Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Musulmans de Thaïlande

 | 
Michel Gilquin

Deuxième partie : les musulmans du grand Sud

Chapitre 5. Le poids de l’histoire

Texte intégral

1L’islam, les coutumes locales mais aussi un certain enclavement puisqu’on se trouve dans une région de montagnes et de forêts denses, ont permis la préservation de l’identité yawi. Mais celle-ci s’inscrit également dans le champ d’une mémoire, pour partie mythique. La nostalgie d’un passé auréolé de gloire, les légendes relatives à l’islamisation de la région, l’épopée de rajahs et de sultans fabuleux, la geste de personnages mi-rebelles mi-bandits d’honneur qui défendent les villages, les combats incessants menés contre les ennemis, tout cela hante l’inconscient collectif des Yawi. Cette appropriation du passé ou, du moins, de son image enjolivée par la littérature orale, est un des éléments qui permet aux Yawi de se différencier des autres Thaïlandais. Ils puisent là une certaine fierté collective, qui vient s’intégrer à la culture du prestige précédemment évoquée.

  • 88 Nous renvoyons ici à la théorie du colonialisme interne, élaborée dans les années 70 par Michael H (...)

2Le poids de l’Histoire est donc essentiel ; c’est elle qui permet de légitimer certaines formes de résistance à l’État thaïlandais, même quand celui-ci, accédant plus ou moins sincèrement à des revendications d’autonomie culturelle et confessionnelle, cherche à désamorcer les griefs. C’est par le passé, au moins autant que par la religion, que se justifient certains mouvements séparatistes. C’est sur le passé encore que s’appuient les griefs de colonialisme88, puisque l’existence regrettée d’une structure étatique, même si elle n’a été qu’embryonnaire, suffit à suggérer un âge d’or.

  • 89 Sur les sites Internet des mouvements séparatistes, « Pattani » désigne tout le territoire au sud (...)

3Le choix des mots est, à cet égard, intéressant. On l’a vu, l’utilisation du toponyme « Pattani » évoque plusieurs réalités. Il peut s’agir de la ville comme de la province thaïlandaise. Mais beaucoup l’utilisent aussi pour désigner l’ensemble des provinces musulmanes, les chaidaen paak tai, voire même la totalité de l’isthme de Kra89. Ils réactivent ainsi la mémoire de l’ancien sultanat de Patani, comme si sa réalité devait servir de référent.

5.1 – Il était une fois un sultanat…

4Si l’on en croit Tomé Pires, le principal chroniqueur portugais de Malacca, qui le mentionne en 1511, le royaume de Patani, héritier de celui de Langkasuka, aurait été fondé en 1370. Il entretient alors très vite des rapports de vassalité avec la cour du Siam qui se traduisent comme on l’a vu par l’envoi symbolique des fleurs d’or. Mais avec la progressive pénétration européenne dans la péninsule, la relation avec Ayutthaya, la lointaine capitale du Nord, semble s’être un peu distendue. Le royaume du Sud s’est en tout cas doté de ses propres dynasties - il en aurait eu deux – dont les souverains se sont succédés sur le trône jusqu’en 1688.

5À cette date, s’impose une nouvelle lignée originaire du Kelantan voisin et qui se maintiendra au pouvoir jusqu’en 1729. C’est alors que des querelles intestines provoquent une guerre civile dont le sultanat de Patani doté d’un nouveau dirigeant, le sultan Muhammad, sort affaibli. Après la chute d’Ayutthaya, tombée aux mains des Birmans en 1767, l’existence même du Siam est en péril. Ses vassaux malais s’éloignent de l’orbite thaïe sans pour autant rompre totalement les liens.

  • 90 Les provinces de la partie septentrionale de la péninsule sont largement peuplées de bouddhistes, (...)

6À la fin du XVIIIe siècle, la dynastie Chakri, qui impose la préséance de Bangkok comme nouvelle capitale du royaume, cherche à consolider sa puissance et à asseoir son emprise en contournant l’ennemi. La réactivation des rapports avec les anciens vassaux de la péninsule est importante pour assurer le contrôle des côtes et se donner les moyens de prendre les Birmans à revers depuis le Sud90. Des pressions s’exercent sur les sultanats malais divisés qui cultivent jalousement leurs différences. Le Siam soutient alternativement les uns et les autres dans les querelles qui les divisent. Il se donne la position d’arbitre, celle du suzerain sur lequel on peut s’appuyer en dernier ressort. Cette stratégie s’avère rentable et les sultanats tolèrent la tutelle plus ou moins formelle de Bangkok. En 1786, Patani accepte de nouveau le contrôle siamois. Le développement de la présence britannique dans la péninsule avec son installation à Penang à la fin du siècle, les conflits intermalais avec l’arrivée des Minangkabau et des Bugis, rendent les rapports tributaires avec le Siam moins lâches, mais les cours des sultans continuent à conserver une large autonomie, qu’elles font brutalement valoir à l’occasion.

7L’alternance entre les périodes de dépendance et celles d’éloignement du giron siamois est de moins en moins bien tolérée par Bangkok qui se lasse d’avoir à lancer des expéditions punitives à chaque nouvelle rébellion. En 1816, à la suite d’un nouveau mouvement à Patani, le sultanat est fractionné en sept provinces : Pattani, Nongchik, Raman, Rangae, Saiburi, Yala et Yaring. Il s’agit de diviser pour régner. Et même si les nouvelles circonscriptions demeurent toutes sous l’autorité nominale du sultan de Patani, elles forment chacune un interlocuteur distinct pour les autorités siamoises.

8Le problème n’est pas résolu pour autant puisqu’en 1832, à la faveur de troubles au Kedah, une nouvelle révolte éclate contre les Siamois. Après son écrasement, une relative autonomie est de nouveau concédée. Mais les temps changent. Au milieu du XIXe siècle, les Français sont en Cochinchine et les Britanniques consolident leurs positions en Inde et dans la péninsule malaise. Plus décisif encore, les Anglais ont, dorénavant, placé sous leur tutelle le traditionnel ennemi birman. Les menaces changent de nature : il ne s’agit plus de conflits entre états deltaïques pour se disputer un même espace, mais de la mainmise du colonialisme européen sur la région.

9Pour faire face à cette nouvelle situation, le royaume du Siam doit se moderniser. Il doit surtout revoir son mode d’administration s’il veut pouvoir résister à l’encerclement qui s’annonce, échapper à l’étau qui se resserre peu à peu. Le règne de Mongkut (1851-1868), premier roi siamois à parler l’anglais, est marqué par cette volonté de réforme.

10Son successeur, Chulalongkorn (1868-1910), renforce ces orientations en centralisant l’administration. L’autonomie des vassaux est de plus en plus grignotée. À partir de 1899, le Siam intègre progressivement ses périphéries dans un système d’administration provinciale. La pénétration européenne justifie ce mouvement jacobin qui seul semble pouvoir protéger l’intégrité territoriale du royaume.

  • 91 Le grignotage se poursuivra les années suivantes. En 1904, la France s’empare de la rive droite du (...)

11La Grande-Bretagne est alors bien installée en Birmanie. Quant à la France, elle s’est vu accorder la rive gauche du Mékong par le traité du 3 octobre 1893 et elle progresse au Cambodge91. À l’intérieur même des plaines centrales, en particulier à Bangkok, les Français assurent leur protection à certains Asiatiques (Indiens, Annamites, Chinois) sur des bases semblables à celles qui régissent les « protégés » dans l’Empire ottoman ou au Maroc.

  • 92 Selon Rong Syamananda, (History of Thailand, Thai Watana Panich, Bangkok, 1977), il y a ainsi à Ba (...)

12La pression externe se révèle forte et s’accompagne de la constitution de ces clientèles locales des impérialismes européens tandis qu’accourent des conseillers anglais, belges, italiens ou danois, sollicités par le roi pour l’aider à mettre en place les réformes92.

13La rivalité franco-britannique laisse toutefois une marge de manœuvre aux dirigeants siamois. Le Siam devient un État tampon entre les deux grands empires coloniaux : le 5 janvier 1896, Londres et Paris signent un accord pour s’empêcher mutuellement d’intervenir au Siam central (entre le Mékong et le Tenasserim) et prévenir l’intervention d’une éventuelle tierce puissance.

  • 93 Dont on trouvera le texte intégral in Manich Jumsai, History of Anglo-Thai relations, Ed. Chalermn (...)

14La question de l’expansion britannique dans la péninsule reste en suspens. L’accord93 révèle par contre la crainte britannique de voir percer un canal dans l’isthme de Kra. Joignant mer d’Andaman et mer de Chine, un tel ouvrage, sous contrôle siamois, mettrait en péril la suprématie de Londres en matière de commerce maritime.

15Dans ce jeu triangulaire où les acteurs sont siamois, britanniques et français, l’importance stratégique du contrôle de la péninsule n’échappe à personne. Bangkok estime donc nécessaire d’y affirmer son pouvoir.

16En 1906, le sultanat de Patani est réorganisé de nouveau. Les sept provinces sont redessinées pour n’en former plus que quatre : Pattani, Bangnara (ancien nom de Narathiwat), Saiburi et Yala, où s’exerce la loi siamoise et où sont abolies la char’ia et l’adat (hors des questions particulières de la succession et du mariage). Avec la constitution d’un ministère de l’Intérieur, le pouvoir des dirigeants locaux est réduit. A la faveur des décès, des mises à la retraite, ceux-ci sont progressivement remplacés par des fonctionnaires thaïs.

  • 94 Le roi Chulalongkorn lui rendra visite en 1884. Voir à ce propos Astri Suhrke, « Some aspects of m (...)

17Les sultans de Patani sont progressivement dépossédés de leurs pouvoirs. Si certains s’en accommodent, tel Tun Timong, lié par son épouse à la famille régnante du Kelantan, qui passe le plus clair de son temps dans le sultanat méridional voisin94, d’autres organisent la résistance en coulisses. C’est le cas du rajah Tengku Abdul Kadir Qamaruddin, qui cherche l’appui du gouverneur britannique de Singapour, Sir Frank Swettenham. Celui-ci est tout disposé à le soutenir. Son objectif est de faire de tous les États de la péninsule des obligés de la Couronne britannique afin d’établir la jonction avec le sud de la Birmanie sous contrôle anglais. Mais à Londres, le British Colonial Office désavoue son gouverneur. La capitale anglaise a une autre stratégie à faire valoir. Il s’agit de partager avec le Siam la « protection » des États malais. En échange de ce qui revient à arrêter définitivement l’expansion anglaise, le Siam doit s’engager à ne pas construire de canal sur l’isthme de Kra.

  • 95 La préparation des accords anglo-siamois s’accompagnent de mesures significatives sur le plan écon (...)
  • 96 Le Terengganu avait déjà pratiquement échappé au contrôle siamois après la tentative de Bangkok, a (...)
  • 97 Ces États protégés forment alors, aux côtés des quatre États malais fédérés (Perak, Pahang, Negeri (...)

18La politique de la Grande-Bretagne, où l’influence compte davantage que les gains territoriaux95, tranche d’avec celle de la France qui n’a de cesse d’agrandir son Empire colonial. Un accord anglo-siamois est conclu le 10 mars 1909. Le sultanat de Patani reste sous le contrôle de Bangkok, tandis que le Kelantan, le Terengganu96 et le Perlis deviennent des États protégés par l’Angleterre97. La majeure partie du Kedah passe également sous le contrôle de Londres à l’exception d’un district, le mukim de Satun, qui est attribué au Siam. L’accord conclu entre les deux signataires délimite ainsi des frontières, notion moderne, qui séparent encore aujourd’hui Malaysia et Thaïlande.

19Privé du soutien anglais, le rajah de Patani, une fois sa rébellion écrasée, est expédié en prison à Phitsanulok, dans le Nord du Siam. Il reviendra quelques années plus tard, mais soupçonné de préparer de nouveau une insurrection, il devra finalement s’enfuir pour se réfugier au Kelantan.

20Pour tous les anciens sultanats, 1909 constitue un tournant historique. Les limites du royaume du Siam dans la péninsule sont fixées par un accord international. Dès lors, les dispositions d’autonomie administrative, culturelle et linguistique relèveront des affaires intérieures du Siam et ne seront dictées, au fond, que par la recherche de solutions efficaces pour arrimer ces régions turbulentes à l’espace national.

21Cette entrée de la société yawi dans l’histoire de la Thaïlande moderne relèvera plus d’une difficile insertion que d’une véritable intégration. D’ancien satellite à la destinée chaotique et à l’allégeance « élastique », le sultanat de Patani est devenu un morceau du royaume ; un morceau difficile à digérer, car le temps des troubles n’en est pas révolu pour autant.

5.2 – De l’accord anglo-siamois à la défaite japonaise

22Traditionnellement, les sultans vassaux se voient octroyer des titres par la cour du Siam. Ainsi sont-ils généralement désignés comme phraya, très haute distinction dans la hiérarchie nobiliaire.

  • 98 Division administrative plus large qu’une province. En 1932, chaque province (changwat) est direct (...)

23Ces anoblissements répondent à un évident souci d’intégrer les princes locaux à l’aristocratie siamoise. Leurs fonctions doivent recevoir l’approbation du roi. Des revenus leur sont accordés, sur des bases semblables à celles des autres gouverneurs de province. Ils deviennent en quelque sorte des salariés de l’État, conservant des privilèges correspondant à leur rang. En contrepartie, ils sont contraints d’abandonner au pouvoir central le soin de lever les impôts et le contrôle des finances locales. L’administration est confiée à ceux qui parlent thaï, ce qui exclut dans une large mesure les responsables locaux qui ne connaissent que le yawi. En outre, les territoires attribués au Siam en 1909 se trouvent sous la supervision de Nakhon Si Thammarat, la circonscription administrative (monthon98) à laquelle ils appartiennent.

24Les autorités traditionnelles locales voient leur espace d’autonomie se réduire au profit des fonctionnaires envoyés sur place. Lorsque des résistances se manifestent, les mécontentements sont attribués, par les autorités thaïes, à la mauvaise gestion des anciens dirigeants, aigris d’avoir perdu une partie de leurs pouvoirs.

25Certains membres de l’aristocratie de Patani collaborent avec les Thaïs, dont ils reçoivent certains avantages. Cette soumission est toutefois rarement sincère et les retournements sont nombreux. Les hommes qui peuvent faire valoir un prestige local, tout particulièrement les hadj et tous ceux qui revendiquent un savoir musulman, incarnent bientôt le refus de la centralisation et de la thaïcisation rampante qui l’accompagne. En s’érigeant gardiens des traditions locales et surtout de l’identité musulmane menacée, ils voient leur ascendant sur la population s’accroître, surtout dans les villages.

26Le refus de ce qui est perçu comme une colonisation siamoise se cristallise sur la défense de l’islam beaucoup plus que sur la sauvegarde des anciennes structures de l’État de Patani, si longtemps vassalisé et fragile. Evoquer une résistance « nationale » patanienne serait commettre un anachronisme car on ne saurait encore parler de sentiment national. L’identité s’exprime par le religieux et la défense de la langue dont, on l’a vu, l’écriture bénéficie d’une certaine sanctification.

  • 99 Pour les musulmans qui respectent l’obligation de la zakat (don aux pauvres et aux démunis) et se (...)

27Même si, comme souvent dans pareilles situations, c’est la résistance aux impôts prélevés par les nouvelles autorités qui fédère les mécontentements, celle-ci est toujours justifiée par la religion99. Il s’agit de refuser de financer une administration qui mène une politique contraire aux principes islamiques.

28Des soulèvements spontanés marquent les années 1910 et 1911, à Narathiwat et à Yala, en réponse aux mesures de taxation. Mais il faut attendre dix ans pour que la révolte latente, endémique, se mue en une rébellion généralisée.

29Le déclencheur est un décret sur l’éducation visant à promouvoir la langue thaïe parmi la population et à fermer les pondok. Contrairement à ce que croit le pouvoir central, la rébellion n’est pas la conséquence d’un complot ourdi depuis le Kelantan par Abdul Kadir. Elle est surtout animée par les autorités religieuses locales.

30On est alors, à Bangkok, sous le règne du roi Vajiravudh (1910-1925), qui cherche à consolider les réformes de son père Chulalongkorn en leur donnant un tour clairement nationaliste. Il s’emploie à définir plus précisément ce que doit être le citoyen thaïlandais et promulgue une loi imposant des noms de famille thaïs à tous ses sujets. Elle vise au départ surtout à thaïciser les masses d’immigrants chinois arrivés dans le pays depuis une génération. Mais les musulmans la ressentent comme une dépossession de leur culture. Leur nom se réfère traditionnellement au prophète ou à l’un des 99 attributs d’Allah. En changer prend alors la signification d’une sorte d’apostasie imposée.

31La décennie qui succède à l’accord anglo-siamois est donc marquée par le développement, de part et d’autre, d’un sentiment identitaire : cristallisé sur l’islam pour les Yawi, fondé sur la langue thaïe, le bouddhisme et le caractère sacré de la monarchie pour les Thaïs. L’opposition s’exacerbe.

32En 1923, craignant alors que la Grande-Bretagne profite de la tension pour revenir sur ses engagements de 1909 et détacher Patani du Siam, le pouvoir finit par privilégier la quête de la loyauté au détriment de sa volonté d’uniformisation. Il accepte ainsi une forme d’autonomie culturelle, incarnée par la mise en place d’une législation particulière pour les musulmans.

33Les écoles coraniques fermées sont réouvertes. On évite la construction de sanctuaires bouddhistes dans les lieux sensibles. On prend garde à tout symbolisme qui pourrait choquer les sentiments religieux des locaux. Même si toute promotion sociale dans le cadre siamois passe par la thaïcisation linguistique, la langue locale est tolérée.

34Conséquence directe de cette évolution politique, le monde yawi se repli sur lui-même, refusant autant que possible le contact avec les autorités. Le village, avec ses pondok et ses coutumes, devient le conservatoire d’une culture.

35Ce retour sur soi concerne surtout les provinces de l’ancien sultanat de Patani. Dans la province de Satun, moins enclavée, une ouverture sur la culture siamoise s’effectue et, bien que la législation particulière s’y applique aussi, l’apprentissage du thaï s’y généralise, permettant une meilleure intégration.

  • 100 Il y aura trois députés musulmans au titre des quatre provinces aux élections de 1937 et 1938.

36Corollaires du repli de la majeure partie de la région : un faible développement économique et culturel, une éducation atrophiée et un manque de dynamisme général. Une sorte de modus vivendi s’est néanmoins imposé. Il durera quinze ans, de 1923 à 1938. Deux sociétés se côtoient, dans une quasi-absence de dialogue. Certes, la proclamation de la monarchie constitutionnelle en 1932 rend possible la participation, par la députation, de quelques notables locaux aux affaires du pays100. Mais il s’agit surtout d’une élite anoblie qui, à l’instar de phra Gomokda Abdulputra, représentant de Pattani au Parlement pendant plusieurs législatures, ne peut pas être considérée comme le fruit de l’investissement des Yawi dans la citoyenneté siamoise, ni même comme porte-parole de sa communauté.

37La promulgation de la Constitution ne s’accompagne pas du surcroît d’autonomie régionale espéré. Bien au contraire, le nouveau régime met un terme à la politique royale qui consistait à gouverner au travers des élites locales, troquant une loyauté sans faille à la couronne contre un respect relatif des particularismes. C’est désormais un nouveau référent qui s’impose : l’adhésion et la fidélité à la nation.

38L’émergence d’une nation forte et centralisée, tel est le projet des militaires qui occupent une place de plus en plus prépondérante dans l’espace politique et aspirent à une société disciplinée et monolithique.

39En décembre 1938, avec l’accession du bientôt maréchal Phibunsongkhram au poste de Premier ministre, la période de « paix froide » qui régnait dans les provinces du Sud s’achève véritablement. Sous son mandat, le nationalisme thaï est théorisé. A la thaïcisation rampante qui accompagnait l’essor de la puissance étatique se substitue une glorification de la « race » thaïe. Le pays change de nom. Le Siam devient la Thaïlande, le « pays des Thaïs ».

  • 101 Comprendre ici les membres de la famille linguistique éponyme dont descendent, parmi d’autres, les (...)

40Ainsi, non seulement ceux qui ne veulent pas se considérer comme tels ne semblent plus avoir leur place, mais les territoires peuplés par des Tai101 à l’extérieur du royaume sont censés le rejoindre. Lao, Tai du sud de la Chine, Shan de Birmanie, mais aussi, plus étrangement, les Khmers, sont considérés comme des compatriotes souffrant sous un joug étranger et qu’il convient de regrouper sous un même toit.

41Sur les cartes géographiques thaïlandaises de l’époque, le Cambodge et le Laos sont alors assimilés à la Thaïlande. Ce panthaïsme obère les différences entre les peuples du groupe tai sans se montrer trop regardant sur sa définition. Il s’accompagne d’une démagogie populiste qui fonctionne d’autant mieux que les prétendus « compatriotes opprimés » sont sous domination coloniale européenne ; française pour les Lao et les Khmers, anglaise pour les Shan. Il s’inscrit également en parallèle avec une sinophobie plus ou moins exprimée, où la peur du dynamisme des immigrants (qui appauvrirait les Thaïs de souche) se conjugue avec la crainte de la potentielle hégémonie du grand État voisin.

42Le panthaïsme se double d’un expansionnisme clairement affiché qui dépasse le regroupement de la prétendue thaïcité. Il s’agit de « récupérer » tous les territoires qui ont été, à un moment ou à un autre, dans l’orbite siamoise. Cela concerne bien entendu au premier chef les anciens vassaux malais. Kelantan, Terengganu, Perlis et Kedah s’inscrivent dans les revendications territoriales du régime de Phibunsongkhram.

43En 1939, une charte connue sous le nom de « principes du rathaniyom » s’impose à tous les citoyens de Thaïlande. En affirmant la supériorité de la « race » thaïe, elle n’est pas sans connotations sinophobes explicites. La liste des emplois accessibles aux immigrants est drastiquement réduite, au même titre que leur possibilité d’accéder à la propriété. L’heure est aussi à l’autarcie économique et obligation est faite de ne consommer que les produits thaïlandais. Enfin, ces principes s’accompagnent d’un « ordre moral » qui exige une obéissance totale au gouvernement.

44Sur le plan culturel, des normes sont édictées pour la vie quotidienne : usage obligatoire de la langue, manifestation de signes extérieurs de glorification de la nation (salut du drapeau, hymne national, etc.). Porter des vêtements malais (sarongs), parler yawi… sont interdits. Et certaines célébrations musulmanes en public ne sont plus autorisées.

  • 102 Cf. Virginia Thompson et Richard Adloff, Minority Problems in Southeast Asia, Stanford University (...)

45Les compromis de 1923 permettant une relative autonomie culturelle dans les provinces du Sud sont remis en cause. Seuls mariages et successions échappent relativement au rouleau compresseur des principes du rathaniyom. Mais la législation particulière est souvent mal respectée localement par les fonctionnaires102. Dans les villes, une forte pression impose l’adoption de patronymes thaïs, condition pour obtenir des emplois. Dans de nombreux cas, des militaires ou des policiers zélés contraignent les musulmans à se prosterner ou à saluer des objets sacrés du bouddhisme, ce qui est ressenti comme une provocation.

46Toutes ces mesures exacerbent les tensions dans les provinces frontalières de la Malaisie et la révolte couve. Plusieurs milliers d’habitants de la région fuient le pays et s’installent au-delà de la frontière, surtout au Kelantan.

47C’est le contexte qui prévaut au moment où éclate la seconde guerre mondiale. Bien qu’en Asie elle prenne d’abord l’aspect circonscrit d’un affrontement entre les deux géants de l’Asie orientale, les nuages s’amoncellent et tout annonce que le continent tout entier va bientôt basculer dans le conflit. Le maréchal Phibunsongkhram partage avec les dirigeants japonais la même obsession d’élargir l’espace vital de son pays. Ces deux nations, qui ont échappé à la domination européenne, aspirent pareillement à limiter l’influence des Occidentaux dans la région.

  • 103 Notons que Bangkok, prudent, a attendu une bonne dizaine de jours de voir évoluer le rapport de fo (...)

48Le 21 décembre 1941, la Thaïlande et le Japon signent une alliance. Dans celle-ci, une clause gardée secrète mentionne que Bangkok appuiera Tokyo dans la guerre contre les États-Unis et la Grande-Bretagne si le Japon l’aide à récupérer les territoires sous domination britannique revendiqués103.

49Les troupes nipponnes ont débarqué, le 8 décembre 1941, sur la côte thaïlandaise près de Narathiwat et au Kelantan. En peu de temps elles triomphent des Britanniques, investissent la péninsule et s’emparent de Singapour en février 1942.

  • 104 Les anciens États vassaux de Malaisie seront officiellement administrés par la Thaïlande du 20 aoû (...)

50Cette conjoncture nouvelle ouvre des possibilités stratégiques aux forces yawi qui veulent s’émanciper de l’autorité thaïlandaise. Tandis que le Kelantan et le Terengganu104 sont placés sous administration thaïlandaise (même si l’occupant militaire est japonais), la frontière de 1909 est, de facto, abolie. Les rêves de sécession passent par l’alliance avec les Britanniques. Des contacts sont établis, notamment grâce aux réfugiés du Kelantan et des réseaux se constituent. Ils rejoignent les forces malaises de résistance anti-japonaise. Le plus jeune des fils de l’ancien rajah de Patani, Tengku Mahmud Mahyuddin, s’engage dans ce combat.

51Les alliances conclues à la faveur de la guerre ont laissé augurer l’appui britannique aux revendications des résistants dès le conflit terminé.

  • 105 George Maxwell, au Colonial Office, est favorable à l’intégration des provinces du Sud dans la Féd (...)

52La défaite japonaise est donc accueillie par les indépendantistes yawi comme l’annonce d’une nouvelle ère où les frontières de 1909 sont susceptibles d’être modifiées. Pour eux, en effet, la Thaïlande doit être considérée comme un belligérant vaincu, à l’instar des pays de l’Axe. Si les Britanniques ne sont pas, tout au début, insensibles à ces demandes105, les États-Unis, grands vainqueurs du Japon, diffèrent dans leur projet de construction de la paix en Extrême-Orient.

  • 106 Il s’appuie, à l’intérieur, sur un mouvement constitué par Pridi Banomyong, membre du Conseil de R (...)

53Il faut dire que la participation de la Thaïlande à l’effort de guerre des vaincus a été dérisoire. La déclaration de guerre aux États-Unis a de surcroît été contestée puisque le futur Premier ministre Seni Pramoj, alors ambassadeur à Washington, avait refusé de la transmettre, préférant fonder le mouvement de résistance « Free Thai106 ». Le maréchal Phibunsongkhram a dû démissionner dès la fin du mois de juillet 1944. Et le nouveau gouvernement, fort prudent, s’est sensiblement démarqué de Tokyo, malgré la présence sur place de contingents nippons.

54En conséquence, dès 1945, le secrétaire d’État américain James Byrnes affirme considérer la déclaration de guerre de la Thaïlande contre son pays comme nulle et non avenue. Londres ne tarde pas à lui emboîter le pas. Le 1er janvier 1946, un accord anglo-thaï est signé. Il stipule que l’administration thaïlandaise des États malais n’a constitué qu’une parenthèse qu’il convient de refermer. La Thaïlande doit seulement s’engager à fournir gratuitement du riz à la Grande-Bretagne (1,5 million de tonnes) et… à ne pas construire de canal dans l’isthme de Kra !

55En pays yawi, les rêves de ceux qui aspiraient à mettre un terme à la domination thaïlandaise sont malmenés. L’image des Européens en général et des Anglais en particulier est ternie ; d’autant plus qu’en Malaisie ceux-ci tentent de reconstruire leur pouvoir colonial.

56À l’autre bout du monde malais, en Indonésie, les nationalistes doivent faire face à une véritable guerre de reconquête menée par les forces hollandaises. Dépitées, les populations gagnées à la cause indépendantiste dans le Sud thaïlandais se replient sur les valeurs traditionnelles qui tiennent lieu de refuge, et tout d’abord sur leur adhésion à l’islam.

5.3 – Non-alignement et idéal panmalais face au nouvel ordre né de la deuxième guerre mondiale

  • 107 Elles forment le drapeau de l’Indonésie indépendante (Sang Merha Putih), mais aussi celui du parti (...)

57Certains réclament encore le rattachement pur et simple de la région de Patani à la Malaisie britannique. Mais les forces indépendantistes, se sentant abandonnées par les grandes puissances victorieuses, cherchent ailleurs des soutiens. Après l’indépendance indonésienne, l’idéologie panmalaise, dont Sukarno s’est fait le champion, s’épanouit. Se forme alors, sous couvert associatif, un parti, dont l’un des fondateurs est Tengku Mahmud Mahyuddin, le Gampar (Gabungan Melayu Pattani Raya – « Association des Malais du Grand Patani »), qui arbore les couleurs rouge et blanche chères aux Indonésiens107.

58Ses liens avec un parti de gauche, le Parti nationaliste malais, le rendent vite suspect aux yeux des autorités britanniques de Malaya, pour qui toute force progressiste est soupçonnée de sympathies communistes. Des meetings sont organisés parmi les réfugiés en Malaisie, notamment à Kota Bahru.

59Il est cependant illusoire de vouloir faire de la Malaisie la base arrière, voire le « sanctuaire » des activités sécessionnistes. C’est bien à l’intérieur que se concentre le combat et se formulent les revendications. En 1947, des leaders communautaires, menés par Hadji Sulong, président de l’un des comités provinciaux des affaires islamiques du grand Sud, adressent un mémorandum au gouvernement dirigé par Thawan Thamrongnawasawat. Ils demandent l’autonomie des quatre provinces frontalières, qui seraient regroupées dans un Etat autonome de Patani.

  • 108 Libéré en 1952, il sera assassiné dans des conditions mystérieuses à Songkhla en août 1954, après (...)

60La réponse est brutale. Les activistes sont arrêtés en janvier 1948 et inculpés de haute trahison. Hadji Sulong sera condamné à sept ans de prison108. La situation, bloquée, débouche une nouvelle fois sur des mouvements populaires. L’un des plus importants, connu sous le nom de révolte de Dusun Nyor (où elle trouve son origine) a lieu en avril 1948. Les insurgés lancent des appels à l’aide à la Ligue arabe, au Pakistan et à l’Indonésie. Mais ces derniers, l’auraient-ils souhaité, ne sont pas alors en mesure d’apporter un quelconque soutien matériel, occupés qu’ils sont par d’autres urgences : conflits israélo-arabe et indo-pakistanais ou résistance à l’armée hollandaise. Leur solidarité les conduit juste à manifester une certaine défiance à l’égard de Bangkok, conçu comme l’oppresseur, qui affectera durablement les relations entre la Thaïlande et le monde musulman.

61Le retour au pouvoir du maréchal Phibunsongkhram en avril 1948 n’est pas de nature à provoquer un apaisement. Les perspectives de négociations disparaissent. L’entreprise de thaïcisation reprend de plus belle, tandis que la répression s’abat sur les militants. Elle est d’autant plus brutale que la zone a été placée en « état d’urgence » du fait des risques d’infiltration des militants du Parti communiste de Malaya. Les illusions sur un appui britannique se dissipent totalement avec l’accord anglo-thaï de janvier 1949.

62Ce texte prévoit la coordination des forces des deux pays pour anéantir les guérillas communistes dans les zones frontalières et empêcher que le territoire thaïlandais puisse servir de base arrière. C’est là une priorité absolue pour les Britanniques. Un droit de poursuite des rebelles est signé pour permettre aux deux armées de pénétrer jusqu’à 5 miles dans leurs territoires respectifs.

63Dans le climat d’anti-marxisme obsessionnel qui prévaut à l’époque, les séparatistes musulmans sont donc volontiers étiquetés « bandits communistes ». La démarche est bien commode mais elle ne doit pas faire oublier que les paysans yawi n’ont alors guère d’affinités politique ou culturelle avec les maquisards de Malaisie, en grande majorité d’ascendance chinoise.

64L’« oubli » par les alliés des promesses faites aux Yawi à l’époque de la résistance anti-japonaise rappelle étrangement l’amnésie dont ils ont fait preuve quant aux engagements pris à l’égard des Arabes au moment où, au cours de la première guerre mondiale, il s’agissait de les mobiliser contre les Ottomans.

  • 109 Ce qui n’empêche pas les manipulations. Selon Omar Farouk (« The historical and transnational dime (...)
  • 110 Si la Grande-Bretagne reste en Malaisie, c’est, certes, parce qu’elle est seule en mesure de faire (...)

65Ce qui est ressenti à Patani comme un déni de justice n’a d’ailleurs pas seulement pour origine et pour justification le péril communiste. Les Anglais, qui viennent de se désengager de l’Inde et du Proche-Orient sous le signe de partitions sanglantes, ne sont guère disposés à s’empêtrer dans le guêpier malaisien. Il n’est plus question pour eux de se servir des minorités pour asseoir ou élargir une domination109. Londres cherche au contraire à se désengager au plus vite en transférant le pouvoir à ses alliés locaux. Reste seulement à choisir entre Malais et Chinois, à faire garantir le respect des intérêts économiques et à parer une menace communiste qui retarde assurément l’indépendance110.

66Chacun sait désormais que la Grande-Bretagne ne jouera plus qu’un rôle marginal dans la zone. Il revient désormais aux États-Unis d’élaborer la politique de containment de la Chine devenue communiste avec la victoire de Mao Tse-toung en 1949. Pour ce faire ils doivent pouvoir compter sur une Thaïlande forte. Ce climat de guerre froide – qui devient, dès l’année suivante, une guerre brûlante en Corée – ne facilite guère une écoute des revendications yawi dans les grandes chancelleries.

67Le temps d’une possible rectification des frontières ou d’une prise en compte des aspirations des minorités est révolu. Le mouvement autonomiste/indépendantiste est désemparé et tente de se réorganiser. A l’instar du Gampar dissous en 1953, beaucoup de structures disparaissent à la mort de leurs chefs. Dans cet univers rural marqué par la tradition, l’organisation est davantage fondée sur le pouvoir charismatique de personnalités que sur un véritable projet de société. Les populations, largement illettrées, peuvent se mobiliser ponctuellement mais peinent à se coordonner efficacement pour formuler des programmes d’action. Elles confient leur destinée à des chefs dont le prestige personnel constitue un élément déterminant.

68Le Barisan Revolusi Nasional (BRN – « Front de la révolution nationale »), fondé le 13 mars 1960, est donc atypique par la modernité politique qu’il incarne. Il exprime une revendication nationale panmalaise et s’inscrit en droite ligne de l’idéologie sukarnienne de non-alignement, qui a trouvé un écho international lors de la conférence afro-asiatique de Bandung en 1955.

69L’objectif premier du BRN est l’indépendance de Patani, mais celle-ci n’est conçue que comme une étape obligée avant l’intégration à un grand ensemble malais. Le parti aspire à s’engager dans la voie d’un socialisme musulman et son idéologie mêle anti-colonialisme, anti-impérialisme et anti-capitalisme. Il s’inscrit ainsi dans les logiques de son époque. A l’instar de Nasser, alors à l’apogée de sa gloire en Égypte, il récuse le modèle soviétique mais n’entend pas suivre pour autant le système économique occidental qui fut, à ses yeux, à l’origine de la colonisation.

70Bien que le BRN aspire à l’alliance de toutes les forces opposées à la mainmise thaïlandaise, il n’hésite pas à condamner le caractère archaïque des structures de la société yawi et critique les aspects féodaux de certaines allégeances qui survivent dans l’ancien sultanat.

71Se voulant le rassembleur de toutes les forces hostiles à la domination de Bangkok, il n’est pas exclu que le BRN ait tenté de rechercher des alliances avec le Parti communiste de Thaïlande, dont les groupes combattants étaient présents dans les provinces de Trang et de Phatthalung. Les observateurs de l’époque sont très divisés sur la réalité de ces liens, qui peuvent avoir été mis en exergue par leurs adversaires pour discréditer le BRN.

72La collaboration avec les maquisards du Parti communiste de Malaya dans la zone frontalière semble en tout cas relever d’un pur et simple fantasme d’états-majors. Ce qui n’empêche pas le BRN, qui a opté pour une voie révolutionnaire armée, de multiplier les contacts avec les organisations afro-asiatiques qui ont fait leurs preuves dans la lutte armée. Le choix de ce « camp » lui vaut, dans certains milieux, d’être considéré comme cryptocommuniste.

  • 111 Une base américaine fonctionne alors dans la province de Songkhla, près de Hat Yai. Rappelons que, (...)

73En ce début des années 60, où la Thaïlande est perçue par la plupart des pays non-alignés comme un maillon du dispositif américain en Asie – image qui ira se renforçant avec la guerre du Vietnam111 –, le BRN peut aisément se prévaloir de ses positions progressistes pour obtenir des soutiens.

74Ce net marquage politique n’est cependant pas sans danger. Ainsi est-il gravement affecté par le conflit entre Jakarta et la jeune Malaisie indépendante depuis 1957, connu sous le nom de konfrontasi. Certains membres du Front rechignent à suivre une ligne jugée trop marquée par les options sukarniennes.

  • 112 Thomas Fraser, Fishermen of South Thaïland, Holt, Rinehart and Winston, New York, 1966.

75Sur le terrain, ses efforts pour déclencher un soulèvement armé généralisé sont contrecarrés par les autorités thaïlandaises. Selon certaines sources, le BRN aurait été infiltré par les services thaïlandais et, en 1961, l’arrestation de ses leaders aurait fait avorter ses projets de soulèvement. Des armes et d’importantes sommes d’argent auraient été saisies112.

76Les différentes composantes du mouvement yawi privilégient les embuscades contre l’armée et la police thaïlandaises. S’il y a surenchère entre les groupes pour déclencher des opérations de guérilla, la diversification des acteurs ne permet pas de susciter le soulèvement espéré. D’autant que les autorités thaïlandaises, tout en menant la répression contre les séparatistes, ont pris conscience de la nécessité d’entreprendre des réformes. Dès le début des années 60, un programme de subventions aux pondok est lancé par le gouvernement militaire du maréchal Sarit Thanarat, qui a chassé Phibunsongkhram du pouvoir en 1959.

  • 113 Astri Suhrke, 1970.

77Entre 1965 et 1967, 78 nouvelles écoles primaires publiques sont construites dans les quatre provinces et une université est ouverte à Pattani (université Prince de Songkhla). Un centre pour préparer les fonctionnaires civils aux spécificités de ces provinces est également implanté à Yala. On y enseigne des notions sur l’islam et des rudiments de langue yawi113.

78À cette époque, Bangkok cherche également à promouvoir le développement économique. Parallèlement au boom de l’hévéaculture, des programmes sont lancés pour encourager la mise en place de plantations de palmiers à huile. Mais ces incitations ne mobilisent guère la population yawi et l’on installe sur des terres nouvellement défrichées des familles bouddhistes originaires d’autres régions de Thaïlande, du Nord-Est notamment. Sept colonies de peuplement auraient ainsi été constituées, regroupant 15 000 familles.

  • 114 Selon Michel Bruneau, 1987.

79Il faut dire qu’au-delà de leur intérêt économique, ces mesures visaient également à modifier la composition démographique des provinces concernées. Il s’agissait de faire jouer aux pionniers le rôle de sentinelle des autorités au cœur de la forêt où se cachaient les guérilleros114.

80La période 1968-1975 marque néanmoins l’apogée de la guérilla. Notons que celle-ci touche les provinces de Pattani, Narathiwat et Yala, ainsi que celle de Songkhla. Une fois encore, la province de Satun est beaucoup moins affectée.

81Certaines statistiques font état de 329 « rebelles » tués à cette époque. Bien qu’on soit loin des massacres que les mouvements indépendantistes dénoncent dans leur propagande, ces chiffres témoignent d’une insécurité permanente.

82Y a-t-il ensuite une relation entre le déclin des activités de la guérilla et la fin de la guerre américaine au Vietnam ? Difficile de l’affirmer. Toutefois, la vague de sympathie suscitée à l’étranger par les mouvements « anti-impérialistes » s’amenuise. La Thaïlande n’a pas été, en fin de compte, un « domino » condamné à la chute, ainsi que le craignaient les stratèges du Pentagone. Bien au contraire, elle n’est pas ressortie fragilisée du conflit indochinois qui, très vite, débouche sur un antagonisme vietnamo-cambodgien où la Chine est partie prenante.

83Les idéologies romantiques sur « la guerre du peuple » ont vécu et le réalisme l’emporte. L’illusion qu’à la faveur de l’instabilité régionale, une lutte armée de quelques années permettrait d’obtenir l’indépendance se dissipe.

84La conjoncture internationale favorable ne pouvait de toute façon suffire à triompher des problèmes internes du mouvement nationaliste du Sud. Dès 1965 (année de la prise du pouvoir par le général conservateur Suharto en Indonésie), le BRN avait vu son emprise sur le courant séparatiste contestée. Et l’atomisation du mouvement n’a cessé de se confirmer depuis : scissions et constitutions de nouveaux groupes se succèdent.

85Le Pattani United Liberation Organisation (PULO) joue bientôt un rôle majeur. Son seul sigle, inspiré de celui de celui de l’Organisation de Libération de la Palestine (PLO en anglais), dénote l’importance des référents extérieurs et l’auréole dont bénéficient d’autres combats dans le monde arabe et musulman.

86Constitué en Inde par Tengku Bira Kotanila en 1968, le nouveau parti se réclame avant tout du nationalisme. Il se veut rassembleur et reste discret sur ses options en matière sociale ou religieuse. Si certains de ses dirigeants semblent bien accueillis en Arabie Saoudite, où quelques-uns ont fait des études, le régime de Kadhafi – hostile à Riyad – paraît également leur avoir accordé un large soutien.

87Il est délicat de classer politiquement le PULO par rapport au BRN car leurs prises de positions respectives ont varié suivant les époques et, vraisemblablement, selon leurs leaders du moment. Le PULO se distingue cependant par son pragmatisme. Il sait devoir s’engager dans une lutte prolongée et il insiste sur la nécessité d’améliorer l’éducation des jeunes musulmans afin de préparer l’indépendance de Patani. Il déploie également un vaste effort de relations publiques dans le monde musulman afin de faire connaître sa cause, évitant de se référer à une rhétorique panmalaise.

88En 1971, un troisième mouvement politique important apparaît dans l’État malaysien du Kelantan. Constitué sous l’autorité de Tengku Abdul Jalal, le « Front national de libération de Patani » (Barisan Nasional Pembebasan Pattani – BNPP) regroupe l’aile « droite » du BRN. Ses idéologues sont souvent d’anciens étudiants du Pakistan, d’Égypte ou d’Arabie Saoudite qui souhaitent la restauration de l’ancien État de Patani et s’en tiennent à une lecture très conservatrice de l’islam. Le programme socialisant du BRN les effraie et ils aspirent à l’émergence d’un État islamique gardien intransigeant des traditions.

89À côté de ces trois organisations majeures se forme une nébuleuse de groupes plus ou moins éphémères et souvent très localisés. Si certains ont un projet politique, autonomiste ou séparatiste, d’autres dérivent parfois vers un banditisme pur et simple, phénomène endémique au demeurant dans la région. Les autorités recensent ainsi 84 groupes armés en 1979. Et les divisions des mouvements séparatistes s’accentuent encore dans la décennie suivante.

  • 115 D’après Omar Farouk, les militants du PULO et du BNPP ont généralement reçu un entraînement milita (...)

90En 1981, le PULO connaît une première scission. En 1984, c’est au tour du BRN d’éclater en trois organisations rivales. Ce phénomène ira s’accentuant par la suite, produisant une kyrielle de groupuscules dont il est malaisé de suivre les trajectoires115.

91Cette fragilisation du mouvement sécessionniste a certainement des causes internes. La décennie 80 voit la remise en question des idéologies. La cause de la libération nationale a perdu de son pouvoir de mobilisation. Mais cela résulte aussi d’un changement dans la politique menée par Bangkok. Au tout répressif qui a marqué la période des maquis communistes en Thaïlande (et, faut-il le rappeler, pour nombre de militaires, les maquis séparatistes musulmans sont assimilés à ces derniers…), succède une phase d’approche politique des phénomènes d’opposition armée. Cette conception, dont le général Chavalit Yongchaiyudth se fait le porte-parole, vise à trouver une issue non militaire aux conflits qui minent encore le pays.

92Une logique d’amnistie prévaut, qui permettra notamment de réintégrer à la société nombre d’intellectuels qui avaient gagné les bases du Front patriotique de Thaïlande (émanation du PCT) à la suite de la répression menée contre les étudiants progressistes de Bangkok en 1973.

93En pleine croissance économique, la Thaïlande a besoin de l’ensemble de ses diplômés pour relever les défis du développement. Et cette nouvelle orientation politique a ses retombées dans les provinces du grand Sud.

94De l’autre côté de la frontière, les maquisards communistes malaysiens sont également affaiblis par des divisions internes (liées à l’évolution de la Chine après la mort de Mao Tse-toung) et par l’usure de la guerre. Ils ne constituent plus véritablement une menace stratégique dans la région. Kuala Lumpur et Bangkok, qui sont tous deux membres fondateurs de l’ASEAN, envisagent ensemble des plans de développement de leurs régions limitrophes jusqu’alors mal contrôlées.

  • 116 Hadji Abdul Garim Bin Hassan, né en 1933, est mort au Kedah en décembre 1996. Au grand étonnement (...)

95Entre 1982 et 1983, 450 guérilleros séparatistes se rendent à l’armée thaïlandaise. Le vent tourne et seuls quelques jusqu’aux-boutistes semblent devoir s’acharner à poursuivre la lutte armée. En 1984, une des factions du BRN (BRN Ulama) dirigée par un de ses membres fondateurs, Hadji Abdul Garim Bin Hassan116, appelle l’ensemble du mouvement à cesser la lutte armée et à se consacrer à la lutte politique pacifique et aux activités centrées sur la défense de la religion.

96Mais ce glissement qui conduit désormais la majorité de la communauté à faire primer la revendication culturelle et religieuse sur les exigences purement nationalistes n’est pas unanime. En 1985, se crée une nouvelle organisation, le BBMP, Barisan Bersatu Mujahiddin Pattani (Front Uni des Moudjahid de Patani), expression locale d’un islam politique qui tente, il est vrai sans grand succès, de relancer la lutte armée.

97Le mouvement de sécession a tenté de « surfer » sur la vague du mouvement afro-asiatique neutraliste des années 60 et 70. Et rien ne permet aujourd’hui de préjuger que des formulations de type islamiste le rendront plus dynamique, ni qu’elles lui permettront de trouver une assise plus large.

98La dérive évidente des groupuscules armés régionaux vers le brigandage et les attentats aveugles, jointe aux manipulations dont ils semblent parfois faire l’objet de la part des services spéciaux thaïlandais, a largement discrédité le mouvement nationaliste. La cause sécessionniste semble en tout cas susciter la défiance d’une frange croissante de la population locale.

99Les progrès sensibles de la démocratie en Thaïlande ouvrent, il est vrai, de nouvelles perspectives. Une volonté d’appréhender de façon novatrice, dégagée de la tentation d’une centralisation à outrance, la « question des musulmans du grand Sud », semble commencer à prévaloir. Reste à savoir si les moyens pour lui permettre de s’exprimer pourront être dégagés. L’impact de la crise de 97 ne va-t-il pas réduire la marge de manœuvre de Bangkok pour le développement de ces provinces ? Et surtout la population locale yawi trouvera-t-elle assez de patience pour attendre des jours meilleurs, alors que la déchirure de son tissu social et culturel paraît s’accentuer ? Le Sud a en effet connu, ces dernières années, des transformations importantes. Reste à savoir s’il s’agit du prélude à une intégration véritable de la minorité yawi dans l’ensemble thaïlandais dans le respect de son identité spécifique, ou d’une source de frustrations susceptibles de nourrir de nouveaux conflits ?

100Dernière interrogation : la Malaysia, prête aujourd’hui à collaborer avec Bangkok contre les séparatistes, changera-t-elle d’attitude si un jour d’autres forces politiques, portées par une vague nationaliste, arrivaient au pouvoir à Kuala Lumpur ?

Notes

88 Nous renvoyons ici à la théorie du colonialisme interne, élaborée dans les années 70 par Michael Hechter (Internal Colonialism : The Celtic Fringe in British National Development 1536-1966, University of California Press, Berkeley, 1975) et développée par la suite par de nombreux chercheurs anglo-saxons, notamment à partir d’études sur l’espace soviétique.

89 Sur les sites Internet des mouvements séparatistes, « Pattani » désigne tout le territoire au sud de l’isthme de Kra.

90 Les provinces de la partie septentrionale de la péninsule sont largement peuplées de bouddhistes, bien que bon nombre de prisonniers de guerre malais y soient assignés à résidence.

91 Le grignotage se poursuivra les années suivantes. En 1904, la France s’empare de la rive droite du Mékong qui fait face à Luang Prabang et à Paksé au Laos, puis, en 1907, des districts de Battambang, Sisophon et Siemreap au Cambodge. Au total, ce sont 467 500 km² qui passent de la sphère siamoise à l’Indochine française. À titre comparatif, seuls 51 200 km² (les États malais en 1909) passent sous autorité britannique. Cette disproportion explique peut-être que l’influence anglaise sur le Siam ait été plus forte et mieux tolérée que celle de la France.

92 Selon Rong Syamananda, (History of Thailand, Thai Watana Panich, Bangkok, 1977), il y a ainsi à Bangkok, en 1912, 724 sujets français (d’origine chinoise). Les conseillers anglais contribuent pour leur part à asseoir, de l’intérieur, l’influence de leur pays.

93 Dont on trouvera le texte intégral in Manich Jumsai, History of Anglo-Thai relations, Ed. Chalermnit, Bangkok 1970. Cet accord sera confirmé en 1904 par un autre traitant globalement de l’influence respective de la Grande-Bretagne et de la France en Égypte, au Maroc, aux Nouvelles-Hébrides et au Siam.

94 Le roi Chulalongkorn lui rendra visite en 1884. Voir à ce propos Astri Suhrke, « Some aspects of minority integration: The Thais Muslims », in Pacific Affairs, Winter 1970-71.

95 La préparation des accords anglo-siamois s’accompagnent de mesures significatives sur le plan économique : emprunt sur le marché britannique et raccordement des réseaux ferroviaires de la Malaisie et du Siam, réalisé en 1922. À ce propos, voir Michel Bruneau, « La minorité musulmane malaise du Sud de la Thaïlande, analyse géopolitique », in B. Koechlin et al., De la voûte céleste au terroir, du jardin au foyer - Mosaïque sociographique, Hommage à Lucien Bernot, Ed. de l'EHESS, Paris, 1987, p. 675-687.

96 Le Terengganu avait déjà pratiquement échappé au contrôle siamois après la tentative de Bangkok, avortée en 1862, d’installer à la tête du sultanat un homme docile. Cette intervention dans les querelles dynastiques locales avait été mise en échec par l’intervention de la marine de guerre anglaise dépêchée depuis Singapour.

97 Ces États protégés forment alors, aux côtés des quatre États malais fédérés (Perak, Pahang, Negeri Sembilan et Selangor) et des colonies de la Couronne (Malacca, Penang, Singapour) la Malaya britannique.

98 Division administrative plus large qu’une province. En 1932, chaque province (changwat) est directement rattachée au ministère de l’Intérieur.

99 Pour les musulmans qui respectent l’obligation de la zakat (don aux pauvres et aux démunis) et se sentent donc « en règle avec Dieu », l’imposition est ressentie comme une ponction supplémentaire injustifiée.

100 Il y aura trois députés musulmans au titre des quatre provinces aux élections de 1937 et 1938.

101 Comprendre ici les membres de la famille linguistique éponyme dont descendent, parmi d’autres, les Thaïs de Thaïlande.

102 Cf. Virginia Thompson et Richard Adloff, Minority Problems in Southeast Asia, Stanford University Press, Stanford, 1955.

103 Notons que Bangkok, prudent, a attendu une bonne dizaine de jours de voir évoluer le rapport de forces avant de conclure cette alliance. L’accord ne mentionne que les territoires sous autorité britannique. À cette époque, le gouvernement français de Vichy a accédé aux desiderata japonais en Indochine « française ». Avant même que la guerre ne s’engage dans le Pacifique, des combats ont opposé, en décembre 1940 et en janvier 1941, les marines française et thaïlandaise dans la région de Trat. Malgré les revers militaires de Bangkok, le Japon a joué les médiateurs en faveur de son futur allié asiatique. Cet épisode reste donc dans l’histoire thaïlandaise comme une victoire.

104 Les anciens États vassaux de Malaisie seront officiellement administrés par la Thaïlande du 20 août 1943 au 8 septembre 1945. Signalons en passant que les deux États shan de Kengtung et de Mongpan en Birmanie sont également placés sous l’administration de Bangkok en 1943.

105 George Maxwell, au Colonial Office, est favorable à l’intégration des provinces du Sud dans la Fédération de Malaisie (britannique) et semble avoir fait des promesses dans ce sens à Tengku Mahyuddin.

106 Il s’appuie, à l’intérieur, sur un mouvement constitué par Pridi Banomyong, membre du Conseil de Régence (le roi Ananda Mahidol étant alors étudiant en Suisse).

107 Elles forment le drapeau de l’Indonésie indépendante (Sang Merha Putih), mais aussi celui du parti UMNO de Mahatir bin Mohamad en Malaisie, celui-ci étant de surcroît agrémenté d’un kriss.

108 Libéré en 1952, il sera assassiné dans des conditions mystérieuses à Songkhla en août 1954, après avoir été convoqué par la police.

109 Ce qui n’empêche pas les manipulations. Selon Omar Farouk (« The historical and transnational dimensions of Malay-Muslim separatism in Southern Thailand », in Armed Separatism in Southeast Asia, ISEAS, Singapour, 1984)), des services britanniques auraient constitué un groupe intitulé New Malaya destiné à promouvoir la « libération » de Patani. Il s’agissait en fait d’en faire une colonie anglaise et de détourner les réfugiés de l’emprise du Gampar.

110 Si la Grande-Bretagne reste en Malaisie, c’est, certes, parce qu’elle est seule en mesure de faire face aux guérillas communistes et qu’elle tient à conserver le contrôle des détroits. Mais c’est aussi parce que le transfert de souveraineté pose de nombreux problèmes ethniques. L’élément dynamique sur le plan économique est constitué par la communauté chinoise, tandis que la légitimité politique est revendiquée par la communauté malaise, elle-même divisée en sultanats plus ou moins concurrents. La solution trouvée sera une innovation : la « monarchie tournante » constitutionnelle dans un État fédéral ; la représentation centrale étant confiée, sur une base quinquennale, à chacun des sultans (Michel Gilquin, La Malaisie, Ed. Karthala, Paris, 1996).

111 Une base américaine fonctionne alors dans la province de Songkhla, près de Hat Yai. Rappelons que, durant ce conflit, 45 000 soldats américains, ainsi que 600 avions stationneront en permanence dans le royaume. 11 000 militaires thaïlandais sont en outre engagés au Vietnam en 1969.

112 Thomas Fraser, Fishermen of South Thaïland, Holt, Rinehart and Winston, New York, 1966.

113 Astri Suhrke, 1970.

114 Selon Michel Bruneau, 1987.

115 D’après Omar Farouk, les militants du PULO et du BNPP ont généralement reçu un entraînement militaire à l’étranger, ce qui serait beaucoup moins le cas des activistes du BRN. Au total, toutes allégeances confondues et dans la période la plus tendue, le nombre de combattants armés n’aurait guère dépassé les deux ou trois mille (Omar Farouk, 1984).

116 Hadji Abdul Garim Bin Hassan, né en 1933, est mort au Kedah en décembre 1996. Au grand étonnement des observateurs, le commandant militaire de la région Sud, le général Chettha Thanajaro, a adressé à sa famille un message de condoléances assorti d’une somme de 20 000 baths (environ 800 dollars) (Bangkok Post, 9 janvier 1997).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site