Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Musulmans de Thaïlande

 | 
Michel Gilquin

Première partie : un islam très diversifié

Chapitre 2. Etre musulman en Thaïlande

Texte intégral

2.1 – « Khaek » ?

1Du fait de ces origines variées, l’islam a été longtemps perçu en Thaïlande comme une religion importée qu’il fallait respecter en tant que telle mais qui, néanmoins restait étrangère au pays. Le concept de « thaï » est à géométrie variable d’un point de vue ethnique, puisque les souches môn, lao, khmère, voire chinoise l’ont enrichi de leur sang et de leur culture. Mais dans la vision commune de la population et dans l’idéologie établie depuis plusieurs siècles, être « thaï » implique au moins une adhésion au bouddhisme theravâda, ou, à défaut, au bouddhisme mahâyâna (pratiqué par quelques Sino– Thaïs).

2Pour différencier les Thaïlandais d’ascendance malaise, indienne ou moyen-orientale, on leur applique le terme khaek (littéralement « invités »), même s’ils résident sur le sol thaïlandais depuis beaucoup plus longtemps que d’autres immigrés (on pense notamment à certains Chinois) aujourd’hui considérés comme « thaïs ».

3Bien que le mot khaek ne s’applique, en principe, ni aux Cham, ni aux Yunnanais, un glissement de vocabulaire amène parfois à l’attribuer à tous les musulmans. Ainsi, dans un village où cohabitent bouddhistes et musulmans, les premiers seront appelés thaïs et les seconds khaek.

  • 41 Certains plats, dont les recettes proviennent d’Inde ou du monde malais, sont désignés comme khaek.

4Autre paradoxe, cette dénomination est également appliquée aux étrangers issus des mêmes aires géographiques que les ressortissants thaïlandais musulmans et ce même s’ils ne sont pas eux-mêmes musulmans41.

5Le terme khaek ne contient pas en soi de connotation péjorative, pas plus que le terme farang qui, probablement dérivé du terme franc, est depuis très longtemps utilisé en Asie centrale pour désigner les Européens et les Occidentaux en général. Il n’y a par contre pas de mot générique pour les Chinois, Japonais, et autres Asiatiques d’Extrême-Orient qui sont désignés séparément suivant le nom du pays dont ils sont originaires.

  • 42 Aucune discrimination ne frappe les musulmans sur le plan légal. C’est davantage sur le plan cultur (...)
  • 43 The Nation, 1er juin 1997.

6Ces formulations, qui renvoient à l’origine et à l’appartenance communautaire, sont même souvent utilisées par les intéressés eux-mêmes. Elles commencent cependant à être remises en cause, en particulier dans les régions du sud où les musulmans sont majoritaires et de souche locale. Ce phénomène témoigne d’une volonté, particulièrement affirmée chez les élites et chez les jeunes, de se voir considérés comme des citoyens à part entière42. Interrogé par un journaliste, le directeur des pêcheries de Nongchik à Pattani, Mohamed Sukri Manieng, 31 ans, se plaignait notamment de l’usage d’un terme qui, par sa simple étymologie, excluait sa communauté du champ d’une autochtonie qu’elle aurait au contraire dû incarner au premier chef43. Il s’agit là d’un choix d’intégration à la nation thaïlandaise qui ne va pas de soi tant sont assimilées l’adhésion à la religion majoritaire et l’appartenance nationale.

  • 44 Comme le souligne justement Laurent-Olivier Mallet, à propos de l’Empire ottoman, « la tolérance im (...)

7La distinction Thaïs/Khaek n’est donc pas si anodine. Elle résume bien les limites de l’acceptation du fait musulman dans le pays : large tolérance44 mais dans le cadre d’un consensus obligé sur les fondements bouddhistes inaltérables de la société thaïlandaise.

2.2 – Une société empreinte de religiosité

8Un observateur français aura toujours tendance à considérer que le processus d’intégration nationale, pour qu’il se réalise vraiment, doit passer par une laïcisation de la société, par une séparation du domaine religieux et du domaine profane. Il tendrait ainsi à sous-estimer la spiritualité dont les Thaïlandais marquent leurs moindres actes quotidiens comme en témoigne par exemple les minuscules maisons des esprits entretenues auprès de chaque demeure.

9Mais plus encore qu’une religion, le bouddhisme se présente comme une philosophie au sens quasiment étymologique du terme, l’amour de la sagesse. Cette vision a, entre autres, pour projet de transcender les conflits entre les hommes, par un dépassement individuel des frustrations, des désirs et donc des souffrances. Si cette idéologie qui s’inspire d’une conception cyclique de l’univers – Dieu n’y est pas créateur – est très différente de l’approche eschatologique des religions révélées, elle ne s’oppose pas résolument à cette dernière. Au contraire, elle voit dans les règles morales édictées par les monothéismes l’expression d’une quête d’harmonie sociale, d’équilibre, de paix.

10Les autres fois sont ainsi acceptées comme des faits culturels différents mais non antagoniques. La surenchère confessionnelle n’a guère sa place dans une telle société. Précisément parce que le bouddhisme ne se vit pas d’abord comme une confession qui serait en concurrence avec d’autres. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre, dans la bouche d’un Thaï (bouddhiste), des propos selon lesquels il est de toutes les religions, ce qui signifie qu’il voit un socle commun dans la démarche spirituelle. Par contre, rarissimes sont les Thaïlandais qui se déclarent athées, car l’absence de foi est perçue comme une grave carence de règles morales.

11Si les rites sont très codifiés dans les cérémonies bouddhistes, la pratique de la dévotion est, elle, laissée au libre arbitre de chacun et peut prendre des formes diverses. Quant au wat, il a une fonction de rassemblement tout autant que de lieu de culte. Les fêtes profanes, voire même des activités commerciales, se déroulent souvent dans son enceinte.

12Cet environnement culturel affecte la minorité musulmane (à l’exception des zones où elle est massivement majoritaire) dans sa façon de pratiquer sa religion. Elle vit dans une société imprégnée de religiosité mais qui n’est pas contraignante quant aux observances. Aussi, relève-t-on une grande diversité dans les manifestations de piété des musulmans de Thaïlande. L’identité musulmane est, pour beaucoup, conçue d’abord comme un héritage culturel à préserver avant d’être vécue comme une obligation impérieuse de se conformer aux dogmes. La perception varie selon les individus mais aussi en fonction de l’importance de la communauté. Dans une bourgade dépourvue de mosquée et qui ne compte que quelques familles musulmanes, ces dernières n’observent pas forcément scrupuleusement le jeûne du mois de ramadan, pas plus qu’elles n’effectuent leurs cinq prières quotidiennes. Depuis une décennie, on peut observer un regain de la pratique religieuse dû à une meilleure connaissance des textes religieux autorisée par les techniques modernes de communication et encouragée par une élévation du niveau d’éducation. Mais l’absence de contrôle social des observances aboutit à un islam peu crispé sur les interdits.

2.3 – Problèmes en partage d’une minorité hétérogène

13La minorité musulmane de Thaïlande n’est donc homogène ni par ses origines, ni par sa pratique religieuse quotidienne. Une famille musulmane du Nord-Est en voyage à Satun se sentira certainement plus dépaysée que si elle se retrouve dans une autre ville du pays Isan où ne vivent que des bouddhistes.

14D’après les éléments d’enquête dont nous disposons et que l’on se doit d’appréhender avec précaution, quelques caractéristiques sociologiques communes semblent pouvoir être dégagées : la cohésion familiale serait plus grande dans la communauté musulmane que chez les autres Thaïlandais et le nombre de divorces y serait moins important. On trouverait là un des éléments d’explication d’un taux de natalité notablement plus élevé que chez les bouddhistes.

15Certaines pratiques comme le prêt à intérêt au sein d’une même famille seraient rarissimes et l’entraide gratuite resterait une valeur très ancrée. Est-ce là un prolongement de la zakat, un des cinq piliers de l’islam, ou, plus prosaïquement, le résultat du statut de minoritaire qui engendre le besoin de « se serrer les coudes » ? Les plus croyants répugnent même à recourir au système bancaire qui prévaut en Thaïlande car il n’est pas conforme aux prescriptions islamiques. Cette attitude conduit à générer des pratiques solidaires qui sont autant de facteurs de cohésion. On peut ainsi penser que, dans un pays où le crédit est roi et où la majeure partie de la population est surendettée, les musulmans le sont un peu moins que leurs compatriotes.

16D’autres signes distinctifs rassemblent les adeptes de l’islam. Dans un pays où les habitants adorent sortir et faire la fête, on notera par exemple une certaine retenue à fréquenter les restaurants où il y aurait le risque d’enfreindre des interdits alimentaires. Bien sûr, cela varie selon l’âge des intéressés et la rigueur du contrôle social exercé par le groupe. De même, les musulmans de Thaïlande se montrent généralement réticents à saluer les mains jointes (waï) et ils ne le font que lorsque les circonstances l’imposent impérieusement.

17Ces traductions identitaires discrètes ont tendance à s’accompagner, ces dernières années, de manifestations plus visibles comme le port du hidjeb pour les femmes et de la calotte blanche pour les hommes. L’islam hésite de moins en moins à s’afficher : expression d’un monde en crise où l’image donnée compte autant, sinon plus, que la sincérité et la profondeur de la foi ? Manifestation des progrès d’une certaine lecture fondamentaliste de la religion ? Fierté d’une minorité qui est de plus en plus reconnue dans la société thaïlandaise et qui affirme ainsi sa présence sans complexe ? Renouveau de la piété face au matérialisme consumériste ? Il y a de tout cela dans cette réislamisation des musulmans de Thaïlande. Elle s’inscrit en tout cas dans un mouvement général de quête de repères qui n’est pas propre à cette communauté.

  • 45 Cf. Anthony Giddens, Les conséquences de la modernité, Ed. La Découverte, Paris, 1995. L’auteur sou (...)

18Car les musulmans subissent, comme le reste du peuple thaïlandais, les immenses bouleversements de notre époque. Bouleversements liés à une industrialisation extrêmement rapide, entraînant un exode rural sans précédent et mettant à mal les tissus sociaux antérieurs. Bouleversements des modes de production et de consommation qui accouchent de nouveaux besoins sans cesse renouvelés et difficiles à satisfaire. Confrontation, grâce aux nouveaux modes de communication, avec des univers jusqu’alors inconnus et les fausses espérances qu’ils engendrent. Cette « modernité » péremptoire qui s’impose, et à laquelle on ne peut échapper, en modifiant le rapport au temps et à l’espace, en induisant le doute45, précarise l’individu, de plus en plus déstructuré socialement.

19La Thaïlande, pays ouvert sur le monde, en compétition économique acharnée, n’a pas pu, ou n’a pas voulu, s’en préserver. Ayant échappé à la colonisation européenne, elle a pourtant longtemps évité l’acculturation. Mais, suivant les traces du Japon, elle a entamé une course effrénée pour se développer, pour gagner des marchés dans le monde entier. Confiante dans la solidité de sa culture, elle a sous-estimé les impacts que cette brutale insertion dans le concert planétaire pouvait générer.

20Depuis la fin de la guerre du Vietnam, la Thaïlande est toujours parvenue, même si ce fut parfois douloureusement, à rétablir sa cohésion lorsque celle-ci était menacée. Elle est parvenue à en finir avec les guérillas, communistes ou sécessionnistes du Sud, à limiter le pouvoir de la caste militaro-affairiste, à jeter les bases d’un développement certain en multipliant les infrastructures et les échanges. Aussi n’a-t-elle point envisagé que cette croissance économique irrésistible, ces progrès rapides, puissent être brutalement remis en cause. Persuadée d’être invulnérable dans son expansion économique, invulnérable parce que possédant de solides racines culturelles, la Thaïlande s’est retrouvée, avec la crise de juillet 1997, fragilisée.

21Si, effectivement, elle a mieux supporté ce choc que certains de ses voisins (on pense surtout à l’Indonésie) et que la culture bouddhiste a indubitablement aidé à traverser l’épreuve, la crise a révélé des phénomènes sur lesquels, pudiquement, on préférait fermer les yeux. Parmi ceux-ci, la drogue, qui touche une partie croissante de la jeunesse, traduit un désarroi certain.

  • 46 Ce qui n’est pas vraiment exact. On notera par exemple que depuis quelques années fonctionne à Patt (...)

22Le problème de la consommation de stupéfiants chez les jeunes musulmans est désormais évoqué dès que les communautés sont interrogées. Les responsables, qu’ils soient imams ou cadres associatifs, sont vivement préoccupés par l’importance d’un phénomène qu’on dit massif. Des chiffres alarmants sont parfois avancés, sans qu’il soit vraiment possible de les vérifier. 30 % des jeunes musulmans de Thaïlande seraient atteints plus ou moins gravement par la toxicomanie. Parfois, la presse s’en fait l’écho. Dans le Bangkok Post du 5 mai 2000, deux responsables, Sati Panta, président de la communauté musulmane de Nakhon Si Thammarat et Pradit Rattanakomol, dirigeant du Comité islamique d’Ayutthaya, se plaignent que rien ne soit entrepris par les autorités pour lutter contre ce fléau46.

23L’image d’Epinal que cherchaient jadis à diffuser des responsables volontiers prédicateurs et qui voulait que l’islam en Thaïlande soit exclusivement composé de gens vertueux est écornée. Mais, plutôt que d’en rechercher les véritables raisons, certains n’hésitent pas à suggérer l’influence néfaste d’une société permissive (bouddhiste). Réflexe paranoïaque, on en vient même parfois à s’interroger sur l’existence d’un complot permanent contre l’islam.

  • 47 La toxicomanie est également très présente parmi les jeunes de certaines minorités « montagnardes » (...)

24S’il est malaisé d’inventorier les sources du phénomène, des hypothèses plus rationnelles peuvent évidemment être avancées. Les jeunes minoritaires47 seraient davantage fragilisés par la crise et la course à la « modernité » évoquée plus haut. Par ailleurs, la réislamisation, en imposant des normes plus rigides de vie, mais sans pouvoir pour autant colmater les brèches ouvertes dans le tissu communautaire, susciterait ces attitudes de mal-être autodestructrices d’autant plus dramatiques qu’elle ne laisserait plus d’espace à de possibles et bénignes transgressions. De nombreux jeunes vivraient mal le fait d’être écartelés entre deux pôles, l’éducation dans un système scolaire fortement marqué par les valeurs bouddhistes et un environnement familial qui se réfugie dans les traditions musulmanes.

25Cela nous conduit à aborder une autre question centrale dans les préoccupations musulmanes : la scolarité. Comme un credo, tous les responsables musulmans, qu’ils soient mandatés ou non, mettent l’accent sur la nécessité pour leur communauté d’améliorer son éducation. Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement de l’enseignement religieux. Etudier est présenté comme une obligation islamique et la volonté d’acquisition du savoir un critère susceptible de mesurer la qualité d’un musulman.

26Ceci s’inscrit certes dans l’esprit général de compétition qui anime la Thaïlande. Les autorités religieuses souhaitent en l’occurrence que cette émulation soit bénéfique à leur communauté et que cette dernière s’assure des positions importantes à l’échelle du pays. Mais il s’agit aussi de montrer que l’islam non seulement est compatible avec la « modernité » mais que la rationalité de son discours et son pouvoir de structuration des individus placent ceux-ci en position avantageuse pour faire face aux impératifs d’une société en pleine évolution. De fait, on peut constater que de plus en plus nombreux sont les jeunes musulmans qui entrent à l’université.

  • 48 Ou du moins, à leur interprétation locale, notamment sur le port du hidjeb. Alors que dans beaucoup (...)

27Dépasser le repli sur soi communautaire présente cependant des risques car le système scolaire inculque l’idéologie de la société dominante, c’est-à-dire le bouddhisme. Le rapport de soumission aux enseignants (le wai dont on a vu l’importance symbolique est inculqué), le contenu des cours, l’obligation du port de l’uniforme (sauf dans les quatre provinces les plus méridionales, où celui-ci est adapté aux préceptes coraniques48), la célébration des fêtes bouddhistes sont autant d’éléments ressentis comme des tentatives de « normalisation » des jeunes générations au détriment des valeurs islamiques.

28La revendication d’une législation particulière dans le domaine de l’éducation émerge de plus en plus fréquemment lors des symposiums et des colloques animés par des universitaires ou des personnalités musulmanes. Leurs élus ne cessent de déposer des amendements, pour l’essentiel rejetés, pour que la spécificité de la communauté soit traduite par des dérogations et des adaptations dans le domaine de l’éducation. C’est l’un des points sensibles où se manifestent les difficultés à surmonter la contradiction entre une volonté d’intégration bien réelle et la défense jalouse de sa différence.

29Le désir d’être des citoyens à part entière tout en affirmant son identité est conforté par l’existence d’une législation particulière qui s’applique à certains champs de la vie des musulmans. Cette exception juridique est non seulement défendue bec et ongles par les représentants de la communauté, mais ces derniers voudraient davantage l’étendre. Elle concerne, avant tout, les questions de mariage ainsi que celles relatives à l’héritage et à la succession. Promulguée en 1901, cette loi cherche à concilier les principes de la jurisprudence islamique et les intérêts de l’Etat thaïlandais. Revue en 1976, elle n’a pour champ d’application que les relations intra-communautaires.

30Cette tentative de prendre acte de certaines dispositions de la char’ia dans les domaines matrimonial et successoral ne découle pas seulement d’une sollicitude bienveillante de la part de l’Etat. Elle a été initiée pour désamorcer une possible contestation du pouvoir de Bangkok dans les régions méridionales de la Thaïlande. La pression britannique sur le Sud, depuis la Malaisie, était bien réelle à l’époque de Chulalongkorn (1868-1910) et il convenait de ne pas s’aliéner ces populations, très majoritairement musulmanes.

31Après 1909 et l’accord anglo-siamois, les territoires qui constituent aujourd’hui les quatre provinces de Yala, Narathiwat, Pattani et Satun ont été régis par une législation particulière. Cette spécificité a été maintenue tout au long de l’histoire du XXe siècle, bien que, comme nous le détaillerons plus loin, elle ait été sujette à des interprétations très restrictives, notamment lors de la période de glorification nationaliste qui a précédé la seconde guerre mondiale. Ces périodes sensibles ont rendu les musulmans de ces régions très ombrageux quant au respect de la législation. La moindre entorse à son application, la moindre entrave, même faite par inadvertance par des fonctionnaires « parachutés » peu au fait des coutumes locales, se traduisaient et se traduisent encore par un soupçon d’intolérance religieuse, des concerts de protestations voire des révoltes localisées.

32Ces susceptibilités, si elles ne sont pas comprises dans leur contexte historique, peuvent entraîner des erreurs d’interprétation. Nombre d’observateurs ou de journalistes lisent par exemple dans l’acharnement à défendre une législation spécifique un trait fondamentaliste.

  • 49 Il s’agit – faut-il le préciser ? – de la polygamie officielle ; la polygamie de fait étant un phén (...)

33L’attachement à la char’ia a mauvaise presse dans le monde occidental puisque son image emblématique est accolée à certaines dispositions de droit pénal et aux éventuelles mutilations qu’elles dictent. Il convient néanmoins de préciser que la législation en vigueur dans ces provinces affecte seulement le champ civil, les justiciables au pénal subissant la loi générale thaïlandaise. Même au civil, il faut remarquer que c’est la conception la plus moderne qui l’emporte, au grand dam des éléments les plus fondamentalistes. La polygamie49 est notamment interdite.

34Si ces dispositions juridiques particulières sont globalement jugées équitables, leur aire d’application est depuis une dizaine d’années sujette à débat. Les responsables musulmans demandent en effet qu’elles ne soient plus seulement circonscrites à un territoire limité, mais qu’elles soient applicables à tous les musulmans du pays, du nord au sud, de l’est à l’ouest, y compris dans les zones où ils sont très minoritaires.

35On se trouve là face à un problème complexe. Comment faire respecter des spécificités en matière d’enseignement à des musulmans isolés sous prétexte que ces mesures ont trouvé leur justification dans des zones où ils constituent la majorité de la population ?

Notes

41 Certains plats, dont les recettes proviennent d’Inde ou du monde malais, sont désignés comme khaek.

42 Aucune discrimination ne frappe les musulmans sur le plan légal. C’est davantage sur le plan culturel que bon nombre d’entre eux se sentent marginalisés. On retrouve ici un complexe fréquent chez les « minoritaires », qui n’est pas particulier à la Thaïlande.

43 The Nation, 1er juin 1997.

44 Comme le souligne justement Laurent-Olivier Mallet, à propos de l’Empire ottoman, « la tolérance implique un tolérant et un toléré… Le fait de dire sa tolérance comporte toujours une petite dose de menace, soulignant d’une certaine manière que celle-ci pourrait cesser de s’exercer, et, qui plus est, par la faute du toléré lui-même ». (in Cahiers du CEMOTI, no 28, 1999, p. 80).

45 Cf. Anthony Giddens, Les conséquences de la modernité, Ed. La Découverte, Paris, 1995. L’auteur souligne ce que la modernité, en impliquant « l’institutionnalisation du doute », peut avoir comme effets traumatiques pour les individus.

46 Ce qui n’est pas vraiment exact. On notera par exemple que depuis quelques années fonctionne à Pattani un grand hôpital pour traiter les jeunes toxicomanes (voir infra).

47 La toxicomanie est également très présente parmi les jeunes de certaines minorités « montagnardes » du Nord.

48 Ou du moins, à leur interprétation locale, notamment sur le port du hidjeb. Alors que dans beaucoup de pays musulmans, cette obligation est contestée, même par certains oulémas, il y a en Thaïlande consensus en faveur du « foulard », du moins parmi les pratiquants.

49 Il s’agit – faut-il le préciser ? – de la polygamie officielle ; la polygamie de fait étant un phénomène social largement répandu dans tout le pays, toutes religions confondues. Sur le mariage en Thaïlande, voir Emmanuel Hahang, Tradition et modernité du mariage en Thaïlande, Ed. Duang Kamol, 1992, dans lequel l’auteur qualifie le système de « patriarcat féministe ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site