Version classiqueVersion mobile

Malaisie - Chine : une « précieuse » relation

 | 
David Delfolie
, 
Nathalie Fau
, 
Elsa Lafaye de Micheaux

Deuxième partie. Les bénéfices du rapprochement économique

Investissements chinois dans l’industrie et les transports

Texte intégral

1Dans ce chapitre, on s’efforce de quantifier le phénomène des investissements directs étrangers chinois en Malaisie, qu’ils soient industriels ou touchant aux infrastructures de transport. Ces investissements, du moins jusqu’en 2103, restaient dans des proportions modestes, mais leur répartition sectorielle et spatiale a été très singulière par rapport aux pays investisseurs traditionnels en Malaisie, témoignant de logiques industrielles bien particulières. De ce fait, et bien que demeurés relativement limités au cours de la période récente, ils ont joué un rôle structurant à la fois sur le territoire et dans les secteurs industriels concernés par ces flux. L’accélération récente, dont témoigne le fait qu’en 2015 la Chine se trouve au premier rang des investisseurs en Malaisie, ne laisse pas d’interroger.

2Aborder la présence chinoise en Malaisie sous l’angle des investissements s’avère un exercice difficile, en particulier du fait de la nature des données disponibles, du nombre et de la complexité des acteurs impliqués. On s’appuiera ici sur les données des investissements directs étrangers du Département de statistiques et de la Banque centrale d’une part (qui sont ceux qui sont transmis à la CNUCED pour les comparaisons internationales) pour fixer les ordres de grandeur des investissements directs étrangers (IDE) et de la place de la Chine dans ces investissements (flux et stocks).

3Pour qualifier les investissements, on s’appuiera sur d’autres séries, non homogènes avec celles des précédents services, qui sont celles de l’administration en charge des investissements en Malaisie, le MIDA : on pourra alors préciser les secteurs et les États malaisiens qui ont polarisé les projets d’investissements industriels chinois en Malaisie au cours des dernières années.

4Pour compléter la description du caractère structurant (dans certains secteurs spécifiques) des investissements, nous ferons le point sur leur présence dans les infrastructures et les transports.

Des investissements directs étrangers encore limités

5On présentera ici d’abord les flux d’IDE, ainsi que les stocks, de la Malaisie vers la Chine, car ils sont plus importants et plus anciens. Certes croissants (en volume), les investissements malaisiens en Chine présentent cependant entre 2010 et 2014 une tendance à la réduction en part relative, n’illustrant donc pas l’idée d’une implication malaisienne accentuée vers la Chine. Dans le sens inverse, on soulignera que la Chine n’est qu’un investisseur marginal au sein des montants d’investissements étrangers reçus par la Malaisie, mais que cette place subalterne pourrait tendre à se transformer très rapidement.

Faibles investissements directs de Malaisie vers la Chine

  • 114 Pour sa part, l’Asean représentait en 2014 13 % des IDE malaisiens, loin derrière le Canada (20 %) (...)

6Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer à partir de l’extraordinaire rapprochement commercial et monétaire entre les deux pays, et à partir des discours soulignant leur proximité croissante, les investissements directs malaisiens à l’étranger ne se concentrent pas vers la Chine (la ville de Hong Kong comprise) au cours des dernières années. Pourtant, les grandes multinationales malaisiennes, en particulier les entreprises publiques (GLCs) multinationales sont des acteurs émergents de plus en plus présents sur la scène internationale, mais leur domaine de développement (services, pétrole, plantations) s’applique peu à la réalité chinoise114. Mais, que ce soit en comparaison des autres investissements malaisiens à l’étranger, comme en évolution, on établit clairement que si la Malaisie investit davantage en Chine, proportionnellement à ses autres investissements, cette destination n’augmente pas, voire, diminue sur les deux dernières années.

Figure 10 − Flux d’IDE malaisiens vers la Chine : en valeur absolue et en proportion

Figure 10 − Flux d’IDE malaisiens vers la Chine : en valeur absolue et en proportion

Source : banque Negara, 2015

7Autrement dit, l’économie malaisienne continue son extraversion et sa recherche de nouveaux investissements productifs à l’étranger, mais la Chine ne joue pas de rôle particulier dans cette dynamique, comme l’indique la figure 9. Après un pic observé en 2012 (6 %), les IDE malaisiens vers la Chine en 2014 ne représentent qu’1,3 milliard de MYR (sur un total de 52) soit 2,6 % des IDE malaisiens.

8L’observation des stocks cumulés d’investissements sortants confirme cette vue nuancée.

9Sur un total de 601 milliards de MYR d’IDE malaisiens (en stock), le montant fin 2015, selon les données de la Bank Negara, de ceux qui sont investis en Chine (incluant Hong Kong) est de 24 milliards de MYR ; ce chiffre était de 14 en 2013. Pour autant, la part reste à peu près la même, la Chine compte pour 4 % des IDE sortants malaisiens (en stock). Ainsi, la Chine ne représente‑t‑elle in fine qu’une très faible fraction des investissements directs étrangers sortants totaux, que ce soit en flux (2,6 % en 2014) ou en stock (4,1 % en 2015).

Figure 11 − Stocks cumulés d’IDE malaisiens vers la Chine, 2008-2015 (3e trimestre)

Figure 11 − Stocks cumulés d’IDE malaisiens vers la Chine, 2008-2015 (3e trimestre)

Source : banque Negara, 2016

Une poussée récente des investissements directs chinois vers la Malaisie

10Les flux d’IDE chinois vers la Malaisie, tels qu’ils sont enregistrés par la Bank Negara sont, pour la Chine continentale, de 0,7 milliard de MYR, et pour Hong Kong, de 3,5 milliards de MYR, soit un total de 4,2 milliards de MYR en 2014. Il existe une logique selon laquelle, au sein du monde en développement, les IDE se déplacent largement des pays les plus riches vers ceux qui le sont le moins (à rebours des gradients de niveau de vie et des salaires), mais on observe que les flux d’IDE entre la Malaisie et la Chine, après avoir longtemps respecté cette logique, présentent depuis 2013 la direction inverse. En effet, les flux d’IDE chinois vers la Malaisie sont en 2014 trois fois plus importants que les flux inverses : ils étaient deux fois plus importants en 2013, mais c’était le contraire en 2012 et, sauf en 2009, année de la crise financière mondiale, les investissements malaisiens vers la Chine dépassaient largement les flux symétriques. L’année 2013 représente à ce titre une rupture, et on montrera qu’elle s’explique par l’irruption d’une forte composante politique dans les IDE chinois en Malaisie cette année‑là.

11Le total des flux d’IDE en Malaisie en 2014 s’élèverait à 35 milliards de MYR (Bank Negara, avril 2015), au sein desquels la Chine (incluant Hong Kong) pèse 12 %, comme en 2013. Mais c’est à un véritable bond qu’on assiste en 2013, qui fut confirmé en 2014.

Figure 12 − Flux d’IDE chinois vers la Malaisie : en valeur absolue et en proportion

Figure 12 − Flux d’IDE chinois vers la Malaisie : en valeur absolue et en proportion

Source : banque Negara, 2015

12Jusqu’à cette date, les investissements industriels chinois sont restés réduits comparés aux flux en provenance d’Europe, de Singapour et des États-Unis, ou encore du Japon. De plus, la forte volatilité, qui est une caractéristique de ces flux d’IDE, oblige à ne pas considérer le phénomène sur une seule année isolée du reste. En perspective longue, l’Europe s’impose comme de loin la première source d’IDE en Malaisie à l’heure actuelle.

  • 115 Si l’Union européenne devance tous les autres partenaires avec 21 % des stocks d’IDE en Malaisie, l (...)

13Sur ce point, la donnée de stock d’IDE devient là encore intéressante car elle montre à quel point l’Europe115, Singapour, le Japon et les États-Unis continuent à représenter les influences industrielles les plus anciennes, profondes et durables sur le tissu économique malaisien. Ainsi, dans les données de stock, en 2013 comme fin 2015, la Chine n’apparaît encore que comme un investisseur de second rang, loin derrière l’Union européenne, Singapour et le Japon.

Tableau 2 − Stocks d’IDE entrants en Malaisie, par origine, 2005, 2013 et 2015

IDE (stocks)

2005

2013

2015 (3e trimestre)

Origine

Montant

Part

Montant

Part

Montant

Part

Union Européenne

46 095

27 %

89 939

20 %

106 351

21 %

Singapour

25 898

15 %

80 724

18 %

101 483

21 %

Japon

31 522

19 %

65 357

15 %

70 031

14 %

USA

41 647

25 %

38 218

9 %

35 365

7 %

Chine & Hong Kong

2 986

2 %

20 388

5 %

28 806

6 %

TOTAL

168 057

100 %

445 096

100 %

500 167

100 %

Source : banque Negara, 2015

14La part des États‑Unis a très fortement décliné, perdant près de 20 points au cours des dix dernières années, mais pour les autres partenaires traditionnels, passés par un moment de repli, les positions relatives restent élevées, entre 15 et 20 % du total. Sur ce plan, la présence chinoise (en réalité essentiellement Hong Kong) ne représentait que 2 % en 2005 ; elle s’élève à 5 % en 2013 et 6 % fin 2015. À noter cependant que ces chiffres sont à prendre avec précaution car 11 % des stocks d’IDE en 2013 provenaient de paradis fiscaux (Bermudes, îles Caïmans, îles Vierges) dont une partie (difficile à évaluer) correspond à des capitaux chinois et singapouriens, comme l’illustre le cas de la mine d’or de Sokor.

15La modeste part chinoise au sein des stocks d’IDE amène ainsi à relativiser l’empreinte industrielle de ce nouveau partenaire par rapport à celle de l’Europe (qui reste numéro un) et du Japon, mais aussi des États‑Unis dont les investissements productifs massifs depuis les années 1970, en particulier les délocalisations d’activité dans l’électronique, ont historiquement structuré l’industrie malaisienne sur la durée (Lafaye de Micheaux, 2012 : 296‑300).

Comparaisons avec les autres investissements chinois dans l’Asean

  • 116 H. Testard, Investissements chinois en Asean : une vague récente qui prend de l’ampleur, Note, Serv (...)
  • 117 Au niveau de l’Asean, toutes origines confondues, c’est Singapour qui polarise les IDE. En 2013, pa (...)

16Enfin, on peut compléter l’analyse en resituant l’investissement chinois en Malaisie au sein des flux d’investissements chinois reçus par l’Asean116 Au cours de la décennie 2003-2012, les deux tiers des investissements directs chinois se sont effectués en Asie, dont la première place est tenue par Hong Kong. Dans l’Asean, et comme les autres investisseurs étrangers qui favorisent Singapour, la Chine a largement privilégié cette destination117. Sur la période 2003-2012, Singapour a polarisé 41 % des IDE chinois, suivi par l’Indonésie (12 %) et la Birmanie (9 %), contre seulement 3 % pour la Malaisie (Lim, 2015 : 12‑13). À noter que, comparée aux autres puissances industrielles en présence, la Chine représente pour les pays de l’Asean un investisseur de plus petit gabarit avec, fin 2012, seulement 3,8 % du stock d’IDE de la zone. Mais en 2013, elle cible aussi fortement l’Indonésie : ainsi, la compilation par l’ambassade de France des projets majeurs de la Chine dans l’Asean met-elle en avant l’Indonésie (15 milliards de $ US), Singapour (8,5 milliards de $ US) et la Malaisie (6 milliards de $ US) sur un total qui atteindrait 41,4 milliards de $ US fin 2013.

17Finalement, c’est moins les montants en jeu que la vitesse des transformations qu’il faut retenir : le mouvement d’investissements chinois en Asean est très récent puisque plus des trois quarts du stock ont été accumulés depuis 2010. Le mouvement aurait commencé en 2008 à Singapour (rachat de Tuas Power puis de Singapore Petroleum), donnant très nettement la priorité à l’énergie (raffineries, barrages) et aux ressources minières. L’accès au nickel, au cuivre et à l’aluminium a donné lieu à des prises de participations dans la région, y compris à travers de nouvelles usines de traitement des minerais et de production métallique, dont en Malaisie. Ressources naturelles et énergie polariseraient 70 % des montants promis. Comme on le montrera plus loin pour la Malaisie en particulier, l’investissement chinois en Asean commence aussi à s’orienter vers l’industrie (en particulier en direction de l’industrie automobile en Thaïlande et en Malaisie). Le domaine des transports et des infrastructures (ponts, liaisons ferroviaires, ports) est également en cours de développement rapide, ainsi que l’aménagement territorial et l’immobilier, dont plusieurs projets d’îles artificielles. Enfin, les investissements dans la finance, pour l’instant relativement réduits, se concentreraient sur Singapour.

18En approfondissant les données sur l’investissement chinois en Malaisie, on montrera que ces tendances lourdes à l’échelle régionale se retrouvent largement à l’échelle nationale, comme décalquées de préoccupations stratégiques et économiques globales cohérentes. Les modalités d’implantation et les effets sur l’industrie et le territoire malaisien seront décrits en s’attachant à des projets spécifiques localisés.

Les données des administrations de promotion de l’investissement en Malaisie

  • 118 La directrice de Invest Malaysia n’a pas souhaité que nous ayons un rendez-vous avec son conseiller (...)

La Malaisie a une longue histoire en matière de politique d’aide aux entreprises, qu’elle soit sectorielle, régionale ou pour favoriser les Bumiputra du pays (majoritairement des Malais). L’agence phare, la première à avoir été créée à la fin des années soixante, est l’Autorité malaisienne du développement industriel (Malaysian Industrial Development Authority ou MIDA), chargée pour le ministère du Commerce et de l’Industrie (MITI) de délivrer les autorisations d’investissements industriels locaux et étrangers et de mobiliser les incitations financières légales associées à ces investissements. Mais l’éparpillement des incitations entre les différents ministères et la multiplication des agences en charge de la promotion de l’investissement et des relations aux investisseurs étrangers ont fortement marqué le paysage administratif entourant l’activité des entreprises depuis une dizaine d’années. On assiste, en effet, à la prolifération de ces agences relevant de différents ministères (MITI, ministère du Tourisme, ministère des Transports (infrastructures), ministère de l’Agriculture). Elles relèvent aussi de différents niveaux – fédéral, d’État, voire, couvrant une région s’étendant entre plusieurs États comme c’est le cas du corridor de la côte est (East Coast Economic Region ou ECER) ou de la zone métropolitaine du Grand Kuala Lumpur – ou sont sectorielles (tournées vers la promotion des nouvelles technologies avec la MTDC, les économies d’énergie avec la MIGHT, les hôtels 4 ou 5 étoiles, le caoutchouc, etc.) – et cumulent parfois les deux critères (Multimedia Development Corporation, couvrant le Malaysia Multimedia Super-Corridor et ses compagnies d’électronique). Cette multiplicité des agences, une trentaine environ actuellement – le MIDA étant à la fois l’agence d’origine, le modèle et la coordinatrice des autres – traduit tout autant qu’elle alimente une vive compétition pour la captation des investisseurs, en particulier, des investisseurs étrangers. Celle-ci se traduit également dans une compétition entre les territoires et une rivalité particulièrement accusée entre les États et le gouvernement central dans le cas d’États gouvernés par l’opposition (Penang, Kelantan et Selangor, mais aussi durant une période, Terengganu et Perak).
Les entreprises chinoises investissant en Malaisie sont face à ces diverses agences publiques − fédérales ou dépendantes des administrations locales − aux discours marketing de plus en plus calqués sur les mêmes schémas d’incitation. Cette complexité a donné lieu à son tour à la création d’entreprises privées de conseil aux investisseurs comme InvestMalaysia (située à Kuala Lumpur) dont le nom est construit sur le modèle de celui d’agences publiques comme InvestKL, InvestPenang, etc.118. Chercher à connaître la présence des entreprises chinoises sur le territoire via leur biais reste extrêmement délicat en raison de la dispersion des informations, des types d’activité et des localisations.

Les « établissements régionaux » chinois, un indicateur significatif ?

On peut faire le point de manière plus rigoureuse sur un aspect de l’investissement chinois dans les services en Malaisie, à travers le nombre de leurs bureaux régionaux sur le territoire, parce que dans leur cas les données sont collectées de manière homogène et systématique. Les chiffres sont, de fait, aisés à établir, délimités par les bornes étroites de la définition des services aux entreprises, saisis sous la forme des bureaux et représentations à l’étranger. La création de sièges sociaux, de bureaux régionaux (pour mener in situ des études de marché et de la prospection) ou de représentations régionales (pour opérer commercialement) apparaît comme le signe d’une localisation attrayante et d’un exemple devant être suivi. Cette définition correspond au critère d’attractivité du d’un exemple devant être suivi. Cette définition correspond au critère d’attractivité du Global Services Location Index (GSLI) qui a été développé par l’entreprise américaine AT Kearney : la société de consultance développe des critères jugeant de la pertinence et de la qualité des services aux entreprises pour un territoire donné. À l’échelle mondiale, la Malaisie est, en 2016 comme en 2015, troisième du classement de cet indice, après l’Inde et la Chine119.
Le GSLI a été repris par InvestKL pour promouvoir vigoureusement (appuyé en cela par un rapport de l’agence Deloitte) une position de hub régional de Kuala Lumpur et du Selangor à l’échelle de l’Asean120. Cet indice est également repris dans le rapport 2014 du MIDA qui a la charge de répertorier ces données depuis 2006, à côté de son périmètre traditionnel de l’investissement industriel. D’après ces données, la Malaisie a fait l’objet de l’implantation d’un certain nombre de bureaux régionaux au cours des dernières années. Les statistiques comptabilisant ces arrivées (désormais retenues comme des indicateurs d’attractivités des pays par le GSLI de AT Karney) existent en Malaisie depuis 2006.
Ainsi, sous ce point de vue, la Chine n’est qu’à peine visible dans l’économie malaisienne : en 2013, 3 170 bureaux régionaux de compagnies multinationales (essentiellement américaines, japonaises ou européennes) étaient ouverts sur le territoire malaisien121. Parmi eux, la présence chinoise reste extrêmement faible : depuis 2006, elle a ouvert 54 établissements régionaux en Malaisie, dominés par les représentations régionales (45 au total sur 54) ; ils comptent aussi 8 bureaux régionaux (dont 5 depuis 2013)122. Il apparaît que le recours à ces bureaux s’est intensifié cependant au cours des années les plus récentes : elle en a ouvert 20, soit plus des deux tiers, sur les seules années 2013 et 2014.
InvestKL, aux côtés du MIDA, et pour des domaines moins spécifiques, joue aussi un rôle d’agence publique en charge de la promotion des investissements. Depuis sa création en 2011, l’agence intergouvernementale stratégique (MITI, ministère des Territoires fédéraux dont fait partie Kuala Lumpur et Pemandu, sous l’autorité du Premier ministre) a, en effet, pour objectif d’attirer les bureaux commerciaux et sièges régionaux des multinationales dans la zone du Grand Kuala Lumpur afin d’alimenter et de faire exister le rôle de plateforme régionale – commerciale, logistique, financière, etc. – que souhaite jouer la Malaisie en Asie du Sud-Est. Cependant, et malgré ses moyens, on constate qu’InvestKL n’a enregistré que deux investisseurs chinois (entrés respectivement en 2013 et 2014) dans son portefeuille de clients123 : Naton Medical Group, la première société orthopédique de Chine, pour un investissement total dans le Grand Kuala Lumpur de 7,7 millions de MYR et Toprich Sources International, l’une des plus grandes sociétés de commerce de produits métallurgiques de Chine, arrivant via InvestKL en bénéficiant des incitations de l’autorité financière offshore de Labuan.
Pour autant, et malgré le peu de clients chinois, le directeur d’InvestKL, M. Mah, ancien ingénieur d’Alcatel, a des connexions personnelles nombreuses et très bien ciblées : selon lui, plusieurs associations ont une bonne vision bottom-up des entreprises chinoises en Malaisie et offrent une autre vue de l’investissement chinois en Malaisie. Celles-ci comptent, tout d’abord, la Chambre de commerce des Chinois d’origine malaisienne (ACCIM), très ancienne dans le pays et qui a joué le rôle d’intermédiaire au début de l’ouverture de la Chine aux capitaux étrangers au début des années 1980. Mais d’autres associations ou institutions se sont créées en fonction des besoins particuliers : la Chambre de commerce chinoise en Malaisie (CINAM), très fermée car réservée aux entreprises de nationalité chinoise ou encore le Conseil d’affaires Malaisie-Chine (MCBC − Malaysian Chinese Business Council), agence officielle créée par la Malaisie et destinée à permettre au gouvernement de connaître l’activité des entreprises chinoises établies localement. Cette dernière est présidée par Ong Ka King, envoyé spécial du Premier ministre en Chine et ancien ministre malaisien du Commerce. Par son entremise, l’association a joué un rôle relativement important dans les négociations entre le Pahang et la Chine pour la création des parcs jumeaux dont le MCKIP (Kuantan)124. On compte aussi l’Association d’amitié sino-malaisienne (PPMC)125, à vocation de networking et dirigée par Abdul Majid Ahmad Khan, un ancien ambassadeur de Malaisie en Chine, lui-même membre du conseil exécutif du Malaysian Chinese Business Council.
C’est à partir de ces sources associatives intimement liées à l’activité économique de terrain, et en comptant les PME, que M. Mah estime ainsi à 2 500 les entreprises chinoises en Malaisie. Ce chiffre tranche à son tour fortement avec l’indication fournie par la Commission des sociétés en Malaisie (SSM), l’administration en charge de l’enregistrement légal des sociétés. Notre tentative de mesurer le niveau de la création d’entreprise au cas par cas, et au ras des enregistrements, se heurte au faible nombre d’entreprises enregistrées en tant qu’entreprises étrangères : 72 sur 46 000 en 2013126.

Tableau 3 − Établissements régionaux chinois en Malaisie (2006-2014)

Type d’établissement

Nb

Emploi total

Investissement (MYR)

Siège      (Operation Head Quarters - OHQ)

1

33

18 174 760

Représentation      (Representative Oice - RE)

45

189

38 172 160

Bureau régional       (Regional Oice - RO)

8

34

6 077 412

TOTAL

54

256

62 424 332

Source : MIDA

19Au-delà des données globales portant sur l’investissement direct étranger, l’état des lieux de la présence chinoise en Malaisie sous l’angle des investissements est donc difficile à réaliser. Non seulement en raison de la multiplicité des niveaux où se situent la négociation et des formes d’officialisation de l’entrée dans le pays, mais aussi parce que l’activité chinoise en Malaisie est diversifiée dans ses formes et échappe à une mesure simple et synthétique. Elle ne se quantifie pas de la même manière selon l’ampleur du projet mais aussi selon le secteur, l’étroitesse des liens avec les pouvoirs publics ou la localisation en dehors de la Malaisie pour des activités menées à l’intérieur.

Montants concentrés, localisations spécifiques des investissements industriels

Les données du MIDA mesurant les projets : une source rigoureuse d’analyse

20Le détail des investissements par secteur et par État n’est disponible qu’au niveau des données du MIDA portant sur les projets d’investissements acceptés. Nous allons exploiter dans cette section les données complètes que l’administration a accepté de nous communiquer, mais certaines précisions sur leur périmètre et leur définition doivent être mentionnées pour que les résultats puissent être appréciés correctement.

21Les statistiques fournies par le MIDA, aussi rigoureuses et systématiques soient-elles, ne collectent que :

  1. Les investissements industriels, à l’exclusion donc des secteurs miniers, agricoles, des plantations, mais aussi des transports et des infrastructures ;

  2. Les projets autorisés et non les réalisations (l’équipe chargée du suivi des investissements peine à obtenir les réponses à ses enquêtes 6 mois après l’autorisation ; depuis l’origine, le MIDA rend compte des autorisations qu’elle accorde). À noter que, selon M. Mah de InvestKL, le MIDA répertorierait avec une plus grande fiabilité les projets requérant des autorisations administratives spéciales ou les projets désireux de bénéficier des incitations faites aux entreprises étrangères s’implantant en Malaisie. Les autres peuvent échapper à son enregistrement.

  3. Les projets industriels autorisés d’un montant supérieur à 2,5 millions de MYR et/ou employant plus de 75 personnes.

22Ceci explique en partie, sur un plan purement méthodologique, l’écart entre les IDE enregistrés par la Bank Negara et le Département des statistiques et les investissements approuvés par le MIDA. Ainsi, en 2014, le MIDA approuvait 64 milliards de MYR d’investissements alors que la Bank Negara en enregistrait 35.

23Cet écart est donc conséquent, mais ne tient pas seulement à la question du périmètre de la mesure : il dépend aussi du temps et du degré de réalisation des investissements annoncés. Notre interlocutrice du MIDA, directrice de la division des statistiques depuis plus de vingt-cinq ans, n’est pas en mesure de nous répondre sur l’écart entre les investissements financés et les projets enregistrés, ni sur le pourcentage d’investissements effectivement réalisés suite à la délivrance de ces autorisations, ni sur le rapport entre les montants annoncés et les montants effectivement engagés. Les pratiques peuvent d’ailleurs varier selon la nature des interlocuteurs (gouvernements, entreprises publiques, secteur privé) comme selon la nationalité des investisseurs. Le caractère parfois très politique – comme c’est le cas d’une large partie des investissements chinois en Malaisie − rend moins prévisible encore le lien entre ces annonces (validées par l’autorité d’accueil des investissements étrangers) et la réalité car, en la matière, l’histoire est encore trop récente.

Tableau 4 -Investissements approuvés par le MIDA, par secteur, 2014

2014

MIDA : investissements approuvés

Part

Agriculture Mines

7 300

11,3 %

Construction Industries manufacturières

39 600

61,3 %

Services

17 700

27,4 %

TOTAL

64 600

100 %

Source : MIDA, 2015.

Les grands traits de l’investissement industriel en Malaisie depuis 1987

24Au cours de l’histoire du pays, les investissements industriels étrangers se sont concentrés sur la façade ouest de la péninsule malaise (Lafaye de Micheaux, 2012). Les données du MIDA depuis 1987 montrent à quel point 5 États (sur 13) concentrent l’essentiel des montants d’investissements industriels en Malaisie (70 %). Les trois premiers en polarisent la moitié : ce sont les États de Johore, bordant Singapour, au sud, du Selangor au sein de la Klang Valley reliant Kuala Lumpur à la mer, et, plus au nord, Penang dont l’électronique a été le plus fort moteur de l’industrialisation. Le Sarawak à Bornéo et le Kedah, où s’est localisée l’industrie automobile malaisienne en partenariat avec le Japon, suivent.

Figure 13 – Localisation des projets industriels étrangers autorisés, 2003-2014

Figure 13 – Localisation des projets industriels étrangers autorisés, 2003-2014

Source : MIDA

25Soulignons enfin qu’indépendamment de tendances lourdes (succession de vagues de projets), cette mesure présente une variabilité annuelle importante, indiquant le caractère quelque peu ad hoc et circonstanciel des décisions d’investissements de chaque pays d’une année sur l’autre. On retrouvera cette variabilité à l’œuvre dans les projets d’investissements de la Chine, dont le profil temporel est particulièrement heurté.

Figure 14 − Variation du montant des projets d’investissements industriels à participation étrangère enregistrés par le MIDA

Figure 14 − Variation du montant des projets d’investissements industriels à participation étrangère enregistrés par le MIDA

Source : MIDA

  • 127 MIDA, Annual report 2014, p. 28. On peut mesurer ici l’écart quantitatif entre les données de proje (...)
  • 128 L’Inde, avec 790 millions de RM, ne représente que 3 % de ces montants ; MIDA, Annual report 2014, (...)

26En 2014, la Malaisie a autorisé à travers ses différentes administrations 64,6 milliards de MYR en matière de projets d’investissement, pour tous domaines confondus127. On en décompte 39,6 milliards (60 %) dans le secteur industriel sous responsabilité du MIDA : 11 milliards du Japon (27 %), 8,4 milliards de l’Union européenne (21 %), 7,8 milliards de Singapour (20 %) et 4,8 milliards de la Chine (12 %). Les États‑Unis et la Corée du Sud complètent ces investissements avec 1,4 milliard et 1,6 milliard respectivement128. Selon le rapport, l’Asie est à l’origine de trois quarts (73 %) des investissements industriels étrangers en 2014.

Figure 15 − Les premiers investisseurs industriels en 2014

Figure 15 − Les premiers investisseurs industriels en 2014

Source : MIDA

27On a vu en première section, à partir des statistiques d’IDE reçus par la Malaisie, que les investisseurs traditionnels en Malaisie (Japon, États‑Unis, Europe) continuent à occuper les premières places en termes de stocks mais aussi de flux d’investissements. On a montré déjà que cette tendance s’est maintenue au début du xxie siècle dans un contexte de montée fulgurante de l’influence chinoise en Asie du Sud-Est. Sous l’angle des investissements productifs, la Chine n’est donc qu’un partenaire de quatrième ou cinquième rang pour l’économie malaisienne et les données du MIDA, limitées à l’industrie, ne décrivent pas autre chose.

Les projets chinois de 1987 à 2014 : poids de la métallurgie et du Pahang

28Les investissements industriels chinois tels que le MIDA les a systématiquement enregistrés depuis 1987 présentent une spécialisation sectorielle et une géographie particulière au regard des autres pays partenaires. À partir des données agrégées globales du MIDA, on peut dégager les grands secteurs et les grands lieux d’accueil des investissements en Malaisie. Nous allons ici démontrer que, comparé à ces tendances lourdes, il apparaît que l’implication industrielle chinoise dans le pays est à la fois :

  • très sélective sectoriellement : l’industrie lourde en est le premier domaine et de loin (70 %) en matière d’investissements sur la décennie écoulée, alors que ce secteur n’accueille que 13 % des projets d’investissement industriel étrangers (contre 35 % pour le premier secteur, l’électronique) ;

  • très sélective spatialement : le Pahang et le Terengganu, États de la côte est, sont en tête, alors que les IDE en Malaisie se concentrent généralement sur la façade ouest.

29Afin de renseigner la chronologie de ces investissements, on peut commencer par se reporter aux séries détaillées complètes du MIDA (disponibles à partir de 1987, voir annexe) pour articuler les données spatiales et les données sectorielles en longue période.

30Grâce à ses statistiques détaillées, l’administration du MIDA nous donne la possibilité d’approfondir l’analyse de la stratégie chinoise en termes de secteurs industriels et de localisation géographique, les statistiques précisant les domaines d’activité et les États de la Fédération accueillant ces projets. Comme c’est le cas à l’échelle de l’Asean, les projets d’investissement chinois en Malaisie sont extraordinairement sélectifs en termes de secteurs d’investissement : en raison de la prédominance des secteurs de l’industrie lourde et des mines, la localisation spatiale suit des logiques très différentes de celles qui, lorsqu’il s’agissait, par exemple, de l’électronique, se concentraient dans des clusters situés au cœur des zones les plus développées et les plus denses du pays (Selangor et Kuala Lumpur, Penang). À l’inverse, la prédominance au sein des choix d’investissements directs chinois de (quelques gros) projets métallurgiques ou miniers amène à dessiner spatialement une influence chinoise très spécifique sur le paysage industriel malaisien.

Figure 16 − Chronologie des projets d’investissements chinois en Malaisie 1987-2014

Figure 16 − Chronologie des projets d’investissements chinois en Malaisie 1987-2014

Source : données MIDA, 2014

  • 129 Ce secteur n’est enregistré que marginalement dans les données MIDA : il agrège les investissements (...)

31À partir des données du MIDA détaillées en annexe, qui laissent de côté le secteur minier129, on observe en effet la prédominance écrasante du secteur métallurgique dans les investissements chinois. Sur la décennie écoulée (2003‑2014), en termes d’investissements cumulés (données transmises par le MIDA, vraisemblablement issues d’une addition simple et sans actualisation des projets d’investissements successifs) ce sont près de 70 % des projets d’investissements chinois qui se sont dirigés vers ce secteur, le second étant constitué de l’électronique.

Figure 17 − Projets industriels autorisés à participation chinoise, par secteur, 2003-2014

Figure 17 − Projets industriels autorisés à participation chinoise, par secteur, 2003-2014

Source ; données MIDA

32Il semblerait que le premier investissement chinois approuvé par le MIDA remonte à 1987, avec près de 9 millions de MYR dans l’industrie du caoutchouc à Johore (200 salariés), qui a été augmenté en 1989 de 2,5 millions de MYR et 132 salariés supplémentaires, auquel s’est ajouté, la même année, un autre projet dans le caoutchouc à Malacca. L’année 1988 est aussi celle d’un projet de production métallique dans le Selangor (3 millions de MYR, 252 employés). En 1990, l’investissement dans le caoutchouc s’est poursuivi par un troisième projet, dans le Pahang cette fois (7 millions de MYR, 208 ouvriers), tandis que Johore accueillait deux nouveaux projets (industrie agroalimentaire et « divers ») pour presque 3 millions de MYR.

33Mais le premier investissement d’importance a eu lieu en 1991, dans le secteur de la production métallurgique, localisé au Terengganu. Il s’agit alors d’un projet d’usine d’acier pour 380 millions de MYR. Aucun autre investissement dans cet État (bien qu’un autre projet dans la métallurgie ait été lancé au Pahang en 1993) n’est ensuite enregistré jusqu’en 2007 où un gigantesque projet d’investissement, de plus de 1,8 milliard de MYR (et 1 500 emplois), est alors annoncé. Il est suivi par des investissements complémentaires de 20 millions de MYR en 2009 puis d’une nouvelle autorisation du MIDA de près d’un milliard de MYR (890 millions) en 2011, année où une licence d’exploitation de mine de fer est accordée à Eastern Steel.

34Ceci explique que sur 25 ans d’investissements chinois en Malaisie, de 1987 à 2012, le Terengganu où se déploie Eastern Steel est de loin le premier État avec 3,1 milliards de MYR (41 % du total de 7,6 milliards de MYR). Le Pahang n’est alors que le troisième État (13 %, un tiers de montants en moins), derrière le Selangor qui a enregistré en 2012 le seul gros projet de son histoire (1,2  milliard de MYR) dans le domaine de l’électronique. Si l’on arrête les compteurs en 2011, on constate que le Terengganu et son usine d’acier ont concentré 55 % des projets chinois en Malaisie depuis 1987.

Eastern Steel : un géant de l’acier malaisien-chinois au Terengganu

  • 130 Puy-Kwan Tse, 2011, The Mineral Industry of Malaysia, US Geological Survey Minerals Yearbook.
  • 131 Puy-Kwan Tse, 2014, The Mineral Industry of Malaysia, US Geological Survey Minerals Yearbook.

La compagnie d’acier malaisienne-chinoise dans le Terengganu illustre non seulement un trait des investissements chinois qui consiste à sécuriser les approvisionnements en matière première, mais aussi le caractère de long terme des actions engagées. Le projet d’Eastern Steel prend ses racines très tôt dans l’histoire du renouveau des investissements chinois en Malaisie (enregistrés par le MIDA à partir de 1987) : le premier jalon est posé deux ans seulement après les accords de cessez-le-feu du Parti communiste malaisien (1989) avec, en 1991, un investissement de plusieurs centaines de millions de MYR, là où tous les projets précédents valaient moins de dix millions. Née en 1991, la joint-venture malaisiano-chinoise associe Hiap Teck Venture (60 %) et l’entreprise d’État chinoise Shougang Group (40 %) à Kemaman dans le Terengganu.
Eastern Steel opère alors, aux côtés de l’entreprise publique malaisienne Perwaja Steel, dans un contexte de surcapacité durable ; en 2004, on savait, par exemple, que les capacités utilisées étaient de 60 % du total depuis plusieurs années en raison de la hausse du cours de l’acier brut, trop cher à l’achat. Mais son développement plutôt lent a pris un nouveau tour en 2007 lorsque le projet d’Eastern Steel change brutalement d’échelle, avec un projet de 1,8 milliard de MYR (1 400 ouvriers), suivi en 2011 de 900 millions de MYR (1 600 ouvriers), investis par la compagnie publique chinoise Shougan Group. La nouvelle capacité de production (une cokerie de 300 000 tonnes par an et un haut-fourneau de 600 m3) atteindrait 1,5 million de tonnes par an, dont 40 % seraient exportées vers l’Asean, prioritairement à l’Indonésie et à la Thaïlande. En 2010, le CAFTA a ouvert la voie à des importations considérables d’acier chinois à bas coût : un rapport de 2011 du Boston Consulting Group suggère alors aux industriels malaisiens l’extension et l’amélioration qualitative des capacités de production d’acier local. La seconde phase du projet d’extension d’Eastern Steel, débutée en 2013, répond-elle ainsi à ce rapport et devrait porter à 5 millions de tonnes par an la capacité du site grâce à près d’un milliard de $ US d’investissements130.
À noter que le site d’implantation industrielle chinoise au Terengganu (parc industriel de Kemaman) comprend aussi une activité de production de minerais de fer pré-réduit (éponge de fer) nécessaire à l’alimentation des hauts-fourneaux. Jusque-là, l’usine produisant l’éponge de fer était exploitée par l’entreprise publique malaisienne Perwaja Steel aux capacités de production de 1,2 million de tonnes par an. Les deux productions (fer et acier) vont dorénavant répondre aux besoins en approvisionnement chinois comme à la demande du marché de l’Asean. Ainsi, par exemple, des investissements en direction d’une amélioration de la teneur en fer ont eu lieu au milieu des années 2000 : la production de haute qualité a été entièrement exportée vers la Chine (5,7 millions de tonnes en 2011).
En 2011, une licence d’exploitation de mine de fer est délivrée à Hiap Teck, le partenaire malaisien d’Eastern Steel, par le Département de minéralogie et géosciences tandis que l’État du Terengganu accorde à Eastern Steel et à Perjawa une licence dans la zone de Butait Besi où les géologues estiment à 50 millions de tonnes les réserves en minerais (d’une teneur en fer de 70 %)131. L’activité malaisiano-chinoise d’Eastern Steel au Terengganu va donc devenir un complexe intégré, visant à combiner une activité d’extraction minière (fer), une activité de transformation du minerai de fer, de la production d’acier, de la production de matériaux en acier et de l’exportation à l’échelle régionale (Asean et Chine).

  • 132 Puy-Kwan Tse, 2011, The Mineral Industry of Malaysia, US Geological Survey Minerals Yearbook.

35Sur le front du métal, les annonces d’investissements chinois se sont multipliées au cours des trois dernières années. Outre les projets d’extension pharaoniques d’Eastern Steel, on doit mentionner les secteurs de l’aluminium, de l’acier et du fer. Dans l’aluminium : la Malaisie n’avait pas de fonderie jusqu’en 2012 et devait exporter sa bauxite vers d’autres pays d’Asie. Press Metal Sarawak (une filiale de Press Metal) a fini par choisir en 2012 Aluminium Corporation of China (Chalco) pour la construction de la fonderie de Mukah (Sarawak) en aval du méga-barrage hydroélectrique de Bakun (une réalisation malaisiano-chinoise dantesque) dont il utilisera la surcapacité. Grâce à des cellules produites par l’institut de recherches de Chalco, la fonderie de Mukah, à la capacité initiale de 120 000 tonnes par an devrait passer en 2013 à celle de 300 000 tonnes par an132. Un rapport d’ambassade évoque le montant de 1,6 milliard de MYR, une capacité de 370 000 tonnes an et un partenariat avec le tycoon malaisien Syed Mokhtar Bukhary. Cette manne, qui contribue à doter la Malaisie de capacités de production nouvelles (envisagées dès la fin de la décennie 2000 avec plusieurs partenaires successifs mais jusque-là sans succès), tranche brutalement sur les investissements précédents au Sarawak : le total cumulé des investissements chinois dans cet État entre 1987 et 2012 s’élevait à 660 millions de MYR.

Tableau 5 − Investissements industriels chinois approuvés au Sarawak 2010-2014

Sarawak

2010

2011

2012

2013-2014

Montants d’investissements chinois approuvés par le MIDA

115 879 000

151 153 801

166 676 912

1 204 900 000

Source : MIDA

36Le projet d’une autre usine d’aluminium a été depuis porté par l’entreprise publique chinoise Guangxi Beibu International Port Group impliquée dans le développement de Kuantan. Conjugué à d’autres participations annoncées en février 2013 (port, usine d’acier, huile de palme), ce projet de 2,5 milliards de MYR dans l’aluminium viendrait concurrencer la fonderie du Sarawak en s’établissant dans le parc industriel jumelé avec Quinzou.

37Dans l’acier : le même projet d’investissement chinois à Kuantan contient une usine d’acier dans le parc industriel malaisiano-chinois MCKIP (montant non précisé), signé en 2013. À noter que ce parc se situe à une soixantaine de kilomètres (le long de la côte est) du parc industriel de Kemaman dans le Terengganu, lui aussi disposant d’un port pour notamment transporter le pétrole et les produits pétrochimiques de l’État.

38Dans le fer : à Gebeng (Kuantan, Pahang), a été implantée une usine de traitement du minerai de fer par la holding chinoise Prosperity Mineral (19,5 millions de $ US en 2013).

39À la lecture de la répartition spatiale de ces investissements, c’est, en effet, d’abord le Pahang qui est privilégié, percevant plus d’un tiers des montants projetés. L’État du Premier ministre est suivi par le Terengganu qui, sur la grosse décennie considérée, aurait reçu un cinquième des montants ; arrivent ensuite, dans la liste des bénéficiaires, le Selangor (dont le port de Klang) (14 %) et le Sarawak (12 %).

Figure 18 − Projets industriels autorisés à participation chinoise, par État, 2003-2014

Figure 18 − Projets industriels autorisés à participation chinoise, par État, 2003-2014

Source : MIDA

40Afin de mettre au jour les dynamiques très particulières de ces implications industrielles chinoises en Malaisie, l’État du Pahang va faire l’objet d’un focus dans le chapitre suivant, à côté de la présentation de la mine d’or de Sokor (Kelantan) qui complétera la description des spécificités de l’empreinte chinoise en Malaisie via ses investissements sur le territoire.

41La répartition cumulée de 2003‑2014 confère un grand poids au Pahang mais donne une idée faussée de l’histoire récente de l’implication chinoise : en réalité, si l’on fait abstraction des deux années 2013 et 2014, et si l’on remonte à 25 ans, de 1987 à 2012, le Terengganu apparaît numéro un, avec 41 % des projets d’investissements chinois. Et si l’on s’en tient à 1987‑2011 seulement, le Terengganu recevait la majorité (55 %) des projets chinois, dominant de très loin les autres États. Quatre autres États (Perak, Pahang, Sarawak et Selangor) recevaient chacun moins de 10 % des investissements chinois. Le Pahang n’était donc clairement pas prioritaire sur toute cette période.

42Cette distorsion résulte de deux phénomènes conjugués : l’extrême accélération des investissements chinois en 2013 et 2014 (qui pourrait n’être qu’un feu de paille, mais peut aussi se lire comme le début d’un mouvement d’une ampleur inédite) et l’implication chinoise dans le projet politique de Kuantan, dans le Pahang.

Depuis 2013 : une forte accélération de l’implication chinoise

43On a insisté sur le poids tout relatif de l’implication chinoise dans l’économie malaisienne en termes d’investissements productifs au cours de la décennie écoulée. Ce peu d’intérêt pour le tissu industriel malaisien, ses ressources productives et ses capacités technologiques s’expliquait par le différentiel de niveau de vie et de salaires (le coût du travail étant jusqu’à récemment plus élevé en Malaisie qu’en Chine).

44En dynamique, on peut néanmoins lire un renouvellement d’intérêt de la Chine pour la Malaisie, du moins dans les intentions, qu’illustre une forte accentuation de son implication sur le territoire : en effet, les deux années 2013 et 2014 représentent en volume des investissements autorisés par le MIDA (7,8 milliards de MYR ou 54 %) plus de la moitié de l’ensemble des projets enregistrés (14,3 milliards de MYR). Au sein de ces projets récents, 90 % concernent les deux secteurs qui étaient déjà les plus investis, la métallurgie (pour deux tiers) et l’électronique et l’électrique (20 %, dans le Selangor). Restent 10 % qui sont des projets de 100 à 500  millions de MYR concernant 3 nouveaux champs : textile et chaussures, équipements de mesure, plastique et produits minéraux non métalliques.

45Le fait que, parmi les investissements chinois depuis le début des années 2000, plus de la moitié soit le fait de décisions extrêmement récentes (en 2013 et 2014) constitue-t-il déjà une nouvelle tendance ? La poussée peut être stoppée net par un recul tout aussi brusque des investissements, comme cela a déjà été le cas historiquement. Mais cette accélération peut aussi s’inscrire dans une nouvelle dynamique de l’implication chinoise en Malaisie, inflexion directement dictée par les choix politiques de rapprochement stratégique des deux pays. Si cela était, on peut penser que le phénomène aura bien des prolongements durables, effets que le faible poids relatif des investissements industriels chinois en Malaisie jusque-là ne doit pas pour autant cacher.

46En raison des nouveaux projets dans l’industrie métallique et métallurgique inscrits dans un projet politique de coopération industrielle bilatérale Malaisie‑Chine, c’est désormais le Pahang est en tête des projets d’investissements chinois cumulés à l’horizon 2014. En effet, avec les 4,5 milliards de MYR d’investissements industriels annoncés par la Chine pour Kuantan et approuvés par le MIDA en 2013‑2014, la part du Pahang y est devenue prééminente (concentrant 60 % des investissements de ces deux années).

Figure 19 − Les États privilégiés par les investissements chinois en 2013 et 2014

Figure 19 − Les États privilégiés par les investissements chinois en 2013 et 2014

Source : MIDA

47L’investissement chinois dans une usine de métallurgie à Kuantan renforce d’ailleurs la spécialisation sectorielle déjà mentionnée. En revanche, elle donne un relief inédit dans son histoire au Pahang. Enfin, rappelons que les années 2013 et 2014 représentent à elles seules des montants d’investissements projetés équivalents aux 25 années précédentes cumulées, d’où le poids exceptionnel conféré tout récemment à cet État au sein des investissements reçus par la Chine.

Carte 3 - Les investissements industriels en Malaisie.

Carte 3 - Les investissements industriels en Malaisie.

Source : Ministère des transports malaisiens, MIDA, Fau (2015) et enquêtes

48Grâce à l’angle d’approche détaillé permis par les données complètes des projets industriels du MIDA concernant la Chine, la question des investissements apparaît beaucoup mieux renseignée qu’à partir des seules statistiques financières. À travers la délivrance des autorisations d’investissements dans le domaine industriel, l’influence chinoise en Malaisie, longtemps très modeste, paraît s’intensifier très fortement au cours des années 2013 et 2014. Le poids considérable représenté par l’implication au Pahang (parc et port de Kuantan) bouscule l’équilibre et les tendances des années précédentes, donnant un nouvel élan aux investissements industriels chinois en Malaisie et conférant à cet État un rôle particulier au sein des relations Malaisie-Chine. Mais en termes quantitatifs, force est de constater qu’elle est restée encore en deçà de la plupart des grands partenaires économiques du pays (Japon, États-Unis, Europe, Singapour) jusqu’en 2014.

Conception : Nathalie Fau Source : Ministère des transports malaisiens, Fau (2015) et enquête

49Après le temps stratégique d’une présence et d’un soutien renforcé à Najib Razak à la veille de sa réélection puis de son double mandat (présidence de l’Asean, Conseil de sécurité de l’ONU), on pouvait s’interroger sur la poursuite d’un tel trend à la hausse des projets chinois en Malaisie. Cependant, les données intermédiaires du MIDA montrent au contraire que des montants inédits sont atteints sur les deux premiers tiers de 2015 : pour la première fois, les projets d’investissements industriels à participation chinoise en Malaisie arrivent au premier rang de toutes les nations, offrant 5,6 milliards de MYR sur les 17 milliards de MYR, soit 32 % des investissements approuvés par le MIDA entre janvier et septembre 2015.

50Mais les investissements industriels répertoriés dans les projets autorisés du MIDA mettent en œuvre des relations éminemment politiques, et, comme on va le montrer à partir de deux études de cas développées dans le chapitre 6 (Kuantan et Sokor), ils font intervenir des jeux d’autorisation et de pouvoir à des échelles plus fines que le niveau d’État à État qu’on a précédemment souligné. En effet, chaque État fédéré malaisien a développé des liens directs avec de grandes entreprises chinoises pour des projets locaux, ou parfois avec des provinces de la République populaire (visites de dirigeants, etc.). De même, plusieurs grandes villes ont noué des jumelages. Les réseaux étatiques des chambres de commerce chinoises organisent, par ailleurs, des séjours pour des délégations d’entrepreneurs, au-delà de la multitude des relations commerciales établies entre des sociétés des deux pays. À cela s’ajoutent, enfin, de nombreux liens de types associatifs, familiaux ou interpersonnels. Cependant, la nature très politique des rapports entre la Malaisie et la Chine a tendance à évincer beaucoup d’acteurs des principales retombées économiques de leur coopération. Du côté malaisien, cette situation décourage le développement des initiatives hors des circuits contrôlés par les partis politiques, de la majorité comme de l’opposition, ou impliquant des membres et des proches des oligarchies au pouvoir. Ainsi, la qualité de la relation bilatérale entre la Malaisie et la Chine ne doit, en effet, pas être lue de manière uniforme : au-delà du cadre extrêmement favorable qui régit les relations au plus haut niveau, on observe que ce cadre se décline à plusieurs échelles distinctes et interdépendantes lorsqu’on étudie les investissements sur le territoire. À cet égard, en Asie du Sud‑Est, la fédération de Malaisie est sans doute le pays avec lequel la RPC a une configuration d’échanges aussi pluriels.

Grands travaux d’infrastructures des Chinois en Malaisie

La diplomatie du rail : une semi-réussite chinoise en Malaisie

51Comme dans le reste du monde, le gouvernement chinois œuvre en Asie du Sud‑Est à la mise en place de « sa diplomatie du rail ». Les projets chinois se multiplient avec les pays limitrophes afin de bâtir depuis les provinces périphériques chinoises un réseau connecté avec le voisinage. Le développement de ces infrastructures s’intègre lui-même dans un projet de grande envergure lancé en 2006 par la Chine avec 26 partenaires dont l’objectif est de construire des axes de transports vers la Russie, vers l’Asie centrale puis l’Europe et enfin vers l’Asie du Sud‑Est. Certains de ces projets reprennent ceux décidés par l’Asean dans le cadre du Master Plan on ASEAN Connectivity (MPAC) adopté en 2010 lors du xviie sommet de l’Asean. Le gouvernement chinois a ainsi décidé d’investir dans la construction de la voie ferrée Yunnan‑Bangkok‑Singapour tout en privilégiant trois axes principaux : l’un à l’ouest vers la Birmanie, l’autre à l’est vers le Vietnam et le dernier au centre vers le Laos, la Thaïlande et le Cambodge. Cette multiplication des investissements chinois dans le secteur du rail inquiète cependant de plus en plus car, d’après des chercheurs comme Geoff Wade, le développement des réseaux de transports terrestres contribue davantage à améliorer la connectivité entre l’Asie du Sud‑Est continentale et la Chine que la connectivité intra-asiatique. Il risquerait même de conduire à terme à une division de l’Asie du Sud‑Est entre sa partie maritime et continentale tant le tropisme exercé par les provinces méridionales chinoises sur les pays de la région du Grand Mékong devient prégnant. Est‑ce à dire que la Chine est totalement absente du secteur ferroviaire malaisien ? Loin de négliger ce secteur en Malaisie, la Chine tente de se faire une place. Néanmoins, à la différence des pays comme la Birmanie ou le Laos qui manquent de capitaux et de compétences, elle a davantage de difficultés à s’imposer car elle se heurte à une politique malaisienne soucieuse de développer non seulement des compétences propres, mais aussi des partenariats multiples (Fau, 2016a).

  • 133 Entretien de Nathalie Fau avec Milko Papazoff, responsable pour la zone Asean de l’Union internatio (...)
  • 134 Leslie Lopez, « Malaysia will stop work on $ 3.82 billion railway », The Wall Street Journal, 11 dé (...)

52Le marché de l’électrification et du doublement des voies de la côte ouest, reliant Johor Bahru au sud et Padang Besar au nord, n’a ainsi été qu’une série de déconvenues pour les entreprises chinoises133. Juste après la privatisation de la compagnie des chemins de fer malaisienne Keretapi Tanah Melayu Berhad (KTMB) en 1992, le gouvernement malaisien a décidé de lancer un vaste programme de modernisation de ses infrastructures ferroviaires. Les deux premiers tronçons concernés partent de Kuala Lumpur : l’un doit relier Rawang situé à 30 km au nord et l’autre Seremban à 70 km au sud. Ne disposant pas d’expertises et de compétences suffisantes dans la construction du chemin de fer, le gouvernement décide de faire appel à des entreprises étrangères : le tronçon nord est attribué à une entreprise chinoise (China Railway Engineering), celui vers le sud à une entreprise indienne (Indian Railway Construction). Le Premier ministre Mahathir Mohamad s’oppose cependant à cette décision car il souhaite que ce soit des entreprises malaisiennes qui remportent le marché afin qu’elles développent de nouvelles compétences. Il promet néanmoins aux entreprises chinoises et indiennes d’utiliser leurs services pour la suite du projet. Le marché est finalement confié à deux grands groupes malaisiens spécialisés jusqu’alors uniquement dans la construction immobilière : le tronçon nord est confié à YTL Corporation et le tronçon sud à IJM Corporation. En 2000, le programme d’électrification de la ligne de la côte ouest est étendu au tronçon Rawang-Ipoh (160 km) qui est confié dans un premier temps à une entreprise de construction automobile et d’industrie lourde, DRB Hicom, puis au constructeur UEM en juin 2005. Même si ni les Chinois, ni les Indiens n’ont été retenus pour ce projet, Mohamad Mahathir s’est engagé dans une lettre d’intention ratifiée en janvier 2002 à attribuer la ligne nord (339 km) à la compagnie indienne India Railway Construction et la ligne sud (297 km) à la compagnie chinoise China Railway Engineering134. Le texte stipule même que le financement de ces lignes sera assuré par l’envoi d’huile de palme d’un montant compensatoire. Cependant, durant la période du gouvernement d’Abdullah Badawi, tous les gros projets d’infrastructures lancés par Mahathir Mohamad sont gelés et, dans ce contexte, l’électrification de la ligne de la côte ouest est arrêtée.

  • 135 Debra Chong, « China rail builders unhappy with Putrajaya for delaying Gemas-JB link », The Malaysi (...)
  • 136 Toh Han Smith, « Chinese railway builders hit by Malaysian politics », South China Moring Post, 16 (...)
  • 137 Pour une analyse détaillée du lobbying exercé par les entreprises malaisiennes toutes proches d’un (...)

53Ce n’est qu’avec l’arrivée au pouvoir de Najib Razak que les travaux reprennent. Le 7 janvier 2008, le gouvernement annonce que le tronçon Seremban‑Gemas, d’une centaine de kilomètres, est confié à l’entreprise indienne IRCON International, respectant en cela les accords ratifiés par Mahathir Mohamad. Les travaux ont été achevés en octobre 2013. Quant au tronçon nord Ipoh‑Padang Besar (329 km), les investisseurs chinois ont été à nouveau les grands perdants. En dépit des accords signés, le marché est attribué en octobre 2003, soit peu de temps avant la fin du mandat de Mahathir Mohamad, à parts égales entre les compagnies Gamuda Berhad et Malaysian Mining Corporation (MMC). La raison alors invoquée est le coût inférieur de 30 % à celui proposé par le consortium chinois. Même si le projet est également gelé entre 2003 et 2007, il est officiellement réattribué à ces deux compagnies malaisiennes en juillet 2008. Il ne reste donc que le tronçon Gemas-Johor Bahru (197 km) pour permettre au gouvernement malaisien d’honorer les nombreuses promesses faites aux investisseurs chinois. Lors de sa visite en Chine en 2009, Najib Razak a promis au président chinois Hu Jintao que ce dernier tronçon serait bien attribué à la Chine135. Et pourtant, depuis 2012, un réel agacement est de plus en plus manifeste du côté des investisseurs chinois face aux perpétuelles tergiversations du gouvernement malaisien : « Le projet malaisien a été retardé pendant plus de 10 ans. Il a été approuvé par un dirigeant malaisien, mais il suffit qu’un nouveau dirigeant remplace l’ancien, alors le projet n’est plus approuvé »136, tels sont, par exemple, les propos tenus par Li Jiansheng, directeur financier du groupe China Railway qui avait obtenu le marché en 2002. Par ailleurs, en 2012, dans une période préélectorale, aucun engagement n’est pris par le gouvernement qui, soumis à de nombreux lobbys, tarde à choisir entre les entreprises chinoises. Les investisseurs chinois ont même l’impression que l’UMNO tente d’imposer au gouvernement chinois le constructeur qui a sa préférence ; or ce choix est effectué uniquement en fonction du partenaire malaisien choisi par les différentes entreprises chinoises en concurrence137. En 2015, le projet n’est toujours pas officiellement attribué et les entreprises chinoises n’ont pas encore construit un seul kilomètre de voie ferrée en Malaisie.

54Dans le cadre du réchauffement de leurs relations diplomatiques, les gouvernements malaisien et singapourien ont relancé le projet de construction d’une ligne à grande vitesse entre Singapour et Kuala Lumpur. Cette annonce a été faite en février 2013 à l’issue d’une rencontre bilatérale entre les deux Premiers ministres. L’objectif est de relier les deux villes, distantes de 330 kilomètres, en à peine 90 minutes contre 7 heures actuellement. Déjà évoquée à la fin des années 2000, la construction de la ligne à grande vitesse avait finalement été abandonnée en raison du coût de sa réalisation estimé à près de 2,5 milliards d’euros. Pour réaliser ce projet, de nombreux investisseurs potentiels se sont déjà présentés et la Chine en fait partie. Forts de leurs expériences sur leur propre territoire – 15 000 km de voies réservées au TGV et 38 lignes ont été construites en Chine depuis l’ouverture de la première en 2007 – les constructeurs nationaux des chemins de fer chinois cherchent à internationaliser leurs activités. China Railways a présenté une offre en association avec l’entreprise locale Global Rail et le Premier ministre chinois Li Keqiang, surnommé le « vendeur de TGV », s’est entretenu sur ce sujet en mai 2015 avec le président de la Commission nationale des transports publics malaisienne (SPAD). La concurrence est cependant extrêmement dure : les groupes japonais Sumimota et Japan Railways ont ratifié un accord de partenariat (MoU) avec le groupe malaisien MMC, spécialisé en infrastructures et Siemens a fait de même avec le conglomérat malaisien YTL, déjà pressenti comme constructeur potentiel lors du précédent projet. S’il est difficile de pouvoir statuer à l’heure actuelle sur une réussite de la Chine, on peut néanmoins remarquer que la configuration de ce projet rappelle celle du dernier tronçon Gemas-Johor Baru de la ligne de la côte ouest : non seulement l’appel d’offres tarde à sortir, laissant présager une éventuelle suspension du projet même si les gouvernements malaisien et singapourien ont réaffirmé en mai 2015 son maintien, mais surtout la décision finale semble plus dépendre du partenaire local que de la qualité des entreprises étrangères. Quant au coût de la construction, les estimations varient du simple au double : entre 11 milliards de $ US et 27 milliards de $ US.

  • 138 Entretien de Nathalie Fau avec François-Xavier Flamand, service économique de l’ambassade de France (...)
  • 139 Xinhuanet, « China’s rail car giant starts building manufacturing center in Malaysia », 10 avril 20 (...)

55Les réussites de la Chine dans le secteur des transports sont, en fait, plutôt à chercher dans sa capacité à fournir du matériel roulant aux entreprises malaisiennes138. Dans le secteur ferroviaire, la société CSR Zhuzhou, le plus important constructeur de matériels roulants chinois, est particulièrement bien implantée. En 2012, elle a signé un accord (MoA) avec le gouvernement malaisien afin de promouvoir la collaboration technique entre les deux pays. En 2014, elle a livré à la Malaisie un premier train à grande vitesse EMU (électrique à unités multiples) qui est utilisé sur la ligne de 200 km reliant Kuala Lumpur à Ipoh, puis devrait l’être à long terme sur la ligne allant de Padang Besar à Johor Bahru. Exportés pour la première fois à l’étranger, ces trains sont très compétitifs dans leur rapport qualité/prix. Toujours en 2014, la Chine a ouvert à Batu Gajah, dans l’État du Perak, une usine d’assemblage de matériels roulants qui doit fournir les nouveaux trains de banlieue du Grand Kuala Lumpur ainsi que les nouvelles rames du métro LRT139. Par ailleurs, une autre entreprise chinoise, Dloco Locomotive & Rolling Stock, implantée à Dalian, avait déjà fourni en 2005 une vingtaine de locomotives diesel. Enfin, BYD Auto a livré en 2015 à Prasarana, l’opérateur de transports publics de Kuala Lumpur, une quinzaine de bus électriques fonctionnant en site propre.

Le financement du deuxième pont de Penang et les réseaux impliqués

  • 140 Ce passage est déjà présent dans Lafaye de Micheaux (2014).

56C’est le dernier des mégaprojets dans la tradition mahathirienne, après les tours Petronas et le Multimedia Super-Corridor d’où sont issues la nouvelle capitale administrative Putrajaya et la ville technologique Cyberjaya140. Projet de l’État fédéral, avant que Penang ne passe à l’opposition en 2008, le deuxième pont de Penang est le plus long d’Asie (24 km) et représente un tour de force technique. Alors que le gouvernement va devoir couper dans les grands projets pour motifs de réductions budgétaires, le pont de Penang s’est terminé en avril 2014. Il a été financé (contre livraison malaisienne d’huile de palme) et conçu par la Chine. China Harbour Engineering, le maître d’ouvrage, est une puissante société chinoise spécialisée dans la réalisation de grandes infrastructures ; elle construit le second pont de Penang en partenariat avec une société malaisienne proche de l’UMNO (UEM Builders). Les dirigeants de China Harbour Engineering sont notoirement proches de Tan Kay Hock. Cet entrepreneur fortuné (cf. 1re partie) est l’ami, l’homme de confiance et le partenaire de golf du Premier ministre, dont il fut un camarade de promotion. En septembre 2013, Najib Razak était, par exemple, l’invité d’honneur du mariage de sa fille, célébré en grande pompe à Kuala Lumpur. Héritier d’une famille de la haute bourgeoisie sino-malaisienne, Tan Kay Hock est notamment le chairman des sociétés Johan Holdings et George Kent. Il est membre du comité de direction de l’Iskandar Regional Development Authority, présidé par le Premier ministre. À la fois cause et conséquence de cette position, la qualité de ses liens avec les milieux d’affaires singapouriens est notoire. À cet égard, il serait l’un des artisans du réchauffement des relations entre les deux pays depuis l’arrivée au pouvoir de Najib Razak. Il avait été mandaté par le Premier ministre pour négocier au plus haut niveau avec la Chine la création d’une autre alliance pour la réalisation de l’immense projet ferroviaire Gemas-JB Double Tracking Rail, alors même qu’un premier consortium avait été établi entre les deux pays. Néanmoins, ce dernier, qui avait la faveur du vice‑Premier ministre et d’autres grands patrons chinois proches de la coalition au pouvoir, n’était pas favorable aux intérêts directs de Najib Razak. Source de tensions au sommet de l’État, cette affaire s’est finalement soldée, avec l’assentiment des autorités chinoises, par l’attribution du contrat au consortium initialement pressenti, mais cet épisode lui a valu de solides inimitiés dans les cercles du pouvoir. Il demeure cependant un relais non officiel important entre les proches de Najib Razak et la Chine dans le domaine des relations politico-économiques.

57Le second pont de Penang est d’autant plus bienvenu que l’île a été fortement touchée par la crise de 1997 et ne s’en est jamais totalement relevée. Ian MacIntyre, journaliste d’origine malaisiano-irlandaise du Star, le grand quotidien national fondé par le parti de gouvernement chinois (MCA), est le seul à parler explicitement de démonstration de puissance (financière et technique) de la part de la Chine. L’entreprise Beijing Urban Construction Group a depuis 2013 annoncé sa contribution au tunnel sous la mer reliant Penang à la péninsule malaise. Le montant prévu de ce contrat est de 2,6 milliards de $ US.

  • 141 Le groupe chinois Zhiyuan administre actuellement le programme de « rejuvénisation » de la société (...)

58Avec la présence de la Chine comme investisseur industriel dans l’économie malaisienne, on touche ainsi à des investissements qui sont moins remarquables par leurs montants (encore qu’ils puissent être dans certains cas très importants comme pour l’aluminium du Terengganu) que par leur caractère fondateur ou déterminant pour un secteur dont ils vont mettre en forme le développement ou la modernisation. Comme on le montrera dans les deux études de cas qui vont suivre, ce caractère déterminant va l’être d’autant plus pour une région périphérique, à l’échelle de laquelle ils apportent des ressources financières, commerciales et technologiques, des emplois – y compris non qualifiés – et des liens politiques avec le partenaire chinois. De manière générale, les investissements chinois engendrent un effet de structuration par le poids des acteurs qui entrent soudainement en lice (aluminium, solaire, véhicules électriques). Mais ils peuvent aussi revêtir un aspect de menace (écologique notamment, comme avec Bakun ou Sokor) ou de déstabilisation d’un tissu existant comme peut le faire la métallurgie chinoise (Eastern Steel) au Terengganu accélérant la fin du champion national Perwaja sur le site de Kemaman, et ce, malgré des signes de bonne volonté et d’aide à la reprise141. Peu importants en volume et en part relative des IDE dans le pays (du moins jusqu’en 2015), les investissements chinois sont néanmoins significatifs dans ce qu’ils redessinent ou participent à redessiner du paysage industriel, et plus généralement du paysage économique et écologique malaisien. Enfin, les investissements productifs chinois sont non seulement très concentrés sectoriellement, mais cette concentration est spécifique à la Chine. Les choix de projets chinois en Malaisie sont caractérisés par un agenda propre à la Chine, dans la mesure où les secteurs retenus sont fondamentalement différents des domaines privilégiés par les vagues d’investissements précédentes (européennes, américaines et japonaises) qui se sont succédé depuis les années 1970 (avec une accélération au cours de la première partie de la décennie 1990 dans le secteur de l’électronique).

59Dans la mesure où les données de l’investissement industriel en Malaisie ne sont pas en capacité de rendre compte de manière complète et fine de l’implication chinoise sur le territoire, elles minorent la contribution chinoise à l’économie et à l’aménagement spatial du pays. À côté du niveau intergouvernemental, le niveau régional apparaît aussi très important pour évaluer l’intensité des rapports entre les deux partenaires. Les deux études de cas qui vont suivre permettent d’approfondir la lecture à cette échelle.

Carte 4 - Les investissements chinois dans les infrastructures

Carte 4 - Les investissements chinois dans les infrastructures

Source : Ministère des transports malaisiens, MIDA, Fau (2015) et enquêtes

Notes

114 Pour sa part, l’Asean représentait en 2014 13 % des IDE malaisiens, loin derrière le Canada (20 %) et l’Europe (16 %) ; Bank Negara, 2015, Table 3.6.9a.

115 Si l’Union européenne devance tous les autres partenaires avec 21 % des stocks d’IDE en Malaisie, l’Europe pèse nettement plus lourd encore avec près d’un tiers des stocks (32 % en 2015) ; Bank Negara (2016).

116 H. Testard, Investissements chinois en Asean : une vague récente qui prend de l’ampleur, Note, Service économique régional, Ambassade de France à Singapour, 16 mai 2014.

117 Au niveau de l’Asean, toutes origines confondues, c’est Singapour qui polarise les IDE. En 2013, par exemple, Singapour occupe de très loin la première place en concentrant 50 % des flux d’IDE reçus par l’Asean (total estimé : 122 milliards de $ US). La Malaisie est le quatrième pays destinataire d’IDE au sein de l’Asean (10 %) ; Communiqué de presse du Département des statistiques de Malaisie : ASEAN Community in Figures, Special Edition 2014, octobre 2014.

118 La directrice de Invest Malaysia n’a pas souhaité que nous ayons un rendez-vous avec son conseiller Jeremy Ng pourtant apparemment disposé à nous rencontrer.

119 (https://www.atkearney.com/strategic-it/global-services-location-index)

120 Greater KL, The Regional Headquarters for multinational companies in Asia, Performance Report 2013. En 2014, l’agence Deloitte, citant le même indice, publie à son tour Greater KL, ASEAN’s Rising Hub for talent and innovation, préfacé par le maire de Kuala Lumpur.

121 À telle enseigne que la Chine n’apparaît pas dans la brochure de présentation des incitations financières offertes pour de tels établissements qui a été publiée par le MIDA en 2013, (http://www.mida.gov.my/home/administrator/system_files/modules/photo/uploads/20140214143406_Msia%20RSE_Final.pdf).

122 Données fournies par la division des statistiques du MIDA, dirigée par Mlle Choo, avec l’aide de Mlle Zamzarina. Qu’elles soient ici remerciées de leur aimable et précieuse coopération à cette recherche ; entretiens du 6 septembre 2013 et du 7 avril 2015.

123 Mah Chun Wai, membre du bureau des directeurs, est chargé des relations investisseurs de InvestKL pour l’Asie du Nord-Est ; entretien, MIDA, Kuala Lumpur, 2 avril 2015.

124 (http://www.mcbc.com.my/en/council-update/2314).

125 (http://ppmc.com.my/en/?page_id=94).

126 SSM, Annual Report 2013, p. 177, (http://www.ssm.com.my/sites/default/files/annual_report/SSM%20ANNUAL%20REPORT%202013.pdf). Parmi elles, il nous a été impossible d’obtenir de M. Haniff, du bureau marketing de la SSM, le nombre d’entreprises chinoises, ni au sein du stock.

127 MIDA, Annual report 2014, p. 28. On peut mesurer ici l’écart quantitatif entre les données de projets autorisés (64,6 milliards de RM) et les statistiques des flux effectivement enregistrés et publiés par la Banque centrale indiquant un total des IDE de 116 milliards de MYR en 2014 ; Bank Negara, 2015, Table 3.6.12a.

128 L’Inde, avec 790 millions de RM, ne représente que 3 % de ces montants ; MIDA, Annual report 2014, p. 28. À noter que les projets enregistrés par le MIDA surreprésentent l’industrie manufacturière : les projets industriels représentent 60 % des projets approuvés en 2014 (statistiques du MIDA), alors que les IDE dans l’industrie ne sont que 50 % des IDE totaux (statistiques de la Banque centrale).

129 Ce secteur n’est enregistré que marginalement dans les données MIDA : il agrège les investissements dans le pétrole et gaz (transmis par Petronas) et ceux des mines, dont les données lui sont transmises par le Département de minéralogie et géosciences (JMG) du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement.

130 Puy-Kwan Tse, 2011, The Mineral Industry of Malaysia, US Geological Survey Minerals Yearbook.

131 Puy-Kwan Tse, 2014, The Mineral Industry of Malaysia, US Geological Survey Minerals Yearbook.

132 Puy-Kwan Tse, 2011, The Mineral Industry of Malaysia, US Geological Survey Minerals Yearbook.

133 Entretien de Nathalie Fau avec Milko Papazoff, responsable pour la zone Asean de l’Union internationale des chemins de fer (UIC).

134 Leslie Lopez, « Malaysia will stop work on $ 3.82 billion railway », The Wall Street Journal, 11 décembre 2003.

135 Debra Chong, « China rail builders unhappy with Putrajaya for delaying Gemas-JB link », The Malaysian Insider, 17 janvier 2013.

136 Toh Han Smith, « Chinese railway builders hit by Malaysian politics », South China Moring Post, 16 janvier 2012.

137 Pour une analyse détaillée du lobbying exercé par les entreprises malaisiennes toutes proches d’un des membres du pouvoir, voir l’article très éclairant de Jose Barrock, « Warlords battling for RM8 bil. Gemas-JB rail job », Kinibiz, 11 mars 2013.

138 Entretien de Nathalie Fau avec François-Xavier Flamand, service économique de l’ambassade de France en Malaisie.

139 Xinhuanet, « China’s rail car giant starts building manufacturing center in Malaysia », 10 avril 2013.

140 Ce passage est déjà présent dans Lafaye de Micheaux (2014).

141 Le groupe chinois Zhiyuan administre actuellement le programme de « rejuvénisation » de la société Perwaja, ancien fleuron malaisien de l’industrie lourde, très endettée et ayant cessé son activité en 2013. Après son offre du 15 mai 2015, Zhiyuan en deviendrait dès lors l’actionnaire principal ; « China's Zhiyuan Group to inject RM300m into Perwaja », The Sun Daily, 11 mai 2015, (http://www.thesundaily.my/news/1413808).

Table des illustrations

Titre Figure 10 − Flux d’IDE malaisiens vers la Chine : en valeur absolue et en proportion
Crédits Source : banque Negara, 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 11 − Stocks cumulés d’IDE malaisiens vers la Chine, 2008-2015 (3e trimestre)
Crédits Source : banque Negara, 2016
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 12 − Flux d’IDE chinois vers la Malaisie : en valeur absolue et en proportion
Crédits Source : banque Negara, 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 13 – Localisation des projets industriels étrangers autorisés, 2003-2014
Crédits Source : MIDA
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 14 − Variation du montant des projets d’investissements industriels à participation étrangère enregistrés par le MIDA
Crédits Source : MIDA
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 15 − Les premiers investisseurs industriels en 2014
Crédits Source : MIDA
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 16 − Chronologie des projets d’investissements chinois en Malaisie 1987-2014
Crédits Source : données MIDA, 2014
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 17 − Projets industriels autorisés à participation chinoise, par secteur, 2003-2014
Crédits Source ; données MIDA
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 18 − Projets industriels autorisés à participation chinoise, par État, 2003-2014
Crédits Source : MIDA
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 19 − Les États privilégiés par les investissements chinois en 2013 et 2014
Crédits Source : MIDA
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Carte 3 - Les investissements industriels en Malaisie.
Crédits Source : Ministère des transports malaisiens, MIDA, Fau (2015) et enquêtes
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Crédits Conception : Nathalie Fau Source : Ministère des transports malaisiens, Fau (2015) et enquête
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Carte 4 - Les investissements chinois dans les infrastructures
Crédits Source : Ministère des transports malaisiens, MIDA, Fau (2015) et enquêtes
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/116/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 448k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search