Version classiqueVersion mobile

L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois »

 | 
Danielle Tan
, 
Caroline Grillot

Troisième partie. La Chine au Laos : développement, colonialisme intérieur ou néo-colonialisme ?

Texte intégral

  • 73 Denis D. Gray, 2004, « China exerting more influence over Laos », Associated Press, 3 avril, http:/ (...)
  • 74 Shawn W. Crispin, 2010 « The Limits of Chinese Expansionism », Asia Times Online, 23 décembre, http (...)

1Au cours de ces dernières années, le Laos a attiré l’attention des journalistes en recherche de nouvelles sensationnelles. Ce pays communiste, pauvre et enclavé est devenu l’exemple typique pour décrire la manière dont la Chine serait en train de prendre pied en Asie du Sud-Est, en insistant sur la peur d’une « invasion chinoise rampante » qui siphonnerait les ressources naturelles du Laos et mettrait en péril sa souveraineté nationale et son intégrité territoriale73. Cette analyse a été renforcée par les images des immenses casinos construits dans le nord du pays, où la monnaie et la langue chinoise sont omniprésentes, véhiculant l’idée que la Chine est en train de coloniser le territoire laotien, et que « Vientiane a effectivement cédé sa souveraineté à Pékin74 ».

2Les liens croissants entre le Laos et la Chine inquiètent également de nombreux observateurs, chercheurs et développeurs, qu’ils soient laotiens ou étrangers. Les ONG internationales ont exprimé leurs préoccupations quant à la stratégie de développement mise en œuvre par le Seventh National Socio-Economic Development Programme (2011 – 2015) qui repose principalement sur les investissements étrangers pour développer le secteur minier, l’hydroélectricité et l’agriculture commerciale. Sans mentionner spécifiquement la Chine, ces derniers ont pointé l’éventualité d’impacts négatifs considérables des IDE sur l’environnement et le développement socio-économique du pays, exhortant le gouvernement laotien à envisager de réduire le rythme et l’ampleur de ses projets (INGO 2010). Ces inquiétudes se posent d’autant plus dans un pays où 80 % de la population est dépendante des ressources naturelles pour sa survie. Les ONG internationales dénoncent le problème de l’expropriation des terres, la fragilisation des paysans à cause de la monoculture de l’hévéa, ainsi que la déforestation qui touche de plus en plus les zones naturelles protégées, accentuant les phénomènes d’érosion, et par conséquent, les risques d’inondation.

  • 75 Cette nouvelle stratégie économique a permis au Laos de maintenir un taux de croissance élevé (auto (...)

3Malgré ces avertissements, le gouvernement laotien n’a pas l’intention de changer sa stratégie « turning land into capital », fondée sur la location des terres et l’exploitation des ressources naturelles comme principaux moteurs du développement national (Dwyer 2007), dans la mesure où ce type de développement a permis au Laos de traverser la crise économique mondiale de manière relativement indemne75.

4Assistons-nous aujourd’hui à l’émergence d’un « néo-colonialisme avec des caractéristiques chinoises », ou au contraire, à une réelle opportunité de croissance offerte au Laos grâce à l’extraordinaire capacité humaine et financière de la Chine ? Cette question ne se pose pas uniquement pour le Laos, mais aussi pour de nombreux pays africains qui permettent à la Chine de sécuriser son accès aux matières premières (Alden et al. 2008 ; Ma Mung (2009 ; Alden, Khalfa et Yoon 2010 : 23-204). Le modèle de développement exporté par la Chine à travers le monde est considéré par de nombreux analystes comme une menace pour la souveraineté des États faibles (Kurlantzick 2007 ; Eisenman, Heginbotham, et Mitchell 2007).

5Le cas périphérique du Laos, qui partage de nombreuses similitudes avec les pays africains aux prises avec la « malédiction des ressources naturelles » (resource curse), souligne la nécessité d’aller au-delà de l’analyse récurrente des États faibles dominés par le géant chinois. C’est en effet un bon exemple pour illustrer l’asymétrie entre la Chine et les pays d’Asie du Sud-Est, ainsi que les stratégies développées par ces derniers pour gérer l’inégalité de leurs relations. Si les réseaux chinois apparaissent comme de nouveaux régimes de pouvoir et d’accumulation économique, une sorte d’« État de l’ombre » (shadow state, Walsh 2009) qui semblent concurrencer, voire saper l’autorité régulatrice de l’État, il me semble au contraire que l’État-nation laotien est loin de disparaître ou de s’éroder. Dans le débat sur le rôle de l’État dans la globalisation néolibérale – « retrait ou redéploiement ? » (Hibou 1998 : 151-168) – il m’apparaît nécessaire de dépasser l’image misérabiliste d’un État laotien faible, victime de la globalisation et de « l’ouragan chinois », régulièrement véhiculée par les médias et les spécialistes, pour envisager une posture moins passive. Il n’est pas question de nier les possibilités d’autonomisation des acteurs ni d’affirmer que les relations soient symbiotiques ou harmonieuses, mais derrière les conflits et les concurrences, les possibilités de gouvernement et de contrôle indirects sont plus grandes qu’on ne le perçoit au premier abord.

6L’hypothèse défendue ici est que les nouveaux réseaux chinois constituent en réalité une aubaine pour le pouvoir laotien. D’une part, ils lui permettent d’engager la modernisation économique du pays en réalisant la « mise en valeur du territoire » qui n’a jamais pu être réalisée pendant la période coloniale. En contribuant de façon importante, voire déterminante à l’économie nationale, ils servent de médiateurs essentiels entre l’État et l’économie globale. D’autre part, ils participent à la restructuration du pouvoir et lui donnent les moyens de s’adapter à la globalisation néolibérale, en lui offrant de nouvelles possibilités de régulation et de contrôle sur son territoire et sa population. Autrement dit, les réseaux chinois jouent un rôle crucial dans la nouvelle architecture du pouvoir en formant des régimes de régulation et d’accumulation économique indispensables pour la survie et le redéploiement de l’État laotien. Dans une continuité historique, les réseaux chinois font partie des stratégies d’extraversion développées par l’État laotien qui consistent à mettre en concurrence les puissances régionales rivales pour survivre. Pour ce qui est du terme « extraversion », il renvoie très explicitement ici au concept développé par Jean-François Bayart (2006 : 43) pour décrire le processus de formation des États africains :

« Les acteurs dominants des sociétés subsahariennes ont incliné à compenser leurs difficultés à autonomiser leur pouvoir et à intensifier l’exploitation de leurs dépendants par le recours délibéré à des stratégies d’extraversion, mobilisant les ressources que procurait leur rapport – éventuellement inégal – à l’environnement extérieur. »

7Bien que cette analyse concerne les États africains, je tenterai de montrer que ce concept d’extraversion permet de mieux comprendre le processus de formation de l’État au Laos, ainsi que la manière de gérer l’inégalité des relations avec la Chine. Je suggère que la stratégie d’extraversion déployée par les élites n’est pas une pratique récente, mais se trouve au cœur des fondations historiques de l’État laotien. Pour défendre cette hypothèse, cette recherche s’est concentrée sur le nord du Laos qui cristallise l’ensemble des enjeux auxquels le pays doit faire face actuellement. En effet, cette région montagneuse, pauvre et reculée, peuplée en grande partie par des minorités ethniques, fait partie du Quadrangle économique, un des projets phares du GMS (Greater Mekong Subregion), un programme d’intégration régionale soutenu par la Banque asiatique de développement. Le projet du Quadrangle économique est sans conteste le plus ambitieux, car cet espace transnational (État shan en Birmanie, nord de la Thaïlande et du Laos, province chinoise du Yunnan) – correspondant grosso modo au Triangle d’or – est plus connu pour son passé sulfureux en tant que foyer historique de production d’opium et d’héroïne. La globalisation a permis de réactiver les connexions culturelles et commerciales au sein de cet espace transnational historique qui était autrefois intégré dans une économie-monde grâce aux caravanes chinoises (Lieberman 2003). Aujourd’hui, les pistes des caravanes chinoises ont laissé la place à un réseau routier, fluvial et aérien de plus en plus dense, dont l’objectif est de transformer cette périphérie sous-développée en un vaste espace de libre-échange. Depuis 2008, le corridor Nord-Sud – schématiquement une autoroute qui relie Kunming à Bangkok en traversant les provinces septentrionales du nord du Laos (cf. Figure 7) – est en train de bouleverser le paysage physique, humain, et économique de la région, en devenant une voie de pénétration privilégiée en Asie du Sud-Est pour les compagnies et les migrants chinois, venus saisir les opportunités économiques qu’offre ce pays sous-peuplé et riche en ressources naturelles. Les nouveaux migrants chinois sont décrits comme une « armée de fourmis » qui menacent l’identité culturelle lao et pillent les richesses du pays avec la bénédiction et la complicité de fonctionnaires corrompus. Dans le même temps, les investissements chinois sont les principaux moteurs d’une croissance économique que le Laos n’aurait jamais pu expérimenter sans ses nouveaux partenaires.

  • 76 Ce que Michel Foucault (2004 : 111) appelle « l’art de gouverner » : « Par gouvernementalité, j’ent (...)
  • 77 Pour une analyse plus approfondie, cf. Ma thèse soutenue en 2011, ainsi que mes autres articles (cf (...)

8À contre-courant de la rhétorique contemporaine sur la globalisation qui a décrété le retrait de l’État, l’analyse de la région-frontière du Nord du Laos illustre le redéploiement de l’État postsocialiste grâce à la réappropriation des techniques, savoirs et procédures de la rationalité néolibérale. Dans ce cadre, les réseaux transnationaux chinois jouent un rôle déterminant dans la production d’une gouvernementalité76 néolibérale qui permet à l’État central de consolider son autorité dans les marges de son territoire. Cette nouvelle technique de gouvernement positionne ainsi les réseaux chinois en tant que partenaires clés dans la stratégie d’extraversion et le projet de last enclosure (Scott 2009) mis en œuvre par l’État laotien pour rentabiliser les territoires sous-exploités du Nord et domestiquer des populations montagnardes historiquement rebelles vis-à-vis de l’autorité centrale. Ces marges constituent des « frontières ressources » (resource frontiers, Tsing 2004) importantes pour l’État central, car elles incarnent des « espaces de transition capitaliste » (Barney 2009 : 146-159), où les frontières entre le licite et l’illicite sont devenues floues, mais dont l’imbrication des pratiques participe à son processus de formation. À partir d’enquêtes de terrain au Laos entre 2007 et 2009 réalisées auprès de commerçants chinois et d’officiels laotiens dans les trois provinces du Nord du Laos (Luang Namtha, Oudomxay, et Bokéo) affectées par la construction du corridor Nord-Sud, je tenterai de montrer comment le régime communiste laotien utilise ses partenaires chinois pour renforcer le pouvoir de l’État dans les marges de son territoire77.

1 - Évolution de la présence chinoise au Laos

Le Laos, une exception dans l’histoire de la diaspora chinoise Asie du Sud-Est

  • 78 Le terme Ho/Haw (ou Chin Ho/Haw), utilisé dans les langues thaïlandaise de Chiang Mai, Luang Praban (...)

9Jusqu’à présent, le Laos faisait figure d’exception dans l’histoire de la migration chinoise en Asie du Sud-Est, en raison de la faiblesse et de la diversité de ses communautés chinoises. Malgré le partage d’une frontière commune avec la Chine, la présence chinoise au Laos a toujours été extrêmement réduite par rapport aux pays voisins (cf. Figure 3). Cette différence singulière s’explique tout d’abord par le fait que le mauvais état des voies de communication et l’enclavement du pays limitaient les opportunités commerciales. Surtout, la diaspora chinoise des premières périodes arrivait presque essentiellement par la voie maritime, et le Laos est le seul pays d’Asie du Sud-Est à ne pas avoir d’accès à la mer. En fait, les huaqiao qui se retrouvaient au Laos n’avaient pas réussi à prospérer en Thaïlande, au Cambodge ou au Viêt Nam (Halpern 1961 : 6). À l’instar de la Birmanie et la Thaïlande, le Laos avait la particularité d’abriter deux catégories distinctes de « Chinois ». Le Nord accueillit une population chinoise en provenance du Yunnan (Chin Ho - ຈີນຫໍ້78) : à la suite des révoltes chinoises de la fin du XIXe siècle, constituée en majorité de caravaniers, trafiquants ou bandits. Ce petit groupe se distinguait à peine parmi les nombreuses minorités ethniques qui habitaient cette région. Ils ont été rejoints en 1949 par les soldats du KMT qui fuyait l’Armée populaire de libération (APL). En revanche, le centre et le sud du pays abritèrent une communauté chinoise d’outre-mer plus importante, originaire des provinces méridionales de Chine (Guangdong, Fujian, Hainan).

Figure 7. Le quadrangle économique

Figure 7. Le quadrangle économique

Itinéraires des enquêtes de terrain

Itinéraires des enquêtes de terrain

Source : données compilées par Danielle Tan, 2011. Atelier de cartographie de SciencesPo, 2011.

10Bien que ces derniers aient été peu nombreux à la fin de la période coloniale, ils dominaient néanmoins l’économie laotienne grâce à un processus d’intégration par le mariage. Les groupes chinois les plus aisés avaient en effet adopté une stratégie d’alliance matrimoniale, échangeant à travers ces unions leur capital économique contre le capital symbolique des grandes familles lao. De la même manière qu’en Thaïlande ou au Cambodge, l’assimilation n’était pas complète ; on assistait plutôt à l’émergence d’une communauté « créolisée » pour reprendre l’expression de Skinner (1996 : 51-93).

11Le contexte de la Guerre du Viêt Nam fut un âge d’or pour les Chinois au Laos, car la présence américaine relança la migration chinoise. Craignant que le Laos ne tombe aux mains des communistes comme au Viêt Nam après le départ des Français, les Américains injectèrent une aide abondante qui contribua à un essor économique et à un développement du commerce, avec la Thaïlande en particulier. Un nombre important de Chinois de Thaïlande s’installa sur les bords du Mékong, et dans les années 1956-1957, ce fut au tour des Chinois de Hong Kong et de Saigon de venir au Laos pour spéculer et profiter de la mauvaise gestion de l’aide (Halpern 1961 : 2).

  • 79 Le chiffre de 100 000 a été avancé par l’Association des Chinois de Vientiane, alors que la plupart (...)
  • 80 Au total, ce sont plus de 1 500 000 réfugiés de l’ancienne Indochine française qui ont été accueill (...)

12La prise du pouvoir par le Pathet Lao en 1975, dans le sillage de la chute de Saigon et de Phnom Penh, mit temporairement fin à la domination économique des Chinois au Laos. La communauté chinoise passa de 100 000 (ou 40 000)79 à 10 000 personnes en 1975. En tant que citadins et considérés comme des « capitalistes », les communautés chinoises de ces trois pays furent chassées par les nouveaux régimes communistes. Elles trouvèrent refuge principalement dans les pays occidentaux80.

13Le gel des relations entre la Chine et le Laos, suite au conflit sino-vietnamien (du 17 février au 16 mars 1979) déclenché par l’invasion du Cambodge en janvier 1979 par les troupes vietnamiennes, effaça les dernières traces d’un semblant de communauté chinoise dans le Nord. En effet, le Laos se rangea derrière son allié vietnamien. La Chine dut rappeler ses 5 000 soldats qui construisaient alors les routes dans le Nord, et fermer son consulat à Oudomxay (Walker 1999 : 59). Considérée comme une « cinquième colonne », la petite communauté qui resta au Laos mit en sommeil son identité chinoise.

La nouvelle géographie de la présence chinoise au Laos

  • 81 Toutefois les migrants ne se désignent pas comme des xin yimin ou yimin, car même s’ils ne savent p (...)

14Cette parenthèse ne dura finalement que peu de temps. À partir de la fin des années 1980, le changement de la donne géopolitique internationale provoqué par la chute du mur de Berlin a conduit à l’installation d’un nouvel ordre régional qui a entériné le retour de la puissance chinoise en Asie du Sud-Est. La visite du Premier ministre Li Peng à Vientiane en 1990 marqua un tournant dans les relations Chine-Laos. Aussitôt, le fait d’être Chinois était redevenu un avantage, les écoles et les magasins chinois commencèrent à rouvrir progressivement. Cependant, déjà bien réduite par rapport aux pays voisins (cf. Figure 4), le renouveau de la présence chinoise au Laos ne viendra pas des huaqiao, mais de l’afflux d’une nouvelle vague de migrants (xin yimin81) qui a commencé à déferler dans le Nord à partir de la fin des années 1990, d’une ampleur que le pays n’avait jamais connu auparavant, faisant du Nord le nouveau foyer chinois du Laos.

  • 82 Notamment des coopérations liées à la prospection minière, l’agriculture, le commerce le tourisme e (...)

15Les premiers migrants chinois vinrent à partir du milieu des années 1990 en tant qu’ouvriers ou techniciens dans le cadre des projets de construction de routes et de coopération industrielle entre le Yunnan et les provinces de Luang Namtha et d’Oudomxay82. Certains restèrent pour monter leur affaire, tandis qu’un nombre croissant de migrants, originaires du Yunnan voisin comme des provinces plus éloignées du Hunan, du Sichuan ou du Zhejiang, commencèrent à affluer pour tenter leur chance. Pour une grande majorité d’entre eux, le Laos n’est pas leur première migration. Ainsi, si l’écrasante majorité des petits commerçants que j’ai rencontrés dans les marchés du Nord du Laos sont originaires du Hunan, un grand nombre d’entre eux a d’abord migré vers le Yunnan où ils exerçaient une activité commerçante. Parce qu’ils ne pouvaient faire face à la concurrence féroce en Chine, ils se sont résignés à explorer d’autres possibilités de migration. Ils sont arrivés dans le Nord du Laos, car ils avaient entendu parler de la nouvelle route qui allait bientôt rejoindre Kunming à Bangkok, et apporter avec elle de nouvelles opportunités économiques dans un pays où tout était encore à faire, et dont ils ne connaissaient parfois pas même le nom ou la localisation sur une carte. La diffusion géographique de la migration chinoise a suivi la progression des travaux à l’intérieur des provinces, vers les villages plus reculés, à l’instar de la route 17B entre Muang Sing et Xieng Kok dans la province de Luang Namtha, mais elle a surtout accompagné l’avancement de la route 3E en direction de Bokeo, vers la frontière thaïlandaise (Lyttleton et al. 2004). Ce n’est qu’à partir de 2006-2007 que le département du Travail et des Affaires sociales de la province de Bokeo a commencé à dresser des statistiques détaillées sur les travailleurs chinois, coïncidant avec l’ouverture du nouveau marché chinois de Houayxay et l’arrivée des compagnies chinoises développant l’hévéa.

  • 83 Ce chiffre de 30 000 travailleurs chinois est donné par l’ambassade de Chine au Laos, mais les repr (...)
  • 84 Un simple laissez-passer fourni aux postes frontières internationaux et locaux permet aux citoyens (...)

16Officiellement, le nombre de résidents chinois au Laos s ´ élèverait à 30 000, dont la grande majorité serait établie dans le Nord, mais ils pourraient être dix fois plus nombreux83. En réalité, de l’aveu même des officiels laotiens, le système administratif actuel ne permet pas d’évaluer leur présence parce qu’ils utilisent souvent des prête-noms lao pour créer leur activité, ou s’installent illégalement, mais surtout parce que cette population est extrêmement mobile84. De toute manière, le contrôle strict des flux migratoires transfrontaliers dans le Nord du Laos serait impossible à cause de la porosité des frontières formées naturellement par les montagnes et le Mékong, et de l’inaccessibilité de certaines zones en saison des pluies.

17Leur installation durable dans les principales capitales provinciales et de district du Nord Laos constitue le fait le plus visible et le plus marquant de ces dix dernières années. Les enseignes écrites en caractères chinois font désormais partie du paysage urbain et il est fréquent d’entendre parler chinois. Depuis que les lignes de bus privés chinois relient efficacement les villes proches du Yunnan (Kunming, Jinghong et Mengla) avec les principales villes du Nord Laos, la migration chinoise s’est accélérée et a permis une pénétration dans les villes secondaires, telles que Pakbeng, Xieng Kok, ou Müang Long.

18La progression de la migration chinoise ne se limite pas à la zone du corridor Nord-Sud, mais s’étend jusqu’à Phongsaly, une des provinces les plus isolées du Laos. Cependant, cette migration vers Phongsaly ne constitue pas une surprise car cette province abrite une importante communauté chinoise ho. En raison de leur double culture – ils parlent aussi bien lao que le dialecte yunnanais, proche du mandarin – les Ho constituent d’ailleurs un maillon crucial des réseaux transnationaux chinois, en jouant tantôt le rôle d’interface avec l’administration laotienne, tantôt de traducteur, de partenaire d’affaires ou de prête-nom. Traditionnellement en charge du commerce, les Ho ont su tirer profit de l’arrivée des nouveaux commerçants chinois, comme en témoignent les récents marchés de Luang Namtha, Oudomxay et Müang Sing qui regroupent les marchands lao et chinois, tous construits par des entrepreneurs ho. Dans certains villages frontaliers de la province de Luang Namtha, on observe que d’autres groupes ethniques, comme les Tai Lü, les Hmong ou les Akha, tentent également de s’adapter à la transition vers une agriculture contractuelle (maïs, canne à sucre, hévéa) produit par l’afflux d’investissements chinois à partir des années 2000, en développant les échanges avec leurs phi nong (ພີ່ນ້ອງ – proches parents, frères) basés dans le Yunnan. Toutefois, les récentes études de terrain indiquent que cette tendance n’est ni généralisable ni majoritaire (Lyttleton et al. 2004 ; Shi 2008 ; Diana 2009).

19D’après mes observations de terrain, j’ai pu constater que la situation avait évolué vers une forte féminisation de la population migrante et une installation en famille sur le territoire laotien, ce qui permet aux commerçants de rentrer régulièrement à tour de rôle en Chine, sans avoir à arrêter leur activité. Les familles saisissent même l’opportunité d’être installées au Laos pour faire plusieurs enfants (surtout des garçons), ce qui serait difficile en Chine avec la politique de l’enfant unique. Quand ils ont des enfants en âge d’aller à l’école, ils préfèrent les laisser avec les grands-parents pour recevoir une éducation chinoise, considérée de meilleure qualité, et qu’ils ne pourraient de toute manière pas recevoir au Laos, ou uniquement à Vientiane, à l’école chinoise Liao Dou, qui assurent un enseignement en chinois et en lao jusqu’au baccalauréat.

  • 85 Entretiens et observations de terrain à Oudomxay, Luang Namtha et Bokéo, mai-octobre 2008, juin-jui (...)

20Si les nouveaux migrants ne sont pas encore organisés en associations, comme l’étaient les Chinois d’outre-mer pendant la période coloniale, les restaurants-hôtels servent pour l’instant de substituts dans la structuration des réseaux transnationaux en endossant de multiples fonctions. Ils sont à la fois des lieux de rencontre et de sociabilité où la communauté chinoise se retrouve, des annexes de bureau pour les compagnies chinoises, des entrepôts pour les commerçants et font aussi offices de billetterie pour les lignes de bus. Ces petits entrepreneurs sont souvent engagés dans différentes activités, telles que la direction d’un magasin dans une autre ville, d’une entreprise de transport ou dans la production d’hévéas85. En raison de la faiblesse de leurs capitaux, ils montent en général de petites exploitations, ou servent de sous-traitants et de superviseurs pour le compte de plus grosses compagnies chinoises (Shi 2008).

21À côté de la migration de petits entrepreneurs, les investisseurs chinois les plus importants sont les entreprises d’État et les multinationales, dont les fonds proviennent de Macao, de Hong Kong, de Chine continentale ou de la diaspora chinoise. Alors que les premiers apportent des investissements lourds pour développer l’activité agricole, industrielle ou minière (Rutherford et al. 2008), les seconds ont choisi le secteur touristique, et plus particulièrement le tourisme lucratif autour des casinos. Ces investissements massifs ont fait passer le rythme des transformations territoriales à une vitesse supérieure, à l’instar des zones économiques spéciales de Boten à la frontière sino-laotienne et du Triangle d’or dans la province de Bokéo, en face de la Thaïlande et de la Birmanie, qui sont devenues de véritables enclaves bénéficiant d’un régime d’extraterritorialité rappelant ironiquement les concessions imposées à la Chine au milieu du XIXe siècle par les puissances coloniales (Nyíri 2009). Accordées par les plus hauts responsables politiques du pays, ces concessions bénéficient d’un traitement particulier, et la population, en majorité des migrants, vit à l’heure chinoise.

Photo 2. La présence chinoise à Luang Namtha

Photo 2. La présence chinoise à Luang Namtha

Le nouvel hôtel construit en face du marché chinois, par le même propriétaire que le Royal Jinlun à Boten. Photo : Danielle Tan, juin 2009.

Siège d’une compagnie chinoise dans l’hévéa. Photo : Danielle Tan, juin 2009.

Photo 3. Marchés, restaurants, hôtels/guesthouses : des sites clés dans la structuration des réseaux chinois

Photo 3. Marchés, restaurants, hôtels/guesthouses : des sites clés dans la structuration des réseaux chinois

Hôtel, restaurant et bus à Oudomxay. Photo : Danielle Tan, août 2008.

Marchés de Luang Namtha. Photo : Danielle Tan, août 2008.

  • 86 Selon les données du ministère du Plan et de l’Investissement, sur la période 2000-2010, la Chine a (...)

22Dominants dans le Nord Laos, les investissements chinois sont passés en 2007 en tête au niveau national, devant la Thaïlande et le Viêt Nam, concentrés essentiellement dans les secteurs miniers et hydroélectriques86.

Figure 8. IDE au Laos entre 2000 et 2010

Figure 8. IDE au Laos entre 2000 et 2010

Répartition des IDE par secteur (2000-juin 2010)

Répartition des IDE par secteur (2000-juin 2010)

Source : ministère du Plan et de l’Investissement, 2010.

23Les grandes compagnies ont d’ailleurs étendu leur prospection dans le Sud. Victime de la crise financière de l’automne 2008, la compagnie australienne OZ Minerals, opérateur des mines d’or et de cuivre de Sepon, s’est fait racheter au début de l’année 2009 par la compagnie étatique China Minmetals. Également, le projet très controversé d’exploitation de la bauxite sur le plateau des Bolovens d’un montant de 4 milliards de dollars a finalement été signé en octobre 2009.

  • 87 Intervention de Vatthana Pholsena lors du séminaire « Researching the Impacts of the Regional Econo (...)

24Dans un avenir proche, la trajectoire des migrants devrait suivre la géographie des investissements chinois. À Lao Bao, à la frontière sud avec le Viêt Nam, un nouveau marché chinois est déjà prêt pour accueillir des futurs commerçants chinois, mais à l’heure actuelle, il est encore vide87. Si la dispersion et l’interpolarité caractérisent généralement la diaspora chinoise, les nouveaux réseaux chinois au Laos semblent également suivre cette trajectoire. L’installation des petits entrepreneurs dépend de leur capital économique, et surtout de leur capital social (guanxi). Les plus pauvres ouvrent un étalage dans les villages, ou vendent leurs marchandises de manière ambulante. Quand les affaires marchent dans un endroit, les plus entreprenants ouvrent une boutique dans une autre ville et placent leurs proches pour gérer la précédente activité. Étant donné que la concurrence commence à être importante entre les migrants, certains se dirigent vers de nouveaux espaces à développer dans d’autres provinces du Nord (Xieng Khouang, Sayaboury) et de plus en plus vers le sud. Les plus riches s’installent directement à Vientiane, mais la concurrence y est aussi plus forte, car les xin yimin doivent rivaliser avec les huaqiao. La majorité des xin yimin se sont installés autour du marché du soir (talat leng – ຕະຫລາດແລງ) où ils ont recréé un nouveau quartier chinois que les habitants de Vientiane surnomment désormais le « petit Kunming ». Depuis l’ouverture en août 2008 du nouveau centre commercial chinois San Jiang (老挝三江国际商贸城) sur la route de l’aéroport, le nouveau quartier chinois s’est étendu dans cette direction. La diversité de la nouvelle communauté chinoise est plus grande à Vientiane que dans le Nord, car on y trouve des entrepreneurs originaires de presque toute la Chine, la majorité venant du Zhejiang, du Guangdong, ou de Shanghai, à côté des incontournables Yunnanais et Hunanais qui dominent le commerce à Vientiane.

Photo 4. Sanjiang, le nouveau marché chinois de Vientiane

Photo 4. Sanjiang, le nouveau marché chinois de Vientiane

Photo : Danielle Tan, août 2012.

25Quand les petits entrepreneurs ne peuvent plus soutenir la concurrence, ils se replient vers de petites villes dans le Nord. En revanche, ceux qui ont le plus de capitaux se sont installés dans le quartier historique chinois (et vietnamien) de la capitale pour ouvrir des cafés Internet ou des boutiques de DVD pirates qui remportent un véritable succès auprès de la population locale, des expatriés et des touristes, tandis que de nouveaux restaurants et hôtels s’implantent sans que les étrangers fassent la différence entre l’ancienne et la nouvelle communauté chinoise.

2 - Les réseaux transnationaux chinois : les partenaires clés de la stratégie d’extraversion du régime laotien

26Les recherches convergent aujourd’hui pour montrer que la privatisation de l’économie n’aboutit pas à un recul de l’État mais à la marchandisation du clientélisme et du pouvoir bureaucratique (Hibou 1999 : 394-413). Dans le cas de la Chine, Yves Chevrier (1996 : 262-395) y a vu la reconstitution d’un « empire distendu ». Celui-ci souligne que la formation de l’État moderne chinois est le résultat d’un processus historique conflictuel et d’une réinvention perpétuelle de la tradition. Tony Day et Craig J. Reynolds (2000 : 1-55) vont dans le même sens et suggèrent que la « répétition » de certains traits dans la formation des États sud-est asiatiques, dans le temps et l’espace, n’implique pas l’existence d’« identités » ou d’« essences » culturelles statiques. Ils soulignent le caractère paradoxal de l’invention de la modernité, dont les contradictions sont liées à l’historicité de l’État. En d’autres termes, la formation de l’État est un processus complexe d’agency et de lutte pour la domination.

27En suivant ce raisonnement théorique, je vais essayer de proposer une lecture des transformations des pratiques du pouvoir dans le régime laotien actuel. À mon sens, les réseaux chinois jouent un rôle déterminant dans la lutte pour la domination au sein de l’État laotien en constituant une ressource majeure du processus de centralisation politique et de gestion des conflits. Ils contribuent à renforcer la viabilité du pouvoir étatique en fournissant aux dirigeants nationaux de nouvelles rentes destinées à entretenir les réseaux de pouvoir et de prédation, à empêcher l’émergence d’une contre-élite, à gérer les conflits internes – notamment entre les provinces et le gouvernement central, et au sein même du Parti – en créant de nouvelles possibilités de redistribution entre les personnalités influentes. On verra que l’extraversion n’est en tant que telle, ni une manifestation de dépendance, ni un aveu de faiblesse, mais bien une stratégie réfléchie et rationnelle qui consiste en « la fabrication et la captation d’une véritable rente de la dépendance comme matrice historique de l’inégalité, de la centralisation politique et des luttes sociales » (Bayart 1999 : 100). Dans cette optique, les réseaux chinois permettent à l’État central de rentabiliser les hautes terres du Nord, tout en empêchant l’émergence d’une bourgeoisie régionale qui pourrait menacer son autorité. Alliés du pouvoir, on retrouve ici une continuité historique dans le rôle d’intermédiation exercé par les réseaux chinois.

Le « colonialisme intérieur » par les réseaux chinois ou la mise en valeur du territoire tant attendue

  • 88 Le livre de Scott vient d’être traduit en français, cf. James Scott. Zomia, ou l’art de ne pas être (...)

28Le redéploiement de l’État est en premier lieu géographique. La présence des réseaux chinois dans le Nord du Laos permet à celui-ci de reprendre pied dans une marge frontalière historiquement rebelle et hautement stratégique, qu’il n’a jamais réussi à contrôler totalement. Contrairement à ses voisins, l’État moderne laotien – sous sa forme coloniale puis indépendante – n’a jamais pu entreprendre le « colonialisme intérieur » des marges montagneuses du Nord, peuplées majoritairement par des minorités ethniques, et qui concentrent des richesses largement sous-exploitées (agriculture commerciale, ressources forestières, minières, hydroélectriques, etc.) La récente thèse de James Scott dans The Art of not Being Governed (2009)88 est consacrée à cette question de construction des États en Asie du Sud-Est continentale associée à un processus de « colonialisme intérieur » (internal colonialism), c’est-à-dire d’une conquête des marges par un centre qui a réussi progressivement à défier les conditions démographiques et technologiques.

29En définitive, la migration chinoise ainsi que le processus d’intégration régionale à travers le projet du corridor Nord-Sud apportent à l’État laotien les moyens financiers, humains et technologiques nécessaires qu’il n’a jamais eus pour avoir accès aux ressources de ces territoires, et entreprendre à son tour ce que James C. Scott appelle dans son dernier ouvrage (2009), the last enclosure, c’est-à-dire le processus de rentabilisation et de domestication des marges rebelles par le pouvoir central.

  • 89 En lao, Chintanakan mai – ຈິນຕະນາການໃໝ, qui signifie « nouvelle imagination ».

30Le changement radical de la politique économique du Laos intervint à partir de 1986 avec la mise en place de la NEM (Nouveau mécanisme économique89) qui adoptait le principe de la libéralisation des prix et engageait une réorganisation du secteur public en mettant fin au monopole des entreprises étatiques. En réalité, ce relâchement avait commencé dès 1979 lorsque les dirigeants du Laos réalisèrent que l’instauration d’une économie centralisée et planifiée « à la soviétique » était impossible à mettre en place face à la résistance des paysans à accepter la collectivisation ou à vendre leur surplus à l’État, et à cause du manque de moyens et de préparation, notamment des fonctionnaires en charge de mettre cette politique en place. À partir de la fin des années 1990, le gouvernement laotien commença à courtiser les acteurs chinois pour venir tempérer l’influence des Thaïlandais, dont la prépondérance croissante dans l’économie commençait à inquiéter les dirigeants. De plus, dans une logique économique d’adaptation à la globalisation, l’État et ses agents privilégièrent la collaboration avec les entrepreneurs chinois pour qu’ils recherchent de nouvelles opportunités d’enrichissement. Comme des générations de migrants chinois ont développé les économies sud-est asiatiques à différentes époques, le gouvernement laotien mise sur la capacité des nouveaux migrants à développer des fronts pionniers et à rentabiliser les hautes terres du Nord, afin qu’elles deviennent productives et qu’elles rapportent un revenu régulier pour l’État, d’où l’application d’une politique migratoire tolérante à leur encontre.

31Grâce à une politique de promotion des investissements étrangers, de libéralisation du commerce, de privatisation de la terre et des ressources économiques fondée sur l’octroi de concessions et le développement d’une agriculture contractuelle, l’État laotien est en train de réaliser progressivement sa transition agraire vers une économie de marché. Dès 1995, les taxes d’importation furent drastiquement réduites, passant de 150 % à 40 % pour les taux les plus élevés et les taxes sur les exportations furent supprimées, excepté pour les ressources naturelles comme le bois, les minerais et les NTFP (Non Timber Forest Products, produits forestiers non ligneux) non transformés. À partir de cette date, le secteur de l’import-export était techniquement ouvert à un plus grand nombre d’acteurs. En ce qui concerne la promotion des investissements étrangers, la révision de la loi en 1994 avait déjà donné des garanties par rapport à la nationalisation et accordait aux entreprises étrangères le droit de rapatrier les capitaux et profits, mais le décret présidentiel no 11 du 22 octobre 2004 favorisa très nettement les entreprises étrangères en leur accordant des exemptions de taxes à l’importation, notamment sur les machines, les équipements et les véhicules, à condition que leur utilisation soit destinée à la production d’exportations. Cette nouvelle loi octroyait également des réductions d’impôts aux investisseurs étrangers qui s’installaient dans des zones prioritaires (zones de montagnes et zones économiques spéciales) et investissaient dans des activités spécifiques (comme par exemple dans l’hévéa).

  • 90 Entre 1993 et 2009, les investissements chinois s’élevaient à presque 30 millions de dollars dans l (...)
  • 91 Entretiens et observations de terrain au niveau des postes frontières de Boten, Panthong, Xieng Kok (...)

32Ces mesures commencèrent à porter leurs fruits au début des années 2000. L’afflux d’investissements chinois permit un décollage des exportations agricoles (maïs, canne à sucre, hévéa, manioc, melon, NTFP)90 grâce à une palette complète de services fournis par les entrepreneurs chinois, depuis l’approvisionnement en engrais, semences, crédits, l’accès aux marchés, la collecte de la production, jusqu’à la prise en charge des procédures douanières et le paiement des taxes. Le passage à la frontière est devenu une affaire de négociation entre les douaniers et les marchands chinois. En échange de « dessous de table », les démarches administratives peuvent être écourtées et les marchands peuvent bénéficier de réductions de taxes, c’est pourquoi, une grande partie des produits importés et exportés empruntent les canaux officiels, mais passent de manière informelle, et de préférence au niveau des postes frontières locaux91.

  • 92 Pour plus de détails sur les investissements chinois dans le Nord du Laos, cf. Tan (2011).

33D’un autre côté, l’agriculture n’est plus le seul pilier envisagé par l’État pour développer le pays : l’exploitation minière et hydroélectrique, ainsi que le tourisme sont devenus le nouveau credo du gouvernement, compte tenu de leur potentiel à stimuler la croissance économique et générer d’importants revenus. Sur la période 2000-2010, la production électrique et le secteur minier représentaient les deux premiers postes des investissements étrangers, soit respectivement 33 % (plus de 4 milliards de dollars) et 24 % (3 milliards de dollars), alors que l’agriculture ne venait qu’en quatrième position après l’industrie, avec 1,3 milliard de dollars (10 %). Alors que ces activités étaient menées jusqu’à présent dans le sud par des entreprises vietnamiennes et thaïlandaises, le Nord du Laos est devenu un nouveau pôle de ces activités, où la grande majorité de ces investissements est d’origine chinoise. Les investissements chinois sont désormais indispensables pour le gouvernement laotien pour véritablement devenir la « batterie de l’Asie du Sud-Est ». Dans la province de Luang Namtha, quatre projets miniers et trois barrages (Nam Long, Nam Tha et Nam Fa qui est partagé avec Bokéo) sont en cours ; dans la province d’Oudomxay, on dénombre 14 projets miniers et trois barrages (Nam Ngao, Nam Beng, Mekong Pakbeng), et 14 projets miniers et quatre barrages dans la province de Bokéo (Nam Ngam, Nam Fa avec Luang Namtha, Nam Ngone, Nam Tha 1)92.

Les zones économiques spéciales : une tentative de reterritorialisation du pouvoir de l’État dans les marges

34Si les régions frontalières incarnent les sites et les symboles du pouvoir, comme le soutiennent à juste titre Hastings Donnan et Thomas Wilson (1999 : 1), alors la région frontalière du Nord du Laos illustre parfaitement cette corrélation qui se traduit par le redéploiement d’un État postsocialiste dans ses marges grâce à la manipulation des techniques de gouvernement produites par la globalisation néolibérale. Je pense notamment aux zones économiques spéciales situées aux deux extrémités de la R3E, d’un côté, la ZES (Zone économique spéciale) Golden Boten City dans la province de Luang Namtha, à la frontière chinoise, et de l’autre, celle du Triangle d’or, dans la province de Bokeo – au point où le Laos rencontre la Birmanie et la Thaïlande – développées par des entrepreneurs transnationaux chinois. Alors que ces deux grands projets semblent illustrer le paroxysme de l’atteinte à la souveraineté du Laos en fonctionnant de manière autonome sur le territoire laotien, paradoxalement, ils contribuent en même temps, de manière involontaire, à la consolidation du pouvoir de l’État. Ces zones économiques spéciales révèlent en fait les ajustements institutionnels réalisés par l’État pour relever les défis de la globalisation et réaffirmer son pouvoir dans les marges de son territoire.

  • 93 « Plus “profitables” que d’autres régions en voie de développement » (Ong 2006 : 78).

35Cette nouvelle conception du pouvoir remet en question la vision traditionnelle de la souveraineté, car il ne s’agit plus pour l’État de gouverner de manière homogène sur tout le territoire, mais d’avoir une participation différenciée en fonction de sa place dans le marché global. On parlera alors de « souveraineté graduée », concept clé développé par Aihwa Ong (2006 : 304) pour qualifier la stratégie adoptée par les États asiatiques dans la gestion du territoire et de la citoyenneté dans un contexte de globalisation néolibérale et de régionalisation croissante. Dans cette interaction avec la globalisation, l’État a produit un assemblage de pratiques gouvernementales pour gérer de manière différenciée les différents segments de la population et rendre certains territoires « more “bankable” than other developing regions »93. De ce fait, les zones économiques spéciales sont considérées comme des « sites d’exception », c’est-à-dire des espaces qui se différencient du territoire national par des arrangements spéciaux où l’État confie la gestion et le développement de ces sites à des acteurs non-étatiques qui peuvent avoir recours à des pratiques qui se situent à la marge du licite et de l’illicite, de l’illégal et du légal.

  • 94 Les jeux d’argent sont interdits aussi bien en Chine, au Laos, en Thaïlande, au Cambodge qu’en Birm (...)

36Ainsi, dans le Nord du Laos, le gouvernement laotien tente à travers la mise en place des Zones économiques spéciales de Boten et du Triangle d’or de légaliser et de normaliser des activités considérées comme illicites – le jeu d’argent ou la prostitution – et de tirer profit de la manne du blanchiment d’argent issu du narcotrafic des barons du Triangle d’or pour lancer une dynamique de développement dans ses marges frontalières. L’idée consiste à attirer les touristes étrangers, plus spécifiquement les Chinois et les Thaïlandais, où le jeu est formellement interdit dans leur pays94, pour créer une dynamique touristique et attirer d’autres investissements grâce à une fiscalité avantageuse.

  • 95 « Foundation laid for Golden Boten City », Vientiane Times, 26 novembre 2004.
  • 96 Cf. http://www.laosgbc.com/en_GBC_hotel_yule.asp [consulté le 1er juillet 2010].

37Le premier projet de Zone économique spéciale nommé « Golden Boten City » a démarré en novembre 2004 à Boten, au niveau de la frontière sino-laotienne. L’objectif de la première phase, d’un montant de 103 millions de dollars, était de construire un grand complexe touristique et un centre d’affaires. Sorte d’enclave chinoise de 1 640 hectares sur le territoire du Laos, cette concession de 30 ans, renouvelable deux fois, accordée en 2002 par les plus hauts responsables politiques du pays (décret ministériel n ° 182), est en fait la continuité géographique de Mohan, une autre zone franche démarrée en même temps que Boten pour développer le commerce international dans le Yunnan. Boten devait être « the most internationally modernized city in Laos » [la ville la plus modernisée au Laos sur le plan international], selon la description faite dans la brochure promotionnelle (Nyíri 2009 : xx). Le projet est planifié sur dix ans et prévoit la construction d’un hôpital, un golfe de 36 trous, un centre d’affaires international capable d’accueillir 2 500 personnes, 2 000 chambres d’hôtels, et 500 guesthouses95. En réalité, fin 2006, c’est un casino aux allures de logements sociaux qui a jailli au milieu de la forêt tropicale, entouré de magasins et d’entrepôts, pour la plupart inoccupés. Quelques milliers de commerçants, prostituées et croupiers chinois sont venus s’installer dans cette « ville-casino », contre une poignée de Laotiens, habitant les préfabriqués construits juste à côté de « l’hôtel de luxe ». Le projet a connu un démarrage en dents de scie. La ZES a été mise en sommeil à plusieurs reprises, mais en 2009-2010, les constructions se sont accélérées. Des immeubles flambant neufs, ainsi que de nouveaux hôtels ont fait leur apparition, tandis que d’autres chantiers étaient en construction. Sur le site internet du projet96, le slogan « ASEAN International Golden City : Paradise for Freedom and Development » reflète bien l’état d’esprit de ses promoteurs. En effet, la « ville » a des airs de « Far West chinois », où tout semble possible grâce à l’argent. Boten s’est développée en vase clos, tel un îlot chinois perdu en pleine forêt tropicale. La monnaie utilisée est le yuan, les produits consommés sur place sont tous importés de Chine, tout est écrit en chinois, et même l’heure est réglée sur le fuseau horaire chinois. On peut y acheter des objets pornographiques, pourtant interdits au Laos, et assister à des spectacles de cabaret animés par des « kathoey », des transsexuels venus de Thaïlande. La publicité annonçant le spectacle vantait les atouts de Golden Boten City dans les termes suivants :

« Les Reines travesties thaïlandaises. Golden Boten City a payé le prix fort pour produire un établissement de première classe. Avez-vous encore besoin de prendre l’avion pour aller à Pu Qing Dao ou Pattaya alors que vous en avez un à quelques centaines de kilomètres de la Thaïlande ! »

  • 97 Les jeux d’argent sont interdits aussi bien en Chine, au Laos, en Thaïlande, au Cambodge qu’en Birm (...)

38Les Chinois n’ont pas besoin de visa pour venir jouer à Boten. À l’entrée de la salle du casino, on peut lire sur un panneau en lao et en chinois que les citoyens de ces deux pays n’ont pas le droit de jouer97, mais les deux hommes chargés de la sécurité n’empêchent personne de rentrer. Ils confisquent en revanche les appareils photo et les caméras vidéo qu’ils rendent à la sortie. La majorité des joueurs sont chinois. Ils se sont rués dans l’établissement avant même que les travaux du casino soient terminés. Des cars de touristes amènent régulièrement des joueurs thaïlandais et on trouve également des Laotiens. Les plaques des voitures indiquent que les joueurs viennent aussi de Birmanie – plus précisément des Régions spéciales no 2 et no 4, situées dans l’État shan, respectivement commandées par the United Wa State Army et the National Democratic Alliance Army – et de différentes provinces chinoises (Yunnan, Fujian, Guangdong). Le casino est composé de neuf salles dotées d’une cinquantaine de tables environ. On est loin des casinos luxueux de Monte-Carlo, des smokings et des robes de soirées. La décoration est minimaliste – néons au plafond, tables en plastiques, moquette rouge déjà usée – mais on remarque surtout les autels taoïstes trônant à l’entrée de chaque pièce qui sont censés porter chance aux joueurs. La plupart d’entre eux sont d’ailleurs des professionnels. Ils sont équipés d’oreillettes, recevant les instructions de leurs patrons basés en Chine qui peuvent suivre le jeu sur Internet. Les sommes en jeu sont importantes puisque certains joueurs misent des jetons qui valent 50 000 yuans, soit plus de 5 000 euros. Ces joueurs professionnels jouent tous les jours, pendant plusieurs mois d’affilée.

39Un des principaux investisseurs du casino de Boten serait en fait le fameux Lin Mingxian (林明贤), plus connu sous le nom de Sai Leun, ancien commandant de la Région spéciale no 4, encore aux commandes d’une milice forte de 2 000 à 3 000 hommes basée à Mong La, son fief à la frontière sino-birmane. Lin Mingxian est né dans le Yunnan. Il a fait partie des Gardes rouges envoyés pendant la révolution culturelle dans les années 1960 pour se battre aux côtés du Parti communiste birman. La plupart de ces volontaires furent rappelés en Chine à la fin des années 1970, mais Lin Mingxian décida de rester. Il a prospéré grâce au trafic de bois vers la Chine, d’opium vers la Thaïlande, avant de déclarer sa zone « opium free » en 1997, en échange d’un soutien financier de la Chine qui expérimentait sa politique de remplacement de l’opium (Lintner et Black 2009). Au même moment, il commença à investir dans la construction de maisons de jeux avec l’argent de la drogue. Après la fermeture de ses casinos en janvier 2005 par les autorités chinoises qui voulaient arrêter l’hémorragie de capitaux détournés par les officiels chinois, il est venu investir à Boten, où l’on peut lire sur des banderoles rouges accrochées à différents endroits de la « ville » des messages de prévention de la drogue, écrits en chinois, en lao et en anglais :

« Renforcez l’administration pour assurer la protection et la sécurité de cette zone spéciale. »
« Le vendeur de drogue détruit la famille avec son poison. Arrêter et saisir la drogue dépend de chacun de nous. »
« La montagne dorée a disparu pour supprimer l’addiction à la drogue et empêcher de briser des familles. Aimez votre vie, restez loin de la drogue ».

Photo 5. Banderole de lutte contre l’opium à Boten

Photo 5. Banderole de lutte contre l’opium à Boten

Source : Danielle Tan, août 2008.

  • 98 Reportage diffusé le 12 janvier 2010. Disponible sur : http://www.openv.com/play/BTV3prog_20100112_ (...)
  • 99 Blog Mqvu, 2011, « Chinese foreign ministry issues warning against gambling in Laos », 29 mars, htt (...)
  • 100 « China in Laos. Busted flush. How a Sino-Lao special economic zone hit the skids », The Economist, (...)
  • 101 Ce projet ferroviaire a connu de nombreux rebondissements. À l’origine, la Chine devait prendre en (...)

40Mais un reportage réalisé par des journalistes chinois98, révélant l’ambiance mafieuse qui régnait à Boten a tout fait basculer. Le reportage, diffusé à une heure de grande écoute, a montré comment les joueurs du casino étaient trompés et torturés. Plus de 1 000 personnes seraient arrivées à Boten sans avancer d’argent pour se déplacer et jouer. Le billet d’avion leur a été payé, et une mise de départ de 300 000 yuans (30 000 euros) leur a été fournie. Ils ont en fait été piégés. Perdant d’importantes sommes, ils sont torturés jusqu’à ce que les familles remboursent leurs dettes. Le reportage fait état de plusieurs morts. Bien que ces crimes se déroulent sur le territoire laotien, les citoyens chinois suspectés sont directement transférés à la police chinoise. Pour mettre un terme à ces agissements, le Bureau de la sécurité publique de la province du Hubei a envoyé en décembre 2010 une « équipe de secours » qui a négocié avec les dirigeants du casino la libération de certains joueurs retenus en « otage »99. En mars, Pékin ferme la frontière et coupe l’électricité. Sous la pression des autorités chinoises, le casino a finalement dû fermer ses portes en avril 2011100. Depuis, commerçants, travestis et prostituées ont déserté Golden Boten city pour rejoindre le nouveau casino situé à Tonpheung, près de l’endroit où Khun Sa et le KMT s’étaient affrontés en juillet 1967 pour prendre le contrôle du trafic d’opium. Désormais, Golden Boten City ressemble à une ville fantôme, la grande allée commerciale a été détruite, seule une poignée de commerçants est restée en attendant que le site soit transformé en sorte de hub logistique et devienne la gare d’entrée du prochain train à grande vitesse qui devrait rejoindre Kunming à Vientiane (cf. Photo 6)101. Ces travaux terminés, la Chine sera complètement reliée à l’Asie du Sud-Est, de Pékin à Singapour.

Photo 6. « Golden Boten Ghost City », juillet 2012

Photo 6. « Golden Boten Ghost City », juillet 2012

Source : Danielle Tan, juillet 2012.

41Quant au chantier de Tonpheung, il a commencé en 2008. À peine un an plus tard, la « Zone économique spéciale du Triangle d’or » (ou Asean Economic golden triangle tourism zone) a été inaugurée le 9 septembre 2009, cérémonie à laquelle de hauts responsables nationaux sont venus assister car ce projet est devenu une des priorités du gouvernement qui possède 20 % des parts.

  • 102 Le kapok est une fibre végétale que l’on tire des fruits des arbres de la famille des Bombacaceae. (...)
  • 103 Dokngiewkham est enregistrée sous le nom de Laos Travel Entertainment Co. Ltd, Golden Kapok, http:/ (...)
  • 104 Pourtant, à l’origine, le décret du 24 novembre 2009 règlementant les zones économiques spéciales d (...)

42Il semblerait que le gouvernement laotien ait retenu les leçons de Golden Boten City, dont le développement a été chaotique et les résultats peu satisfaisants. En possédant des parts du nouveau projet, le gouvernement garde un meilleur contrôle des opérations et récupérera directement les bénéfices si l’opération est un succès. L’État espère attirer un million de touristes dans cette région – alors qu’elle leur était interdite il y a moins de dix ans – et plus de 300 compagnies. Le décret n ° 90 du Premier ministre du 4 février 2010 a accordé à la compagnie Dokngiewkham (ບໍລິສັaດດອກງ ວຄຳa) - Golden kapok102 en anglais, appartenant à Kings Romans Group103) enregistrée à Hong Kong, une concession de 99 ans qui couvre une superficie de 10 000 hectares dont 3 000 hectares consacrés à la zone franche et le reste étant destiné à l’éco-tourisme104.

  • 105 Pour donner une idée du volume colossal de ces investissements, le budget du Laos en 2009 était est (...)
  • 106 Max Avary, 2011, « Casino operations are bolstered in an area reserved for Chinese investments », R (...)
  • 107 « Chinese firm to sink US$ 2,240m into northern economic zone », Vientiane Times, 14 septembre 2009

43La première phase du projet a coûté 86 millions de dollars pour renforcer les berges du Mékong, construire un hôtel de 120 chambres, un casino, un parcours de golfe et une zone de duty free sur l’île Don Sao, située en face du casino. La compagnie compte investir 2 240 millions de dollars supplémentaires entre 2010 et 2017105 pour développer les infrastructures de la Zone économique spéciale du Triangle d’or et créer une véritable ville moderne, rebaptisée Kapok-ville, qui devrait accueillir plus de 200 000 travailleurs chinois et leurs familles, selon les officiels locaux106. Appartements, école, bibliothèque, hôpital, banque, hôtel, musée, complexe agro-industriel, et parcours de golf sont au programme107. La zone devrait être équipée dans le futur d’eau et d’électricité, d’un aéroport, et d’infrastructures routières.

  • 108 Entretien avec le directeur du département du Travail dans la province de Bokéo, Houeysay, 11 juin (...)
  • 109 L’ONG Veco rapporte les propos d’un chef de village de la zone : sur 20 jeunes qui sont partis trav (...)

44Environ 40 % des 3 000 travailleurs du site sont chinois, les autres viennent de Thaïlande, Birmanie ou du Laos. En fait, les ouvriers travaillant sur le chantier sont pour l’essentiel birmans, tandis que les techniciens sont chinois. La majorité d’entre eux ne sont pas enregistrés auprès des services provinciaux du Département du travail108. Comme à Boten, les conditions de travail sont telles qu’il est fort probable que seul un petit nombre de Laotiens travailleront sur le site109. La compagnie chinoise possède également son propre système de sécurité qui surveille attentivement le site. Elle ne veut pas subir la même destinée que Golden Boten City. Selon des journalistes thaïlandais, Sai Leun serait également parmi les investisseurs de Tonpheung (Lintner et Black 2009 : 126-127).

  • 110 Cf. le site de la compagnie Laos Travel Entertainment Co. Ltd, Golden Kapok : http://www.xiuxianhui (...)

45Sur le site de la compagnie, on peut constater que son discours est subtil, voire avant-gardiste, se distinguant radicalement de la stratégie mise en œuvre à Boten110. En effet, au lieu des show de kathoey et des services bas de gamme proposés à Golden Boten City, Kings Romans Group a préféré opter pour la promotion d’un tourisme vert et ethnique, et a surtout mis en avant sa mission de développement qui consiste à tourner la page de « l’opium et du sous-développement pour ouvrir une nouvelle ère radieuse du Triangle d’or sous le sceau du kapok ».

46L’objectif de Kings Romans Group est de faire de ce « désert sauvage d’hier » une zone de développement touristique, « un complexe complet, entièrement fonctionnel, beau, unique, et doté d’une économie moderne », en faisant de ce site un lieu d’attraction pour le tourisme écologique, l’immobilier, mais aussi une zone industrielle qui servira de moteur pour la région. Dans cet optique, la compagnie propose « d’expérimenter de nouvelles pistes de développement durable, respectueuses de l’environnement, de la culture, et de l’humain, rejetant fortement les modèles niveleurs du passé ». La stratégie de développement du groupe repose sur la volonté de « changer l’image de cette région » où les « gens souffrent de préjugés et d’incompréhensions » et « d’utiliser de manière rationnelle les ressources abondantes et les traditions ». Leur culture d’entreprise repose sur le slogan : « Interprétons le monde et soyons des pionniers ». « Nous invitons chaleureusement les personnes avec des nobles idéaux à rejoindre notre société pour créer une grande cause ! ».

Photo 7. La ZES du Triangle d’or

Photo 7. La ZES du Triangle d’or

Photo : Danielle Tan, juillet 2012.

Photo : brochure du casino.

  • 111 « Chinese casino on the Mekong : fears development front for money laundering », AsianNews.it, 29 j (...)

47Ces deux projets pharaoniques des ZES du Triangle d’or et de Golden Boten City illustrent bien l’imbrication entre les activités légales (développement du tourisme, de Zones économiques spéciales) et les pratiques illicites (jeux, blanchiment de l’argent de la drogue, etc.), sur lesquelles l’État, soutenu par des investisseurs chinois mafieux, fonde sa politique de développement et de lutte contre la pauvreté. Alors que les journaux de la région commencent à désigner la ZES du Triangle d’or comme une gigantesque machine à blanchiment d’argent de la drogue111, le directeur du groupe, Zhao Wei récuse ces accusations, affirmant que la société est venue dans le Triangle d’or pour construire une alternative économique au trafic de stupéfiants. Quant aux autorités laotiennes, les dirigeants assurent contrôler la situation et brandissent le projet de King Roman Group comme un modèle d’investissement responsable. Cette stratégie adoptée par le gouvernement laotien n’est pas une surprise dans la mesure où en Asie du Sud-Est, l’économie illicite et les organisations du crime transnational sont depuis longtemps étroitement liées à l’économie formelle et ont contribué au « miracle économique » des années 1980 (Trocki 1998). La formation d’un « État illégal-légal » ayant recours à des pratiques délictueuses est un processus général que l’on observe sur tous les continents, depuis l’émergence d’une économie-monde. Charles Tilly (1985 : 169-191) avait déjà montré comment les États occidentaux s’étaient formés grâce à l’utilisation de ressources illicites et de coercition, en louant les services de mercenaires et de pirates pour prendre le contrôle des territoires et obtenir le monopole de la violence. Si cette description concerne l’Europe, l’analyse est valable également pour le Nord du Laos, où les anciennes milices du Triangle d’or se sont reconverties en entrepreneurs transnationaux chinois au moment de la restructuration du capitalisme global (McCoy 1999 : 129-167). De cette manière, les différents réseaux chinois sont devenus les alliés privilégiés de l’État laotien pour rendre ces territoires frontaliers compétitifs et produire de nouvelles richesses par tous les moyens, recevant les pleins pouvoirs pour développer, contrôler et surveiller ces « sites d’exception ».

48Ainsi, l’absence d’intervention de la police laotienne ou de l’armée dans la ZES de Boten ne traduit pas un renoncement de l’État à une partie de son territoire, mais plutôt à une délégation de son autorité de régulation et de surveillance de certains segments de la population et de certaines portions de ses frontières aux acteurs privés chinois, sous le contrôle distant mais présent de Pékin. Les ZES permettent en réalité à l’État laotien d’avoir une prise sur ses marges qu’il ne pourrait de fait pas contrôler ni exploiter, fautes de moyens humains et financiers. En effet, l’objectif commun de recherche de profits partagés entre le gouvernement laotiens et ses partenaires privés chinois oblige à maintenir un contexte pacifié. En ce qui concerne Pékin, la sécurisation de ses frontières est une priorité, et met donc la pression sur les partenaires, brandissant la menace de représailles ou de sanctions fortes, comme en témoigne la fermeture des casinos de Mongla en Birmanie et plus récemment celui de Boten.

  • 112 Brian McCartan, 2009, « Manhunt is on for Mekong Robin Hood », Asia Times Online, 7 avril, http://w (...)
  • 113 Democracy for Burma, 2011, « Golden Triangle godfather Naw Kham releases Chinese abductees », 11 av (...)
  • 114 Verna Yu, 2013, « Naw Kham executed over murder of Chinese sailors ; TV broadcast blasted », South (...)

49La chasse à l’homme contre le rebelle shan, Naw Kham, depuis avril 2009112 rappelle que ces marges frontalières n’échappent pas totalement à la régulation des gouvernements centraux, que ce soit Vientiane ou Pékin. Ancien membre de l’armée de Khun Sa et leader d’une milice réputée pour son activisme dans le Triangle d’or, Naw Kham est considéré par les habitants de la région comme une sorte de « Robin de bois des temps modernes » en s’attaquant aux riches positions commerciales des Chinois. Naw Kham et sa milice « taxaient » aussi bien les cargos chinois descendant le Mékong que le trafic d’héroïne et de méthamphétamine de l’UWSA (United Wa State army) qui traversait son territoire. Mais en blessant grièvement des policiers chinois lors d’une fusillade mêlant une patrouille de police chinoise et l’armée birmane, Naw Kham s’est attiré les foudres de Pékin qui a exigé sa tête auprès des autorités birmanes, thaïlandaises et laotiennes. Il a de nouveau fait parler de lui en kidnappant 13 Chinois dans la ZES du Triangle d’or. Ils ont été relâchés après que Zhao Wei, le directeur, ait payé une rançon de 25 millions de bahts (8,3 millions de dollars)113. Le point de non-retour pour Naw Kham sera l’accusation de meurtre de 13 marins chinois le 5 octobre 2011, retrouvés bâillonnés, les mains menottées derrière le dos, criblés de balles. Les cargos chinois transportaient des combustibles, des pommes et de l’ail. Mais à bord des deux navires, 920 000 pilules de méthamphétamine d’une valeur estimée à 6 millions de dollars ont été également retrouvées. En furie, Pékin a lancé une véritable expédition pour capturer Naw Kham. L’affaire est complexe, car Naw Kham n’est pas le seul suspect, neuf patrouilleurs thaïlandais, membres de l’unité d’élite militaire (Pha Muang taskforce) sont également impliqués dans ces assassinats. La sécurité du Mékong est une question cruciale pour Pékin qui a investi massivement pour rendre cette route fluviale navigable. Naw Kham a finalement été arrêté le 25 avril 2012, dans la province de Bokéo par les autorités laotiennes qui l’ont remis à leurs homologues chinois pour être jugé à Kunming. Il a été exécuté le 1er mars 2013 avec trois autres complices114. Cette capture médiatique est en fait un message fort envoyé par Pékin pour rappeler qu’aucun groupe ne pouvait se permettre de défier la Chine sur le Mékong. Si Naw Kham n’est en fait qu’un bouc émissaire tout désigné et un simple acteur parmi d’autres des trafics qui se déroulent dans cette région, cette affaire a permis de renforcer la coopération régionale entre la Chine, la Thaïlande, la Birmanie et le Laos afin d’assurer la sécurité le long du Mékong.

Le registre de la « mission civilisatrice »

50Les partenaires chinois fournissent également aux dirigeants laotiens des marges de manœuvres supplémentaires de contrôle de la population et de discipline en utilisant le registre positif de la « mission civilisatrice ». Le répertoire du développement et du progrès génère aussi bien des savoirs qui sont progressivement intériorisés par les populations marginales, qu’il sert à recevoir la caution morale et le soutien financier des bailleurs de fonds internationaux. Dans le Nord du Laos, les entrepreneurs privés et étatiques chinois, soutenus par leurs gouvernements provinciaux et nationaux, ont donné corps et vie à la politique d’éradication de la pauvreté promue par le gouvernement laotien (The National Growth and Poverty Eradication Strategy, NGPES), qui repose sur la suppression de l’opium et de la culture sur brûlis, le regroupement des villages isolés près des routes (The village cluster – Koum Baan – Development Program) et sur une réforme foncière (The land and forest allocation program). Si l’objectif affiché de cette politique est d’offrir le progrès et une intégration sociale à des minorités ethniques considérées comme arriérées, les effets recherchés sont avant tout une reterritorialisation des populations montagnardes dans le but de récupérer leurs terres. Cette stratégie offre l’avantage de servir en même temps de mécanisme de contrôle et de surveillance de certaines minorités jugées suspectes – notamment les Hmong – en les privant des ressources importantes liées à la culture de l’opium, mais aussi d’activer un processus de « laoïcisation », c’est-à-dire d’assimilation de ces groupes dans la culture nationale lao. De manière concomitante, le déplacement des populations montagnardes vers les plaines permet de reconvertir ces paysans semi-nomades définitivement sédentarisés en main-d’œuvre prolétarisée, nécessaire pour le développement des grandes plantations ou des projets industriels.

  • 115 Intervention de la directrice du NERI (National Economic Research Institute), partenaire laotienne (...)

51Les partenaires chinois ont fourni l’expertise ainsi que les moyens financiers et humains pour concrétiser cette politique. À partir de 2003, la province du Yunnan s’est impliquée activement dans la conception du Plan de développement de la région Nord en envoyant ses experts au Laos et en formant les hauts fonctionnaires laotiens à Kunming115. Un des axes prioritaires du Plan concerne l’éradication de l’opium et son remplacement par la culture de l’hévéa. Cette coopération constitue une véritable aubaine pour le gouvernement laotien, car elle fournirait d’une part, une culture de remplacement génératrice de revenus pour les paysans du Nord, réduisant par conséquent les risques de révoltes. D’autre part, ce partenariat entre l’État et les compagnies privées chinoises permettrait à ceux qui détiennent le pouvoir – principalement l’armée et certains officiels nationaux et/ou provinciaux – de bénéficier des situations lucratives générées par ces compagnies privées, en devenant les contreparties obligées des joint-ventures, sans fournir le moindre capital, et tout en bénéficiant du champ libre pour continuer plus en profondeur l’exploitation forestière grâce aux routes construites par ces mêmes compagnies. Enfin, cette coopération sino-laotienne offre au régime une alternative aux programmes onusiens de lutte contre l’opium qui conditionnent leur aide à une ouverture démocratique (Cohen 2009 : 424-430).

52Les compagnies chinoises ont commencé à affluer au Laos à partir de 2004, car elles ont saisi l’opportunité d’obtenir de la terre à moindre coût et d’opérer dans la production d’hévéa avec un risque d’investissement faible, puisqu’elles étaient fortement encouragées et subventionnées par le gouvernement chinois. Elles bénéficient notamment de mesures spécifiques, telles que l’assouplissement des procédures d’investissement, des dérogations sur le droit du travail, ou des incitations financières à travers la mise en place d’un fonds spécial « the Opium Replacement Special Fund ». Financé par le conseil d’État à hauteur de 250 millions de yuans (40,7 millions de dollars), mais géré par le Département du commerce de la province du Yunnan, ce fonds permet de subventionner jusqu’à 80 % des coûts initiaux des compagnies, offre des prêts à des taux d’intérêt faibles ainsi que des exonérations de taxes pour l’hévéa importé (Shi 2008 : 27).

Photo 8. La coopération sino-laotienne pour l’éradication de l’opium et son remplacement par la culture de l’hévéa

Photo 8. La coopération sino-laotienne pour l’éradication de l’opium et son remplacement par la culture de l’hévéa

Source : Danielle Tan, juin 2009.

53Ce projet de coopération se situe dans la lignée de la nouvelle politique chinoise zouchuqu zhan lüe (Going global strategy) qui cherche à encourager les investissements chinois à l’étranger. Cette politique offre non seulement aux entreprises de nombreux avantages financiers (exonération d’impôts, crédits, prêts préférentiels, tarifs douaniers allégés), mais également un soutien diplomatique. Si les entreprises étatiques sont les principaux bénéficiaires de cette politique, de plus petites entreprises investissant dans le foncier sont également en position de recevoir un soutien du gouvernement, comme dans le cas des entrepreneurs chinois qui investissent dans la culture de l’hévéa au Laos.

  • 116 Pour l’instant, la compagnie aurait reçu en concession 10 000 ha sur les 300 000 ha mentionnés dans (...)

54Les subventions et les exonérations accordées dans le cadre du Opium Replacement Special Fund s’appliquent uniquement aux compagnies qui parviennent à signer un contrat officiel avec les autorités laotiennes (au niveau local et national), et qui exploitent des plantations de plus de 10 000 mu (soit 666 ha). Cela explique pourquoi de grandes concessions ont été accordées par les autorités centrales à des entreprises ayant des liens étroits avec le gouvernement chinois. Par exemple, China-Lao Ruifeng Rubber, un groupe à l’origine spécialisé dans l’industrie du loisir, a obtenu une concession de 300 000 ha dans la province de Louang Namtha (soit l’équivalent de la taille des districts de Sing et de Long) gérée en lien étroit avec l’armée du Laos116, tandis que Yunnan Rubber company compte couvrir 167 000 ha. La décision d’accorder une concession à cette compagnie a été prise lors de la visite au Laos du vice-Premier ministre Wu Yi en mars 2004 (Shi 2008 : 25).

  • 117 « Govt Suspends Land Concessions », Vientiane Times, 9 mai 2007.
  • 118 « Govt Resumes Land Concessions », Vientiane Times, 16 juin 2009.
  • 119 Le loyer annuel des concessions s’élève à 6 dollars par hectare pendant les dix premières années, a (...)

55Suite aux vives tensions qui avaient éclaté dans le Sud, le Premier ministre de l’époque, Bouasone Bouphavanh, avait été obligé de décréter un moratoire sur les concessions foncières de plus de 100 hectares en mai 2007117. Certains acteurs du développement y avaient vu une prise de conscience de la part du gouvernement d’établir une meilleure stratégie sur la gestion foncière. Je pense, pour ma part, que le gouvernement avait surtout besoin de faire une pause afin de remettre de l’ordre dans les pratiques trop « gourmandes » ou indépendantes de certains officiels provinciaux qui ne bénéficiaient pas aux autorités centrales. Cela ne signifiait pas pour autant que le gouvernement allait changer radicalement le fond de sa stratégie « Turning land into capital ». D’ailleurs, en juin 2009, le gouvernement mettait fin au moratoire118. Des débats ont eu lieu à l’Assemblée nationale sur le bien-fondé du système concessionnaire, mais le gouvernement a décidé de maintenir des loyers très faibles119 afin de rester compétitif et d’attirer les investisseurs.

Conclusion

56Dans cette partie, j’ai essayé de montrer comment la migration et les investissements chinois renforçaient plutôt que n’affaiblissaient l’État laotien dans son processus de contrôle des régions frontalières. Le cas du Laos met en évidence la nécessité d’analyser la montée en puissance de la Chine dans une perspective autre que celle du néo-colonialisme. Ce cas révèle à quel point les réseaux chinois interagissent avec les communautés locales et les autorités politiques, en jouant un rôle clé dans la stratégie d’extraversion qui permet à l’État laotien de réaffirmer son hégémonie sur la société.

57Ainsi, les nouveaux migrants chinois ont retrouvé leur rôle d’intermédiaires ou de « middleman minority » (Nyíri 2011 : 145-153) qu’ils occupaient pendant les périodes précoloniale et coloniale. On observe également une continuité historique et d’étranges similitudes dans les formes d’intermédiation. En effet, l’alliance entre l’élite lao et les commerçants chinois constitue un élément récurrent de la stratégie d’extraversion du Laos et une composante clé du système traditionnel « patron-clients ». Les commerçants chinois étaient des acteurs indispensables à l’économie coloniale et postcoloniale, assumant tous les rôles : compradores, usuriers, collecteurs d’impôts, intermédiaires entre les producteurs locaux et les exportateurs des pays voisins, mais aussi entre les Montagnards et les habitants des plaines, drainant la production agricole – notamment l’opium et les produits de la forêt – et distribuant les biens de consommation élémentaires. Aujourd’hui, les nouveaux petits commerçants chinois continuent d’être les intermédiaires entre les Montagnards et les centres urbains, drainant une production agricole qui s’est amplifiée et diversifiée, et distribuant les biens de consommation modernes que les usines chinoises fabriquent. Ils ne sont plus les compradores au service des grandes Maisons de commerce occidentales, mais les sous-traitants des grandes compagnies chinoises qui sont en train de développer le potentiel économique que le gouvernement colonial français avait identifié sans jamais avoir eu les moyens financiers et humains de le faire (chemin de fer, navigation sur le Mékong, hévéa, mines, développement agricole, etc.). Le gouvernement chinois est devenu le banquier de l’État laotien, pratiquant des taux usuraires en nature. Le fermage des jeux a été remplacé par des ZES gérées par des multinationales chinoises expertes dans l’Entertainment, et le fermage de l’opium par celui des concessions d’hévéas qui s’étendent maintenant à perte de vue. Alors que les coolies chinois étaient peu présents dans le Laos colonial – faute de grands projets à développer et parce que les travailleurs vietnamiens leur étaient préférés – le Laos du XXIe siècle, qui vit sa « Grande transformation » en version accélérée, est en train de devenir un pays d’immigration pour les surnuméraires chinois.

  • 120 Cette politique offensive de la part de Pékin vise à contrecarrer les velléités de Taiwan de s’affi (...)

58Il est incontestable que la présence et l’influence chinoises vont s’intensifier dans le futur proche. Malgré la petite taille du Laos en termes politique et démographique, les dirigeants de ce pays ont fort peu à craindre du voisin chinois qui représente, en réalité, un puissant allié pour le régime. L’alliance sino-laotienne est solide, car la Chine n’a pas de velléités politiques sur le Laos, ses intentions sont avant tout économiques. De plus, le Laos peut fournir à Pékin ce qu’elle demande : un accès libre à ses ressources, un droit de passage, ainsi qu’un soutien indéfectible à la politique extérieure « d’une seule Chine120 ». En contrepartie, les dirigeants chinois sont prêts à apporter toute l’aide économique et le soutien politique dont le gouvernement laotien a besoin pour se maintenir au pouvoir. Le régime a, par conséquent, de longs jours devant lui.

59Comme contribution à l’ouvrage collectif en préparation, ma recherche tentera de montrer que, contrairement aux idées reçues, les États de la région sont loin d’être des spectateurs impuissants et des victimes du développement de l’économie informelle et des pratiques illicites (jeux, prostitution, trafic de drogue, blanchiment d’argent, etc.) Ces pratiques sont particulièrement florissantes dans les zones économiques spéciales situées au niveau des zones frontalières. Considérées comme des « enclaves » chinoises et des véritables zones de non-droit, mon propos est de mettre en lumière la manière dont ces zones économiques spéciales s’articulent aussi bien avec les politiques nationales de développement mises en œuvre par les États, qu’avec le programme GMS, le processus d’intégration régionale conduit par la Banque asiatique de développement. Dans la rhétorique néolibérale du développement, les barons de la drogue sont devenus des entrepreneurs chinois transnationaux, et les casinos, des complexes touristiques de luxe, érigés en fer de lance de la politique nationale de lutte contre la pauvreté. En somme, le processus de privatisation au Laos par l’intermédiaire des acteurs chinois ne reflète ni un retrait de l’État dans les affaires économiques, ni une perte de sa souveraineté, mais plutôt un nouveau mode d’interventionnisme étatique fondé sur l’extension d’un système de gouvernement indirect, que l’on retrouvait déjà durant la période coloniale. L’exploitation de l’opium a été remplacée par celle de l’hévéa, et le fermage des jeux, de l’alcool et de la prostitution par les zones économiques spéciales. En Asie, le champ de l’illicite et de l’informel a été historiquement délégué aux réseaux chinois. Je démontrerai comment ces États utilisent les acteurs chinois, non seulement pour s’insérer dans l’économie globale et régionale, mais aussi pour renforcer leur autorité dans ces marges multiethniques qui échappent à leur contrôle.

Notes

73 Denis D. Gray, 2004, « China exerting more influence over Laos », Associated Press, 3 avril, http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/articles/A47397-2004Apr3_2.html?sections=http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/world [consulté le 21 janvier 2008] ; Pascale Nivelle, 2007, « Laos Vegas », Libération, 17 avril, http://www.liberation.fr/grandangle/2007/04/17/laos-vegas_90554 [consulté le 21 janvier 2008] ; Bertil Lintner, 2007, « China’s Third Wave, Part 1. A New Breed of Migrants Fans Out », Asia Times Online, 17 avril, http://www.atimes.com/atimes/China/ID17Ad03.html [consulté le 21 janvier 2008] ; « Chinese investors invades Laos », The Nation, 8 octobre 2007, http://www.nationmultimedia.com/home/2007/10/08/regional/-Chinese-investors-invade-Laos-30051701.html [consulté le 21 janvier 2008] ; Bertil Lintner, 2008, « Fear of foreigners in Laos », Asia Times Online, 2 février, http://www.atimes.com/atimes/Southeast_Asia/JB02Ae01.html [consulté le 20 février 2008] ; Denis D. Gray, 2008, « Laos Fear China’s Footprint », Associated Press, 6 avril, http://www.freerepublic.com/focus/news/1997633/posts [consulté le 30 juin 2008] ; Daniel Allen, 2009, « China in Laos : counting the cost of progress, Asia Times Online, 19 septembre, http://www.atimes.com/atimes/Southeast_Asia/KI19Ae01.html [consulté le 15 décembre 2009] ; « China in Laos. Busted flush. How a Sino-Lao special economic zone hit the skids », The Economist, 26 mai 2011, http://www.economist.com/node/18744577 [consulté le 1er juin 2011] ; Ron Gluckman, 2011, « Golden Boten City. Bungle in the jungle », Forbes Asia, 27 juillet, http://www.forbes.com/ global/2011/0808/companies-laos-china-economy-gambling gangsters-bungle-jungle.html [consulté le 1er août 2011].

74 Shawn W. Crispin, 2010 « The Limits of Chinese Expansionism », Asia Times Online, 23 décembre, http://atimes.com/atimes/Southeast_Asia/LL23Ae01.html [consulté le 21 janvier 2011].

75 Cette nouvelle stratégie économique a permis au Laos de maintenir un taux de croissance élevé (autour de 7-8 %). De plus, le Laos a réussi à mieux traverser la crise financière de l’automne 2009 que ses voisins en affichant un taux de croissance de 6,4 %, soit le deuxième meilleur taux d’Asie (World Bank 2009).

76 Ce que Michel Foucault (2004 : 111) appelle « l’art de gouverner » : « Par gouvernementalité, j’entends l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, quoique très complexe de pouvoir qui a pour cible principale la population, pour forme majeure de savoir l’économie politique, pour instrument essentiel les dispositifs de sécurité. Deuxièmement, par “gouvernementalité”, j’entends la tendance, la ligne de force qui, dans tout l’Occident, n’a pas cessé de conduire, et depuis fort longtemps, vers la prééminence de ce type de “gouvernement” sur tous les autres : souveraineté, discipline, et qui a amené, d’une part, le développement de toute une série d’appareils spécifiques de gouvernement, et, d’autre part, le développement de toute une série de savoirs. »

77 Pour une analyse plus approfondie, cf. Ma thèse soutenue en 2011, ainsi que mes autres articles (cf. bibliographie).

78 Le terme Ho/Haw (ou Chin Ho/Haw), utilisé dans les langues thaïlandaise de Chiang Mai, Luang Prabang et du Sipsongpanna, qualifiait la minorité chinoise montagnarde de confession musulmane originaire du Yunnan, les distinguant ainsi des huaqiao venus en masse en Asie du Sud-Est pendant la période coloniale. Il faut revenir aux chroniques thaïlandaises du XIIIe siècle pour retrouver les origines de ce nom, qui désignait tous les Chinois venus par la terre (overland Chinese). Ce terme s’est répandu au XVIe siècle pour nommer les caravaniers chinois musulmans qui sillonnaient les montagnes du Haut Mékong. Jusqu’au XIXe siècle, ce terme regroupait essentiellement les Chinois musulmans, mais à partir du XXe siècle, l’afflux de Chinois du Yunnan non musulmans, venus par la terre, a brouillé le sens (par exemple, les Chin Ho de Phongsaly dans le Nord du Laos ne sont pas musulmans). Pour les Chinois, les Ho sont connus sous le terme de Hui (回族 – huizu), c’est-à-dire Chinois musulmans (Mote 1967 : 487-524 ; Forbes 1988 : 289-294 ; Hill 1998). Ces mêmes caravaniers Hui, une fois sédentarisés après leur migration en masse à la fin du XIXe, sont toujours connus en Birmanie sous le nom de Panthay par lequel sont désignés les musulmans chinois de Birmanie.

79 Le chiffre de 100 000 a été avancé par l’Association des Chinois de Vientiane, alors que la plupart des sources officielles enregistraient 40 000 personnes (Rossetti 1997 : 27).

80 Au total, ce sont plus de 1 500 000 réfugiés de l’ancienne Indochine française qui ont été accueillis principalement aux États-Unis (870 000 personnes), en Chine (283 000 Vietnamiens d’origine chinoise), en Australie (120 000 personnes), au Canada (120 000 personnes), et en France (120 000 personnes) (Lê Huu Khoa 1989 : 143). Les enquêtes de George Condominas et Richard Pottier estiment que sur l’ensemble des réfugiés d’Asie du Sud-Est accueillis en France, plus de 50 % étaient d’origine chinoise (1982 : 90-92).

81 Toutefois les migrants ne se désignent pas comme des xin yimin ou yimin, car même s’ils ne savent pas combien de temps ils vont rester au Laos, ils ont le projet de retourner en Chine. Ils disent simplement qu’ils sont Chinois (zhongguo ren).

82 Notamment des coopérations liées à la prospection minière, l’agriculture, le commerce le tourisme et la santé (Walker 1999 : 132-133).

83 Ce chiffre de 30 000 travailleurs chinois est donné par l’ambassade de Chine au Laos, mais les représentants chinois reconnaissent que leur nombre doit être plus élevé dans la mesure où il est impossible de comptabiliser les nombreux commerçants qui font des allers-retours réguliers entre la Chine et le Laos. Le bureau des Chinois d’outre-mer de Taiwan avançait le chiffre de 185 765 pour 2005, tandis qu’en 2002, Asian Migrant Centre et Mekong Migrant Network estimait à 80 000 le nombre de migrants chinois au Laos. Les statistiques concernant le recensement de la population chinoise dans les provinces du Nord sont analysées dans ma thèse.

84 Un simple laissez-passer fourni aux postes frontières internationaux et locaux permet aux citoyens chinois de circuler dans les quatre provinces du Nord (Oudomxay, Luang Namtha, Bokéo et Phongsaly) pendant une durée de dix jours, prolongeable de dix jours.

85 Entretiens et observations de terrain à Oudomxay, Luang Namtha et Bokéo, mai-octobre 2008, juin-juillet 2009

86 Selon les données du ministère du Plan et de l’Investissement, sur la période 2000-2010, la Chine arrivait en deuxième position (2,71 milliards de dollars), derrière le Viêt Nam (2,77 milliards de dollars), tandis que la Thaïlande les suivait de près avec 2,68 milliards de dollars investis.

87 Intervention de Vatthana Pholsena lors du séminaire « Researching the Impacts of the Regional Economic Corridors in the Greater Mekong Subregion : From Cross-Border Trade to Transnational Integration ? », Vientiane, 9-10 juillet 2009, organisé par le Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS) et le NERI (National Economic Research Institute – Laos) dans le cadre du Programme ANR-SUD « Transiter ».

88 Le livre de Scott vient d’être traduit en français, cf. James Scott. Zomia, ou l’art de ne pas être gouverné (2013).

89 En lao, Chintanakan mai – ຈິນຕະນາການໃໝ, qui signifie « nouvelle imagination ».

90 Entre 1993 et 2009, les investissements chinois s’élevaient à presque 30 millions de dollars dans la province de Luang Namtha, 75 millions de dollars dans la province d’Oudomxay et 51,5 millions de dollars dans la province de Bokéo. La part investie dans l’agriculture se chiffrait respectivement à 48 %, 53 % et 15 %. En ce qui concerne les exportations agricoles, la province de Luang Namtha est passée de 110 000 dollars en 1994 à 1,6 million de dollars dix ans plus tard, pour atteindre presque 3,7 millions en 2008. Le décollage est encore plus visible dans la province d’Oudomxay : seulement 21 000 dollars d’exportations agricoles étaient enregistrés en 1998, contre 3 millions en 2004 et plus de 16 millions de dollars en 2008. À Bokéo, la tendance est identique, mais l’envol des exportations agricoles a été favorisé par le développement d’un marché thaïlandais : on enregistrait en 1996, 330 000 dollars d’exportations agricoles contre 1,3 million de dollars en 2004 et 6 millions de dollars en 2008 (statistiques fournies par les départements du Plan et de l’Investissement et du Commerce et de l’Industrie des trois provinces citées).

91 Entretiens et observations de terrain au niveau des postes frontières de Boten, Panthong, Xieng Kok (province de Luang Namtha), et Meochai (province d’Oudomxay), mai-octobre 2008 et juin 2009.

92 Pour plus de détails sur les investissements chinois dans le Nord du Laos, cf. Tan (2011).

93 « Plus “profitables” que d’autres régions en voie de développement » (Ong 2006 : 78).

94 Les jeux d’argent sont interdits aussi bien en Chine, au Laos, en Thaïlande, au Cambodge qu’en Birmanie, mais les casinos aux frontières birmanes, cambodgiennes et laotiennes sont tolérés par les gouvernements respectifs. En Thaïlande, les joueurs peuvent être condamnés jusqu’à un an de prison et à une amende de 1 000 bahts (30 dollars). En Chine, la législation actuelle punit les joueurs à une peine maximale de trois ans de prison. Au Laos, si la loi interdit aux Laotiens le jeu d’argent dans les casinos, en revanche, la construction de casinos est autorisée par la loi, cf. « Ministry clarifies public queries regarding casinos », Vientiane Times, 27 mars 2010.

95 « Foundation laid for Golden Boten City », Vientiane Times, 26 novembre 2004.

96 Cf. http://www.laosgbc.com/en_GBC_hotel_yule.asp [consulté le 1er juillet 2010].

97 Les jeux d’argent sont interdits aussi bien en Chine, au Laos, en Thaïlande, au Cambodge qu’en Birmanie mais les casinos aux frontières birmanes, cambodgiennes et laotiennes sont autorisés par les gouvernements respectifs, alors qu’en Thaïlande et en Chine, la loi est plus répressive.

98 Reportage diffusé le 12 janvier 2010. Disponible sur : http://www.openv.com/play/BTV3prog_20100112_7156022.html [consulté le 23 février 2010].

99 Blog Mqvu, 2011, « Chinese foreign ministry issues warning against gambling in Laos », 29 mars, http://mqvu.wordpress.com/2010/03/26/hubei-sends-police-team-to-rescuechinese-gamblers-in-boten/ [consulté le 1er avril 2010].

100 « China in Laos. Busted flush. How a Sino-Lao special economic zone hit the skids », The Economist, 26 mai 2011, http://www.economist.com/node/18744577 [consulté le 1er juin 2011].

101 Ce projet ferroviaire a connu de nombreux rebondissements. À l’origine, la Chine devait prendre en charge la construction du train, dont les travaux s’élèveraient à 7 milliards de dollars. L’inauguration du projet a été reportée à cause du scandale de corruption impliquant la démission, en février 2010, du ministre chinois des Chemins de fer, Liu Zhijun. Récemment, les investisseurs chinois se sont retirés en raison du manque de rentabilité du projet mais le gouvernement laotien a décidé de le poursuivre seul, en empruntant cette somme à la Exim Bank of China, cf. Parameswaran Ponnudarai, 2013, « Laos’Ruling Party Agrees to Pursue China Rail Loan », RFA, 2 avril, http://www.rfa.org/english/news/laos/rail-04022013200531.html [consulté le 5 avril 2013].

102 Le kapok est une fibre végétale que l’on tire des fruits des arbres de la famille des Bombacaceae. Le kapokier, aussi appelé « fromager », est un grand arbre des zones tropicales, originaire de Java en Asie du Sud-Est, mais que l’on retrouve également en Amérique centrale et latine, ainsi qu’en Afrique de l’Ouest. Cette fibre très légère est imperméable et imputrescible. Cet arbre est très répandu dans la zone de Tonpheung. Un festival a d’ailleurs lieu chaque année au moment de la floraison de ces arbres.

103 Dokngiewkham est enregistrée sous le nom de Laos Travel Entertainment Co. Ltd, Golden Kapok, http://www.xiuxianhuisuo.com/, appartenant à Kings Romans Group, http://www.kingsromans.com/ [consulté le 5 juin 2010].

104 Pourtant, à l’origine, le décret du 24 novembre 2009 règlementant les zones économiques spéciales du Nord avait annoncé une concession de 75 ans sur une superficie de 827 ha, cf. « Lao Govt approves decree on special economic zones », Vientiane Times, 27 novembre 2009 ; « Laos : tonpheung special economic zone will greatly benefit local people », VOA, 30 mars 2010, http://m.lao.voanews.com/a/a-52-2010-03-31-voa3-90874749/1191628.html [consulté le 5 juin 2010].

105 Pour donner une idée du volume colossal de ces investissements, le budget du Laos en 2009 était estimé à 1,13 milliard de dollars.

106 Max Avary, 2011, « Casino operations are bolstered in an area reserved for Chinese investments », RFA, 12 janvier, http://www.rfa.org/english/news/laos/investment-01122011163054.html [consulté le 20 septembre 2011]

107 « Chinese firm to sink US$ 2,240m into northern economic zone », Vientiane Times, 14 septembre 2009.

108 Entretien avec le directeur du département du Travail dans la province de Bokéo, Houeysay, 11 juin 2009 et chiffres fournis par ce service.

109 L’ONG Veco rapporte les propos d’un chef de village de la zone : sur 20 jeunes qui sont partis travailler dans le casino depuis son ouverture en septembre 2010, seulement deux sont encore sur le site. Les raisons données pour expliquer cette désaffection sont : aucun jour de repos, sinon ils sont décomptés du salaire ; double service avec seulement quelques heures de repos ; les trois premiers mois, le salaire est faible, car le prix de l’uniforme est retranché du salaire ; les retards de plus de 5 minutes sont soumis à de lourdes amendes et des avertissements qui peuvent conduire au licenciement, cf. message posté sur LaoFAB, « The return of concession », 1er mars 2010.

110 Cf. le site de la compagnie Laos Travel Entertainment Co. Ltd, Golden Kapok : http://www.xiuxianhuisuo.com/ [consulté le 5 juin 2010] et la vidéo de promotion pour attirer les investisseurs, cf. http://www.youtube.com/watch?v=ESy9kMV0VXs [consulté le 28 septembre 2010].

111 « Chinese casino on the Mekong : fears development front for money laundering », AsianNews.it, 29 janvier 2011, http://www.asianews.it/news-en/Chinese-casino-on-the-Mekong:-fears-development-front-for-money-laundering-20635.html [consulté le 21 février 2011].

112 Brian McCartan, 2009, « Manhunt is on for Mekong Robin Hood », Asia Times Online, 7 avril, http://www.atimes.com/atimes/Southeast_Asia/KD07Ae01.html [consulté le 20 juin 2009].

113 Democracy for Burma, 2011, « Golden Triangle godfather Naw Kham releases Chinese abductees », 11 avril, https://democracyforburma.wordpress.com/2011/04/11/golden-triangle-godfather-naw-kham-releases-chinese-abductees/ [consulté le 15 avril 2011].

114 Verna Yu, 2013, « Naw Kham executed over murder of Chinese sailors ; TV broadcast blasted », South China Post, 2 mars, http://www.bangkokpost.com/breakingnews/338418/naw-kham-executed-for-sailor-killings [consulté le 15 mars 2013] ; Jane Perlez, 2013, « Beijing flaunts cross-border clout in search for drug lord », New York Times, 4 avril, http://www.nytimes.com/2013/04/05/world/asia/chinas-manhunt-shows-sway-insoutheast-asia.html?pagewanted=all&_r=0 [consulté le 15 avril 2013].

115 Intervention de la directrice du NERI (National Economic Research Institute), partenaire laotienne dans la conception du Plan de développement de la région Nord, lors du séminaire du Programme ANR « Transiter » à Vientiane, 10 juillet 2009.

116 Pour l’instant, la compagnie aurait reçu en concession 10 000 ha sur les 300 000 ha mentionnés dans l’accord. D’après le rapport du GMS Studies Center (2008), la compagnie devrait recevoir 10 000 ha supplémentaires à chaque fois qu’elle aura fini de planter l’hévéa sur la concession accordée.

117 « Govt Suspends Land Concessions », Vientiane Times, 9 mai 2007.

118 « Govt Resumes Land Concessions », Vientiane Times, 16 juin 2009.

119 Le loyer annuel des concessions s’élève à 6 dollars par hectare pendant les dix premières années, augmentant ensuite d’un dollar tous les dix ans.

120 Cette politique offensive de la part de Pékin vise à contrecarrer les velléités de Taiwan de s’affirmer comme une entité indépendante de la République Populaire de Chine.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search