Version classiqueVersion mobile

Malaisie - Chine : une « précieuse » relation

 | 
David Delfolie
, 
Nathalie Fau
, 
Elsa Lafaye de Micheaux

Conclusion

Texte intégral

1La Malaisie et la Chine entretiennent un lien bilatéral complexe car il est nourri par de multiples dimensions – des vecteurs (politique, économique, socio‑culturel) et des niveaux (intergouvernemental, interrégional, interpersonnels, etc.) variés – et qu’il connaît une forte évolution depuis moins d’une décennie.

2Néanmoins, le mouvement actuel ici décrit rapproche la Malaisie de la Chine sans toutefois l’y soumettre. Il s’agit d’une relation économique bénéfique politiquement pour l’UMNO, dans le sens où elle conforte sa capacité à maintenir la croissance et le développement du pays qui demeure le socle de sa légitimité à gouverner malgré l’usure de son pouvoir. Cependant, pour l’instant, cette relation offre encore l’image d’un certain équilibre diplomatique.

3Dans cette conclusion, nous revenons sur trois résultats essentiels de la présente recherche :

  • L’importance prise par l’échelon intergouvernemental dans le développement de la relation bilatérale entre les deux pays confère une forte cohérence aux dimensions économiques et stratégiques de leurs politiques menées de manière mutuellement complémentaires ;

  • Le bénéfice que la Malaisie retire des investissements chinois s’accompagne d’une forte concentration spatiale et sectorielle de ces projets, souvent massifs. En cela, ils ont des effets non seulement structurants, mais aussi potentiellement déstabilisants du territoire national. La question de leur durabilité doit se poser ;

  • Concentrée sur les bénéfices, en particulier économiques, qu’elle retire de sa relation à la Chine, la Malaisie n’en demeure pas moins pragmatique et s’inscrit plus que jamais dans une stratégie de couverture (hedging), c’est-à-dire de réassurance de ses liens étroits avec d’autres puissances, afin de ne pas s’enfermer dans une dépendance exclusive vis-à-vis de Pékin.

Un lien fort et désormais dominé par la relation intergouvernementale

4Le rappel de l’histoire a permis de situer la relation contemporaine entre la Malaisie et la Chine dans l’histoire de la région et d’en poser le cadre en termes de structures longues. Il a permis de démontrer que, du point de vue malaisien, ces structures héritées sont démographiques, culturelles et capitalistes. En effet, le temps long éclaire le temps court et explique la réponse positive et rapide des hommes d’affaires malaisiens (en majorité des Sino-Malaisiens) aux opportunités de business en Chine et dans le développement des relations commerciales bilatérales. Il éclaire aussi l’accueil si favorable réservé récemment par la Malaisie à l’intérêt économique que la Chine a pu porter à son territoire. Mais il permet aussi et surtout de prendre la mesure de l’accélération du rapprochement en cours et d’analyser le déplacement du centre de gravité de la relation Malaisie-Chine. En dix ans, le centre des impulsions économiques est passé d’un niveau microéconomique, largement communautaire, voire individuel et venu d’en bas (ce que les Malaisiens appellent la relation « people to people »), à un niveau d’État à État. En effet, la dynamique des relations entre la Malaisie et la Chine, étudiées sous le registre de l’ethnic business il y a 15 ans, nous semble actuellement bien davantage dictée par les liens et les impulsions données au plus haut niveau de l’État par deux gouvernements et deux partis au pouvoir : l’UMNO et le PCC, deux partis ayant pour point commun en Asie leur exceptionnelle longévité politique. L’un des résultats principaux de ce Carnet est qu’aujourd’hui c’est plus encore au niveau des États que se joue la relation qui est le produit d’une construction politique progressivement établie et fondée sur la recherche de bénéfices mutuels : c’est à ce titre qu’elle n’est pas seulement opportuniste ni du côté malaisien, ni du côté chinois, et qu’elle peut être considérée comme fructueuse et déterminante pour les deux parties.

5Stratégiquement et tactiquement, elle est basée sur une priorité partagée par les élites au pouvoir des deux pays – une communauté de valeurs – celle du développement économique. Mais pas n’importe quel type de modèle de développement, un développement « souverain » où l’État joue un rôle central (stratège, bailleur, oligarchique), plus que dans d’autres pays de la région. Au‑delà des intérêts réciproques des deux gouvernements à coopérer, c’est cette convergence qui fait aussi le caractère « précieux » de cette relation, où les leviers politiques et l’action économique sont intrinsèquement liés. On assiste donc à une configuration sociopolitique facilitant et favorisant les rapprochements de part et d’autre.

6La prédominance actuelle du niveau bilatéral signifie aussi que cette relation articule plus étroitement que par le passé les intérêts économiques, géopolitiques et stratégiques selon la perspective cohérente de chacun des pouvoirs en présence. Ainsi, côté malaisien, les partenaires économiques des investissements chinois engagés ces dernières années sont en majorité des entreprises liées au gouvernement (GLCs). De même, au niveau de la gestion des tensions en mer de Chine méridionale, le gouvernement malaisien manœuvre afin que les heurts soient traités de façon amicale dans des relations gouvernementales directes et en prenant soin que l’opinion publique soit mise à l’écart de ces tensions. Cette approche est guidée par un pragmatisme affiché, les tensions en mer de Chine méridionale ne devant pas remettre en cause les relations économiques.

7Le poids désormais prédominant des États dans la relation ne signifie pas pour autant une rupture des relations interpersonnelles qui restent de facto l’un des ciments du lien entre la Malaisie et la Chine. Mais la forme et la dynamique de la relation, ainsi que la maîtrise de la plus grande partie des bénéfices qui en ressortent, sont donc désormais le fait des gouvernements (et des grandes entreprises qui leur sont liées). La référence à la proximité culturelle et linguistique héritée du passé, lorsqu’elle est le fait du pouvoir, des entreprises ou des administrations malaisiennes joue un rôle rhétorique de légitimation par la base d’une relation désormais en réalité orchestrée par les deux États, directement et au plus haut niveau.

8Sous le nouveau régime des relations bilatérales, les investissements prennent un caractère politique et stratégique, et l’encadrement médiatique de la relation bilatérale semble devenu étroit. La profondeur des liens institutionnels établis (aspects consulaire, touristique, universitaire ou monétaire) est inédite ; les échelles atteintes par les investissements ou les flux commerciaux sont élargies.

Une relation précieuse : mais avec quelle durabilité ?

9Cette « précieuse » relation étant une construction politique, elle nécessite des réassurances et des ajustements permanents pour continuer à se développer et à être bénéfique aux deux pays, sans creuser une asymétrie objective. Si les marques mutuelles d’intérêt, les visites et les initiatives de part et d’autre se multiplient au fil des mois, la question du bénéfice pour la Malaisie mérite d’être examinée scrupuleusement et dans une perspective de long terme.

10Les projets chinois en Malaisie, industriels comme immobiliers, présentent, en effet, la double caractéristique d’être massifs, voire colossaux, et de se polariser sur des espaces restreints, souvent périphériques et dans des secteurs industriels jusqu’alors restés à l’écart des flux d’investissements étrangers. Pour les États sous-industrialisés que sont le Terengganu, le Pahang ou le Sarawak, l’industrie métallurgique chinoise reconfigure (ou va reconfigurer) le tissu industriel et marque de son empreinte l’économie locale en créant des capacités de production inédites.

11Dans l’État de Johor, l’ampleur et la très forte concentration des projets immobiliers chinois sont indubitablement un facteur de déstabilisation : baisse des prix du marché immobilier, surproduction de logements haut de gamme (alors que demeure une très forte pénurie de logements sociaux, en particulier pour les travailleurs migrants malaisiens), sentiment de désappropriation par une population locale largement exclue de ces projets, renforcement des inégalités spatiales et fragmentation de la région urbaine de Johor Bahru. En fait, seules les plus hautes autorités locales (Najib Razak et ses affidés pour le Pahang, la famille royale de Johor), profitent directement de cette manne financière.

12La question de la durabilité, au sein de la viabilité dans le temps en assurant un équilibre des intérêts collectifs économiques, sociaux et environnementaux, se pose à double titre. Tout d’abord, dans la période qui s’ouvre, marquée par un ralentissement de la croissance économique chinoise, on peut craindre un abandon de certains projets qui laisseront à leur place des friches industrielles et urbaines. Les exemples ne manquent pas d’entreprises chinoises qui, face à des difficultés financières, quittent purement et simplement les lieux en laissant derrière elles des chantiers laissés à l’abandon, des salariés non payés, des pollutions non traitées. Par ailleurs, et avant même que les problèmes ne se posent, les autorités semblent ne plus réellement maîtriser l’évolution des mégaprojets chinois. Tout se passe comme si, subjuguées par l’ampleur de la manne, l’État a abandonné toute prérogative en matière de régulation environnementale, urbanistique et sociale lorsqu’il s’agit d’investissements chinois. Il faut replacer, en effet, l’arrivée de ces projets dans le contexte budgétaire des années post‑2008 où la Malaisie, bien loin de l’ère des mégaprojets de Mahathir Mohamad, n’a plus les moyens de financer une politique de prestige. Ces projets pharaoniques, comme Forest City en face de Singapour, Malacca Gateway dans la ville classée patrimoine mondial de l’Unesco ou le parc binational jumeau de Kuantan, sont donc reçus avec gratitude et approuvés sans réserve. Or, au regard de leur ampleur, les mégaprojets chinois contrairement à ce qu’annonce fièrement le MIDA, ne devraient pas être considérés comme « des projets comme les autres ».

13La qualité des relations politiques au plus au haut sommet demeure pour l’instant très haute, comme l’illustre encore récemment – et mise en scène à dessein par Najib Razak – la visite à Kuala Lumpur du Premier ministre chinois Li Keqiang pour l’East Asia Conference (novembre 2015). Cependant, bien que stable, la relation bilatérale pourrait à moyen terme se trouver modifiée par un changement de gouvernement et/ou des réformes sociopolitiques profondes, notamment dans un contexte incertain (et tendu) quant à l’avenir politique de Najib Razak et de la majorité actuelle.

14Suite à la multiplication des actes agressifs de la Chine en mer de Chine méridionale depuis 2008, le gouvernement malaisien change aussi progressivement de ligne. Entre 2008 et 2013, on assiste à une dissociation entre un discours d’apaisement, de bienveillance et de coopération toujours de rigueur, mais aussi à des actes qui attestent d’une plus grande méfiance envers la Chine : renforcement de la présence militaire malaisienne sur les côtes de Sabah ou encore rapprochement indéniablement plus marqué de la Malaisie et des États‑Unis. Le positionnement de la Malaisie concernant la mise en place de Zones communes de développement (ZCD) avec la Chine est à cet égard assez symptomatique de cette opposition si fréquente entre le discours du gouvernement et les réalisations sur le terrain : discours très enthousiastes vis-à-vis des propositions chinoises sur la constitution de ZCD au sein de l’Asean mais refus net d’en créer une entre la Malaisie et la Chine. Enfin, depuis 2014, le ton change et devient plus réactif car les intrusions de plus en plus fréquentes de la Chine ne menacent plus seulement les revendications territoriales de la Malaisie mais aussi son équilibre intérieur : risque de déstabilisation des relations économiques entre les parties péninsulaires et insulaires de la Malaisie, réactions de plus en plus vives des populations du Sabah face à la présence répétée des flottes chinoises qui nuit désormais à l’économie locale et critiques de plus en plus acerbes de la population malaisienne sur les capacités du gouvernement à protéger ses eaux territoriales. En cette période d’instabilité et de crise politique intérieure en Malaisie, le gouvernement de Najib Razak ne peut plus se contenter de faire profil bas face à la Chine. Même si la Malaisie ne verse pas encore dans la catégorie des « États plaignants revendicatifs » (Vietnam et Philippines), elle ne peut plus être considérée comme un « État plaignant passif » : non seulement le gouvernement malaisien se rapproche de ses partenaires de l’Asean pour dénoncer l’attitude de la Chine, mais les tensions en mer de Chine méridionale sont rendues publiques et de plus en plus débattues.

15Le discours officiel malaisien dominant et inlassablement répété pendant des années a été que le conflit en mer de Chine méridionale n’est un conflit qu’aux yeux des Occidentaux et notamment des États-Unis qui cherchent à conserver leur hégémonie dans la région. Et de justifier cette approche modérée des tensions en mer de Chine méridionale en mettant en avant les valeurs asiatiques qui n’envisagent pas la gestion des tensions de la même façon que les puissances occidentales. Mais actuellement, le gouvernement commence à souligner la montée de l’agressivité chinoise et ce discours rassurant évolue depuis 2014 vers des prises de position plus inquiètes.

16De manière générale, la politique extérieure chinoise reste duale, entre « intégration et volonté de puissance » selon la formule de Jean‑Pierre Cabestan, ce qui peut rendre mouvante les relations avec des voisins et partenaires. La poursuite de son développement et son insertion croissante, à l’échelle régionale comme mondiale, soulèvent des incertitudes. À moyen terme, elles peuvent s’avérer des facteurs d’intégration ou au contraire d’instabilité, voire de tensions, d’autant que « le gouvernement chinois continue d’avancer en grande partie masqué » (Cabestan, 2015). À l’échelle malaisienne, cette ambivalence est parfaitement pesée et, comme l’admettent de nombreux interlocuteurs impliqués dans ce rapprochement : « On ne sait pas ce que les Chinois ont réellement derrière la tête ». De telle sorte que, aussi cordiales et valorisées que puissent être les relations économiques et diplomatiques, une certaine méfiance demeure, à la différence de la nature des relations qu’entretient la Malaisie avec les États-Unis ou avec la France.

Pragmatisme et stratégie de couverture dans les relations internationales suffiront-ils à tenir la Chine à distance ?

17À bien des égards, la relation de la Chine reste « ambivalente » avec l’Asie du Sud-Est dans sa globalité (Côté et Martel, 2014). Par sa présence et son activité croissante à l’échelle régionale, elle offre une source d’opportunités économiques et diplomatiques inédites tout en présentant un potentiel de menace et de remise en cause de la sécurité régionale. Dans cette dialectique opportunités/menaces, la Malaisie, avec Singapour ou le Cambodge, se situent clairement parmi les pays qui retirent pour l’instant le plus d’avantages de leur relation avec la Chine. Néanmoins, tous continuent autant que possible à privilégier sur le plan diplomatique une stratégie de couverture (hedging).

18Ainsi, sur le plan économique, alors que le commerce avec la Chine s’intensifie dans la perspective du RCEP, la Malaisie vient de ratifier le Trans‑Pacific Partnership Agreement (TPPA) avec les États‑Unis en novembre 2015. On peut illustrer cette attitude par un autre exemple, celui-là sectoriel : dans le domaine en forte expansion du business halal, la Malaisie renforce ses liens avec la Chine, tout en lançant parallèlement en 2015 une grande offensive économique et politique pour développer le même secteur d’activité avec le

19Japon. Une visite de Najib Razak a eu lieu en mai 2015 à Tokyo sur ce thème. Un discours lors d’une table ronde du World Islamic Economic Forum (WIEF), organisé en partenariat avec l’Alliance Forum Foundation (AFF) a annoncé un accord entre les deux gouvernements pour accroître leurs liens en matière de finance islamique et de business halal.

  • 1 « US-Japan push for mention of South China sea in defence forum statemen », The Star, 4 novembre 20 (...)

20En matière d’armement, la Malaisie se fournit en France pour ménager les susceptibilités américaines et chinoises, tout en développant à une nouvelle échelle ses relations militaires et stratégiques avec les États‑Unis depuis 2014. Ceci se conjugue avec l’instauration de coopérations stratégiques, à la demande de la Chine et avec cette dernière, dans le domaine de la lutte contre les crimes transnationaux en Asie du Sud‑Est. Concernant les conflits en mer de Chine méridionale, la Malaisie, de plus en plus sensible aux arguments des États plaignants revendicatifs (Philippines, Vietnam), l’a fait sentir durant son mandat de présidence de l’Asean. Cependant, elle n’est pas allée jusqu’à laisser publier une déclaration commune condamnant les activités maritimes de la Chine lors du Forum régional de défense d’Asie du Sud‑Est1. Dans la stratégie de couverture malaisienne, les accords avec les États‑Unis, sur le plan stratégique ou avec le TPPA, se doublent ainsi de concessions mesurées en mer de Chine méridionale.

21La Malaisie sait, par ailleurs, que la Chine a également tout intérêt à limiter l’escalade et à conserver de bonnes relations avec elle, sa position n’est donc en aucun cas de « se vendre à la Chine ». Une dégradation de leurs relations diplomatiques pourrait peser dans la stratégie chinoise de rapprochement avec les pays riverains du détroit de Malacca visant à sécuriser le transit de ses flux d’exportations et d’importations, et ceci d’autant que les États-Unis, partenaires privilégiés de Singapour, sont de plus en plus présents dans la zone. Par ailleurs, du fait de sa localisation, la Malaisie pourrait indubitablement devenir un atout crédible dans le projet chinois de recréer la route maritime de la soie, même si pour l’instant les projets manquent de réalité concrète.

22Étant donné les incertitudes qui pèsent à la fois sur le futur économique et la poursuite et la soutenabilité des investissements chinois sur son territoire, sur le destin politique national de Najib Razak et de l’UMNO après les élections de 2018, mais aussi et sans doute surtout sur l’avenir de la sécurité en Asie du Sud‑Est, la Malaisie semble aujourd’hui condamnée à une stratégie de hedging et à la poursuite de relations extérieures placées sous le sceau du pragmatisme. Le gouvernement revendique, en effet, un pragmatisme économique, justifié par le fait que la survie du parti au pouvoir réside dans la poursuite de la croissance, un pragmatisme militaire contraint par une asymétrie des forces en présence peu favorables à la Malaisie (se lancer dans un conflit serait vain, d’autant qu’à la différence des Philippines elle ne compte pas sur les États‑Unis pour intervenir) et un pragmatisme politique puisque la Malaisie, comme bon nombre de pays de l’Asean, refuse d’être contrainte de s’aligner sur l’une ou l’autre des grandes puissances.

  • 2 « Malaysia’s 1MDB to sell energy assets to China nuclear firm », Wall Street Journal, 23 novembre 2 (...)
  • 3 Selon l’agence de presse chinoise Xinhuanet, rubrique English news, 20 novembre 2015.

23Cette position de principe, largement maintenue dans les faits jusqu’alors, ne laisse pas d’interroger sur son avenir car la pression semble s’intensifier côté chinois. En effet, le boom des intentions d’investissements énoncées en 2013 et 2014 pouvait directement s’interpréter comme un prélude à la célébration de l’amitié Malaisie-Chine (2014), elle-même installant un environnement relationnel à son climax en 2015, l’année où la Malaisie accéderait à la présidence de l’Asean d’une part, au Conseil de sécurité de l’ONU, de l’autre. Mais une fois passée pour la Malaisie cette configuration d’exception sur la scène internationale, les questions de la réalisation concrète et de la pérennité des investissements chinois se posaient. Mais les chiffres exceptionnels des intentions d’investissements pour 2015 publiés par le MIDA y répondent déjà. Et ces données portent sur une période qui ne couvre même pas le rachat par l’entreprise publique China General Nuclear Power de l’usine électrique EDRA appartenant à 1MDB2 et sauvant Najib Razak d’un scandale politique qui l’empoisonne depuis plus d’un an. Alors qu’il arrivait en Malaisie porteur de cette annonce de rachat parmi d’autres, la formule du Premier ministre chinois Li Keqiang selon lequel on se trouverait à « un nouveau point de départ pour le développement des relations Chine‑Malaisie3 », prend dès lors un accent bien particulier. Elle laisse supposer que le gouvernement de la Chine n’a pas fini d’attendre de la Malaisie, sous une forme encore inconnue, qu’elle continue de son côté à investir dans la précieuse relation qui les lie de plus en plus étroitement.

24Enfin, le sauvetage de 1MDB par la Chine (allié à une intervention des Emirats arabes unis durant l’été 2015) a aussi eu pour effet de révéler au grand public à quel point le pouvoir chinois non seulement entretenait une bonne relation avec la Malaisie, mais surtout soutenait Najib Razak. Ce soutien, dans une Malaisie très divisée sur le plan interne depuis les élections de 2013 (Fau, 2013, 2014a, 2016b ; Lafaye de Micheaux, 2015, 2016), ne peut plus faire consensus : la Chine, dont le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures est régulièrement affirmé, déploie ici des actions qui outrepassent le cadre du simple soutien légitimiste au pouvoir en place, en contribuant à le sauver et en minant, de ce fait, les efforts de l’opposition. L’opposition reçoit, en revanche, les soutiens appuyés de l’administration américaine et bénéficie de tribunes dans la presse influente outre-Atlantique (Wall Street Journal, New York Times). Au point qu’on est en mesure de penser que la rivalité géopolitique globale opposant la Chine et les États-Unis trouve depuis 2014 un terrain d’application directe au sein de l’échiquier politique malaisien, la Chine jouant la carte Najib-UMNO et les États-Unis, tout en restant l’allié majeur, soutenant l’opposition d’Anwar Ibrahim. Marque de fabrique de la politique malaisienne, les ressorts liés de la politique internationale et de la politique intérieure, semblent ici trouver une nouvelle illustration. Mais l’implication plus étroite du voisin chinois dans l’économie, et à travers elle, dans les affaires intérieures en Malaisie, présente un réel caractère d’inédit.

25À l’aube des prochaines élections générales malaisiennes attendues au premier semestre 2017, plusieurs développements rendent davantage encore incertaine l’évolution à moyen-terme de la situation dépeinte. L’élection de Donald Trump, dont Najib Razak s’est félicité, pourrait rebattre quelques cartes du « jeu » diplomatique, alors que les rapports avec l’administration démocrate étaient devenus très tendus, notamment depuis la décision du gel par la justice américaine de certains avoirs malaisiens dans le cadre de l’enquête internationale sur le scandale de 1MDB. Selon tous les observateurs du dossier, cette décision aurait d’ailleurs précipité une nouvelle étape du rapprochement entre les gouvernements malaisien et chinois, incarnée par la dernière visite officielle d’une semaine de Najib Razak en Chine à l’automne 2016. Outre le montant historique des accords signés, et la multiplication des gestes politiques mettant en scène la qualité de la relation bilatérale entre les dirigeants des deux pays, c’est la nature des investissements actés qui interpellent. Dans le contexte de tensions élevées en mer de Chine méridionale, en particulier depuis l’arbitrage international défavorable à Pékin de l’été 2016, la Malaisie a par exemple décidé l’achat de quatre navires patrouilleurs chinois pour sa marine, envoyant un signal alarmant quant à un possible changement de sa position à l’égard des revendications chinoises. De plus, la médiatisation de la construction d’une future ligne de train par la Chine entre les côtes occidentale et orientale de la péninsule malaise n’est pas sans susciter des craintes sur le plan géopolitique, au-delà des suspicions de détournement massif de fonds qu’elle soulève au regard de son coût artificiellement élevé. Elle est prévue pour relier entre autres les ports de Klang, dont plusieurs entreprises chinoises viennent de se partager une partie importante des espaces de stockage, et de Kuantan (avec un arrêt direct dans le Malaysia‑China Kuantan Industrial Park). Elle pourrait être aussi aisément reliée, par la route ou par un embranchement de la ligne ferroviaire déjà existante à l’ouest, au port en eaux profondes de Malacca, autre projet chinois en Malaisie annoncé. Ainsi, cette architecture de transport pourrait offrir à la Chine une voie de contournement de Singapour et un débouché sous contrôle dans le détroit de Malacca, éléments clés de son immense projet stratégique de développement et de connectivité interrégionale OBOR (One Belt, One Road). Dans ce schéma, s’il devait se confirmer, la Fédération occuperait dès lors une place centrale dans le dispositif d’expansion économique et d’influence chinois, avec des conséquences évidentes en termes de perte de souveraineté. L’éventualité de cette perspective, avec ses multiples effets possibles, a suscité de vives critiques et des réserves dans le pays, y compris à l’intérieur de la majorité. La fragilité politique de Najib Razak peut largement expliquer cette configuration dans laquelle l’allié chinois, qui sait en tirer le meilleur bénéfice, est devenu à plus d’un titre conjoncturellement essentiel à la stratégie de conservation du pouvoir du Premier ministre. Jusqu’à quand ? Dans quelles limites ? Et avec quelles implications structurelles pour les relations entre la Chine et la Malaisie ? Voilà aujourd’hui autant de questions prospectives, parmi d’autres, qui restent ouvertes quant à leurs réponses.

Notes

1 « US-Japan push for mention of South China sea in defence forum statemen », The Star, 4 novembre 2015.

2 « Malaysia’s 1MDB to sell energy assets to China nuclear firm », Wall Street Journal, 23 novembre 2015.

3 Selon l’agence de presse chinoise Xinhuanet, rubrique English news, 20 novembre 2015.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search