Version classiqueVersion mobile

Armée du Peuple, Armée du Roi

 | 
Nicolas Revise
, 
Arnaud Dubus

Conventions orthographiques

Texte intégral

1Les forces armées indonésiennes ont changé plusieurs fois de nom depuis leur création le 5 octobre 1945. La Tentera Keselamatan Rakyat (TKR, Armée de la Sécurité Populaire) de l’origine a successivement pris le nom de Tentera Keamanan Indonesia (TRI, Armée de la République d’Indonésie, à partir de janvier 1946), de Tentera Nasional Indonesia (TNI, Armée Nationale Indonésienne, à partir d’août 1947) et d’Angkatan Bersenjata Republik Indonesia (ABRI, Forces armées de la République d’Indonésie, à partir d’octobre 1969).

2En août 1998, enfin, l’ABRI a repris le nom de TNI, sous lequel elle est le plus connue de la population. De manière à éviter les confusions, c’est celui-ci que nous utiliserons dans ce livre et ce depuis l’indépendance et quelles que soient les époques. No

3On notera que l’orthographe indonésienne a été modifiée à deux reprises. En 1947, il a été décidé que le « oe » de la période coloniale néerlandaise (prononcé « ou » en français), s’écrirait désormais « u ». Cette réforme a été complétée en 1972 par d’importants changements destinés à harmoniser les orthographes indonésienne et malaysienne. Le « tj » (prononcé « tj » en français) s’écrit désormais « c », le « dj » (« dj » en français) s’est transformé en « j », le « sj » (« ch » en français) est devenu « sy » et le « ch » (« kh » en français) est devenu « kh ».

4Nous avons choisi, à chaque fois que la chose était possible, d’utiliser la nouvelle orthographe quitte à contredire l’usage français (« Jakarta » de préférence à « Djakarta »). Pour les patronymes, on a en général suivi cette règle à l’exception des cas où les intéressés eux-mêmes privilégient une orthographe différente. On s’est alors conformé à l’usage.

5Destiné à un public francophone, cet ouvrage ne contient aucune référence citée en alphabet thaï. L’usage des transcriptions en alphabet latin a de même été limité. On l’a réservé aux seuls noms propres (de personne ou de lieu) et à quelques expressions.

6Bien que l’Institut royal ait défini des règles de transcription des caractères thaïs en caractères latins, ces règles sont généralement ignorées, non seulement par le public et les auteurs mais également par les journalistes et la plupart des instances gouvernementales. Il en résulte de fait une absence de norme. Les principes retenus dans le présent ouvrage l’ont été sur la base des recommandations de Louis Gabaude, chercheur de l’École française d’Extrême-Orient qui a bien voulu nous aider à homogénéiser notre démarche de transcription.

7Pour les termes courants on a adopté les règles de l’Institut royal que l’on a légèrement modifiées dans le sens d’une plus grande précision. Ainsi on a transcrit le « jo jan » par « j » et non par « ch », réservé au « cho chang » et au « cho ching ». On a également transcrit par « ü » la voyelle médiane voisine du « u » français, réservant le signe « u » pour la transcription du son correspondant au « ou » français. Pour les termes religieux transcrits du pali ou du sanscrit, on a noté simplement les voyelles longues par l’accent circonflexe en délaissant tout autre signe suscrit ou souscrit.

8Pour les toponymes et termes géographiques, on a suivi les règles de l’Institut royal sans modification, celui-ci ayant publié une liste normative des transcriptions des toponymes correspondants aux différentes unités administratives du pays.

9Pour les autres noms propres, on a généralement gardé la transcription utilisée par les intéressés eux-mêmes ou par la presse. Dans les cas où l’on a trouvé deux transcriptions (ce qui est fréquent), on a choisi celle qui était la plus proche du système de l’Institut royal. Néanmoins, pour les noms de rois et de personnages historiques, on a suivi la transcription utilisée par David K. Wyatt dans Thailand : A Short History, Yale University Press, New Haven, 1984.

10Par ailleurs, selon la pratique courante, on a transcrit la plupart des noms de groupes ethnolinguistiques et adjectifs correspondants sans les accorder (ex. : les Karen, les traditions karen) – à l’exception bien sûr de ceux qui sont passés en français et pour lesquels on a alors appliqué les règles d’usage (ex. : les Thaïs, les traditions thaïes ; mais les Lao, les traditions lao).

11Afin de faciliter la lecture, les noms de personnalités thaïlandaises apparaissent dans le texte sans qu’ils soient assortis de leur éventuel titre nobiliaire (somdet, mom jao, jaophraya, luang) sauf dans les cas où l’énoncé de ces titres constitue un apport au propos. Dans la bibliographie comme dans l’index, les personnalités et les auteurs sont généralement classés en fonction de l’ordre alphabétique de leur nom patronymique (pour les Occidentaux) ou, s’ils ne sont pas dotés d’un prénom identifiable en tant que tel comme c’est le cas de certains auteurs indonésiens, par celui de la deuxième partie de leur nom. Leurs homologues thaïlandais sont par contre classés par leur prénom comme c’est en général l’usage.

La Thaïlande et l’Indonésie en Asie du Sud-Est

La Thaïlande et l’Indonésie en Asie du Sud-Est

Carte d’identité

Carte d’identité

* Chiffres pour l’année 2000

Table des illustrations

Titre La Thaïlande et l’Indonésie en Asie du Sud-Est
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Carte d’identité
Légende * Chiffres pour l’année 2000
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search