Chapitre 3. Structures et poids démographique des musulmans de Thaïlande

3.1 – Une répartition géographique inégale

1Nous avons, jusque-là, utilisé le terme de « communauté » pour désigner la minorité musulmane à l’échelle du pays. Cette appellation, commode, mérite d’être affinée. Car la communauté globale se présente, en réalité, comme un archipel de communautés, voire même de petits groupes très restreints, unis sur la base d’origines culturelle ou ethnique communes ou, plus rarement, rassemblés autour d’un lieu de culte.

  • 50 L’exode rural, en Thaïlande, peut être résumé par deux chiffres : entre 1960 et 2000, tandis que la (...)
  • 51 Cf. Jean Baffie, « Ban Krua, village de Bangkok. Question de l'origine et problème d'identité » in (...)

2La minorité musulmane est hétérogène, nous l’avons dit : le regroupement sur des bases purement religieuses dans des quartiers des grandes villes est rare. D’autres affinités entrent en concurrence. Un « sudiste » musulman arrivé à Bangkok cherchera davantage à s’installer parmi les « sudistes », fussent-ils bouddhistes, que parmi des Cham avec lesquels il partage pourtant la même foi. Réflexes communs à tous les exodes ruraux du monde50 : longtemps, le paysan déraciné cherche à façonner la copie urbaine déformée de son univers d’origine. Aussi, beaucoup de quartiers musulmans de Bangkok sont composés d’une population relativement homogène : quartier de Ban Krua où se regroupe la communauté cham51 ; quartiers de Thonburi où résident des descendants des migrations en provenance de l’Inde ; quartiers au sud de Charoen Krung où l’on retrouve ceux de la péninsule. Mais aussi, relégués à la périphérie, et tout particulièrement dans le nord-est de la ville, à Minburi et aux alentours, se sont constitués plus récemment des quartiers en pleine expansion où les musulmans de diverses origines, déplacés par l’intense spéculation foncière du centre-ville, se retrouvent aux côtés de bouddhistes.

3Dans ces zones de peuplement mixte, la cohabitation paraît bonne et une intégration se dessine. On peut même sans doute ici parler d’une amorce d’assimilation. Cela met en émoi les responsables musulmans qui, en accord avec les autorités, réclament et obtiennent la construction de davantage de mosquées. Il semble aux uns comme aux autres dangereux que ces populations, en perdant leurs racines, ne puissent plus bénéficier d’un encadrement religieux. Dans leur optique partagée, l’adhésion et l’appartenance à une confession restent les meilleurs garants de l’ordre social, protection contre la violence urbaine ou la drogue.

4Plus des trois quarts des musulmans habitent dans la partie méridionale du pays, au-delà de l’isthme de Kra, au sud d’une ligne qui va de Chumphon sur le golfe de Thaïlande à Ranong.

  • 52 Ces deux dernières provinces figurent tour à tour dans les statistiques sous les nomenclatures « Su (...)

5Dans cet espace, il faut distinguer les régions où les musulmans sont majoritaires des autres. Dans les provinces de Pattani, Yala, Narathiwat, Satun et Songkhla, proches de la Malaysia, 75 à 80 % des habitants sont musulmans. Mais la différence entre les milieux ruraux et urbains est ici marquante puisqu’il faut noter que les villes ou les grosses bourgades sont à dominante bouddhiste et surtout peuplées de Sino-Thaïs. D’autres provinces, Trang, Krabi, Phuket, Phangnga et Phatthalung comptent entre un tiers et la moitié (de 35 à 50 %) de populations musulmanes. Là encore, le taux est bien supérieur dans les campagnes. De larges fractions de la population de Nakhon Si Thammarat, province la plus peuplée du Sud, ainsi que de Surat Thani sont également musulmanes. Beaucoup plus faible est leur nombre à Ranong, Chumphon, Phetchaburi et Prachuapkirikan52.

6D’une manière générale, c’est bien dans ces extrêmités méridionales que s’est réellement posée la « question musulmane » ressentie par les autorités comme une menace pour l’intégrité territoriale du royaume.

La population musulmane en Thaïlande (en proportion de la population globale)

La population musulmane en Thaïlande (en proportion de la population globale)
  • 53 Terme thaï utilisé pour désigner les Hui qui signifie littéralement « les Chinois qui galopent » et (...)

7Parce que c’est dans le Sud que les fidèles de l’islam sont les plus nombreux et potentiellement les plus « menaçants », les musulmans des autres régions de Thaïlande restent généralement méconnus. La région centrale en compte pourtant beaucoup. Ils sont, on l’a vu, largement concentrés à Bangkok, mais aussi à Ayutthaya et à Chachoengsao. Vient ensuite, loin derrière, la région du Nord où les plus importantes communautés résident à Chiang Mai, et, dans une moindre mesure, à Chiang Rai. La caractéristique principale du Nord est la dispersion des immigrants chinois (Jiin haw53) dans des petites villes, voire même dans certains villages.

8En pays Isan (Nord-Est), les musulmans sont quantité négligeable. Ce sont essentiellement des migrants du Sud venus travailler à Khon Kaen ou à Udon Thani. Curieusement, d’après les données émanant des services du chularajamontri, représentant officiel de l’islam (voir infra), Nakhon Ratchasima (Khorat), ville qui a connu un développement spectaculaire, n’en abrite que peu. Dans l’Est, exception faite d’une présence assez conséquente de migrants d’origine méridionale à Chonburi, les musulmans sont encore plus rares.

3.2 – Destinées différentes : résistance des Cham de Bangkok et discrétion des musulmans de Chiang Mai

  • 54 Voir par exemple à Trang l’entreprise de séduction menée en direction des électeurs musulmans par l (...)

9Si l’on fait abstraction des musulmans du Sud sur lesquels nous reviendrons longuement, les communautés qui résident dans le reste du territoire sont avant tout perçues comme des exceptions religieuses dont le poids politique est marginal. Elles ont ainsi longtemps bénéficié d’une sorte d’indifférence bienveillante. En sera-t-il toujours ainsi ? Plusieurs signes laissent augurer qu’elles deviendront un enjeu politique dans le futur, du moins à Bangkok. Lors des consultations électorales, les courses aux suffrages n’épargnent pas la communauté54. S’il devient de plus en plus difficile de pratiquer ouvertement l’achat des voix, le clientélisme reste essentiel. Mais c’est surtout la capacité de mobilisation des musulmans qui se révèle croissante.

10A Bangkok, le cas de la résistance de la communauté cham à des projets de voies express qui scinderaient leur quartier est particulièrement intéressant à cet égard. Certes, son adhésion à l’islam n’a, à première vue, que peu à voir avec ce conflit qui l’oppose à de grandes sociétés d’aménagement urbain et à l’administration de la « Cité des Anges ». Et elle n’est pas la seule à faire face à la spéculation foncière qui sévit dans la capitale thaïlandaise. Toutefois, son opiniâtreté dans ce conflit, qui dure depuis une dizaine d’années et la mobilise largement, tous âges, sexes et professions confondus, est spectaculaire.

11Tout a commencé à la fin des années 80 lorsque l’autorité chargée des autoroutes urbaines a décidé de construire une voie rapide traversant le quartier de Ban Krua qui regroupe plus de 10 000 âmes, des Cham pour la plupart. Ce projet prévoyait de le couper en deux sur plus de deux kilomètres mais les habitants se sont opposés aux expropriations et ont refusé les promesses de relogement.

  • 55 Celles-ci sollicitent notamment un châtiment divin pour les initiateurs du projet routier dans le q (...)

12La confrontation a incontestablement exacerbé le sentiment communautaire d’une population liée par des valeurs communes, conduisant notamment à l’instauration de comités de vigilance pour prévenir d’éventuels incendies ou d’autres provocations. Les tentatives visant à corrompre des individus ont également été déjouées. La culture musulmane n’est certainement pas pour rien dans cette solidarité sans faille. Les manifestations répétées ont d’ailleurs été accompagnées de prières collectives55. Et elles se sont déroulées sous les bannières vertes de l’islam, systématiquement associées en ces occasions au drapeau thaïlandais.

  • 56 Le quartier se méfie des étrangers soupçonnés a priori de pouvoir être des « provocateurs » ( !). L (...)

13L’attachement des habitants à ce quartier situé en plein centre de Bangkok et légué il y a plus de deux siècles aux Cham en récompense de leurs exploits militaires est emblématique. Emblématique d’une ancienneté bangkokoise que peu d’autres peuvent revendiquer puisque la présence des Cham remonte à l’époque où la ville fut choisie comme nouvelle capitale. Emblématique aussi d’une volonté affirmée et explicitée d’être reconnus comme citadins de vieille souche, mais aussi comme musulmans56. Enfin révélatrice de la puissance de la tradition, au point que cette opposition est largement perçue par les observateurs comme un combat d’arrièregarde, une tentative anachronique de s’opposer aux aménagements rendus nécessaires dans une grande capitale mondialement célèbre pour ses embouteillages.

  • 57 « The deep roots of Ban Krua Muslims », Bangkok Post (supplément Outlook), 27 avril 1994. Voir auss (...)

14On notera en tout cas que l’islam n’est pas le seul élément d’identité culturelle exacerbé à l’occasion de ce long conflit. L’attachement des Cham à leur quartier s’exprime aussi par des considérations de nature magique qu’on retrouve également chez certains bouddhistes. Ainsi, la coutume veut que l’on enterre le placenta des nouveaux-nés sous la maison, marquant ainsi son appartenance au sol natal. Cette pratique est naturellement évoquée pour justifier l’opposition à un éventuel déplacement, synonyme de rupture avec les racines du groupe57.

15Depuis plus d’une décennie, la communauté cham fait donc parler d’elle dans la presse par sa cohésion combative – sans toutefois jamais recourir à la violence. D’autres communautés sont plus discrètes. Ainsi en est-il des sunnites de Chiang Mai, qui regroupent environ 3 % de la population de la capitale du Nord. Les musulmans conservent, dans leurs quartiers respectifs, la marque de leurs origines lointaines. Sanpakhoi et Ban Haw abritent principalement ceux qui se réclament d’une ascendance yunnanaise tandis que Chang Phueak et Changklan sont davantage peuplés de descendants de Bengalis et d’autres migrants du sous-continent indien. Ces derniers se sont spécialisés depuis des générations dans le commerce de la viande et constituent l’essentiel des négociants et des bouchers, surtout spécialisés dans les bovins.

16Abattant les bêtes suivant les rites halal, ils ont pour clientèle non seulement leurs coreligionnaires mais aussi la population bouddhiste qui, peut-être marquée par un vieux fond d’hindouisme, répugne à se lancer dans cette activité économique. De cette position privilégiée dans le secteur alimentaire – que l’on peut noter par l’affichage du croissant et de l’étoile sur la quasi-totalité des échoppes –, des fortunes se sont constituées.

17La communauté musulmane d’origine chinoise, plus récente, se consacre au commerce, notamment transfrontalier, car, de même que ses homologues d’autres confessions, elle a conservé des liens familiaux avec le Yunnan ou avec la diaspora établie en Birmanie. Ses monuments religieux, comme la célèbre mosquée Attaqwa, sont réputés pour leur style architectural particulier et une calligraphie dite de style sino-arabe. Bien intégrés à la vie économique de la région et complètement thaïcisées sur le plan linguistique, les Chinois musulmans connaissent depuis quelques années un regain de foi qui se traduit par une fréquentation des madrasas et des mosquées plus assidue que par le passé.

3.3 – La Thaïlande : combien de musulmans ?

  • 58 Cela devrait changer puisque, depuis le 12 avril 1999, la confession figure sur les cartes d’identi (...)

18Effectuer un décompte exact du nombre de musulmans en Thaïlande n’est pas tâche aisée. Les statistiques officielles – dont la fiabilité est par ailleurs discutable, certaines se référant à des villes, d’autres aux provinces portant le même nom – ne rendent pas compte de la religion des recensés58.

  • 59 Ces évaluations sont sujettes à caution dans la mesure où les recensements gouvernementaux indiquen (...)

19A l’occasion d’un récent pèlerinage à La Mecque, un représentant de l’islam officiel, a fait état de 7 392 735 musulmans pour l’ensemble du royaume, dont 6 297 800 pour le seul Sud59.

  • 60 Le Bureau des Statistiques nationales reconnaît l’accroissement du nombre de musulmans en Thaïlande (...)

20Les autorités de Bangkok considèrent généralement pour leur part que la population thaïlandaise compte entre 3,5 % et 5 % de musulmans (soit entre 2,1 et 3 millions d’habitants60).

21Pourquoi une telle distorsion ? Il y a bien sûr, d’un côté, le credo officiel qui voit dans la Thaïlande un pays bouddhiste et donc tend à minorer cette population non conforme. D’autre part, nombre de musulmans (hors les zones où ils sont majoritaires ou en très forte minorité numérique) préfèrent adopter une attitude discrète quant à leur différence confessionnelle, les autorités locales n’étant pas plus désireuses de mettre en valeur l’importance de cette fraction de leurs administrés. S’ajoute à cela l’appellation consacrée, mais très inadaptée puisque seulement appliquée aux Malais musulmans du Sud de Thai islam, au même titre qu’il y a des Thai lao, des Thaï yuan, des Thaï yai, etc. dans d’autres régions du pays. En circonscrivant à une seule portion de la minorité musulmane du pays la qualité de thaï islam, on occulte des estimations, consciemment ou non, tous les fidèles dispersés.

22Alors que le royaume compterait quelque 27 000 wat bouddhistes, environ 3 000 mosquées (dont 2 441 pour le seul Sud) accueillent les fidèles. Et en nous appuyant sur les proportions généralement admises par province, on peut sérieusement estimer le nombre de musulmans entre 3,5 et 4 millions pour le Sud.

L’Islam thaïlandais en chiffres

L’Islam thaïlandais en chiffres

Chiffres communiqués à l’auteur en décembre 2000 par les services de l’ ‘’Islamic Committee Office of Thailand’’ à Nongchok, Bangkok.
*Les imams de ville participent à la désignation du chularajamontri et négocient avec les autorités locales.

  • 61 Total estimé en l’an 2000 pour une population globale de 64 110 000 habitants.
  • 62 Plusieurs milliers de musulmans originaires des États karen annexés par les Britanniques à la Birma (...)

23Ce serait donc environ 5 millions de musulmans que compterait la Thaïlande, soit entre 7,5 et 8 % de la population61 auxquels s’ajoutent les ressortissants étrangers non comptabilisés, originaires du Moyen-Orient, d’Inde, du Pakistan, du Bangladesh et, dans certaines régions comme Tak (Mae Sot) ou Mae Hong Son, de Birmanie62.

24Pour affiner ces estimations dans une vision prospective, il convient également de souligner l’accroissement numérique relatif de la communauté musulmane au sein de la population thaïlandaise. La croissance démographique dans les provinces à forte concentration musulmane est notablement plus élevée qu’ailleurs. Le taux est de 1,3 % pour l’ensemble du pays alors que, dans les provinces de Krabi, Narathiwat et Yala, il dépasse les 2 % (respectivement 2, 2,1 et 2,6 %) en dépit d’un fort exode rural.

25Selon une enquête réalisée en 1998 par le Centre d’études démographiques de l’université du Michigan, le recours à la contraception est d’ailleurs moindre dans cette communauté. 60 % des musulmans de langue thaïe et 90 % de ceux de langue yawi verraient dans cette mesure de limitation de la natalité un péché contredisant l’injonction divine qui les invite à avoir de nombreux enfants.

26Mais l’augmentation relative du nombre de musulmans au sein de la population thaïlandaise s’explique également par d’autres facteurs. On notera d’abord l’impossibilité d’apostasier faite aux adeptes de l’islam. On constatera ensuite que lors des mariages interconfessionnels, obligation est faite aux Thaïs bouddhistes de se convertir. Aussi est-il vraisemblable que d’ici quelques années, la minorité musulmane atteindra, voire dépassera les 10 % de la population et ce bien qu’à l’exception des mariages dits mixtes, les conversions à l’islam sont rarissimes parmi les bouddhistes.

27Autres phénomènes essentiels : la réislamisation des personnes qui n’avaient jusque-là qu’une vague conscience d’appartenir à la communauté musulmane et la présence dans les grandes villes industrielles (Bangkok, Ayutthaya, Chachoengsao et, dans une moindre mesure, Samut Prakan ou Chonburi) d’un pourcentage non négligeable d’immigrants du Sud qui maintiennent leur culture islamique. L’apparition de mosquées dans le paysage des plaines centrales n’est plus aujourd’hui incongrue et rares sont les capitales provinciales où l’on n’en trouve pas une, si modeste soit-elle.

  • 63 Les musulmans de Thaïlande, comme leurs compatriotes, utilisent dans la vie quotidienne le calendri (...)

28Le dynamisme démographique de l’islam et sa présence dans les grandes villes rend caduque l’assimilation implicite de la confession musulmane à la région Sud, où plus anecdotiquement à quelques témoins fossiles vivants de diverses émigrations étrangères (persane, cham, hui, bengali, etc.). Au début du nouveau millénaire chrétien63, l’islam est bel et bien devenu une des composantes de la nation thaïlandaise.

  • 64 Chaiwat Satha-Anand, Islam and the Quest of social science, Chulalongkorn University, Bangkok, 1989 (...)

29Est-ce à dire que cette communauté ne sera plus négligée par certains ou que des incidents comme celui que relate Chaiwat Satha-Anand64 appartiennent au passé ? Ce serait faire preuve d’une propension exagérée à l’anticipation. Si, depuis quelques années, d’importantes personnalités nationales, parmi lesquelles plusieurs ministres, sont issues de la communauté, le chemin est encore long pour que le fait d’être musulman apparaisse aussi « normal » dans la société thaïlandaise que celui de se réclamer du bouddhisme. L’image négative colportée par les médias occidentaux qui inspirent bien souvent les rédactions locales, la vision homogénéisante de la nation unie autour de son souverain bouddhiste, mais aussi les cicatrices des menées séparatistes dans le grand Sud – qui connaissent encore épisodiquement des soubresauts – sont autant de handicaps que les nouveaux intellectuels musulmans thaïlandais s’emploient à surmonter.

3.4 – L’organisation officielle de l’Islam thaïlandais : le chularajamontri

30L’islam de Thaïlande a été institutionnalisé dès l’arrivée de Sheikh Ahmad à l’aube du XVIIe siècle. On l’a dit, ce personnage au poids politique considérable occupa le poste de conseiller particulier du roi pour les affaires touchant à la religion musulmane. Cette tradition, en dépit des changements dynastiques, s’est maintenue jusqu’à nos jours.

31Dans un premier temps les conseillers ont été choisis au sein de la communauté chiite d’origine persane. Mais, depuis le onzième d’entre eux, ils sont d’obédience sunnite et à ce titre plus représentatifs de la communauté. Il faut néanmoins remarquer qu’ils sont tous issus de la région centrale, en général de Bangkok ou de ses alentours, et non de la partie péninsulaire du pays.

32L’organisation de l’islam thaïlandais repose en quelque sorte sur le « fait du prince ». La sollicitude royale, même si elle traduit une attitude sincère de tolérance et de respect, semble à première vue peu favorable à l’exercice d’un pouvoir autonome qui émanerait d’une consultation de la communauté. Elle s’inscrirait plutôt dans une logique politique pyramidale descendante où il s’agirait simplement de prendre en compte l’existence d’une minorité religieuse et de la contrôler.

33La tradition, qui fait du roi le chef spirituel de l’islam national, est en tout cas une donnée légale puisque l’article 7 de la Constitution de 1997 désigne le monarque de Thaïlande comme le protecteur de toutes les religions du pays (sasanupathampok). Son conseiller (appelé chularajamontri, version thaïe de Sheikh ul Islam) agit en quelque sorte par délégation. Il est nommé à vie et ne peut être destitué que par le roi. Le chularajamontri représente officiellement tous les musulmans de Thaïlande et préside un Conseil national des affaires islamiques qui gère l’ensemble des activités liées à l’exercice de la religion musulmane. Le Conseil a le pouvoir de promulguer des fatwa, il organise l’administration des mosquées, fixe les dates (en fonction du calendrier lunaire) des fêtes religieuses, coordonne l’organisation du pèlerinage et délivre les certificats garantissant le caractère halal de l’alimentation.

34Le Conseil national est également en relation étroite avec le ministre de l’Intérieur et celui de l’Education pour tout ce qui touche à « l’exception » musulmane. Il coiffe et coordonne des conseils islamiques provinciaux, présents dans 29 provinces (sur les 76 que compte le pays). Chacun d’entre eux fait le lien entre les gouverneurs locaux et les fidèles et désigne un conseil d’au moins sept membres, présidé par un imam, pour chaque mosquée relevant de son aire de compétence.

35Autorités composées de notables reconnus pour leur savoir islamique, les instances dirigeantes de l’islam thaïlandais présentent la double particularité de jouer le rôle de gardiennes de la foi et de garantes de l’adhésion de la communauté à l’idéal monarchique et national. Leur fonction est donc à la fois de défendre les intérêts des musulmans dans les instances du pouvoir et ceux de l’Etat au sein de la communauté. Exercice parfois difficile lorsque certaines revendications exprimées vont à l’encontre de décisions qui se veulent consensuelles.

36Comme les oulémas dans les sociétés musulmanes traditionnelles, ces autorités visent à protéger le pouvoir en place, à justifier ses décisions, en interprétant le message coranique dans le sens de la soumission à l’autorité. Cette lecture se heurte à plusieurs obstacles. Le premier tient au fait que la monarchie est bouddhiste et que, pour un musulman qui, théoriquement, ne se soumet qu’à Dieu, ce souverain peut difficilement être considéré comme « l’ombre de Dieu sur la terre » et trouver ainsi une légitimation dont se réclament, sous d’autres cieux, nombre de souverains musulmans enclins à jouer sur la dualité de leur pouvoir temporel et spirituel.

37L’instrumentalisation de la religion musulmane comme pilier du pouvoir, contestée par une frange croissante de l’Oumma dans de nombreux pays dits « musulmans » est, dans cette société bouddhiste, une entreprise périlleuse qui ouvre la voie à de possibles contestations. En second lieu, comme dans toutes les sociétés musulmanes à travers le monde, la fragilisation des cadres sociaux traditionnels entraîne une lecture de plus en plus individualisée des textes sacrés. Lié aussi au progrès de l’instruction, ce phénomène conduit parfois à contester l’exégèse des docteurs officiels de la foi. Enfin, les particularités ethniques, culturelles et linguistiques d’une grande partie des musulmans du Sud de la Thaïlande les conduisent à considérer certaines orientations du chularajamontri comme de simples manœuvres d’un Etat exogène alors qu’ils les préféreraient réservées à la défense de leurs intérêts spécifiques.

38Prise en tenailles entre les aspirations d’un pouvoir centralisé et celles d’une minorité musulmane hétéroclite, l’autorité du chularajamontri peut être caractérisée comme un relais, un fusible au point de rencontre d’ondes contraires. Néanmoins, son existence, parce qu’elle permet de se faire entendre au niveau du pouvoir, n’est pas contestée par la masse des fidèles. La personnalité du chularajamontri bénéficie aussi de l’aura qui entoure la personne du roi, dans un pays où le respect et l’attachement au souverain font généralement l’unanimité.

  • 65 Cette élection a été organisée par le ministère de l’Intérieur. Elle a eu lieu suite au décès, en j (...)

39A l’instar de l’ensemble des institutions du royaume, les instances dirigeantes de l’islam thaïlandais bénéficient depuis quelques années d’une notable démocratisation. Bien que la nomination du chularajamontri relève toujours d’une décision royale, cette dernière ne se prend désormais qu’après de larges consultations. Un décret royal de 1945, complété en 1948, avait fixé le cadre de l’institution du Conseil national des affaires islamiques (parfois également appelé Centre islamique de Thaïlande). Le chularajamontri était alors coopté par les présidents des 29 comités islamiques provinciaux avant que cette décision ne soit validée par le roi. Les modalités de la consultation ont été élargies avec la nouvelle Constitution du 11 octobre 1997 et les décisions concomitantes du Parlement. Ainsi, le dernier chularajamontri en exercice, Sawasdi Sumalayasak, a été pour la première fois désigné, le 16 octobre 1997, par 384 électeurs délégués des comités provinciaux65.

  • 66 « Electing new Chularatchamontri will be most significant to date », Bangkok Post, 12 octobre 1997. (...)

40L’augmentation du nombre de participants à ce suffrage décisif a été saluée comme un pas en avant vers une meilleure représentativité. Mais des améliorations restent à apporter dans ce sens, dans la mesure où les électeurs ne sont toujours pas parfaitement en phase avec les réalités démographiques et sociologiques, les régions méridionales n’étant pas représentées à la mesure de leur poids relatif dans l’islam thaïlandais. De fait, beaucoup d’intellectuels musulmans déplorent encore à l’occasion le mode de désignation jugé trop peu démocratique de l’autorité suprême de leur communauté66.

41On s’aperçoit d’ailleurs que face aux canaux institutionnels qui régissent les musulmans de Thaïlande dans l’exercice de leur culte, émergent des personnalités de la société civile et politique qui incarnent un autre type de représentation des intérêts de la communauté.

42Depuis l’instauration d’une monarchie constitutionnelle en 1932, nombre de musulmans ont été élus comme députés, voire comme sénateurs, lors des différents scrutins. Ils ont dû représenter leur circonscription sans tenir explicitement compte des affiliations religieuses des compatriotes qui les avaient choisis. Dans le système clientéliste qui, longtemps, a prévalu, ces représentants tissaient des alliances locales avec les autorités en place quelle que soit leur confession, ce qui leur permettait de cogérer durablement leur position de notable sur la base d’un mécanisme complexe d’allégeance et de redistribution. Aussi ces élus, intégrés au système, gérant avec habileté leur fief, n’avaient guère de latitude pour s’ériger en défenseurs des intérêts globaux de la communauté musulmane.

43Avec l’avènement, en 1992, d’une démocratie qu’on serait tenté de considérer comme durable, certains de ces élus font désormais entendre leur voix au sein de partis politiques, essentiellement le phak prachathipat (Parti démocrate) et le phak khwamwang mai (parti du Nouvel Espoir). Ils y défendent les revendications particulières à leur communauté, rejoignant ainsi les préoccupations de certains dirigeants nationaux qui aspirent à ménager aux musulmans un nouvel espace dans la vie politique nationale afin, notamment, d’en finir avec les hypothèques séparatistes des provinces du grand Sud.

44Deux figures emblématiques de l’islam thaïlandais ont émergé ces dernières années : Wan Muhammad Nor Matha, député de Yala, pour le parti du Nouvel Espoir et Surin Pitsuwan, député de Nakhon Si Thammarat pour le Parti démocrate. Ils sont devenus respectivement président du Parlement et ministre des Affaires étrangères (entre novembre 1997 et février 2001).

  • 67 En 1999, 8 sénateurs et 17 députés étaient des musulmans (Thailand Country Report of Human Practice (...)

45Cette double représentation de facto des musulmans dans l’appareil étatique thaïlandais67 avec, d’une part, un leader religieux chargé de l’institution de l’islam, le chularajamontri, et, d’autre part, de fortes personnalités politiques exprimant la sensibilité communautaire, ne s’inscrit pas nécessairement en contradiction. En réalité, elle peut être lue comme la manifestation d’une certaine osmose, d’autant plus que la séparation du spirituel et du temporel n’est guère pertinente en islam. Les deux approches apparaissent en définitive plutôt complémentaires, l’une s’attachant davantage aux prescriptions purement cultuelles et l’autre à la satisfaction des revendications juridico-politiques. Aussi n’est-il pas indifférent de rappeler que le chularajamontri élu en 1997, Sawasdi Sumalayasak, fut, par le passé, député de Bangkok (sous l’étiquette du Parti démocrate) à deux reprises.

Notes

50 L’exode rural, en Thaïlande, peut être résumé par deux chiffres : entre 1960 et 2000, tandis que la population se multipliait par 2,5 (de 26 millions à 64 millions), la population rurale passait des trois quarts à moins de la moitié des habitants du pays. Les zones musulmanes du Sud ont cependant connu un exode rural plus tardif que d’autres régions comme le pays Isan.

51 Cf. Jean Baffie, « Ban Krua, village de Bangkok. Question de l'origine et problème d'identité » in Séminaire franco-thaïlandais d'anthropologie culturelle, Université Mahidol, Bangkok, 1995, p. 50-53.

52 Ces deux dernières provinces figurent tour à tour dans les statistiques sous les nomenclatures « Sud » ou « Ouest ».

53 Terme thaï utilisé pour désigner les Hui qui signifie littéralement « les Chinois qui galopent » et rappelle l’époque où ces derniers ne cessaient de fuir les persécutions, du Yunnan à la Birmanie.

54 Voir par exemple à Trang l’entreprise de séduction menée en direction des électeurs musulmans par le petit parti Santiparb. (« New party focuses on Muslims », Bangkok Post, 19 octobre 1998).

55 Celles-ci sollicitent notamment un châtiment divin pour les initiateurs du projet routier dans le quartier ! (« Locals pray for divine punishment », Bangkok Post, 12 avril 1997).

56 Le quartier se méfie des étrangers soupçonnés a priori de pouvoir être des « provocateurs » ( !). Les propos tenus aux rares journalistes admis dans l’endroit sont révélateurs d’une psychose de la persécution où le simple fait d’être d’une confession différente est perçu comme un signe de collusion avec le projet autoroutier (Cf. The Nation, 16 septembre 1996, et plus particulièrement « Expressway of anger »).

57 « The deep roots of Ban Krua Muslims », Bangkok Post (supplément Outlook), 27 avril 1994. Voir aussi « Agency gets hearing rebuff », Bangkok Post, 20 janvier 2001.

58 Cela devrait changer puisque, depuis le 12 avril 1999, la confession figure sur les cartes d’identité. Cette mesure a été appliquée par le ministère de l’Intérieur sur demande du Parlement. Elle a notamment été suscitée par la question des obsèques. Il s’agit en effet de permettre l’enterrement (et non la crémation) de personnes dont l’appartenance à l’Islam est ainsi avérée.

59 Ces évaluations sont sujettes à caution dans la mesure où les recensements gouvernementaux indiquent 8 988 800 habitants pour l’ensemble de cette région. Elles ont été communiquées à l’auteur par l’Office Islamique de Thaïlande à Nongchok, Bangkok, en décembre 2000.

60 Le Bureau des Statistiques nationales reconnaît l’accroissement du nombre de musulmans en Thaïlande. Ils représenteraient 29 % du total de la population du Sud. « Population count : Number of Thai Muslims on rise », The Nation, 17 juin 2001.

61 Total estimé en l’an 2000 pour une population globale de 64 110 000 habitants.

62 Plusieurs milliers de musulmans originaires des États karen annexés par les Britanniques à la Birmanie septentrionale en 1880 ont trouvé ces dernières années refuge en Thaïlande.

63 Les musulmans de Thaïlande, comme leurs compatriotes, utilisent dans la vie quotidienne le calendrier bouddhiste. L’an 2000 chrétien correspond à l’année 2543 du calendrier bouddhiste thaïlandais et à l’année 1421 de l’hégire.

64 Chaiwat Satha-Anand, Islam and the Quest of social science, Chulalongkorn University, Bangkok, 1989. Cet universitaire musulman raconte qu’en 1986 un professeur des Universités chargé des célébrations de l’année internationale de la Paix avait refusé de modifier le thème « Bouddhisme et Paix » au profit de « Religions et Paix », arguant que le nombre des musulmans était insignifiant en Thaïlande (p. 52).

65 Cette élection a été organisée par le ministère de l’Intérieur. Elle a eu lieu suite au décès, en juillet 1997, de Prasert Muhammad, chularajamontri en fonction depuis 1981.

66 « Electing new Chularatchamontri will be most significant to date », Bangkok Post, 12 octobre 1997. Imtiyaz Yusuf fait lui état d’un séminaire sur cette question tenu dans le cadre du Collège d’Etudes islamiques de Pattani (Imtiyaz Yusuf, « Islam and Democracy in Thailand : Reforming the Office of Chularajamontri/Shaikh al-Islam », in Journal of Islamic Studies (Oxford Centre for Islamic Studies), vol. 9 (2), juillet 1998, p. 277-298.

67 En 1999, 8 sénateurs et 17 députés étaient des musulmans (Thailand Country Report of Human Practices for 1999, ambassade des États-Unis en Thaïlande, 25 février 2000).