Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est dans le « siècle chinois »

 | 
Danielle Tan
, 
Caroline Grillot

Introduction

Texte intégral

L’émergence de la Chine : un sujet de débat croissant

  • 1 Bloomberg news, 2010, « China Overtakes Japan as World’s Second-Biggest Economy », 16 août.
  • 2 Ministry of Finance of the People’s Republic of China, 2013, Report of the Implementation of Centr (...)

1En quelques décennies, la Chine est devenue une puissance économique de premier plan. En 2010, les investissements chinois avaient atteint 68,81 milliards de dollars, alors qu’ils ne représentaient que 100 millions de dollars dans les années 1980. Bien qu’aujourd’hui ils ne constituent que 5 % du stock global des IDE (Investissements Directs Étrangers), la Chine est néanmoins passée de la 12e à la 5e place parmi les pays investisseurs les plus importants (MOFCOM 2011). En août 2010, la Chine a officiellement dépassé le Japon pour devenir la deuxième plus grande économie du monde1, et possède désormais le deuxième plus grand budget militaire, soit 114,3 milliards de dollars en 2013 selon les prévisions officielles chinoises2.

  • 3 L’Asean comprend le Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, la Birmanie, les Phili (...)
  • 4 Chiffres cités par le Secrétariat de l’Asean, au 21 octobre 2011. Pour un détail de la répartition (...)
  • 5 Appelé aussi China-Asean Free Trade Area (CAFTA). Le Laos, le Viêt Nam, le Cambodge et la Birmanie (...)
  • 6 Cf. http://www.asean-china-center.org/english/2010-01/01/c_13263385.htm [consulté le 1er juillet 2 (...)
  • 7 Xu Rui, 2013, « China-ASEAN Trade to Hit 500 bln USD », Xinhua, 23 juillet, cf. http://www.asean-c (...)
  • 8 Cf. http://www.asean.org/asean/external-relations/china/item/asean-china-dialoguerelations [consul (...)

2Dans les dix pays membres de l’Asean3, les investissements chinois totalisaient environ 12 milliards de dollars en octobre 20114. Le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’Asean est passé de 6,3 milliards de dollars en 1991 à plus de 231 milliards de dollars en 2008. Les négociations ont abouti au 1er janvier 2010 au lancement de l’Asean-China Free Trade Area (ACFTA)5, la troisième plus importante zone de libre-échange au monde – après l’Union Européenne et l’Alena (en anglais, North American Free Trade Agreement, NAFTA) – rassemblant près d’1,9 milliard de personnes et représentant un PIB total de 6 000 milliards de dollars, soit un neuvième du PIB mondial, ainsi qu’un volume commercial équivalent à 4 500 milliards de dollars6. Les échanges commerciaux entre la Chine et l’Asean ont atteint un volume record de 400,1 milliards de dollars en 2012, et devraient s’élever à 500 milliards de dollars en 2015, selon les prévisions avancées par le ministère chinois du Commerce7. Depuis 2009, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Asean, dépassant le Japon et l’Union Européenne8.

Figure 1. Évolution des IDE chinois dans le monde depuis 1982 (milliards de dollars)

Figure 1. Évolution des IDE chinois dans le monde depuis 1982 (milliards de dollars)

Source : UnctadStat 2011 cité dans Kobylinski (2012).

Figure 2. Évolution des IDE chinois par région entre 2004 et 2010 (milliards de dollars)

Figure 2. Évolution des IDE chinois par région entre 2004 et 2010 (milliards de dollars)

Source : 2010 Statistical Bulletin of China’s Outward FDI cité dans Kobylinski (2012).

  • 9 Quelques exemples parmi d’autres : Yanzhou Coal Mining a acheté la compagnie australienne Felix Re (...)

3Si l’Asie du Sud-Est représente le marché de prédilection des entreprises chinoises, celles-ci sont désormais solidement implantées sur tous les continents (MOFCOM 2011 ; Salidjanova 2011 ; Kobylinski 2012). L’augmentation substantielle des investissements chinois a été permise grâce à la mise en place d’une politique spécifique en direction des entreprises à l’étranger – zouchuqu zhanlüe, 走 出 去 战 略 (Going out strategy) – initiée au début des années 2000 par les autorités chinoises, visant d’une part, à sécuriser leur accès aux matières premières pour satisfaire les besoins croissants du marché chinois qui dépassent largement l’offre nationale, et d’autre part, à faire émerger de solides compagnies capables de rivaliser avec les multinationales étrangères. Les investissements réalisés sont en majorité dirigés par le gouvernement chinois et destinés en partie à financer les projets de fusion et d’acquisition des grandes entreprises étatiques dans le secteur pétrolier, minier, hydroélectrique, ou des télécommunications, et dans une moindre mesure dans le secteur agricole. La crise financière de 2008 a notamment permis aux grandes entreprises étatiques chinoises de racheter les plus grandes compagnies minières et pétrolières9.

  • 10 Nanyang, dont la traduction littérale serait « Mers du Sud », est le terme chinois pour désigner c (...)
  • 11 Le mot coolie est, à l’origine, le nom d’une tribu du Gujarat en Inde. Il s’est étendu pour prendr (...)
  • 12 En d’autres termes, un va-et-vient temporaire et répétitif entre le foyer d’origine et le ou les p (...)

4Cette émergence chinoise s’accompagne également de mouvements migratoires impressionnants à l’échelle mondiale, écrivant ainsi une nouvelle page de l’histoire de l’expansion du peuple chinois. En effet, la migration chinoise d’aujourd’hui ne ressemble en rien aux vagues précédentes. Les flux se sont considérablement diversifiés et les profils socio-démographiques se sont complexifiés. Les vagues précédentes de migrants étaient constituées de commerçants (nanyang huashang10 – 南洋华商) et de coolies11 (huagong – 华工), originaires principalement de la Chine méridionale (Guangdong, Fujian et Hainan). Depuis les réformes libérales entreprises par Deng Xiaoping (à partir de 1978, des hommes et des femmes originaires de toute la Chine ont commencé à se déployer à travers le monde entier, « surfant » sur la globalisation, dont les rouages ne sont pas nouveaux pour ce vieux peuple de migrants. Petits commerçants, hommes d’affaires, professions libérales, étudiants, artistes ou employés travaillant sur les nombreux chantiers obtenus par les entreprises chinoises, constituent les nouvelles figures d’une migration chinoise devenue circulaire12, familiale et largement féminisée. Dès lors, les contours et les dynamiques de cette troisième vague de migration, dont le rayonnement géographique dépasse largement les phases migratoires précédentes, sont multiformes et foisonnants en raison de la multiplicité des interactions possibles.

  • 13 Il existe pléthore de livres, documentaires et articles publiés par des journalistes qui ont enquê (...)

5Cependant, cette fulgurante ascension suscite des inquiétudes à travers le monde. La montée en puissance de la Chine est ainsi devenue un des thèmes les plus prolifiques de ces dernières années, aussi bien dans le milieu académique que dans la sphère publique13. Les attitudes et les jugements oscillent le plus souvent entre fascination et peur, enthousiasme et hostilité. Au-delà du débat plus large entre les spécialistes des relations internationales qui voient cette expansion comme une menace pour le système international existant (Mearsheimer 2001, 2006 : 160-162, 2010 : 381-396 ; Mosher 2002 ; Storey et Yee 2002 ; Storey 2013), et ceux qui considèrent la Chine davantage comme une puissance favorable au statu quo (Johnston 2003 : 5-56 ; Kim 2004 : 37-54 ; Zheng 2010), une analyse plus spécifique concerne son impact sur les « pays en développement ». Les opposants accusent la combinaison « investissements/aide au développement » déployée par la Chine dans les pays pauvres d’introduire une nouvelle forme de colonialisme, reposant sur le pillage des ressources naturelles et la mise à mal de leurs marchés du travail à travers l’imposition de bas salaires et l’introduction d’une main-d’œuvre chinoise abondante (Kurlantzick 2007 ; Eisenman, Heginbotham et Mitchell 2007). Certains vont même jusqu’à prédire que l’attrait croissant pour le soi-disant « modèle chinois » – également nommé « consensus de Pékin » (Ramo 2004) – se traduira par la propagation d’un « capitalisme autoritaire » (Naim 2007 ; Friedman 2009 : 7-12 ; Kurlantzick et Link 2009 : 13-28 ; Halper 2010). D’un autre côté, un nombre croissant de chercheurs affirment que l’expérience de développement chinois propose des leçons plus utiles, et que sa politique d’investissement dénuée de conditionnalités offre des bénéfices plus tangibles que la rhétorique du développement participatif et de l’aide conditionnelle assénée par l’Occident (Brautigam 2011 ; Moyo 2009). Un troisième point de vue plus sceptique suggère que l’impact de la Chine sur les pays en développement est surestimé, car ses institutions et ses modèles sont inexportables et son soft power reste limité (Naughton 2010 : 437-460 ; Shambaugh 2013).

  • 14 À l’exception de l’ouvrage de Billé, Delaplace et Humphrey (2012) concernant les relations entre l (...)

6Malgré une plus grande nuance dans la littérature sur l’engagement de la Chine dans le monde, en particulier en Afrique (Strauss et Saavedra 2010 ; Monson et Rupp 2013 : 21-44), les analyses vont rarement jusqu’à examiner ce que la rencontre avec la Chine produit en termes de nouvelles configurations sociales, économiques, politiques ou culturelles au sein des milieux où ses entrepreneurs et ses travailleurs s’implantent. La littérature prolifique sur « la Chine en Afrique » – qui représente la majeure partie des études discutant de la nouvelle présence de la Chine dans le monde – est largement fondée sur l’analyse des déclarations des hommes politiques, des documents gouvernementaux, et des promesses d’investissement. Cela conduit à surestimer les effets du « modèle chinois » sur les structures politiques et à sous-estimer l’impact des rencontres interpersonnelles sur les moyens de subsistance et les aspirations des individus. Par ailleurs, l’accent disproportionné sur l’Afrique a occulté l’importance de l’émergence de la Chine pour ses voisins les plus proches14. Cette omission est particulièrement flagrante dans le cas de l’Asie du Sud-Est qui a toujours été le principal théâtre des engagements commerciaux de la Chine avec le monde (Lombard 1990) ; Reid 1988, 1993).

  • 15 Je tiens à remercier l’Irasec pour la bourse de terrain qui a permis de lancer ce projet.

7Ce constat est le point de départ de ce projet soutenu par l’Irasec15 qui vise à explorer les relations entre la Chine et l’Asie du Sud-Est. L’objectif final est de publier (en anglais) un ouvrage collectif rassemblant les travaux universitaires les plus récents analysant la manière dont l’expansion chinoise en Asie du Sud-Est est en train de bousculer profondément le paysage socio-politique et économique de la région. Au titre de travail préliminaire, ce présent Carnet se propose de poser les bases de la discussion en commençant par analyser cette relation par des études de cas au Cambodge, au Viêt Nam et au Laos.

Évolution des études sur la diaspora chinoise et de ses problématiques

8Les relations de l’Asie du Sud-Est avec la Chine se distinguent notamment en raison de la présence au cours des siècles d’une importante population d’origine chinoise (Wang 1959, 1991 ; Pan 1994 ; Reid 1996 ; Liu 2006). Jusqu’au début des années 1990, les recherches sur la migration chinoise se sont focalisées sur sa diaspora (Overseas Chinese Studies), à travers la question de l’identité, du nationalisme ou de la domination économique (Lim et Goslin, 1983 ; Cushman et Wang 1988 ; Suryadinata 1989 ; McVey 1992 ; Wang et Wang 1998 ; Pan 2000). On assiste aujourd’hui à un regain d’intérêt concernant ce champ d’étude, favorisé par un nouveau contexte de globalisation qui a pour effet le redéploiement des migrations internationales, l’avènement d’une nouvelle phase migratoire caractérisée par la fuite des cerveaux ainsi que le développement d’un capitalisme transnational et des réseaux de l’immigration clandestine.

9Il est important de souligner que l’étude de la diaspora chinoise n’a jamais été neutre. Elle a été initiée par les administrateurs coloniaux qui cherchaient à comprendre les minorités ethniques afin de mieux les contrôler. Les empires coloniaux européens dépendaient notamment des réseaux chinois pour développer et mettre en valeur leurs colonies. Considérés comme une menace potentielle et un « problème », les Chinois d’outre-mer (huaqiao – 华侨) ont, très tôt, fait l’objet d’une surveillance particulière. Les premiers sinologues étaient des administrateurs coloniaux ou des missionnaires. L’administrateur anglais J. D. Vaughan écrivit en 1879, The Manners and Custums of the Chinese of the Straits Settlements, affirmant une homogénéité parmi les Chinois. La première étude sur les Chinois en Asie du Sud-Est, The Chinese Abroad, date de 1924, conduite par H. F. Mac Nair, professeur d’histoire à St John’s University à Shanghai. Il fut le premier à examiner le problème de la protection et du statut des Chinois d’un point de vue international. Puis W. L. Wynne publia en 1941, Triads and Tabut, qui est devenu un classique sur la diffusion des sociétés secrètes chinoises et islamiques dans la péninsule malaise de 1800 à 1935. Les Hollandais étudièrent également les Chinois : le sinologue J. J. M. de Groot, s’intéressa aux sociétés secrètes du Kalimatan occidental et aux Kapitein en particulier, les leaders chinois qui menèrent la rébellion de 1740. D’autres études furent menées dans les années 1920 sur les activités économiques des Peranakans, les Chinois métissés d’Indonésie, ainsi que sur leurs coutumes et leurs positions politiques. Le missionnaire Kenneth Landon (1941) étudia les Chinois de Thaïlande, et sa femme fut l’auteur du célèbre livre Anna and the King of Siam. En 1948, l’administrateur colonial anglais, J.S. Furnivall élabora le concept de « société plurale » après avoir observé le fonctionnement des régions où le commerce était entre les mains d’immigrants chinois et indiens aux origines différentes de celles de la population autochtone, composée d’une élite et d’une paysannerie. Ce terme désigne des sociétés composées de catégories ethniques disparates dont chacune occupait une place particulière dans la structure économique. J. S. Furnivall considérait que les différents groupes ethniques ne pouvaient vivre en harmonie que si un pouvoir colonial en assurait leur cohésion. Il faut néanmoins préciser que J. S. Furnivall a posé les bases théoriques de ce concept à partir des travaux de l’économiste hollandais J. H. Boeke (1884-1956) dont les descriptions dans les années 1920 sur l’existence d’une « économie duale » au sein de la société indonésienne avaient pour but de justifier la politique coloniale hollandaise et de circonscrire les minorités ethniques dans la sphère économique traditionnelle. Selon lui, à côté d’une économie de marché « moderne » fonctionnant brutalement et sans morale, coexistait une autre sphère économique « traditionnelle » regroupant des communautés ethniques séparées qui possédaient leurs propres règles et un sentiment d’appartenance fort. Par conséquent, il ne lui semblait pas pertinent de développer et de moderniser ce secteur traditionnel à travers des méthodes plus modernes et productives – qui ne fonctionneraient pas selon lui – mais plutôt en augmentant la pression sociale (Bertrand 2005).

  • 16 Une note retrouvée au Centre des archives d’outre-mer (CAOM. GGI. M14 – 23267) intitulée « Recrute (...)

10La culture et la société chinoise intéressèrent peu les Français (Clammer 1981 : 15-26). Néanmoins, la colonisation française en Indochine marqua considérablement et de manière définitive les relations entre les différentes composantes ethniques. Les administrateurs français développèrent un schéma de pensée par catégorisation de « races » et de « nationalités », selon une « logique de portrait » très bien décrite par l’historien Alain Forest (1973 : 81-95) pour le cas cambodgien. Aux yeux du régime colonial, les Annamites produisaient de meilleurs fonctionnaires que les Laotiens ou les Cambodgiens, et des travailleurs plus dociles et moins chers que les Chinois. Le géographe Charles Robequain rapporte que les Laotiens et les Cambodgiens étaient réputés pour leur « indolence naturelle », contrairement à l’Annamite « unanimement reconnu comme le plus souple, le plus docile, le plus habile et le plus laborieux parmi les peuples de l’Indochine ». Les Tonkinois, par leur « abondance et leurs qualités individuelles », constituaient le meilleur réservoir de main-d’œuvre. Il remarqua cependant qu’ils restaient « inférieurs à l’ouvrier blanc ou même à l’émigrant chinois en Indochine » (Robequain 1948 : 86). En fait, le contrôle des Chinois ajoutait un coût supplémentaire, ce qui les rendait plus chers que les Annamites16.

11Quant aux chercheurs chinois, ils entreprirent l’étude des Chinois d’outre-mer bien après la création de la République Populaire de Chine (RPC), lorsque celle-ci commença à réaliser leur importance (Stephan Fitzgerald 1972). Mais ce courant d’études fut faiblement développé en raison du statut peu important des sciences sociales par rapport à celui amorcé par les chercheurs chinois formés en Occident. L’université de Shanghai mit en place un département des Nanyang studies dès les années 1920.

  • 17 En effet, une partie de la communauté chinoise de Malaisie avait soutenu activement les maquis com (...)

12Dans le contexte de la Guerre froide, les recherches se poursuivirent afin d’évaluer le positionnement des Chinois d’outre-mer, suspectés d’être une « cinquième colonne » à la solde de la Chine communiste17. De nombreuses études furent conduites par les Anglais principalement, car ils cherchaient à mieux connaître la République Populaire de Chine qui venait de naître. Faute de pouvoir y aller, ils étudièrent les Chinois d’outre-mer, faisant l’hypothèse que leur puissance économique pourrait être utilisée par les Communistes. Ils étaient donc étudiés dans le but de minimiser les risques politiques des Occidentaux. Les travaux de Victor Purcell, C. P. Fitzgerald et de Maurice Freedman sont représentatifs de cette période où la connaissance des communautés chinoises d’Asie du Sud-Est alimentait les décisions politiques et économiques. Victor Purcell fut le premier à fournir un travail monumental en 1951, couvrant toute la région et développant une approche historique. À partir de son observation en tant qu’administrateur colonial en Malaisie où il avait en charge de superviser la communauté chinoise, il avança l’hypothèse que tous les Chinois se ressemblaient et qu’ils ne jouaient pas de rôle politique (Purcell 1948). À cause de cette hypothèse erronée, il passa à côté des problèmes d’assimilation et de divisions communautaires en Malaisie.

13La fondation de la République Populaire de Chine en 1949 sonna l’arrêt de l’immigration chinoise. À partir de cette date, les études sur la diaspora chinoise ont été considérées sous un angle ethnique, abordant la question de l’intégration dans la société d’adoption. L’anthropologue britannique Maurice Freedman (1979) ouvrit la voie en explorant comment les attributs culturels pouvaient permettre une intégration/assimilation, prenant en compte le contexte historique et d’installation des Chinois de Malaisie. Sa problématique de recherche était posée de la manière suivante : quels attributs la personne doit-elle avoir pour être considérée comme chinoise ? Comment mesurer le degré de sinité : à travers la citoyenneté, l’auto-identification, l’usage de la langue, l’adhésion aux valeurs culturelles, le type d’éducation choisie, le choix du partenaire conjugal, ou le choix des associés ? Quant à l’anthropologue américain William Skinner (1957, 1958), il étudia le leadership et la structure du pouvoir dans la communauté chinoise en Thaïlande, en analysant les associations économiques et les mariages interethniques.

  • 18 Ces communautés assimilées correspondent respectivement à la Malaisie, l’Indonésie, les Philippine (...)

14Wang Gungwu, spécialiste de la Malaisie, fut le premier à établir une grille d’analyse permettant d’appréhender les problématiques identitaires des Chinois d’outre-mer et leur rapport à la politique (1978). Il distingue quatre grands cas de figures : premièrement, les communautés qui restent nettement chinoises, que ce soit par la nationalité et/ou par les relations économiques avec Pékin et/ou Taipei ; deuxièmement, les communautés qui s’identifient d’abord à la diaspora elle-même, à travers des organisations spécifiques et ses regroupements géo-dialectaux : dans ce cas de figure majoritaire, le rapport au pays d’accueil et à la Chine apparaît secondaire et essentiellement opportuniste ; troisièmement, les communautés ou les individus qui s’impliquent dans le pays d’accueil : « minorité dans la minorité », ce groupe est surtout constitué d’éléments des couches supérieures ; enfin, les communautés assimilées, babas, peranakans, mestizos, luk chin18, dont la sinité serait diluée ou effacée. Un mouvement de re-sinisation amorcé à partir de la fin du XIXe siècle semblerait s’accélérer ces dernières années pour des raisons économiques, avec la présence grandissante de la Chine dans l’économie sud-est asiatique. Toutefois, ces groupes ne sont pas statiques. Le second groupe est le plus nombreux, mais les frontières sont floues et changeantes selon les périodes. De plus, cette grille d’analyse renseigne peu sur les conditions de changements, exceptés les facteurs internes et internationaux. Wang Gungwu défend l’idée que les Chinois préfèrent maintenir une identité chinoise, mais les cas de l’Indonésie, des Philippines et de la Thaïlande montrent le contraire, dans la mesure où ces Chinois s’engagent dans des partis locaux, sans mettre en avant leur sinité. Néanmoins, l’apport essentiel des travaux de Wang Gungwu repose sur la démonstration de multiples identités chinoises. Il distingue quatre types d’identités, dépendantes des conditions de vie : l’identité ethnique (« race »), l’identité nationale (politique), l’identité de classe (économique) et l’identité culturelle.

15Dans les années 1980, Linda Lim et Peter Gosling (1983) firent l’hypothèse qu’avec la modernisation, les différences culturelles et sociales s’estomperaient et que l’essor économique diminuerait les divisions ethniques. Il semblerait pourtant qu’aujourd’hui, l’identité ethnique continue de jouer un rôle économique et politique fondamental. Ils posèrent néanmoins des questions pertinentes, par exemple, dans quelle mesure les conflits ethniques sont-ils causés par l’existence de cultures différentes, par la domination d’une classe socio-économique, ou encore par la combinaison des deux ? L’acculturation et l’assimilation sont-elles des conditions nécessaires pour éviter les conflits ethniques ? A-t-on la preuve que lorsque les Chinois sont plus acculturés et assimilés, on constaterait une absence de conflits ethniques ? Ou bien les élites des pays déterminent-elles l’intensité du conflit, voire l’absence ou la présence de conflits ethniques ?

16D’autres ont mis l’accent sur les spécificités culturelles – un esprit d’entreprise propre au monde chinois et transcendant les frontières nationales – pour expliquer la réussite des Chinois d’outre-mer en Asie du Sud-Est. Pour Gordon Redding (1990), s’il est difficile de trouver un « entrepreneur typique » au sein de la diaspora chinoise en raison de sa grande diversité, il existe cependant un « esprit du capitalisme chinois » (the spirit of Chinese capitalism), c’est-à-dire des valeurs, croyances et des pratiques communes aux Chinois d’outre-mer, fondées sur une structure organisationnelle familiale et paternaliste, le secret concernant la marche des affaires, et l’utilisation de réseaux de connaissances (guanxi – 关系) liées par la confiance. Ces entreprises familiales se sont progressivement transformées en conglomérats puissants à travers toute l’Asie du Sud-Est, formant une sorte de « Bamboo network » qui serait à l’origine du « miracle asiatique » ainsi que de la transition de la Chine communiste vers une économie de marché (Weidenbaum et Hughes 1996). D’autres chercheurs se sont opposés à cette vision purement essentialiste des pratiques entrepreneuriales chinoises (Gomez et Hsiao 2001 ; Yao 2002 ; Gomez et Benton 2004 : 1-19). Les recherches se sont ensuite intéressées à analyser la manière dont la montée en puissance de la Chine changeait le mode d’organisation traditionnelle des réseaux économiques de la diaspora et pouvait leur être profitable (Wee et Chan 2006 : 328-349 ; Gomez 2006 : 350-363 ; Surydinata 2006).

  • 19 Cf. Arnaud Leveau (2003).
  • 20 Pour les exceptions, voir Szanton Blanc (1997 : 261-286) ; Suryadinata (2006) ; Thunø (2007) ; Liu (...)
  • 21 Cf. Journal of Chinese Overseas ; Chinese Heritage Centre, http://chc.ntu.edu.sg/Pages/Home.aspx; (...)

17En Asie du Sud-Est, certains pays sont plus étudiés que d’autres, comme la Malaisie, Singapour, la Thaïlande ou l’Indonésie (Suryadinata 1989, 2006), alors que les recherches sur Brunei, la Birmanie et l’ancienne Indochine française restent quasiment vierges, à l’exception du Viêt Nam19. Toutefois, on assiste à un regain d’intérêt pour le sujet, revigoré par le renouveau de l’expression culturelle chinoise provoqué par les réformes politiques et économiques dans la région (Edwards 2012 : 274-278 ; Sai et Hoon 2013). Bien que l’importance croissante des relations avec la Chine ait également joué un rôle dans ce renouveau, peu de chercheurs en dehors de la Chine ont sérieusement envisagé l’effet de la nouvelle présence économique, migratoire et culturelle de la Chine sur le positionnement des anciennes communautés chinoises dans la région20. Les recherches manquent encore de conceptualisations théoriques sur l’identité chinoise, les nouvelles interactions entre les anciens et les nouveaux réseaux chinois, le rôle de l’État et son impact sur les communautés chinoises, de même que les aspects politiques de la diaspora sont négligés. Il existe peu d’études comparatives entre des pays du sud-est asiatique mais aussi avec d’autres régions du monde où est implantée la diaspora chinoise. Cette lacune est progressivement en passe d’être comblée21.

18Par ailleurs, le manque de théorisation est également soulevé par les chercheurs s’agissant du concept même de diaspora. En effet, l’usage du terme diaspora est récent dans les sciences sociales, ce qui peut s’expliquer par le fait que les groupes immigrés devaient perdre leur identité ethnique et s’assimiler aux normes locales (Anteby-Yemini, Bertitomière, Sheffer 2005 : 9-18). Au cours des années 1970 et 1980, lorsque les théories sur l’assimilation et l’intégration ont montré leur faillibilité, le recours à la notion de diaspora s’est fait de plus en plus fréquent pour décrire des groupes migrants caractérisés par une identité ethnique et un sentiment communautaire fort (Bruneau 2004). Mais ce concept fut cependant très rapidement remis en cause par les chercheurs (Medam 1993 : 59-66 ; Clifford 1994 : 302-338) qui pointaient le manque de théorisation, posant la question de savoir si la notion de diaspora revêtait une spécificité qui nécessiterait son utilisation plutôt que celle d’autres concepts en sciences sociales (Bordes-Benayoun et Schnapper 2006).

  • 22 « In many ways, diaspora is a word that has the kind of political content comparable to the term h (...)

19Wang Gungwu fait partie de ceux qui réfutent l’utilisation de ce terme, car il contribue, selon lui, à répandre l’idée d’un groupe diasporique chinois homogène, alors qu’il existe une multitude de communautés chinoises d’outre-mer, aux identités et aux trajectoires différentes, dont les modalités d’insertion ont beaucoup varié d’un pays à l’autre, déterminées par des facteurs comme les trajectoires historiques, l’importance numérique, ou le caractère géopolitique. Il montre notamment qu’« à bien des égards, le mot de diaspora revêt un type de contenu politique comparable au terme huaqiao qui possède également de nombreuses connotations politiques22. »

  • 23 Du grec ancien : speiro - σπείρω (semer, disperser) et le préfixe dia - διά (entre, à travers), le (...)
  • 24 Qui signifie « rester temporairement quelque part loin de chez soi. »

20En ce qui concerne la sémantique de la migration, il est important de rappeler que la langue chinoise n’utilise pas le terme de diaspora pour qualifier ses émigrants ; ce terme est lourd de sens, puisqu’il plonge ses racines dans la langue grecque23 et repose sur la transcription du mot hébreu, Galout, qui « fait référence à l’implantation de populations juives en dehors de la Palestine après l’exil babylonien et a acquis progressivement un sens plus large en décrivant des populations installées en dehors de leurs terres ancestrales » (Anteby-Yemini, Bertitomière, Sheffer 2005 : 9). Dans la langue chinoise, il n’y a pas eu d’appellation unique pour qualifier le phénomène d’émigration. Les qualificatifs ont évolué dans l’espace et dans le temps, selon le contexte géopolitique, et ont également été porteurs d’un champ sémantique très large et souvent pesant. Wang Gungwu (1992 : 1-10) nous apprend que jusqu’à la fin du XIXe siècle, il était question de Nanyang Huashang (commerçants chinois des Mers du Sud), et ce n’est qu’au cours des années 1880 qu’apparaît le terme qiao24 (侨 – émigrés temporaires) qui composera à partir du tournant du siècle l’appellation huaqiao (émigrés chinois). Ce terme qiao n’est pas neutre, car il désignait auparavant les officiels étrangers en Chine, et à partir de 1858, il est utilisé officiellement dans le traité sino-français de Tianjin pour donner un nouveau statut – temporaire mais protégé – à tous les Chinois résidant à l’étranger, puisque l’émigration était interdite depuis 1648 jusqu’à la levée de son interdiction en 1893.

21Ainsi, les marchands chinois du Nanyang sont devenus des Chinois d’outre-mer (Overseas Chinese), expression qui traduit huaqiao, avec cependant quelques ambiguïtés, puisque leurs profils et leurs situations se sont diversifiés avec la traite des coolies dans le monde et l’enracinement des générations antérieures. Aujourd’hui, le terme « Chinois d’outre-mer » recouvre aussi bien les migrants temporaires, les ressortissants chinois résidant outre-mer, les Chinois d’outre-mer naturalisés, mais dont le sentiment d’appartenance reste chinois, que les Chinois d’outre-mer naturalisés et plus ou moins assimilés. Après la décolonisation et la naissance des nouveaux États d’Asie du Sud-Est, où la déferlante des nationalismes s’en est violemment pris aux Chinois d’outre-mer, les accusant d’être des collaborateurs de la colonisation, la Chine a voulu rassurer les jeunes États-nations en ne considérant plus la totalité des Chinois d’outre-mer comme des « émigrés chinois temporaires », impliquant sa protection. La catégorie huaqiao fut restreinte officiellement en 1957, à la suite de la conférence de Bandung de 1955, et ne concernait plus que ceux qui avaient conservé la nationalité chinoise. Depuis 1995 et la mise en place du nouveau code de nationalité, les citoyens de descendants chinois ne doivent plus être appelés huaqiao. Les citoyens locaux d’origine chinoise sont désormais appelés huaren (华人) ou huazu (华族), leur équivalent en anglais serait ethnic Chinese, terme qui les différencie des Chinois de Chine, tandis que les descendants d’émigrés chinois ou d’un mariage interethnique qui ont cessé de se considérer comme Chinois rentrent dans la catégorie des huayi (华裔).

22Pour Ronald Skeldon (2003 : 51-66), le concept de diaspora – chargé symboliquement car véhiculant l’image de la victime – ne semble pas convenir pour décrire les trajectoires des nouveaux migrants (xin yimin – 新移民) qui partent volontairement et maintiennent des relations étroites, aussi bien avec leur foyer d’origine qu’avec d’autres noyaux de leur communauté dispersés à travers le monde. D’autres chercheurs ont tenté de pallier le manque de théorisation du concept de diaspora en soulignant en premier lieu que l’attribution de ce terme au seul groupe juif constituait une erreur dans la mesure où d’autres groupes « diasporiques » avaient existé avant, tels que les Phéniciens ou les Assyriens, et que des similitudes apparaissaient entre la diaspora juive et les groupes grecs et chinois de la seconde moitié du XIXe siècle. Trois premiers critères sont donnés pour définir la diaspora (Sheffer 1986) : le maintien d’une identité collective propre au sein du groupe « diasporisé » ; l’existence d’une organisation interne distincte de celle dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil ; et la présence de liens forts entre la « terre d’origine » (homeland) à travers de contacts réels (envoi d’argent) ou symboliques (vœu répété). D’autres typologies sont avancées pour comprendre et décrire les diasporas, reposant sur le degré d’homogénéité (cohesiveness) et le dynamisme de l’organisation diasporique, notamment l’efficience de leur structuration en réseaux transnationaux – ce qui caractérise bien la diaspora chinoise – ou le type d’organisation défini autour de trois pôles structurants (Bruneau 2004) : l’entreprenariat pour la diaspora chinoise ou libanaise, le religieux avec les exemples juifs et grecs et le politique pour les Palestiniens et les Tibétains.

23Les années 1990 ont vu émerger les notions d’espace transnational et de communautés transnationales. Les diasporas y sont désormais perçues comme des « nations sans frontières » qui recomposent le rapport au territoire et à l’État-nation, car ces groupes redéfinissent la notion de citoyenneté en créant une nouvelle catégorie de citoyens vivant physiquement dispersés à l’intérieur des frontières de nombreux États, mais qui participent socialement, politiquement, culturellement et économiquement à l’État-nation d’origine (Basch, Schiller et Szanton Blanc 1994). Ainsi, la notion de diaspora est inévitablement mêlée à celle de transnationalisme dans le contexte de la globalisation. Dans ce sens, les recherches de Aihwa Ong sont fondamentales. Cette anthropologue montre dans ses deux ouvrages, Undergrounded Empires (1996) puis Flexible Citizenship (1999), comment les Chinois d’outre-mer, à travers la figure de l’entrepreneur transnational, sans cesse en mouvement, aussi bien physiquement que mentalement, et détenteur de plusieurs passeports, incarnent bien cette rupture entre l’identité imposée par l’État-nation et l’identité personnelle résultant des changements migratoires et de l’évolution vers un marché global. Désormais, pour s’insérer dans l’ère de la globalisation, aussi bien les individus que les gouvernements développent une notion flexible de la citoyenneté et de la souveraineté reposant sur une stratégique d’accumulation du capital et du pouvoir. Ce nouveau cadre d’analyse au niveau transnational nous amène à déconstruire les concepts de catégories ethniques, de culture et de nation, après avoir mis à mal celui de l’identité. Il s’agit désormais de construire de nouvelles possibilités de conceptualiser l’espace social et le rapport identitaire des individus face à la globalisation.

24Au final, tous ces critères de définition tendent à décrire la notion de diaspora comme des communautés transnationales présentant une organisation multipolaire. Dans cette perspective, nous adhérons à la manière dont Emmanuel Ma Mung (2000) caractérise la diaspora chinoise, en proposant deux caractères morphologiques objectifs : la « multipolarisation de la migration » qui correspond à la définition classique de la diaspora au sens originel de la dispersion et « l’interpolarité des relations » dans la mesure où elle s’établirait comme un réseau complexe de liens non seulement avec le pays d’origine, mais aussi entre les différents pôles migratoires.

25La globalisation nous oblige à prendre conscience des différences entre et au sein des groupes de migrants chinois, car l’appartenance ethnique ou communautaire est plus que jamais au cœur de la construction des dynamiques transnationales. En définitive, les termes de « communautés transnationales » ou de « transmigrants » développés dans le cadre des Global studies pourraient mieux décrire la situation que vivent les migrants chinois aujourd’hui. Selon Riva Kastoryano (2000 : 353), la notion de communautés transnationales renvoie à :

« des communautés composées d’individus ou de groupes établis au sein de différentes sociétés nationales, qui agissent à partir des intérêts et des références communs (territoriales, religieuses, linguistiques), et qui s’appuient sur des réseaux transnationaux pour renforcer leur solidarité par-delà les frontières nationales ».

26Quant à Basch, Glick Schiller et Szanton Blanc (1994), ces auteurs définissent les « transmigrants » comme des migrants dont les expériences de vie transcendent les frontières des États-nations en développant et en maintenant de multiples relations, aussi bien économiques, sociales, organisationnelles, religieuses, que politiques. Pour ma part, dans mes travaux, j’utilise le terme « réseaux transnationaux chinois » pour retranscrire la diversité des groupes chinois (petits entrepreneurs originaires de différentes provinces de Chine continentale, entrepreneurs de la diaspora, compagnies étatiques et privées) qui se croisent et font affaires ensemble.

Les études sur la migration chinoise aujourd’hui : un enjeu géopolitique

  • 25 Au retour d’une mission parlementaire en Chine, Alain Peyrefitte publiait en 1973 son célèbre ouvr (...)

27La récente montée en puissance de la Chine, inondant les marchés du monde entier de ses produits manufacturés et manifestant un appétit vorace pour les matières premières, indispensables à son hyper-développement, a relancé à partir du milieu des années 2000 la « peur du péril jaune25 », relayée par les médias et les think tanks. Cependant, le problème majeur de ce débat est la quasi-impossibilité de dissocier l’étude de l’émergence chinoise des préoccupations américaines quant à son déclin dans le monde et en Asie en particulier (Sutter 2005 ; Shambaugh 2004 : 64-69 ; Breslin 2009 : 817-835). L’agitation générée par l’angoisse des États-Unis de voir changer l’équilibre des rapports de force en faveur de la Chine a tendance à étouffer tout autre angle d’approche. Jusqu’à présent, le débat autour de la question chinoise parmi les théoriciens des relations internationales a opposé les libéraux optimistes aux réalistes pessimistes. Les libéraux soutiennent que l’ordre international actuel est défini par un principe d’ouverture économique et politique qui peut s’accommoder pacifiquement de la montée en puissance de la Chine, dans la mesure où cette dernière préfèrerait s’adapter à ce cadre plutôt que de se lancer dans une entreprise coûteuse et risquée afin de renverser le système pour y établir un ordre fonctionnant selon ses convenances (Johnston 2003 : 5-56 ; Kim 2004 : 37-54 ; Zheng 2010). La majorité des recherches en langue anglaise traitant de la montée de la Chine se concentre sur la façon dont les États-Unis font face à ce changement radical dans la répartition mondiale de la puissance économique et militaire.

28Si toutes ces études traitent évidemment de la Chine, elles sont destinées en partie à influencer la manière dont les décideurs américains pensent et agissent à l’égard de la Chine. À l’instar des administrateurs coloniaux dont les études servaient à justifier leur politique, à prendre une décision ou à mieux contrôler les Chinois, les think tanks multiplient leurs études afin de définir une stratégie pour mieux contrer la montée en puissance chinoise. Les libéraux véhiculent l’idée que la domination chinoise va se passer quoi qu’ils fassent ou pensent, et qu’il est donc préférable de tirer le meilleur parti de cette fatalité. Le but est de paraître le plus alarmiste possible afin d’obtenir le plus d’impact possible auprès des décideurs.

29 A contrario, les réalistes prédisent une intense compétition (Mearsheimer 2001 ; Mosher 2002 ; Storey et Yee 2002 ; Storey 2013). Pour eux, l’expansion de la puissance chinoise amènera la Chine à poursuivre ses intérêts avec plus d’assurance, ce qui conduira les États-Unis et d’autres pays à chercher à pondérer cette hégémonie. Ce cycle va générer la même impasse que la Guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique, et peut-être même conduire à une guerre hégémonique. Les tenants de ce point de vue relèvent le récent durcissement des positions de la Chine concernant ses revendications maritimes en mer de Chine méridionale et orientale, ainsi que le rapprochement des relations entre les États-Unis et l’Inde comme des signes que le cycle de l’assurance et de la recherche d’équilibre a déjà commencé. Toutefois, des travaux plus récents commencent à pointer les limites de ces approches trop binaires (Sutter 2010 : 591-604).

  • 26 À l’instar du Overseas Chinese Research Center de l’université de Jinan, créé en juillet 1981, qui (...)
  • 27 Cf. Overseas Compatriot Affairs Commission, ROC (Taiwan) : http://www.ocac.gov.tw/english/public/p (...)
  • 28 Par exemple, le Center for International Economic Exchanges : http://english.cciee.org.cn/. Lire a (...)
  • 29 Ce concept a d’abord été énoncé par Zheng Bijian lors du Bo’ao forum for Asia en 2003 pour s’oppos (...)

30À l’identique, depuis la politique des « quatre modernisations » (si ge xian dai hua – 四个现代化 : industrie, agriculture, armée, science et technologie) lancée par Deng Xiaoping à la fin des années 1970, la Chine s’est intéressée au retour des Chinois d’outre-mer et commence à rattraper son retard en matière de recherche sur ce groupe particulier26. Néanmoins, les travaux sont plus importants à Taiwan qui a toujours gardé le souci d’obtenir le soutien des Chinois d’outre-mer au Kuomintang27. Cette tendance est en train de s’inverser avec la multiplication ces dernières années de nombreux think tanks28 et programmes de recherche chinois (Chang 2013). En effet, la Chine populaire est désormais soucieuse d’étudier et de mieux connaître sa propre migration et son impact dans le monde, mais aussi de changer l’image d’une Chine menaçante en diffusant les concepts d’« émergence pacifique » (heping jueqi – 和平崛起) puis de « monde harmonieux » (hexie shijie – 和谐世界)29, en réaffirmant trois principes : ne pas vouloir suivre le même chemin que les puissances coloniales occidentales, ne pas avoir de velléités hégémoniques, et refuser toute alliance. Cette doctrine insiste sur le fait que la Chine ne peut prospérer économiquement que dans un environnement pacifique et devrait par conséquent servir de catalyseur pour l’instauration d’une paix mondiale (Lai et Lu 2013).

Hypothèse et questionnements

  • 30 « China and Southeast Asia », 2011, The Diplomat, 23 août, http://thediplomat.com/china-power/chin (...)
  • 31 Ou la Sous-région du grand Mékong en français. Le GMS est un programme de coopération régionale la (...)
  • 32 « South East Asian countries unhappy with Chinese investment », France 24, 13 mars 2013, http://ww (...)

31Considérée comme « l’arrière-cour naturelle » de la Chine, nous pensons que l’Asie du Sud-Est est un site d’observation privilégié pour décrire la complexité et l’hétérogénéité des circulations et des identités en construction à l’aube du « siècle chinois ». Si l’attitude de plus en plus affirmée de la Chine vis-à-vis de ses revendications territoriales en mer de Chine méridionale ainsi que sa rapide modernisation militaire ont renouvelé l’intérêt des États-Unis pour l’Asie du Sud-Est, cet intérêt se concentre cependant sur le plan stratégique principalement (Shambaugh 2004 : 64-99 ; Vaughn et Morrison 2006) ; Frost, Przystup, et Saunders 2008 ; Sutter 2010 : 591-604). L’Asie du Sud-Est est décrite comme le futur « champ de bataille », en raison des positions de plus en plus agressives de la Chine à l’égard de ses voisins30. Les récents incidents avec le Viêt Nam concernant les disputes territoriales en mer de Chine méridionale ont mis en doute les intentions pacifiques de la Chine (Storey 2013). D’autres voient sa stratégie au sein du GMS (Greater Mekong Subregion)31 comme un moyen d’attirer dans son orbite les États de l’Asie du Sud-Est continentale, créant ainsi une division permanente entre les pays de l’Asean (Wade 2010). Récemment, le développement de mégaprojets chinois a donné lieu à une opposition ouverte et à des résistances violentes en Birmanie, au Viêt Nam, et au Cambodge32.

32En conséquence, la littérature existante sur les relations Chine-Asie du Sud-Est est dominée par les analystes des relations internationales, les politologues, les décideurs politiques, les journalistes et les rapports d’ONG, débattant si la Chine va devenir la future puissance hégémonique capable de déstabiliser la région (Mearsheimer 2010 : 381396 ; Friedberg 2012) ou si elle arrivera à favoriser un « développement pacifique » où tous les acteurs clés bénéficieraient de cette dynamique « gagnant-gagnant » (Kang 2009 : 296). Une attention particulière est accordée aux préoccupations économiques, politiques et stratégiques à l’échelle de la région, telles que l’élargissement de l’Asean (Weatherbee 2006 : 271-302 ; Ba 2005 : 93-108, 2008 : 192-207), la sécurité et la diplomatie (Goh et Simon 2008 ; Goh 2011 ; Gill 2010 ; Thayer 2011 : 77-104 ; Tsai et al (2011 : 25-42) ; Storey 2013 ; Severino 2013 : 1-13), l’impact de l’aide, des investissements, du commerce et du soft power chinois (Ravenhill 2007 : 162-192 ; Percival 2007 ; Kurlantzick 2007 ; Lum, Morrison, et Vaughn 2008 ; Rutherford, Lazarus, et Kelley 2008), ou l’idée d’un possible retour vers le système tributaire sino-centrique (Zhou 2011 : 174-178 ; Womack 2012 : 37-54 ; Katzenstein 2012) pour évaluer ces positions antagonistes.

  • 33 Sous-entendu la Chine, traditionnellement incarnée par un dragon, et l’Asie du Sud-Est, dont les m (...)

33Comme l’a bien souligné Pál Nyíri (2012a : 535), le débat actuel sur le fait que la Chine soit en train de devenir une puissance néocoloniale est largement déterminé par les sympathies politiques et les dichotomies idéologiques, mais sert peu l’analyse. On préfèrera par conséquent mettre en avant la complexité des processus politiques à l’œuvre dans la région afin de mieux comprendre les mécanismes de cette nouvelle mondialisation chinoise. Ainsi, à contre-courant des analyses qui diabolisent la puissance chinoise, l’objectif de cette recherche est de déconstruire les stéréotypes et les fantasmes récurrents autour d’une Chine ultra-puissante, en dépassant les lieux communs liés à la question souvent posée : « La Chine constitue-t-elle une menace ou une opportunité pour l’Asie du Sud-Est ? ». La question des relations entre la Chine et le reste du monde est tantôt pensée en termes de domination, de menace, d’exploitation, et de soutien aux régimes autoritaires, tantôt en termes d’aubaine et d’opportunités de développement. Bien que cette approche binaire soit systématiquement employée dans le cas de l’Asie du Sud-Est, qui a toujours reconnu la suprématie de l’Empire du Milieu en lui payant un tribut, et qui profite aujourd’hui de la manne financière chinoise, il semble que la relation entre « le Dragon et les Nâgas33 » soit plus complexe qu’elle ne paraît au premier abord.

34Notre hypothèse est que la Chine et l’Asie du Sud-Est sont extrêmement dépendantes l’une de l’autre. L’Asie du Sud-Est est hautement stratégique pour les intérêts chinois (débouchés pour les produits chinois, approvisionnement en matières premières, route de transit pour l’acheminement du pétrole, base de rayonnement diplomatique), tandis que la Chine est indispensable à la poursuite du « miracle économique » dans la région. Si la Chine a effectivement des moyens plus imposants que ses voisins, ces derniers ne sont pas totalement impuissants, ni à court d’arguments pour pondérer toute velléité hégémonique. De plus, les pays d’Asie du Sud-Est ont acquis, avec le temps, une certaine expérience et un savoir-faire dans la « gestion » de la puissance chinoise. Nous n’envisagerons donc pas leurs relations sous le mode « dominant/dominés ». Cette recherche se donne au contraire pour but d’illustrer la manière dont les pays d’Asie du Sud-Est arrivent à atténuer l’inégalité de leurs rapports de force avec la Chine en décrivant les stratégies mises en œuvre par les officiels, les hommes d’affaires, les travailleurs et les paysans pour négocier l’asymétrie, contourner l’hégémonie, embrasser, résister ou manipuler les termes dictés par les capitaux chinois. Les trois études de cas suivantes – Cambodge, Viêt Nam, Laos – mettront en évidence la complexité des réseaux et la diversité des acteurs impliqués dans ces processus, qui comprennent à la fois les différentes communautés chinoises de la région et les nouveaux migrants en provenance de Chine continentale, Hong Kong ou Taiwan. Plus que partout ailleurs, le terme « Chinois » doit être utilisé avec précaution, car il recouvre des réalités multiples, ainsi que des acteurs et des trajectoires différentes.

35Dans une première partie, je proposerai, à travers l’exemple du Cambodge, de faire un bref retour sur l’histoire des précédentes phases de migrations chinoises pour nous permettre de mieux comprendre les spécificités de la vague actuelle. Dans une deuxième partie, Caroline Grillot explorera les nouvelles interactions qui se produisent entre les différentes communautés chinoises, et avec leurs voisins vietnamiens à Hekou, une ville à la frontière entre la Chine et le Viêt Nam, où le commerce connaît un développement spectaculaire, mais où les relations sont particulièrement tendues entre les Chinois et les Vietnamiens, en raison d’un passé fait d’occupation et de résistance. Elle analysera les perceptions et les stratégies élaborées par les acteurs pour dépasser ou contourner les obstacles et la méfiance.

  • 34 Voir le blog de NYÍRI, Pal, « Exporting China’s Development to the World », Mqvu, http://mqvu.word (...)

36Enfin, malgré tout le battage médiatique fait autour de « l’exportation du développement chinois à travers le monde34 », on connaît encore peu de choses sur la façon dont ce modèle de développement imaginé influe concrètement sur la vie des gens et leurs façons de voir l’avenir, et comment il est en train de changer les relations entre la Chine, les migrants chinois, les communautés chinoises locales, et les populations « indigènes ». Je montrerai que Pékin ne contrôle pas totalement ce qui se passe dans les marges de son territoire, et que les réalités du terrain ne sont pas toujours en phase avec les objectifs des politiques nationales chinoises, ou avec les stratégies des différents acteurs chinois, de même que le rapport de « domination » qu’exerce la Chine sur les pays alliés n’est pas systématiquement subi par ces derniers. Le Laos est un cas particulièrement emblématique de cette relation asymétrique et inégale. Dans cette troisième partie, je mettrai en évidence le rôle crucial joué par les réseaux chinois dans les stratégies d’extraversion développées par le régime laotien, qui consistent à mettre en concurrence les puissances régionales rivales pour survivre et s’adapter à la globalisation. Je montrerai comment le capital et les pratiques entrepreneuriales en provenance de Chine et des différentes communautés chinoises s’insèrent dans les structures de patronage étatique et de production de l’espace, donnant ainsi les moyens à l’État laotien de renforcer son autorité dans les marges de son territoire.

Notes

1 Bloomberg news, 2010, « China Overtakes Japan as World’s Second-Biggest Economy », 16 août.

2 Ministry of Finance of the People’s Republic of China, 2013, Report of the Implementation of Central and Local Budgets in 2012 and on Draft Central and Local Budgets for 2013, First Session of the Twelfth National People’s Congress, 5 mars, 24 p, http://online.wsj.com/public/resources/documents/BudgetReport_Eng_2013.pdf [consulté le 1er juillet 2013].

3 L’Asean comprend le Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, la Birmanie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Viêt Nam.

4 Chiffres cités par le Secrétariat de l’Asean, au 21 octobre 2011. Pour un détail de la répartition des investissements chinois par pays, cf. http://www.rfa.org/english/news/special/invest/hub.html

5 Appelé aussi China-Asean Free Trade Area (CAFTA). Le Laos, le Viêt Nam, le Cambodge et la Birmanie ont jusqu’à 2015 pour satisfaire les critères de l’ACFTA.

6 Cf. http://www.asean-china-center.org/english/2010-01/01/c_13263385.htm [consulté le 1er juillet 2013].

7 Xu Rui, 2013, « China-ASEAN Trade to Hit 500 bln USD », Xinhua, 23 juillet, cf. http://www.asean-china-center.org/english/2013-07/24/c_132570338.htm [consulté le 1er août 2013].

8 Cf. http://www.asean.org/asean/external-relations/china/item/asean-china-dialoguerelations [consulté le 1er juillet 2013].

9 Quelques exemples parmi d’autres : Yanzhou Coal Mining a acheté la compagnie australienne Felix Resources Ltd. pour 2,9 milliards de dollars, tandis que China Minmetal s’est offert OZ Minerals, une autre compagnie australienne, pour 1,3 milliard de dollars. Dans le secteur pétrolier, Sinopec, le plus grand groupe chinois, a acheté la compagnie suisse Addax pour 7,24 milliards de dollars dans le but de sécuriser ses positions en Afrique de l’Ouest et en Irak, et a investi 7 milliards de dollars pour acquérir 40 % de la branche brésilienne de la compagnie espagnole Repsol, dont les réserves sont estimées à 1,2 milliard de barils de pétrole et de gaz. D’autres fusions et acquisitions dans le champ énergétique ont été réalisées en Russie, au Kazakhstan, en Arabie Saoudite, en Zambie, au Nigéria, en Indonésie, au Viêt Nam, en Birmanie, au Laos, au Canada, en Argentine, au Chili, etc. (Scissors 2011).

10 Nanyang, dont la traduction littérale serait « Mers du Sud », est le terme chinois pour désigner ce que nous appelons maintenant l’Asie du Sud-Est, formule élaborée pendant la Seconde Guerre mondiale pour qualifier l’aire de commandement américain. Cependant, les deux termes ne sont pas exactement équivalents. Nanyang désignait naguère la région immédiatement au sud de la Chine qui comprenait les Philippines, les Indes orientales hollandaises, la Malaisie et Bornéo, le Siam, les trois pays de l’ex-Indochine française, la Birmanie, et parfois même Ceylan et l’Inde. Or, aujourd’hui, quand on parle des « Chinois du Nanyang », on fait référence à ceux qui ont atteint les territoires du Sud-Est asiatique en passant par la mer de Chine méridionale. C’est pourquoi, Wang Gungwu exclut dans son récit ceux qui sont entrés en Birmanie, au Siam, au Laos et au Viêt Nam par la voie terrestre (1959 : 1).

11 Le mot coolie est, à l’origine, le nom d’une tribu du Gujarat en Inde. Il s’est étendu pour prendre la signification de travailleur de passage, contribuant ainsi à créer un nouveau terme kuli, qui signifie « pénible force » en chinois. L’utilisation de ce mot pour les travailleurs chinois sous contrat était d’autant plus facile dans la mesure où ce mot était déjà utilisé par les étrangers en Chine pour désigner les domestiques (Pan 1994 : 45).

12 En d’autres termes, un va-et-vient temporaire et répétitif entre le foyer d’origine et le ou les pays d’accueil.

13 Il existe pléthore de livres, documentaires et articles publiés par des journalistes qui ont enquêté sur l’émergence de la Chine et son impact dans les pays en voie de développement. Cf. le dernier ouvrage d’Heriberto Araujo et Juan Pablo Cardenal vient d’être traduit en français sous le titre Le siècle de la Chine. Comment Pékin refait le monde à son image (2013).

14 À l’exception de l’ouvrage de Billé, Delaplace et Humphrey (2012) concernant les relations entre la Chine et ses voisins à la frontière russe et mongole.

15 Je tiens à remercier l’Irasec pour la bourse de terrain qui a permis de lancer ce projet.

16 Une note retrouvée au Centre des archives d’outre-mer (CAOM. GGI. M14 – 23267) intitulée « Recrutement difficile pour les travaux de chemin de fer du Yunnan, 1904 », indique que le vice-consul propose d’envoyer des coolies de Hainan pour construire le chemin de fer dans le Yunnan. Il y aurait en plus, selon lui, « un gros profit à se faire, comme les entreprises anglaises ou hollandaises qui affrètent ces coolies par bateau ». Le Résident supérieur lui répond qu’il n’y a pas besoin de coolies chinois, car ils ont déjà les Annamites, « de plus le contrôle des Chinois ajouterait un coût supplémentaire ».

17 En effet, une partie de la communauté chinoise de Malaisie avait soutenu activement les maquis communistes dans leur lutte pour l’indépendance contre le pouvoir colonial anglais dans les années 1950 (Cheah 2002 : 22-26).

18 Ces communautés assimilées correspondent respectivement à la Malaisie, l’Indonésie, les Philippines, et la Thaïlande.

19 Cf. Arnaud Leveau (2003).

20 Pour les exceptions, voir Szanton Blanc (1997 : 261-286) ; Suryadinata (2006) ; Thunø (2007) ; Liu (2012 : 37-60) ; Nyíri (2012b : 369-397).

21 Cf. Journal of Chinese Overseas ; Chinese Heritage Centre, http://chc.ntu.edu.sg/Pages/Home.aspx; « Migration, Indigenization and Exchange : Chinese Overseas From Global Perspectives », 7th Conference of the International Society for the Study of Chinese Overseas (ISSCO), Nanyang Technological University, Singapour, 7-9 mai 2010 ; le programme de recherche « Contemporary Chinese migration to Southeast Asia and Japan » financé par la Japan foundation ; le programme de recherche de l’université de Chiang Mai sur les investissements et la migration chinoise dans la sous-région du Grand Mékong, coordonné par le Prof. Yos Santasombat.

22 « In many ways, diaspora is a word that has the kind of political content comparable to the term huaqiao, which also has many political overtones » (Wang 2003: 241). Toutefois, Huang Jianli (2010 : 1-21) pointe pertinemment les contradictions de Wang Gungwu qui a utilisé à de nombreuses reprises ce terme.

23 Du grec ancien : speiro - σπείρω (semer, disperser) et le préfixe dia - διά (entre, à travers), le terme fait référence aux notions de migration et de colonisation.

24 Qui signifie « rester temporairement quelque part loin de chez soi. »

25 Au retour d’une mission parlementaire en Chine, Alain Peyrefitte publiait en 1973 son célèbre ouvrage Quand la Chine s’éveillera… Le monde tremblera, prédisant le réveil prochain de la puissance chinoise. Le titre était emprunté à une prophétie qu’aurait faite Napoléon pendant sa captivité sur l’île de Sainte Hélène. La profusion de travaux académiques et de reportages grand public ces dernières années révélant la montée en puissance de la Chine sur la scène internationale est bien le signe, qu’en substance, la peur du « péril jaune » revient cycliquement dans l’imaginaire collectif occidental. Aujourd’hui, cette peur est d’autant plus forte que la force de frappe chinoise est mesurable et que les statistiques officielles sont certainement en dessous de la réalité, notamment ceux de la migration et des échanges commerciaux, dont les circuits informels sont importants et difficilement évaluables.

26 À l’instar du Overseas Chinese Research Center de l’université de Jinan, créé en juillet 1981, qui représente un des premiers centres de recherche sur les Chinois d’outre-mer en Chine. Cf. également les travaux de Zhuang (2001) et Zhuang et Wang (2010 : 174-193).

27 Cf. Overseas Compatriot Affairs Commission, ROC (Taiwan) : http://www.ocac.gov.tw/english/public/public.asp?selno=693&level=C&no=693

28 Par exemple, le Center for International Economic Exchanges : http://english.cciee.org.cn/. Lire aussi Cheng (2009 : 21).

29 Ce concept a d’abord été énoncé par Zheng Bijian lors du Bo’ao forum for Asia en 2003 pour s’opposer aux tenants de la China’s threat theory. Ce terme a très vite été abandonné en faveur de celui de « monde harmonieux » (hexie shijie) ou celui parfois de « monde pacifique » (heping shijie) ou de « paix et développement » (heping yu fazhan) (Breslin 2009 : 817-835).

30 « China and Southeast Asia », 2011, The Diplomat, 23 août, http://thediplomat.com/china-power/china-and-southeast-asia/ [consulté le 19 septembre 2011].

31 Ou la Sous-région du grand Mékong en français. Le GMS est un programme de coopération régionale lancé en 1992 par la Banque asiatique de développement (BAD) rassemblant les cinq pays de la région du Mékong (Thaïlande, Laos, Cambodge, Viêt Nam et Birmanie), ainsi que deux provinces chinoises du Yunnan et du Guangxi.

32 « South East Asian countries unhappy with Chinese investment », France 24, 13 mars 2013, http://www.youtube.com/watch?v=_h4vZeD27XQ [consulté le 14 mars 2013] ; Reuters, 2011, « Vietnamese Protest Against China’s Invasion of Vietnam », 21 juillet, http://www.youtube.com/watch?v=nidulhZM3C8 [consulté le 14 mars 2013]. Pour la Birmanie, cf. O’Connor (2011) et Woods (2011 : 747-770).

33 Sous-entendu la Chine, traditionnellement incarnée par un dragon, et l’Asie du Sud-Est, dont les mythes fondateurs se sont construits autour de la créature du nâga, animal mythologique de l’hindouisme et du bouddhisme représentant un serpent, symbole de richesse et de fécondité.

34 Voir le blog de NYÍRI, Pal, « Exporting China’s Development to the World », Mqvu, http://mqvu.wordpress.com/ [consulté le 27 février 2014].

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution des IDE chinois dans le monde depuis 1982 (milliards de dollars)
Légende Source : UnctadStat 2011 cité dans Kobylinski (2012).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure 2. Évolution des IDE chinois par région entre 2004 et 2010 (milliards de dollars)
Légende Source : 2010 Statistical Bulletin of China’s Outward FDI cité dans Kobylinski (2012).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr