Version classiqueVersion mobile

Malaisie - Chine : une « précieuse » relation

 | 
David Delfolie
, 
Nathalie Fau
, 
Elsa Lafaye de Micheaux

Première partie. Une relation diplomatique et stratégique accommodante

Dynamiques socioculturelles et nouvelles opportunités économiques

Texte intégral

1Si l’étude des rapports d’État à État, sur les plans diplomatique et stratégique, est importante pour évaluer la qualité et la profondeur d’une relation bilatérale, elle n’est en rien exclusive. D’autres éléments contribuent à apprécier la teneur des connexions politiques unissant deux pays. En ce qui concerne la Malaisie et la Chine, au‑delà du resserrement significatif de leurs liens intergouvernementaux, plusieurs dimensions sociopolitiques contribuent à renforcer la relation bilatérale dans son ensemble, de même que réciproquement leur développement est facilité par sa configuration permettant de multiplier les coopérations.

2Ces dimensions sont plurielles et se dessinent principalement – mais pas exclusivement – au niveau sociétal. Elles font surtout intervenir des acteurs divers, institutionnels ou non, qui interagissent à des échelles variées. La liste n’est pas exhaustive, mais on peut citer, entre autres, les entreprises, les associations, les groupes d’intérêts, les collectivités locales ou encore les établissements universitaires. De même, elles se nouent aussi au travers des liens interpersonnels et de la mobilité des individus. Compte tenu de l’importance, à plus d’un titre, de la communauté sino‑malaisienne, ces dimensions sont fondées essentiellement sur des dynamiques socioculturelles. Néanmoins, il convient d’emblée d’apporter une clarification importante. La communauté sino‑malaisienne n’est pas un levier d’entrisme politique pour la RPC en Malaisie. Elle trouve des avantages – réels ou escomptés – au rapprochement entre les deux pays, mais elle n’agit pas comme un relais volontaire et objectif des intérêts de Pékin dans la Fédération. Un dirigeant associatif sino‑malaisien résume d’ailleurs de manière assez éclairante le sentiment qui anime la plupart des membres de sa communauté :

« Les Chinois [Sino-Malaisiens] sont très contents de la bonne relation entre la Malaisie et la Chine […] En fait, ils sont contents de voir que la Chine est devenue importante pour la Malaisie […] Bien entendu, ils n’ont pas envie que la Malaisie devienne une province chinoise, la Chine n’est pas leur pays […] mais ils sont rassurés. En cas de problèmes ou de tensions avec les musulmans, ils se disent que le gouvernement n’osera pas prendre des mesures antichinoises et qu’il sera obligé de les protéger car la Chine a tous les moyens de faire pression sur lui. Certains membres de l’élite chinoise pensent cela aussi, mais de manière plus pragmatique pour le business. » (Dirigeant associatif sino-malaisien, avril 2014).

3Dans ce chapitre, nous avons choisi d’aborder les quatre principales dimensions de la relation sociopolitique nourries par des dynamiques socio‑culturelles. Leur grande richesse mérite un examen approfondi. Elles impliquent notamment des mobilités croissantes, des échanges de natures diversifiées et surtout de nouvelles opportunités économiques, venant conforter les flux commerciaux, financiers ou productifs plus classiques, qui concourent à leur niveau à renforcer le caractère devenu « précieux » de la relation bilatérale entre les deux pays.

4Nous reviendrons, tout d’abord, sur le facteur ethnique pour une requalification nécessaire de ses conséquences, notamment dans le domaine économique. Aujourd’hui, la situation a considérablement évolué et il apparaît davantage comme un raccourci explicatif facile à mobiliser qu’une variable d’analyse réellement pertinente. De plus, les Sino‑Malaisiens se sentent, d’abord et avant tout, ce qu’ils sont sur le plan politique : des citoyens malaisiens. On montrera ainsi que les ressorts ethniques du business ont été largement surévalués et que les affaires avec la Chine ne sont pas toujours aussi lucratives que ne veulent bien le dire certains acteurs institutionnels. Puis, nous verrons que le facteur religieux (islam) est devenu en quelques années un levier pour des relations plus inattendues entre la Malaisie et la Chine, d’un point de vue politique comme économique (business halal). Enfin, nous aborderons successivement deux types de mobilités, en termes de flux de populations – les étudiants et les touristes – dont la hausse a accompagné de nouvelles pistes de coopération et de croissance, en plus de créer des liens interpersonnels nombreux.

La communauté sino-malaisienne, un catalyseur de la relation bilatérale ?

  • 54 Cette section est très directement tirée de Lafaye de Micheaux (2014).

5Beaucoup d’observateurs de l’essor économique de la Chine ont pensé qu’il y avait un lien direct entre la Chine et les « Chinois d’outre‑mer », vaste population dont 80 % des ressortissants résident en Asie du Sud‑Est. Réciproquement, un très grand nombre de travaux sur le développement asiatique dans les années 1990 ont mentionné le facteur chinois dans les raisons de la dynamique économique exceptionnelle de l’Asie : ce facteur favorisant est parfois étudié sous le nom d’ethnic business54.

  • 55 Population de la Malaya britannique au recensement de 1947, comprenant donc Singapour (port chinois (...)

6De fait, la population malaisienne a compté, au cours de son histoire jusqu’à 47 % de minorités chinoises55 et elle en compte encore un quart aujourd’hui. Dans l’histoire économique du pays, l’immigration chinoise (estimée à 2,6 millions de personnes à la date de 1947) a joué un rôle clé aux côtés de l’accumulation du capital productif qu’elle a très directement accompagné, notamment dans le secteur minier. En particulier dans l’histoire des villes malaisiennes où elle était souvent la population majoritaire, cette communauté chinoise occupe en Malaisie une place de tout premier plan.

  • 56 Nous avons démontré ailleurs que politiquement c’est l’UMNO qui bénéficie le plus de cette « précie (...)

7Mais derrière le concept d’ethnic business, se tient un lien théorique bien particulier : on suppose que les relations ethniques ont pu être un facteur important, voire déterminant, des relations d’investissements et des relations commerciales entre la Chine et la Malaisie d’aujourd’hui. On verra plus loin que certains milieux d’affaire malaisiens, comme les chambres de commerce, reprennent à leur compte cette vulgate de la culture partagée médiatrice et facilitatrice des relations d’affaires (langue, réseaux, traditions, etc.). Cependant, il faut faire l’effort de mettre à distance ce rapprochement trop facile pour comprendre la situation actuelle. Il est nécessaire, en particulier pour pouvoir expliquer la coupure politique claire et radicale entre les rapports de force interethniques, en fait largement sociopolitiques, internes à la Malaisie et les liens économiques étroits entre les deux pays, ces derniers étant orchestrés et orientés au plus haut niveau dans l’intérêt bien compris des gouvernements conservateurs chinois et malaisien56.

Origines du capitalisme chinois en Malaisie

8Sur un plan historique, le capitalisme chinois en Malaisie tire une partie de ses origines des enclaves proto-capitalistes issues de l’établissement de populations et de marchands chinois localisés en divers endroits de la péninsule malaise et de Bornéo avant même la colonisation européenne. Ces enclaves se sont ensuite développées entre les xviie et xixe siècles en lien avec l’accroissement du commerce régional et du commerce chinois sous l’effet du mercantilisme occidental. Elles ont été encloses par les Européens à l’intérieur des frontières des territoires qu’ils s’appropriaient. L’ouverture au capitalisme mondial que ces transformations ont opérée a fourni le cadre propice à leur développement ultérieur (Tai, 2013 : 70).

9Dans sa phase industrielle, au début du xxe siècle, le capitalisme chinois en Malaisie a ses propres logiques contextuelles locales et ses déterminations, en partie individuelles. Il comprend un circuit d’approvisionnement en main-d’œuvre (estimé à 4,7 millions entre 1900 et 1930), de financement, de distribution et de réinvestissement des profits, associant l’accumulation du capital dans les mines ou les plantations au développement de nouveaux secteurs industriels (métallurgie, industrie d’embouteillage et de mise en conserve, agroalimentaire, chaussures, cinéma) et des services (sociétés de commerce, compagnies de navigation, banques et sociétés financières). Ce circuit, dont les comptoirs du détroit (Straits Settlements) de Penang et Singapour occupent le centre, est en grande partie local, contribuant à créer et à structurer l’économie malaisienne dans sa première phase d’industrialisation.

10Mais sauf à entrer dans une lecture coupée de la réalité historique, le capitalisme chinois de Malaisie, partie prenante de l’histoire économique et du développement du pays, ne peut être considéré comme l’effet d’une influence, encore moins comme celui d’une emprise de la Chine dans et sur l’économie locale. Ainsi, comme le note William Y. Tai :

« Le capitalisme chinois en Malaya n’est ni une transplantation de la Chine, ni un développement endogène de la péninsule malaise mais plutôt une incrustation et partie de l’économie coloniale, elle-même produit de l’expansion mondiale du capitalisme occidental. Il s’est développé en tandem avec les secteurs européens et indigènes, le plus souvent en symbiose et en contradiction avec ces derniers. En tant que partie d’une économie coloniale ouverte, le capitalisme chinois [malaisien] a été sensible aux fluctuations des marchés mondiaux et aux errements des relations internationales. » (Tai, 2013 : 9).

11Les historiens et géographes qui étudient les populations chinoises d’Asie du Sud-Est de la période contemporaine et leurs liens avec la Chine remettent, par ailleurs, en cause les termes de « diaspora chinoise » ou même de « Chinois d’outre-mer » (Suryadinata, 1997 ; Gomez, 1999 ; Folk et Jomo, 2005). En effet, en Malaisie notamment, l’idée que les Sino‑Malaisiens envisageraient de retourner dans leur pays et d’y rapatrier leurs avoirs, leurs entreprises établies en Malaisie a clairement déserté les esprits, et ce depuis au moins un demi‑siècle. Au xixe, on distinguait d’ailleurs déjà deux types d’émigration chinoise, ceux qui s’établissaient dans les pays d’accueil et ceux qui étaient des marchands mobiles aux circulations réversibles (Chinese sojourners, Huaqiao). Seuls ces derniers avaient l’intention de retourner éventuellement en Chine au cours de leur existence.

  • 57 Entretien d’Elsa Lafaye de Micheaux avec le professeur Danny Wong Tze Ken, Université de Malaya, Pe (...)
  • 58 Cette origine est cruciale dans la culture chinoise où on va se faire enterrer dans le village d’or (...)
  • 59 Entretien d’Elsa Lafaye de Micheaux avec le professeur Danny Wong Tze Ken, Université de Malaya, Pe (...)
  • 60 Entretien d’Elsa Lafaye de Micheaux avec le professeur Danny Wong Tze Ken, Université de Malaya, Pe (...)

12Les « Chinois de Malaisie » ne sont au demeurant plus Chinois de Chine depuis très longtemps : en 1957, déjà 75 % d’entre eux étaient nés en Malaisie (Hirschman, 1972 : 48‑49). Et les jeunes adultes d’aujourd’hui sont le plus souvent de la troisième ou de la quatrième génération : la RPC n’est donc plus un point de référence identitaire, et il n’y a plus de sentiment d’appartenance nationale depuis longtemps. Le professeur Danny Wong, historien de l’université de Malaya, spécialiste des Chinois de Malaisie et des relations Malaisie‑Chine, souligne du reste que « les Chinois aujourd’hui en Malaisie ne sont plus capables de s’identifier à la Chine57 ». Les jeunes générations, dont la présence aux élections générales de 2013 a pesé très lourd car ils ont voté massivement pour l’opposition (et ont fait voter leurs parents contre le BN pour la première fois), ne connaissent plus forcément le nom du village ou même de la province chinoise d’où leur famille est originaire58. Si les premières décennies de l’ouverture de la Chine au reste du monde (1980‑1990) ont donné lieu à des retrouvailles familiales entre Malaisie et Chine et des voyages à forte tonalité affective, la décennie 2000 prolonge cette tendance mais elle est aussi et surtout marquée par la normalisation du tourisme vers la Chine, que l’on visite pour ses beautés géographiques ou ses villes et non plus tant pour y rechercher des racines culturelles et familiales. « C’est la terre des ancêtres et on y a de lointains cousins, mais de là à s’en sentir proche…59 ». Pour la plupart des Chinois de Malaisie, il n’y a plus de liens familiaux réels et entretenus avec la Chine. Si, exceptionnellement, certaines familles sont parvenues sur plusieurs générations à maintenir les liens, y compris en entrant clandestinement en Chine par bateau dans les années 1980, la plupart n’en ont plus : la coupure de la révolution maoïste a été assez radicale sur ce plan. Ainsi, la Chine est vue désormais comme un gisement d’opportunités pour les affaires, un lieu où voyager et faire du tourisme, mais certainement pas une mère patrie ou encore moins une référence politique. « Les JO de Pékin nous ont fait plaisir parce qu’ils mettaient à l’honneur la culture chinoise que nous partageons, mais pas parce que c’était la Chine : d’ailleurs, pour les Chinois, quand nous voyageons là-bas, nous sommes des étrangers et, comme tels, pas forcément traités sur un pied d’égalité ! C’est aussi le cas de nos étudiants qui n’y sont pas considérés comme des Chinois mais comme des étudiants étrangers » selon Danny Wong60.

Les limites de l’ethnic business comme facteur explicatif

13Les travaux sérieux sur l’ethnic business, autrement dit sur la composante ethnique des investissements de l’Asie du Sud-Est en Chine, confirment la surévaluation de cette dimension dans les investissements financiers, quelle que soit la période étudiée. L’analyse des flux d’argent depuis un siècle montre qu’ils ont longtemps contribué à améliorer le sort des familles restées sur place tandis que les investissements qui les accompagnaient parfois (de l’ordre de 5 % des flux d’aide personnelle) avaient pour but de financer des journaux et des activités culturelles, très rarement des projets économiques et industriels (Gungwu Wang, 1997). Avant la seconde guerre mondiale, on estime à 3,5 milliards de dollars les investissements des Chinois d’outre-mer en Chine, dont 60 % vers le Guangdong, le reste se répartissant pour moitié dans le Fujian et dans la région de Shanghai. D’autre part, les années 1950 (indépendances) sont caractérisées par l’investissement des Chinois d’Asie du Sud‑Est dans leurs pays d’accueil, où ils ont participé à la construction nationale des nouveaux États auxquels ils témoignent leur loyauté. La décennie 1966‑1976 du Grand Bond en avant a opéré la coupure temporelle et symbolique certainement la plus forte et la plus définitive entre la Chine et les Chinois d’Asie du Sud‑Est dont les familles restées sur place sont menacées. Les années suivantes, jusqu’en 1989 au moins, étaient marquées par la réticence et la plus grande prudence à investir en Chine, malgré l’ouverture de Deng Xiaoping : même si l’ouverture de la Chine est saluée et les transferts de revenus encouragés, très peu d’investissements productifs sont engagés. Les envois d’argent ont pour but d’améliorer les revenus des familles, d’acheter du terrain et des maisons dans les villages d’origine, d’aider dans une perspective philanthropique les régions frappées par les catastrophes naturelles ou, politiquement, de soutenir la Chine dans les moments de salut national (guerres impérialistes occidentales et japonaises). Mais jusqu’à la fin des années 1980, le profit n’a jamais été la cause première des projets d’investissement et des envois d’argent, ce qui était parfaitement rationnel : la Chine étant continuellement sous la menace d’ennemis intérieurs ou extérieurs, voire en grand péril d’effondrement ou de chaos, elle n’offrait, sur une longue période, que trop peu de garanties pour des investissements mus par le profit.

14Ensuite, il est vrai que le gouvernement chinois, après 1978, a cherché à tirer parti de cette proximité culturelle pour favoriser les entrées d’investissements dans le pays. En effet, la réussite économique plus marquée des entrepreneurs d’origine chinoise au sein des économies sud-est asiatiques incitait la Chine à jouer à son tour sur la dimension ethnique. Mais bien qu’elles aient accrédité la thèse de la domination économique chinoise de l’Asie du Sud‑Est (que certains groupes ont payé par des pogromes, comme en Indonésie), ces réussites sont tout sauf généralisées : les conditions socio‑économiques des Chinois d’Asie du Sud‑Est sont très hétérogènes selon les pays, leurs soubassements économiques sont divers et d’inégale pérennité. En réalité, comme toutes populations d’entrepreneurs, elles dépendent de leurs liens avec le gouvernement et en subissent les aléas : si certains gouvernements de l’Asean ont encouragé leur développement (Philippines, Thaïlande), la Malaisie les a clairement freinées depuis la Nouvelle Politique économique de 1971 (Lee et Tan, 2000).

15Les anticipations que l’on peut faire sur ces liens portent sur trois points au moins en suivant l’analyse que l’historien Gungwu Wang en faisait en 1997 : les entrepreneurs sino-malaisiens vont poursuivre leur dynamique d’investissement en Chine si les profits restent supérieurs à ceux que l’on peut obtenir dans d’autres régions, sans pour autant que cela s’inscrive dans un quelconque projet nationaliste pro‑chinois. Les entreprises sino-malaisiennes − le plus souvent des PME − qui investissent en Chine en retirent des bénéfices qui profitent à la Malaisie d’origine d’autant plus facilement que la question de la convertibilité du yuan s’améliore, comme c’est le cas actuellement. À noter que cette situation d’investissements sino-malaisiens massifs et mue par les seuls motifs financiers est historiquement sans précédent. Mais dès lors que les investissements en Chine perdront leurs avantages en termes de profitabilité, la participation des Chinois de Malaisie à leur financement diminuera rapidement.

16On peut s’attendre aussi à ce que si la situation intérieure de la Chine se transformait, si la croissance se ralentissait fortement et le climat politique se chargeait d’incertitudes et d’instabilité, les capitaux malaisiens seraient retirés sans délai pour se réinvestir en Malaisie ou dans d’autres pays. Dans cette hypothèse, on peut imaginer que les liens familiaux des Malaisiens vis-à-vis de la Chine n’engendreraient pas leur remplacement par des flux monétaires affectifs et familiaux (transferts de revenus) car ces liens ont été distendus par le temps : le retour aux pratiques solidaires du passé serait possible mais elles seraient réduites.

17Enfin, s’il est devenu évident dès le début des années 1990 que les minorités chinoises d’Asie du Sud-Est n’ont pas le monopole de l’investissement en Chine, à l’inverse, la Chine n’a pas l’exclusivité de leur intérêt : au fur et à mesure de son développement, elle perdra progressivement de son attractivité, et ce autant (sinon plus vite) aux yeux des capitalistes d’origine chinoise nés et établis dans les pays de l’Asean que vis‑à‑vis du reste du monde (Gungwu Wang, 1997 : 27‑28).

  • 61 Entretiens d’Elsa Lafaye de Micheaux à Kuala Lumpur avec Keo Kok, représentant de l’ACCCIM, le 4 se (...)

18Contrairement au discours convenu de l’Association des chambres de commerce et d’industrie chinoises de Malaisie (ACCCIM) ou de l’administration chargée de la promotion des investissements étrangers en Malaisie (Malaysian Invesment Development Authority ou MIDA), qui mettent en avant les liens culturels et le réseau − ou « guangxi » − pour la conduite des affaires entre la Chine et la Malaisie61, ces soi-disant liens privilégiés entre les Chinois de Malaisie et les Chinois de Chine apparaissent parfois assez factices. En aparté, un conseiller en relations d’affaires et placements d’une trentaine d’années (B. T., représentant d’une holding sino-malaisienne) nous dit que les affaires avec la Chine sont extrêmement difficiles et hasardeuses, que les Malaisiens peuvent perdre beaucoup dans des négociations qui achoppent à mi‑parcours, après avoir engagé des sommes importantes, sur des autorisations officielles nécessaires à plusieurs niveaux : il se peut qu’elles ne soient pas accordées malgré tous les liens culturels (langue, culture chinoise, etc.) mis en avant par la Chambre de commerce et d’industrie sino-malaisienne. « Les Chinois, anciens communistes, sont des gens sans religion, à la différence de nous en Malaisie : comment peuvent-ils avoir une moralité ? À côté du faux lait pour bébé, du faux riz, il y a les comptes d’entreprises truqués, les fausses usines : quand je conseille des investisseurs, je leur dis toujours d’aller voir sur place si l’usine existe vraiment ». Ceci semble d’ailleurs assez bien rejoindre les interrogations soulevées dans les journaux par les entreprises chinoises introduites en bourse à KLSE. Ce discours désabusé d’un intermédiaire financier souligne le fait que, bien loin d’un ethnic business enchanté, les relations d’affaires des Chinois de Malaisie avec la Chine restent très dures, et sont loin d’être toujours couronnées de succès : « Finalement bien peu de Malaisiens font beaucoup d’argent en Chine parce qu’en général ils sont lâchés par les Chinois au bout de 2‑3 ans. Cela peut venir du côté de l’attribution des licences, des permis de travail, parce qu’ils exigent plus d’argent, etc. ». Notre interlocuteur relativise fortement la rhétorique autour de la proximité culturelle et linguistique : il faut s’entourer des bons partenaires et être très prudents car la réussite en Chine exige de trouver les bons réseaux au niveau des autorités locales, des banques locales, du gouvernement, ce qui n’est jamais garanti.

19Un célèbre dirigeant d’entreprise sino-malaisien de Penang, influent auprès des milieux politiques, témoigne également, à partir de son expérience personnelle, de la relative difficulté pour les Malaisiens de faire des affaires en Chine, y compris pour ceux d’origine chinoise :

« Quand j’ai commencé à travailler avec des Chinois de la République populaire, je pensais qu’être de culture chinoise allait faciliter les choses. Je m’imaginais que c’était comme parler avec des gens éloignés de sa famille […] Mais j’ai réalisé rapidement que je m’étais en partie trompé. J’ai compris cela à Canton. Je suis allé plusieurs fois à la foire de Canton pour mes affaires et j’ai compris que les choses étaient plus compliquées. Je ne dis pas le contraire, c’est plus facile de négocier quand on partage la même culture […] Les Chinois préfèrent faire du business avec d’autres Chinois, c’est comme ça. Mais si le business est plus intéressant avec des non-Chinois, alors cela ne vous apporte rien de partager la même culture. La Malaisie est un petit pays, donc si vous avez des produits à acheter à la foire de Canton, la plupart du temps les volumes dont vous avez besoin sont moins importants que ceux des acheteurs de grands pays […] Par exemple, vous essayez de négocier un bon prix pour acheter mille produits, mais si un Américain arrive et dit : “Moi, j’en achète dix mille.”, et bien c’est lui qui aura le meilleur prix et toutes les attentions du vendeur chinois. Et n’imaginez pas que le vendeur chinois, parce que vous parlez la même langue que lui, vous accordera le même prix […] Je me suis rendu compte que c’était difficile pour les Chinois de Malaisie de faire du business en Chine. Je connais plusieurs exemples de gens qui ont perdu beaucoup d’argent en essayant de faire du business en Chine. Sur ce plan, nous sommes des étrangers comme les autres, Chinois ou pas. » (Homme d’affaires sino-malaisien, Penang, avril 2014).

  • 62 La question des liens entre pouvoir et économie a été longuement étudiée au moment de l’accélératio (...)
  • 63 Source : Teoh Kok Lin, président adjoint des recherches économiques et fiscales de l’ACCCIM ; à ce (...)

20En Malaisie, les leviers relationnels les plus efficaces pour établir des affaires avec la Chine sont à chercher du côté de l’ACCCIM et du Conseil d’affaires Malaisie-Chine (MCBC) : la première est considérée comme proche des réseaux du parti chinois historique de Malaisie, l’Association des Chinois de Malaisie (MCA), puissant relais, autant que lobby, pour favoriser les liens politiques et économiques entre la Malaisie et la Chine62. Le président de l’ACCCIM, Lim Kok Cheong, est connu pour sa proximité avec la sphère politique et réputé favorable aux milieux d’affaires chinois. Il était précédemment le numéro deux de l’association et s’occupait prioritairement de ses relations extérieures et de ses réseaux. Inquiète des effets éventuels sur la relation bilatérale sino-malaisienne de la signature par la Malaisie du TransPacific Partnership Agreement (proposé par les États‑Unis et signé à l’automne 2015), l’association s’en est émue publiquement et s’est prononcée pour une participation de la Chine à l’accord, appelant le gouvernement à peser pour faire en sorte que le pays y soit associé. L’ACCCIM bénéficie du reste de liens très suivis et étroits avec l’ambassade de Chine en Malaisie63, surtout à l’initiative de cette dernière. On peut mentionner un autre réseau informel qui s’apparente à un lobby liant le monde des affaires malaisien à la Chine : la puissante Fédération des associations chinoises de Malaisie (Huazong).

21Il ne s’agit donc pas ici de chercher à démontrer que les origines chinoises des Sino-Malaisiens n’ont joué aucun rôle dans le rapprochement en cours et dans la qualité de la relation bilatérale Malaisie-Chine, ce dont attestent les travaux des historiens et sociologues malaisiens contemporains (dont Lee et Tan, 2000 ; Lee Hock Guan et Suryadinata, 2012) et dont témoigne l’activité tournée vers la Chine de l’importante chambre de commerce des Chinois de Malaisie, ACCCIM. Mais il s’agit pour nous bien plutôt de lever les stéréotypes et de s’apprêter à considérer d’autres (très riches et nombreux) facteurs explicatifs.

22Nous poursuivons ce travail de déconstruction des liens faciles avec la mise en évidence, à l’inverse, d’une dimension socioculturelle largement ignorée des relations Malaisie-Chine, mais pourtant bien active dans le rapprochement actuel entre la Chine et la Malaisie : la dimension religieuse (islam). Cette dimension, comme nous allons le souligner dans la section suivante, est très fortement relayée par les pouvoirs politiques de part et d’autre.

L’islam, enjeux politiques et économiques

23Pour des raisons qui puisent essentiellement leur explication dans la défense des intérêts de la population malaise face aux autres composantes nationales, et notamment des Chinois de Malaisie, les questions religieuses sont intimement liées en Malaisie aux dimensions ethnique, politique et économique de la société. Ainsi, l’appartenance exclusive des croyants malais à l’islam est une donnée qui a largement contribué à forger, y compris constitutionnellement, l’unité d’un groupe traversé pourtant par de nombreuses différences ethno‑régionales. À cet égard, dans l’inconscient collectif populaire, ce qui relève de la religion coranique a progressivement été assimilé de manière presque systématique aux Malais. Les non‑musulmans utilisent d’ailleurs couramment le vocable « the Muslims » pour désigner les Malais, ou inversement.

24Ainsi, compte tenu de la place conséquence de l’islam dans le champ public en Malaisie, renforcée par une politique d’institutionnalisation à grande échelle à partir de 1981, et de la sensibilité de ce qui relève des questions ethno-religieuses dans le pays, le facteur religieux peut a priori être considéré comme un obstacle aux relations privilégiées entre les dirigeants malais et les autorités communistes chinoises. Ceci est d’autant plus légitime à mentionner que la politique extérieure malaisienne est en partie marquée depuis l’indépendance par une forme d’extraversion renouvelée à l’endroit de la ummah et que la situation complexe des musulmans en Chine éprouve à plus d’un titre la solidarité panislamique – certes à géométrie variable dans certaines configurations – revendiquée par la Malaisie. Pourtant, dans les faits, les points de controverse potentiels liés à l’islam ne sont pas un frein au développement des liens entre les deux pays, faisant l’objet d’un modus vivendi informel entre les partenaires. Et sur le plan économique, l’islam est devenu un levier de nouvelles potentialités économiques bilatérales (business halal).

Des liens anciens

25La présence de Sino‑musulmans dans la péninsule malaise est très ancienne, fournissant une autre illustration à l’échelle du temps long des échanges culturels et humains dans l’espace de la « Méditerranée asiatique », au sens de Fernand Braudel, que représente la mer de Chine méridionale. L’expansion de l’islam hors du Moyen‑Orient est principalement le fait de marchands arabes qui l’ont exporté dans le sillage de leurs conquêtes commerciales. Dès le viiie siècle, ces derniers ont procédé dans la province du Guangdong, au sud de la Chine, aux premières conversions de navigateurs locaux qui fréquentaient déjà les ports du Sud-Est asiatique. Bien qu’étant des preuves plus tardives, la tombe d’une croyante décédée en 1042 a ainsi été identifiée au sultanat du Brunei, de même qu’y ont été retrouvées sur une autre sépulture datée de 1264 des inscriptions en caractères chinois prouvant la foi islamique du défunt (Lombard, 1990 : 34). Pourtant, la propagation massive de la religion musulmane en Asie du Sud‑Est à partir du xive siècle est essentiellement le fait de négociants indiens et, de manière plus marginale, arabes, qui l’ont introduite à la faveur de l’essor de leurs échanges avec la zone (Hooker, 1983).

26Les preuves tangibles pointant l’ancienneté du lien entre la Chine et l’islam malaisien ont longtemps été oubliées, puis volontairement éludées, et ne subsistaient que sous la forme de récits mystifiés. Pourtant, les musulmans sino-malaisiens revendiquent désormais cet héritage pour mieux affirmer la légitimité de leur existence dans un État où les évolutions sociopolitiques ont conduit à lier intimement la foi islamique à l’appartenance à la population malaise majoritaire. Loin d’être une anomalie sociale, ils forment un groupe, à la croisée des chemins culturels et religieux du pays, qui revendique sa singularité et s’organise malgré les difficultés de sa condition symbole des ambivalences communautaires nationales.

27Contrairement à une idée reçue, les musulmans sino-malaisiens ne sont pas tous des convertis car il demeure des descendants de l’immigration Hui, ancienne ou plus récente, implantée dans la Fédération. Bien qu’antérieurs, les premiers contacts d’influence entre les croyants de Chine et l’Asie du Sud‑Est sont datés du xve siècle à la suite des sept expéditions dans le monde malais de l’amiral musulman Zheng He (Cheng Ho). Il est avéré que certains de ses compagnons, dont des Hui, se sont alors établis dans les ports de la péninsule malaise. Durant la période coloniale, des migrants Hui ont continué à s’installer dans la Malaya britannique ; en 1901, ils étaient estimés à près de dix‑huit mille dans les comptoirs du détroit et les quatre États malais fédérés (Ma, 2002). Même s’ils étaient minoritaires parmi l’ensemble des Chinois, ils formaient la principale composante chinoise islamisée de la zone. Néanmoins, l’abandon progressif de la pratique du mandarin et d’autres idiomes (cantonnais, hokkien), de l’usage de patronymes sinisants, d’habitudes culturelles diverses ou encore de la transmission de l’histoire des ancêtres sont autant de signes témoignant de l’assimilation d’une partie de leurs descendants à des Malais. D’autres ont renoncé à la pratique de l’islam pour mieux s’intégrer à la communauté sino-malaisienne.

  • 64 Le cas du clan Kuok de Penang est, par exemple, représentatif de cette configuration ; Ma (2002).

28À l’inverse de la situation prévalant au début du xxe siècle, les Hui occupent aujourd’hui une part résiduelle parmi la population des musulmans chinois de Malaisie. L’immigration Hui, bien que conservant d’anciennes racines d’implantation en Malaisie, a été presque totalement assimilée à d’autres populations au fil des générations. Ainsi, une majorité de ses descendants est devenue de facto malaise à la faveur de mariages mixtes. En effet, en dépit de relations harmonieuses avec leurs coreligionnaires, certaines difficultés d’intégration ont poussé beaucoup de ces migrants à s’unir avec des Malais. D’autres ont fait la démarche inverse en épousant des Chinois non musulmans, surtout là où ces derniers étaient en nombre, privilégiant leur culture d’origine à leur religion64. Seule une infime partie d’entre eux est restée diversement attachée à ses attributs et continue à vivre en conscience son appartenance à un groupe qui tend toujours à se restreindre. Plus tardivement, quelques Hui de Chine, souvent fortunés, se sont installés dans la Fédération pour fuir le régime communiste, créant alors un réseau comparable à celui des Russes blancs établis en Europe occidentale après l’arrivée au pouvoir des partisans bolcheviques en 1917. Néanmoins, la plupart de leurs héritiers ont depuis également été assimilés à l’une des grandes composantes nationales.

29L’autre partie de la communauté chinoise musulmane de Malaisie est composée de convertis. Parmi eux, se trouvent tout d’abord les convertis volontaires. Au début des années 1960, le Premier ministre malaisien Tunku Abdul Rahman a impulsé un mouvement pour favoriser la pratique de l’islam par les Chinois. Ainsi, des émissions radiodiffusées en mandarin, des tournées de missionnaires, des livres ou encore une revue bimestrielle rédigée en caractères chinois et en anglais – Nur Islam (La Lumière de l’islam) – ont, par exemple, été mis en place pour faciliter le choix de la foi islamique par les Sino‑Malaisiens. C’est à cette époque que leurs conversions sont passées de quelques cas isolés à un nombre plus élevé et ont été largement médiatisées. Cependant, il convient de noter que des incitations financières ou matérielles conséquentes étaient données aux nouveaux croyants et beaucoup d’entre eux ont été tentés de saisir cette opportunité pour accroître leurs biens, jetant un discrédit qui persiste encore sur la démarche sincère des autres. Aujourd’hui, les convertis volontaires sont des personnes ayant un soudain appel de la foi (hidayah) ou plus généralement des Chinois plongés dans un contexte social à dominante malaise qui, pour de multiples raisons, choisissent d’embrasser la religion musulmane.

  • 65 Conformément aux dispositions appliquées dans la plupart des pays où la législation du mariage est (...)

30Enfin, par opposition aux convertis volontaires, il en existe aussi des résignés. Ces derniers, qui forment dorénavant la plus importante part des Chinois pratiquant l’islam dans le pays, sont principalement des individus décidés à épouser des musulmans, en très grande majorité donc des Malais65. Pour eux, la démarche est souvent rendue difficile car la procédure malaisienne de conversion est contraignante sur le plan administratif et n’insiste que peu sur la dimension spirituelle qu’elle recouvre. Par exemple, les actes écrits qu’elle entraîne sont souvent longs à obtenir et, jusqu’en 1994, aucune facilité n’était accordée pour conserver une consonance sinisante dans l’attribution du nouveau patronyme islamisé. Face à cette situation, la communauté chinoise musulmane est depuis longtemps assez active pour aider ses membres novices à vivre au mieux leur nouvelle religion et leur faire comprendre qu’elle est compatible avec leur identité ethnoculturelle. De nombreux efforts sont donc effectués pour informer, éduquer et soutenir dans leur démarche ces croyants de la raison. Et cette solidarité manifestée par les plus anciens auprès de leurs coreligionnaires récents est une des explications avancées à l’endroit de leur forte conscience d’appartenance communautaire.

  • 66 Le nombre des musulmans chinois malaisiens était évalué de manière raisonnable par les dirigeants d (...)

31Les musulmans sino‑malaisiens ont une position très ambivalente puisqu’ils sont à la fois en minorité sur le plan ethnique parmi leurs coreligionnaires et au regard de leur foi dans leur communauté. Leur propre projection identitaire fait donc souvent l’objet d’un tiraillement permanent entre le souhait de perpétuer les éléments de leur culture chinoise et la volonté de ne pas être considérés comme des fidèles illégitimes. Dans ce contexte, leur situation n’est pas sans poser de multiples problèmes qui soulignent les limites des critères d’identification communautaire acceptés par le plus grand nombre pour l’efficacité des mobilisations politiques et sociales qu’elles engendrent. À cet égard, la controverse récurrente sur la mesure de leur nombre exact en est une illustration. Selon les autorités, un peu plus de 1 % de la communauté sino‑malaisienne est de confession musulmane. L’Association des musulmans sino-malaisiens (Malaysia Chinese Muslim Association ou MACMA) utilise cette statistique officielle, mais elle en conteste la pertinence, estimant qu’elle est minimaliste du fait de la nature des critères d’évaluation utilisés. En effet, les descendants d’unions mixtes avec un parent malais (homme ou femme) sont, par exemple, systématiquement considérés au regard de la loi comme des Malais. Cette situation tend donc à assimiler artificiellement à la communauté malaise les enfants des convertis, alors que beaucoup d’entre eux sont en réalité élevés dans un environnement culturellement chinois. Toutefois, même en prenant en considération les estimations statistiques les plus larges (environ 3 % des Sino-Malaisiens)66, le poids démographique du groupe demeure très faible.

La coopération religieuse avec la Chine

32Durant les années 2000, sous l’impulsion des musulmans sino-malaisiens, la Malaisie a eu quelques velléités d’utiliser son statut d’État islamisé pour offrir à la Chine la possibilité de « sous-traiter » de manière très encadrée une partie des problèmes liés à la pratique de l’islam de ses citoyens. Les autorités malaisiennes voyaient dans cette posture une opportunité de montrer des gages de leur bonne volonté envers leurs homologues chinoises tout en montrant à leur électorat malais, à des fins politiques diverses, qu’elles se préoccupaient de la situation des musulmans de la RPC. Malgré des réserves, les dirigeants chinois ont alors témoigné quelques signes d’ouverture à l’endroit de cette proposition de coopération un peu inattendue. Ils préféraient, en effet, des initiatives négociées à des tentatives potentielles d’ingérence dans un contexte international marqué par la montée de l’islamisme radical, et ceci d’autant plus que la gestion de l’islam local, hétérogène, relève en partie d’enjeux sécuritaires.

  • 67 Pour en savoir plus sur les musulmans en Chine, voir notamment Allès (2000).

33Les musulmans de Chine sont de manière schématique à distinguer en deux catégories, dont la situation est assez différente. La première est constituée de populations originaires d’Asie centrale, en particulier les Ouïghours turcophones, notamment présents dans le Xinjiang. Ces derniers, en conflit avec le pouvoir central chinois, sont sujets à une politique de soumission forcée et de marginalisation. Régulièrement en proie à des troubles, les zones peuplées en nombre par les Ouïghours sont également le théâtre d’un contrôle policier renforcé et de phénomènes de répression très durs. La seconde catégorie est formée par les Hui, un groupe d’environ 11 millions de personnes qui bénéficient depuis 1953 du statut officiel de minorité. Près de 15 % d’entre eux vivent dans la province autonome Hui du Ningxia, spécialement créée à leur attention par le gouvernement central. Ils sont la seule composante musulmane du pays à être considérée comme ethniquement chinoise et se trouvent globalement mieux intégrés que leurs autres coreligionnaires. Lointains héritiers de marchands, émissaires ou encore savants arabes, ottomans et persans établis en Chine dès le viie siècle le long de la Route de la soie, fondus lentement dans la population souche locale à partir du xe siècle à la faveur du métissage, les Hui se distinguent surtout des Han par leur appartenance à l’islam. Ainsi, à la différence des autres musulmans de la République populaire, ils parlent des langues autochtones chinoises et maintiennent un mode de vie proche de la majorité de leurs compatriotes. Seules quelques spécificités culturelles, liées à leur pratique religieuse, les discriminent de la majorité de la population car même leurs patronymes ont été sinisés67.

34La coopération en matière religieuse entre la Malaisie et la Chine, très encadrée, n’a concerné officiellement que les Hui, le gouvernement chinois restant vigilant à ce que les Ouïghours ne puissent bénéficier d’aucun soutien extérieur. Elle s’est traduite par quelques initiatives bilatérales. Entre 2004 et 2006, la Fédération a ainsi contribué à la formation de trente imams venus de Chine en les accueillant à l’université internationale islamique de Malaisie. De même, les deux gouvernements se sont entendus sur un accord autorisant le Fonds des pèlerins (Tabung Haji) – caisse d’épargne, fonds d’investissement parapublic et principal prestataire malaisien pour l’organisation du haj – à prendre en charge des citoyens chinois pour leur pèlerinage à La Mecque. Comme les croyants de la Fédération, les Chinois versent leurs cotisations sur un compte d’épargne, qui bénéficie d’un bonus d’investissement, jusqu’au cumul de la somme nécessaire couvrant le coût du séjour en Terre Sainte. Le fonds s’occupe ensuite de leurs visas et de leur enregistrement auprès des autorités saoudiennes. La Malaysian Airlines a également obtenu les droits d’atterrissage pour assurer des vols spéciaux via Pékin, Shanghai et Canton afin d’acheminer les fidèles chinois en Arabie Saoudite.

35Au niveau des individus, c’est essentiellement au travers de la MACMA que la coopération avec les musulmans chinois s’est développée. Seule association islamique communautaire non malaise percevant des financements publics constants, elle est reconnue de facto par les autorités religieuses étatiques comme un partenaire institutionnel régulier. Sur le plan légal, c’est une entité autonome intégrée à la PERKIM (Pertubuhan Kebajikan Islam Malaysia ou Muslim Welfare Organization Malaysia), le plus ancien relais parapublic de la politique gouvernementale en faveur de l’islam. Cette affiliation lui permet de bénéficier de son réseau d’action et de son soutien, tout en conservant une relative indépendance dans la poursuite de ses activités. La PERKIM est enregistrée légalement sous statut privé, mais la nature de ses missions, assimilées à des activités relevant de l’intérêt général, et son étroite collaboration avec l’État, lui assurent des subventions élevées. Fondée en 1960 sur décision du Premier ministre Tunku Abdul Rahman, et financée en partie à l’origine par des subsides saoudiens, elle fut notamment développée par Ibrahim Ma, célèbre diplomate chinois musulman émigré dans la Malaya britannique. Même si sa vocation socio‑éducative apparaissait comme une priorité de son projet de création, la PERKIM était aussi destinée à servir d’instrument missionnaire public pour favoriser la conversion à l’islam des populations non musulmanes, et notamment des Chinois. Elle est d’ailleurs un des rares organismes islamiques domestiques à proposer une version accessible en mandarin de son site Internet68. Les évolutions politiques ultérieures amenant à la structuration communautaire de la société ont relégué au second plan son objectif missionnaire. Il en reste toutefois sous d’autres formes une survivance dans ses activités contemporaines (institution de référence pour les convertis à l’islam).

36S’agissant de ses rapports avec la Chine, la MACMA n’a pas de liens institutionnalisés avec l’Association islamique de Chine (IAC) malgré l’intermédiation systématique de cette dernière dans les échanges formels des musulmans chinois avec l’étranger. L’association a parfaitement connaissance de la nature politiquement subordonnée aux autorités chinoises de l’organisation et n’entretient pas de relations permanentes avec elle, essentiellement du fait de cette dernière. En effet, en ce qui concerne la Malaisie, elle se refuse à traiter directement avec des entités associatives et privilégie des rapports bilatéraux de niveau gouvernemental. À cet égard, l’Administration fédérale en charge des affaires islamiques (Jabatan Kemajuan Islam Malaysia ou JAKIM) invite, par exemple, de manière renouvelée et officielle une délégation de l’IAC à participer au concours international de lecture psalmodiée du Coran que la Malaisie organise annuellement ; la Chine n’y envoie cependant pas chaque année une délégation. Dans le cadre de cette manifestation, le JAKIM a organisé à plusieurs reprises des rencontres officieuses entre les dirigeants de la MACMA et la délégation de l’IAC. Ces réunions sont présentées comme des entrevues cordiales ayant surtout un but informatif car l’organisation chinoise n’a jamais sollicité de demande de coopération formelle. Cette position est au demeurant conforme à celle de l’ambassade de Chine en Malaisie qui suit de près la situation des musulmans sino‑malaisiens et de son principal relais, mais s’est toujours abstenue, selon ses responsables, d’intervenir dans ses activités. Quant à l’association, elle n’a jamais été conviée par le gouvernement chinois à effectuer officiellement un déplacement sur son territoire.

37Par ailleurs, la MACMA entretient des contacts avec des Chinois musulmans étrangers à travers deux canaux principaux. Le premier ne dépend pas uniquement de son action et relève de l’existence de liens interpersonnels noués par ses membres avec des coreligionnaires d’autres pays, dont la République populaire de Chine. L’ouverture extérieure progressive de cette dernière, bien que sous surveillance, a néanmoins favorisé la multiplication d’échanges longtemps demeurés très difficiles à établir. L’association possède également des relais avec les réseaux académiques islamiques chinois. Ainsi, elle a donné un large écho en 2002 à la remise de l’UNESCO Sharjah Prize pour la culture arabe à l’universitaire Abdul Rahman Na Zhong. Le second canal est plus politiquement sensible puisque la MACMA apporte son concours à des croyants de Chine qui viennent étudier en Malaisie, hors des circuits gérés par leur gouvernement. La majorité d’entre eux sont des étudiants inscrits à l’université internationale islamique de Malaisie. Outre le fait de leur proposer des activités récréatives, elle les guide dans leurs démarches administratives et leur fournit des soutiens divers (aide pour trouver un logement, lettres de recommandation en malais, traductions de papiers officiels, etc.). Bien que délicate, cette mission est néanmoins assumée par les dirigeants de l’association au titre de la solidarité avec des fidèles partageant leur culture. Dans le même esprit, la MACMA a, par exemple, organisé – officieusement – début 2009 un cycle de formations missionnaires et théologiques pour des imams de Chine. Venus de manière officielle en Malaisie à l’invitation des autorités islamiques pour suivre des cours d’arabe et découvrir in situ quelques-unes des réussites technologiques malaisiennes, leur séjour, couvert par la presse locale, était en réalité une initiative de l’association. S’agissant du Xinjiang, la MACMA n’a officiellement pas de relations suivies avec les musulmans de la province. Les entrées et les sorties de ce territoire étant particulièrement contrôlées, l’association n’entend pas prendre de risques, même limités, avec une problématique qu’elle déplore, mais qui déborde sa vocation. De plus, l’immigration chinoise en Malaisie n’est pas originaire de cette région, rendant peu propice l’établissement de liens solides avec elle.

38Plus généralement, en raison des trajectoires historiques nationales différentes des deux États, les pratiques relatives à la foi des croyants chinois ont évolué de manière distincte en Chine et en Malaisie. De plus, leurs configurations sociétales sont marquées par des déterminants qui ont peu de convergences communes. Ainsi, les membres de la MACMA concèdent volontiers qu’ils ont davantage d’affinités ou de repères cognitifs avec leurs autres concitoyens qu’avec leurs coreligionnaires de la RPC. Ceci est d’ailleurs renforcé par un décalage de la position sociale moyenne de chacune des communautés dans son pays respectif. À l’inverse de leur situation en Malaisie, les musulmans de Chine forment globalement une catégorie plus défavorisée sur le plan socio‑économique que la majorité de la population. Et même si certains musulmans sino‑malaisiens restent demandeurs de liens accrus avec leurs coreligionnaires chinois, leur volonté est souvent découragée en pratique par les effets de l’image de bailleur de fonds potentiel qu’ils représentent pour eux. C’est la raison pour laquelle leurs relations sont plus simples à établir, et donc mieux développées, avec les fidèles de Taïwan, qui, d’un point de vue matériel, sont dans une situation qui leur est comparable.

Le traitement controversé des réfugiés chinois musulmans ouïghours

39Cependant, toutes ces initiatives apparaissent rétrospectivement plus ou moins circonscrites face au changement d’attitude récent du gouvernement malaisien, passé d’une tentative de coopération sur le plan religieux avec la Chine, à une politique de subordination, reléguant au second plan ses discours idéologiques sur la solidarité panislamique au nom d’un principe de réalité. Auparavant, tout en ménageant les susceptibilités de Pékin, il appelait à un règlement pacifique du conflit et témoignait, certes timidement, de sa préoccupation pour la situation de la minorité musulmane. Parallèlement, même si cela restait marginal, la Malaisie accueillait des migrants ouïghours, selon des procédures au cas par cas, qui trouvaient assistance auprès de relais associatifs islamiques. Invoquant la règle de non-ingérence dans les affaires internes d’un État souverain, les autorités malaisiennes affichent désormais une position ferme de neutralité concernant les troubles au Xinjiang et s’abstiennent d’apporter un quelconque signe de soutien aux Ouïghours, en dépit des critiques de plusieurs organisations islamiques locales dénonçant l’injustice de leur traitement.

  • 69 Quelques cas de retours contraints de réfugiés ouïghours avaient cependant déjà eu lieu, faisant de (...)

40L’évolution significative de la position de la Malaisie remonte à 2011 et s’est traduite par un acte inédit, l’expulsion vers la Chine d’un groupe de musulmans ouïghours69. En effet, arrivés clandestinement sur le territoire malaisien, 16 Ouïghours qui demandaient l’asile politique ont été arrêtés par la police et placés en détention. Alors que 5 d’entre eux sont parvenus à déposer un dossier de demande de statut de réfugié auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), et ont été placés sous sa protection, les autres ont été renvoyés dans leur pays. Cette décision a suscité la réprobation de nombreuses associations, locales ou internationales, notamment de la branche asiatique de l’ONG Human Rights Watch qui s’est préoccupée par la suite du sort des expulsés. En décembre 2013, le gouvernement malaisien a réitéré la même procédure pour 6 demandeurs d’asile ouïghours, les exposant à des peines pouvant aller potentiellement jusqu’à la prison à vie ou une condamnation à mort. Vivement dénoncée encore une fois par Human Rights Watch, cette décision a provoqué un tollé bien plus médiatisé que la précédente car les expulsés avaient déposé une demande d’obtention du statut de réfugié politique auprès du HCR, qui était donc en cours d’instruction, rendant en théorie leur expulsion illégale au regard du droit international. De plus, la police malaisienne avait remis sur son sol les détenus à des forces de l’ordre chinoises pour les escorter durant leur vol retour en Chine, ne s’embarrassant d’aucune prévention pour minimiser la violation caractérisée des principes normalement appliqués. Le Haut‑Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés a déploré dans un communiqué officiel l’attitude du ministère malaisien de l’Intérieur, qui s’est contenté de préciser en réponse qu’il ne souhaitait pas commenter les motivations de sa décision.

« Avec Badawi, qui est un homme religieux, le gouvernement essayait au moins de se montrer concerné par la situation des musulmans chinois, même si ça n’avait pas d’effets concrets […] Avec Najib, les choses sont plus simples […] Ce qui est important pour lui, c’est de maintenir des liens étroits avec le gouvernement chinois parce que c’est utile pour le business et sa politique. C’est cynique, mais on peut penser que Najib utilise les expulsions de réfugiés ouïghours pour prouver aux Chinois qu’il est un bon partenaire. Si c’est vrai, c’est une stratégie stupide car cela n’apporte rien de plus au pays et un éventuel retour en arrière sera considéré comme une provocation. Si c’est une demande de la Chine, c’est encore une stratégie stupide d’avoir accepté […] Les Chinois cherchent toujours à tester leurs ennemis, mais aussi leurs amis. Ils respectent plus ceux qui savent être forts. Et la Malaisie a été faible avec les expulsions des Ouïghours. Les Chinois essaieront toujours d’obtenir plus et maintenant ce sera difficile de leur dire non. » (Universitaire malais, politologue, mai 2014).

41Bien que n’étant pas au centre du débat public, ces expulsions ont suscité un certain malaise, voire des réactions d’hostilité, parmi les musulmans et les organisations islamiques du pays, y compris dans les cercles proches du pouvoir. Même si le sort de réfugiés ouïghours n’est pas de nature à dégrader les relations entre la Malaisie et la Chine, le gouvernement chinois a pris au sérieux le risque d’un développement d’une forme de sentiment de défiance d’une partie de la population malaise à son égard, dans un contexte domestique marqué par un regain de tensions communautaires latentes depuis les dernières élections générales. Cette situation, qui aurait potentiellement de graves conséquences à plus d’un titre, a notamment justifié au début du mois de juillet 2014 la prise d’une décision assez rare, soulignant la préoccupation des autorités chinoises. En effet, plusieurs médias malaisiens ont relayé au début du Ramadan des informations affirmant que le gouvernement local du Xinjiang avait interdit à ses personnels musulmans, ainsi qu’aux membres du Parti communiste, aux enseignants et aux élèves de confession musulmane de la province, de pratiquer le jeûne rituel et de participer à toute activité à caractère religieux pendant la période sainte. Percevant les possibles répercussions de cette campagne délibérée d’activistes malais, l’ambassadeur de Chine en Malaisie a été contraint de s’expliquer publiquement pour tenter de désamorcer la polémique, en assurant qu’elle était fondée sur des rumeurs et que les ministres concernés en Chine allaient s’employer à dissiper le malentendu, et le cas échéant, à prendre les dispositions nécessaires.

42Pourtant, en dépit des controverses qu’elles suscitent, au-delà de l’apparente inquiétude des autorités chinoises quant à leurs perceptions par les Malais, le gouvernement malaisien n’a pas cessé sa politique de traque des réfugiés ouïghours. En octobre 2014, les services de l’immigration malaisiens ont organisé à Kuala Lumpur une double opération coordonnée qui a conduit à l’arrestation de 155 Ouïghours, dont plus de la moitié étaient des mineurs. Les forces de l’ordre ont perquisitionné simultanément deux appartements de la capitale dans lesquels s’étaient respectivement entassées 90 et 65 personnes. Retrouvés dans des conditions sanitaires déplorables, les migrants, soupçonnés d’être entrés illégalement sur le territoire malaisien avec de faux passeports turcs, ont alors été placés en détention. Ce nouveau cas, que le ministère des Affaires étrangères chinois a refusé de commenter dans un premier temps, a encore déclenché des réactions partagées en Malaisie. L’attitude punitive de la police malaisienne à l’égard de coreligionnaires dans le dénuement est apparue d’autant plus choquante pour beaucoup de musulmans locaux qu’elle faisait suite quelques mois plus tôt au démantèlement par la police thaïlandaise d’un camp de fortune de réfugiés ouïghours, amassés près de la frontière avec la Malaisie et abandonnés à leur sort par des passeurs peu scrupuleux. Face aux pressions, nationales et internationales, le gouvernement malaisien a adopté une attitude ambivalente dans la gestion de cette nouvelle affaire, témoignant de son embarras et d’un certain tiraillement entre des logiques opposées (loyauté versus souveraineté et solidarité panislamique). Les clandestins ouïghours, détenus dans un centre de rétention administrative, ont été discrètement expulsés de la Fédération sous le contrôle du Haut-commissariat aux réfugiés, mais pas vers la Chine. S’abstenant de communiquer de manière générale sur le sort des Ouïghours pour ne pas créer de tensions avec leurs homologues chinoises, les autorités malaisiennes n’ont pas rendu publique la destination d’accueil des 155 expulsés. Bien que restée loyale envers Pékin en refusant de leur accorder l’asile politique sur son territoire, la Malaisie a toutefois dérogé en partie à ses attentes. Elle a fait preuve pour l’occasion d’une forme d’indépendance sous contrainte qui pourrait perdurer dans l’avenir.

43Tandis que le gouvernement malaisien confirme sa fermeté à l’égard de l’immigration des Ouïghours, comme un gage de loyauté envers Pékin pour qui le dossier du Xinjiang est sensible, notamment au regard du risque terroriste, les autorités chinoises poursuivent dans le même temps leur action d’apaisement et de « témoignages de considération », savamment dosée en fonction des événements, à l’attention de la population malaise afin de prévenir une éventuelle montée de sa défiance contre la coopération renforcée entre les deux pays. Ainsi, pendant les inondations dévastatrices qui ont touché la côte orientale de la péninsule malaise en décembre 2014, créant une vive émotion au regard du nombre de victimes et de la somme des dégâts matériels, l’ambassade de Chine n’a pas manqué de médiatiser le témoignage de solidarité manifesté par la République populaire. Elle a pris la forme d’une donation de 100 000 $ US de la Croix‑Rouge chinoise au Croissant‑Rouge malaisien pour venir en aide aux sinistrés. Rappelant que la Malaisie avait été l’un des premiers États à proposer son assistance à la Chine lors du tremblement de terre de 2008 dans le Wenchuan, et que, parmi les dons étrangers, ceux venus de la Fédération avaient été les plus élevés, l’ambassadeur chinois a logiquement insisté lors de la cérémonie officielle de remise du chèque de la donation sur l’amitié entre les deux nations : « Maintenant, les Chinois se tiennent fermement aux côtés des Malaisiens pour leur apporter aide et assistance. Nous partageons l’amitié dans la difficulté ». Cependant, cet élan de générosité était également un acte de charité bien ordonnée. Les inondations ont touché principalement le Pahang, l’État du Premier ministre, et celui du Kelantan, dirigé par le parti islamique d’opposition, deux régions encore largement rurales peuplées très majoritairement par des Malais musulmans. Cette configuration rendait donc plus qu’opportune l’aide apportée à dessein par les autorités chinoises.

Le business halal

44Enfin, au‑delà des aspects diplomatiques et politiques, l’islam est également devenu un levier pour de nouvelles opportunités économiques entre le Malaisie et la Chine. En effet, les autorités malaisiennes mettent en avant le savoir-faire et la réputation de l’industrie halal du pays pour en accroître les débouchés commerciaux en RPC, qui représente un marché potentiel conséquent de près de 25 millions de musulmans, plus important que son propre marché domestique (environ 18 millions). Lors de sa visite officielle en Chine pour célébrer l’anniversaire des quarante ans du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays, Najib Razak a visité la Grande Mosquée de Xian (province du Shaanxi), l’ancienne capitale impériale. Le monument est un symbole de l’islam chinois – sa construction a débuté en 742 sous la dynastie Tang – visité par de nombreux touristes malais (Mahathir Mohamad y était également venu lors d’une visite officielle en Chine). Le Premier ministre a fait une donation au nom du gouvernement malaisien de 10 000 $ US pour participer à sa rénovation et a pris l’engagement d’aider à récolter d’autres fonds. Il a annoncé à cette occasion que la Malaisie allait soumettre une demande officielle au gouvernement chinois pour ouvrir un consulat à Xian, ce qui en ferait le cinquième après ceux de Shanghai, Kunming, Canton et Nanning. Néanmoins, cette séquence, dans une ville qui a la caractéristique de se situer stratégiquement au centre d’une vaste région de 12 millions de musulmans (répartis entre plusieurs provinces), avait surtout un intérêt économique. En effet, Najib Razak a profité de sa visite pour inaugurer le Malaysia-Xian Halal Food Festival, qui présentait 35 stands de produits halals de la Fédération, organisé opportunément par le ministère de l’Agriculture malaisien. Et pour prolonger cette action, la Malaisie a financé sur place quelques mois plus tard un séminaire sur ses biens halal, ouverts en particulier aux religieux et aux entrepreneurs locaux. Par ailleurs, en juillet 2015, le pays a œuvré à la tenue à Pékin d’un forum bilatéral sur le business halal (China-Malaysia Halal Food and Muslim Commodities Certification and Industrial Cooperation). Selon le ministre de l’Agriculture malaisien, qui s’exprimait en juin 2014 devant un parterre d’entrepreneurs du Pahang (Pahang Entrepreneur Information Tour), le nombre de références de produits halal malaisiens commercialisés en Chine, qui étaient de 1 000 en 2014, allait être multiplié par trois en 2015 à la faveur de toutes ces initiatives.

45Parallèlement, la Chine utilise « l’avantage comparatif » de l’identité islamique de la Malaisie pour en faire un hub d’exportation de certains de ses produits vers le monde musulman, les deux pays retirant chacun des bénéfices économiques de cette configuration singulière. Ce circuit de coopération commerciale commun s’inscrit dans la politique du gouvernement malaisien visant à faire de la Fédération un hub halal international, à l’image de son investissement antérieur pour le développement de la finance islamique (Delfolie, 2015). Toutefois, il n’est pas sans susciter quelques réserves sur le plan moral, même si elles ne sont pas médiatisées et que les intérêts en présence pèsent peu face aux considérations d’ordre éthique.

46« Les Chinois ont compris qu’ils pouvaient se servir de l’image de pays musulman de la Malaisie pour faire plus de commerce avec le Moyen‑Orient. Et c’est ce qu’ils font. Ils envoient leurs produits en Malaisie, ils sont un peu transformés, reconditionnés et réexpédiés au Moyen‑Orient avec le certificat halal malaisien. On croit que ces produits sont fabriqués en Malaisie, mais, en fait, c’est des produits chinois. Il y a des gens ici qui se font beaucoup d’argent avec ce business. Ils créent des entreprises avec des noms musulmans pour faire croire qu’elles sont dirigées par des Malais, mais c’est des entreprises contrôlées par des Chinois locaux. Ce n’est pas honnête par rapport à l’islam, mais le gouvernement ne fait rien pour changer cette situation. Tout le monde trouve son intérêt avec ce business. » (Haut fonctionnaire malais en charge de dossiers économiques dans l’administration locale d’un État fédéré, mai 2014).

47Le système décrit dans la citation – celui d’entreprises officiellement détenues par un ou plusieurs dirigeants Malais, mais, dans les faits, financées et gérées par des Sino-Malaisiens, ou plus rarement par des Indiens malaisiens, contre le paiement d’une rente à leurs propriétaires légaux – n’est pas propre au business halal. On le retrouve dans presque tous les secteurs de l’économie malaisienne. C’est une pratique, couramment dénommée « business Ali Baba », qui permet à ces sociétés de bénéficier des divers avantages (fiscaux, quotas de marchés publics, etc.) accordés aux entrepreneurs malais.

48Plus secondairement, le facteur religieux crée aussi d’autres possibilités d’échanges entre la Malaisie et la Chine, avec un impact économique, certes moins conséquent que le business halal, mais notable. C’est, en particulier, le cas dans le secteur touristique. En août 2011, l’Association malaisienne des agents touristiques et de voyage (MATTA) et l’Association des voyagistes musulmans de Chine ont, par exemple, signé un accord pour renforcer leur collaboration afin de faciliter les échanges touristiques entre les musulmans des deux pays70. Cela faisait suite à un phénomène croissant constaté depuis plusieurs années. En effet, un tourisme « culturel » a été développé par des voyagistes, avec l’assentiment des autorités chinoises, sous la forme de circuits organisés destinés de manière spécifique aux musulmans malaisiens pour découvrir la « Chine islamisée », et réciproquement pour les touristes musulmans chinois en Malaisie. Les flux touristiques, comme ceux représentés par les étudiants, sont d’ailleurs parmi les nouvelles formes de mobilités qui ouvrent de nouvelles potentialités économiques et de rapprochement entre les deux pays.

Le partenariat universitaire : entre volonté et réalité

  • 71 Engagement financier important, réforme des university colleges, réforme du schéma général des univ (...)

49Depuis le début des années 2000, dans un contexte de mutation structurelle de son système d’enseignement supérieur71, la Malaisie a initié un mouvement pour attirer en nombre les étudiants étrangers, avec une priorité centrée vers ceux issus du monde musulman. Passant d’environ 31 000 en 2003 à un peu moins de 48 000 en 2007, ils étaient près de 87 000 en 2010 et un peu plus de 103 000 en 2013 selon les statistiques du ministère de l’Enseignement supérieur malaisien. Cette hausse rapide est le produit d’une conjonction de facteurs. Le gouvernement a fortement augmenté ses quotas d’attribution de visas d’études pour répondre à des demandes qu’il a contribué à faire croître. En effet, en s’appuyant sur l’image du pays de nation islamisée ouverte à la modernité capitaliste, il a utilisé différents leviers (publicité, relais universitaires, etc.) afin de la promouvoir comme une destination privilégiée de formation pour les élites musulmanes. Plus généralement, la bonne réputation (relative) acquise en matière éducative par la Fédération, l’existence de frais de scolarité abordables et la promesse de nombreuses facilités pratiques, voire financières, offertes par les universités locales ont été habilement mobilisées pour renforcer leur attractivité internationale. C’est dans ce contexte particulier que s’est inscrit le développement de la coopération universitaire avec la Chine.

Le cadre volontariste de la coopération universitaire avec la Chine

  • 72 Ces divers programmes proposés par les universités malaisiennes sont une source d’attractivité qui (...)

50L’évolution significative des relations entre la Malaisie et la Chine sur le plan universitaire remonte à 1997. Avant cela, les deux pays n’avaient pas de partenariat institutionnel dans ce domaine et les échanges mutuels d’étudiants étaient limités. Jusqu’à la fin de la guerre froide, à l’exception de Hong Kong sous statut britannique, peu de Malaisiens obtenaient un visa pour fréquenter une université chinoise. Après 1990, la levée progressive des restrictions à la circulation des personnes entre les deux États a permis d’amorcer un changement, dont la tendance s’est trouvée confortée en 1997. Tout d’abord, les autorités malaisiennes et chinoises ont signé un accord bilatéral pour faciliter la mobilité étudiante entre leurs universités, réglant notamment la question sensible de l’octroi réciproque à leurs ressortissants de visas de long séjour pour études. Ensuite, la crise financière asiatique de 1997 a indirectement contribué à accroître le nombre des étudiants chinois en Malaisie. La dépréciation du ringgit ayant eu un effet prohibitif pour de nombreux candidats à des études dans des universités occidentales, les établissements d’enseignement supérieur de la Fédération ont alors développé avec beaucoup d’entre elles des programmes de twinning ou de cursus partagés qui leur permettaient de délivrer des diplômes conjoints. Cette alternative à l’expatriation, très appréciée des entités privées dont les étudiants ne sont pas éligibles aux bourses de mobilité publiques, a suscité une forte attractivité auprès des étudiants chinois issus des classes moyennes car elle leur offrait la possibilité d’obtenir des diplômes d’universités britanniques, américaines ou encore australiennes à un coût accessible72.

  • 73 20 universités publiques, 26 universités privées, 23 ollèges universitaires, un institut de formati (...)

51En 2010, une nouvelle étape a été franchie dans la coopération universitaire entre la Chine et la Malaisie avec la reconnaissance automatique par cette dernière des diplômes de master des universités chinoises. Sur le plan domestique, cette décision répondait à une forte attente de la communauté sino-malaisienne pour pouvoir valoriser des études de troisième cycle effectuées en Chine et lever un obstacle important à l’augmentation du nombre de candidats malaisiens à ces parcours. Mais elle était également destinée sur le plan diplomatique à envoyer un signe de bonne volonté aux autorités chinoises dans le cadre des négociations alors en cours pour un nouvel accord bilatéral. Ce dernier, annoncé publiquement en septembre 2010, a été signé en avril 2011. Dénommé Malaysia-China Mutual Recognition Agreement, il a ouvert une voie décisive à une coopération renforcée entre les systèmes universitaires des deux pays en actant la reconnaissance mutuelle de leurs institutions d’enseignement supérieur et de recherche. Avant cet accord, la Chine ne reconnaissait officiellement que six universités malaisiennes, ce qui constituait un frein majeur au développement de coopérations privilégiées puisque seuls les établissements reconnus avaient la possibilité légale de nouer des partenariats concrets avec leurs homologues chinois (doubles cursus, programmes subventionnés d’échanges, etc.). Il a donc permis de modifier en profondeur le cadre de la relation bilatérale dans le domaine universitaire. Dans le détail, une liste des établissements concernés par l’accord a été dressée. La Malaisie reconnaît ainsi 820 institutions chinoises, de statuts divers, et la Chine 71 entités malaisiennes73.

  • 74 Il a été évincé du gouvernement en juillet 2015 et remplacé par Ahmad Zahid Hamidi au poste de vice (...)

52Plus récemment, la coopération universitaire entre la Malaisie et la Chine s’est enrichie d’un nouvel accord concernant spécifiquement Hong Kong, dont le statut d’autonomie implique en partie des règles de partenariat différenciées par rapport au reste du pays. L’idée de cet accord est née d’une rencontre en janvier 2014 entre Muhyiddin Yassin74, qui était alors le vice‑Premier ministre malaisien, également ministre de l’Éducation, et le secrétaire du gouvernement de Hong Kong en charge de l’éducation, en marge d’un sommet mondial sur les questions éducatives organisé au Royaume‑Uni. Une visite de travail en Malaisie de ce dernier en janvier 2015 a permis de préciser certains termes de l’accord en discussion, signé en mars à Hong Kong par Muhyiddin Yassin, qui effectuait sur place une visite retour de courtoisie à l’invitation de son homologue. Décrit comme une « preuve de l’engagement réciproque des deux administrations pour renforcer l’excellence de leurs systèmes éducatifs, leur internationalisation et la formation continue », l’accord pose concrètement un cadre de développement à un partenariat universitaire renforcé entre la Malaisie et Hong Kong. Il prévoit notamment des dispositions facilitant les échanges d’étudiants et de personnels, les transferts de savoirs sur des sujets d’intérêts communs et le développement de programmes scientifiques conjoints.

Les liens nombreux entre établissements universitaires

53Dans le sillage du cadre bilatéral de coopération universitaire établi entre la Malaisie et la Chine, des initiatives se développent à l’échelle des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Tout d’abord, les accords directs entre les entités malaisiennes et chinoises se sont multipliés depuis quelques années. Dans la plupart des cas, ils relèvent de conventions, plus ou moins ambitieuses, pour faciliter l’accueil des étudiants, les échanges temporaires d’enseignants et/ou de chercheurs, et plus ponctuellement des projets conjoints de recherche. Néanmoins, la signature de partenariats plus avancés (cursus partagés, délivrance de diplômes communs, etc.) reste difficile à mettre en place. En effet, les établissements des deux pays sont dans une dynamique de concurrence au sein de ce qui constitue désormais un marché de la formation supérieure pour renforcer leur position dans les classements académiques régionaux et internationaux, limitant les velléités de partage des savoirs et des compétences. De plus, l’ascendant politiquement sensible des Malais sur la gouvernance des établissements publics malaisiens, dans lesquels ils sont surreprésentés parmi les étudiants et les personnels, demeure un obstacle à la création de liens renforcés avec leurs homologues chinois. Ces derniers sont peu enclins à coopérer de manière privilégiée, notamment sur le plan scientifique, avec des musulmans, et réciproquement. Ainsi, il est significatif que le partenariat actuellement le plus abouti entre une université chinoise et une entité implantée en Malaisie soit celui liant l’université du Guangdong (Canton) avec le campus délocalisé dans l’État du Sarawak, où la population malaise est minoritaire, de l’université australienne Curtin.

  • 75 Le SUPP a été créé en 1959 par des militants de gauche sino-malaisiens du Sarawak. Proches du mouve (...)

54Cependant, les initiatives les plus remarquables sont les projets d’implantation en Malaisie de campus délocalisés de deux universités chinoises. Le premier, au Sarawak, concerne l’université Jio Tong de Shanghai. Fondée en 1896, elle est considérée comme la meilleure université d’ingénierie de Chine, lui valant le surnom de « MIT oriental » (en référence à l’Institut de technologie du Massachusetts). Du côté malaisien, l’initiative a été portée par le Parti des peuples unis du Sarawak (SUPP), membre de la coalition gouvernementale75, et notamment par son ancien trésorier David Teng, vétéran sino-malaisien de la vie politique de l’État. Pour piloter le projet, une entité parapublique, relevant du droit des sociétés malaisien, a été créée (SJT‑UNI Malaysia). Un accord initial de partenariat a été signé en avril 2012. Puis, un autre, actant et précisant les modalités futures d’implantation du campus au Sarawak, a été scellé en avril 2013 en présence du vice-Premier ministre malaisien. Il prévoit une inauguration du campus à l’horizon 2018 et vise l’objectif d’accueillir à terme 5 000 étudiants, dont une partie originaire des pays de l’Asean. Dans l’attente de sa construction, l’ouverture d’une branche temporaire dans des locaux appartenant à un lycée privé chinois de Kuching, la capitale de l’État du Sarawak, avait été annoncée pour septembre 2014, mais elle a été repoussée. Sur le fond, le partenariat établi offre des perspectives intéressantes de transferts de savoirs pour la Malaisie, en particulier dans le domaine des technologies de pointe. Les centres de recherche de l’université Jao Tong sont à l’origine d’innovations industrielles chinoises dans plusieurs secteurs stratégiques, comme l’armement, le nucléaire, l’aéronautique ou encore la construction de satellites, laissant ainsi espérer aux Malaisiens que le campus délocalisé de l’université permettra de former des ingénieurs locaux hautement qualifiés. À cet égard, le gouvernement du Sarawak attend beaucoup, par exemple, de la future coopération avec l’université Jao Tong pour renforcer sur les plans technique et humain son projet SCORE (Sarawak Corridor of Renewable Energy), visant à optimiser la gestion des ressources naturelles de l’État et à développer une filière industrielle éco-responsable à l’aide des nouvelles technologies.

  • 76 Bio-ingénierie électrique et ingénierie chimique, médecine, information et communication, business (...)

55Le second projet de campus délocalisé d’une université chinoise sur le territoire malaisien est celui de l’université Xiamen dans le district de Sepang (État du Selangor), où se situent l’aéroport international de Kuala Lumpur et la ville nouvelle de Cyberjaya, deux des sites constitutifs de la zone économique spéciale du Multimedia Super Corridor Malaysia. Le choix de cette université pour conforter la coopération en matière universitaire entre la Malaisie et la Chine est symbolique puisqu’elle a été fondée au début des années 1920 dans la province du Fujian par Tan Kah Kee, une figure historique de la diaspora chinoise de la Malaya britannique. Le projet de construction du campus, négocié sous la responsabilité directe de Najib Razak qui a présidé la cérémonie de lancement des travaux en juillet 2014, fait l’objet d’une vaste opération immobilière. Cette dernière implique notamment au premier plan deux entreprises malaisiennes liées à l’oligarchie au pouvoir, le conglomérat Sime Darby et le groupe Sunsuria dirigé par le président de la Chambre de commerce chinoise de Kuala Lumpur et du Selangor (il est aussi le président adjoint de l’ACCCIM). Les détails du projet de campus, dont le coût total est estimé à 1,3 milliard de MYR, ont été dévoilés en janvier 2015 par Ong Ka Ting, l’envoyé spécial du Premier ministre auprès de la Chine. À terme, le campus malaisien de l’université Xiamen, dont le début des activités est annoncé pour la fin de l’année 2015, est prévu pour accueillir environ 10 000 étudiants. S’agissant de son offre de formation, elle s’organisera autour de cinq facultés76 et les cours seront dispensés en anglais. Quant aux diplômes délivrés, allant du premier cycle au doctorat, ils seront reconnus dans les deux pays. Résumant l’opinion partagée par les dirigeants malaisiens, Najib Razak a déclaré à propos de l’ouverture prochaine du campus qu’elle allait contribuer à faire de la Malaisie « un hub éducatif » en Asie du Sud-Est. Elle s’inscrit, en effet, pleinement dans la stratégie d’ouverture extérieure du système universitaire de la Fédération promue par l’État à des fins politiques et économiques.

Une attractivité malaisienne encore limitée auprès des étudiants

  • 77 Source : China Scholarship Council.

56À la faveur du renforcement de la coopération universitaire entre la Malaisie et la Chine, le nombre d’étudiants chinois inscrits dans des établissements d’enseignement supérieur de la Fédération s’est avéré relativement important depuis le début des années 2000. En moins d’une décennie, le pays est devenu une destination privilégiée de formation des étudiants issus de la classe moyenne supérieure chinoise. La République populaire est confrontée à une demande intérieure et des besoins en hausse dans le domaine des études universitaires pour soutenir son développement. Tandis qu’elle accueille un nombre croissant d’étudiants étrangers (377 000 en 201477), elle encourage l’expatriation scolaire de ses ressortissants pour accroître « par l’extérieur » les compétences de sa main‑d’œuvre qualifiée. Offrant des avantages intéressants (proximité géographique, frais de scolarité assez abordables, infrastructures de qualité, etc.), la Malaisie est parvenue à capter durablement une partie des flux migratoires d’étudiants chinois. Ils y sont principalement inscrits dans des cursus d’études commerciales, d’ingénierie, d’anglais, d’administration publique et de finance islamique. Cependant, la Fédération reste loin derrière d’autres États en termes d’attractivité (prestige des diplômes délivrés, savoirs dispensés). Les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada et Singapour constituent par ordre décroissant les cinq principaux pays d’accueil des étudiants originaires de Chine.

  • 78 En 2010, sur les dix premiers contingents d’étudiants étrangers en termes d’effectifs inscrits dans (...)
  • 79 Parmi les étudiants chinois présents en Malaisie, la part de ceux de confession musulmane est margi (...)
  • 80 En 2009, les Chinois constituaient le troisième contingent d’étudiants étrangers inscrits dans les (...)

57Parmi les étudiants étrangers présents en Malaisie, une très grande majorité est de confession musulmane, illustrant les résultats de la stratégie d’extraversion développée par les dirigeants malais à l’endroit particulier de la ummah. Même si la plupart d’entre eux ne sont pas inscrits dans des filières à caractère religieux, l’image de piété véhiculée par la Fédération participe grandement de son attractivité. En effet, ces élites scolaires originaires d’États en voie de développement, souvent dévotes, trouvent dans les établissements supérieurs malaisiens un substitut de choix aux universités occidentales. Leur sélectivité et leurs coûts élevés de scolarité sont largement prohibitifs pour ces étudiants, dont beaucoup sont issus des classes moyennes, au-delà de l’hostilité morale qu’elles suscitent parfois chez eux. C’est dans cette perspective que l’université internationale islamique de Malaisie a été amenée, par exemple, à jouer pour le pays un rôle singulier de vitrine pour le monde musulman. Néanmoins, les Chinois constituent une exception notable dans la distribution totale des effectifs d’étudiants internationaux présents en Malaisie78. Ils sont devenus, en moyenne sur la période des 15 dernières années, la seconde population étudiante étrangère du pays et surtout la première non musulmane79. À la fin de la précédente décennie, ils ont même dépassé le contingent des Indonésiens, qui ont longtemps été les plus nombreux80.

  • 81 En 2010, selon les statistiques officielles chinoises, les Chinois inscrits dans un établissement d (...)

58En 2010, les étudiants chinois étaient 10 214 en Malaisie, soit 11,8 % du nombre total d’étrangers inscrits dans un établissement supérieur de la Fédération (86 923)81. Ce chiffre les classait en seconde position en termes d’effectifs derrière les Iraniens (11 823), mais devant les Indonésiens (9 889). Environ 75 % de ces étudiants chinois poursuivaient des études dans une institution privée (72 % pour l’ensemble des étudiants étrangers), comme de nombreux étudiants sino-malaisiens, surreprésentés dans le secteur académique privé. Cette configuration, qui perdure toujours, constitue un vecteur de liens informels à grande échelle très important dans le temps pour la relation bilatérale entre la Malaisie et la Chine.

Tableau 1 : Évolution du nombre d’étudiants chinois inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur malaisien entre 2002 et 2011

Année

Établissements publics

Établissements privés

Total

2002

118

10 731

10 849

2003

119

10 230

10 349

2004

175

9 075

9 250

2005

282

9 035

9 317

2006

373

6 937

7 310

2007

1 160

5 308

6 468

2008

2 385

7 970

10 355

2009

NR

NR

9 177

2010

NR

NR

10 214

2011

NR

NR

7 394

Source : Ministère de l’éducation supérieur de Malaisie

  • 82 Propos recueillis par The Malaysian Insider, 31 mai 2014.
  • 83 « Attracting China middle class », The Star, 9 octobre 2015.

59Depuis 2009, les statistiques rendues publiques par les autorités malaisiennes sur les étudiants étrangers présents dans la Fédération sont partielles, et notamment s’agissant de la distribution des effectifs par nationalité. En ce qui concerne plus précisément les étudiants chinois, le gouvernement malaisien, comme l’ambassade de Chine en Malaisie, ne communique que des tendances générales. Néanmoins, malgré l’imprécision des chiffres, un élément est avancé de manière officielle et confirmé par les différents acteurs informés sur le sujet. La signature du Malaysia-‑China Mutual Recognition Agreement en avril 2011 a permis de faire croître à nouveau, puis de stabiliser, le nombre d’étudiants chinois présents en Malaisie à environ 10 000, alors qu’il était fluctuant durant la décennie précédente. Cette tendance est intervenue dans un contexte plus général de croissance de la population étudiante étrangère dans la Fédération. En 2014, elle était de 135 502 individus, en augmentation de 16,5 % par rapport à 2013, dont 32 842 dans les universités publiques selon le ministère malaisien de l’Enseignement supérieur. En 2013, en marge d’une déclaration à la presse, le second ministre de l’Éducation, en charge de l’enseignement supérieur, avait indiqué que les étudiants chinois demeuraient le second contingent étranger dans les établissements du pays, derrière les Nigérians. Les conséquences de la disparition du vol MH  370 pouvaient laisser craindre un impact négatif sur le nombre des Chinois étudiant en Malaisie, mais Link Tek Soon, chercheur à l’Institut d’études chinoises de l’université de Malaya, estimait en mai 2014 qu’il ne serait, dans tous les cas, que temporaire et circonscrit aux établissements privés82. Sans communiquer le chiffre précis, le bureau malaisien de l’Éducation à Pékin a d’ailleurs confirmé à l’automne 2015 que le nombre d’étudiants chinois inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur malaisien durant l’année universitaire 2014‑2015 était resté supérieur à 10 000 ; il prévoyait également une hausse probable de leurs effectifs pour l’année suivante83. Cependant, si la tendance en valeur absolue demeure stable, la Malaisie n’a pas profité proportionnellement ces dernières années de l’accroissement du nombre total des étudiants chinois expatriés, qui demeurent très majoritairement attirés par les universités occidentales. Ils ont augmenté de près d’un quart en trois ans, passant d’environ 340 000 en 2011 à 459 800 en 2014 – dont moins de 5 % de boursiers – selon le ministère de l’Éducation de la RPC. L’attractivité de la Malaisie pour les étudiants chinois reste donc à amplifier pour franchir un nouveau cap sur le plan quantitatif. Pour cela, le gouvernement malaisien compte sur l’ouverture à venir des deux campus délocalisés d’établissements chinois sur le territoire de la Fédération. Au‑delà de créer de nouvelles opportunités d’accueil in situ, il espère qu’ils permettront indirectement de conférer un intérêt supplémentaire en termes de destination de migration universitaire pour le pays.

  • 84 Pour aller plus loin sur ces questions et leurs enjeux, voir Sarjit Kaur, Morshidi Sirat et Norzain (...)
  • 85 En 2010, selon le ministère malaisien de l’Enseignement supérieur, ils étaient 2 792.

60L’ouverture du système d’enseignement supérieur malaisien à de nombreux étudiants étrangers est apparue comme une aubaine financière pour remédier partiellement au problème de la contrainte représentée par des moyens budgétaires domestiques non extensibles. Et le pays compte poursuivre dans cette voie puisqu’il s’est fixé l’objectif d’accueillir 200 000 étudiants étrangers à l’horizon de l’année 2020. Toutefois, cette ouverture relève avant tout d’une stratégie politique d’utilisation raisonnée des avantages de la forte libéralisation de l’économie du savoir, s’inscrivant ainsi pleinement dans certains traits de la mondialisation. Elle a pris la forme d’une multitude de dispositifs qui souligne la complexité des agencements socio-éducatifs entre les sphères locales, nationale et globale. En effet, des outils comme les accords interétatiques bilatéraux ou les campus délocalisés de facultés étrangères participent à l’internationalisation de l’éducation supérieure en Malaisie. Mais, ils sont largement complétés par des programmes interuniversitaires (twinning, credit transfers, external degrees, distance learning84) qui permettent à de nombreux étudiants des universités malaisiennes de bénéficier de compétences ou de titres d’établissements partenaires sans nécessairement faire l’objet d’une expatriation. Selon le ministère malaisien de l’Enseignement supérieur, ces éléments sont aussi un moyen de lutter contre la fuite des talents à l’étranger en offrant des opportunités locales très encadrées. Par ailleurs, en plus d’avoir encouragé la multiplication des programmes interuniversitaires de partenariat, l’État a initié l’élaboration de plusieurs outils destinés à favoriser concrètement la mobilité internationale de ses propres étudiants, parmi lesquels un système performant de soutien financier. Il regroupe des dispositifs d’allocations d’études octroyées par une pluralité d’acteurs publics, auxquels s’ajoutent secondairement des bourses étrangères et des parrainages privés. Néanmoins, comme pour d’autres aides, il bénéficie très majoritairement aux Malais. Cette raison explique en grande partie pourquoi le nombre d’étudiants malaisiens présents en Chine reste relativement limité, malgré une hausse significative depuis 201185. Ces derniers, pour la plupart des Sino‑Malaisiens issus des classes moyennes, n’obtiennent que rarement un concours financier, ce qui limite leur potentiel d’expatriation. Quant à ceux qui ont les moyens d’assumer une scolarité coûteuse à l’étranger, ils préfèrent souvent effectuer des études aux États‑Unis ou en Australie. Et jusqu’à présent, le gouvernement n’a pas particulièrement incité les étudiants malais à choisir la Chine comme destination privilégiée pour y suivre un parcours universitaire.

61Dans un autre domaine aux potentiels économiques importants, celui du tourisme, les flux migratoires entre les deux pays sont plus équilibrés, à la faveur de la mise en avant par leurs dirigeants respectifs des liens politiques renforcés.

Le tourisme

62Les bonnes relations bilatérales entre la Malaisie et la Chine ont trouvé une traduction très concrète à travers l’augmentation continue du nombre de touristes malaisiens en Chine, et réciproquement, à l’exception notable de l’année 2014. Cela s’est traduit notamment par la multiplication des ouvertures de liaisons aériennes entre les deux pays et la hausse des rotations existantes. Les professionnels du tourisme en Malaisie constatent d’ailleurs, et soulignent, l’importance acquise récemment par la clientèle chinoise pour le développement du secteur.

« Le nombre de touristes chinois qui viennent en Malaisie a beaucoup augmenté ces dernières années et je pense que c’est le principal changement récent à retenir dans le secteur du tourisme. Les touristes chinois dépensent moins et sont moins visibles que d’autres touristes, comme les Occidentaux et les Arabes, mais ils sont devenus très importants parce qu’ils sont nombreux. Et cette tendance n’est qu’un début. » (Gérant sino-malaisien d’une agence de voyages à Kuala Lumpur, mai 2014).

  • 86 Toutes les statistiques mentionnées dans les paragraphes ci-après proviennent des décomptes annuels (...)

63Depuis le début de la présente décennie, le nombre de touristes chinois visitant la Malaisie a dépassé un million pour s’établir à 1,25 million en 2011 et à 1,56 million en 201286. En 2012, les touristes chinois ont représenté 6,23 % de l’ensemble des touristes ayant voyagé en Malaisie (25,03 millions), soit le troisième contingent de visiteurs par nationalité. Ils sont essentiellement issus des nouvelles classes moyennes urbaines du pays et se concentrent pour beaucoup sur un nombre limité de destinations locales dans le cadre de voyages organisés.

« Les Chinois voyagent beaucoup en groupe avec des packages tout inclus. Leurs séjours sont organisés par des opérateurs qui négocient durement les prix et planifient tout pour eux. C’est pour ça, par exemple, qu’ils aiment bien des lieux comme Batu Ferringhi à Penang. Ici [dans le Terengganu], ils sont nombreux à venir à Redang, mais moins ailleurs. Ils se méfient des musulmans et ils préfèrent rester entre eux […] Par exemple, ils veulent manger chinois et vont donc dans des restaurants tenus par des Chinois locaux. C’est un bon business pour eux. Mais c’est mieux comme ça car les Malais ne sont pas à l’aise avec les Chinois […] même si c’est bon pour le pays qu’ils prennent des vacances ici. » (Gérant malais d’une agence de voyages à Kuala Terengganu, mai 2014).

  • 87 Les Australiens constituent la première population touristique non asiatique à visiter la Malaisie, (...)

64Si les touristes chinois séjournant en Malaisie forment désormais un contingent plus conséquent que n’importe lequel des contingents de visiteurs issus de pays occidentaux87, et ont dépassé le nombre de touristes provenant de la Thaïlande voisine (5,05 % en 2012), cet élément est toutefois à relativiser. En effet, en termes de poids dans le tourisme local, les Chinois restent loin derrière les Indonésiens (9,52 % en 2012) et surtout les Singapouriens. Ces derniers, pour une série de raisons bien connues (proximité, liens familiaux, shopping frontalier, nombre élevé de courts séjours) ont représenté plus de la moitié des visiteurs étrangers en Malaisie en 2012 (51,9 %). De plus, même si le tourisme chinois en Malaisie est dans une forte dynamique de croissance, laissant augurer de meilleures perspectives à moyen terme, le pays ne se situait en 2012 qu’au septième rang (hors Hong Kong et Macau) des destinations des visiteurs chinois en Asie, derrière – par ordre décroissant – la Corée du Sud, la Thaïlande, Taïwan, Singapour, le Japon et le Vietnam. Ainsi, la marge de progression de la Malaisie pour attirer les touristes chinois reste donc conséquente.

6511e destination touristique du monde en 2013 selon l’Organisation mondiale du tourisme avec 25,715 millions de visiteurs – le pays a perdu deux places, notamment au profit de la Thaïlande, par rapport à son meilleur classement au début de la décennie en cours – la Malaisie a bien compris l’importance de l’enjeu économique de la manne touristique pour son développement. À cet égard, elle a beaucoup investi depuis plus de 15 ans dans ce secteur pour en soutenir la croissance et consolider autant que possible sa position à travers toute une série d’initiatives :

  • construction d’infrastructures (aéroport international de KLIA pour accompagner la hausse du trafic aérien, rénovation complète du site de la gare centrale de Kuala Lumpur, etc.) ;

  • campagnes publicitaires internationales adaptées selon les publics (tourisme halal au Moyen-Orient, etc.) ;

  • mise en place de mesures d’attractivité tarifaires (Arab rates dans certains hôtels, dispositifs promotionnels, etc.) ;

  • organisation d’événements sponsorisés à caractère folklorique à l’étranger pour promouvoir la diversité de la culture locale ;

  • encouragement des investissements privés dans l’hôtellerie ;

  • efforts, certes parfois relatifs, pour protéger et mettre en valeur les sites naturels du pays (création de sanctuaires marins, renforcement du statut protégé des parcs nationaux, classement au patrimoine de certaines zones, etc.) ;

  • ou encore, soutien au développement d’une filière éco-touristique, en particulier dans les États de Bornéo (Luquiau, 2011).

66Cette politique se poursuit désormais dans un environnement où l’Asie du Sud‑Est est la région du monde qui connaît la plus forte croissance du tourisme, accentuant d’autant plus la concurrence entre les États pour profiter de ses retombées multiples (apport de devises, déploiement des services, effets sur l’emploi). Le dynamisme touristique actuel du Sud-Est asiatique s’explique notamment par la hausse continue et soutenue du nombre de touristes chinois, à la faveur de l’élévation du pouvoir d’achat des classes moyennes du pays.

  • 88 Singapour, le Vietnam et la Thaïlande ont également connu une légère baisse de fréquentation des to (...)

67Dans ce contexte, la disparition du vol MH 370 et dans une moindre mesure celle du vol MH 17 ont occasionné par effet d’accumulation un impact négatif en termes d’image pour la Malaisie, notamment auprès du public chinois, qui s’est traduit par un repli de la fréquentation touristique du pays en 2014. Et le kidnapping très médiatisé d’un ressortissant chinois à Bornéo n’a fait que renforcer cette tendance. Dans une déclaration publique, le ministre malaisien du Tourisme et de la Culture, Nazri Aziz, a ainsi estimé que cette série d’événements avait directement induit pour le pays « la perte » de 540 000 touristes chinois en 2014. Néanmoins, ce chiffre a été avancé par rapport aux prévisions de croissance très optimistes qui avaient été établies avant les deux tragédies aériennes. Selon l’agence fédérale en charge de la promotion du tourisme (Tourism Malaysia), le nombre de touristes chinois qui ont séjourné en Malaisie en 2014 s’est établi à 1,6 million, retrouvant un niveau comparable à celui de 2012, soit au final une baisse d’environ 100 000 visiteurs par rapport à 2013 (1,7 million)88.

  • 89 Il est à noter que si l’on décompte à part ceux de Macau et de Hong Kong, le nombre de touristes ch (...)

68Toutefois, pour remédier à cette situation, le gouvernement malaisien a pris des mesures à la hauteur du poids que représente désormais l’incidence économique du tourisme chinois pour la Fédération. Plus généralement, le Premier ministre a annoncé lors de la présentation publique du budget 2015 des dispositions afin de soutenir le redémarrage du secteur touristique national avec le double objectif – ambitieux au regard des dommages durables affectant l’image internationale du pays – d’attirer 29,4 millions de visiteurs étrangers dans l’année, pour un total de dépenses directes et indirectes évalué à 89 milliards de MYR. Néanmoins, dans les faits, la plupart des décisions arrêtées ont été clairement motivées par la volonté d’inverser la tendance à la baisse des touristes chinois en Malaisie89, qui constituent le principal potentiel de croissance de l’industrie touristique locale à court et moyen termes.

69Tout d’abord, le gouvernement a décidé de lancer un grand programme de manifestations culturelles et d’événements de promotions du pays sous la bannière de Tourism Malaysia. Ce programme dénommé Malaysia Year of Festivals 2015 (MyFest 2015) avait une visée globale, mais il était destiné singulièrement à redorer le blason de la Malaisie auprès des touristes potentiels en Chine, où il fait l’objet d’une importante campagne de communication. Le Premier ministre malaisien a également indiqué qu’à titre exceptionnel les visas touristiques d’entrée en Malaisie pour les citoyens de certains pays, dont ceux de la RPC, seraient gratuits pendant la période du Nouvel an chinois 2015. De plus, le ministre malaisien de la Culture et du Tourisme a confirmé l’entrée en vigueur d’une baisse du tarif des visas touristiques appliqué aux touristes chinois, jusqu’alors nettement plus élevé à cause des frais intermédiaires (229 MYR) que celui imposée par la Chine aux ressortissants malaisiens (85 MYR). Enfin, Ng Yen Yen, l’ancienne ministre sino-malaisienne du Tourisme, membre de la MCA, directrice de Tourism Malaysia, a annoncé de son côté une mesure phare, de grande portée symbolique sur le plan politique, soit la facilité qui allait être accordée aux touristes chinois de pouvoir obtenir un visa touristique d’entrée en Malaisie directement au passage de la frontière avec Singapour, donc sans qu’ils aient été contraints d’en faire préalablement la demande auprès des services consulaires malaisiens en Chine. L’objectif clairement affiché de cette mesure est de capter une partie des touristes chinois qui viennent en nombre à Singapour, en leur offrant la possibilité d’associer aisément à leur visite de la ville-État un séjour en Malaisie. L’attractivité du hub aéroportuaire de Singapour amène logiquement quantité de touristes, notamment occidentaux, à organiser leur séjour en Asie du Sud‑Est entre les deux pays – plusieurs guides de voyage célèbres leur sont d’ailleurs consacrés conjointement – modalité de voyage que les autorités malaisiennes espèrent ainsi étendre aux touristes venus de Chine, dont beaucoup sont désormais réfractaires à voyager avec une compagnie aérienne malaisienne.

70Au premier trimestre 2015, la Malaisie a connu une chute de 8,6 % de sa fréquentation touristique par rapport à la même période en 2014, avant un rebond durant le second semestre de l’année. Ce chiffre global, rendu public par Tourism Malaysia, montrait toutefois une situation contrastée. Si le nombre de touristes chinois, mais aussi singapouriens, australiens ou encore japonais, a continué de décroître dans le prolongement de la situation des mois précédents, en revanche, le pays a observé une hausse significative de la fréquentation des touristes en provenance d’autres États, comme la Corée du Sud, par exemple (plus 11, 2 % sur le premier trimestre 2015). Par ailleurs, favorisée par la baisse du ringgit, la Fédération a enregistré une augmentation des dépenses directes et du nombre moyen de nuitées par visiteur en 2015, compensant en partie, en termes de recettes touristiques cumulées, la baisse du nombre de voyageurs. Pour regagner plus particulièrement la confiance des touristes chinois (moins 27 % pour les quatre premiers mois de 2015 par rapport à la même période en 2014), le gouvernement malaisien a mis en place une suppression temporaire des visas pour les personnes voyageant en groupe. Avec cette nouvelle mesure, prévue pour être effective entre octobre 2015 et mars 2016, son objectif était d’atteindre le plus rapidement possible la barre symbolique des 2 millions de touristes chinois afin de retrouver le chemin d’une dynamique de croissance soutenue à moyen terme. La mesure a été proposée et défendue par Wee Choo Keong, nommé à la direction de Tourism Malaysia en juin 2015. Ancien parlementaire de l’opposition, il est devenu indépendant en 2010, tout en se rapprochant de la majorité. Spécialiste des questions de tourisme – il a été l’élu du quartier commerçant de Bukit Bintang au centre de Kuala Lumpur, très fréquenté par les touristes – et connu pour ses positions très tranchées en faveur du développement du tourisme de masse, il est un militant de la gratuité des visas touristiques pour les Chinois, dont il ne cesse de vanter l’intérêt en termes de retombées économiques. Sa nomination à la direction de Tourism Malaysia, en plus d’être symbolique sur le plan politique au regard de son parcours, a donc été un signal important, affichant clairement les priorités du gouvernement en matière de développement de l’industrie touristique. Cependant, pour ne pas dépendre démesurément à l’avenir de la manne touristique représentée par les Chinois, les autorités en charge du tourisme domestique ont organisé en parallèle – plus discrètement, mais avec des premiers résultats encourageants – une opération de promotion ciblée de la Fédération pour attirer davantage les touristes indiens, qui représentent un immense marché potentiel. Elles ont aussi renforcé les campagnes de communication et de publicité dans les pays occidentaux, poursuivant ainsi une stratégie globale dont la Chine n’est qu’un acteur, certes devenu important, parmi d’autres.

  • 90 Sur le plan statistique, les autorités chinoises et l’Organisation mondiale du tourisme les disting (...)

71Il est également à noter que contrairement à ce qui est observable pour la Malaisie, où le tourisme chinois relève d’une tendance plutôt homogène, tant en termes de populations – essentiellement issues des classes moyennes urbaines – que de la nature des visites (sites, motifs, etc.), le tourisme malaisien en Chine est davantage hétérogène dans sa structuration. Il se répartit en trois dimensions plus ou moins distinctes : un tourisme de découverte (grands centres urbains, sites patrimoniaux et plus secondairement naturels), un tourisme d’agrément concentré sur deux destinations très particulières que sont Hong Kong et Macau90 et un tourisme culturel concernant les musulmans.

72Comme les flux touristiques, les liens culturels, le facteur religieux ou les mobilités étudiantes sont autant de vecteurs qui nourrissent le rapprochement entre la Malaisie et la Chine. Ils s’inscrivent dans le cadre des rapports bilatéraux établis à l’échelle intergouvernementale, sur les plans diplomatique et stratégique, mais ils contribuent également à le renforcer en démultipliant les dimensions dans lesquelles se développe la « précieuse relation » entre les deux pays. Ils lui fournissent des traductions concrètes, impliquant une multitude d’acteurs, qui sont autant de sources d’interactions et de coopérations réciproques entre les partenaires, renforçant leurs intérêts communs. Dans cette perspective, ils concourent également au développement de nouvelles opportunités d’échanges, qui viennent compléter l’intégration – l’interdépendance – économique croissante qui constitue en termes d’effets la conséquence la plus remarquable du resserrement politique entre les deux États.

Notes

54 Cette section est très directement tirée de Lafaye de Micheaux (2014).

55 Population de la Malaya britannique au recensement de 1947, comprenant donc Singapour (port chinois à 75 % en 1931) ; Tai (2013 : 48).

56 Nous avons démontré ailleurs que politiquement c’est l’UMNO qui bénéficie le plus de cette « précieuse » relation ; Lafaye de Micheaux (2014).

57 Entretien d’Elsa Lafaye de Micheaux avec le professeur Danny Wong Tze Ken, Université de Malaya, Pemtaling Jaya, 6 septembre 2013.

58 Cette origine est cruciale dans la culture chinoise où on va se faire enterrer dans le village d’origine, même des centaines d’années après la migration (à l’intérieur de la Chine).

59 Entretien d’Elsa Lafaye de Micheaux avec le professeur Danny Wong Tze Ken, Université de Malaya, Pemtaling Jaya, 6 septembre 2013.

60 Entretien d’Elsa Lafaye de Micheaux avec le professeur Danny Wong Tze Ken, Université de Malaya, Pemtaling Jaya, 6 septembre 2013.

61 Entretiens d’Elsa Lafaye de Micheaux à Kuala Lumpur avec Keo Kok, représentant de l’ACCCIM, le 4 septembre 2013 et avec M. Vassu du Département des investissements industriels, MIDA, le 5 septembre 2013.

62 La question des liens entre pouvoir et économie a été longuement étudiée au moment de l’accélération de la croissance économique malaisienne dans le contexte des privatisations entre 1986 et la crise de 1997. Sur ce sujet, voir Jomo et Gomez, 1999. Pour une présentation synthétique en français, voir Lafaye de Micheaux (2012, chapitre 5).

63 Source : Teoh Kok Lin, président adjoint des recherches économiques et fiscales de l’ACCCIM ; à ce titre, il entretient aussi des liens très étroits avec le gouvernement. Par ailleurs, il est directeur de la société de conseil en placements financiers Singular Asset Management. L’entretien a été réalisé au siège de l’entreprise à Kuala Lumpur, le 4 septembre 2013.

64 Le cas du clan Kuok de Penang est, par exemple, représentatif de cette configuration ; Ma (2002).

65 Conformément aux dispositions appliquées dans la plupart des pays où la législation du mariage est fondée sur les règles coraniques, un homme non musulman désireux d’épouser une fidèle est obligé de se convertir à l’islam. Même si la réciproque est souvent encouragée, elle n’obéit pas en théorie à une prescription impérative. Pour favoriser la hausse du nombre de croyants et garantir l’octroi automatique de la religion musulmane aux enfants issus des mariages mixtes, le droit islamique malaisien a cependant étendu aux femmes la norme contraignant à la conversion lors des unions célébrées selon les recommandations de la syariah.

66 Le nombre des musulmans chinois malaisiens était évalué de manière raisonnable par les dirigeants de la MACMA, mais également par d’autres organisations locales, à environ 200 000 personnes en 2004, soit plus de trois fois le chiffre indiqué par le recensement national de 2000. Cette estimation était avancée à partir des résultats d’un décompte officieux effectué par les autorités islamiques fédérales. Ce dernier, qui utilisait des critères de répartition différents de ceux de la statistique publique, n’a ensuite plus été conduit, privant l’association de nouvelles projections relativement fiables.

67 Pour en savoir plus sur les musulmans en Chine, voir notamment Allès (2000).

68 (http://www.perkim.net.my/).

69 Quelques cas de retours contraints de réfugiés ouïghours avaient cependant déjà eu lieu, faisant de cette question une problématique régionale. Le Cambodge avait ainsi pris une décision similaire en 2009, créant alors une vive polémique ; idem en 2015 en Thaïlande.

70 « Beijing-KL tourism pact inked », The Star, 14 août 2011, (http://www.thestar.com.my/news/nation/2011/08/14/beijingkl-tourism-pact-inked/).

71 Engagement financier important, réforme des university colleges, réforme du schéma général des universités publiques, renforcement des écoles supérieures de formation technique et professionnelle (politeknik), création en 2004 de filières courtes d’apprentissage de niveau supérieur pour les élèves sortis du secondaire sans diplôme (kolej komuniti), développement de dispositifs socio-éducatifs pour les étudiants, hausse et sophistication de l’offre de formation.

72 Ces divers programmes proposés par les universités malaisiennes sont une source d’attractivité qui s’est renforcée au fil des années. Beaucoup d’étudiants utilisent l’opportunité de pouvoir obtenir sans expatriation un bachelor degree d’une université occidentale, ou pleinement reconnu comme une équivalence, afin de le faire valoir ensuite pour effectuer un troisième cycle dans le pays de cette institution. Cette stratégie de contournement est bien connue des établissements occidentaux concernés, qui l’envisagent parfois à leur avantage sous la forme d’un processus de sélection pour recruter dans leurs cursus sélectifs des profils motivés et prometteurs issus de nations en voie de développement.

73 20 universités publiques, 26 universités privées, 23 ollèges universitaires, un institut de formation des enseignants, la National Academy of Arts, Culture and Heritage. Dans cette liste, on peut noter la présence de la Limkokwing University of Creative Technology, université privé qui possède une branche en Chine, et le campus délocalisé en Malaisie de l’University of Nottingham. 

74 Il a été évincé du gouvernement en juillet 2015 et remplacé par Ahmad Zahid Hamidi au poste de vice-Premier ministre.

75 Le SUPP a été créé en 1959 par des militants de gauche sino-malaisiens du Sarawak. Proches du mouvement communiste, beaucoup de ses membres ont été arrêtés pendant sa première décennie d’existence. Opposé à l’intégration du Sarawak à la fédération de Malaisie en 1963, le parti a néanmoins rejoint la coalition gouvernementale en 1970, à la suite des incidents interethniques de 1969, abandonnant alors ses références au marxisme. Principale composante de la majorité représentant l’électorat sino-malaisien du Sarawak, le SUPP est confronté à un net déclin de son audience depuis le début de la présente décennie. Il n’est parvenu à conserver que deux sièges à l’assemblée législative du Sarawak à l’issue des dernières élections locales de l’État (2011) et un seul siège à la chambre basse du parlement fédéral (Dewan Rakyat) lors des élections générales de 2013. Malgré ces revers historiques, le parti dispose toujours d’un poste ministériel au gouvernement.

76 Bio-ingénierie électrique et ingénierie chimique, médecine, information et communication, business et économie, langues et littérature chinoises.

77 Source : China Scholarship Council.

78 En 2010, sur les dix premiers contingents d’étudiants étrangers en termes d’effectifs inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur malaisiens, seuls les Chinois et les Botswanais n’étaient pas originaires d’un pays à majorité musulmane ; source : ministère malaisien de l’Enseignement supérieur.

79 Parmi les étudiants chinois présents en Malaisie, la part de ceux de confession musulmane est marginale. Les chiffres plus récents ne sont pas connus, mais, à titre d’exemple, ils n’étaient que 62 en 2002 et 94 en 2004 à être inscrits à l’université internationale islamique de Malaisie.

80 En 2009, les Chinois constituaient le troisième contingent d’étudiants étrangers inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur publics malaisiens et le second dans leurs équivalents privés ; source : ministère malaisien de l’Enseignement supérieur.

81 En 2010, selon les statistiques officielles chinoises, les Chinois inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur malaisien représentaient environ 6 % de l’ensemble des étudiants chinois expatriés.

82 Propos recueillis par The Malaysian Insider, 31 mai 2014.

83 « Attracting China middle class », The Star, 9 octobre 2015.

84 Pour aller plus loin sur ces questions et leurs enjeux, voir Sarjit Kaur, Morshidi Sirat et Norzaini Azman (2008).

85 En 2010, selon le ministère malaisien de l’Enseignement supérieur, ils étaient 2 792.

86 Toutes les statistiques mentionnées dans les paragraphes ci-après proviennent des décomptes annuels publiés par l’Organisation mondiale du tourisme. Fondées pour beaucoup sur la déclaration des motifs de leur visite que font les voyageurs lors des passages aux frontières, ou le cas échéant lors de leur demande de visa, il est donc à noter que ces statistiques comportent une part difficile à évaluer de personnes dont le but du voyage n’est pas, au moins pour partie, à proprement parler « touristique » (immigration illégale, visites de concubins ou de conjoints, séjours à caractère économique de businessmen souhaitant demeurer discrets, chercheurs sans visa dédié, etc.).

87 Les Australiens constituent la première population touristique non asiatique à visiter la Malaisie, représentant, par exemple, 4,03 % de l’ensemble des touristes étrangers ayant séjourné dans le pays en 2012 (8e position).

88 Singapour, le Vietnam et la Thaïlande ont également connu une légère baisse de fréquentation des touristes chinois en 2014.

89 Il est à noter que si l’on décompte à part ceux de Macau et de Hong Kong, le nombre de touristes chinois visitant la Malaisie avait dans les faits commencé à baisser légèrement en 2013 par rapport à 2012.

90 Sur le plan statistique, les autorités chinoises et l’Organisation mondiale du tourisme les distinguent d’ailleurs du reste de la République populaire de Chine, comptabilisant donc spécifiquement leur nombre de visiteurs, y compris les non-résidents de nationalité chinoise. Cela explique pourquoi Hong Kong et Macau apparaissent dans les relevés statistiques officiels comme les deux principales destinations d’accueil des touristes originaires de la RPC.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search