Version classiqueVersion mobile

Malaisie - Chine : une « précieuse » relation

 | 
David Delfolie
, 
Nathalie Fau
, 
Elsa Lafaye de Micheaux

Deuxième partie. Les bénéfices du rapprochement économique

Du commerce à l’intégration monétaire et financière

Texte intégral

Le commerce bilatéral : nouveau mantra des relations Malaisie‑Chine

1Dans les médias et dans la presse en Chine ou en Malaisie, la référence à l’autre pays mentionne très souvent l’étendue et les progrès de leurs échanges commerciaux : le commerce bilatéral semble être devenu la pierre de touche de l’engagement mutuel.

  • 91 Cité par l’agence malaisienne Bernama à l’occasion du Boao Forum for Asia, 27 mars 2015.

« … “La Chine espère que le commerce bilatéral avec la Malaisie continuera d’augmenter” a rapporté ce jour le Premier ministre Najib, “le commerce bilatéral s’est accru de 8 % cette année et le Président chinois Xi Jinping espère que ce chiffre pourra encore croître” a-t‑il ajouté au sortir de leur rencontre bilatérale aujourd’hui, la quatrième entre les deux dirigeants. »91

2Selon E. Devadason, dans la mesure où les relations Malaisie‑Chine se sont placées sous le signe du pragmatisme économique depuis les années 1980, il est logique et normal que les échanges commerciaux deviennent le socle de leur collaboration (Devadason, 2015 : 46). Nous montrerons que ces échanges bénéficient, en effet, d’une attention très particulière.

Une nouvelle relation commerciale significative pour la Malaisie

3La Malaisie s’avère être devenue le premier partenaire de l’Asean de la Chine à la fin des années 2000 et elle entretient l’idée d’une relation commerciale privilégiée. Réciproquement, la Chine est son premier fournisseur et parmi ses tout premiers clients. Toutes deux se trouvent impliquées dans une trajectoire d’approfondissement des relations commerciales ininterrompue depuis plus de vingt ans. La Malaisie peut espérer, grâce à ce nouveau partenaire dont elle est largement complémentaire, sortir de sa dépendance commerciale historique vis-à-vis de la triade USA/Japon/Europe.

Figure 1 –Essor du commerce bilatéral, 1990-2014

Figure 1 –Essor du commerce bilatéral, 1990-2014

Sources : Département des statistiques, Matrade

4La crise financière de 2009 pourrait bien être ainsi la dernière manifestation de la vulnérabilité économique d’un système productif extraverti (le commerce extérieur malaisien représente alors près de 200 % de son PIB) dépendant de la demande occidentale. Cette dépendance l’a, en effet, frappée à plusieurs reprises par le passé : 1930 (Grande Dépression), 1986 (suite à la réévaluation du yen lors des accords du Plazza) et 2001 (crise sectorielle de l’électronique) (Lafaye de Micheaux, 2012). Au lieu de cela, l’implication croissante dans le commerce avec la Chine et l’approfondissement de l’intégration régionale de la Malaisie apparaissent porteuses des transformations favorables à ses intérêts et à une plus grande résilience aux chocs de demande. L’ancien Premier ministre Mahathir Mohamad, en apportant son soutien à l’UMNO pendant la dernière campagne électorale, a mis explicitement en relief le basculement du centre de gravité commercial du pays grâce aux échanges avec la Chine : il le présente comme un progrès en termes de prise de distance aux États‑Unis et donc, d’autodétermination. Dans toutes les représentations graphiques, le point de bascule où la Chine passe au rang de premier partenaire de la Malaisie est très clairement 2008‑2009, soit le moment où éclate la crise financière globale, opérant une rapide redistribution des cartes en Asie à la faveur de la Chine.

5Les progrès enregistrés par la Chine dans ses échanges avec la Malaisie se lisent aussi bien au niveau des importations que des exportations dont la part dans les échanges totaux s’est fortement accrue. Ce mouvement d’amplification des échanges s’opère après les dix ans d’extrême accélération au cours des années 1990 puis surtout à la charnière du xxie siècle. Partant de très bas, le commerce bilatéral Malaisie‑Chine a décuplé en 1992 et 2001. Au tournant du millénaire, il progressait de 20 à 40 % par an (voir la série complète des données 1990‑2014 en annexe de cette partie). Le commerce bilatéral a doublé depuis 2004, il atteint 212 milliards de MYR en 2014.

6Si l’on décompose le commerce chinois pour se situer à une échelle plus fine, il apparaît que sur cette période de transition, c’est la Chine continentale qui voit sa part s’affirmer rapidement vis‑à‑is de Hong Kong. Celui‑ci, de son côté, se maintient sans progresser.

  • 92 MATRADE, 2015, Malaysia External Trade Statistics 2014.

7Le rapprochement commercial Malaisie-Chine s’explique notamment par l’intégration de la chaîne de valeur dans le secteur électronique qui représente en 2014 environ 45 % de leurs échanges, processus qui s’effectue en particulier en lien avec les usines de smartphones et d’appareils portatifs en Chine continentale : le secteur électronique représente 47 % des exportations malaisiennes vers la Chine et 42 % de ses importations en 201492. Les exportations malaisiennes concernées sont essentiellement les circuits intégrés électroniques, mais aussi les équipements scientifiques et optiques (oscilloscopes, oscillographes et appareils de télécommunication). À cela s’ajoutent les exportations de produits pétroliers, de gaz naturel, de métal, de caoutchouc et d’huile de palme.

Figure 2 – Hong Kong versus Chine continentale : exportations et importations 2004-2011

Figure 2 – Hong Kong versus Chine continentale : exportations et importations 2004-2011

Source : banque Negara, 2015

8À noter que tous ces secteurs ont à leur tour subi le ralentissement de l’activité manufacturière chinoise en 2014, contribuant, par exemple, à un recul de 16 % des exportations d’huile de palme vers la Chine au cours de l’année 2014. Mais pour l’ensemble des exportations et importations réciproques, dont le cœur est constitué par les produits semi‑conducteurs dominés par les commandes japonaises, 2014 et 2015 montrent la poursuite d’une tendance à la hausse.

9Les importations en provenance de Chine se situaient à un niveau faible et un rythme de progression lente au début des années 1990 : elles pesaient entre 2 et 3 % des importations malaisiennes, loin derrière l’Asean dominée par Singapour, les États-Unis et surtout le Japon, premier fournisseur à l’époque avec 25 % des parts du commerce extérieur malaisien côté importations. C’est après la crise asiatique (1997‑1998) que les importations originaires de Chine vont se mettre à croître : en 1999, elles atteignent presque 4 %, en 2001, 5 %, en 2004, 10 % et vont continuer à gagner des parts de marché jusqu’au ralentissement de 2009. Après s’être stabilisées quelques années autour de 13‑14 %, elles remontent en 2012‑2013 où la Chine confirme sa place de premier fournisseur de la Malaisie : en 2014, elles représentent 17 % des importations malaisiennes avec un total de 115 milliards de MYR, en progrès de 9 % par rapport à l’année précédente. Comme on l’a dit, l’essentiel de ces importations est constitué de biens intermédiaires : en 2014, la branche industrielle « Machinery and Transport Equipments » qui inclut les composants électroniques compte pour 63 % en 2014. Le reste des importations chinoises se compose essentiellement des biens manufacturés (22 %) et de produits chimiques (7,3 %).

Figure 3 – Part des importations chinoises au sein des importations malaisiennes, 1990-2010

Figure 3 – Part des importations chinoises au sein des importations malaisiennes, 1990-2010

Source : DoSM, 2010

10La Chine se tient désormais loin devant Singapour ou le Japon. La place des voisins de l’Asean hors Singapour a été elle-même en progrès entre 2000 et 2010, augmentant de 9 % à 14 %. L’Union européenne se maintient autour de 10 % pour les importations (avec l’Allemagne en premier partenaire). Quant à la part des États‑Unis, elle est tombée de la deuxième place derrière le Japon (16 % à 20 % durant toute la décennie 1990) à la quatrième place (à 11 %) au début des années 2010.

  • 93 Il est singulier de noter que l’évolution du commerce des États malais s’était effectuée en sens in (...)

11Au cours de la décennie 2000 s’opère le basculement des fournisseurs, reléguant au deuxième plan les pays de la triade (Japon, USA, Europe) au profit de l’Asie orientale dominée par la Chine. En termes de dynamique des flux et de polarisation, il semble manifeste que le sens de l’histoire économique a alors changé93 et que le gouvernement malaisien accompagne ce mouvement pour en tirer des bénéfices politiques, notamment en profitant du soutien officiel de la Chine au moment des élections de 2013.

Figure 4 – Part des exportations vers la Chine au sein des exportations malaisiennes, 2004-2014

Figure 4 – Part des exportations vers la Chine au sein des exportations malaisiennes, 2004-2014

Source : Bank Negara, 2015

12En termes d’exportations, la Chine a aussi accédé aux premières places durant la décennie écoulée. En 2014, les exportations malaisiennes vers la Chine s’élèvent à 108 milliards de MYR, sur un total de 766 milliards de MYR, soit 12,1 %.

13Ainsi, avec le recul pris par rapport à la crise des subprimes qui a opéré une bascule des hiérarchies dans le domaine commercial, on observe que ce sont bien plutôt les pays occidentaux (États‑Unis, Union européenne) qui ont reculé dans les exportations malaisiennes – car leur recul se stabilise avec le temps – qu’une simple et franche montée en puissance chinoise. En effet, celle-ci n’est pas sans heurts puisque dès 2012, c’est Singapour qui occupe la position de premier rang au niveau des exportations malaisiennes.

14Après des années de croissance fulgurante, qui l’ont amenée à occuper la première place dans les années post-crise financière globale (2008‑2011), la Chine est repassée au second rang derrière Singapour (14,2 %) depuis l’année 2012. Début 2015, du fait de son propre ralentissement économique, elle n’est plus que le troisième destinataire des exportations de la Malaisie derrière Singapour et le Japon.

  • 94 Source : CIMB. En 2013, 60 % des importations d’huile de palme chinoises sont d’origine malaisienne (...)

15En termes de produits, les exportations relèvent pour la moitié de la branche « Machinery and Transport Equipments ». Mais les biens liés aux ressources naturelles sont en forte croissance et pèsent lourd dans la balance commerciale, que ce soit sur les huiles animales et végétales (15 %) ou le caoutchouc94.

16La part de la Chine dans les exportations malaisiennes est passée d’environ 12,5 % dans les années 2004‑2008 à 17,5 % au moment de la crise des subprimes (2009‑2010) puis est redescendue au fur et à mesure que reprenait la demande mondiale. Depuis 2011, elle a oscillé entre de 12,7‑13,5 %.

  • 95 MATRADE, Malaysia Trade Performance 2014, p. 1.

17Le ralentissement de la croissance économique chinoise explique la hiérarchie provisoire en faveur de Singapour. Cette structure devrait se prolonger quelque peu au cours des années à venir au regard des perspectives macroéconomiques régionales et locales. En 2014, c’est encore Singapour qui est en tête pour ce qui est de la progression des échanges bilatéraux (+ 8 %), loin devant la Chine qui enregistrerait en réalité seulement 2,2 % de progrès (représentant une hausse de 4,54 milliards de MYR). On est assez loin du rythme de 8 % de croissance annuelle annoncé lors de la visite en Malaisie du président chinois en 201395.

18À noter pour finir que la Chine occupe bien le premier rang au titre des importations (115 milliards de MYR), loin devant Singapour (85 milliards de MYR), justifiant donc son titre de premier partenaire commercial de la Malaisie avec, en 2014, 212 milliards de MYR d’échanges bilatéraux, contre 193 milliards de MYR avec Singapour.

Figure 5 – Commerce bilatéral Malaisie-Chine et solde commercial pour la Malaisie, 2004-2014

Figure 5 – Commerce bilatéral Malaisie-Chine et solde commercial pour la Malaisie, 2004-2014

Source : banque Negara, 2015

Pour quel équilibre commercial ?

19Pays dont l’économie est tirée par les exportations, la Malaisie est structurellement excédentaire dans ses échanges avec le reste du monde. En 2014, elle l’est encore pour la dix‑septième année consécutive ; l’excédent global est d’ailleurs en hausse de 17 % par rapport à 2013.

  • 96 En 2011, le solde bilatéral avec la Chine représente 9,2 % de son PIB, contre, par exemple, 1,7 % p (...)

20Dans ce contexte très positif, la balance commerciale avec la Chine offre un profil plus complexe car il a évolué au cours du temps et au fil de l’approfondissement de leurs échanges. Comme l’indique la figure 6, le déficit commercial relativement important dont a souffert le pays dans ses échanges avec la Chine au milieu des années 2000 s’est rapidement réduit autour de 2008 et s’est même inversé : le solde commercial de la Malaisie vis‑à‑vis de la Chine devient excédentaire de 2009 à 2011 (+ 15 milliards de MYR en 2011) : la relation commerciale avait toutes les raisons d’être jugée positivement alors d’autant que le pays, comparativement à ses voisins de l’Asean, engrangeait les plus forts bénéfices directs de cette relation commerciale96. Mais depuis 2012, les choses ont changé là aussi : les exportations vers la Chine ralentissent en raison d’une baisse de sa demande, mais les importations se maintiennent, stimulées par la bonne dynamique de l’activité économique malaisienne, et poursuivent leur progression. Ainsi, le déséquilibre commercial semble être devenu structurel entre les deux pays (- 23 milliards de MYR en 2014).

21À l’échelle de l’Asean fortement concernée par cette recomposition régionale, la montée en puissance de l’influence économique et commerciale chinoise est parfaitement avérée (Boisseau du Rocher, 2006 ; Chaponnière, 2014 ; Alary et Lafaye de Micheaux, 2015).

22Au sein de l’Asean, la part de la Chine dans les échanges nationaux s’est, en effet, accrue considérablement au cours des 25 dernières années, et le profil de progression est très similaire pour chacun des principaux pays de la région. À partir de la crise de 2008, c’est la Malaisie qui passe au premier rang pour l’importance qu’y tient le commerce chinois.

Figure 6 – Évolution de la part de la Chine dans le commerce des principaux pays de l’Asean (1991-2009)

Figure 6 – Évolution de la part de la Chine dans le commerce des principaux pays de l’Asean (1991-2009)

Source : Yong, et alii, 2015, p. 32

  • 97 Cette part relative de la Malaisie dans les importations chinoises a ainsi progressé de 20 % de 200 (...)

23Le sentiment malaisien d’une relation commerciale privilégiée se justifie dans la mesure où, à la fin des années 2000, elle apparaît comme le premier partenaire de la Chine au sein de l’Asean : alors qu’elle pesait 16 % des échanges commerciaux réalisés par la Chine avec l’Asean en 1992, la Malaisie en concentre le quart en 2014 (18 % des exportations ; 30 % des importations) (Devadason, 2015 : 48). À titre illustratif, au cours de la deuxième moitié des années 2000, la Malaisie exporte en moyenne 1,5 fois plus que la Thaïlande n’exporte vers la Chine, 2 fois plus que l’Inde et Singapour, 3 fois plus que les Philippines et 5 fois plus que le Vietnam. En 2011, sa part dans les importations chinoises (3,6 %) est considérable compte tenu de sa taille et comparativement à celle de ses voisins (Inde : 1,5 % ; Singapour : 1,7 %)97.

  • 98 Les données du ministère du Commerce indiquent 212 milliards de MYR, équivalent à 56 milliards de $ (...)

24Les mois passant, l’étroitesse du lien commercial à la Chine ne se dément pas. On l’a dit, en 2014, le commerce bilatéral a encore progressé et semble bien être devenu le ciment le plus fort des relations entre les deux pays. Ainsi, au lendemain de la cinquième visite officielle de Najib Razak en Chine et à la quatrième rencontre bilatérale entre le Premier ministre malaisien et le président chinois Xi Jinping (26 et 27 mars 2015), lors du Boao Forum for Asia (du nom d’une ville proche de Qionghai, Hainan) qui se veut l’équivalent chinois du Forum économique mondial de Davos, le premier et principal écho de leur rencontre porte sur le souhait mutuel d’approfondir plus encore le développement des échanges commerciaux : les deux pays ont rappelé leur objectif commun d’atteindre les 160 milliards de $ US d’échanges bilatéraux en 2017 (contre 102 milliards de $ US en 201498). Notons que la référence au commerce bilatéral permet d’harmoniser les intérêts des deux parties, à l’inverse d’un accent mis sur le solde commercial, forcément antagonique. Ce chiffre de 160 milliards de $ US en 2017, énoncé par le président Xi Jinping lors de sa visite en Malaisie en octobre 2013, semble en passe de devenir le nouveau mantra des relations Malaisie-Chine.

Une relation inscrite dans des accords commerciaux pluriels

25On s’attend à ce que la mise en place de la zone de libre-échange entre la Chine et l’Asean (China-ASEAN Free Trade Agreement ou CAFTA), signée en 2010, accélère encore le processus d’intégration commerciale entre la région et la Chine d’une part, et l’intégration commerciale bilatérale entre Malaisie et Chine, d’autre part. Mais le périmètre de l’intégration commerciale régionale est déjà en train de se restructurer avec la mise en place du Partenariat économique régional complet (Regional Comprehensive Cooperation Economic Partnership ou RCEP) (Devadason, 2015 : 44). Créé en 2012 à l’initiative de la Chine, il associe l’Asean et tous ses partenaires d’accords de libre-échange bilatéraux dans la région : la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle‑Zélande, concernant dès lors la moitié de la population, le tiers du PIB et le quart des exportations de la planète. Prévu pour entrer en vigueur en 2015 (ce qui n’a pas été le cas), ce partenariat à 26 membres offre un cadre élargi au sein duquel se déploieront à l’avenir les relations commerciales Malaisie‑Chine.

  • 99 Sa méthodologie consiste à mesurer, via un modèle de gravité, les différences en matière de potenti (...)

26Mais selon E. Devadason, ce cadre du RCEP n’est pas du tout neutre pour leur relation bilatérale. En effet, elle démontre que si l’on compare les échanges au sein du CAFTA et ceux entre les pays du périmètre RCEP (plus large), les potentiels de commerce avec la Chine se sont considérablement accrus au cours des dix dernières années, mais ceux générés au sein de l’Asean sont plus élevés pour la Malaisie lorsqu’on intègre ensemble l’Asie orientale, l’Australie et la Nouvelle Zélande99. En effet, et notamment pour les deux secteurs qui représentent à eux seuls plus de la moitié de ces échanges bilatéraux (composants électroniques, appareils électriques, appareils d’enregistrement sonores ; les chaudières, équipements mécaniques et machines), elle montre que leur potentiel de commerce s’érode avec le temps, voire, est déjà épuisé, ce qui signifie, compte tenu de l’asymétrie de puissance économique entre les deux pays, que la Chine commerce actuellement avec la Malaisie au‑delà des volumes théoriques pour ces types de biens. Par conséquent, la Chine aurait désormais plus intérêt à quitter ces échanges qu’à y rester : l’élargissement de sa sphère de libre-échange va lui permettre de diversifier ses partenaires et d’abandonner des relations commerciales moins favorables avec la Malaisie. Avec le RCEP, l’extension régionale de la matrice des échanges de la Chine devrait donc se faire au détriment de la qualité de sa relation actuelle à la Malaisie. Ainsi, selon E. Devadason, le commerce qui est l’actuel fer de lance de la coopération bilatérale Malaisie‑Chine se doit d’être complété, voire remplacé, dans les priorités gouvernementales par d’autres modalités de partenariat innovantes.

27Ce sont ces modalités, dont on montre qu’elles sont déjà largement à l’œuvre, que nous explorons maintenant, en commençant par un nouveau ciment institutionnel puissant entre les deux pays : la monnaie.

L’institutionnalisation récente d’une intégration monétaire et financière

Faciliter les échanges commerciaux et jouer le rôle d’interface avec l’Asean

28Accompagnant l’implication commerciale croissante, l’intégration monétaire de la Malaisie à la Chine s’approfondit à grande vitesse à partir d’innovations institutionnelles en Malaisie qui accompagnent la libéralisation progressive du secteur monétaire et financier chinois. Cette intégration monétaire résulte d’un choix politique extrêmement significatif. Elle a été soulignée à plusieurs reprises par Najib Razak, en particulier lors de la visite du président chinois en octobre 2013 à Kuala Lumpur, lorsqu’il souligne que 2,3 % des échanges commerciaux en yuan dans le monde se font avec la Malaisie. Cependant, si Najib Razak annonce que la Malaisie est le seul pays en dehors de la Chine à pouvoir utiliser la monnaie chinoise et sa Banque centrale (Bank Negara), la seule à détenir des réserves en yuan, en réalité, elle n’est pas seule concernée par le phénomène d’internationalisation monétaire du yuan dans l’Asie du Sud‑Est (Chaponnière, 2014 : 36‑37). Toutefois, elle en a été pionnière, avec Singapour, et c’est elle qui bénéficie d’accords monétaires portant sur les masses de devise les plus importantes (swaps) après Singapour. Ces accords visent à faciliter les échanges et à donner des moyens à la stabilité monétaire régionale. Les autorités malaisiennes et chinoises souhaitaient que cette coopération monétaire, qu’ils présentent comme exceptionnelle, soit promue et approfondie à l’avenir. C’est ce qui s’est effectivement produit en très peu de temps. En effet, l’intégration monétaire reposant sur une ouverture réciproque accompagne directement l’extension rapide des échanges commerciaux, dont le taux de croissance aura été de 20 % par an en moyenne sur les deux dernières décennies.

Figure 7 – Taux de change du ringgit malaisien par rapport au dollar (2005-2015)

Figure 7 – Taux de change du ringgit malaisien par rapport au dollar (2005-2015)

Source : banque Negara, 2015

29Rappelons que pour favoriser leurs régimes de croissance respectifs tirés dans les deux cas par les exportations, la Malaisie et la Chine partageaient depuis 1999 l’ancrage (peg) au dollar, ce qui fixait de facto la parité de leurs monnaies respectives. Ils l’ont suspendu au même moment, en juillet 2005. Depuis lors, les deux monnaies fluctuent l’une par rapport à l’autre et les échanges commerciaux engendrent des conversions impliquant systématiquement une troisième devise, le dollar. Les analystes financiers soulignent tous l’étroit entrelacement des échanges commerciaux entre les deux pays et la nécessité de sortir les transactions Chine‑Malaisie de l’incertitude liée aux variations respectives de leurs taux de change du dollar.

Figure 8 – Taux de change du renmimbi chinois par rapport au dollar (2005-2015)

Figure 8 – Taux de change du renmimbi chinois par rapport au dollar (2005-2015)

Source : banque Negara, 2015

30Un swap de devises totalement inédit dans le domaine bilatéral a été mis en place entre la Bank Negara et la Banque centrale de Chine depuis début 2009. Il a été renouvelé ensuite à une plus large échelle afin de répondre aux besoins en devises du marché malaisien. Un système de swaps de devises bilatéraux avait déjà été initié dans le cadre de l’initiative de Chiang Mai (2000) entre l’Asean et les grands pays d’Asie orientale (Chine, Japon, Corée du Sud) ; il est aussi à l’œuvre entre l’Union européenne et la Chine depuis fin 2013. Mais dès 2010, le marché interbancaire extérieur chinois réalisait des cotations directes entre le ringgit malaisien et le yuan.

31En 2012, 1 % seulement du total des échanges malaisiens était libellé en yuan, c’est cette part que la Banque centrale malaisienne a souhaité voir augmenter pour qu’elle se rapproche de la part des échanges réels avec la Chine (12‑15 % à l’exportation comme à l’importation). Dans ce but, le système des règlements malaisien a été élargi en janvier 2012 pour pouvoir effectuer les règlements et compensations en yuan afin d’accompagner les opérations financières et commerciales de la Malaisie dans la monnaie chinoise. Les effets ont été rapidement lisibles : sur les 7 premiers mois de 2012, les dépôts bancaires en yuan dans les banques malaisiennes ont triplé.

  • 100 China Daily, « Malaysia optimistic on RMB transaction », 27 septembre 2012, (http://www.chinadaily. (...)
  • 101 Voir notamment le discours du gouverneur de la Banque centrale malaisienne (Bank Negara) le 22 nove (...)

32En théorie, l’amélioration de la liquidité du yuan en Malaisie devrait non seulement favoriser les échanges commerciaux et les investissements financiers avec la Chine, mais aussi permettre un meilleur rapatriement des bénéfices générés par les investissements directs étrangers (IDE) croissants en direction de la Chine selon le gouverneur de la Banque centrale malaisienne, Zeti Akhtar Aziz100. À noter que les prises de parole régulières du gouverneur de la Banque centrale malaisienne dans les médias pour expliquer la teneur et les bienfaits attendus du swap de devises témoignent du niveau politique (le plus haut) de la construction de la relation entre les deux États : l’intégration économique entre les deux pays passe par un rapprochement approfondi des systèmes monétaires qui engage directement la souveraineté de chaque État101.

33Les grands conglomérats malaisiens devraient, en effet, pouvoir rapidement tirer avantage de l’internationalisation de la monnaie chinoise qui passera par la labellisation d’un nombre croissant de transactions commerciales Malaisie‑Chine dans la monnaie chinoise. Mais faciliter les conversions favoriserait aussi le développement des exportations des PME malaisiennes, jusque-là peu incitées à opérer avec la Chine.

34La Chine a encore abaissé les restrictions sur l’usage du yuan en Malaisie en 2013. Les plus grands acteurs financiers du pays n’ont pas tardé à en profiter car, à côté de l’avantage en termes de réduction de la source d’incertitude du change, les coûts de transaction (temps, intermédiaires, doubles commissions) liés à la conversion du ringgit via le dollar en monnaie chinoise diminuent. Avec l’assouplissement des restrictions monétaires, la transparence des prix s’améliore et la comparaison s’en trouve facilitée. Il est apparu aussi que des fournisseurs chinois proposaient d’être réglés en yuan (contre ristournes), les coûts de production en Chine étant libellés en monnaie locale.

Figure 9 − Taux de change entre le ringgit et la monnaie chinoise depuis la fin de leur ancrage respectif au dollar en juillet 2005

Figure 9 − Taux de change entre le ringgit et la monnaie chinoise depuis la fin de leur ancrage respectif au dollar en juillet 2005

Source : banque Negara, 2015

  • 102 Chan Quan Min, « Malaysia opens the door to Chinese companies », Kinibiz, 8 juillet 2013, (http://w (...)
  • 103 Ce processus s’illustre également dans l’ambition de devenir monnaie de réserve et les négociations (...)

35Une enquête de Standard Chartered conduite début 2013 a montré que 50 % des compagnies malaisiennes interrogées s’apprêtaient à opérer en yuan au cours de l’année ou le faisaient déjà, bien que toutes les restrictions monétaires et financières ne soient pas levées et que la Chine maintienne un contrôle des changes qui empêche la convertibilité complète du yuan et l’accès aux marchés des capitaux. En effet, à ce moment-là, les analystes financiers malaisiens s’attendent à une poursuite de la politique chinoise de libéralisation financière102. Celle-ci va être confirmée par les ouvertures des mois suivants. En termes de monnaie de règlement des échanges commerciaux, le yuan est passé de la vingtième place (en janvier 2012) à la septième place mondiale en septembre 2014 : son internationalisation est effectivement en cours103.

36Comme c’est le cas pour chacune des étapes institutionnelles de l’intégration monétaire entre la Chine et la Malaisie, elle s’est faite sur la base d’accords officiels et de mesures validées au plus haut niveau.

37En effet, après son annonce lors de la visite de Najib Razak en Chine en mai 2014, la création en avril 2015 de la banque de compensation du yuan sur le territoire malaisien marque une nouvelle étape dans la progression de l’intégration monétaire entre les deux pays. La Bank of China, l’une des plus grandes banques commerciales de Chine, établie en Malaisie et à Singapour depuis les années 1930, s’est vue attribuer par les autorités chinoises cette fonction de compensation, c’est‑à‑dire pour les acteurs économiques, de conversion directe de la monnaie malaisienne en monnaie chinoise. L’institution de compensation offre aux banques locales un accès direct (donc une source centralisée et stable) à la monnaie chinoise. Cela a pour effet immédiat de baisser les coûts de transaction à l’échelle microéconomique pour tous les échanges impliquant les deux monnaies, y compris les transactions financières. Celles‑ci, via la création de nouveaux produits et services, devraient s’en trouver fortement dynamisées. Réciproquement, les banques malaisiennes auront le droit d’accepter des dépôts en monnaie chinoise, qu’elles pourront placer ensuite directement dans des titres en Chine.

  • 104 Les précédents sont tous récents : Taïwan (décembre 2012), Singapour (février 2013), Royaume-Uni et (...)

38Enfin, en partageant avec la Malaisie l’exclusivité que Singapour avait reçue un an auparavant (février 2013) de la fonction de compensation offshore à l’échelle de l’Asean104, la Chine la désigne comme un partenaire économique stable et privilégié. Les conséquences de ce choix sont aussi à considérer sur le plan macroéconomique et stratégique : la Malaisie est confirmée là dans un rôle à la fois singulier et très favorable d’interface régionale des échanges de l’Asean avec la Chine.

  • 105 « Najib launches Bank of China as renminbi clearing bank », Bernama, 14 avril 2015.

39Sans oublier de rappeler que son pays est le premier partenaire commercial de la Chine au sein de l’Asean, Najib Razak a cependant pris soin de présenter la création de la banque de compensation entre le ringgit et le yuan comme une manière d’accélérer les investissements et les échanges commerciaux entre la Chine et l’Asean dans son ensemble (et non pas au seul bénéfice de la Malaisie), à l’heure de l’établissement de la communauté Asean105.

L’intégration des places financières : des efforts malaisiens parfois à mauvais escient ?106

  • 106 Cette section est issue de Elsa Lafaye de Micheaux, 2014, avec l’aimable autorisation de reproducti (...)

40La pénétration du marché chinois des assurances par les titres d’assurance-vie issus de la finance islamique, dont la Malaisie est devenue un pôle mondial (Delfolie, 2015), est aussi orchestrée par l’État et la Banque centrale. Le gouverneur de cette dernière affirmait en 2012 : « La montée en puissance chinoise dans l’économie mondiale réclame des réponses politiques dynamiques afin d’optimiser la stabilité du système financier mondial ». Ainsi, les titres obligataires islamiques (sukuk) introduits en 2012 à destination des musulmans chinois est-elle une opération politiquement suivie de près. Le gouverneur de la Banque centrale de Malaisie vante dans la presse « la possibilité de détenir des obligations ou des sukuk en yuan ainsi que d’autres produits financiers destinés aux investissements de portefeuille : ceci va non seulement favoriser les comptes clients en yuan dans les banques malaisiennes, mais aussi, plus globalement, contribuer à approfondir le marché malaisien, tiré par les échanges commerciaux en yuan qui deviendra aussi de plus en plus liquide ».

  • 107 Interview, par Elsa Lafaye de Micheaux, de Chan Quan Min, journaliste du magazine économique en lig (...)
  • 108 Chan Quan Min, « Malaysia opens the door to chinese companies », Kinibiz, 8 juillet 2013, (http://w (...)
  • 109 Interview par Elsa Lafaye de Micheaux de Monsieur B. T., représentant de l’entreprise souhaitant ga (...)

41Moins convaincantes sont les introductions à la bourse malaisienne (Bursa Malaysia) d’entreprises chinoises : autorisées depuis 2006 par la Commission des opérations de Bourse, la cotation transfrontalière (c’est‑à‑dire la cotation en Malaisie d’entreprises chinoises : cross‑border listing) devait théoriquement s’ouvrir aux entreprises multinationales étrangères ayant des intérêts en Malaisie. Elle devait aussi permettre d’améliorer les relations financières avec des pays partenaires et élargir l’éventail des titres de haute qualité. Dans les faits, il a fallu des mois d’efforts gouvernementaux pour promouvoir cette innovation financière et attendre les suites de la visite d’État de Najib Razak en Chine en 2009 pour qu’une entreprise chinoise se présente : XingQuan International Sports Holding, industrie de semelles en caoutchouc et d’articles de sport basée en Chine et enregistrée aux Bermudes ; son enregistrement n’a été effectif qu’en juillet 2012. Depuis l’offensive diplomatique de 2009 pour attirer ces entreprises, un petit nombre seulement de demandes a suivi : en 2013, on comptait 11 entreprises chinoises cotées à la bourse de Kuala Lumpur (selon le décompte du magazine spécialisé Kinibiz). Ainsi l’ouverture de la bourse nationale aux entreprises chinoises visait-elle à relier le pays et ses investisseurs à « l’économie la plus dynamique du monde », mais l’offre réelle s’avère bien maigre et sa qualité, tout à fait douteuse. En fait, selon le journaliste Chan Quan Min (Kinibiz), « personne ne pourrait être plus enthousiaste de l’accroissement de la libéralisation des marchés des capitaux à l’échelle mondiale que les Chinois eux-mêmes »107 : ce sont les entreprises chinoises qui, selon les estimations de PricewaterhouseCoopers, jouent le plus ce jeu de la double cotation (la Chine représente 30 % des opérations de double enregistrement depuis qu’elles sont autorisées sur les places boursières dans le monde), en raison des difficultés considérables pour être cotées en Bourse en Chine et de la concurrence extrême qui règne sur les places de Shanghai ou Shenzen. Mais si les entrées en bourse vont toujours être favorables à l’entreprise chinoise qui peut accéder ainsi à de nouveaux fonds prêtables, il se peut que par la suite, les autorités boursières se trouvent face à une société en holding dont le capital ne peut être saisi, qui ne distribue aucun dividende et dont les actionnaires locaux sont totalement floués. Les journalistes malaisiens ont en tête la référence américaine : pas moins de 493 compagnies chinoises ont déjà été délistées de la bourse de New York (NYSE) depuis l’ouverture de cette dernière aux cotations transfrontalières108 ; des scandales ont aussi éclaté à Singapour dans le cadre d’entreprises du même genre. Selon le représentant d’une entreprise chinoise implantée en Malaisie109, les 11 entreprises chinoises inscrites à la Bursa Malaysia, le plus souvent dans le secteur des biens de consommation, ne sont en aucun cas des fleurons industriels et le doute est permis sur l’apport qualitatif économique et financier de ces nouvelles interdépendances.

  • 110 « China to grant 50-Bln. Yuan RQFII quota to Malaysia », Xinhua, 23 novembre 2015.
  • 111 ACCCIM – Bank of China, conférence de présentation du dispositif RQFII, Kuala Lumpur, 2 décembre 20 (...)

42Enfin, on peut s’interroger sur les conditions concrètes, les modalités du développement et les effets de la coopération monétaire qui s’est approfondie si rapidement en 2015. Après l’instauration en avril 2015 de la banque de compensation (Bank of China) chargée d’assurer la conversion au fil de l’eau des devises pour accompagner l’essor commercial et financier, le Premier ministre chinois a annoncé en novembre suivant l’introduction d’un marché offshore permettant d’investir depuis la Malaisie dans les actifs chinois en yuan110. En ouvrant son marché financier aux investisseurs institutionnels malaisiens à travers le Renminbi Qualified Foreign Institutional Investors, un dispositif de quotas octroyés en yuan (50 milliards de yuans, soit 33 milliards de MYR) pour accéder aux marchés de Shanghai et Shenzen et acquérir notamment des bons du Trésor chinois111, la Chine inscrit donc la Malaisie dans sa politique de progressive internationalisation de la monnaie et d’ouverture du compte de capital.

  • 112 « DTS : le FMI intègre le yuan chinois comme monnaie de réserve », Challenge, 30 novembre 2015.

43Cette annonce intervient à quelques jours de la reconnaissance officielle par le FMI du rôle de réserve internationale du yuan. Celui-ci intègre les DTS, panier de monnaies internationales, aux côtés du dollar, de l’euro, de la livre sterling et du yen112. Il s’agit là d’une reconnaissance internationale très attendue par la Chine et décisive pour la poursuite de la politique d’internationalisation de la devise chinoise.

  • 113 Bref entretien d’Elsa Lafaye de Micheaux avec Madame Tan Sri Zeti Akhtar Aziz, gouverneur de la Ban (...)

44Pour le moment, la création du cadre institutionnel conjointement par la Bank Negara et la Banque populaire de Chine semble néanmoins précéder de très loin les besoins qu’elles anticipent : les divers instruments monétaires institués à partir de décisions politiques conjointes n’ont pour certains jamais été utilisés (swaps de devise) ou ne le sont qu’à peine (compensation monétaire en yuan). La politique de change de la Malaisie qui consiste en une régulation souple de la valeur de la monnaie nationale (laissée aux fluctuations du marché à partir de l’été 2015) se passe jusqu’à présent de l’aide de la Chine. Les réserves de change malaisiennes sont amplement suffisantes et la Banque centrale n’a pas eu la nécessité de recourir aux devises mises à disposition par la Chine. Sur un autre plan, les transactions commerciales ne recourent que très marginalement à la banque de compensation (c’était le cas encore fin 2015, six mois après son établissement) car les canaux de paiement entre partenaires commerciaux malaisiens et chinois ont été établis et rodés de longue date. Ainsi, l’innovation institutionnelle dans le domaine monétaire n’a pas encore changé les habitudes. La coopération monétaire Malaisie‑Chine apparaît ainsi offrir un cadre favorable, symbolique politiquement, et largement médiatisé, mais qui n’était pas impatiemment attendu par les acteurs économiques113.

Notes

91 Cité par l’agence malaisienne Bernama à l’occasion du Boao Forum for Asia, 27 mars 2015.

92 MATRADE, 2015, Malaysia External Trade Statistics 2014.

93 Il est singulier de noter que l’évolution du commerce des États malais s’était effectuée en sens inverse un siècle et demi plus tôt : sous l’effet de l’expansion du commerce colonial et alors même que le commerce des produits du détroit avec la Chine continuait de progresser, sa part s’est érodée en 20 ans. Entre 1848 et 1868, les échanges via Singapour vers l’Europe passaient de 16 à 25 % du total tandis qu’avec la Chine leur proportion se réduisait de 19 à 12 % (Andaya et Andaya, 1982 : 133-134).

94 Source : CIMB. En 2013, 60 % des importations d’huile de palme chinoises sont d’origine malaisienne. En 2014, près de la moitié des exportations de caoutchouc de la Malaisie (46 %) sont à destination de la Chine, Malaysia National Rubber Statistics 2014, p. 10.

95 MATRADE, Malaysia Trade Performance 2014, p. 1.

96 En 2011, le solde bilatéral avec la Chine représente 9,2 % de son PIB, contre, par exemple, 1,7 % pour la Thaïlande ou 1 % pour les Philippines, tandis que le Vietnam est de son côté fortement déficitaire (- 13 %) ; (Chaponnière, 2014 : 24).

97 Cette part relative de la Malaisie dans les importations chinoises a ainsi progressé de 20 % de 2005 à 2011. C’est le taux de progression le plus élevé au sein de l’Asean après le Vietnam passé de 0,4 à 0,6 % (+ 30 %) sur la même période ; Asian Bank of Development, 2012, Asian Development Outlook 2011, Update.

98 Les données du ministère du Commerce indiquent 212 milliards de MYR, équivalent à 56 milliards de $ US en 2014. Cela vient du fait que ce chiffre répété en boucle sur le commerce bilatéral Malaisie-Chine additionne, en réalité, exportations et importations enregistrées en Chine et en Malaisie. Mais côté malaisien, par exemple, le commerce bilatéral (X + M) ne représentera donc que la moitié de ce chiffre officiel.

99 Sa méthodologie consiste à mesurer, via un modèle de gravité, les différences en matière de potentiel de commerce Malaisie-Chine entre les deux cadres (le cadre actuel Asean + Chine et le cadre RCEP).

100 China Daily, « Malaysia optimistic on RMB transaction », 27 septembre 2012, (http://www.chinadaily.com.cn/business/2012-09/27/content_15788688.htm).

101 Voir notamment le discours du gouverneur de la Banque centrale malaisienne (Bank Negara) le 22 novembre 2013 à l’occasion de l’ouverture d’un bureau de représentation à Pékin ; site de la Banque des règlements internationaux, (http://www.bis.org/review/r131122i.htm).

102 Chan Quan Min, « Malaysia opens the door to Chinese companies », Kinibiz, 8 juillet 2013, (http://www.kinibiz.com/story/issues/34918/malaysia-opens-the-door-to-chinese-companies.html).

103 Ce processus s’illustre également dans l’ambition de devenir monnaie de réserve et les négociations en cours en 2015 avec le Fonds monétaire international (FMI).

104 Les précédents sont tous récents : Taïwan (décembre 2012), Singapour (février 2013), Royaume-Uni et Allemagne (juin 2014), Corée du Sud (juillet 2014) France et Luxembourg (septembre 2014), Qatar, Canada et Australie (novembre 2014) ; J. Ma, Ji, « Malaysia to be a RMB hub », CIMB Economic Update, Malaysia, 19 novembre 2014.

105 « Najib launches Bank of China as renminbi clearing bank », Bernama, 14 avril 2015.

106 Cette section est issue de Elsa Lafaye de Micheaux, 2014, avec l’aimable autorisation de reproduction de La Revue de la régulation et de Revue.org, (http://journals.openedition.org/regulation/10760).

107 Interview, par Elsa Lafaye de Micheaux, de Chan Quan Min, journaliste du magazine économique en ligne Kinibiz, PWTC, Kuala Lumpur, 31 août 2013.

108 Chan Quan Min, « Malaysia opens the door to chinese companies », Kinibiz, 8 juillet 2013, (http://www.kinibiz.com/story/issues/34918/malaysia-opens-the-door-to-chinese-companies.html).

109 Interview par Elsa Lafaye de Micheaux de Monsieur B. T., représentant de l’entreprise souhaitant garder l’anonymat, Kuala Lumpur, 5 septembre 2013.

110 « China to grant 50-Bln. Yuan RQFII quota to Malaysia », Xinhua, 23 novembre 2015.

111 ACCCIM – Bank of China, conférence de présentation du dispositif RQFII, Kuala Lumpur, 2 décembre 2015, (https://www.nst.com.my/news/2015/11/113322/china-grants-malaysia-rm335bil-rqfii-quota).

112 « DTS : le FMI intègre le yuan chinois comme monnaie de réserve », Challenge, 30 novembre 2015.

113 Bref entretien d’Elsa Lafaye de Micheaux avec Madame Tan Sri Zeti Akhtar Aziz, gouverneur de la Banque centrale de Malaisie, Hôtel Méridien, Kuala Lumpur, 25 novembre 2015 ; réunion avec les administrateurs de la Bank Negara concernés par la coopération monétaire Malaisie-Chine, Bank Negara, Kuala Lumpur, 15 décembre 2015.

Table des illustrations

Titre Figure 1 –Essor du commerce bilatéral, 1990-2014
Crédits Sources : Département des statistiques, Matrade
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 2 – Hong Kong versus Chine continentale : exportations et importations 2004-2011
Crédits Source : banque Negara, 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 3 – Part des importations chinoises au sein des importations malaisiennes, 1990-2010
Crédits Source : DoSM, 2010
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 4 – Part des exportations vers la Chine au sein des exportations malaisiennes, 2004-2014
Crédits Source : Bank Negara, 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/115/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 5 – Commerce bilatéral Malaisie-Chine et solde commercial pour la Malaisie, 2004-2014
Crédits Source : banque Negara, 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/115/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 6 – Évolution de la part de la Chine dans le commerce des principaux pays de l’Asean (1991-2009)
Crédits Source : Yong, et alii, 2015, p. 32
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/115/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 7 – Taux de change du ringgit malaisien par rapport au dollar (2005-2015)
Crédits Source : banque Negara, 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/115/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 8 – Taux de change du renmimbi chinois par rapport au dollar (2005-2015)
Crédits Source : banque Negara, 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/115/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 9 − Taux de change entre le ringgit et la monnaie chinoise depuis la fin de leur ancrage respectif au dollar en juillet 2005
Crédits Source : banque Negara, 2015
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/115/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search