite aristocratique.

71L’armée monarchiste ressuscitée par Sarit Thanarat est de ce fait plus nationale et plus « populaire » que l’armée du peuple imaginée par Phibunsongkhram. Après un long détour, l’armée thaïlandaise s’est finalement inventé une légitimité que l’armée indonésienne avait héritée, dès sa création, de la lutte pour l’indépendance. Mais cela ne l’empêchera pas de rester le cénacle des rivalités entre cliques et factions pour la conquête du pouvoir politique. Dans les années 60 et 70, comme dans les années 30, l’armée thaïlandaise jouera à la politique, alors que tout au long de son histoire, l’armée indonésienne a été politique.

Indonésie et Thaïlande en quelques dates

Indonésie et Thaïlande en quelques dates

Notes

7 Joseph J. Wright Jr, The balancing act: a history of modern Thailand, Asia Books, Bangkok, 1991, p. 63.

8 David K. Wyatt, Thailand, a short history, Silkworm books, Chiang Mai, 1984, p. 204.

9 Chai-Anan Samudavanija, « Old soldiers never die, they are just bypassed: the military, bureaucracy and globalisation » in Political change in Thailand: democracy and participation, Routledge, Londres et New York, 1997.

10 Suchit Bunbongkarn, « The military and development for national security in Thailand » in Soldiers and stability in Southeast Asia, Institute of Southeast Asian Studies, Singapour, 1988.

11 Salim Said, Genesis of power: General Sudirman and the indonesian military politics 1945-1949, Institute of Southeast Asian Studies, Singapour, 1991, p. 9-10.

12 Wright Jr, 1991, p. 11-12.

13 Said, 1991, p. 9.

14 Françoise Cayrac-Blanchard, Indonésie, l’armée et le pouvoir – De la révolution au développement, L’Harmattan, Coll. Recherches Asiatiques, Paris, 1991, p. 21.

15 Adam Schwarz, A Nation in waiting, Allen and Unwin, New South Wales, 1999, p. 27.

16 En malais, littéralement « soldat », « milice », « troupe ».

17 Said, 1991, p. 56.

18 Wyatt, 1984, p. 255.

19 A ce propos, voir Wright, 1991, p. 138.

20 Cité in Said, 1991, p. 116.

21 Robert Lowry, The Armed Forces of Indonesia, New South Wales, Allen and Unwin, 1996, p. 177.

22 Wright, 1991, p. 147.

23 Wright, 1991, p. 192.

24 Said, 1991, p. 130.

25 Cayrac-Blanchard, 1991, p. 25.

26 Harold Crouch, The Army and Politics in Indonesia, Cornell University Press, New York, 1978, p. 30.

27 Entretien avec Salim Said, mars 2001.

28 Cayrac-Blanchard, 1991, p. 25.

29 Le PRRI, « Gouvernement révolutionnaire de la République indonésienne » a été établi à Sumatra-Ouest sous l’égide d’une alliance entre officiers dissidents et dirigeants du parti musulman Masyumi. Le Permesta a été fondé à Sulawesi par les lieutenants-colonels Ventje Sumual et Saleh Lahade, qui assumaient le commandement de la région militaire d’Indonésie Orientale.

30 Schwarz, 1999, p. 16.

31 Crouch, 1978, p. 34.

32 L’adhésion de l’armée au principe du Pancasila, conçu comme une alternative à l’Islam et au communisme est alors bien résumée par Nasution : « Nous avons notre Pancasila et nos idéaux révolutionnaires, une base et un objectif pour notre révolution, pour notre mission nationale. Il n’y a plus besoin de rien d’autre. Les principes et les objectifs auxquels ont adhéré les partis dans le passé ne sont plus nécessaires. » (cité in Said, 1991, p. 138).

33 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, Thailand: Economy and Politics, Oxford University Press, New York, 1995, p. 292.

34 Entretien avec Paul Handley, mars 2000.

35 Wyatt, 1984, p. 285 et suiv.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Indonésie et Thaïlande en quelques dates
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1318/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1318/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search