Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les Musulmans de Thaïlande

 | 
Michel Gilquin

Deuxième partie : les musulmans du grand Sud

Chapitre 6. Le délicat processus d’intégration des provinces du Sud

Full text

  • 117 De nombreux responsables et militants des groupes séparatistes furent extradés en 1998. Il en fut r (...)

1La collaboration des polices malaysienne et thaïlandaise se traduit régulièrement par l’arrestation de séparatistes qui sont ensuite extradés par Kuala Lumpur vers Bangkok où ils sont jugés117. Immanquablement, les médias thaïlandais clament alors que le terrorisme dans le grand Sud est en voie d’être totalement éradiqué.

2Les attentats qui défraient régulièrement la chronique indiquent toutefois que, pour résiduels et divisés que soient les mouvements sécessionnistes, ils n’en continuent pas moins à exister. Il est donc hasardeux de qualifier d’irréversible le déclin du recours à la violence.

  • 118 Comme en témoigne à lui seul le nom de son parti : thai rak thai, dont on ne sait trop si on doit l (...)

3On peut cependant mesurer l’impact des efforts consentis depuis quelques années pour intégrer la région dans l’ensemble national. Il ne s’agit plus seulement, nous semble-t-il, d’une démarche visant à une thaïcisation des populations locales. Leur différence paraît être de plus en plus acceptée. Le fait que le Premier ministre Thaksin Shinawatra, élu en 2001 sur la base d’un programme aux accents volontiers nationalistes118, ait fait diffuser, durant sa campagne électorale, ses tracts de propagande en langue yawi, paraît à cet égard révélateur d’une évolution des mentalités.

6.1 – Le développement économique : une priorité politique ?

4Première priorité dans le domaine économique : il convenait de désenclaver la région. Le renforcement des infrastructures routières s’est accompagné de la construction d’un barrage à Banglang (province de Yala) pour assurer l’irrigation et la fourniture d’énergie électrique.

5Le bien-fondé de ces réalisations est parfois contesté. La construction de routes peut être imputable à des arrière-pensées militaires et l’aménagement des cours d’eau aurait des conséquences écologiques fâcheuses, mais ils ont globalement permis un net accroissement de l’activité régionale.

6Le rôle joué au plan national par un nombre croissant de personnalités musulmanes a certainement favorisé cette évolution. Mais on notera surtout que plusieurs dirigeants thaïs ou sino-thaïs se sont, pour des raisons parfois très personnelles, montrés particulièrement attentifs à la région.

7Le Premier ministre Chuan Leekpai (1992-95 et 1997-2001) est originaire de Trang et sa formation, le phak prachathipat (Parti démocrate) a toujours pu compter sur les voix du Sud. Quant au général Chavalit Yongchaiyudth, il a su pacifier la région sans excessive brutalité avant de devenir Premier ministre (1996-97) avec l’appui de plusieurs personnalités locales. Il faut dire que son épouse, d’origine indonésienne, parle yawi. Ses affinités avec la population locale sont d’autant plus fortes qu’au-delà de ses sentiments pour la région, elle y aurait consenti d’importants et profitables investissements.

8Une autre raison a poussé les autorités de Bangkok à prendre davantage en main des projets dans les provinces méridionales. La diaspora yawi installée dans les différents pays musulmans et largement composée d’étudiants ou d’intellectuels islamiques a mené une large campagne pour dénoncer le manque d’intérêt du gouvernement thaïlandais pour sa région d’origine.

9La solidarité islamique s’est exprimée par plusieurs programmes d’aide technique financés par les monarchies pétrolières. Cette aide au développement, localement bienvenue, présentait cependant des inconvénients pour Bangkok. Elle pouvait, si l’on n’y prenait garde, renforcer les aspirations à l’autonomie. En laissant se constituer un cordon ombilical entre certains pays musulmans et le grand Sud, n’y avait-il pas le risque pour Bangkok de se voir dénier le bénéfice du décollage économique de la zone, d’apparaître comme défaillant dans la gestion de cette portion du pays et, par voie de conséquence, de se voir à nouveau dénier toute capacité à le gouverner ? En prenant à son compte le dossier du développement local, en orientant vers ces provinces les flux d’investissements thaïlandais, les autorités centrales pouvaient montrer qu’elles se sentaient concernées par leur avenir. Les aides des pays et fondations musulmanes internationales ont donc eu, paradoxalement, un effet incitatif.

10Le processus d’intégration des provinces méridionales apparaît en fait comme le résultat combiné de deux phénomènes : l’émergence de modes d’approche de la spécificité locale plus démocratiques et les transformations de la société yawi avec la modernité qui s’impose.

11Une convergence de fait s’est établie dans les années 80 entre les élites musulmanes du Sud et le pouvoir thaïlandais. Ils s’accordent pour établir le constat que la marginalité dans laquelle était tenue la population yawi découlait de son faible niveau d’éducation.

  • 119 Les organisations séparatistes disent bénéficier d’un soutien et de la sympathie de certaines couch (...)

12On l’a vu, les nationalistes du PULO avaient pris conscience, dès la fin des années 60, qu’en l’absence d’un soutien stratégique de la Malaysia119, le principal objectif devait être l’éducation de la population, condition sine qua non à l’émergence de mouvements politiques modernes. Il s’agissait de rendre possible le progrès social, préalable obligé à d’éventuelles aspirations indépendantistes.

13Pour les élites musulmanes, la communauté doit pouvoir se montrer capable d’entrer en compétition avec les autres et ce, que son avenir s’inscrive dans le cadre thaïlandais, dans une formule d’autonomie ou dans l’accession à l’indépendance. Pour Bangkok, l’éducation reste certainement perçue comme le moyen d’accélérer le processus d’assimilation. Mais elle s’impose surtout comme un élément essentiel du décollage économique, non seulement local mais national. En évacuant les arrière-pensées, il est devenu possible de progresser vers des orientations qui satisfassent les uns et les autres.

  • 120 « Ban on Islamic dress in state-run schools lifted », Bangkok Post, 2 septembre 1997.

14En 1997, le ministre de l’Education, Chingchai Mongkoltham, a décidé de lever toutes les interdictions qui subsistaient encore concernant la tenue des élèves et des enseignants dans les écoles publiques120.

15Mais si de moins en moins de familles rurales pensent qu’une éducation religieuse est suffisante pour affronter la vie, la plupart restent convaincues de la qualité du système des pondok. Ainsi, bien que les intellectuels musulmans du Sud en mesurent les limites, ils se font l’écho de la population, présentant les écoles coraniques comme le lieu privilégié de transmission des valeurs morales et de la cohésion de la communauté. On retrouve là, en filigrane, la défiance persistante vis-à-vis de l’éducation profane (ou du système public, imprégné de philosophie bouddhiste) qui serait laxiste et immorale.

  • 121 « An education that fits », Bangkok Post, 9 juin 1995 et « More support sought for Islamic schools  (...)
  • 122 Voir à ce propos Louis Gabaude, « Approche du bouddhisme thaï », in Stéphane Dovert (éd.), 2001, p. (...)

16Au vu de l’attachement viscéral des Yawi au système des pondok, garants de la reproduction de leur identité, le choix a donc été fait de favoriser la constitution d’écoles privées islamiques (on en dénombrait 394 en 1999), partiellement subventionnées par l’Etat. A l’enseignement traditionnel, les pouvoirs publics ont simplement ajouté des matières profanes121, comme l’avait fait le roi Chulalongkorn dans les écoles bouddhistes un siècle plus tôt122.

6.2 – Une région en proie à de profonds bouleversements sociologiques

17La peur de voir s’estomper les traditions particulières à la communauté yawi ne relève pas d’un simple conservatisme ou d’une vision réifiée de l’identité. La région de Patani connaît, en effet, depuis quelques années, des bouleversements internes qui déstabilisent des équilibres séculaires.

18Le secteur de la pêche ne suffit plus à satisfaire les besoins locaux, d’autant que les fonds marins sont désormais exploités par des flottes industrielles, ce qui constitue un des principaux sujets de récrimination des populations côtières.

  • 123 Il s’agit de faciliter l’implantation des entreprises de ces trois pays de l’ASEAN dans un triangle (...)

19En dépit du vaste projet pour promouvoir l’industrialisation régionale dans le cadre de l’Indonesia-Malaysia-Thailand Growth Triangle (IMT-GT)123, encore insuffisants sont les emplois créés et une fraction croissante de la population masculine part chercher du travail ailleurs, soit en Malaysia, soit dans les villes du Nord du royaume. Migrations temporaires qui deviennent parfois définitives, elles perturbent le fonctionnement des familles, qui, autrefois, constituaient le fondement de la société yawi.

20A ce phénomène s’en ajoute un autre, dont les effets ne sont pas encore totalement mesurés mais qui affecte également profondément les rapports traditionnels : le travail salarié des femmes.

21Le travail dans les champs ou la vente sur les marchés relevaient de la tradition. Avec le salariat s’imposent d’autres exigences en matière d’horaires et de déplacements qui perturbent les rythmes. L’observance des prières quotidiennes s’en trouve notamment perturbée, ce que déplorent les intéressées.

22Cette réalité nouvelle contraint surtout à repenser la relation au sein de la famille. Comme sous d’autres cieux, bon nombre de musulmans soulignent que l’oppression des femmes ou leur statut d’infériorité n’a rien à voir avec l’islam, dont l’essence viserait au contraire à l’égalité des sexes, tout en garantissant la défense de la pudeur féminine.

23Ils récusent néanmoins la manière dont cette égalité est vécue (caricaturée selon eux) en Occident, voire dans la société bouddhiste. Ils craignent surtout que les structures familiales soient déchirées et que les jeunes générations perdent leurs repères moraux.

  • 124 Selon Ananchai Thaipratan, un responsable local du programme de désintoxication, de 1995 à 1998, le (...)

24L’augmentation de la toxicomanie124 et la progression de la séropositivité (essentiellement par l’usage de seringues usagées) hantent les responsables et, comme nous l’avons dit, ont rendu nécessaire l’ouverture à Pattani d’un important hôpital spécialisé dans ce domaine. Des pressions se sont exercées – et ont abouti – pour que soit fermée l’unique boîte de nuit de la ville (attenante à un grand hôtel). Mais ce type de mesures n’empêche toutefois pas que l’alcoolisme se répande dans une fraction importante de la jeunesse, alcoolisme d’autant plus dangereux qu’il prend des allures suicidaires, comme une surenchère dans la transgression des interdits.

25La sexualité se banalise également hors du cadre conjugal. Si la prostitution reste rare, les relations avant mariage sont de plus en plus fréquentes. On déplore la perte des repères moraux et on met en cause le mauvais exemple que constitue, dans les villes frontalières (Sungai Kolok et Betong en particulier), l’essor de ce que l’on désigne, par euphémisme, comme l’« industrie du sexe ». Les « travailleurs sexuels » sont, dans leur quasi-totalité, des jeunes femmes originaires du Nord du pays et leurs services sont principalement destinés à une clientèle malaysienne.

26Si, parfois, les griefs sont, de façon péremptoire, imputés à « l’immoralité » thaïe qui corromprait une population saine par essence, les limites de cette diabolisation sont trop évidentes dans un contexte globalement propice aux mutations rapides de la société. Aussi est-ce dans l’éducation qu’est recherché le nouveau souffle nécessaire pour affronter les défis de la modernité, tant sur le plan de l’affirmation de l’identité musulmane que sur le plan de l’avenir professionnel et économique des jeunes.

  • 125 L’université a été inaugurée en 1969, mais ce n’est qu’une vingtaine d’années plus tard qu’elle a v (...)

27C’est à ce vaste chantier que travaille notamment le College of Islamic Studies, faculté indépendante au sein de l’université Prince de Songkhla125 de Pattani. Cette institution universitaire islamique, née en 1988, apparaît comme le think tank des musulmans de Thaïlande méridionale conscients des changements dans les mentalités de leurs coreligionnaires.

  • 126 « Integrating Islam », The Nation, 1er septembre 1996.

28Certains de ces enseignants, comme Ismaïl Ali ou Imtiyaz Yusuf, prennent régulièrement la plume dans la presse thaïlandaise pour exprimer les revendications de leur communauté, sur des sujets qui, théoriquement, relèvent des espaces réservés à l’autorité du chularajamontri126.

  • 127 « La char’ia n’est jamais close car elle repose non pas sur un corps de concepts, mais sur un ensem (...)

29Leur rhétorique est axée sur la défense de l’islamité de leur communauté dont le socle serait le respect de la char’ia, sans que soient donnés à celle-ci des contours bien définis. On ignore ainsi si elle peut être conçue dans une lecture évolutive et adaptable des codes normatifs musulmans ou s’il s’agit d’une référence à un donné immuable, puisque d’essence divine127.

30Cette problématique qui préoccupe aujourd’hui l’ensemble du monde musulman et qui impose une réflexion sur les modes historiques de construction des codes en vigueur connaît ici deux obstacles.

31Le premier est d’ordre culturel : la faible maîtrise de la langue arabe constitue un handicap pour un travail d’exégèse des textes sacrés. C’est là un problème d’autant plus fâcheux que nombre de penseurs arabes en ont révélé la polysémie et les ambiguïtés, ce qui pose la question de l’adaptation de ces textes à la conjoncture.

32La seconde difficulté est plus politique : la communauté musulmane de Thaïlande, bien qu’en position de minorité, se refuse désormais à être minorée, marginalisée, confinée dans un strict espace religieux. Elle entend ainsi bénéficier d’autres formes de reconnaissance : juridique, sociale et politique, que, par ailleurs, elle se refuse à séparer du champ purement confessionnel. Aussi doit-elle valoriser sa spécificité, marquer sa différence comme une étape dans sa reconnaissance.

33Les revendications concernant l’émergence d’un système bancaire islamique ou le droit pour tous les musulmans du royaume de pouvoir disposer d’une législation dérogatoire au droit commun thaïlandais peuvent apparaître à l’observateur comme autant de lectures rigides du credo musulman. Mais celles-ci participent également d’une recherche de compromis entre le dogme et la modernité. L’aspect principal, par delà la sourcilleuse affirmation communautaire, est en effet d’exister en tant qu’acteur social, économique, culturel voire politique dans le cadre thaïlandais. Cette démarche, qui emprunte les chemins difficiles d’une reconnaissance par les autres, implique d’abord de s’arc-bouter sur ses particularités afin de conquérir sa place dans un espace jusqu’alors perçu comme étranger.

34Cette volonté d’assumer les défis, en tant que minorité et en tant que musulmans, n’est pas réductible à un seul « revivalisme » musulman que, sous d’autres cieux, certains appellent islamisme, voire intégrisme, lui prêtant un contenu obscurantiste et rétrograde. Attachés aux valeurs essentielles de l’islam, qu’ils défendent avec opiniâtreté, les penseurs de la communauté yawi ne sont pas indifférents à l’évolution des rapports sociaux. En témoigne en particulier leur souci de promouvoir le niveau de compétence technique et culturelle de leurs coreligionnaires mais aussi, plus emblématiquement, leur approche du rôle que doit jouer la femme dans la société.

  • 128 Un universitaire malais, Siddiq Fadil, n’hésite pas, après avoir pris soin de préciser que La Mecqu (...)

35En outre, on notera que, à l’instar des autres penseurs islamiques de la région128, les intellectuels yawi sont volontiers enclins à souhaiter s’affranchir du modèle moyen-oriental dans la mesure où leur islam ne leur paraît pas moins pur.

  • 129 Rappelons que, dans l’Islam de l’aire malaise, les femmes musulmanes jouissent historiquement de dr (...)

36Les transformations sociologiques que connaissent les provinces du grand Sud produisent aussi naturellement des attitudes réactionnelles de repli sur une lecture fossilisée de l’islam, voire même sur une importation de comportements en rupture avec les habitudes locales129. Ainsi, peut-on voir, depuis quelques années dans la région, des femmes portant le niqab (qui couvre totalement le visage, contrairement au hidjeb) et vêtues de noir de la tête aux pieds, selon des canons en vigueur dans certaines zones de la péninsule arabique.

  • 130 Secte qui aurait regroupé 100 000 membres et qui tentait d’infiltrer les rouages de l’État malaysie (...)

37Certains éléments fondamentalistes, effrayés par les brusques évolutions, se réfugient dans une sorte de rejet de leur environnement et cultivent une attitude sectaire. Ce phénomène d’autisme d’une fraction de la population yawi reste toutefois marginal, comme a pu l’être, dans la Malaysia proche, l’audience de la secte al Arqam130. Il convient néanmoins de rester attentif au développement de ces micro-sociétés qui cherchent leur modèle dans un passé mythique réinventé ayant peu en commun avec la réalité du Sud-Est asiatique.

38Modernistes tentant de conjuguer la rhétorique musulmane et les réalités actuelles ; fondamentalistes qui pratiquent la politique de l’autruche en se donnant des règles d’un autre âge ; gardiens de la tradition villageoise où la reproduction des valeurs héritées importe plus que la connaissance rationnelle de l’islam ; « fidèles » qui pratiquent leur religion en adhérant aux normes par habitude et qui adaptent l’obligation de l’observance des rites aux pressions familiales et à la conjoncture sociale du moment : voici la palette de l’investissement dans l’islam des musulmans yawi d’aujourd’hui.

39Cet éventail, déjà large, ne peut que s’ouvrir encore avec le processus d’« individuation » qui s’accélère.

6.3 – Violences politiques et dérives mafieuses

40Les médias, dont la nature est de privilégier le spectaculaire, donnent du grand Sud l’image d’une région en permanence en proie à des attentats terroristes et lieu d’une insécurité permanente.

41Le poids du passé, mais aussi les difficultés économiques et sociales présentes aiguisées par les impacts de la crise de la fin des années 90, l’absence de projets individuels et collectifs due à la fragilisation de l’édifice sociale rendent certainement attractives les sirènes séparatistes pour une frange de la population.

  • 131 En août 1993, 34 écoles furent brûlées au cours d’une même nuit dans des circonstances qui restent (...)
  • 132 Voir le reportage de Roger Mitton après les attentats de Hat Yai et de Betong au début du mois d’av (...)

42Les symboles de l’Etat thaïlandais et tout particulièrement les écoles, synonymes de la thaïcisation linguistique, sont régulièrement la cible des plastiqueurs131. Plus rarement, mais à intervalles réguliers, les gares et autres points stratégiques font l’objet d’attentats meurtriers. Ces violences sont parfois le fait de groupes sécessionnistes concurrents qui pratiquent ainsi une surenchère sanglante pour affirmer leur légitimité dans un combat qu’ils considèrent sous le double angle de la libération nationale et de l’identité islamique132.

43Il convient néanmoins de ne pas se laisser abuser. Nombre de violences relèvent davantage de règlements de comptes dans un univers où l’économie souterraine, notamment la contrebande, est fort développée. Les activités mafieuses bénéficient parfois de la complicité de certains fonctionnaires ou militaires peu scrupuleux lorsqu’il s’agit de trouver une possibilité d’arrondir leurs soldes.

  • 133 Encore que ce soit également là une motivation. À propos d’une extorsion de fonds dans une plantati (...)
  • 134 Celles-ci se terminent parfois de manière tragique. Au début du mois de juin 2001, deux personnes k (...)

44Le non-respect des « contrats » dégénère en menaces et intimidations, voire en représailles attribuées alors au séparatisme. Une autre activité lucrative est le racket des plantations et des entreprises et il ne s’agit pas seulement là de pourvoir au financement des groupes sécessionnistes133. L’enlèvement et les demandes de rançon font aussi des émules134. Quant à la toxicomanie, elle favorise, elle aussi, le recours à la violence, soit qu’il s’agisse pour le consommateur de la satisfaire, soit qu’il soit question, pour ceux qui l’organisent, de contrôler le marché.

45De nouveaux facteurs criminogènes locaux émergent donc tandis que la tradition de banditisme rural n’est pas complètement éteinte. Sans sous-estimer la violence des groupes séparatistes qui se veut justifiée par des fins politiques, il convient donc d’être prudent quant aux réelles motivations de bon nombre d’actions meurtrières qui défraient la chronique. La confusion est d’autant plus aisée que, pour des raisons diamétralement opposées, militaires et séparatistes classent volontiers ces actions dans le registre politique. Les premiers, brandissant le spectre de la déstabilisation, peuvent ainsi justifier leurs appétits budgétaires. Les seconds les font valoir comme autant de preuves de la vitalité de la lutte indépendantiste.

46Quelles que soient leurs motivations réelles, le discours radical des groupes armés, dont certains entretiennent des rapports étroits avec le Front islamique Moro de Libération (aux Philippines) et certains mouvements islamiques d’Aceh (en Indonésie), est de nature à attirer des individus déboussolés par les effets dévastateurs d’une modernisation brutale. Leurs projets politiques, économiques, sociaux, culturels dans la perspective d’une hypothétique indépendance restent néanmoins des plus flous, masqués qu’ils sont derrière le seul slogan de l’érection d’un Etat islamique reposant sur la char’ia.

47Cette carence de programme n’obère cependant pas définitivement la capacité de ces mouvements à se constituer en pôle de regroupement des mécontents. C’est d’ailleurs sans doute pour rester en mesure de jouer un rôle rassembleur que les mouvements séparatistes se gardent bien de trancher dans les débats à l’intérieur de la rhétorique musulmane et se contentent de se référer à un islam conçu comme un instrument unificateur de couches sociales différenciées.

  • 135 Il ne faut d’ailleurs pas se méprendre sur le sens des revendications des universitaires du College (...)

48Cette identité yawi, superposée à l’identité musulmane, peut-elle trouver sa place dans la nation thaïlandaise, ou bien est-elle durablement condamnée à l’exclusion, malgré la volonté de certains de ses membres de relever les défis d’une intégration respectueuse de leur différence ? Il serait hasardeux de répondre trop péremptoirement à cette question135. Nous allons toutefois tenter maintenant de nous interroger sur les perspectives possibles, compte tenu de l’évolution de l’idée nationale en Thaïlande et de l’adaptation de l’islam au monde moderne.

Notes

117 De nombreux responsables et militants des groupes séparatistes furent extradés en 1998. Il en fut rapidement conclu que ces mouvements étaient définitivement démantelés.

118 Comme en témoigne à lui seul le nom de son parti : thai rak thai, dont on ne sait trop si on doit le traduire par « Les Thaïlandais aiment les Thaïlandais » (national) ou par « Les Thaïs aiment les Thaïs » (plus ethnique).

119 Les organisations séparatistes disent bénéficier d’un soutien et de la sympathie de certaines couches de la population malaysienne, notamment au Kedah et au Kelantan. Il est difficile d’établir avec certitude cette solidarité, qui relève peut-être de la simple propagande. Cela étant, les arrestations des militants séparatistes thaïlandais ne font guère l’objet, en Malaysia, de couverture médiatique, et ce sans doute pour éviter d’éventuelles réactions de mécontentement.

120 « Ban on Islamic dress in state-run schools lifted », Bangkok Post, 2 septembre 1997.

121 « An education that fits », Bangkok Post, 9 juin 1995 et « More support sought for Islamic schools », The Nation, 1er septembre 1996.

122 Voir à ce propos Louis Gabaude, « Approche du bouddhisme thaï », in Stéphane Dovert (éd.), 2001, p. 24-27.

123 Il s’agit de faciliter l’implantation des entreprises de ces trois pays de l’ASEAN dans un triangle qui comprendrait le nord de Sumatra, la Malaysia septentrionale et le Sud de la Thaïlande. La crise de 1997 a cependant largement contrarié ce projet auquel la contribution des populations locales est de toute façon loin d’être acquise. À son faible niveau de formation s’ajoutent ses réticences religieuses à utiliser le système bancaire. Le projet de construction d’un pipeline reliant les gisements off-shore malaysiens à la ville thaïlandaise de Chana a d’ailleurs entraîné localement de forts courants de contestation (« Another disaster is in the pipeline », Bangkok Post, 19 octobre 2000).

124 Selon Ananchai Thaipratan, un responsable local du programme de désintoxication, de 1995 à 1998, le nombre d’héroïnomanes aurait augmenté de 30 % (The News-Times, 20 janvier 1998).

125 L’université a été inaugurée en 1969, mais ce n’est qu’une vingtaine d’années plus tard qu’elle a véritablement pu jouer un rôle régional.

126 « Integrating Islam », The Nation, 1er septembre 1996.

127 « La char’ia n’est jamais close car elle repose non pas sur un corps de concepts, mais sur un ensemble de préceptes parfois généraux, parfois très ponctuels, ensemble qui s’élargit à la totalité des actes humains par induction, analogie, extension, commentaire et interprétation » (Olivier Roy, L’échec de l’Islam politique, Editions du Seuil, 1992, p. 23).

128 Un universitaire malais, Siddiq Fadil, n’hésite pas, après avoir pris soin de préciser que La Mecque serait toujours la ville sainte des musulmans ( !), à affirmer que « le temps où le Moyen-Orient dirigeait le monde musulman est peut-être révolu » (cité in James Walsh, « The new face of Islam », Time International Magazine, 23 septembre 1996).

129 Rappelons que, dans l’Islam de l’aire malaise, les femmes musulmanes jouissent historiquement de droits supérieurs à celles d’autres régions du monde. Ainsi, au XVIIe siècle, le trône d’Aceh a pu être confié à une reine et cela avec l’aval des oulémas locaux.

130 Secte qui aurait regroupé 100 000 membres et qui tentait d’infiltrer les rouages de l’État malaysien. Elle fut dissoute en août 1994.

131 En août 1993, 34 écoles furent brûlées au cours d’une même nuit dans des circonstances qui restent toujours mystérieuses.

132 Voir le reportage de Roger Mitton après les attentats de Hat Yai et de Betong au début du mois d’avril 2001 (« Back with a deadly vengeance ; Thailand’s muslim separatists swear their offensive will go on », Asiaweek, 17 avril 2001).

133 Encore que ce soit également là une motivation. À propos d’une extorsion de fonds dans une plantation d’hévéas voir « New Muslim separatist group kills four in Yala », The Nation, 25 avril 1997. Sur le racket d’une entreprise de construction, voir « Separatist protection demand », Bangkok Post, 9 mai 2001.

134 Celles-ci se terminent parfois de manière tragique. Au début du mois de juin 2001, deux personnes kidnappées ont été retrouvées décapitées, la rançon n’ayant pas été versée (« Resolve beheading case in 7 days », The Nation, 7 juin 2001).

135 Il ne faut d’ailleurs pas se méprendre sur le sens des revendications des universitaires du College of Islamic Studies : n’indiquent-ils pas qu’en l’absence de respect de ses « droits », le peuple (sous-entendu les musulmans du Sud) pourrait « cesser d’être loyal à l’égard du royaume » (« Integrating Islam », The Nation, 1er septembre 1996).

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1295/img-1.jpg
File image/jpeg, 33k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540