Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Musulmans de Thaïlande

 | 
Michel Gilquin

Deuxième partie : les musulmans du grand Sud

Chapitre 4. Aux confins de la Thaïlande et de la Malaysia

Texte intégral

4.1 – Des musulmans objectifs aux musulmans subjectifs

1Nous avons, dans la première partie de cet ouvrage, retracé les origines des musulmans de Thaïlande. Minorité religieuse, ils ne constituent guère un problème dans la société thaïlandaise où ils côtoient le plus souvent les bouddhistes dans une relation de bon voisinage.

2Cependant, parlez des musulmans à un interlocuteur thaïlandais choisi au hasard : spontanément, ce qui lui viendra à l’esprit, c’est de vous entretenir des habitants de l’extrémité méridionale du pays. Dans l’inconscient collectif, l’image des musulmans est associée d’abord à la minorité ethnico-culturelle qui vit dans ces lointaines provinces limitrophes de la Malaysia. Cette tendance à superposer l’univers des fidèles de l’islam à celui du grand Sud n’est pas fortuite. Elle plonge ses racines dans une acceptation tacite de l’équation Thaï = bouddhiste, qui place les musulmans dans une situation de marginalité, ici confortée par la géographie. Elle provient aussi de l’attitude de la minorité musulmane, qui défend de manière sourcilleuse ses particularités, et de la couverture complaisante des médias lorsque des événements spectaculaires – entendez sanglants – y ont lieu.

3Si les particularités de la population du grand Sud ne sont pas réductibles à la seule appartenance à l’islam, c’est autour de ce ciment que se cristallise son identité. N’est-il pas révélateur que se convertir à l’islam se dise, dans la langue locale, masok melayu (littéralement « devenir malais »). On peut constater ici une adéquation totale entre les référents ethnique et religieux.

4La question de ce groupe à la fois régional et religieux constitue à l’évidence un défi pour les autorités du pays d’autant qu’elle s’inscrit aujourd’hui dans le cadre d’une démocratisation générale de la société. Dans ce finistère thaïlandais, à qui a-t-on affaire ? A des Thaïs, rebaptisés au nom du mythe de l’homogénéité nationale Thaï islam, ou à des Malais qui sont néanmoins citoyens de Thaïlande ? La réponse à cette question n’est pas aussi évidente qu’on pourrait le croire à première vue. Le problème de la minorité musulmane, largement concentrée sur un territoire où elle est très massivement majoritaire, a empoisonné longtemps la vie politique du pays.

5Tenté par une assimilation camouflée sous le vocable d’intégration, le pouvoir central n’a pu, jusqu’à aujourd’hui, réussir à trouver une solution satisfaisante, pour les deux parties. Le grand Sud thaïlandais reste ainsi une sorte d’abcès de fixation de la « question musulmane ».

6Il faut dire que les sociétés musulmanes des provinces méridionales de Thaïlande sont restées à l’écart de la vie de la nation pendant des décennies. Peu de capitaux venaient s’y investir. En dehors de Pattani, premier port de pêche thaïlandais, situé sur l’axe routier qui relie Vientiane à Singapour, la région est généralement mal irriguée par un réseau routier minimaliste. Ces provinces adossées à une Malaisie où l’insurrection communiste, animée par des Chinois de Bétong, contrôlait la jungle frontalière, passaient pour un cul-de-sac très éloigné du pays utile.

7Dans un monde rural replié sur lui-même, vivant pauvrement d’un peu de pêche, de riziculture, de la collecte du latex et des noix de coco, ces sociétés se présentaient comme figées dans leurs coutumes, engluées dans un islam qui faisait la part belle aux rites et croyances animistes dont certaines étaient même antérieures à l'hindouisation de la péninsule. Leur connaissance du Coran se limitait souvent à quelques formules apprises par cœur, transmises à travers les générations sans s’inquiéter des grands débats qui ont jalonné l’histoire de cette religion-civilisation.

4.2 – La langue yawi, support d’une identité

8Les cinq provinces qui nous intéressent prioritairement ici sont appelées collectivement chaidaen paaktai (littéralement « frontière du sud »). Dans la province de Satun, la thaïcisation linguistique est pratiquement totale. Dans celle de Songkhla, où est située la plus grande ville du sud, Hat Yai, l’usage du thaï est également généralisé, même si, dans un cas comme dans l’autre, les spécificités dialectales sont très fortes, posant à l’occasion des problèmes sérieux de compréhension aux habitants de la capitale.

Les "provinces musulmanes"

Les "provinces musulmanes"
  • 68 Les yawi sont sunnites de rite chaféite. Quelques groupuscules, depuis la révolution iranienne, se (...)

9A Songkhla, on trouve aussi des populations rurales de langue yawi, un dialecte malais presque unanimement parlé dans les provinces de Pattani, de Narathiwat et de Yala. C’est là que l’on retrouve l’essentiel de la minorité ethnico-confessionnelle68 et le cœur de ce qu’il est convenu d’appeler la « question musulmane » en Thaïlande.

  • 69 Pruchya Arpakul, Language Map of Pattani and Narathiwat, thèse soutenue à l’université Chulalongko (...)
  • 70 Les mariages s’effectuent généralement entre villages yawi, formant un tissu d’alliances. Toutefoi (...)

10La langue yawi apparaît, plus encore que la religion, comme l’élément saillant de l’altérité. Les fonctionnaires originaires d’autres régions se retrouvent face à des administrés avec lesquels ils ne peuvent communiquer sans intermédiaire. Car, s’il est parlé dans les villes, le thaï est ignoré dans les villages. Il y a donc ici une véritable ségrégation par la langue qui s’ajoute aux clivages religieux. Le yawi est sujet à des variantes selon les localités mais, bien qu’on n’ait pas procédé à une véritable unification linguistique69, les divers locuteurs se comprennent et les relations entre villages s’expriment volontiers par des alliances matrimoniales70.

  • 71 L’écriture du yawi est inspirée de l’alphabet arabe mais compte moins de lettres.

11Lien avec le religieux, le yawi s’écrit traditionnellement dans une graphie proche de l’arabe71. Il diffère en cela des autres langues malaises (bahasa malaysia, bahasa indonesia, langues de Mindanao) qui ont opté pour l’alphabet latin.

12L’écriture romanisée du malais standard est certes de plus en plus en vogue chez ceux qui ont séjourné en Malaysia. Et l’alphabet thaï, enseigné à l’école, est également très utilisé par les jeunes générations pour retranscrire le yawi. Mais la transcription écrite classique jouit toujours d’un prestige certain dans la mesure où elle est intuitivement assimilée à la langue de la révélation divine.

  • 72 L’alphabet yawi a été en revanche très utilisé par les administrations du temps des rajas. Il est (...)

13La traduction en thaï du Coran est d’ailleurs quasiment considérée comme blasphématoire. Seul l’arabe semble convenir au texte sacré ; les Yawi, qui pour la plupart ne le maîtrisent pas, sont ainsi contraints à une lecture phonétique72.

14Le yawi, qui comme toute langue est chargé d’un contenu culturel spécifique et porteur d’une vision du monde particulière, valide donc un attachement puissant à l’islam. Alors que dans le reste du monde malais, la conscience nationale, face aux conquérants européens, britanniques en Malaisie, hollandais en Indonésie, s’est forgée dans un creuset largement séculier, ces musulmans du grand Sud thaïlandais n’ont guère été enclins à dissocier identité religieuse et ethnique. Certains fondamentalistes les présentent d’ailleurs comme des « Malais authentiques » qui n’auraient pas été « corrompus » par des aspirations laïques.

  • 73 Nombre de musulmans du Sud de la Thaïlande ont effectivement une lointaine origine malaise ; la pr (...)

15Aussi, si leur appartenance ethnique au monde malais est avérée, ils en constituent une branche bien particulière. Bien qu’ils s’en défendent parfois, leurs liens avec l’espace thaï sont d’ailleurs incontestables, ne serait-ce qu’à travers les mariages contractés avec d’autres musulmans thaïlandais qu’ils persistent, souvent contre toute évidence, à considérer comme des Malais qui auraient été thaïcisés73. Ils se ressentent en tout cas bien souvent comme l’arrière-garde stratégique de l’islam de Thaïlande, sa base territoriale, son dar-ul islam. Les autres musulmans de Thaïlande sont souvent perçus à l’aune des représentations locales qui, elles, n’auraient pas été « corrompues » par un voisinage bouddhiste. Par conséquent, leurs revendications, même lorsqu’elles sont fondées sur des réalités spécifiques à cette région, leur paraissent devoir s’appliquer à toute la communauté du royaume.

  • 74 La région compte également de nombreux habitants d’origine mon, samsam ou lao.
  • 75 Voir Pierre Le Roux et Jacques Ivanoff, « Le phénomène identitaire Jawi ou l’appropriation d’un ré (...)
  • 76 Tout comme la langue thaïe est d’ailleurs influencée par le malais.

16Les musulmans des provinces de Pattani, de Narathiwat et de Yala, bien que pour la plupart ethniquement malais74, se trouvent donc situés à la jonction de deux univers, siamois et malais. Thaï islam ou musulmans malais75 ? La plupart des auteurs musulmans thaïlandais privilégient la seconde appellation, comme pour insister sur le particularisme. On est ici bien loin de l’idée d’osmose. Pourtant, le rôle d’interface entre deux mondes est bel et bien évident. D’une part parce que ces populations revendiquent leur islamité dans l’espace thaïlandais en l’étendant aux autres segments de la population musulmane du royaume. D’autre part, parce que, bien que se rattachant à la culture malaise, la culture locale et l’Histoire ont créé des liens ambigus mais réels avec celles du Siam. Une étude linguistique approfondie montre par exemple que le yawi a subi et continue de subir l’influence du thaï76.

  • 77 Ruslan Uthai, A comparison of word formation in Standard Malay and Pattani Malay, Chulalongkorn Un (...)

17Le linguiste Ruslan Uthaï s’est notamment penché sur l’évolution du malais de Patani vers des formes de plus en plus monosyllabiques et des modifications grammaticales s’éloignant du « malais standard77 ».

  • 78 Les Samsam, petite communauté musulmane présente à la frontière de la Thaïlande et de la Malaysia (...)
  • 79 Ils refusent également de ce fait de s’identifier à une revendication séparatiste synonyme de cons (...)

18Le concept Thaï islam participe d’une vision nationale monolithique qui vise à gommer la particularité et s’avère en conséquence abusif. Celui de Malais musulmans qui lui fait pendant a l’inconvénient de pouvoir être entendu comme la manifestation d’un autre nationalisme, malais celui-là, alors même que les intéressés se définissent la plupart du temps d’abord en termes religieux et non nationaux et que certains groupes musulmans ne paraissent pas pouvoir être classés dans cette catégorie78. Pour échapper au terme de « minorité nationale », puisque beaucoup de musulmans pieux récusent le concept même de nation au profit d’une vision plus large de la communauté des croyants (l’Oumma)79, on adoptera pour les qualifier le terme de « société yawi ».

4.3 – Coutumes et pouvoirs dans la société yawi

19Outre la langue, des coutumes solidement enracinées confortent la cohésion yawi. Le regard des autres et l’image qu’on leur offre participent de ce que l’on pourrait appeler une culture du prestige. Elle s’exprime à travers des aspects profanes, comme l’élevage passionné d’oiseaux chanteurs – généralement des tourterelles – qui donne lieu à des concours, ou les joutes autour de jeux traditionnels que sont les cerfs-volants ou les toupies.

20Attribut de l’univers malais, le kriss, poignard à lame torsadée, symbole de virilité et de puissance, est caractérisé par les ethnologues comme un exemple de technologie rituelle. Cette culture du prestige se manifeste aussi dans des aspects de la vie religieuse tels les concours de récitation du Coran et, bien sûr, le pèlerinage à La Mecque, réservé, du fait de son coût, aux personnages fortunés ou aux grandes familles.

  • 80 L’importance des animaux dans les jeux d’argent relève-t-elle, outre de la ruralité des participan (...)

21Prestige encore lors des fêtes du sacrifice (gurban) des chèvres (des buffles pour les plus aisés) ou lors de la cérémonie de la sunet, la circoncision des garçons qui a lieu entre 12 et 16 ans. Les dépenses ostentatoires sont alors la règle et confèrent une respectabilité. Est-ce pour cette raison que, bien que l’islam condamne les jeux d’argent (ils sont aussi officiellement interdits par le gouvernement thaïlandais mais constituent un pan important de l’économie souterraine), les musulmans de cette région sont friands de paris clandestins sur les combats de buffles, de poissons, de coqs80… ? Des fortunes colossales s’édifient également lors des concours de chants d’oiseaux, à l’occasion desquels se mêlent musulmans et Sino-Thaïs locaux, Malaysiens de toutes origines et Chinois qui affluent depuis Singapour.

22La société yawi se présente donc comme une entité très ritualisée dans laquelle la notabilité semble être une quête permanente. Plus encore que par les largesses dont on peut faire profiter ses proches ou son village, c’est à travers son savoir que l’on peut gagner une position sociale prééminente. Ce savoir provient soit d’un séjour à La Mecque – indépendamment de ce que le pèlerin, désormais paré du titre illustre de hadj, a pu réellement y apprendre – soit de la maîtrise de connaissances médicinales traditionnelles.

23Les détenteurs de ces deux types de savoir (respectivement le tokguru et le bomoh), parfois en concurrence, avaient autrefois une puissance considérable dans chaque village.

24Le premier, le tokguru, instruisait les garçons dans l’école islamique, le pondok, où seul était dispensé un enseignement à caractère religieux. Par la répétition mécanique du Coran et des textes sacrés, seule la mémoire était valorisée. Les versets étaient appris en arabe, langue qui, bien que sacralisée, demeurait étrangère et ne permettait guère de travail d’exégèse.

  • 81 Un rappel : né dans un cadre désertique dépouillé, l’Islam est porté vers l’abstraction et la rati (...)

25Ce mode d’appréhension de l’islam relevait davantage d’une assimilation de normes indiscutables que d’une véritable acquisition de connaissances théologiques. La rationalité et la logique, pourtant centrales dans le mode de pensée musulman classique81, se trouvaient annihilées par une lecture ossifiée qui ne permettait pas, en tout cas, d’affronter un monde en mutation.

26Cette fragilité du contenu éducatif des pondok a ainsi, ces dernières années, profité à ceux qui, parmi les musulmans, cherchent à s’appuyer sur un islam revivifié pour faire face aux défis d’une société de plus en plus complexe. Il a également bénéficié aux autorités thaïlandaises qui ont pu, en relevant son caractère anachronique, proposer un autre type d’enseignement, davantage axé sur les matières non religieuses. On estime toutefois que 60 % des enfants suivent encore les cours des pondok plutôt que ceux des écoles gouvernementales. La fréquentation du pondok incarne, pour les Yawi, la socialisation réussie des nouvelles générations en garantissant la reproduction des valeurs culturelles et morales.

  • 82 Pierre Le Roux, 1997, p. 53.

27Le bomoh82, autre figure emblématique de la société yawi est plutôt une sorte de chaman, présent dans chaque village, auquel on a recours pour prodiguer les soins thérapeutiques mais aussi pour apporter des réponses aux maux de toute nature allant jusqu’aux conflits de voisinage. On prête à ce guérisseur des pouvoirs quasiment magiques (grâce à l’utilisation de la danse et de la musique du rebab qui conduisent à la transe). Son aura témoigne de la persistance de rites antérieurs à l’islamisation. Dans ce milieu pauvre, le bomoh offre une couverture sanitaire de base. Il inspire plus de confiance que les médecins des villes, pour la plupart des Sino-Thaïs auxquels on n’a recours qu’en dernière extrémité.

28Aux côtés du tokguru et du bomoh, les deux autorités coutumières investies d’une réputation de savoir, se trouvent d’autres détenteurs de pouvoir. Certains individus servent notamment d’intermédiaires avec les autorités (administratives, policières et militaires) de l’État thaïlandais. Leur désignation doit être validée par ces dernières. On peut donc considérer qu’ils font partie de la hiérarchie administrative. Ces « chefs » (phuyaiban au niveau du village et kamnan au niveau de la commune) sont bilingues yawi-thaï et disposent d’une certaine latitude pour régler les conflits locaux mineurs, vols et petits délits.

29La police, qui ne parle pas le yawi, préfère naturellement leur déléguer ses compétences. Ils bénéficient donc d’une forme d’autonomie pour résoudre à l’échelon villageois (muban) ou cantonal (tambon) des litiges qui relèveraient du droit pénal.

  • 83 « New group threatens to kill top Muslims », Bangkok Post, 17 juillet 1995.

30Représentants de l’administration qui les a investis, ils permettent à la société yawi d’éviter l’intrusion de la police thaïlandaise dans ses affaires, mais ils peuvent aussi apparaître à certains comme les collaborateurs de forces perçues comme occupantes ou à tout le moins oppressives. Lors des poussées de fièvre séparatiste, phuyaiban et kamnan ont parfois été la cible des groupes se réclamant des mouvements de libération de Patani83.

31Autres détenteurs de pouvoir, les appendices des structures officielles de l’islam thaïlandais qui œuvrent sous la houlette du chularajamontri. Ce sont les quinze membres de chaque conseil provincial des affaires islamiques, élus par les imams, qui dirigent eux-mêmes les conseils de mosquée (de quinze membres également) et sont désignés par l’ensemble de la communauté. L’imam de mosquée et deux de ses adjoints (khatib et bilal) sont nommés à vie. Deux cadis (juges islamiques) sont élus par les imams de chaque province et exercent leurs fonctions jusqu’à l’âge de 60 ans.

32Parce que les représentants de l’islam « officiel » sont liés à l’appareil d’État et bien que leur pouvoir soit réel (notamment en matière de justice), les tokguru des pondok, qui bénéficient en outre de l’avantage de la proximité, sont les personnages qui jouissent de la plus grande popularité dans cette société rurale traditionaliste.

4.4 – Les « Yawi » et les « autres »

  • 84 Ils n’ont donc pas le droit d’utiliser leur patronyme musulman dans la vie publique. Des Jiin haw (...)

33La règle en vigueur au plan national veut que, au même titre que les immigrants chinois, les musulmans de Thaïlande adoptent un nom de famille et un prénom thaï84. Exception juridique, les habitants musulmans des quatre provinces peuvent conserver un patronyme qui indique leur adhésion à l’islam.

34Cette dérogation à la règle générale qui ne s’applique qu’à eux trouve, comme les autres, son origine dans l’histoire de la région. Elle n’est pas le résultat d’une simple volonté de satisfaire aux exigences confessionnelles d’une partie des sujets du royaume. Sa fonction première était de désamorcer, dans ces zones périphériques turbulentes, une contestation de l’autorité siamoise qui se serait arc-boutée sur la violation des particularités régionales. Savoir si elle y est parvenue est une autre affaire, car de nombreux accrocs à cette législation émaillent l’histoire de ces dernières décennies.

  • 85 Une revendication jugée importante par les intéressés et émise de longue date a été récemment sati (...)

35Outre le régime matrimonial et les règles successorales établies en conformité avec la char’ia, des mesures spécifiques ont été adoptées et seulement récemment appliquées par le service public pour tenir compte des normes musulmanes. C’est ainsi que les femmes sont autorisées à porter le hidjeb sur leur lieu de travail et à figurer avec leur foulard de tête sur leurs photos d’identité. Des uniformes spécifiques ont été dévolus aux élèves. Les fonctionnaires bénéficient d’un horaire adapté à la prière du vendredi et sont autorisés à chômer les jours de fête musulmane. Ils bénéficient en outre de dispositions facilitant les congés lorsqu’ils souhaitent effectuer leur pèlerinage85.

36Des subventions du gouvernement sont également accordées aux pondok. Mais la presse se fait régulièrement l’écho de protestations ponctuelles sur le non-respect de ces mesures, résistance parfois, simple méconnaissance le plus souvent ; les cadres originaires du nord du pays, confrontés à la barrière linguistique, découvrent l’exception culturelle.

37Dans les chaidaen paak tai, si au moins 75 à 80 % de la population est musulmane, les neuf dixièmes des représentants de l’administration et surtout les fonctionnaires d’autorité, pour ne pas parler de la police et de l’armée, sont des Thaïs bouddhistes généralement originaires d’autres régions. Il en résulte des incompréhensions qui débouchent souvent sur des procès d’intention. Il est notamment reproché aux autorités locales de se « remplir les poches » sur le dos de la population. Nombreux sont ainsi ceux qui considèrent que le gouvernement de Bangkok est un interlocuteur crédible mais pas ses représentants locaux.

38Les rapports avec les commerçants et autres Thaïs bouddhistes locaux ne sont pas non plus dénués d’animosité. Perçus comme des étrangers, présumés solidaires de l’administration thaïlandaise, ils sont considérés par certains fondamentalistes comme des kuffar al harb, des impies auxquels il est légitime de faire la guerre. Et on trouve fréquemment une justification religieuse aux conflits d’intérêts qui opposent les deux communautés.

39L’hostilité varie dans le temps, suivant les périodes de tension et d’apaisement qui alternent dans la région. Elle s’exprime aussi différemment dans l’espace. La province de Satun connaît par exemple beaucoup moins d’incidents que ses voisines.

40Les relations des musulmans avec les Chinois, nombreux dans les provinces du grand Sud, sont beaucoup plus sereines alors que ces derniers sont parfois largement majoritaires (c’est par exemple le cas dans le district de Bétong). Cette cohabitation pacifique tient à plusieurs facteurs. D’une part, la présence chinoise est assez ancienne, souvent antérieure à celle des Thaïs bouddhistes. Beaucoup se sont installés au début du XXe siècle, attirés par les mines de cassitérite (étain) et par le travail dans les plantations d’hévéas.

41Contrairement aux Thaïs du nord, les Chinois n’incarnent pas l’autorité. Les Chinois n’ont, bien entendu, aucunement l’intention de siniser leurs voisins musulmans, puisqu'eux-mêmes s’inscrivent, au moins partiellement, dans un processus de thaïcisation.

42Les rapports entre les deux communautés sont placés sous le signe de l’interdépendance, qui se manifeste d’abord par les circuits monétaires. Les Chinois, à travers les réseaux de taukes, forme communautaire de tontine, ont accumulé des capitaux importants et se retrouvent en position de bailleurs des Yawi. Ces derniers, qui ne peuvent eux-mêmes pratiquer l’usure, se trouvent donc en position de débiteurs.

43En outre, les musulmans sont généralement dépendants des circuits commerciaux pour écouler leurs productions, circuits maîtrisés par les Chinois. Notons également que les Sino-Thaïes sont pourvoyeurs d’emplois. Les grandes plantations qu’ils exploitent ont notamment volontiers recours à une main-d’œuvre saisonnière. Enfin, leur niveau supérieur d’éducation les place en position dominante dans certains secteurs comme la santé ; les musulmans sollicitant parfois leurs prestations quand les compétences des bomoh s’avèrent insuffisantes.

44Cette coexistence n’est pas pour autant toujours idyllique. À Pattani, l’édification d’un sanctuaire chinois (bouddhiste) à proximité des vestiges de l’ancienne mosquée Kru-Se (érigée au XVIe siècle) a ainsi déchaîné, au début des années 90, l’ire de certains groupes fondamentalistes. Brandissant des portraits de l’imam Khomeyni, ils ont ainsi fait parler d’eux pendant plusieurs semaines et donné une image d’intolérance à l’ensemble de la communauté.

45La population yawi n’entretient pas seulement des relations avec les Thaïs bouddhistes et les Sino-Thaïs. Par ses affinités culturelles entretenues par des liens matrimoniaux, elle participe aussi à un échange permanent avec les Malais de Malaysia. Lors des grandes fêtes, religieuses ou familiales, elle tend en conséquence à ignorer les frontières. Les incidents dus à l’incompréhension des douaniers et des gardes-frontières sont monnaie courante, pour peu que des laissez-passer ne soient pas en règle. Il est d’ailleurs notoire que ces échanges transfrontaliers couvrent souvent d’importantes activités de contrebande.

  • 86 Ainsi, Ismaïl Ali, universitaire du College of Islamic Studies de Pattani, s’est-il félicité de la (...)

46Les changements politiques en Malaysia ont une influence certaine sur la population yawi. Ainsi, la victoire électorale du parti islamiste PAS (Parti Islam SeMalaysia) au Kelantan (1990) puis au Terengganu (1999) a poussé certains groupes musulmans de Thaïlande à une interprétation plus radicale de l’islam86, et ce bien qu’officiellement les nouveaux dirigeants de ces États aient récusé toute ingérence dans les affaires thaïlandaises.

47A ces imbrications idéologiques s’ajoute fréquemment le poids d’expériences vécues dans le pays voisin. Nombre de migrations économiques temporaires s’effectuent en effet en direction de la Malaysia proche, beaucoup plus que vers la lointaine Bangkok. Les Yawi sont notamment employés dans le secteur de la construction et, dans une mesure moindre, dans celui de l’hôtellerie. Dans l’archipel des Langkawi, situé en face de l’État malaysien du Perlis mais relevant administrativement de celui du Kedah, une partie très substantielle de la main-d’œuvre provient des provinces musulmanes de Thaïlande.

  • 87 Depuis la crise, les immigrés en Malaysia sont d’ailleurs de moins en moins bien accueillis, même (...)

48On notera néanmoins que l’expérience des migrants, souvent en situation précaire et exploités par leurs employeurs, ne milite pas toujours dans le sens d’une fascination pour le « modèle » malaysien87, encore moins en faveur d’un rattachement à la Fédération de Malaysia.

Notes

68 Les yawi sont sunnites de rite chaféite. Quelques groupuscules, depuis la révolution iranienne, se réclament cependant du chiisme duodécimain.

69 Pruchya Arpakul, Language Map of Pattani and Narathiwat, thèse soutenue à l’université Chulalongkorn en 1994. L’auteur répertorie trois idiomes : le malais de Pattani, celui de Tak Bai et celui de la région de Sungai Kolok.

70 Les mariages s’effectuent généralement entre villages yawi, formant un tissu d’alliances. Toutefois, avec la mobilité qui se développe, on assiste aujourd’hui à des mariages « mixtes », soit avec des musulmans ne parlant pas le yawi, soit avec des non-musulmans. Dans ce dernier cas, l’islamisation du conjoint nonmusulman s’accompagne généralement de la thaïcisation linguistique du locuteur yawi.

71 L’écriture du yawi est inspirée de l’alphabet arabe mais compte moins de lettres.

72 L’alphabet yawi a été en revanche très utilisé par les administrations du temps des rajas. Il est toujours employé pour l’écriture des hikayat ou des pharmacopées. Mais il s’agit là d’usages profanes.

73 Nombre de musulmans du Sud de la Thaïlande ont effectivement une lointaine origine malaise ; la pratique de la déportation des prisonniers lors des guerres entre le Siam et les principautés malaises, notamment du Kedah, a abouti à l’installation de ceux-ci dans des régions plus septentrionales où, tout en restant attachés à leur culte d’origine, ils ont adopté la langue des vainqueurs. Dans son étude sur les villages de la côte près de Songkhla, Angela Burr (op. cit.) remarque que la thaïcisation linguistique remonte à plus de deux siècles.

74 La région compte également de nombreux habitants d’origine mon, samsam ou lao.

75 Voir Pierre Le Roux et Jacques Ivanoff, « Le phénomène identitaire Jawi ou l’appropriation d’un référent » in Identités Sud… Regard sur trois minorités de Thaïlande, PSU-ECASE, coll. Carnets du SERIA no 1, Pattani, 1991, p. 22.

76 Tout comme la langue thaïe est d’ailleurs influencée par le malais.

77 Ruslan Uthai, A comparison of word formation in Standard Malay and Pattani Malay, Chulalongkorn University, Bangkok, 1993. Les linguistes admettent que ce type de transformation est fréquent et rapide ; en l’espace de deux ou trois générations, une langue monotonale peut devenir tonale, et inversement.

78 Les Samsam, petite communauté musulmane présente à la frontière de la Thaïlande et de la Malaysia et dont la présence a été attestée par Charles Archaimbault dans la ville thaïlandaise de Trang en 1950, parlent un dialecte composite de mon, de thaï et de malais. Il pourrait s’agir des habitants les plus anciens de la région.

79 Ils refusent également de ce fait de s’identifier à une revendication séparatiste synonyme de construction nationale séparée.

80 L’importance des animaux dans les jeux d’argent relève-t-elle, outre de la ruralité des participants, d’une persistance confuse de l’animisme ? On pourrait le croire en lisant Pierre Le Roux, qui a relevé, parmi la littérature orale yawi, une fréquente référence au roi-serpent (Pierre le Roux, « Gens de savoir, gens de pouvoir : les bomoh chez les Jawi de Patani » in Annales de la Fondation Fyssen, no 12, 1997, p. 53-72).

81 Un rappel : né dans un cadre désertique dépouillé, l’Islam est porté vers l’abstraction et la rationalité. Il développera notamment les mathématiques, rendant possible l’essor scientifique. En arrivant dans une région luxuriante où le concret l’emporte sur l’abstrait, le foisonnement multiforme sur la géométrie, se crée un décalage qui conduit à la production de nouvelles normes. Il y a sans doute là matière à réflexion sur les particularités de l’Islam du Sud-Est asiatique et sur son rapport aux sciences.

82 Pierre Le Roux, 1997, p. 53.

83 « New group threatens to kill top Muslims », Bangkok Post, 17 juillet 1995.

84 Ils n’ont donc pas le droit d’utiliser leur patronyme musulman dans la vie publique. Des Jiin haw possèdent ainsi trois noms : leur nom officiel, thaï, un nom chinois et un nom musulman !

85 Une revendication jugée importante par les intéressés et émise de longue date a été récemment satisfaite : les pèlerins ont désormais la possibilité de partir pour La Mecque directement de l’aéroport de Hat Yai sans passer par Bangkok.

86 Ainsi, Ismaïl Ali, universitaire du College of Islamic Studies de Pattani, s’est-il félicité de la victoire électorale du PAS. Par ailleurs, la condamnation du Premier ministre malaysien Anwar Ibrahim a renforcé la défiance à l’endroit du président Mahathir Muhammad et accentué l’emprise des islamistes locaux. « Muslims play down fears », The Nation, 7 décembre 1999.

87 Depuis la crise, les immigrés en Malaysia sont d’ailleurs de moins en moins bien accueillis, même s’ils sont musulmans et d’ethnie malaise.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Les "provinces musulmanes"
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540