Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Monnaie des frontières

 | 
Maxime Boutry
, 
Jacques Ivanoff

Conclusion

Texte intégral

1Pour comprendre l’immigration birmane actuelle dans le sud de la Thaïlande, il faut non seulement prendre en compte la profondeur historique de ce phénomène, les grands évènements fondateurs ou les vecteurs de changements qui la façonnèrent, mais il faut également comprendre le concept de frontière. Contrairement à une idée très répandue, la frontière n’est pas seulement, ni principalement, la périphérie d’un pouvoir étatique qui subirait et adapterait des décisions centralisées. Les frontières, au contraire, alimentent les représentations émanant des centres (politiques, économiques et idéologiques) et fonctionnent comme des espaces sociaux s’alimentant des échanges dont ils sont les nœuds névralgiques, espaces projetés au-delà des limites étatiques et œuvrant à leur propre survie.

  • 91 Bien que la filière « prostituées birmanes » ait pris une autonomie réelle depuis dix ans.
  • 92 Nous ne nous étendrons pas sur le sujet des ONG, mais pour des renseignements sur l’action de Worl (...)

2Quatre millions de Birmans en Thaïlande donc, plusieurs centaines de milliers dans les pays voisins, plusieurs dizaines de milliers dans le monde, voilà la réalité approximative des chiffres de l’immigration et le résultat des trafics, le plus souvent institutionnalisés aux postes frontières. Parmi ces quatre millions de Birmans, nous nous sommes intéressés plus particulièrement à la situation des pêcheurs et des prostituées, les deux filières étant liées91 puisque comme le déclarait le général Sudjai Yanratm « In my opinion, it is disgraceful to let Burmese men frequent Thai prostitutes. Therefore I have been flexible in allowing Burmese prostitutes to work here. Most of their clients are Burmese men » (Asia Watch, 1993, p. 14). On comprendra à la lecture d’un tel discours donné officiellement que les archaïsmes nationalistes sont encore bien présents. Ici le problème est donc bien que l’immigration clandestine est reconnue et même encouragée. Le système est rôdé et les officiels essaient simplement de garder sous contrôle les migrants. Ainsi, des écoles peuvent ouvrir avec l’aide des missionnaires, sans ouvrir officiellement les écoles aux enfants birmans bien que ceux-ci puissent y réclamer leur présence, les ONG (World Vision92 par exemple) peuvent s’occuper des malades, afin de ne pas ouvrir de places dans les hôpitaux de peur de la « marée brune » birmane de malades qui envahirait la Thaïlande. Cette approche permet de comprendre pourquoi malgré les interdictions et malgré des conditions de vie critiques dont les potentielles victimes sont très souvent informées, les migrants sont de plus en plus nombreux à entreprendre l’aventure thaïlandaise, et pourquoi, en dépit de leur dégoût et de leur déception, ce sont les prostituées elles-mêmes qui, le plus souvent, entretiennent le système.

Notes

91 Bien que la filière « prostituées birmanes » ait pris une autonomie réelle depuis dix ans.

92 Nous ne nous étendrons pas sur le sujet des ONG, mais pour des renseignements sur l’action de World Vision, la plus active localement, nous renvoyons à B. Press (2004, p. 68-71). Les données réelles sont soigneusement dissimulées, car le nombre réel de migrants bénéfiant de l’aide est dérisoire, bien que les initiatives (distribution de préservatifs et ouverture d’une clinique dans le vieux port) soient évidemment louables. Il existe une dizaine de volontaires et un turnover très important car ils sont peu payés ; une centaine de Birmans sont chargés de contacter leurs camarades et de faire « passer les messages ». L’ONG, qui mise sur le long terme (et développe son potentiel lors des catastrophes comme le tsunami ou le cyclone Nargis, cf. M. Boutry et O. Ferrari, 2009), travaille depuis 1996 dans le Tenasserim et est bien implantée en Thaïlande. Les sources de financements posent aussi problème (Aus-AID – 1992 à 1998 ; nombreux donateurs privés ; Aung San Suu Kyi Foundation, 1996-1999). Tout en voulant changer les comportements, l’ONG est obligée de se plier aux volontés des autorités birmanes et thaïlandaises et ne peut donc en conséquence apporter toute l’aide voulue.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr