Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Musulmans de Thaïlande

 | 
Michel Gilquin

Première partie : un islam très diversifié

Impressions

Texte intégral

1Le voyageur qui arrive pour la première fois à Bangkok sera séduit par le spectacle des femmes qui, dans la rue, enfilent patiemment des fleurs pour en faire des chapelets destinés aux divinités. Les bonzes qui déambulent dans leurs robes safran, les temples aux chedis dorés entourés de statues d’êtres ambigus à la fois zoomorphes et anthropomorphes, les Bouddhas géants, allongés ou debout dans une béatitude sereine, les arbres emmaillotés dans des bandes de tissu orange, l’apparente liberté de mœurs qui se manifeste par l’échange continu de sourires et une nonchalance feinte ; tout cela ne le porte guère à s’imaginer que dans cette capitale asiatique vivent plus d’un demi-million de musulmans. Sans doute croisera-t-il, sur son chemin, une femme portant un foulard dissimulant sa chevelure. Il la prendra peut-être pour une Indonésienne ou une Malaysienne venue faire des affaires dans la grande cité. Près de la poste centrale, il rencontrera, inévitablement, quelques barbus, commerçants originaires du sous-continent, habillés à la mode pakistanaise... Il en conclura hâtivement que l’Islam, en Thaïlande, n’est l’apanage que de certains des innombrables ressortissants étrangers installés ici, et dont le culte est accepté par une société bouddhiste tolérante...

2Mais, s’il est un peu observateur, notre voyageur remarquera peut-être, à l’occasion, un poster représentant la Ka’aba au fond d’une échoppe emplie de marchandises disparates, ou bien un Coran miniature se balançant au rétroviseur d’un tuk-tuk à la place de l’habituelle amulette figurant un Bouddha. Boutiquier ou chauffeur du pétaradant tricycle ne lui sembleront pourtant pas bien différents des autres Thaïlandais, pas plus que telle cuisinière diligente qui lui préparera, en quelques minutes, de quoi se restaurer au coin d’une rue. Remarquera-t-il que, bien souvent, cette cantine en plein air arbore discrètement un macaron circulaire sur lequel, en écriture coranique, est inscrite la profession de foi musulmane ?

3Si, parce que son estomac n’est pas encore habitué à la cuisine épicée, il choisit d’aller dans une de ces succursales d’une chaîne multinationale spécialisée dans le poulet frit, notera-t-il, sur les portes vitrées, un losange vert indiquant, en arabe, que la volaille est ici halal ?

4Qu’il s’envole pour Phuket et il entendra alors l’appel du muezzin retentir du haut des minarets. Mais bien que 40 % de la population de l’île se rattache à la foi islamique, il ne ressentira guère le poids des interdits dans le quotidien. Et le fait n’est pas seulement dû à ce que cette province soit devenue une des principales destinations touristiques du pays. Ici aussi, l’Islam thaïlandais se fait discret. Il semble se fondre dans une quête continuelle de l’harmonie qui veut que l’on évite de se poser les questions que l’on ne peut résoudre… L’angoisse existentielle semble ne pas avoir sa place dans ce décor et si les uns croient à la réincarnation et les autres au paradis, cela n’a au fond pas grande importance, l’essentiel n’étant-il pas, d’abord, de profiter de chaque jour qui passe… ?

5Si notre voyageur poursuit plus au sud sa route en direction de la Malaysia, il constatera très vite que le nombre de mosquées augmente ; que les wat (temples bouddhistes) sont souvent absents des villages, alors que dans les grandes villes, ils dominent le paysage du haut de quelque promontoire, rappelant ainsi que la Thaïlande est un pays bouddhiste theravâda, même si cela n’est pas inscrit en tant que tel dans la Constitution du pays. Dans les quatre provinces frontalières, il ne s’étonnera pas de voir les élèves arborant l’uniforme bleu et blanc des écoliers du pays mais il y verra une particularité : les garçons ne sont pas jambes nues tandis que les filles portent le hidjeb.

6Prenant un song-thaew (taxi collectif) pour visiter quelque cascade ou parcourir une plantation d’hévéas, il s’étonnera que le chauffeur s’arrête un moment pour, le long de la piste, se prosterner vers l’ouest à l’heure de la prière. C’est seulement là qu’il se sentira en terre d’Islam.

7De retour à Bangkok, ayant trouvé ses repères, notre voyageur cherchera certainement à sortir des sentiers battus, après les séjours incontournables à Sanam Luang et dans les quartiers de Silom, de Sukhumvit et de Siam Square. S’il prend l’autoroute en direction du nord-est, il constatera, se succédant tout au long du chemin, dans la périphérie de la capitale, de grandes mosquées sous leurs échafaudages dont la construction a été interrompue par la crise mais où flotte le drapeau thaïlandais. Hormis ce symbole tricolore, il pourrait s’imaginer être soudain dans la banlieue de Jakarta ou dans quelque cité du Moyen-Orient. Faisant une halte, comment saurait-il si ses interlocuteurs sont bouddhistes ou musulmans ? Tous portent des noms thaïs. Il n’y a point de Mohamed, de Mansour pas plus que de Aïcha ou de Latifa dans ces contrées. Tous semblent partager la même existence : les signes de différenciation sont rares chez les gens de la rue. Observera-t-il seulement que certains évitent de manger du porc avec leur riz ou leur soupe ? Pour ce qui est de l’alcool, du maekong (whisky local) noyé dans de grandes quantités d’eau gazeuse et que l’on sirote toute une après-midi, c’est une autre affaire…

8On est loin, ici, de la rigueur observée dans le grand Sud. C’est à l’université et dans certains quartiers qu’il remarquera quelques visages surmontés d’une calotte sur le crâne, qui s’efforcent, avec obstination, de se laisser pousser la barbe. On est là en présence d’un phénomène récent. Si notre voyageur était venu une dizaine d’années auparavant, sans doute n’aurait-il pu trouver ces calottes. L’Islam thaïlandais est aujourd’hui plus visible dans la capitale. Retour d’une observance plus stricte de la foi par les nouvelles générations, repli sur des valeurs face à une modernité agressive et accélérée, manière de souligner sa différence, en la revendiquant par des signes extérieurs ?

9Pour répondre à ces questions, essayons, tout d’abord, d’expliquer à notre voyageur comment l’Islam est arrivé dans le royaume.

L’État et l’Islam thaïlandais en quelques dates

L’État et l’Islam thaïlandais en quelques dates

Table des illustrations

Titre L’État et l’Islam thaïlandais en quelques dates
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540