Version classiqueVersion mobile

Armée du Peuple, Armée du Roi

 | 
Nicolas Revise
, 
Arnaud Dubus

Introduction. Le rôle de l’armée ?

Texte intégral

  • 1 Raymond Aron, Leçons sur l’histoire, cours du Collège de France, Editions de Fallois, Paris, 1989.

1Y a-t-il des lois historiques qui régissent la prise en charge par les militaires de la gestion d’un pays ? Raymond Aron a rappelé les limites du déterminisme1. Mais il est peut-être pertinent, à la lumière de l’expérience de différents Etats, d’essayer de dégager des constantes dans cette dynamique de la politisation et de la dépolitisation des forces armées.

  • 2 Harold Crouch, « The military mind and economic development », in Soldiers and stability in Southe (...)

2Procédant à une comparaison interne à l’Asie du Sud-Est, Harold Crouch constate que dans les pays où les structures sociales sont encore relativement instables, les gouvernements dominés par les militaires peuvent apporter une stabilité politique qui favorise la croissance économique2. Mais les interactions des acteurs de cette croissance et les transformations sociétales qu’elles impliquent suscitent en général de nouveaux défis politiques, générateurs de réformes et susceptibles de remettre en question la mainmise des militaires sur la vie publique.

3La question est particulièrement vitale en Thaïlande comme en Indonésie dans la mesure où ces deux pays ont engagé avec quelques lustres d’écart des processus de transition démocratique qui transforment fondamentalement leurs structures. La soumission des institutions militaires aux autorités civiles estelle pour autant un corollaire automatique de ce processus ? Dans des contextes sensiblement différents, leurs armées respectives ont assumé, et dans une certaine mesure assument encore, un très grand rôle politique, mais aussi économique et socioculturel. En dehors de la Birmanie pour laquelle on pourrait dresser un constat similaire, il s’agit là de cas uniques puisque les autres Etats de la région ont tous, bien que dans des contextes fort différents, structurellement inféodés leurs militaires au pouvoir civil. C’est notamment ce qui s’est passé dans les pays qui ont hérité de la tradition de neutralité des forces armées de leur colonisateur (la Malaysia, Singapour et les Philippines), comme dans ceux qui, ayant choisi le socialisme, ont strictement soumis leurs forces armées à l’autorité du parti unique (Laos, Vietnam). Seul le Cambodge, émergeant d’un quart de siècle de guerre civile, laisse planer des incertitudes : si le régime du Premier ministre Hun Sen, à l’origine d’essence militaire, a réussi à contrôler l’institution des forces armées, il doit néanmoins lui laisser une large autonomie d’action.

  • 3 Cité par le général Agus Widjojo, « The role of the military in the development of the civil state (...)

4Il est classique dans des pays en voie de développement que l’armée prenne en charge la gestion du pays. Certains avancent que cet engagement est nécessaire au sein des nations émergentes. Faisant écho à Harold Crouch, Alfred Stepan suggère que l’implication politique des militaires vise à stabiliser la situation politique et à contribuer à la construction nationale. Selon lui, certains facteurs favorisent cette politisation des forces armées : la perte de crédibilité du gouvernement civil due aux incessantes querelles de pouvoir, la persistance de sérieux problèmes de sécurité intérieure, l’absence d’une menace extérieure imminente et la conviction de l’armée d’être la gardienne de la nation3.

5Mais les constructions théoriques ont leurs limites. Des circonstances historiques particulières peuvent aussi expliquer l’engagement politique des militaires. Au sortir d’une lutte pour l’indépendance, l’armée, s’appuyant sur sa « légitimité révolutionnaire », se trouve en position de force. Elle est généralement la première institution structurée d’une nation naissante où les désordres intérieurs sont nombreux. Le pays en formation cherche ses marques et fait face à mille périls. En Indonésie, entre 1945 et 1950, le contexte aurait ainsi pu rendre possible une prise en charge du pouvoir par l’armée, mais les militaires ont préféré laisser aux civils les rênes de l’archipel. Ils ne se sont arrogés le pouvoir direct que quinze ans plus tard face à ce qu’ils ont alors conçu comme l’incapacité de la classe politique à assurer la gestion du pays et à enrayer la montée du communisme. Tout au contraire, en Thaïlande, les militaires, qui n’ont pas dû se battre pour conquérir l’indépendance, occupent dès 1932 le vide laissé par l’abolition de la monarchie absolue. Le pays ne connaît alors ni menace extérieure, ni véritables troubles intérieurs. Il est seulement confronté à une caste ambitieuse.

  • 4 Idéologie nationaliste présentée par le président Sukarno le 1er juin 1945. La nation indonésienne (...)

6Que le contrôle direct du pouvoir par les militaires soit ou non dicté par des impératifs « élevés », qu’il apporte ou non sécurité, stabilité politique et développement, les émanations de l’institution militaire, une fois arrivées aux affaires, sont peu désireuses d’y renoncer. Chaque armée au pouvoir théorise et mythifie les motivations et la nature de sa domination de manière à prouver son utilité : par la défense de la monarchie et de la « sécurité nationale » en Thaïlande ; par le maintien de la cohésion ethnique et religieuse et la défense de la philosophie d’Etat (Pancasila)4 en Indonésie. Les outils conceptuels de la légitimation habillent les motivations réelles, masquant la frontière entre mission nationale et intérêt corporatiste. Distinguer l’une de l’autre représente parfois un véritable défi qu’il appartient bien sûr aux observateurs que nous sommes de relever.

  • 5 Le 6 octobre 1976, à Bangkok, la police et des milices d’extrême droite ont lancé un assaut contre (...)

7A 25 ans d’intervalle, la Thaïlande et l’Indonésie semblent suivre des évolutions relativement parallèles. Dominée sans partage par les militaires jusqu’à la chute du gouvernement Thanom Kittikachorn-Praphas Charusathien le 14 octobre 1973, la Thaïlande a ensuite connu trois ans de démocratie réelle avant qu’une sanglante reprise en main ne mette en place, pour vingt ans, un système d’apparence civile mais « sous influence » militaire5. Il est sans doute un peu tôt pour savoir si, comme à Bangkok, l’appel d’air démocratique provoqué par la chute du président Suharto, le 21 mai 1998, sera suivi des désillusions que font souvent naître les espoirs de réforme rapide et totale. Il serait à plus forte raison hasardeux de pronostiquer que, dans un peu plus de vingt ans, cette version locale de la révolution des cent fleurs aboutira finalement à un retrait réel et durable de l’armée de la vie politique comme cela semble s’être produit en Thaïlande depuis 1992.

8Sans invoquer une quelconque boule de cristal, on peut néanmoins mettre en parallèle deux situations qui, en termes de manifestations, présentent des similitudes évidentes. Dans les deux cas, le développement économique favorisé par un régime politique autoritaire plus ou moins contrôlé par l’armée crée de nouvelles conditions sociales qui requièrent une transformation du cadre politique. L’émergence de milieux d’affaires dégagés des affiliations clientélistes avec les gouvernants, l’apparition d’une classe moyenne urbaine et la montée en puissance d’un monde ouvrier de mieux en mieux organisé sont autant de défis à la gestion du pays par les militaires. La Thaïlande avait amorcé ce mouvement dans les années 70. L’Indonésie l’a entamé à la fin des années 90. Les militaires se voient obligés de reculer pas à pas sur le terrain politique. Ils doivent également abandonner un à un les bastions économiques bâtis au temps de leur domination.

  • 6 Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social, Flammarion, Paris, 1992, p. 32.

9« Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir », écrivait Jean-Jacques Rousseau6. L’armée thaïlandaise semble en passe d’achever sa mue et son homologue indonésienne paraît amorcer la sienne. Nous allons nous efforcer, au cours de cet ouvrage, d’en analyser les termes5.

Notes

1 Raymond Aron, Leçons sur l’histoire, cours du Collège de France, Editions de Fallois, Paris, 1989.

2 Harold Crouch, « The military mind and economic development », in Soldiers and stability in Southeast Asia, édité par Soedjati Djiwandono et Yong Mun Choeng, Institute of Southeast Asian Studies, Singapour, 1988.

3 Cité par le général Agus Widjojo, « The role of the military in the development of the civil state », intervention lors du séminaire Redefining nationalism to rebuild the Nation, université de Berkeley, 27 mai 2000.

4 Idéologie nationaliste présentée par le président Sukarno le 1er juin 1945. La nation indonésienne doit être basée sur cinq principes (Pancasila) : croyance en un Dieu suprême, une humanité juste et civilisée, unité du pays, consensus obtenu grâce à la sagesse des représentants du peuple, justice sociale.

5 Le 6 octobre 1976, à Bangkok, la police et des milices d’extrême droite ont lancé un assaut contre l’université Thammasat alors devenue l’un des bastions des « étudiants progressistes ». Des dizaines d’étudiants ont été abattus.

6 Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social, Flammarion, Paris, 1992, p. 32.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search