Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois »

 | 
Danielle Tan
, 
Caroline Grillot

Conclusion générale

Full text

  • 121 L’ouvrage collectif dirigé par Evans, Hutton, et Eng, Where China Meets Southeast Asia. Social and (...)
  • 122 Cf. Bibliographie.

1Cette étude sur les nouvelles migrations chinoises illustre un sujet de plus en plus présent dans le débat public et le milieu universitaire, celui de l’émergence de la Chine. Mais si de nombreux articles de presse, reportages, et essais sont désormais accessibles au grand public, rares sont les travaux universitaires qui tentent une approche comparative et plus centrée sur les acteurs. Paradoxalement, bien que l’Asie du Sud-Est soit particulièrement concernée par le réveil de la puissance chinoise, en tant que sphère traditionnelle d’influence revendiquée par la Chine, aucun ouvrage académique collectif (en langues française et anglaise) proposant une analyse régionale comparée n’a, pour l’instant, été publié121. En revanche, de nombreux travaux individuels traitent de l’expansion chinoise (migration, aide et investissements, outils du soft power, dynamiques transfrontalières, relations Chine-Asean, etc.) centrés sur un pays ou une zone spécifique122. Cette approche macro-économique, géostratégique ou plus orientée vers les relations internationales reste néanmoins insuffisante pour décrypter toute la complexité des liens qui unissent la Chine et l’Asie du Sud-Est.

2En effet, cette partie du monde est sans conteste une des régions les diverses sur les plans linguistique, religieux, politique, économique et culturel. À moins de penser le Sud-Est asiatique sous forme de carrefour, hétérogène par définition, toute tentative de traiter la région comme une entité homogène, y compris dans son rapport avec la Chine déformerait la réalité. Surtout, une telle approche ne permettrait pas de saisir la variété des réponses déployées par les acteurs dans des lieux aussi divers que le Laos rural et ou une cité-État globalisée comme Singapour. C’est pourquoi, une démarche multidisciplinaire et plus centrée sur le terrain est nécessaire pour éviter toute simplification qui tendrait à éclipser les dynamiques, les processus et les stratégies de ceux qui sont à la fois touchés et acteurs de cet ensemble de relations complexes et en constante évolution.

  • 123 Le titre provisoire de cet ouvrage collectif s’intitule : « How Chinese Engagements are Changing S (...)

3Ce présent Carnet constitue la première étape d’un projet éditorial plus large qui se donne pour objectif de relever ce défi. J’ai choisi de commencer cette recherche par un éclairage des pays de la péninsule indochinoise – le Cambodge, le Viêt Nam et le Laos – car ils sont trop peu étudiés ou souvent mis en arrière-plan par rapport aux autres pays de l’Asie du Sud-Est. Grâce au soutien de l’Irasec, cette recherche se poursuit en collaboration avec Pál Nyíri (Vrije Universiteit Amsterdam). Elle aboutira à la publication en anglais d’un ouvrage collectif123 rassemblant les travaux de terrain les plus récents qui proposent une analyse plus fine et nuancée permettant de contrebalancer la vision souvent trop binaire des engagements chinois en Asie du Sud-Est. L’équipe de chercheurs rassemblés autour de ce projet éditorial couvrira aussi bien l’Asie du Sud-Est continentale qu’insulaire. Cet ouvrage sera l’occasion de combler l’absence de connaissances sur certains pays comme le Laos ou la Birmanie. Si les contributeurs de ce volume viennent de disciplines aussi diverses que l’anthropologie, l’histoire, la sociologie, la géographie, la science politique, l’économie, les sciences de l’environnement, les études culturelles, ou les études du développement, ils partagent néanmoins une approche méthodologique commune, fondée sur l’enquête ethnographique. Les contributeurs analyseront l’impact de la nouvelle présence chinoise en Asie du Sud-Est en privilégiant les études de terrain, l’approche comparative et pluridisciplinaire. Nous essayerons de comprendre la manière dont les pays d’Asie du Sud-Est tentent d’atténuer leurs relations de pouvoir inégales avec la Chine. L’Asie du Sud-Est offre un terrain riche d’enseignements en raison de la longue histoire qui la lie à la Chine. La perspective historique développée ici rappelle que l’étude des migrants chinois n’a jamais été neutre, car elle devait servir les décideurs dans leur positionnement à l’égard de ces « ennemis indispensables ».

4L’idée est de déconstruire le concept de sinité, de questionner la pertinence et le contenu du modèle chinois, et d’envisager l’essor de la Chine sous un autre angle que celui de la menace ou de l’opportunité, mais à partir des logiques d’acteurs. Les contributions questionneront l’hypothèse selon laquelle l’analyse des intentions de Pékin, Jakarta ou Bangkok est suffisante pour comprendre les effets de la nouvelle présence chinoise en Asie du Sud-Est. Nous montrerons que la montée en puissance de la Chine n’est pas soigneusement orchestrée par « le haut », et que les réalités sur le terrain ne sont pas toujours en phase avec les objectifs de la politique chinoise ou les intentions des différents acteurs chinois, car les réseaux transnationaux chinois ne sont pas homogènes et n’agissent pas comme d’un seul bloc pour maximiser les intérêts nationaux. Comprendre la diversité des acteurs et des institutions nous en dira plus sur l’impact de la Chine sur le terrain qu’en essayant de glaner ce savoir à travers l’analyse des stratégies militaires ou en utilisant les concepts de diaspora/capitalisme chinois, qui continuent de nourrir la crainte du « jaune péril ».

5Le volume sera organisé en deux parties. La première partie explorera la façon dont les nouveaux flux migratoires entre la Chine et l’Asie du Sud façonnent l’économie régionale, renouvelant aussi bien les stratégies entrepreneuriales, les pratiques commerciales que les structures de travail. De manière concomitante, ils sont également à l’origine d’un changement de sens de l’identité chinoise dans la région. Les chapitres mettront en lumière la multiplicité des réseaux – fonctionnant à la fois grâce aux appartenances ethniques et religieuses, mais aussi à leur capacité à dépasser ces cadres. Ils montreront, entre autres, que les identités ethniques et les compétences linguistiques sont utilisées de manière flexible dans le but de tirer profit de l’afflux des capitaux chinois. La deuxième partie se concentrera sur les effets des investissements et de l’aide au développement chinois dans la vie quotidienne, ainsi que sur l’impact d’un « modèle chinois » imaginé dans la vision qu’ont les dirigeants et les habitants de leur futur. Malgré tout le battage médiatique qui entoure « l’exportation du développement » à travers le monde par la Chine, on sait peu de choses sur la manière dont les capitaux, la culture et la technologie ainsi exportés influence la vie des gens, leur manière de penser, mais aussi les relations entre la Chine, les nouveaux migrants chinois, les anciennes communautés chinoises, et les populations locales. Les contributions montreront comment les capitaux et pratiques entrepreneuriales en provenance de Chine et des communautés ethniques chinoises s’intègrent dans les structures de patronage et de clientélisme, remodelant par ce biais le champ politique de la région.

6Le projet éditorial en préparation a aussi pour objectif de contribuer à renouveler le champ classique des études sur la migration chinoise en proposant de nouveaux cadres d’analyse, et notamment un rapprochement avec les Global Studies. Les changements d’échelle produits par la globalisation nous obligent à articuler les niveaux d’analyse, du plus local au global, mais aussi à développer l’approche comparative. À ce titre, les réseaux chinois constituent un objet d’étude privilégié pour approfondir l’analyse du phénomène de la globalisation, car leur longue histoire migratoire et leur redéploiement à travers le monde permettent d’enrichir la réflexion sur les changements d’échelles. De plus, en tant qu’entrepreneurs transnationaux intégrés depuis des siècles dans l’économie-monde, ils constituent aujourd’hui les agents les plus emblématiques de la rationalité néolibérale. Ainsi, ce projet s’inscrit dans une perspective de décloisonnement des études sur la diaspora chinoise qui servirait à mieux comprendre les formes et les enjeux des migrations contemporaines dans les autres régions du monde. L’analyse des stratégies migratoires et de la structuration des réseaux transnationaux permettra d’éclairer les nouveaux modes d’appropriation de la globalisation, en fonction des contextes politiques et des aires culturelles où les migrants s’établissent. Ce volume a pour ambition d’intéresser non seulement les sinologues, les spécialistes de la migration et de l’Asie du Sud-Est, mais également les lecteurs désireux de comprendre comment la Chine se retrouve à conduire la prochaine étape de la mondialisation.

Notes

121 L’ouvrage collectif dirigé par Evans, Hutton, et Eng, Where China Meets Southeast Asia. Social and Cultural Changes in the Border Regions date de 2000 et ne traite que des régions frontalières, tandis que celui de Surydinata, Southeast Asia’s Chinese Businesses in an Era of Globalization : Coping With the Rise of China (2006) reste focalisé sur les Chinois d’outre-mer, ne couvre que les pays les plus importants, et ne propose pas de synthèse ou d’analyse comparée. Cette lacune est en passe d’être comblée.

122 Cf. Bibliographie.

123 Le titre provisoire de cet ouvrage collectif s’intitule : « How Chinese Engagements are Changing Southeast Asia. People, Money, Ideas, and Their Effects ».

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site