Version classiqueVersion mobile

Malaisie - Chine : une « précieuse » relation

 | 
David Delfolie
, 
Nathalie Fau
, 
Elsa Lafaye de Micheaux

Deuxième partie. Les bénéfices du rapprochement économique

Investissements stratégiques en des lieux périphériques : Kuantan et Sokor

Texte intégral

1Pour compléter l’analyse des investissements chinois en Malaisie, nous poursuivrons l’exploration des tendances générales développées dans le chapitre précédent par l’étude de mises en œuvre précises et concrètes des activités productives chinoises les plus importantes et représentatives sur le territoire malaisien. On montrera que ces projets apparaissent comme totalement structurants à l’échelle des territoires (Pahang, Kelantan) dans lesquels ils s’inscrivent. Mais certaines réserves peuvent être émises quant au contenu réel et effectif de certains de ces projets et s’interroger sur leurs effets politiques et sociaux.

L’implication politique de la Chine au Pahang : un port, un parc à Kuantan

2La diplomatie avec la Chine et les efforts de rapprochement bilatéral portés par les deux pays a parfois des traductions économiques très directes, comme en témoigne la création en 2012‑2013 de parcs industriels jumeaux binationaux, lancés à grand renfort d’annonces depuis le plus haut sommet de l’État. Leur existence est mentionnée depuis par tous les documents traitant de la relation Malaisie‑Chine. Nous allons nous efforcer ici de donner la juste mesure de cette coopération industrielle et financière originale, tout en soulevant, côté malaisien, les zones d’ombre et d’incertitude de ce projet emblématique.

3Ce jumelage institue et lie par des intérêts croisés le parc industriel de Kuantan (Malaysia-China Kuantan Industrial Park ou MCKIP, créé en 2013) dans l’État du Pahang, sur la côte est de la Malaisie, avec celui de Qinzhou (QIP, 2012) dans la Région économique autonome du golfe de Beibu, dans le Guangxi. Cette double institution, qui constitue une nouveauté pour la Malaisie, est une configuration très rare en Chine. Il n’y a, en effet, que deux précédents en la matière, engagés avec Singapour (Khor, 2013 : le parc sino-singapourien de Suzhou avait ainsi été créé en 1994 à la demande de la Chine cherchant à importer pour ses zones économiques spéciales certaines clés de l’efficacité de la Cité‑État. Mais le parc a commencé par poser de tels problèmes de développement en raison des compétitions entre les agences administratives locales que le gouvernement singapourien s’en est partiellement détaché à la fin des années 1990 (Han, 2008)142. Rétrospectivement, on observe qu’il a finalement polarisé un très gros montant d’investissements internationaux – concernant 45 000 entreprises étrangères accompagnées par 16 000 PME chinoises – mais pas forcément singapouriens, la moitié provenant des États-Unis et d’Europe, et l’essentiel du reste, du Japon, de Taïwan et de la Corée du Sud avant même Singapour.

4Dans le cas du partenariat Malaisie-Chine, les parcs jumeaux ont été conçus vingt ans après, avec l’objectif politique partagé de « dynamiser les investissements et le commerce bilatéral ». Nous verrons qu’il s’agit tout autant, sinon plus, de matérialiser par des réalisations symboliques une relation très valorisée politiquement que de créer un doublon de clusters véritablement innovants. En théorie, les deux parcs industriels devraient offrir des statuts commerciaux et fiscaux avantageux et bénéficier d’aides publiques massives : en Malaisie, c’est largement le cas.

Des incitations publiques exceptionnelles

5Situé au cœur du corridor de développement de la façade est du pays, déshéritée depuis la période coloniale, le parc de Kuantan appartient à la zone économique spéciale de l’East Coast Economic Region (ECER). Cette zone, couvrant une large portion des États du Terengganu et du Pahang, s’inscrit au sein d’un ensemble plus vaste (du Kelantan au district de Mersing à Johore) que l’État central cherche à revaloriser depuis le neuvième plan malaisien. À noter que la population mentionnée, de même que la surface couverte, comprend non pas la zone économique spéciale mais bien l’ensemble des États concernés. Dans les faits, la population active susceptible de travailler dans la zone économique spéciale reste limitée, et le niveau de vie assez bas, ce qui permet d’envisager des salaires peu élevés.

6À l’échelle de la Malaisie, l’ECER est l’une des zones de développement les plus favorables aux investisseurs. On y bénéficie en effet de :

100 % d’exemptions ficales sur 10 ans

Exemptions de taxes sur les importations et sur les ventes de matières premières, composants, usines, machines et équipements

100 % d’exemptions de taxes sur l’investissement pour les dépenses admissibles en capital sur 5 ans

Incitations sur mesure « basées sur le mérite de chaque cas » (ce qui ouvre la porte à la possibilité d’échapper aux contraintes de la NEP)

Exemption de droits de timbre sur le transfert de propriété ou de baux pour les terrains et bâtiments

Facilités pour l’embauche d’expatriés et autres besoins spécifiques en capital humain

Accès aux Fonds de facilitation (Teraju, Ekas)

Prix du terrain avantageux

7Mais le parc de Kuantan va plus loin encore, en offrant des incitations spéciales listées dans le tableau ci‑dessous :

Toutes les incitations de la zone ECER

100 % d’exemption sur les revenus des sociétés sur 15 ans dans le cas de :
- produits à haute valeur ajoutée
- haut transfert de technologie
- activités des R&D

Un taux d’imposition spécial de 15 % pour les travailleurs qualifiés du MCKIP 2014-2020 (contre en moyenne 25 % pour les tranches supérieures de revenu)

Soutien du fonds UKAS représentant jusqu’à 10 % du coût du projet, ou 200 millions RM (si en-deçà) pour le financement des infrastructures de base

Source : documentation officielle MCKIP, 2014

  • 144 Source: MIDA, Malaysia Investment Report 2014, p. 10.

8Ainsi, sur le plan fiscal et non fiscal, le dispositif incitatif du parc industriel de Kuantan est absolument exceptionnel. D’après le MIDA, sur la seule année 2014, la zone a attiré 16 milliards de MYR d’investissements, dont 80 % dans le Pahang (1,5 milliard pour le Terengganu ; 1,75 au Kelantan). Ce chiffre doit être rapproché de l’objectif stratégique que le corridor accueille 110 milliards de MYR d’investissements à l’horizon 2020 et crée des dizaines de milliers d’emplois : c’est bien en partie grâce à l’accélération conférée par Kuantan, qu’on en est déjà à 77 milliards de MYR en 2014 (dont plus de la moitié en investissements industriels) soit plus des deux tiers depuis la création du corridor en 2007144. La dynamisation du corridor est permise ici grâce au partenariat de la Chine qui apparaît bien comme la réponse à un objectif politique majeur pour le gouvernement central, de même que pour l’État dont le Premier ministre est l’élu.

Carte 5 − Le corridor et sa zone économique spéciale

Carte 5 − Le corridor et sa zone économique spéciale

Source : documentation officielle ECER Special Economic Zone, Economic Planning Unit, Malaisie

MCKIP : le projet et les développements en cours depuis 2013

9Selon les plans annoncés en 2013, le MCKIP à Kuantan comptera 600 ha. Cette superficie est dix fois plus petite que son jumeau chinois, le QIP, dont rien que la première phase de l’aménagement sur 780 ha accueillerait 470 000 habitants (selon les estimations chinoises de 2012).

10Les investissements attendus sont de 24 milliards de $ US d’ici 2020 (environ 86 milliards de MYR) dont 10 milliards de $ US de la part de la Chine sur 5 ans (36 milliards de MYR). Ceci la placerait au rang de premier investisseur en Malaisie et « correspondrait mieux à son rang de premier partenaire commercial de la Malaisie » (Khor, 2013 : 2). D’après ses concepteurs, le parc malaisien devrait concentrer en particulier des usines d’acier, d’aluminium, de raffinage d’huile de palme et de composants automobiles. Il est censé engendrer 8 500 nouveaux emplois à Kuantan. Enfin, d’un point de vue logistique, la localisation du parc à Kuantan offrirait l’intérêt d’un accès à la mer de Chine méridionale : le port situé sur la côte est de la péninsule malaise est en lien maritime direct avec les ports chinois de la Région économique du golfe de Beibu. Ceci explique que le Guangxi Beibu International Port Group investisse 900 millions de $ US dans l’agrandissement du port de Kuantan et 800 millions de $  US dans le plan de développement du parc industriel attenant, projet mené en joint-venture avec un consortium malaisien majoritaire (51 %) (Khor, 2013 : 2).

11Deux consortiums ont été créés suite au projet de Kuantan :

  • l’un concerne le port de Kuantan (privatisé en 1996), Kuantan Port Consortium, qui était jusqu’à 2013 une possession de la très grosse compagnie malaisienne privée de construction IJM. Il est depuis à 40 % chinois (Beibu Gulf Holding, qui opère et contrôle le port de Qinzhou, mais aussi les ports de Fangchenggang, Tieshan et Beihai au sud de la Chine) et à 60 % malaisien (IJM via Road Builder Holding (56 %) et Essmarine Terminal (4 %)). Selon l’accord de partenariat qui le lie au port de Qinzhou, le port de Kuantan est censé devenir – et cela, en partie grâce à leur interrelation - un terminal régional et un hub logistique ;

    • 145 Dossier de la conférence de presse donnée à l’issue du 2nd Joint Cooperation Council (JCC) meeting (...)

    l’autre concerne le parc industriel, le Kuantan Pahang Holding, détenu à 51 % par un consortium malaisien (dont Sime Darby et IJM Land sont les actionnaires privés au côté de l’entité publique administrant le corridor, ECERDC) et un consortium chinois (49 %). Côté Qinzhou, le consortium est à 51 % chinois (Beibu Gulf) et à 49 % malaisien (dont 70 % sont des parties prenantes privées : SP Setia, grande compagnie immobilière dirigée par le frère du Premier ministre, et Rimbunan Hijau Group, également historiquement très proche du gouvernement). Les premières réalisations à Qinzhou appartiennent aux secteurs de la transformation agroalimentaire, du biomédical, de cellules LED (production et test). Elles comprennent aussi un projet de parc industriel halal145.

12Compte tenu des objectifs annoncés et de la qualité de l’offre fiscale à Kuantan, on s’étonnera que si peu d’entreprises aient manifesté leur intérêt auprès du MIDA en 2014. En effet, si l’on s’appuie sur les données publiées par l’agence dans ses rapports sur l’investissement en 2013 et 2014, le parc de Kuantan, dont on distingue trois sites (Gebeng, Jengka et Kuantan Industrial Bio‑Park), a déjà donné son accord aux demandes d’investissement industriel suivantes :

  • 1,6 milliard de $ US (5,8 milliards de MYR) : Beibu International Group (Chine) pour l’usine d’acier, l’usine d’aluminium et l’usine d’huile de palme (2013) ;

  • 0,6 milliard de $ US : Beijing Goldenway Biology Tech (Chine) pour une production d’acide bio-humide à partir des déchets d’huile de palme (2014) ;

  • 0,8 milliard de $ US (2,9 milliards de MYR) : BASF-Petronas Chimical (Malaisie) pour des produits pétrochimiques (2014) ;

  • 120 millions de $ US (420 millions de MYR) : Kaneka Group (Japon) pour une production de fibrées d’acrylique modifié (2014) ;

  • 24 millions de $ US (80 millions de MYR) : Felda Global Ventures Downtream (Malaisie) pour une usine de production de vitamine E (2014).

13Soit un total de moins de 3,2 milliards de $ US (dont plus de la moitié venue de Chine), ce qui représente 13 % des fonds initialement attendus pour les deux premières années. La phase de lancement n’est donc pas tout à fait concluante si l’on reprend l’objectif de 24 milliards de $ US, reçus de 2013 à 2020, qui correspond à un rythme moyen de 3,4 milliards de $ US par an.

14Enfin, le caractère hautement politique de ce parc se traduit par le fait que, pour le moment du moins, les investisseurs sont – que ce soit l’investisseur chinois institutionnel Beibu Group, membre du consortium et copropriétaire du port de Kuantan, ou les parties prenantes malaisiennes – des entreprises publiques et des joint-ventures liées aux gouvernements, à l’exception du groupe japonais Kaneka. Ce fait est caractéristique des investissements chinois en Malaisie au cours des dernières années : le choix prioritaire des entreprises publiques ou liées à l’État (GLCs) comme partenaires pour les investissements chinois réalisés en Malaisie a été démontré comme un trait général de la conduite des investissements par une recherche singapourienne publiée en 2015 (Lim, 2015). Ce résultat nous amène à formuler l’hypothèse selon laquelle, sous Najib Razak du moins, les liens politiques guident et dominent largement les décisions économiques entre la Malaisie et la Chine : loin d’être les résultats de calculs purement économiques, les investissements chinois conduits dans le cadre du rapprochement étroit que l’on observe actuellement répondent bien davantage à des rationalités et à des modalités de nature beaucoup plus politiques et, selon toute vraisemblance, aussi stratégiques et géopolitiques.

Problèmes et contradictions à Kuantan

15Pour évoquer les problèmes et contradictions qui apparaissent au cours de cette phase initiale, nous distinguerons le port de Kuantan du Parc industriel malaisien-chinois :

16Le port de Cuitant était jusqu’à présent de dimension réduite et n’accueillait qu’une très faible part du trafic maritime. Selon les statistiques du ministère du Commerce relatives aux ports malaisiens en janvier 2015, avec 4 % des exportations empruntant les infrastructures portuaires, Kuantan n’arrivait qu’en sixième place, loin derrière le premier d’entre tous Port Klang (28 %) suivi par Bintulu (21 %), Pasir Gudang et Butterworth (8‑9 %) ou Tanjung Pelepas (7 %). D’autre part, Kuantan n’enregistrait que 1,9 % des importations en janvier 2015, en régression par rapport à janvier 2014 (2,7 %). Il bénéficie actuellement d’investissements lourds pour la mise en eaux profondes. Mais la présence du port en eaux profondes de Kemaman, déjà spécialisé dans le transport chimique, pétrochimique et industriel, situé immédiatement au nord de Kuantan, dans le Terengganu, ne va pas sans questionner l’intérêt et le potentiel réel de son futur développement. D’autre part, un troisième port de la côte est, d’envergure plus importante et situé cette fois au sud de Kuantan, dans l’État de Johore à Pasir Gudang. On a de ce fait toutes les raisons de penser qu’il ne deviendra pas rapidement un port majeur sur la carte malaisienne : sa seule raison d’être est la création du parc industriel, mais celle-ci tiendra-t-elle ses promesses ?

17Là encore, le choix de la localisation à Kuantan pose question. Pasir Gudang ne concurrence pas seulement l’activité du port de Kuantan, il vient tout juste de faire l’objet d’un projet binational directement concurrent du parc industriel. En effet, l’État de Johor, en collaboration avec la filiale malaisienne du géant immobilier chinois Greenland (à l’origine du prestigieux complexe immobilier de Danga Bay dans le corridor de développement d’Iskandar Malaysia), a commencé en février 2015 à poser les jalons de la création sur 3 000 acres (1 200 ha, soit une surface deux fois supérieure au parc de Kuantan) d’un nouveau parc industriel. Il est conçu pour couvrir à la fois la production exportatrice électronique, ainsi que les besoins d’extension de l’industrie singapourienne et du développement immobilier. Pasir Gudang, dont le port est déjà nettement plus utilisé, bénéficie aussi d’un emplacement plus stratégique que Kuantan, étant d’une part au sein du corridor de développement d’Iskandar Malaysia, bénéficiant de sa dynamique régionale propre, et de l’autre, se situant très directement à la porte de Singapour pour lequel il a déjà joué le rôle d’arrière-cour industrielle, depuis les premières vagues de délocalisations dans les années 1960. Enfin, que ce soit le sultan de Johore ou l’administration locale (État de Johore), tous ont désormais une solide habitude des relations économiques avec la Chine avec laquelle ils partagent le plus grand nombre de réalisations et de projets à l’échelle du pays, ainsi qu’on le verra plus loin avec les secteurs de l’aménagement et l’immobilier.

18Enfin, outre la concurrence directe dans l’attraction des investissements industriels nationaux ou étrangers, le parc de Kuantan semble rencontrer actuellement des problèmes en propre : le sol du parc lui-même, tout récemment viabilisé suite au changement de statut opéré lors de la création du MCKIP (passé de terrain agricole à celui de terrain pour parc industriel), serait loin d’être stabilisé et donc constructible, selon certaines sources du MIDA. Les premiers projets de construction d’usine ne pourraient donc pas, semble‑t-il, être pour le moment réalisés en raison de ces contraintes techniques.

Avec quels bénéfices ? Pour qui ?

19Les dividendes de ces décisions d’investissement de grande envergure amenés par la Chine sont d’abord politiques pour le gouvernement malaisien, et, en particulier, pour l’UMNO, le parti dominant depuis plus de cinquante ans la coalition au pouvoir. En effet, cette annonce de parcs jumeaux en février 2013 est intervenue à un moment crucial pour le parti, à la veille de la campagne électorale pour les treizièmes élections générales. Le parc de Kuantan étant établi dans l’État du Pahang d’où est issu le Premier ministre, ce qui lui donne une signification politique très directe : l’effet d’annonce a d’ailleurs été extrêmement bien relayé à l’échelle nationale. En mettant en avant, parmi les effets attendus, de nouveaux emplois et des progrès socio-économiques pour le Pahang, la Chine vient soutenir l’activité d’un État qui a besoin de l’être ; cette initiative apparaît, en effet, cruciale pour le Pahang, situé dans une région plutôt reculée et sous-développée de la Fédération.

  • 146 Dossier de la conférence de presse donnée à l’issue du 2nd Joint cooperation Council (JCC) Meeting (...)

20Compte tenu de la faible dynamique au démarrage et du peu d’attractivité que représente pour le moment Kuantan, on peut s’interroger sur l’existence de réels bénéfices économiques dans ce modèle unique de « Two Countries, Twin Parks » comme s’efforcent de le présenter les officiels extrêmement laconiques lors de la seconde réunion du Conseil de coopération conjointe MCKIP‑CMQIP. La conférence de presse (10 minutes) qui a suivi ainsi que le document d’accompagnement (500 mots) semblait plutôt suggérer que le parc industriel de Kuantan n’était pour le moment qu’une coquille vide146.

  • 147 « IJM sells 40% stake in Kuantan port to China Guangxi Beibu for RM 334 Mil. », The Star, 10 septem (...)

21Mais si l’on se place du côté des grandes entreprises impliquées dans le consortium, les premières opérations immobilières et financières, notamment par les acquisitions chinoises et le changement de destination des sols, peuvent s’être avérées immédiatement (très) lucratives. C’est en tout cas ce qui apparaît à la lecture des résultats de IJM, le géant malaisien de la construction d’autoroutes – qui a également une branche huile de palme, bois tropical et chimie – possédant le port de Kuantan depuis 1998. Le groupe a fait en 2014, grâce à sa branche propriété, 30 % de mieux sur son chiffre d’affaires (6 milliards de MYR) par rapport à l’année précédente. Il enregistre aussi et surtout un bond de 70 % de ses bénéfices. Pour la première fois de son histoire, l’entreprise a dépassé le milliard de MYR de profit avant impôt (1,42), soit + 835 millions sur l’année. Fin 2013, la vente des parts du port de Kuantan (acquises en 2006 à un prix très inférieur) pour 334 millions de MYR à travers son unité Road Builder Holding (38 %) et Essmarine Terminal (2 %) à Gulf Beibu a généré pour IJM un profit de 260 millions de MYR, soit le tiers de ce gain exceptionnel. À l’époque, la direction de l’entreprise assurait aux autorités boursières que « cette transaction n’aurait pas d’impact sur les profits au niveau du groupe, que la collaboration avec le chinois Guanxi Beibu allait permettre d’importer les meilleures pratiques de gestion portuaires et ouvrirait [à Kuantan] son réseau de clientèle, ce qui augmenterait l’utilisation du port après l’augmentation de ses capacités suite au développement du futur terminal en eaux profondes […] De plus, Guanxi Beibu jouera un rôle actif dans l’attraction d’investissements directs étrangers en particulier de Chine, pour investir dans l’investissement direct étranger »147.

22Ainsi, si l’on a pu chiffrer en partie les projets industriels chinois en Malaisie, ceux qui se concentrent actuellement dans le Pahang apparaissent déterminés par des décisions très politiques et/ou des intérêts économiques privés bien identifiés : la volonté d’afficher et de nourrir par des réalisations originales et marquantes la « précieuse » relation bilatérale a fait de cet État a priori peu attractif et de Kuantan, sa capitale, la première destination des projets industriels chinois en 2013 et 2014. Mais, compte tenu de la méthode et des incertitudes qui entourent ces réalisations, ces projets chinois sur le sol malaisien sont peut-être moins significatifs et amenés à durer que l’investissement dans la métallurgie ou dans les autres domaines touchant à l’approvisionnement en ressources naturelles, voire, ceux qui concernent les infrastructures – notamment de transport − et, depuis peu, l’immobilier.

Un investissement stratégique pour le Kelantan : la mine d’or de Sokor

Le Kelantan, un État sous administration du Parti islamique de Malaisie (PAS)

23Avec la mine d’or de Sokor, dans le Kelantan, nous allons développer ici un cas très différent, voire, en partie opposé au précédent, puisqu’il s’agit d’un État dirigé par l’opposition (Parti islamique de Malaisie ou PAS) : les investissements chinois, là encore récents, y sont cette fois déterminés par la stratégie chinoise de développement et de sécurisation de ses approvisionnements en or, qu’elle met en œuvre à l’échelle mondiale. On montrera que, bien que dans un contexte tout différent que la relation État à État qu’elle maîtrise, la Chine sait très méthodiquement y construire et y défendre ses intérêts. En revanche, les bénéfices politiques en sont cette fois bien minces et surtout offerts par la Chine à bon compte au gouvernement local.

24Le cas de la mine chinoise de Sokor illustre ainsi la complexité des relations politiques de la Chine avec la Malaisie (avec l’implication d’un État d’opposition dans la relation), et on est tenté de le lire en cohérence avec la stratégie chinoise de long terme d’accession globale aux minerais, y compris sur le territoire malaisien. Par ailleurs, il révèle un certain nombre de traits caractéristiques.

251. L’adaptation des partenaires chinois à la conduite des affaires en Malaisie :

  • la coopération avec un État géré par le parti islamique selon des modalités initiales le satisfaisant pleinement (financement d’une école islamique, arrivée d’investissements, offres d’emploi et de salaires) ;

  • la collusion des intérêts publics et privés avec notamment des parts du capital de la mine accordées à la famille du sultan et à l’État du Kelantan ;

  • l’absence de susceptibilités ou de tension entre la démocratie et le développement des populations locales : pas de protestations relayées dans la presse ou ayant remonté au parlement local dans le contexte de dégâts écologiques inhérents à ce type d’exploitations minières.

262. Le médiocre bilan économique de la mine pour l’État et la Malaisie :

  • le caractère opaque du fonctionnement technique, commercial et financier de la holding comme de la société minière, même si deux étapes ont contribué à la production et diffusion de chiffres et d’éléments plus précis : l’introduction en Bourse de la holding en 2011 et le rapport Optiro sur la mine en 2014 ;

  • l’étonnante complaisance des autorités nationales de promotion des investissements dans un contexte de redressement budgétaire (l’activité a bénéficié en 2014 d’exemptions fiscales au titre de « pionnier » alors que l’entreprise opère depuis 2006 et fait des bénéfices très élevés) ;

  • le caractère très relatif du gain pour l’État local aux abois, alors que la mine réalise une marge de 50 %.

273. Le maintien d’un lien organique à l’État chinois :

28Ce lien est très discret en raison du caractère complexe de la holding, sans affichage institutionnel mais passant essentiellement par des liens personnels. Ce lien nous semble néanmoins être révélé par l’origine chinoise de la holding (avant son enregistrement à Singapour), par l’appartenance du professeur Lim, son dirigeant, aux cercles culturels les plus officiels du régime, et par les partenariats techniques et les consultances, notamment lors de l’expertise confiée à Sinomine comme à la compagnie nationale Gold China, donnant lieu à la visite sur place en 2013 d’un certain nombre d’experts du secteur hors de tout contrôle par l’État du Kelantan.

29Nous proposons ici de suivre en détail l’enquête que nous avons menée sur cette mine chinoise en Malaisie, ignorée du grand public comme de la plupart des administrateurs de l’État central. Enquête qui, par-delà ce qui pouvait apparaître comme une opacité savamment instaurée, nous a permis d’arriver à ces résultats.

30En Malaisie, il est possible de posséder à 100 % une entreprise dans le domaine minier ou de former des joint-ventures avec une compagnie locale. L’activité est régulée par la loi sur le développement minier (Mineral Development Act, 1994) et le décret minier de l’État local (State Mineral Enactment). Le premier définit les pouvoirs (limités) du gouvernement fédéral en matière de règles d’exploration, d’exploitation minière et d’inspections. Le gouvernement fédéral perçoit l’impôt sur les sociétés de ces compagnies minières, sauf en cas d’exemption au titre du statut de pionnier ou de zone économique spéciale. En revanche, le décret accorde à l’État (concerné au niveau de son sol) le pouvoir de délivrer les autorisations d’exploration et d’exploitation, les licences et les concessions minières. C’est lui qui percevra les royalties d’exploitation (sur la base du niveau de production, du type de minerais et de dispositions propres à chaque État). La mine d’or de Sokor, exploitée par une holding enregistrée à Singapour, représente la présence chinoise la plus significative pour l’État du Kelantan. On va montrer qu’en quelques années, cette mine délaissée s’est hissée aux premiers rangs des producteurs nationaux, sur la base de contrats apparemment peu favorables à l’État local malgré l’attention dont cette implantation a fait l’objet.

  • 148 Département malaisien des statistiques, Enquête sur le niveau de vie des ménages 2012.
  • 149 C’est la raison pour laquelle l’État est en conflit avec Kuala Lumpur au sujet du montant des royal (...)

31Situé sur la côte est de la péninsule malaise, tout au nord, frontalier de la partie musulmane pauvre du Sud de la Thaïlande, le Kelantan a longtemps été l’État le plus rural et le plus déshérité de la Malaisie péninsulaire. Il l’est toujours avec un niveau de vie moyen qui est le plus bas du pays (actuellement il n’atteint que 63 % de la moyenne nationale et un tiers de celui de Kuala Lumpur148). Sa capitale, Kota Bharu s’est transformée rapidement au cours de la dernière décennie suite à la découverte de gisements de pétrole offshore, mais les royalties ne sont plus systématiquement reversées par le pouvoir fédéral. En effet, l’État à population très majoritairement malaise est caractérisé par le fait que le PAS, principal parti islamique malaisien, y est au pouvoir depuis 1990. La question de la mise en application du hudud (loi islamique traitant des crimes) y est en discussion depuis quelques années et polarise une grande partie de l’attention du gouvernement local. Étant gouverné par l’opposition, le Kelantan ne dispose pour ses revenus que des licences et accords de concessions sur son sol (seule prérogative réelle des États de la Fédération avec la religion et la culture pour ses revenus149). L’accord avec une compagnie minière chinoise s’inscrit dans ce contexte financier local extrêmement contraint : privé d’une grande partie des transferts publics dont bénéficient les autres États, le Kelantan a un besoin crucial de royalties liées à la concession minière pour se financer. Selon l’intellectuel malaisien Eddin Khoo, c’est une administration locale en faillite qui a conclu les accords qu’on va étudier ici.

Contexte et tenants du partenariat chinois

  • 150 Rapport d’expertise d’Optiro, Sokor Project: updated Mineral Resource and Ore Reserve estimates as (...)

32Le 16 mai 2007, l’État du Kelantan, gouverné par le PAS a signé avec la société chinoise CNMC Goldmine un accord d’exploitation d’une mine d’or (Sokor), exploitée à faible échelle depuis le début du xxe siècle150. Les droits d’exploration ont été acquis en 2006 puis renouvelés en 2013 ; les droits d’exploitation, acquis en 2008, font l’objet d’une licence de 10 ans. Cette licence a été assortie d’une promesse de renouvellement sur 21 ans, soit une garantie de 31 ans d’activité pour la compagnie en Malaisie.

  • 151 Source : entretien de David Delfolie, mai 2009, séjour de terrain dans le Kelantan. L’interlocuteur (...)

33La négociation aurait notamment été suivie, avec quelques autres dirigeants du Kelantan, par Kamarudin Jaffar (député du Kelantan, figure progressiste influente de la direction du PAS à l’époque, il est aujourd’hui membre du parti d’Anwar Ibrahim dont il était un pilier de la garde rapprochée lorsqu’il était vice‑Premier ministre et numéro deux de l’UMNO)151.

34Considérée comme une entreprise chinoise152, la CNMC Goldmine a été effectivement créée à Hong Kong en 2006, mais elle est désormais une holding qui a son quartier général à Singapour où elle est cotée en Bourse depuis 2011.

Carte 6 − Carte de la zone d’exploitation de la mine de Sokor, Kelantan

Carte 6 − Carte de la zone d’exploitation de la mine de Sokor, Kelantan

Source: documentation d’entreprise CNMC Goldmine Holdings Limited (CNMC Quaterly Report, 2014, p3)

35Elle a commencé son existence légale avec comme raison sociale l’exploration et l’extraction de l’or, ainsi que le processus de transformation de résidus miniers (minerais d’or) en lingots d’or. Dès l’origine, la compagnie a concentré son développement sur la mine de Sokor (Sokor Gold Field Project) via l’entreprise minière enregistrée en Malaisie, CMNM Mining Group.

  • 153 Dr Nik Mazian, membre du Parlement fédéral, PAS, pour la circonscription de Pasir Putih, à l’époque (...)
  • 154 De fait, le professeur Lim, investisseur avec sa femme à la tête d’Innovation (China) Limited opère (...)
  • 155 Communiqué de presse de l’entreprise, novembre 2013.

36La question de savoir si la nationalité chinoise de l’entreprise a pu faire l’objet de débat au parlement du Kelantan est vite éliminée par nos interlocuteurs : « Nous avons tellement besoin d’investisseurs exploitant nos ressources naturelles que la question de la nationalité n’est pas du tout prise en compte. On a d’ailleurs plus souvent eu l’occasion de regretter les contrats signés avec des entreprises malaisiennes qui abusent de nous que ceux avec des compagnies étrangères »153. À l’époque, un certain professeur Lim Xiang Xiong, un Singapourien selon un ministre du Kelantan, mais sans doute plutôt Hongkongais, « apparemment formé en arts plutôt qu’en géologie154 », a joué le rôle d’intermédiaire vis‑à‑vis de l’État du Kelantan. Le mécénat de la Chine en faveur d’une école coranique importante pour les dirigeants de l’État était prévu dans les négociations. Nommé en 2006 par le gouvernement local Chief Advisor for China‑Kelantan International Trade (conseiller au commerce international Chine‑Kelantan), le Professeur Lim (appelé de manière inexacte Professeur Lin dans la documentation d’introduction en Bourse) a permis la réalisation du projet en œuvrant étroitement auprès de l’État, avant de devenir le président exécutif de la holding CNMC Goldmine qu’il crée à Hong Kong en 2006 et dont il détient d’abord 40 % des parts. Considéré comme le représentant du Kelantan pour le commerce avec la Chine, il a organisé à l’époque un voyage dans le Hainan pour une partie du gouvernement et du parlement du Kelantan, selon le souvenir du ministre de l’Agriculture d’alors. D’après son site Internet, la holding est bien établie à Singapour avec pour seule activité le site de Sokor et sans mention d’une maison mère chinoise (la plupart des actionnaires sont eux-mêmes des holdings basées aux îles Caïmans et aux îles Vierges), mais les Malaisiens ont pourtant été accueillis en Chine au « siège de la compagnie et [ont] pu visiter l’entreprise et ses mines ». Cette visite « nous a permis de les connaître, de savoir qui ils étaient ». Elle leur a, aussi et surtout, donné à voir l’ampleur des mines chinoises et la qualité de leur expertise dans ce domaine. Au retour, la mine de Sokor leur est apparue « bien petite ». Cette image dépréciative qu’en conserve Nik Mazian contraste avec les déclarations du China Gold Guizhou Jinxing Gold Mining Industry, une filiale de l’entreprise publique China Gold chargée en 2013 d’établir le plan de développement de l’exploration et de l’exploitation de la mine de Sokor : « Le projet de CNMC de la mine de Sokor a un immense potentiel à la fois en termes de production d’or qu’en termes de ressources et de réserves »155. On saisit ainsi que les élus locaux du Kelantan mesurent très approximativement les bénéfices que les Chinois vont pouvoir retirer de l’exploitation de la mine.

37« Ce professeur Lim était très présent. Après la signature de l’accord entre l’État et la société chinoise, je ne l’ai plus jamais revu au Kelantan et je n’en ai plus entendu parler » nous a dit l’élu du parti islamique. En réalité, le professeur Lim est toujours le principal actionnaire de l’entreprise (via Innovation Ltd., possédé avec sa femme), ainsi que Choo Chee Keong et Ng Eng Tiong, les deux primo investisseurs dans la société CNMC Goldmine. Il a opéré en 2011 l’entrée en bourse à Singapour de la société en holding CNMC Goldmine Holding, possédant à 81 % l’entreprise minière malaisienne CMNM Mining Group dont les autres parts sont partagées entre l’État et l’administration en charge du développement économique du Kelantan (10 % et 5 %) et le jeune frère du nouveau sultan du Kelantan (Muhammad Fakhry Petra, 4 %). Le professeur Lim est président exécutif de la holding CNMC avec Choo Chee Keong, son vice-président. Détenant une minorité de contrôle (49,8), ils siègent aussi ensemble en tant que directeurs au conseil d’administration de la compagnie minière CMNM, autrement dit la société, ainsi que le détail de l’activité minière, est en leur pouvoir.

Figure 20 − La structure du groupe CNMC Goldmine Holding

Figure 20 − La structure du groupe CNMC Goldmine Holding

Source : CNMC Offer Document, enregistré par la bourse de Singapour (SGX-ST), le 18 octobre 2011, p. 75

  • 156 Sources : Rapport d’information financière pour l’introduction en bourse (2011, p. 125) ; fiche d’i (...)

38Le fils du professeur Lim, Lim Kuoh Yang (Chris Lim) est l’actuel PDG de l’entreprise minière CMNM en Malaisie et de la holding CNMC à Singapour. Âgé de 40 ans en 2014, il est présenté dans les communiqués de presse comme un ingénieur ayant eu plusieurs expériences en entreprises minières publiques chinoises (marbre) ; il a, en réalité, commencé sa carrière, après peu d’années d’études, au sein d’Innovation Ltd., l’entreprise de ses parents, chez qui il vit156.

  • 157 Elle avait, par exemple, réalisé une partie des études géologiques pour les piliers du stade olympi (...)

39La phase d’exploration et les premiers forages (2006‑2007) de la mine de Sokor ont été menés par des compétences chinoises : d’abord l’entreprise chinoise Sino Metal Resource, puis la compagnie Sinomine Resources Exploration, compagnie d’ingénierie géologique étroitement liée à l’État157. L’accord de licence que l’État du Kelantan a concédé à l’entreprise chinoise pour 10 ans (2008‑2018) lui aurait rapporté 1 million de MYR, et aurait été assorti d’une promesse d’une licence à suivre de 21 ans (selon l’entreprise). Les royalties et tributs versés à l’État et à l’administration en charge du développement local (KSDEC) sont en pourcentage (respectivement 5 % et 3 %) d’une production qui n’a commencé réellement qu’en juillet 2010. La compagnie met en avant l’excellence de sa relation avec les autorités locales. De son côté, le MIDA, autorité nationale déconcentrée, leur a proposé de bénéficier de 100 % d’exemption d’impôt sur les sociétés (au lieu d’un taux d’imposition de 25 % du revenu) au titre du statut de pionnier (Pioneer Status) pour la production de lingots d’or, afin d’offrir les meilleures conditions financières à leur installation (statut valable pour 5 ans). Mais à cette époque, la proposition ne semble pas les intéresser. Il apparaît que l’activité de production comme les résultats enregistrés par l’entreprise sont d’abord restés négatifs, puis médiocres au fil des années, et ce malgré le niveau historiquement élevé du cours de l’or en 2011 : l’entreprise produit à peine, ne dégage que des pertes et aucun dividende n’est versé. Pourtant, la mine est réputée facile à exploiter (gisements à faible profondeur) et facile d’accès (quelques kilomètres de pistes en fin de route, après le village de Mukah) : une soixantaine de travailleurs malaisiens vivent sur place, les salaires, versés en ringgit, sont très faibles tandis que le management réside à Singapour et se déplace en avion, atterrissant à Kota Bharu à 75 km du site. À cette époque des débuts, l’entreprise fait appel à quatre expatriés, dont deux ingénieurs chinois. Pour le reste, les données sur le nombre d’employés travaillant sur la mine sont très fantaisistes, voire contradictoires et opaques : le PDG évoque 230‑250 employés sur place en 2014, mais les statistiques indiquaient 8 à 11 personnes en 2008 et 2009 et 13 à 23 auxquelles s’ajoutent une dizaine d’ouvriers migrants, en 2011.

2011‑2014 : l’essor industriel sur fond de flambée du cours de l’or

  • 158 La devise de CNMC Holdings s’affiche en première page du document d’introduction en bourse : « To m (...)
  • 159 Source: « CNMC Goldmine aims to expand gold production via tie-up with a subsidary of China Nationa (...)

40Un nouveau partenariat avec l’État local a été signé pour la poursuite de l’exploitation de la mine de Sokor en 2011, et l’entrée en bourse marque un nouveau tournant dans un contexte de flambée des prix de l’or (1 800 $ US l’once en août 2011, contre 900 en 2008). Le document d’introduction en bourse mentionne les activités sociales en faveur des villageois de la compagnie chinoise : outre de nouveaux accès à l’emploi qualifié et non qualifié, des bourses et des équipements scolaires sont prévus pour les enfants158. L’école coranique, en revanche, n’apparaît pas dans le document. En novembre 2012, la société CMNM Mining Group a obtenu l’autorisation par le Département minier du Kelantan d’ouvrir une usine de lixivation (il s’agit de lessiver le minerai contenant de l’or via des traitements chimiques au cyanure de sodium) à Sokor. Pour remédier à la faiblesse de l’exploitation, une convention de partenariat technique a aussi été signée début 2013 avec une filiale de la China Gold (de son nom complet China National Gold Group Corporation), la plus grande compagnie nationale d’or chinoise. Le but officiel est d’accroître la production d’or. Elle s’est traduite par l’envoi d’au moins une dizaine d’experts159 de China Gold pendant un an sur le site de Sokor. Selon Sun Fa Jun, directeur général du China Gold Guizhou Jinxing Gold Mining Industry : « Nous sommes confiants sur le fait qu’avec l’addition de nos apports techniques, nous serons capables d’amener la production totale au-dessus des prévisions actuelles de CNMC. De plus, nous espérons pouvoir travailler avec CNMC au-delà du projet actuel de Sokor ». En 2014, après la venue des experts chinois, la mine enregistre d’énormes bonds en matière de production et de résultats courants.

  • 160 Source: « CNMC grows its gold resources to 506 000 ounces on top a record FY2014 gold production of (...)
  • 161 Selon le rapport d’activité 2014 de CNMC, publié en avril 2015.

41L’entreprise se montre optimiste pour les années à venir, dans un contexte de prix de l’or élevé, bien qu’en recul par rapport à 2011 : autour de 1 200 $ US par once, pour un coût de production autour de 600 $ US par once, ce qui est bas pour le secteur. Suite à un rapport complet d’exploration et d’examen financier réalisé par Optiro, une agence indépendante australienne, l’entreprise rend publics ses progrès, à la fois dans les réserves et dans la production160. Mais le rapport australien critique entre les lignes une certaine opacité dans l’activité, mentionnant au fil des pages la sous-estimation de la teneur en or du minerai, l’absence de données de production systématiques et cohérentes avant 2011, le manque de rigueur et l’incomplétude de celles fournies sur les quatre premières années d’activité. Néanmoins, les résultats financiers publiés sont en hausse et mettent en évidence, à partir de 2014, une très forte rentabilité de l’exploitation (taux de marge de près de 50 %). Les revenus en 2014 s’élèvent à 33 millions de $ US générant 15 millions de $ US de profits nets (après royalties)161 ; la capitalisation boursière de la holding en mars 2015 se monte à 97,8 millions de $ Singapore (200 millions de MYR). En août et décembre 2014, les premiers dividendes (symboliques) ont été versés.

Figure 21 − Synthèse des résultats (productifs et financiers) de la Mine de Sokor, 2008-2014

Figure 21 − Synthèse des résultats (productifs et financiers) de la Mine de Sokor, 2008-2014

Source : rapport Optiro, 2015

  • 162 « CNMC continues growth momentum, 1Q 2015 net profit increased 63.4 % to $ US2.54 million », commun (...)

42En mai 2015, le rapport financier du premier trimestre est excellent : la production et les profits ont encore augmenté de plus de 60 % par rapport à l’année précédente et Chris Lim peut affirmer que les perspectives industrielles et financières sont au beau fixe162.

  • 163 Selon son PDG, Chris Lim, et le vice-président Peter Choo, dans une interview publiée en ligne, (ht (...)
  • 164 CNMC, 2015, Rapport financier, 1er trimestre, p. 2.

43Sur le front des bénéfices pour l’État local, au-delà du premier million de MYR lors de l’achat de la licence d’exploitation, le bilan est beaucoup plus mitigé. Cela est dû d’abord à l’absence de dividendes reçus au titre d’actionnaire des entreprises de la holding. Ensuite, la nullité de la production durant les 5 premières années d’existence aura mécaniquement limité la manne des royalties. D’après les données disponibles, il est difficile de calculer les royalties perçues par l’État du Kelantan. Elles devraient se monter à 8 % (si l’on comptabilise le tribut perçu par l’administration en charge du développement économique local). Pour les années 2012 à 2014, ce serait 5 millions de $ US d’après Chris Lim163 ; pour le premier trimestre 2015, 600 000 de $ US164, soit un total d’environ 6 millions de $ US depuis la signature du contrat en 2008. Les élus locaux du Kelantan interrogés semblaient n’avoir aucune idée de ces montants ni même du bilan économique, écologique et social de la présence de la mine pour leur État.

Tableau 8 − Résultats financiers et productifs de CNMC, 2008-2014

Tableau 8 − Résultats financiers et productifs de CNMC, 2008-2014

Source : rapport d’introduction en bourse CNMC, 2011 rapport Optiro, 2015 ; rapport d’activité CNMC 2014 (2015)

  • 165 Compte tenu des réserves annoncées, le rapport Optiro estime qu’elles seront épuisées si l’entrepri (...)

44Du côté de l’État fédéral, l’impôt sur les sociétés (25 % du revenu) n’a jamais été payé par la compagnie : en effet, la mine a finalement décidé d’accéder en 2014 au statut de pionnier qui lui avait été proposé dès 2010 par le MIDA pour une durée de 5 ans. Ce statut lui permet de se couvrir fiscalement de 2013, la première année des bénéfices importants, jusqu’à 2018, fin de sa licence d’exploitation, date à laquelle il se peut que la mine soit épuisée, ce qui serait sans conteste assez désastreux pour l’État local, et d’un point de vue plus global, pour la souveraineté économique malaisienne165.

  • 166 Puy-Kwan Tse, 2014, The Mineral Industry of Malaysia, US Geological Survey Minerals Yearbook.

45Les données minières internationales sur la Malaisie n’ont mentionné Sokor qu’en 2011, lors de l’introduction en Bourse de la holding. Ils indiquent qu’en 2012 les deux plus gros producteurs d’or du pays étaient les mines de Penjom (1 750 kg) et de Raub (1 487 kg) dans le Pahang166. Ceci donne un ordre de grandeur pour situer Sokor : avec ses 731 kg produits en 2014, la mine chinoise se place donc environ à mi-hauteur de la deuxième mine du pays.

  • 167 (http://trade.stats.gov.my), statistiques par secteurs, le code ici produit retenu étant le 9710 : (...)
  • 168 Jusqu’en 2014, les données sur les entrées d’or étaient celles fournies par Hong Kong suite aux res (...)
  • 169 Demande officielle du Premier ministre Li Keqiang auprès de Christine Lagarde, directrice du FMI, e (...)

46Enfin, on peut émettre l’hypothèse que l’or de Sokor a vocation à être exporté vers la Chine, mais peu de chose, dans les statistiques commerciales globales comme dans les rapports de l’entreprise, ne le confirme. Pour autant qu’on puisse chercher à le savoir du côté des exportations malaisiennes d’or vers la Chine, la progression de la production de Sokor et celle des exportations globales d’or vers la Chine ne sont pas corrélées. Ces dernières n’occupent qu’un faible pourcentage (2‑4 % des exportations totales de l’or malaisien) en 2010 (8 millions de MYR), mais surtout s’effondrent en 2014 (2 millions de MYR) par rapport aux années 2007‑2013 (variant entre 23 et 76 millions de MYR selon les années167), alors même que la mine de Sokor connaît en 2013 et 2014 ses chiffres de production et d’affaires les plus élevés. Dans les rapports, très peu de chose, voire rien, n’est dit sur la destination de l’or produit à Sokor. En 2011, par exemple, l’année de la première quantité produite, c’est l’Hôtel des monnaies australien (dépositaire officiel des lingots) qui a acheté l’essentiel de la production. Mais la production était alors encore symbolique. En 2012, avant la création de sa propre usine de transformation, la compagnie aurait exporté à « une partie chinoise », sans autre précision, sa production de minerais d’or atteignant 1 304 kg, soit au total, 9 millions de $ US, selon ses communiqués de presse d’août 2012 et de février 2013. Les rapports suivants ne font plus mention de destinataire des ventes du métal. Pour rappel, la Chine est de très loin le premier producteur d’or au monde (438 tonnes de métal en 2013 contre 266 pour l’Australie, le deuxième producteur) et aux coudes à coudes avec l’Inde pour la première place en tant que consommateur168. Depuis la fin de la décennie 2000, sa production comme ses importations d’or seraient essentiellement destinées aux réserves de la Banque centrale et d’autres institutions financières nationales afin de soutenir l’ambition de faire du yuan une monnaie internationale, en particulier, en tant que monnaie de réserve. On sait qu’elle souhaite introduire le yuan auprès du FMI dans le panier des DTS à l’automne 2015, désir que l’institution financière internationale a bien accueilli169.

47Les deux études de cas présentées dans ce chapitre permettent de compléter l’image de la présence chinoise en Malaisie sous son angle industriel. Elles illustrent la manière dont les affaires ont été conduites, elles dégagent les intérêts en présence et, dans une certaine mesure, en éclairent les rapports de force. Kuantan et Sokor présentent des caractéristiques très contrastées, et ce sur presque tous les points : d’abord, par l’ampleur des investissements chinois, très élevés pour Kuantan et très modestes pour la mine de Sokor ; ils n’engagent pas, non plus, d’effets politiques et financiers comparables et s’inscrivent dans des logiques symboliques opposées. Ainsi, le projet des parcs jumeaux binationaux est un projet d’envergure et de signification nationale, valorisant le bilan politique du Premier ministre Najib à la veille d’échéances électorales. Associé à un développement portuaire conséquent et lucratif, l’investissement chinois à Kuantan s’ajoute aux investissements malaisiens publics. Il est destiné à jouer un rôle d’effet de levier et d’entraînement sur des investissements industriels futurs dans le corridor ECER. Le parc de Kuantan s’appuie sur la toute-puissance de l’UMNO et de ses réseaux d’affaire en Malaisie tout en la renforçant à son tour dans la mesure où le projet légitime le Premier ministre qui apparaît alors comme un leader moderne, un excellent homme d’affaires, capable de donner de l’attractivité à son pays et même à son État d’origine, le Pahang. Il se voit d’ailleurs reconnu comme un partenaire à quasi‑égalité avec son homologue chinois dans la mesure où le MCKIP a un parc jumeau en Chine dont la construction financière est symétrique.

48Tandis que l’exploitation de la mine d’or s’est faite en toute discrétion tout en permettant à l’État du Kelantan, dirigé par l’opposition, et à de rares acteurs locaux de se partager quelques royalties. Ce projet, amené par un homme d’affaires qui va à lui seul occuper toute la place et bénéficier d’un tapis rouge déroulé par les élus locaux, pallie la faiblesse de l’implication économique de l’administration locale du Kelantan dans un contexte de sous-développement et de marginalisation économique du territoire. Sachant que cette mine n’a aucun effet d’entraînement industriel, de retombées technologiques et très peu d’incidences en termes d’emploi et de revenus fiscaux, le projet a clairement pour fin l’exploitation des ressources humaines et géologiques du territoire par la Chine. Par contre, en l’absence de contraintes environnementales strictes et imposées rigoureusement par les autorités, les effets écologiques de l’exploitation et de la transformation aurifère sont généralement fortement négatifs (pour les rivières, en particulier). Quant au gisement d’or, il se peut qu’il soit épuisé à l’horizon 2018.

49De manière parallèle dans les deux cas, les secteurs mis en valeur se trouvent fortement dynamisés par la présence chinoise qui joue localement un rôle de moteur industriel et de création d’opportunités. Enfin, dans l’un comme dans l’autre situation, la conduite des affaires est apparue très habile car très précise du côté chinois, mais aussi politiquement très favorable et très valorisante pour le pouvoir malaisien en charge de ces espaces : ainsi, à son échelle, chacun des États malaisiens a vu s’exprimer là un intérêt de la Chine pour son territoire et pour ses ressources et espère pouvoir capitaliser sur la relation à plus longue échéance.

Notes

142 Voir aussi : (http://www.singapore-window.org/sw99/90915afp.htm). Le consortium singapourien aurait diminué sa participation de 65 % à 35 % en 2000 suite au retrait du gouvernement du projet.

143 (http://www.mida.gov.my/env3/uploads/IncentivesCompilation/ECERDC/2013/AppVIII.pdf).

144 Source: MIDA, Malaysia Investment Report 2014, p. 10.

145 Dossier de la conférence de presse donnée à l’issue du 2nd Joint Cooperation Council (JCC) meeting on Malaysia-China Kuantan Industrial Park (MCKIP) and China-Malaysia Qinzhou Industrial Park (CMQIP), MIDA, Kuala Lumpur, 20 janvier 2015.

146 Dossier de la conférence de presse donnée à l’issue du 2nd Joint cooperation Council (JCC) Meeting or Malaysia-China Kuantan Industrial Park (MCKIP) and China-Malaysia Qinzhou Industrial Park (CMQIP), Mida, Kuala Lumpur, 20 janvier 2015.

147 « IJM sells 40% stake in Kuantan port to China Guangxi Beibu for RM 334 Mil. », The Star, 10 septembre 2013.

148 Département malaisien des statistiques, Enquête sur le niveau de vie des ménages 2012.

149 C’est la raison pour laquelle l’État est en conflit avec Kuala Lumpur au sujet du montant des royalties du pétrole (normalement 5 %, mais désormais discrétionnaires alors que le Pahang en bénéficie) ; J. Sivalingam, « Kelantan losing out from ambiguities in Petroleum Act », Malaysia Today, 27 septembre 2014. Raison aussi pour laquelle ont pu être ainsi accordées au cours de la dernière décennie les autorisations de déforestation massive ; celles-ci ont été à l’origine de l’ampleur exceptionnelle des inondations de l’hiver 2014.

150 Rapport d’expertise d’Optiro, Sokor Project: updated Mineral Resource and Ore Reserve estimates as at 31 December 2014, avril 2015, p. 18, (http://cnmc.listedcompany.com/newsroom/20150402_172646_5TP_0C1J7S6BK5EBU6DD.3.pdf).

151 Source : entretien de David Delfolie, mai 2009, séjour de terrain dans le Kelantan. L’interlocuteur avait d’ailleurs indiqué se rendre le jour de l’entretien à une réunion de travail sur le sujet à Kota Bharu. Lors d’un entretien avec Elsa Lafaye de Micheaux le 6 avril 2015 (Parlement fédéral, Kuala Lumpur, 11h), il n’a pas confirmé l’information ; plus exactement, il a déclaré : « J’en ai entendu parler, mais je n’étais pas dans la négociation ».

152 (http://www.cnmc.com.hk).

153 Dr Nik Mazian, membre du Parlement fédéral, PAS, pour la circonscription de Pasir Putih, à l’époque ministre de l’Agriculture du Kelantan.

154 De fait, le professeur Lim, investisseur avec sa femme à la tête d’Innovation (China) Limited opère en Asie dans le domaine de l’achat de matériaux et de minerais depuis 1980. Mais il est aussi très investi dans le domaine culturel en Chine : président de l’Association Global Chinese Arts & Culture et chercheur invité à l’Académie chinoise des arts, selon le rapport d’introduction en bourse (2011, p. 126).

155 Communiqué de presse de l’entreprise, novembre 2013.

156 Sources : Rapport d’information financière pour l’introduction en bourse (2011, p. 125) ; fiche d’information financière de CMNM Mining Group, auprès de l’autorité d’enregistrement des entreprises en Malaisie, SSM, Kuala Lumpur, avril 2015.

157 Elle avait, par exemple, réalisé une partie des études géologiques pour les piliers du stade olympique des J. O. de Pékin.

158 La devise de CNMC Holdings s’affiche en première page du document d’introduction en bourse : « To mine the earth to mind social needs » (Miner la terre pour se préoccuper des besoins sociaux). Ses frais dits « de marketing » se montent à 30 000 $ US en 2011.

159 Source: « CNMC Goldmine aims to expand gold production via tie-up with a subsidary of China National Gold Group Corporation », communiqué de presse de l’entreprise, Singapour, 28 janvier 2013.

160 Source: « CNMC grows its gold resources to 506 000 ounces on top a record FY2014 gold production of 26 122 ounces », communiqué de presse de CNMC, Singapour, 2 avril 2015.

161 Selon le rapport d’activité 2014 de CNMC, publié en avril 2015.

162 « CNMC continues growth momentum, 1Q 2015 net profit increased 63.4 % to $ US2.54 million », communiqué de presse de CNMC, 12 mai 2015, (http://cnmc.listedcompany.com/newsroom/20150512_174221_5TP_3SQXEXZRAG0LF57F.1.pdf).

163 Selon son PDG, Chris Lim, et le vice-président Peter Choo, dans une interview publiée en ligne, (http://nextinsight.net/index.php/story-archive-mainmenu-60/924-2014/8220-cnmc-in2014-higher-economies-of-scale-higher-gold-production).

164 CNMC, 2015, Rapport financier, 1er trimestre, p. 2.

165 Compte tenu des réserves annoncées, le rapport Optiro estime qu’elles seront épuisées si l’entreprise atteint et maintient de 2015 à 2018 une extraction d’or de 1 300 kg (46 koz) par an, contre 731 (26 koz) réalisés en 2014, (p. 41).

166 Puy-Kwan Tse, 2014, The Mineral Industry of Malaysia, US Geological Survey Minerals Yearbook.

167 (http://trade.stats.gov.my), statistiques par secteurs, le code ici produit retenu étant le 9710 : or, non monétaire.

168 Jusqu’en 2014, les données sur les entrées d’or étaient celles fournies par Hong Kong suite aux restrictions portant sur l’importation d’or par la Chine continentale. En 2014, cette restriction est levée sans que la Chine ne diffuse pour autant les chiffres de ses importations ; on note seulement que celles de Hong Kong reculent d’un quart.

169 Demande officielle du Premier ministre Li Keqiang auprès de Christine Lagarde, directrice du FMI, en visite en Chine fin mars 2015.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search