Version classiqueVersion mobile

Malaisie - Chine : une « précieuse » relation

 | 
David Delfolie
, 
Nathalie Fau
, 
Elsa Lafaye de Micheaux

Première partie. Une relation diplomatique et stratégique accommodante

Construction historique de la relation bilatérale

Texte intégral

1La rupture des relations bilatérales établies entre la Chine et la Malaisie de 1949 à 1974, suite à la prise de pouvoir des communistes chinois, est une parenthèse relativement courte à l’échelle de l’histoire longue. En termes de temps, elle ne représente qu’un moment transitoire de distanciation marquée entre les deux entités sur plus de mille cinq cents ans d’échanges socioculturels, commerciaux et humains, au-delà des interactions d’ordre politique, d’importance variable en fonction des époques, qui existaient entre les empires chinois et les royaumes malais. Néanmoins, même si cette période fut brève, elle en a profondément changé la nature. Inscrites dans le cadre historique des conséquences des grands bouleversements de la seconde moitié du xxe siècle (guerre froide, décolonisation, etc.), les relations intergouvernementales entre la Malaisie et la Chine relèvent désormais de rapports négociés, selon « le jeu du droit et de la puissance » (Lefebvre, 2000), entre deux États souverains.

La guerre froide

Le temps de la défiance (1949‑1974)

  • 3 La nomination officielle d’un ambassadeur britannique à Pékin est intervenue en mars 1972.

2Durant la période coloniale, la Chine avait noué des relations diplomatiques et consulaires permanentes avec les territoires administrés par les Britanniques en Asie du Sud‑Est, faisant évoluer la pratique ancienne de l’envoi d’émissaires impériaux. Cette décision fut prise pour établir un lien fonctionnel et un relais de communication entre le gouvernement chinois et ses citoyens émigrés en nombre pour travailler dans la Malaya britannique (British Malaya). Il s’agissait également pour la Chine de protéger les intérêts économiques de sa diaspora, ainsi que de s’assurer de la loyauté de ses sujets les plus fortunés en maintenant une proximité politique formelle avec eux. Ainsi, des consulats chinois furent ouverts à Singapour en 1877, à Penang en 1890 et à Kuala Lumpur en 1933 (avec une compétence pour l’ensemble des États malais fédérés, ou Federated Malay States). Cependant, la victoire des communistes en Chine en 1949 et la proclamation officielle de la République populaire le 1er octobre interrompirent brutalement les relations diplomatiques, mais aussi l’essentiel des échanges commerciaux directs, avec les colonies asiatiques du Royaume-Uni. Ce dernier avait pourtant reconnu la légitimité de la RPC dès 1950, avant de nommer un chargé d’affaires à Pékin en 19543.

  • 4 Les Philippines souhaitaient annexer l’État du Sabah, la Thaïlande songeait à repousser ses limites (...)

3Devenue indépendante le 31 août 1957, la fédération de Malaya est demeurée hostile au régime de Mao qu’elle n’a pas reconnu officiellement, et inversement. L’élargissement de la Malaya en 1963, qui devient alors la fédération de Malaisie, a ensuite confirmé ce statu quo. Sur le plan intérieur, le nouveau gouvernement malaisien a poursuivi la lutte engagée par les Britanniques contre la guérilla communiste commencée en 1948 qui menaçait la stabilité du pays, en particulier ses intérêts économiques, et alimentait les tensions intercommunautaires. La Chine apportant son aide et son soutien aux membres clandestins du parti communiste local interdit depuis 1948, qui étaient comme les sympathisants du mouvement en grande majorité des Sino‑Malaisiens, elle suscita un profond rejet de la part des dirigeants malaisiens. L’alliance au pouvoir réunissait des nationalistes malais modérés, ainsi que des figures des bourgeoisies chinoise et indienne, tous résolument anticommunistes. Sur le plan extérieur, dans un contexte de défiance régionale qui contribuait à reléguer la Malaisie au statut de base avancée de « l’impérialisme occidental » dans le Sud‑Est asiatique4, le gouvernement fut contraint de chercher des alliés plus lointains et en dehors du bloc communiste. Ne pouvant prétendre à une forme de neutralité sur la scène internationale en raison de son relatif alignement sur la diplomatie britannique, il concentra donc ses efforts de coopération en direction des pays du Commonwealth et du monde musulman. L’argument du facteur islamique lui permettait d’occulter en partie la dimension anticommuniste de ses positions. Le défi pour la Fédération était alors de s’accorder le soutien d’anciens États colonisés pour assurer la légitimité de son existence hors du camp occidental, tout en restant néanmoins de manière non ostensiblement revendiquée dans son sillage (Saravanamutu, 1983).

4Deux éléments ont particulièrement contribué à affirmer l’hostilité de la Malaisie à l’endroit du monde communiste, et plus directement envers la Chine, avant 1974. Tout d’abord, le pays a officiellement établi des relations diplomatiques avec Taïwan en 1960, qui a ouvert un consulat à Kuala Lumpur en 1964, reconnaissant son existence et sa légitimité. Par ailleurs, comme le montre de manière éclairante François Joyaux dans un article rédigé en 1965, la Fédération fut à l’origine de la première initiative de coopération interétatique du Sud-Est asiatique, ce qui est souvent éludé dans l’historiographie de la région. En janvier 1959, Tunku Abdul Rahman, le Premier ministre malaisien, a proposé la signature d’un ambitieux « traité économique et d’amitié entre les pays d’Asie Sud‑est » (SEAFET), avec l’idée sous-jacente d’en faire une alliance diplomatique et un instrument de développement pour contrecarrer la progression des idées communistes dans la zone (Joyaux, 1965). Toutefois, pour des raisons liées au contexte géopolitique de l’époque, le projet ne se concrétisa qu’en 1961 sous la forme d’une timide association intergouvernementale (Association of South East Asia ou ASA) réduite à trois États non communistes (Thaïlande, Philippines, Malaisie). Dès 1962, la rupture des relations consulaires – rétablies en 1964 – entre Kuala Lumpur et Manille a largement contribué à vider de sa substance l’association, qui fut cependant remplacée en 1967 par l’Asean, à laquelle elle a servi de base et de référence pour sa création. À l’époque, l’investissement développé par la Fédération pour promouvoir la coopération régionale était notamment guidé par la volonté de ses dirigeants de rechercher dans une forme de légitimité extérieure un moyen supplémentaire de consolider la construction étatique « fragile » du pays.

« De l’hostilité à la cordialité » (1974‑1990)

  • 5 Pour un retour détaillé sur cet événement (contexte, préparation, processus, etc.), voir Abdul Raza (...)

5En 1974, deux ans après la visite historique de Richard Nixon à Pékin et le parachèvement de la normalisation des relations diplomatiques entre le Chine et le Royaume‑Uni, la nature des rapports bilatéraux sino‑malaisiens a connu un tournant. Outre un contexte international plus propice, cette situation a notamment été favorisée sur le plan domestique par la volonté de la Malaisie de ne plus dépendre de pays tiers, en particulier de Singapour, pour commercer directement avec la RPC. Cette dernière était, par exemple, devenue le premier importateur asiatique de caoutchouc en provenance de la Fédération, ce qui justifiait, compte tenu alors de l’importance de cette ressource pour les deux États, de trouver les moyens politiques de nouer des échanges commerciaux sans intermédiaire (Baginda, 2015). Un premier geste est venu en 1971 avec le soutien de la Malaisie à l’entrée de la RPC à l’ONU. Puis, plusieurs rencontres informelles entre des représentants des gouvernements chinois et malaisiens ont ponctuellement eu lieu à partir de 1972 pour préparer la normalisation de leurs liens bilatéraux. Elle fut officialisée à l’occasion de la visite en République populaire du Premier ministre Abdul Razak du 28 mai au 2 juin 1974, marquant ainsi la fin d’une période de vingt-cinq ans de défiance réciproque. Négocié secrètement pendant plusieurs mois, ce déplacement a fait l’objet d’un accord de reconnaissance mutuelle entre les deux pays, annoncé publiquement le 31 mai 1974 par Abdul Razak et son homologue chinois Zhou Enlai5. Sa première conséquence concrète a été l’établissement de relations diplomatiques et consulaires entre les deux États au sens des conventions de Vienne de 1961 et 1963, symbolisé par l’ouverture d’une ambassade dans leur capitale respective.

  • 6 (http://my.chineseembassy.org/eng/zt/BilateralDocuments/t317712.htm).

« Le Premier ministre Zhou Enlai, le vice‑Premier ministre Li Hsien-nien et le Premier ministre Tun Abdul Razak ont eu de larges discussions sur divers sujets bilatéraux, régionaux et internationaux. Ces discussions se sont déroulées dans une atmosphère franche et amicale. Les deux Premiers ministres sont tombés d’accord sur le constat que l’Asie fait l’objet de changements profonds favorables aux peuples de tous les pays. Il est conforme à l’intérêt des peuples de Chine et de Malaisie que les relations se normalisent entre les deux pays. À cette fin, les deux Premiers ministres ont décidé d’annoncer la normalisation des relations entre les deux pays en publiant un communiqué conjoint. » (Extrait du communiqué conjoint du 31 mai 1974 entre Zhou Enlai et Abdul Razak6).

6Pour les Malaisiens, le point le plus important à régler pour envisager une reconnaissance du gouvernement de la République populaire était d’obtenir l’assurance qu’il s’abstiendrait de toute ingérence dans les affaires intérieures du pays à travers un soutien à la communauté sino-malaisienne, et notamment aux sympathisants communistes. Cela passait, en particulier, par le refus du principe de la double nationalité pour acter la distinction entre appartenance socio-culturelle et citoyenneté. Pour les Chinois, deux éléments étaient indispensables pour normaliser leurs relations avec la Malaisie. D’une part, ils attendaient du gouvernement malaisien qu’il se prononce explicitement sur la légitimité politique du régime communiste de Pékin et le droit de chacun des deux peuples à choisir son système politique. D’autre part, ils exigeaient qu’il accepte la légalité et le bien-fondé de la revendication de la souveraineté de la RPC sur le territoire de Taïwan. L’ensemble de ces questions, résolues dans le compromis établi entre les deux parties, a fait l’objet de mentions dans leur communiqué conjoint du 31 mai 1974.

  • 7 Ibid.

« …Malgré la différence entre les systèmes sociaux de la République populaire de Chine et de la Malaisie, ceci ne doit pas constituer un obstacle pour les deux gouvernements et leur peuple à l’établissement et au développement de relations pacifiques et amicales entre les deux pays […] Le gouvernement de la Malaisie reconnaît le gouvernement de la République populaire de Chine comme le seul légal de la Chine et accepte la position du gouvernement chinois sur le fait que Taïwan est une partie inaliénable du territoire de la République populaire de Chine […] Le gouvernement de la République populaire de Chine et le gouvernement de la Malaisie déclarent qu’ils ne reconnaissent pas la double nationalité. En vertu de ce principe, le gouvernement chinois considère que toute personne d’origine chinoise qui a pris de sa propre initiative la nationalité malaisienne, ou à qui elle a été octroyée, renonce automatiquement à la nationalité chinoise. Pour les résidents qui choisissent de conserver leur nationalité chinoise, le gouvernement chinois, agissant de manière cohérente, les enjoindra à se soumettre aux lois du gouvernement malaisien, à respecter les coutumes et les habitudes des peuples du pays et à vivre en bonne entente avec eux7. »

  • 8 La mission de ce bureau de représentation, qui gère notamment les formalités consulaires entre les (...)

7L’accord du 31 mai 1974 a représenté une étape décisive dans l’évolution des relations bilatérales entre la Malaisie et la Chine en levant les principaux obstacles à leur reconnaissance mutuelle. Cependant, il a davantage été un préalable à l’établissement d’une entente cordiale entre les deux gouvernements qu’une base leur permettant de concrétiser un éventuel souhait commun de coopération renforcée à court terme. À cet égard, Abdul Razak a commenté sa visite officielle en Chine en la décrivant comme « un séjour de bonne volonté et amical pour planter les graines d’une compréhension mutuelle », soulignant que le processus de rapprochement amorcé n’en était qu’à ses prémices. Comme le souligne Razak Baginda, cet événement a ouvert une longue période pendant laquelle les perceptions de la Chine par la Malaisie sont passées de « l’hostilité à la cordialité » (Baginda, 2002). Les divergences de positions sur une variété de sujets ne manquant pas entre les deux gouvernements, leurs rapports sont demeurés empreints d’ambivalences et de méfiance. L’accord du 31 mai 1974 a, par exemple, eu comme effet la suspension immédiate des relations officielles entre la Malaisie et Taïwan, mais leurs représentations consulaires respectives, bien que fermées au regard du droit international, ont été maintenues sous une autre forme, marquant leur volonté de conserver des liens politiques et économiques étroits. Le consulat taïwanais de Kuala Lumpur a ainsi été remplacé par le Taipei Economic and Cultural Office in Malaysia8 et une antenne locale du Taïwan Trade Center, tandis que le consulat malaisien de Taipei a été rebaptisé Malaysian Friendship and Trade Center.

  • 9 Sur les premiers changements imprimés par Mahathir Mohamad à la politique étrangère de la Fédératio (...)

8Même si la Malaisie fut le premier État non communiste d’Asie du Sud-Est à établir des relations diplomatiques officielles avec la Chine, plusieurs facteurs ont concouru à limiter de facto leur rapprochement jusqu’au début des années 1990. Sur le plan géopolitique, l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Mahathir Mohamad en 1981, plus distancié et critique à l’endroit des pays occidentaux que ses prédécesseurs, a permis un resserrement continu des liens entre la Malaisie et ses partenaires régionaux, y compris communistes, passant par une volonté de coopération accrue avec eux9. Ceci a d’ailleurs trouvé une traduction concrète au travers de son activisme, parfois polémique, dans les enceintes de l’Asean et de l’APEC. Malgré tout, la Fédération est demeurée fortement tournée vers d’autres zones géographiques, allant chercher de préférence en dehors du continent asiatique les ressorts de son rayonnement et de sa croissance. Elle a notamment beaucoup investi dans la poursuite de sa stratégie d’extraversion à l’égard du monde musulman, rentable en termes d’influence et de subsides commerciaux, en renforçant en interne la politique d’institutionnalisation de l’islam. Par ailleurs, les différends territoriaux en mer de Chine méridionale et la méfiance inspirée par le régime communiste de la RPC demeuraient pour les dirigeants malaisiens des obstacles importants à l’établissement d’un dialogue privilégié avec Pékin. Sur le plan économique, mais également humain, la relative fermeture de la Chine n’a pas contribué à développer des échanges commerciaux importants entre les deux États. Ainsi, durant les années 1980, contrairement au Japon et à la Corée du Sud vers qui était tournée l’emblématique Look East Policy de Mahathir Mohamad, la République populaire ne représentait pas une source d’opportunités suffisamment attractives pour la Malaisie.

L’établissement progressif de la « précieuse » relation

Le temps du rapprochement (1990‑2008)

9Au tournant des années 1990, la fin de la guerre froide et la reddition officielle des derniers insurgés de la guérilla communiste en Malaisie, qui était devenue pratiquement inactive depuis une décennie, ont fait évoluer durablement l’appréhension du rapport à la Chine. Cette modification du contexte géopolitique a eu comme effet de lever la menace potentielle d’un soutien de la RPC à l’expansion des idées marxistes dans la Fédération, de manière clandestine ou à travers des canaux plus officiels, qui constituait pour de nombreux responsables du pays un obstacle majeur à un rapprochement significatif avec Pékin. Puis, en 1992, l’ouverture économique de la Chine, symbolisée par le lancement de la politique de socialisme de marché de Deng Xiaoping, a permis l’émergence d’opportunités commerciales mutuelles, vecteurs de liens divers. Dès lors, elle est devenue progressivement pour la Malaisie un nouvel acteur incontournable. L’ouverture vers l’extérieur de la République populaire a également ouvert la voie à l’établissement d’un début de coopération stratégique régionale entre les deux États. Ces changements se sont traduits par une évolution rapide des positions et des discours des dirigeants malaisiens à l’endroit du partenariat avec le gouvernement chinois. De ce point de vue, le discours prononcé par Mahathir Mohamad lors d’une grande conférence sur le commerce international et l’investissement organisée en 1995 à Kuala Lumpur est significatif à plus d’un titre ; non seulement le Premier ministre malaisien a consacré exclusivement son intervention aux relations entre la Malaisie et la Chine, mais il a tenu à cette occasion des propos très clairs sur le changement de perception de cette dernière :

  • 10 « Malaysia and China in the 21st century: prosperity through cooperation », International Trade and (...)

« … Les temps ont beaucoup changé. Et la Malaisie est l’un des pays reconnaissant ces changements. Nous ne regardons plus la Chine comme une menace. Nous ne croyons plus à ce type de querelles. Nous ne pouvons pas laisser le passé déterminer pour toujours notre futur […] Nous préférons voir la Chine comme une amie et un partenaire dans la recherche de la paix et de la prospérité pour nous-mêmes, ainsi que pour la région […] Au niveau bilatéral, beaucoup peut-être fait et doit être fait […] Il est toujours nécessaire de conserver de la sobriété, de garder de la mesure, d’être mature. Mais dans le même temps, je lance un appel aux Malaisiens pour qu’ils saisissent pleinement les avantages de l’excellente relation établie entre la Malaisie et la Chine10. »

  • 11 En 1995, Mahathir Mohamad et un député nationaliste japonais (Shintaro Ishihara) ont publié un ouvr (...)

10L’évolution des positions du gouvernement malaisien à l’égard de la Chine est intervenue plus généralement dans un contexte de relative convergence idéologique des pays émergents quant à l’affirmation de certaines revendications politiques sur la scène internationale. Elles étaient liées à la période incertaine de recompositions géopolitiques et d’émergence d’une forme de multilatéralisme consécutive à la fin de la guerre froide. C’est, par exemple, à cette époque de reconversion du fonctionnement bipolaire de la diplomatie mondiale que Mahathir Mohamad s’est engagé dans la promotion du concept controversé de « valeurs asiatiques »11 trouvant un écho bienveillant auprès des dirigeants de la République populaire. Le rapprochement avec la Chine entamé par Mahathir Mohamad s’est ensuite accéléré entre 2003 et 2009, se commuant en partenariat privilégié sous l’autorité du Premier ministre Abdullah Badawi. Ce dernier, par ailleurs artisan du règlement des contentieux avec Singapour et d’une meilleure coopération avec la cité-État, avait alors nommé le milliardaire sino-malaisien Vincent Tan, une figure de l’oligarchie politico-économique du pays, comme conseiller spécial pour la Chine, marquant ainsi sa volonté de consolider au plus haut niveau l’entente entre les deux États.

Le renforcement du partenariat privilégié (2009‑2015)

11L’accès au pouvoir du Premier ministre Najib Razak a ouvert une nouvelle période dans les relations entre la Malaisie et la Chine, marquée par un renforcement très net du partenariat privilégié établi entre les deux États. Le chef actuel du gouvernement malaisien est entré en fonction le 3 avril 2009 en remplacement d’Abdullah Badawi, fragilisé par la mauvaise performance de la coalition dirigeante du Front National (BN) aux élections générales de 2008. Auparavant vice‑Premier ministre (2003-2009), et aussi ancien ministre de l’Éducation (1995‑2000) et de la Défense (1991-1995/2000‑2008), il a donc participé au premier plan au rapprochement sino-malaisien des décennies précédentes. Ainsi, non seulement sa position par rapport à la Chine s’est-elle inscrite dans une certaine continuité, mais elle a, en plus, été confortée de manière opportune par des raisons économiques. Cumulant ses fonctions de Premier ministre avec le poste de ministre des Finances, qu’il occupe depuis 2008, Najib Razak a affiché dès son discours d’investiture sa volonté d’agir prioritairement pour accélérer la modernisation du pays et lutter contre les effets internes de la crise mondiale de 2008, dans une conjoncture déjà caractérisée par l’accentuation des faiblesses socio-économiques structurelles du pays. Et parmi d’autres moyens, il a misé sur le potentiel représenté par la Chine afin de soutenir les exportations de l’appareil productif domestique, de relancer les grands projets d’infrastructures et d’attirer de nouveaux investissements dans l’industrie et les services.

« Mahathir a dit il y a quelque temps que si les Chinois consommaient tous les jours l’équivalent d’une cuillère à café d’huile de palme, la Malaisie était certaine de devenir un pays très riche. C’est une manière ironique de résumer ce que pensent les dirigeants malais. […] Ils ont compris que la Chine allait devenir très puissante et riche. C’est un fait et ils l’ont accepté. Ils veulent donc avoir une bonne relation avec les Chinois pour en retirer des bénéfices sans être leurs marionnettes. Ils sont simplement pragmatiques. La Malaisie n’a pas le choix de devenir un bon partenaire de la Chine si elle veut rester indépendante et profiter en même temps de la richesse des Chinois. Il y a aussi un autre point. Dans une certaine mesure, les dirigeants malais voient les bonnes relations avec la Chine comme la meilleure opportunité pour la Malaisie de réduire son écart de développement par rapport à Singapour. Ils ne le disent pas ouvertement, mais c’est un sujet important. » (Cadre consultant malais, ancien haut fonctionnaire proche de l’UMNO, désormais soutien de l’opposition, Kuala Lumpur, mai 2014).

12D’autres facteurs relevant du positionnement politique et du profil de Najib Razak expliquent également son appétence pour un renforcement du partenariat avec la Chine. Tout d’abord, il se passionne pour les questions militaires, diplomatiques et stratégiques, ce dont témoigne sa longévité (volontaire) au poste de ministre de la Défense où son action reste vantée (Delfolie, 2007).

13Habile négociateur, il a également été amené à gérer avec succès plusieurs dossiers importants relatifs à la politique extérieure du pays lorsque Mahathir Mohamad était Premier ministre. À cette époque, c’est souvent lui, et non le ministre des Affaires étrangères, qui supervisait les thématiques les plus sensibles ou complexes, et, notamment, sur le plan régional. Beaucoup moins tourné vers le monde musulman et les idées tiers-mondistes que ses prédécesseurs, son intérêt personnel pour la zone Asie‑Pacifique et ses problématiques géopolitiques est profond, comme le soulignent les nombreuses allocutions et le livre de réflexions qu’il a consacré à ce sujet en 1998. Dans son ouvrage, apparaissaient clairement les contours d’une coopération accrue et nécessaire avec la Chine, ainsi que sa volonté d’un recentrage à dessein de la Malaisie dans son environnement proche (Abdul Razak, 1998).

14Ensuite, sur le plan personnel, Najib Razak est moins marqué par un « tropisme malais » que ses aînés et d’autres dirigeants nationalistes ou islamistes de sa génération. Ménageant à des fins opportunistes les segments les plus conservateurs de l’UMNO, ses convictions religieuses libérales et son appréhension dépassionnée des relations intercommunautaires sont pourtant notoires. Éduqué dans un environnement anglophone et occidentalisé, associé à la haute bourgeoisie locale, sa proximité avec les milieux d’affaires est constante depuis le début de sa carrière politique. Il est notamment très lié aux élites sino‑malaisiennes du pays, parmi lesquelles figurent plusieurs de ses amis intimes. Le plus célèbre d’entre eux, Tan Kay Hock, partenaire de golf favori du Premier ministre qu’il côtoie assidûment depuis plus de vingt‑cinq ans, a, par exemple, été son homme de confiance dans les négociations de plusieurs projets importants avec la Chine, retirant au passage des bénéfices pour son propre groupe. De même, l’envoyé spécial de Najib Razak auprès du gouvernement chinois, Ong Ka Ting, nommé en 2011, est un ancien président de l’Association des Chinois de Malaisie (MCA), la principale composante chinoise de la coalition gouvernementale (Barisan Nasional ou BN), connu pour être un ardent promoteur d’un partenariat renforcé avec la Chine en sa qualité de président du Malaysia-China Business Council.

15La grande proximité de Najib Razak avec les sphères entrepreneuriales et politiques chinoises de la Fédération a contribué à limiter ses préventions, idéologiques et culturelles, envers la Chine. Signe de cette relative empathie, ses enfants, ainsi que ceux du ministre des Affaires étrangères, Anifah Aman, originaire du Sabah, ont étudié le mandarin durant leur parcours scolaire. Contrairement à d’autres dirigeants de l’UMNO, Najib Razak est donc acquis sans résignation à un renforcement ambitieux de la coopération stratégique et des liens économiques avec la Chine ; ces derniers profitent beaucoup à son entourage sino-malaisien, créant parfois quelques crispations dans l’oligarchie malaise qui lui reproche sa trop grande sinophilie. En retour, les dirigeants chinois ménagent et soutiennent le Premier ministre malaisien, qui apparaît comme un partenaire fiable et utile. Fait rare, la Chine, qui se garde généralement de s’exprimer sur les affaires intérieures d’un État tiers, a apporté, par la voix de son président, un soutien public à Najib Razak avant les élections générales de mai 2013 et salué sa réélection. Cette prise de position était destinée à tenter d’influencer le vote de la communauté sino-malaisienne en faveur du BN, en position délicate à l’approche du scrutin. Même si cette démarche fut vaine – plus de 80 % des Sino-Malaisiens ont accordé leur suffrage à l’opposition – ce geste diplomatique peu courant illustre la qualité des rapports entre les dirigeants des deux pays et l’intérêt bien compris du gouvernement chinois de conserver un allié aussi bienveillant que Najib Razak.

  • 12 La rivalité s’illustre, par exemple, dans la visite du président Xi Peng en octobre 2013, annoncée (...)

16Il est à noter que la campagne électorale de 2013 a révélé que la Malaisie pouvait se trouver prise malgré elle au centre de la rivalité entre la Chine et les États-Unis : pendant des mois et selon les moments, le discours officiel malaisien a oscillé entre l’un et l’autre camp, tout en se gardant bien de faire pencher la balance trop loin dans une seule direction. Inscrite dans la durée sans rupture nette depuis le début des années 2000 (très clairement mise en œuvre sous Badawi) cette position malaisienne a pu être caractérisée en relations internationales comme une stratégie de couverture (hedging approach), contrebalançant toujours une prise de position par une autre, symétrique et contradictoire, afin de ne s’aliéner aucun des soutiens des grandes puissances12.

17Jusqu’à maintenant, la Malaisie a su maîtriser cet exercice complexe exigé par les nécessités objectives en matière de sécurité de sa position régionale de carrefour, sur le passage de la circumnavigation des flux de containers le long du détroit de Malacca ; nécessités qui sont liées également à petite sa taille (29 millions d’habitants et 330 000 km2) et à son besoin impérieux de croissance économique pour protéger les délicats équilibres internes d’une société multiethnique très inégalitaire. Le partenariat stratégique global proposé par la Chine doit bien entendu se lire dans cette ambivalence des relations extérieures malaisiennes : ce petit pays situé sur le détroit de Malacca et ouvert sur la mer de Chine méridionale est contraint de se concilier un voisin dont les ambitions de puissance régionale semblent de plus en plus marquées au fur et à mesure de sa croissance économique. C’est sans aucun doute dans le domaine des relations maritimes que cette stratégie est la plus probante.

  • 13 « Najib, Li sign 6 agreements », The Malaysian Insider, 29 mai 2014.

18En conséquence, le renforcement du partenariat entre la Malaisie et la Chine s’est traduit sur le plan politique par une intensification des visites de ministres et de hauts responsables entre les deux pays. Najib Razak a, par exemple, effectué cinq séjours officiels en Chine depuis qu’il est Premier ministre. Le premier, dès avril 2009, soit quelques jours après sa prise de fonction, avait pour but protocolaire de célébrer les trente-cinq ans de l’accord de reconnaissance mutuelle entre Kuala Lumpur et Pékin. Néanmoins, il était pour lui une occasion de montrer aux dirigeants chinois l’importance qu’il accordait à la relation bilatérale avec la RPC en y effectuant son second déplacement à l’étranger comme chef du gouvernement malaisien après Singapour. Najib Razak a ensuite effectué deux autres séjours sur le territoire chinois en 2011 et 2012. Lors de ce dernier, le Premier ministre Wen Jiabao a notamment accepté, à la demande de son homologue, le principe de prêter deux pandas pour dix ans à la Malaisie (à partir de 2014). La Chine utilise ce vecteur pour témoigner de ses rapports privilégiés avec un État (« diplomatie du panda »). Le quatrième séjour de Najib Razak en Chine a eu lieu en 2014, désignée « année de l’amitié Malaisie-Chine », dans le cadre des festivités organisées pour marquer le quarantième anniversaire de la normalisation de leurs relations diplomatiques. Durant cette visite, les deux pays ont signé six nouveaux accords bilatéraux, actant, par exemple, l’ouverture d’un consulat malaisien à Nanning et de deux consulats chinois à Kota Kinabalu et à Penang13. Enfin, le cinquième séjour officiel de Najib Razak en Chine, accompagné d’une importante délégation, a eu lieu à l’automne 2016. Il a marqué une nouvelle étape dans le rapprochement entre la Malaisie et la Chine, avec notamment la signature de quatorze accords impliquant un montant total record de 144 milliards de MYR, dont certains scellent des avancées de taille sur le plan des investissements stratégiques.

  • 14 Pour un retour sur les évolutions dans ce domaine depuis 1991, voir Chow Bing Ngeon (2015).

19En matière de coopération dans les domaines de la sécurité et de la défense, les relations entre la Malaisie et la Chine demeurent timides, mais se renforcent progressivement depuis quelques années14. En novembre 2010, les deux pays ont signé un premier accord pour lutter contre la criminalité transfrontalière. Destiné à faciliter les échanges d’informations et la collaboration entre les services concernés, il couvre des sujets comme le terrorisme, le trafic de drogue ou encore l’immigration illégale (migrants clandestins et traite des êtres humains). En août 2012, ils ont conclu un autre partenariat concernant la lutte contre les nouvelles formes de criminalité, dont les fraudes aux télécommunications. Sur le plan de la coopération militaire, la Malaisie et la Chine ont organisé leur première consultation bilatérale officielle sur les questions de défense en septembre 2012, réaffirmant leur volonté de renforcer leur dialogue, mais également leurs collaborations effectives, dans ce domaine. Cette volonté a trouvé en premier lieu une traduction concrète en 2013 avec l’annonce d’un Comprehensive Strategic Partnership entre les deux États, puis en mai 2014, durant la visite officielle de Najib Razak en Chine, sous la forme d’un accord permettant des coopérations industrielles bilatérales en matière de recherche et de développement technologique dans le secteur de la défense. Dès le mois suivant, la compagnie chinoise Aerospace Long March a ainsi officialisé, par exemple, son rapprochement avec la société malaisienne Aneka Bekal pour développer un programme commun de missiles sol-air autopropulsés.

  • 15 « Hisham: Malaysia, China to enhance defense ties », The Star, 15 octobre 2015.

20Le 22 décembre 2014, une nouvelle étape a été franchie dans le domaine de la coopération en matière de défense entre la Malaisie et la Chine. En effet, les deux pays ont organisé sur le territoire malaisien leur premier exercice militaire conjoint, nommé Peace and Friendship 2014. Ils avaient signé un accord de partenariat en 2005, négocié du côté malaisien par Najib Razak alors ministre de la Défense, qui prévoyait entre autres dispositions un cadre pour la tenue de manœuvres communes. Néanmoins, faute de convergences quant à l’opportunité de le mettre en œuvre pleinement, il était jusqu’alors demeuré largement inopérant, à quelques exceptions près dans le secteur de l’armement. Certes, l’initiative de décembre 2014, étalée sur quatre jours, est demeurée assez limitée – elle a concerné respectivement vingt-deux et vingt et un membres malaisiens et chinois des forces aériennes – et circonscrite à des exercices de sauvetage, de recherche de disparus et d’assistance. Cependant, elle a constitué un précédent ouvrant la voie à d’autres manœuvres bilatérales, plus larges, dont l’organisation à l’avenir a été confirmée par les deux gouvernements15.

21Si la relation bilatérale entre la Malaisie et la Chine, sur les plans politique et diplomatique, s’est fortement renforcée depuis la fin de la guerre froide, et singulièrement consolidée depuis 2009, elle reste par contraste relativement limitée d’un point de vue stratégique, en dépit de progrès notables et des bonnes intentions affichées. De ce point de vue, la question de la coopération en matière de défense et de sécurité est significative. Dans ce domaine, les deux pays n’ont pas des intérêts et des objectifs qui sont complètement convergents, ce qui explique largement la timidité des avancées en présence et la difficulté à trouver des terrains communs d’approfondissement des liens faiblement tissés. Tandis que la Chine affirme ses ambitions de puissance régionale, avec des enjeux géopolitiques à l’échelle internationale, la Malaisie, puissance moyenne en Asie, investit divers terrains d’extraversion (Asean, monde musulman, coopération Sud‑Sud, partenariat avec les États‑Unis, etc.) pour garantir son indépendance et maximiser ses canaux de développement. Par rapport à la Chine, au-delà du rapprochement offrant des avantages aux deux partenaires, elle est donc dans une « stratégie de couverture » pour conserver un certain équilibre politique dans leurs rapports, au risque de tomber dans une forme de satellisation de fait. Sur ce point, les relations maritimes entre les deux États, qui s’intègrent dans la complexité du contexte régional des rivalités et des tensions en mer de Chine méridionale, offrent une parfaite illustration des ambivalences qui émergent dès lors que des problématiques très directes de souveraineté nationale sont soulevées. Même si elles ont des logiques propres, elles permettent d’évaluer sous un angle complémentaire la réalité de la relation politique entre la Malaisie et la Chine dans sa globalité et d’éclairer ainsi la multiplicité de ses aspects constitutifs.

Notes

3 La nomination officielle d’un ambassadeur britannique à Pékin est intervenue en mars 1972.

4 Les Philippines souhaitaient annexer l’État du Sabah, la Thaïlande songeait à repousser ses limites méridionales, mais surtout l’Indonésie a mené entre 1963 et 1966 une guerre de position aux frontières malaisiennes de Bornéo pendant la période dite de la Konfrontasi. Outre divers motifs conjoncturels, tous invoquaient des raisons historiques plus ou moins légitimes, fondées sur des constats remontant avant la colonisation européenne, pour justifier leurs prétentions territoriales.

5 Pour un retour détaillé sur cet événement (contexte, préparation, processus, etc.), voir Abdul Razak Baginda (2015).

6 (http://my.chineseembassy.org/eng/zt/BilateralDocuments/t317712.htm).

7 Ibid.

8 La mission de ce bureau de représentation, qui gère notamment les formalités consulaires entre les deux pays, est sans aucune équivoque sur sa vocation diplomatique comme le montre le nom de domaine de son site Internet : (www.taiwanembassy.org/MY/mp.asp ?mp =297).

9 Sur les premiers changements imprimés par Mahathir Mohamad à la politique étrangère de la Fédération, confirmés par la suite, voir Murugesu Pathmananathan et David Lazarus (1984).

10 « Malaysia and China in the 21st century: prosperity through cooperation », International Trade and Investment Conference, Kuala Lumpur, 23 janvier 1995.

11 En 1995, Mahathir Mohamad et un député nationaliste japonais (Shintaro Ishihara) ont publié un ouvrage dans lequel ils théorisaient notamment le concept de « valeurs asiatiques » (The Voice of Asia. Two leaders discuss the coming century). Dans ce manifeste critique envers les États occidentaux, jugés décadents, l’ancien Premier ministre exposait sa récusation de l’universalité des « valeurs européennes », dont la liberté d’expression, pour leur opposer le consensus, le primat du groupe sur l’individu ou encore la recherche de l’harmonie sociale, selon lui les véritables valeurs universelles. Il a défendu plusieurs fois cette idée publiquement, reprise également par d’autres dirigeants d’Asie, avant que les conséquences de la crise financière de 1997 ne viennent annihiler son expression. Sur ce point, voir, par exemple, Diane Mauzy (1997).

12 La rivalité s’illustre, par exemple, dans la visite du président Xi Peng en octobre 2013, annoncée par la Chine en juillet immédiatement après l’annonce officielle de la venue de Barack Obama tout en le précédent dans le calendrier. Après avoir retiré le plus de bénéfices politiques possible sur le plan intérieur de la visite chinoise d’octobre (nombreux articles de presse, réaffirmation du lien privilégié), la Malaisie semblait à nouveau prêter une attention tout à fait soutenue au Trans‑Pacific Partnership Agreement proposé par les États‑Unis.

13 « Najib, Li sign 6 agreements », The Malaysian Insider, 29 mai 2014.

14 Pour un retour sur les évolutions dans ce domaine depuis 1991, voir Chow Bing Ngeon (2015).

15 « Hisham: Malaysia, China to enhance defense ties », The Star, 15 octobre 2015.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search