Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois »

 | 
Danielle Tan
, 
Caroline Grillot

Deuxième partie. L’Autre, ce voisin. Remarques sur les perceptions chinoises des Vietnamiens, frein au développement des échanges commerciaux

Texte intégral

  • 67 Cette contribution est issue de la thèse de Caroline Grillot intitulée The Fringes of Conjugality. (...)

1À l’heure où les regards des observateurs économistes sont tournés vers le développement des échanges entre les pays émergés de l’Asie du Sud-Est, les réalités du terrain sont loin de satisfaire tous les acteurs engagés, par conviction ou opportunisme. Si les accords entre gouvernements nationaux et provinciaux, et entre partenaires commerciaux se sont multipliés au cours des deux dernières décennies pour favoriser le rôle moteur des corridors économiques et des villes doublons de la frontière (Fau, Khonthapane et Taillard 2013), les obstacles au bon fonctionnement des échanges persistent. Problèmes de transport, de règlementations, d’investissement, de clarté, de taxation, de méthodes, de durabilité, d’objectif ou d’inégalité en moyens ralentissent le processus sur toutes les frontières. Comment les bonnes intentions commerciales s’accommodent-elles des relations entre communautés frontalières et comment ces dernières interrogent-elles la durabilité d’une collaboration économique efficace ? C’est à cette question que cette contribution essaie de répondre, à partir de témoignages recueillis à Hekou, une ville chinoise dans la province du Yunnan, à la frontière sino-vietnamienne où la plupart des habitants sont engagés d’une façon ou d’une autre dans des échanges commerciaux avec des voisins sur lesquels tous portent des jugements, réinterprétés à la lumière du contexte idéologique qui sous-tend ces échanges des Uns avec les Autres67.

1 - Les Vietnamiens, ces familiers dont on se méfie

2Dans les régions frontalières, il n’est pas rare d’entendre nombre de remarques des habitants locaux sur les caractères et caractéristiques supposés de leurs voisins, quels que soient l’occupation ou le niveau d’interaction des interlocuteurs. Par exemple, une insinuation commune parmi la population chinoise indique que « l’histoire du Viêt Nam est courte, étant donné que le pays fit partie de l’Empire chinois durant un millénaire ». Beaucoup estiment également que « la langue vietnamienne utilisait les caractères chinois pendant longtemps avant qu’elle n’adopte plus tard sous la domination française la transcription [quốc ngữ] que les colons lui donna » et que, par conséquent, « les Français doivent naturellement tous comprendre la langue vietnamienne, car elle utilise l’alphabet romain ! ». De telles déclarations négligent manifestement des périodes antérieures de l’histoire vietnamienne et divers éléments de la culture vietnamienne qui la relient plus généralement à l’Asie du Sud-Est. Dans le discours populaire chinois, il devient ainsi commode de considérer que les Vietnamiens n’ont jamais eu leur propre transcription de leur langue, impliquant que le Viêt Nam dépend de ce que les autres puissances lui fournissent pour exister. L’histoire officielle chinoise attribue également le conflit frontalier de 1979 à une attaque délibérée du Viêt Nam. Bien que les populations locales contestent parfois cette interprétation à partir de leur propre expérience et de leurs souvenirs personnels, elle reste généralement aisément adoptée par les nouveaux arrivants qui ont peu d’intérêt à entendre une opinion différente.

  • 68 La domination de l’économie chinoise et les rapports diplomatiques complexes entre les pays de cet (...)

3Dans l’ensemble, l’idée partagée de la suprématie de la civilisation chinoise sur un petit État voisin68 auparavant suzerain et économiquement frustré façonne la croyance que, d’une certaine façon, les Vietnamiens cherchent à prendre leur revanche en voulant récupérer leur « part du gâteau ». À l’époque contemporaine, cela se traduit par une dépendance économique réciproque. Toutefois, un tel discours, qui prend souvent la forme d’un éloge des mérites et des succès chinois au cours de séances de débat en groupe – en particulier en présence d’un étranger – reste rarement élaboré et souligne la coquille vide qu’il représente réellement : un terrain prolifique pour le discours nationaliste qui mêle ressentiments et intérêts communs. Tandis qu’au Viêt Nam, en ville ou dans les villages de montagne, les mots « méfiance », « suspicion » et « distance » sont couramment utilisés pour décrire une prudence nécessaire lors de l’interaction avec les Chinois (Chan Yuk Wah 2005). Le commerce frontalier est très actif, mais les Vietnamiens semblent affectés par l’image menaçante de leur imposant voisin.

2 - Discours folklorique et question de classe

4La façon dont les migrants chinois récemment installés en zones frontalières considèrent leurs voisins vietnamiens, ressemble à celle dont d’autres générations de migrants chinois qui émigrèrent vers les régions frontalières perçoivent les groupes ethniques avec lesquels ils sont entrés en contact. La plupart des commentaires que l’on peut recueillir dans ces zones sont similaires à ceux actuellement entendus parmi les migrants chinois de Hekou sur les Vietnamiens appartenant à leur nouveau paysage social. Fait intéressant, on constate le même écart entre les récits de ceux qui sont arrivés avant l’ère des réformes (depuis 1979) et ceux récemment installés à la frontière. La pertinence d’une comparaison entre la perspective politique chinoise sur ses propres groupes ethniques internes et la manière dont les frontaliers perçoivent leurs voisins immédiats étrangers réside dans le fait que, dans le cas de Hekou, les Vietnamiens représentent une minorité sur le plan du développement social plutôt qu’en termes de hiérarchie politique. Bien qu’ils restent étrangers et ne bénéficient que de droits limités en termes de séjour et d’accès aux services publics, leur vie quotidienne, leurs activités et leur rôle au sein des villes frontalières en font un élément constitutif de la vie sociale locale autant que les citoyens chinois. Mais parce qu’ils viennent d’un pays plus pauvre et perçu comme économiquement dépendant de la Chine, et que l’angle économique est devenu de nos jours le seul moyen pertinent pour l’établissement de la hiérarchie sociale, les Chinois ne considèrent pas les immigrants vietnamiens comme leurs égaux. Cependant, au cours des deux dernières décennies, la présence vietnamienne est non seulement redevenue partie intégrante du paysage social des villes frontalières, mais les migrants et travailleurs vietnamiens tendent à être plus nombreux et visibles que les groupes ethniques récemment urbanisés.

Migrants chinois et voisins vietnamiens

5Même si l’on peut aujourd’hui considérer les migrants/commerçants/travailleurs vietnamiens comme une minorité de facto des régions frontalières chinoises, la principale différence entre les premiers migrants chinois internes aux zones minoritaires et les migrants économiques arrivés récemment dans des villes frontalières, réside dans leurs objectifs. Les premiers migrants chinois étaient envoyés pour « civiliser » les minorités ethniques, alors que les migrants récents, motivés par des projets personnels, sont venus profiter du partenariat avec le Viêt Nam (force de travail, femmes, ressources, opportunités commerciales, etc.), tout en se sentant généralement socialement et politiquement désengagés envers ce voisin. Tout d’abord, l’opportunisme économique a largement remplacé les convictions idéologiques ou le sentiment de devoir. Si quelques commerçants reconnaissent apprendre de leurs homologues tout en les formant à des méthodes et des stratégies commerciales « plus justes et efficaces » (selon les pratiques chinoises), la plupart ne se soucient pas de s’impliquer dans ces échanges constructifs : « Tant que nous pouvons gagner de l’argent, tout va bien ». Ils ne se sentent pas la responsabilité d’« éduquer » l’Autre. Ensuite, malgré la proximité, une certaine similitude culturelle et une histoire commune récente, les Chinois des frontières considèrent les Vietnamiens comme des étrangers dont les affaires ne concernent pas le peuple chinois. Bien que la plupart admettent qu’en réalité, « il n’y a pas de différences profondes entre les peuples chinois et vietnamiens en général », tout en soulignant comme exemples caractéristiques la façon dont ils eurent l’habitude de partager une langue écrite, ou les mille ans que le Viêt Nam passa sous la tutelle de l’Empire chinois, les Chinois font une différence claire entre l’altérité nationale/interne et voisine/externe. Cependant, on peut distinguer un écart significatif entre les discours sur l’altérité exprimés à Hekou et à Dongxing, autre poste frontalier à l’extrémité sud-est de la Chine (cf. Figure 6). Les Zhuang, le deuxième grand groupe ethnique de la province du Guangxi après les Han, mettent souvent en évidence leurs affinités avec les Kinh – le principal groupe ethnique du Viêt Nam – en expliquant comment elles facilitent la communication et la compréhension mutuelle, tout en réduisant le sentiment d’altérité : « Nous sommes tous les mêmes ».

Figure 6. Les postes frontaliers entre la Chine et le Viêt Nam

Figure 6. Les postes frontaliers entre la Chine et le Viêt Nam

Source : conception de Danielle Tan sur un fond de carte de Google Maps.

6Mais si les Zhuang voient des liens linguistiques, culturels et ethniques avec les Vietnamiens, une situation qui les positionne comme relativement « égaux » face aux Chinois han dominants, les habitants de Hekou n’adoptent généralement pas un tel discours. Le Yunnan est une province au paysage social beaucoup plus complexe qui mêle un plus grand nombre de groupes ethniques. Là, les Han sont majoritaires, et la présence de minorités ethniques parmi les résidents Hekou est trop modeste pour devenir significative quand il s’agit de dessiner des affinités avec les Vietnamiens. Par conséquent, les différences entre « Nous » et « l’Autre » sont plus accentuées.

7Dans son ouvrage sur les expériences des colons han installés en milieu minoritaire dans les régions frontalières, Hansen (1999 : 394-413) fait également valoir que l’opinion des Han sur les communautés ethniques parmi lesquels ils vivent, n’est pas aussi condescendante que l’on pouvait s’y attendre, étant donné la représentation généralement offerte par le discours idéologique : des minorités ethniques culturellement et économiquement arriérées. Les affirmations évolutionnistes sur la hiérarchie ethnique qui positionnent les Han à un stade avancé sur l’échelle de progrès de la civilisation humaine sont encore enseignées à l’école et toujours mises en scène dans les médias (sous une forme folklorisée destinée à accroître le tourisme ethnique), et discutées par tout un chacun vivant ou non parmi des minorités ethniques. Pourtant, il semble que cela ait quelque peu évolué depuis les années 2000. Par exemple, certaines manifestations de l’ouverture favorisées par des débats libres sur l’Internet permettent une approche plus objective (moins stéréotypée) des minorités ethniques au public chinois.

8La principale difficulté pour recueillir l’opinion des Han sur leurs voisins ethniques réside dans la distinction entre les opinions personnelles et celles généralement admises et incontestées des représentations héritées de l’État (Hansen 2005). Ainsi, à Hekou, il est difficile de deviner ce qui, le cas échéant, relève d’opinions empiriques des résidents chinois sur leurs voisins vietnamiens, et ce qui provient d’un discours politisé, livré facilement pour répondre aux questions d’étrangers. Ces questions sont-elles trop sensibles, trop indiscrètes, ou trop embarrassantes ? Est-il plus facile de répondre de façon neutre ou positive afin d’éviter des débats ou des jugements ? Ou bien sont-ils trop confus au sujet de questions qu’ils n’ont jamais eu à penser dans ces termes ? Il arrivait souvent que la même personne m’ait donné des commentaires contradictoires sur son expérience avec les Vietnamiens, en fonction de sa perception de mes propres impressions, ou de mon degré de connaissances locales auprès des Vietnamiens. J’ai eu parfois l’impression que mes informateurs ont pris en compte toute une série de précautions avant de parler, alors que dans d’autres cas, ils ont spontanément offert leurs points de vue, qu’ils aient été neutres, positifs ou négatifs, indépendamment de leur contenu et de leur pertinence. Je pense qu’ici, la prudence d’un Chinois s’exprimant sur l’altérité tient également à son degré de relation avec les Vietnamiens, mais aussi à sa position dans la hiérarchie locale, une position qui dépend de facteurs tels que la génération, l’origine, les moyens économiques ou la réputation.

9En fonction de leur date d’arrivée et du type de rapports quotidiens entretenus avec la population vietnamienne, les habitants de Hekou ne ressentent pas non plus le même besoin d’exprimer leurs opinions sur ce qu’ils considèrent comme une caractéristique ordinaire de leur paysage social ou d’une forme relativement nouvelle de contact avec un étranger, un Autre qui peut d’ailleurs s’être mieux adapté aux contextes locaux qu’eux-mêmes. En ce sens, certains Vietnamiens sont plus facilement considérés comme « locaux » que les migrants venus de lointaines régions de Chine récemment installés à la frontière qui ne possèdent ni liens étroits avec leurs voisins étrangers, ni familiarité particulière avec le contexte social local.

Lao Zhou

10Une bonne illustration de l’absence de consensus sur l’Autre est le cas de Lao Zhou. La cinquantaine, Lao Zhou est arrivé à Hekou au début des années 2000, après avoir échoué à retrouver des conditions de vie décentes dans sa province natale du Hubei, suite à la perte de son poste de cadre dans une unité de travail étatique. Lao Zhou passe habituellement son temps dans sa chambre louée, ou attablé devant sa pension à siroter une tasse de thé ou de café, occupé à vider les paquets de cigarettes et à discuter avec les commerçants voisins autour d’une partie de carte. La plupart du temps, il observe les activités de la rue d’un air légèrement condescendant, bien que son regard ne vise pas nécessairement les Vietnamiens, attitude courante parmi ses pairs. Avec les années, Lao Zhou se sent peu à peu isolé, et il admet désormais éviter trop d’échanges avec les commerçants chinois.

« Les ruraux sont les seuls qui ont amélioré leur vie avec les réformes économiques. Ils ont migré et ont eu l’occasion de créer leur propre affaire. Mais nous [les urbains], nous n’avons pas beaucoup bénéficié de ces changements. Je n’aime pas les ruraux, ils ne sont pas éduqués, je n’ai rien à partager avec eux, rien à leur dire. Ils sont rustres et incultes, ils croient qu’ils peuvent devenir quelqu’un avec de l’argent ! Écoutez-les parler, ils sont impolis et vulgaires. Nous sommes tous des migrants à Hekou, mais la plupart de ces commerçants viennent de la campagne, nous n’avons rien en commun. Ils s’estiment supérieurs au peuple vietnamien, ils ne savent rien. Il y a de très riches Vietnamiens ! Et honnêtement, la situation au Viêt Nam n’est pas si différente de celle de nos villages alentour. Mais ça ne les intéresse pas de réfléchir à ça. Moi, je respecte le peuple vietnamien. Je crois les Vietnamiens honnêtes, mais si vous les ignorez, ils peuvent alors vous tromper. Mais je ne les juge pas sous l’angle économique. »

11Le ressentiment de Lao Zhou à l’égard de ses pairs d’origine rurale en raison de leur point de vue sur leurs voisins vietnamiens illustre la difficulté de décrire une attitude unifiée des Chinois sur le Viêt Nam, en dépit d’une certaine cohérence parmi les commentaires. Les origines et les histoires individuelles affectent de manière significative les attitudes des gens envers leur propre Autre, même si ce n’est pas toujours perceptible. Lao Zhou se sent plus proche des valeurs et du comportement personnel des Vietnamiens que de ses partenaires économiques chinois qu’il méprise à cause de leur expérience de vie et de leur niveau culturel radicalement différents – selon lui. Bien que Lao Zhou, tel de nombreux autres commerçants, exprime ses préoccupations au sujet du futur de son entreprise en raison de la crise économique mondiale, il articule son amertume générale par la critique et les commentaires désabusés sur ses comparses qu’il accuse d’avoir l’esprit étroit. Il trouve un peu de réconfort dans les souvenirs nostalgiques du « bon vieux temps » de l’époque maoïste et parmi ses amis vietnamiens, avec qui le dialogue semble plus aisé, ces mêmes Vietnamiens que les migrants chinois qualifient d’arriérés et associent à l’incompétence dans le commerce et à l’incapacité de s’adapter aux changements et à la modernisation économique, « tout comme les Chinois étaient il y a vingt, voire trente ans ». À cet égard, l’ambivalent sentiment d’appartenance de Lao Zhou fait écho au discours sur la différence, l’indifférence et/ou la familiarité avec l’altérité entendu au sein de nombreuses communautés de migrants Han en milieu minoritaire où la classe sociale, le genre et la position économique sur le marché sont aujourd’hui les facteurs de distinction sociale les plus signifiants.

« Une fois, je me suis plaint du traitement général que nos gardes-frontières infligent aux Vietnamiens, en particulier aux femmes. Un matin, j’ai moi-même vu l’un d’eux frapper une porteuse. Je suis allé à la police pour déclarer l’incident et la défendre. Depuis, beaucoup de gens ont entendu parler de moi, les Vietnamiens me respectent. J’ai beaucoup d’amis à Lào Cai. Vous savez, les gens se plaignent toujours de la corruption dans l’administration vietnamienne, mais croyez-moi, les cadres chinois sont bien plus corrompus ! Au Viêt Nam, ils n’ont pas tellement de règles, mais celles qu’ils ont sont plus strictes. »

  • 69 Les Hoa, au nombre de 823 071 selon le dernier recensement (2009) sont le groupe ethnique chinois (...)

12Lao Zhou possède en effet certaines connexions à Lào Cai parmi les commerçants vietnamiens et hoa69. Comme beaucoup d’habitants de Hekou, il va et vient sur le pont qui sépare les villes doublons, comme s’il traversait une route. « Allons prendre un bon café à Lào Cai ! » lance-t-il souvent. Pour certains, comme Lao Zhou, les frontières ne sont pas des lignes tangibles entre les deux pays, mais elles existent néanmoins entre les ensembles de valeurs. Des expressions telles que « respect de » et « solidarité envers » traduisent les valeurs fondamentales qui distinguent le « nous » de « l’Autre ». La nouvelle diversité de la population urbaine contemporaine d’une ville migratoire comme Hekou modifie la dynamique de perception. Elle complique le discours folklorisant sur l’altérité en y ajoutant de nouveaux niveaux de distinction : la génération, la province d’origine, le contexte socio-économique, le niveau d’éducation, etc. Lao Zhou a probablement trop tendance à souligner sa sympathie pour les Vietnamiens comme une façon de critiquer divers aspects de la société chinoise. Car s’il ne considère pas les Vietnamiens comme ses pairs, il ne voit pas nécessairement non plus ses comparses chinois comme des semblables. Un tel point de vue, partagé par d’autres résidents de longue durée dans les villes frontalières, brouille une ligne clairement délimitée entre les Chinois et les Vietnamiens, et révèle un terrain confus où les rumeurs fleurissent. Explorons mieux à présent la dynamique et l’articulation des stéréotypes concernant Vietnamiens et Chinois qui se propagent parmi les communautés frontalières.

Photo 1. Le nouveau pont reliant Hekou à Lào Cai

Photo 1. Le nouveau pont reliant Hekou à Lào Cai

Ce pont est situé sur l’axe autoroutier Kunming-Hanoi. Récemment mis en service, il est emprunté essentiellement par les transporteurs de commerce international. Source : Caroline Grillot, janvier 2009.

3 - Quelques explications sur la pérennité des représentations sociales

13Dans les conversations et les commentaires recueillis à Hekou, l’on identifie plusieurs niveaux de discours où les représentations sociales chinoises ou vietnamiennes trouvent source, sont formulées et se propagent. Le premier niveau est d’abord idéologique : la voix officielle est diffusée en fonction des relations diplomatiques et des politiques économiques du moment (dont les thèmes sont la collaboration, l’échange, les relations harmonieuses). Le second niveau se situe sur le plan individuel qui privilégie une approche empirique ancrée dans un savoir public subjectif.

L’approche idéologique

  • 70 « Propager l’esprit de défense des frontières, propulser la stratégie de démonstration du grand am (...)

« To propagate the spirit of the frontier defence, to propel the strategy of showing the great love to the people and strengthening the frontier defence [sic]. »70

14À sa façon, le slogan de propagande (en anglais dans la source originale : une banderole affichée sur le fronton du poste frontière de Hekou) ci-dessus donne le ton : celui d’un écart entre un discours officiel et les pratiques sur le terrain. La nature antithétique des liens historiques entre la Chine et le Viêt Nam (« ami-ennemi » et « aîné-cadet ») sous-tend encore la relation contemporaine de leurs peuples, malgré des efforts continus pour construire une nouvelle relation basée sur l’économie à travers leurs acteurs les plus directement impliqués : les commerçants locaux et les travailleurs migrants. Ici – comme c’est généralement le cas à chaque poste frontière principal du pays – l’accent est mis sur la notion de frontière et de défense. À d’autres moments, l’idéologie de la fraternité socialiste peut aussi stratégiquement émerger. Mais, comme le souligne l’ethnologue Zhang Juan (2011 : 312), à propos de ses travaux sur Hekou :

  • 71 Traduction de Caroline Grillot.

« [la] Mémoire à la frontière est pleine d’ambiguïté ; elle se trouve dans un état de liminalité qui oscille constamment entre l’oubli et le souvenir. Les gens de la frontière ne peuvent jamais oublier, ni totalement se souvenir, et demeurent aux limites de la réminiscence tout en s’efforçant d’aller de l’avant71. »

15Quel que soit le message que le bureau de propagande de Hekou souhaite exprimer par ce slogan, cela ne semble pas suffisamment adapté à la nature des activités d’échanges intenses qui se produisent juste au-dessous de ces mots : un flux continu de carrioles remplies de quantités impressionnantes de produits prêts à être exportés de l’autre côté de la rive du Fleuve rouge. Que le dialogue dans les hautes sphères de décision des deux pays soit harmonieux ou non importe peu au niveau des relations de voisinage. Ce qui compte pour les populations locales, c’est l’impression que leurs voisins laissent derrière eux. Quel niveau de confiance faut-il accorder d’après ce que les comportements révèlent ? Comment peut-on établir des relations durables fondées sur des échanges empiriques ? En ce sens, ces slogans politiques paraissent obsolètes et enracinés dans une rhétorique politique lointaine qui ne résonne pas nécessairement au sein des populations chinoises.

L’expérience individuelle

16Quiconque vit un certain temps à la frontière acquiert une connaissance empirique de son/ses voisins, à travers différentes formes d’interactions et d’expériences. Mais il reste difficile d’évaluer dans quelle mesure cette connaissance repose sur l’exactitude, ainsi que l’impact du jugement public, d’une personnalité ou d’un événement particulier. Guidés par une connaissance subjective publique, les gens élaborent leur perception d’un groupe social donné pour soutenir une réalité commune partagée par d’autres. Lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils pensaient généralement de leurs voisins – les Vietnamiens ou les Chinois – mes informateurs m’ont toujours livré des réponses spontanées révélant un large éventail de superlatifs. Une anecdote illustrait aussitôt un point de vue afin d’étayer sa pertinence. Ceux qui étaient présent lors de la conversation commentaient souvent et ajoutaient quelques éléments afin de souligner l’argument, de telle sorte qu’il n’y ait aucun doute sur sa véracité. Un migrant qui arrive dans une de ces villes frontalières écoute les expériences et opinions de chacun sur ses nouveaux voisins avant d’avoir l’opportunité d’approcher et d’échanger directement avec les Vietnamiens. Il identifie rapidement une certaine cohérence dans le discours des gens, bien que plutôt dépréciatif ; un tel discours ne correspondant pas nécessairement à celui, plus neutre ou orienté vers l’économie, qui émerge des médias et des propos officiels.

4 - Comment la position et le traitement réservés aux femmes déprécient l’image des Vietnamiens

Approcher les Vietnamiennes

17Lorsque de nouveaux commerçants arrivent à Hekou avec pour ambition de se lancer dans le commerce frontalier, ils ont généralement déjà quelques connaissances de la ville. Ils viennent « faire un tour » ou « enquêter ». Dans cet espace de migration dédié au commerce frontalier, la plupart d’entre eux établissent leurs affaires en fonction de leur familiarité avec deux types de sphères : la sphère de compétence ou le secteur d’activité, et la sphère des laoxiang [les natifs des mêmes villages, villes ou provinces]. Ainsi, outre les indications nécessaires sur les règles du commerce que ces relations leur fournissent, les nouveaux arrivants sont également rapidement initiés au contexte social local. Comme quasiment partout ailleurs en Chine, les pratiques commerciales impliquent souvent une visite rituelle des lieux de divertissement locaux avec les partenaires commerciaux. Dans le cas de Hekou, cela inclut les repas au restaurant, les séances de karaoké, les visites au casino à la frontière, et parfois une visite express au Viêt Nam pour se familiariser avec l’environnement. Cela peut signifier un simple passage à Lào Cái, voire une escapade à Sapa, l’attraction touristique locale, ou même une courte virée à Hanoi, la capitale. Cependant, la plupart des nouveaux arrivants entendent très vite parler du célèbre marché vietnamien de Hekou, où ils partent s’aventurer à un moment donné au cours de leur séjour.

18Dans ce lieu qui évoque clairement la présence de la population vietnamienne dans la ville, les nouveaux arrivants peuvent apprécier (ou déprécier) la gastronomie vietnamienne, acheter des produits exotiques (la plupart des magasins sont gérés par des Vietnamiennes) et essayer un massage offert par une jeune femme vietnamienne. En règle générale, l’ultime activité de découverte de la présence vietnamienne consiste à profiter des services sexuels proposés par une prostituée exotique, que ce soit sur place (dans l’un des nombreux bordels du marché) ou dans un hôtel de proximité. Les prostituées vietnamiennes sont devenues un outil important employé par les partenaires d’affaires locaux pour créer la familiarité avec l’Autre et construire un partenariat (Grillot 2009). Ces femmes offrent à la fois une représentation séduisante de leur pays, et d’un point de vue relationnel, une perspective engageante du Viêt Nam.

19Tandis que les nouveaux arrivants profitent de ces rencontres avec leurs nouveaux voisins, ils viennent aussi observer de façon plus spécifique comment leurs compatriotes organisent leurs activités commerciales en collaboration avec leurs partenaires vietnamiens. Par exemple, les grossistes en biens de consommation – la grande majorité des commerçants chinois à Hekou – font appel à des porteurs vietnamiens pour transporter leurs marchandises au Viêt Nam, que ce soit par voie légale ou par voie de contrebande.

20La majorité de ces (trans)porteurs sont des Vietnamiennes, dont la force, l’autonomie et l’efficacité sont très appréciées. Par ailleurs, au cours de leurs premiers voyages d’affaires au Viêt Nam, les Chinois profitent des services de guides locaux, activité largement dominée par les femmes. Toujours dans le domaine des services, les commerçants embauchent souvent des Vietnamiennes (beaucoup d’entre elles étant d’origine hoa) pour traduire les négociations, les discussions et les transactions avec leurs clients vietnamiens. Le rôle de négociatrices qu’elles jouent aide à surmonter les malentendus culturels et à établir une coopération efficace et des relations de confiance entre les peuples vietnamien et chinois. Le fait d’être les acteurs privilégiés des interactions directes entre associés met ces femmes – souvent jeunes et célibataires – dans la position de représentantes de l’altérité. Par conséquent, plus les nouveaux arrivants passent de temps à Hekou, plus ils remarquent les différents niveaux de relations entre acteurs locaux chinois et vietnamiens, et plus ils se créent des « images » à partir de leurs perceptions, leurs expériences et l’intégration du discours local, qui, en retour, s’enrichit de nouvelles validations et variantes.

Le machisme vietnamien en question

21Monsieur Tang, la soixantaine, est un commerçant de Yiwu (province du Zhejiang) arrivé à Hekou avec son fils en 2007 pour ouvrir un commerce de gros de tissus de rideaux. Il a déjà visité le Viêt Nam et n’est pas vraiment enthousiaste à ce sujet. Ses impressions sur le peuple vietnamien qu’il a côtoyé depuis qu’il est arrivé à Hekou sont mitigées. Monsieur Tang, ravi de partager son point de vue, semblait particulièrement intéressé par la question des rapports de genre :

« Les hommes vietnamiens frappent leurs épouses publiquement ! Mei you mianzi [ils perdent la face]... En Chine, nous méprisons un homme s’il bat sa femme devant les autres, mais au Viêt Nam, c’est normal, c’est la façon dont un homme montre son autorité. En chinois, nous avons un dicton : jia chou bu ke wai yang [on ne lave pas son linge sale en public]. »

22Et si les clichés ont la vie dure, les réalités observables au quotidien peinent encore à les contredire, comme en attestent le nombre d’études sur la violence domestique au Viêt Nam (Rydstrøm 2003 : 676-697). Ces études soutiennent les insinuations de Monsieur Tang en montrant que la limite entre les sphères domestique et publique au sein desquelles les maris vietnamiens peuvent exprimer leur mécontentement, notamment par des agressions physiques, est relativement floue dans la société vietnamienne. Par ailleurs, plusieurs informateurs en Chine m’ont affirmé qu’il est difficile de faire confiance à un homme qui fait travailler sa femme. L’établissement des relations commerciales souffre donc de ces perspectives personnelles qui entachent l’image des marchants et travailleurs vietnamiens : la prise de responsabilités d’un homme se mesure avant tout à sa façon de gérer sa vie personnelle. Monsieur Tang poursuit :

« En Chine, un homme riche peut éviter de travailler dur et se permettre de profiter d’une certaine oisiveté, mais un homme pauvre sera méprisé s’il ne tente rien pour améliorer son quotidien, et s’il se contente d’envoyer sa femme travailler pour faire vivre la famille. Au Viêt Nam, c’est différent, nanren chi ruan fan [les hommes mangent du riz mou], ça ne les dérange pas ».

23Tel de nombreux autres commerçants établis ou en devenir dans les bourgades frontalières commerçantes de la frontière sino-vietnamienne, Monsieur Tang exprime à demi-mot les difficultés rencontrées auprès de ses partenaires vietnamiens pour mettre en place une collaboration à long terme, faite de contrats respectés et de communication honnête. À cela, il faudrait opposer le discours vietnamien sur lequel des chercheurs se penchent déjà (Turner 2010 : 265-287, Endres : 2012) et qui permettront d’identifier ce qui réellement, aujourd’hui, crée un frein au développement économique espéré dans ces régions.

Conclusion

  • 72 Dans la contribution à venir de l’ouvrage collectif (Grillot et Zhang), il s’agira d’explorer dava (...)

24Que ressort-il de ces expériences sur l’anticipation et la réalité des collaborations ? Ce chapitre visait à illustrer par des exemples concrets le contexte dans lequel les échanges humains puis commerciaux s’opèrent entre Chinois et Vietnamiens, notamment depuis la réouverture de la frontière et la reprise active des activités économiques, fussent-elles du domaine régulier ou parallèle. Fondé sur de nombreuses conversations avec les petits commerçants et entrepreneurs chinois de Hekou, ce rapide aperçu de la fragilité des rapports sociaux démontre l’impact du contexte historique, idéologique et culturel, mouvant et sensible dans lequel une dynamique renouvelée d’échanges tente de se maintenir. Les tensions existant entre des communautés touchées par le bouleversement des valeurs et la restructuration des hiérarchies et des frontières sociales dans leur société respective révèlent qu’il est aussi difficile de faire abstraction des différences que de négocier efficacement le dépassement des stéréotypes pour mener à bien les projets personnels dans un environnement où tout incite à la prudence72.

Notes

67 Cette contribution est issue de la thèse de Caroline Grillot intitulée The Fringes of Conjugality. On Fantasies, Tactics and Representations of Sino-Vietnamese Encounters in Borderlands (2012).

68 La domination de l’économie chinoise et les rapports diplomatiques complexes entre les pays de cette région du monde est une récurrente source de grief et de controverse au sein de la population vietnamienne et un objet constant de souci pour le gouvernement à Hanoi, les deux parties aspirant à davantage d’autonomie et de pouvoir de décision.

69 Les Hoa, au nombre de 823 071 selon le dernier recensement (2009) sont le groupe ethnique chinois du Viêt Nam. Établis depuis des siècles au Viêt Nam dans le secteur économique, ils ont fui massivement le régime après la Guerre du Viêt Nam, puis en 1978-1979 durant le conflit qui opposa la Chine et le Viêt Nam à cause du Cambodge. Une partie d’entre eux sont revenus s’installer au Viêt Nam après l’ouverture économique du pays et le rétablissement des échanges frontaliers entre la Chine et le Viêt Nam à partir de la fin des années 1980. Par leur histoire et leur culture, ils se distinguent des migrants chinois plus récemment installés dans les centres urbains commerciaux du Viêt Nam.

70 « Propager l’esprit de défense des frontières, propulser la stratégie de démonstration du grand amour au peuple, et renforcer la défense des frontières [sic] » (traduction de Caroline Grillot à partir de l’anglais, lui-même traduction approximative d’un slogan chinois).

71 Traduction de Caroline Grillot.

72 Dans la contribution à venir de l’ouvrage collectif (Grillot et Zhang), il s’agira d’explorer davantage le rôle de certaines catégories professionnelles dans la mise en place des modes de communication entre deux communautés d’acteurs économiques. Le rôle des prostituées vietnamiennes de Hekou, ainsi que la place des femmes dans la nature et la pérennité des échanges seront mis en lumière.

Table des illustrations

Titre Figure 6. Les postes frontaliers entre la Chine et le Viêt Nam
Légende Source : conception de Danielle Tan sur un fond de carte de Google Maps.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Photo 1. Le nouveau pont reliant Hekou à Lào Cai
Légende Ce pont est situé sur l’axe autoroutier Kunming-Hanoi. Récemment mis en service, il est emprunté essentiellement par les transporteurs de commerce international. Source : Caroline Grillot, janvier 2009.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540