Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Monnaie des frontières

 | 
Maxime Boutry
, 
Jacques Ivanoff

Deuxième partie. Filières, trafiquants et trafiqués

Texte intégral

1 - La construction des filières et la segmentation économique

1Des centaines de milliers de Birmans se rendirent assez facilement, bien qu’en toute illégalité, en Thaïlande, d’abord pour travailler sur le littoral ouest du pays puis, peu à peu, dans tout le sud. Les migrations/trajets n’étaient pas aussi contrôlés qu’aujourd’hui et si les trajets étaient difficiles, ils étaient moins chers puisque peu d’intermédiaires intervenaient. Ce fut la première vague qui permit de structurer la descente vers le sud, donnant les informations relatives quant aux opportunités et aux moyens de passer les frontières. Mais cette demande provoquée par le développement ne permet pas d’expliquer la transformation d’une immigration sinon légale, au moins hors des circuits des trafiquants, à l’institutionnalisation d’un approvisionnement illégal en hommes, femmes et enfants venus de toute la Birmanie. L’époque moderne de la migration a commencé quand les réseaux mafieux et d’autres plus officiels, notamment les bureaux de l’immigration de chaque côté de la frontière (la collusion entre les deux est un fait que chaque candidat à l’immigration doit prendre en compte) se sont mis en place, surveillés eux-mêmes par des Joint Border Committee militaires par exemple. Un système de contrôle et une certaine régulation des flux s’appuyant sur des accords politiques entre les deux pays se mettaient en place. La surveillance accrue, le passage devenait plus cher et la spécialisation nécessaire. Les passeurs sont alors apparus comme des agents indispensables, les prix ont explosé, endettant encore davantage les migrants. Mais la situation politique et économique de la Birmanie n’évolue pas, le nombre de migrants ne fléchit donc pas. On passe ainsi de centaines de milliers aux millions de Birmans dans les années 1990. La crise de 1997 n’a pas freiné l’arrivée de main-d’œuvre non plus, car les Birmans restaient toujours moins chers que n’importe quels autres travailleurs et les grands planteurs pouvaient les conserver en attendant une éventuelle reprise. L’exploitation des ressources halieutiques obéit à des règles différentes. En effet, l’exploitation de la mer est déconsidérée en Thaïlande, mais sa nécessité économique pour un pays en expansion est indispensable ; le pays a préféré exploiter les segments les plus faibles de sa population (jeunes, drogués, repris de justice) pour constituer ses équipages, ce qui fut insuffisant et obligea le recrutement de centaines de milliers de travailleurs étrangers. Cette filière, très fluctuante, aux demandes spécifiques et très demandeuse de travailleurs a développé de nouvelles conditions de passage et créé de nouvelles conditions de vie.

Le check point militaire thaïlandais à la sortie du port de Ranong.

Carte du port de Ranong et quartiers de prostitution.

2Cependant, le gouvernement birman a bien conscience du potentiel économique du sud et essaie de se réapproprier ses ressources en renforçant la réalité physique de la frontière. Le tournant correspond à l’appropriation progressive par le gouvernement birman d’un sud et de ses ressources jusque-là oubliées. En effet, jusqu’au milieu des années 1990 les ressources maritimes du sud de la Birmanie étaient exploitées par la flotte de pêche thaïlandaise, elle-même largement alimentée par une main-d’œuvre mône et birmane. À cette époque le passage de la frontière restait aisé et le recours aux passeurs le plus souvent inutile ; la main-d’œuvre birmane était également moins nombreuse qu’aujourd’hui. Trois ans après le changement de nom du pays, de Birmanie à Union du Myanmar en 1994, la capitale de la région la plus méridionale, le Tenasserim (Tanintharyi selon la nouvelle division du pays), a été déplacée plus au sud pour exercer un contrôle sur les nombreuses îles et le développement balbutiant de la pêche maritime birmane. Ce développement différentiel entre la Thaïlande et la Birmanie a fini par révéler la frontière entre les deux États comme une barrière supposée et non plus un corridor. Dans les faits, les échanges entre les deux pays se sont structurés : les échanges économiques se sont officialisés et en contrepoint l’approvisionnement du sud de la Thaïlande en main-d’œuvre a reculé dans l’illégalité la plus totale, une illégalité néanmoins entretenue, ordonnancée et parfaitement connue au niveau local.

3Le premier bastion birman de Ranong fut l’île de Paknam, située en face du port. La configuration de la ville a d’ailleurs changé durant ces trente dernières années. Paknam, cet îlot situé face à la ville de Ranong et faisant partie d’un district séparé de la municipalité, a tout d’abord été le centre économique de la ville. De là partaient les marchands et pêcheurs qui travaillaient avec la Birmanie. Paknam était le centre de la production et de la transformation des poissons et des méduses et le point de chute des produits venus de Birmanie. Mais cet îlot est devenu excentré de Ranong la thaïlandaise puisque l’immigration birmane ne cessait de croître et donc d’isoler cette enclave. Paknam est ainsi devenu une annexe du port et de sa criée, une annexe où vivent les transporteurs et passeurs. Puis, ces deux dernières années, Paknam est devenu une « réserve » birmane. C’est un lieu idéal où se retrouvent les laissés-pour-compte, les pêcheurs, en attente d’un embarquement, les illégaux qui n’ont pas à passer la frontière, un entre-deux qui devient une enclave birmane périphérique à la « ville birmane » qui est le prolongement du port de Savampla à terre. Il y a d’ailleurs un temple « birman » construit depuis peu marquant ainsi l’appropriation de ce morceau de terre entre deux pays.

  • 35 On estime qu’un tiers des migrants vient de la région de Dawei (B. Press, 2004, p. 30) et les chif (...)
  • 36 Chalutier de taille moyenne

4Les patrons de pêche thaïlandais et sino-thaïlandais s’y installèrent, leurs bateaux battant pavillon thaïlandais bien qu’ils aillent pêcher dans les eaux birmanes. Ils avaient alors le droit à des campagnes d’une vingtaine de jours et allaient jusqu’à Dawei. Déjà à l’époque, les équipages étaient majoritairement birmans, souvent les capitaines étaient de Dawei35, notamment pour la navigation sur les walat36 pour laquelle ils sont réputés. Ces accords stimulaient une dynamique de libre-échange à la frontière. Les Birmans étaient déjà nombreux à circuler dans la ville de Ranong, mais peu s’y installaient comme aujourd’hui. Nous pourrions parler de l’espace Ranong-Kawthaung comme d’une border zone plus qu’une frontière-limite entre les deux pays. Fait symbolique de cet état, d’après nos enquêtes, il y avait des vendeurs de bétel et de monhinga (soupe de nouilles à base de poisson typique du petit-déjeuner birman) dans la rue principale du quartier Savampla (le port de Ranong). Les magasins, sans autorisation particulière bien que tenus par des Birmans, n’avaient alors besoin ni de se cacher, ni besoin surtout de négocier avec les autorités locales.

5La première étape de ce processus de réappropriation du sud passera par le renforcement de la frontière. Avant le milieu des années 1990, comme il a été dit, le passage vers la Thaïlande était aisé. À cette époque les Birmans pouvaient aller à la ville de Ranong avec un simple feuille volante tamponnée par les deux immigrations, voire même parfois avec un tampon appliqué à même le bras des personnes. Suite au 9ème sommet régional du Joint Border Committee entre la Thaïlande et la Birmanie, en 1994, est instaurée l’utilisation du border pass. Depuis cette date, les allers et venues des Birmans sont beaucoup plus contrôlés, ainsi que le respect des concessions de pêche en eaux birmanes pour la flotte thaïlandaise. D’après des Birmans travaillant à cette époque dans la pêche maritime, malgré les mesures prises par le gouvernement, en réalité, sur vingt bateaux qui continuaient de pêcher dans les eaux birmanes, dix le faisaient illégalement.

6La régulation de la frontière et les suspensions régulières des échanges suite à de nombreux incidents diplomatiques vont accentuer le développement différentiel entre les deux pays dont naîtra la représentation d’un idéal économique stimulant le désir du migrant. L’immigration illégale débutera donc à cette période, liée à un besoin continu de main-d’œuvre birmane du côté thaïlandais poussant les Birmans à aller de plus en plus loin dans le sud de la Thaïlande (et jusqu’à la frontière malaise). Par ailleurs, la mobilité transfrontalière dorénavant freinée, l’illégalité du passage pousse les Birmans à s’installer de façon pérenne en Thaïlande alors qu’avant les mouvements de population étaient saisonniers (en ce qui concerne la culture de l’hévéa par exemple) ou régulés par le rythme des campagnes de pêche. Les regroupements de population qui sont devenus aujourd’hui de véritables bastions birmans à l’image de la ville entière de Ranong, du village de Phèpha à côté de Kura Buri, de certains quartiers de Phuket, etc., permettent de gérer plus facilement l’illégalité de leur séjour.

Récupération en pleine mer d’un chargement « perdu » pour des raisons inconnues…
Pêche illégale, intempéries ou piraterie ?

Entretien avec A., propriétaire thaïlandais d’une épicerie/restaurant à Phèpha, le 16/10/08
Les travailleuses birmanes rayonnent à partir de Ranong jusqu’à Bangkok (ici entendu comme Samut Prakan, Samut Sakhon, NDA). Les Birmans et les Birmanes travaillent à Prachuap Khiri Khan. Les pêcheurs birmans ont pris la place des marins thaïlandais car il est évident que le travail de pêcheur est dur et déshonorant. À Bangkok, les Birmans viennent aussi de Mae Hong Son.
À Phèpha, les Birmans travaillent surtout comme pêcheurs, puis comme main-d’œuvre dans la construction et enfin dans les plantations d’hévéas. Ils cherchent de préférence un travail dans la pêche, car cela paye tout de suite alors que dans les plantations il faut généralement attendre quinze jours pour être payé (le temps que toutes les parcelles aient été saignées).
Les Birmans de Phèpha viennent de Ranong et de Ko Song (Kawthaung). Il y a d’abord un « chef » birman (khon lèk, hua na) auquel s’adresse un taukè pour une demande de X personnes. Ensuite ce Birman se met en contact avec Ranong pour faire venir le nombre de personnes demandées. Les Birmans/Birmanes viennent en dix heures par mer calme de Ko Song à Phèpha en bateau long tail pour la somme de 2 500 bahts (≈ 51,75 €) le passage, auxquels s’ajoutent les 2 500 bahts pour le chef birman. L’intermédiaire (celui avec qui on s’est mis en contact à Ranong) prend 300 bahts (≈ 6,21 €) par personne. Il est plus prudent de prendre le bateau car la route est fliquée. Il y a donc des escales et des points de rencontre, Nam Khèm, Kura Buri. Les Birmans qui veulent rentrer prennent le même chemin car il y a beaucoup d’allers et retours.
Les Thaïlandais et les autorités sont au courant, mais ils sont aussi au courant que sans les Birmans l’économie locale ne marcherait pas. Donc le système tourne, mais est contrôlé. La preuve ? À 8 heures du soir à Phèpha c’est le désert. L’hôtel du coin a une dizaine de prostituées et le port n’en compte pas plus d’une trentaine, pour une population de 2 000 à 3 000 Birmans. Les clients sont des gens qui viennent ici en connaissance de cause.
Les baraquements des réfugiés du tsunami ont été récupérés par les Birmans qui les louent à l’ancien chef du parc national de Surin (Dip Pong) qui a sa grande maison derrière. Ils vivent parfois à dix dans ces taudis, ou deux familles. Il y a beaucoup de couples mariés en Thaïlande (à la façon thaïlandaise, mais non officielle).
De Phèpha, il arrive souvent que les Birmans aillent à Phuket ce qui leur coûte 3 000 ou 3 500 bahts (≈ 62,1 - 72,45 €).
Si les Birmans se font arrêter par l’immigration, ils peuvent être remis en liberté si leur taukè paie, ou s’ils montrent une garantie (un contact, un nom, un parent) et qu’ils peuvent payer. La libération leur coûte 3 000 ou 4 000 bahts (≈ 62,1 – 82,8 €). Si les Birmans se font contrôler, soit ils payent 1 000 ou 2 000 bahts (≈ 20,7 – 41,4 €) aux policiers, soit leur taukè vient arranger l’affaire.
Il existe aussi une filière Ranong/Kra Buri/Hat Yai. De Hat Yai, ou de Trang, les Birmans et les Birmanes sont aussi emmenés en Malaysia où un contact à Sungai Kolok les prend en charge.
Un Birman se fait 3 000 bahts (≈ 62,1 €) environ par mois sur les bateaux, ça va jusqu’à 4 500 bahts (≈ 93,15 €) si la pêche est bonne et qu’il y a un partage.
Quand les Thaïlandais ouvrent un magasin pour une clientèle birmane, il faut des Birmans dans le magasin sinon les clients birmans ne viennent pas, et il faut surtout des jeunes filles d’une quinzaine d’années « jolies ». Moi j’emploie deux Birmanes que je paye 2 500 bahts (≈ 51,75 €) chacune, logement et repas gratuits, ce qui me revient environ à 4 000 bahts (≈ 82,8 €) par employée. J’ai fait passer le message que j’avais besoin de deux filles qui m’ont été envoyées par leurs sœurs.
La procédure d’obtention de papiers pour les Birmans se déroule comme suit : ils doivent d’abord passer un contrôle médical, ensuite aller au changwat (Phangnga) avec des photos, leurs noms et une carte d’identité ainsi qu’un document certifiant leur lieu de résidence. Cela coûte 3 800 à 4 000 bahts (≈ 78,66 - 82,8 €) pour six mois, mais peu de Thaïlandais le font, car les Birmans s’en vont s’ils ont des papiers.
Certains Birmans font parvenir de l’argent en Birmanie via la banque Khrung Thai et des intermédiaires au taux de 10 %. »

7Dans le même temps (avec une dizaine d’années de retard), le développement de la pêche maritime dans les eaux du Tenasserim a entraîné la colonisation du littoral et des îles, et bien sûr, le développement de la ville frontière de Kawthaung qui va devenir la plaque tournante de l’immigration majoritairement illégale vers le sud de la Thaïlande.

2 - Contrôle, institutionnalisation de l’illégalité et organisation du passage

8À la fin des années 1990, la délivrance de border pass va devenir de plus en plus contraignante. Les séjours autorisés sont d’un maximum de quinze jours. Pour avoir le droit à ce document, il faut justifier d’une résidence dans la ville de Kawthaung, soit grâce à une carte d’identité (National Registration Card) domiciliant son propriétaire dans cette ville, soit un livret de famille délivré par l’administration de la ville (autrement dit, dont le couple le plus ancien est de Kawthaung). Pour faire face à l’ensemble de ces contraintes et répondre d’un côté au besoin de main-d’œuvre pour le développement du sud de la Thaïlande et de l’autre à l’envie ou à la nécessité de fuite de nombreux Birmans (pour des raisons politiques et/ou économiques), une filière de l’immigration illégale va s’avérer nécessaire, d’autant plus que les fermetures de la frontière sont fréquentes suite aux incidents arrivant le plus souvent dans les zones de recoupement entre les eaux birmanes et thaïlandaises. Notons que les meurtres de Birmans sur les bateaux thaïlandais étaient déjà fréquents, avec notamment un cas rapporté en 1995 et jugé officiellement en 1996 (The Nation, 16/08/1995 et 25/01/1996) auquel nous pouvons ajouter les dizaines de cas que l’on nous a rapportés.

Le border pass est depuis la fin des années 1990 nécessaire au passage de la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande. Jusqu’en 2008 il donnait le droit aux Birmans de rester jusqu’à 15 jours dans les limites de la ville de Ranong. Depuis, les Birmans sont limités à une semaine.

9Une frontière sud très peu contrôlée jusque dans les années 1990, le Tenasserim, région éloignée du centralisme ethnique birman et ouverte sur la Thaïlande, le binôme fonctionnel et l’interdépendance pour leur survie économique des deux villes frontières Ranong et Kawthaung étant une réalité, voilà ce qui permit de créer des filières rapides, efficaces et sûres. Les grands patrons chinois de la région contrôlaient des territoires considérables que la frontière ne gênait pas du tout. Celle-ci n’existait pas en pratique. Des liens personnels, familiaux et officiels se sont donc créés dans la région et au-delà de la frontière, ils assurent aujourd’hui la continuité et la fluidité des échanges. Ces Chinois ce sont les chao po et les taukè, les parrains et les entrepreneurs, qui ont souvent permis l’existence même d’un contrôle de la Thaïlande sur la région (rappelons que le fondateur et premier gouverneur de Ranong était chinois).

10Ces Chinois, depuis devenus sino-thaïlandais et sino-birmans sont donc les maîtres d’œuvre de la gestion des flux migratoires : la demande spécifique en travailleurs émane de ceux-ci, ils redirigent la main-d’œuvre au gré des opportunités et savent renseigner et relayer les potentiels employeurs. Par ailleurs, autant que les taukè sont indispensables au développement du sud, les « courtiers », pueza, sont indissociables du marché économique que représente l’immigration illégale. Le terme de courtier implique la notion de vendre et suggère d’emblée le trafic d’êtres humains. Cependant, il est difficile de définir avec précision ce qu’est le trafic d’êtres humains dans le flot de l’immigration illégale tout autant que de le différencier d’une immigration illégale, mais consentante ou spontanée.

  • 37 Notons qu’il est utilisé par les Birmans également pour le passage de drogue dans le sud de la Tha (...)
  • 38 «Border-crossing migration has led to new geographies of social and economic inequality. Brokers e (...)

11Notons tout d’abord que le terme même de pueza ne se limite pas au champ de l’immigration, mais est utilisé pour toute tractation commerciale faisant appel à un courtier ou un intermédiaire. Par ailleurs, il est utilisé dans l’ensemble de la Birmanie et également dans le cadre d’échanges interethniques comme le commerce entre les Birmans des Basses-Terres et les Inthas du lac Inlé (Robinne, 2000, p. 106), les deux populations se partageant également le même mot pueza. Comparant ce dernier cas avec le passage des Birmans vers le sud de la Thaïlande, le terme de pueza semble plus particulièrement appliqué aux contextes frontaliers, que la frontière soit nationale ou ethnique37, ce que suggère également Horstmann dans son essai sur une anthropologie des frontières (2002, p. 16-1738).

12L’utilisation du terme convient du caractère économique de l’immigration, dont le trafic d’êtres humains représente certes un cas extrême, mais faisant partie du même processus. Pour en revenir à l’immigration birmane, ce sont donc les pueza qui prennent en charge « l’approvisionnement » en main-d’œuvre. Celui-ci semble tout aussi spécifique que la demande : tant d’hommes et tant de femmes pour tels travaux, ce qui correspond en tout point à n’importe quelle autre forme de commerce. En effet, les Birmans, qu’ils viennent par eux-mêmes ou qu’ils soient trafiqués, sont à la fois la source et la monnaie d’un système économique à part entière articulé autour de la frontière et des frontières, puisque la Thaïlande est parfois un point de passage vers le reste de l’Asie du Sud-Est et particulièrement la Malaysia en ce qui concerne le sud.

13Le pueza est donc un courtier, terme préférable à celui de passeur puisqu’il organise et négocie, mais ne se déplace jamais lui-même. Il gagne environ 10 000 bahts (207 €) par travailleur fourni. Les courtiers travaillent avec des recruteurs présents un peu partout en Birmanie et plus particulièrement dans les villes de Yangon, Moulmein, Dawei, Yé, Mergui et Kawthaung, car il s’agit des principales provenances. Les agents des courtiers organisent le voyage des travailleurs jusqu’à la ville de Kawthaung. Il est en effet très rare que les Birmans se rendent par leurs propres moyens à cette ville frontalière, et ce, pour une bonne raison. Hormis les Rohingya, la grande majorité des Birmans possède une carte d’identité et le voyage est donc aisé jusqu’à ce qu’ils atteignent la frontière. Cependant, à l’aéroport comme au débarcadère du speed boat (la navette rapide reliant les villes de Dawei, Mergui et Kawthaung), les contrôles sont sévères. Tout Birman arrivant à Kawthaung doit justifier de sa venue et seulement de deux manières : soit parce qu’il y habite, soit parce qu’il vient y travailler sous la responsabilité d’une personne, qui doit alors venir le chercher. Si ce n’est pas le cas, la personne sera emprisonnée pendant plusieurs jours, parfois une semaine, avant d’être renvoyée par cargo, le plus souvent jusqu’à Yangon.

14En analysant les contraintes liées à l’approche de la frontière, on comprend qu’il est particulièrement difficile de se passer des services d’un courtier pour la franchir. C’est d’ailleurs à partir de ce moment-là, une fois entrés dans l’espace frontalier dont le cœur bat entre Kawthaung et Ranong, que les Birmans deviennent des bawlon, autrement dit « ballons », le terme consacré aux candidats à l’immigration.

15La deuxième étape la plus délicate consiste évidemment à passer la frontière. C’est pourquoi le rôle des guest houses, dont le fonctionnement observé lors d’un séjour à Kawthaung est décrit ci-dessous à travers un exemple, revêt une importance particulière.

« La guest house n’accepte pas les clients qui se rendent en fraude dans un autre pays ». Consigne affichée dans une guest house de Kawthaung, un des principaux relais et lieu d’organisation du passage illégal de Birmans vers Ranong.

Interview, l’importance des gérants des guest houses
Le gérant de la guest house, Kyaw, prend en charge le passage des Birmans dès leur arrivée soit à l’aéroport soit à la gare routière, et enfin, pour la majorité, au débarcadère du speed boat. Chaque jour, ce sont en moyenne une trentaine de Birmans qui transitent par la guest house de Kyaw. Il ne va pas les chercher lui-même, mais envoie des taxis en son nom.
Pour éviter que les migrants ne se fassent contrôler par l’immigration à l’arrivée, Kyaw marque les noms des Birmans qui arrivent (qui lui ont été communiqués par un agent du courtier à Dawei ou Moulmein) qu’il transmet peu avant l’arrivée du speed boat au yehmu, le policier en charge des contrôles. Pour chaque Birman, le policier reçoit 10 000 kyats (≈ 5,9 €).
L’argent que dépense Kyaw pour chacun des Birmans lui est avancé par le courtier. Ensuite, Kyaw, qui pour la plupart du temps reste dans la guest house près de ses téléphones (un fixe birman pour les communications vers l’intérieur du pays et deux ou trois mobiles thaïlandais pour les contacts à Kawthaung et vers la Thaïlande, Singapour..), envoie des motos-taxis pour aller chercher les gens à l’embarcadère, qu’ils ne se fassent pas embarquer par d’autres courtiers ou des taxis peu scrupuleux. Le voyage jusqu’à la guest house (5 minutes de moto qui coûteraient en temps normal 300 kyats [≈ 0,17 €]) est facturé 7 000 kyats (≈ 4,13 €) par passager. Le silence et la fidélité des taxis servant aux courtiers sont ainsi achetés. C’est encore Kyaw qui paye les taxis qui reviennent le plus souvent une ou deux heures après avoir déposé les passagers. En effet, au moment où ils arrivent, le but est de récupérer leurs cartes d’identité et les faire rentrer à l’intérieur le plus vite possible, car les policiers (sa’ thon : lon : “3 s” qui est le diminutif de son san hsé hsé « investigation », le corps d’immigration qui se charge de vérifier les papiers) patrouillent à l’extérieur de la guest house. Enfin, en fonction des endroits où se trouvent les policiers ou s’il y a des contrôles au moment de l’arrivée des immigrés à la guest house, Kyaw peut demander aux chauffeurs des taxis de faire des détours et d’emmener les passagers à tel ou tel endroit.
Il y a une équipe à vous qui est arrivée dans le quartier et vérifie les autres guest houses : qu'est-ce que ça veut dire ? ! Cette nuit je n’ai pas de baw lon, tu le sais bien. (Coup de fil d’un autre propriétaire de guest house à un responsable de l’immigration).

  • 39 Ces informations proviennent du propriétaire des guest houses fermées.

16L’ensemble des acteurs, courtiers, émigrants et autorités locales fait partie du même jeu. Comme dans tout système de corruption, contrôles et arrestations doivent avoir lieu de temps à autre pour justifier de leur nécessité. Ainsi, suite à l’accident qui causa la mort par suffocation à l’arrière d’un camion réfrigérant de cinquante-quatre immigrants dans la province de Ranong, en avril 2008, sept guest houses de Kawthaung suspectées d’être à l’origine de leur passage furent fermées par les autorités birmanes. Par ailleurs, le gouvernement thaïlandais aurait promis une compensation pour les familles des victimes de 100 000 bahts (2070 €), qu’ils n’auraient honorée qu’à hauteur de 35 000 bahts (724,5 €)39. Il semblerait que la réouverture des sept guest houses dépende de la complétion de cette promesse, ce qui suggère un jeu de principes plus que de réelles mesures de lutte contre l’immigration illégale.

17À leur arrivée à la guest house, les émigrants donnent leur carte d’identité, leur lieu de départ et le nombre de personnes avec lesquelles ils voyagent (les Birmans sont ainsi identifiés par groupe). Ils sont ensuite pressés de rentrer à l’intérieur, et de ne plus en sortir (ou le moins possible), toute la durée de leur séjour. Le repas leur est aussi fourni, acheté à l’extérieur. Le prix d’une nuit dans la guest house est de 3 000 kyats (≈ 1,77 €) par personne et le repas est à 1 500 kyats (≈ 1 €). Cela est payé par les émigrants et va donc directement dans la caisse du manager. La plupart des émigrants passant par ces filières sont des Môns, mais l’on trouve aussi des personnes originaires de l’Irrawaddy (surtout depuis le cyclone Nargis), de Yangon et des environs, des Arakanais, etc. Supang Chantavanich et al. (2003, p. 54), pour son échantillonnage de près de 400 Birmans donne 38,2 % d’« ethnic Dawei », 16,8 % de Môns, 3,6 % de Rakhine et 2,8 % de Kayin, le reste étant composé de Shan, Indiens, Akha, Lahu et Lua. Si les migrants originaires de la région de Dawei sont moins bien représentés dans la filière des courtiers (alors que leur présence est largement majoritaire dans la ville de Ranong par exemple), c’est que l’espace social transfrontalier se découpe en sous-ensembles selon des schémas remontant à l’histoire de la région, volet que nous explorerons dans la dernière partie.

18Il n’est pas rare que ces émigrants, en particulier les Môns, ne parlent pas un mot de birman, mais en revanche, sachent parler le thaï.

La vie quotidienne dans les guest houses
Un vieil homme môn est arrivé avec un autre groupe. Il n’avait cesse de vouloir sortir pour boire provoquant de grands moments d’incompréhension avec le manager qui ne parle pas môn. Il a fait des scènes toute la soirée. Le manager d’une autre guest house, un homme d’origine indienne plus âgé que Kyaw, est même venu pour téléphoner au village du vieil homme pour que ses parents fassent une offrande au nat (esprit gardien) de la maison, ce qui l’a calmé un court moment. Il a fini par réussir à s’échapper de la guest house vers les trois heures du matin, sans sa carte d’identité qui restait bien sûr entre les mains du manager toute la durée de son séjour. Au petit matin il n’était toujours pas là, et tout le monde commençait à croire qu’il s’était fait arrêter. Finalement, les gens de la guest house ont fini par le retrouver le surlendemain.

19La guest house de Kyaw a une capacité officielle de trente-huit personnes, mais il en reçoit très souvent bien plus en une seule journée. Il n’en enregistre officiellement que trente-huit. Les autres, il les fait tourner pendant la soirée, de préférence par petits groupes dans des endroits peuplés (un pwè, fête de pagode ou autre, par exemple, ou ils sont répartis dans des restaurants), avant de les évacuer vers Ranong illégalement sur un bateau. Parfois un des « hommes de main » de la guest house les accompagne et remet leurs papiers d’identité directement à l’agent du courtier qui les attend de l’autre côté, à Ranong.

20Les modalités de passage peuvent varier. Les Birmans illégaux traversent le bras de mer séparant Kawthaung de Ranong le plus souvent de nuit, à bord d’un bateau payé par le courtier. Il arrive que les Birmans traversent également à bord d’un bateau de pêche.

21 « Puisqu’il semblerait que vous partiez ce soir, on va tous sortir, le taxi vous emmènera dans un restaurant. Cependant s’il n’y a pas de départ il risque quand même d’y avoir des contrôles, dans ce cas-là vous déambulerez une partie de la nuit en ville par petits groupes. » (Kyaw à des émigrants en partance)

22Une fois à Ranong, les Birmans doivent rembourser au moins une moitié du passage en une fois, et éventuellement le reste en mensualités. La totalité du voyage de Moulmein à Ranong coûte 400 000 kyats (≈ 236 €), tout compris. Chaque émigrant fait gagner au courtier 150 000 kyats (≈ 88,5 €), dont 35 000 (20,65 €) qu’il reverse au manager de la guest house. Moins le paiement de ses aides, Kyaw gagne environ 12 000 kyats par émigré (≈ 7,08 €), ce qui représente pour un transit moyen de 30 personnes par jour, un total de 360 000 kyats (≈ 212,4 €).

23Les taukè prennent en charge le prix demandé par les services de l’immigration, soit environ 100 bahts par personne (≈ 2,07 €) (20 bahts [≈ 0,41 €] il y a une dizaine d’années). Néanmoins, les conditions de passage de la frontière varient régulièrement et il est parfois plus facile d’endosser le coût d’un border pass à courte durée (500 bahts [≈ 10,35 €], 2 000 [≈ 41,4 €] à 2 500 [≈ 51,75 €] pour un border pass d’un an).

L’étroitesse de la rivière Pakchan à hauteur de Lumphorn permet même de traverser la frontière à pied en saison sèche.

24Une autre façon de traverser la frontière est la voie de terre, à l’endroit où la rivière Pakchan – descendant de la chaîne montagneuse du Tenasserim et délimitant la frontière entre les deux pays – est la plus étroite, vers Lumphorn (en face de Kra Buri en Thaïlande). D’après les courtiers interrogés, environ 500 Birmans passent la frontière en un jour et une nuit par les environs du village de Lumphorn. Si les Birmans sont pris en charge par un réseau de courtiers, le passage de la frontière (trajet en moto-taxi depuis Kawthaung jusqu’à la maison du courtier côté thaïlandais) leur coûte 1 000 bahts (≈ 20,7 €) pour deux personnes. S’ils sont venus à Kawthaung par eux-mêmes, cela leur coûtera 1 500 bahts (≈ 31,05 €) pour deux personnes, selon la logique marchande du « prix de gros ». Les policiers birmans sur la route secondaire qui mène à la frontière sont dans des baraquements et surveillent la route de loin : s’il s’agit d’émigrants (facilement reconnaissables, ils sont au moins trois par moto, souvent avec des enfants, plutôt bien habillés, avec des sacs, et les motos roulent à tombeau ouvert au cas où elles seraient suivies), ils descendent prélever 4 000 kyats (≈ 2,36 €) par personne. Sinon on ne les voit pas. Leur présence ne sert donc en aucun cas à réguler l’immigration, mais au contraire, à en tirer profit. Certains taxis font trois allers-retours en une journée et une nuit, sachant qu’il leur faut deux bonnes heures aller (en roulant normalement 2 h 30) dont la moitié du temps sur une route particulièrement défoncée, et très dangereuse en saison des pluies. Les Birmans qui passent ont pour la plupart un travail à la clef. Une fois de l’autre côté, ils attendent le moment opportun dans la maison du courtier.

25C’est lui qui trace les itinéraires des voitures avec lesquelles il emmène les Birmans dont la destination est le plus souvent le port de Mahachai, au sud de Bangkok. De la frontière au lieu de destination, un groupe change au moins trois fois, parfois cinq, de voiture. Les itinéraires sont faits en fonction des check points. Si ce sont des check points policiers, ils sont négociés par le courtier avec des policiers de sa connaissance. Les voitures sont toutes équipées de CB et de GPS. Les check points militaires sont évités, et s’ils ne peuvent l’être, les Birmans devront les contourner à pied. Les morts sur le trajet sont fréquentes, surtout à la saison des pluies (paludisme, noyades lors des traversées de rivière, etc.).

26Le retour de Thaïlande vers la Birmanie fait lui aussi souvent partie du réseau de l’immigration orchestrée par les patrons, courtiers et officiels locaux. En croisant les données obtenues d’après les interviews des immigrants et des passeurs, on peut supputer que sur le nombre estimé de Birmans se rendant chaque année en Thaïlande par la frontière sud, environ un tiers fait le chemin inverse.

27Du point de vue du passage, la différence majeure avec l’émigration vers la Thaïlande est qu’une fois revenus du côté birman, il est plus facile de partir de Kawthaung pour l’intérieur du pays que de s’y rendre, même si sur la route les Birmans sont souvent soumis à des interrogatoires visant à leur faire avouer qu’ils sont allés travailler illégalement à l’étranger. Un retour depuis le sud de la Thaïlande reste néanmoins bien moins coûteux que l’aller, 3 000 ou 4 000 bahts (≈ 62,1 à 82,8 €) contre 10 000 bahts (≈ 207 €).

28D’après nos enquêtes, pour les Birmans qui viennent du centre de la Thaïlande, Bangkok et ses alentours, il est souvent moins coûteux et périlleux de regagner la frontière de Mae Sot par la voie « officielle ». Le « jeu » consisterait à se déclarer comme travailleur illégal, se faire arrêter et ensuite « raccompagner » à la frontière. Il en coûtera 1 000 bahts (≈ 20,7 €) donnés aux policiers pour la libération, 1 000 bahts au courtier qui s’occupe d’organiser l’arrestation et la libération, 1 000 bahts pour le trajet et enfin 1 000 bahts pour passer la frontière, soit un total de 4 000 bahts (≈ 82,8 €). Ceci revient beaucoup moins cher que de revenir sur Kawthaung, environ 10 000 bahts (≈ 207 €).

29Cette monétisation de la mobilité est la conséquence directe de l’imposition d’un contrôle centripète national créant l’illégalité en même temps qu’elle lui donne une plus-value en ne considérant pas l’inéluctabilité du processus migratoire et surtout sa nécessité concernant le développement des frontières, donc des États. Comme l’indique Horstmann (2002, p. 8), les frontières sont non seulement nécessaires à l’État pour en dessiner les limites, mais également pour en définir ce qui en fait ou non partie.

30D’un point de vue purement économique, l’immigration peut être vue comme un flux monétaire international dont le point de dérivation principal au profit de l’État est la frontière et son administration (policiers, agents de l’immigration) qui en tire de substantifiques revenus sans qu’il soit possible d’en juger au niveau national ou régional les retombées monétaires pour l’État. Indirectement ensuite, nous allons le voir, l’immigration est non seulement un mal nécessaire au développement du sud de la Thaïlande, mais traduit également une réalité d’échanges et de mixité intrinsèque à la région.

Estimations du nombre de migrants transitant par Kawthaung
Sachant que la majorité des migrants transite par les guest houses de Kawthaung, il nous est possible de faire une première estimation. Il existe quatorze guest houses assurant le transit des migrants de Kawthaung vers Ranong. Si l’on compte au bas mot une trentaine de Birmans par jour, cela représente 12 600 Birmans par mois qui transiteraient vers le sud de la Thaïlande.
Un autre calcul possible peut être fait à partir du nombre de passagers des speed boats. Ces bateaux ont une capacité de 300 personnes, et tous les acteurs de la filière s’accordent à dire qu’au moins 250 d’entre elles l’utilisent afin de passer la frontière. Sachant qu’il y a au minimum un bateau, le plus souvent deux et parfois trois par jour qui arrivent au port de Kawthaung, cela représenterait environ 13 000 personnes par mois, ce qui correspond au calcul précédent, sachant qu’une partie d’entre elles transitent au départ de Kawthaung vers la Thaïlande par un autre lieu situé à proximité du village de Lumphorn (cf. infra).
Il s’agit là de chiffres minorés et il est bien plus probable qu’il s’agisse du double. Ainsi, selon ces estimations nous arriverions à un passage d’un minimum de 150 000 Birmans par an, rien que par la frontière maritime entre Kawthaung et Ranong. La réalité est sûrement plus proche des 300 000. Par ailleurs, ces chiffres ne prennent pas en compte les personnes « hors circuit », utilisant leurs réseaux familiaux. Les professionnels de la filière illégale estiment le nombre de Birmans passant par leurs propres moyens à une centaine par jour.

Estimation du nombre total de migrants légaux et illégaux traversant la frontière de Kawthaung

Estimation du nombre total de migrants légaux et illégaux traversant la frontière de Kawthaung
  • 40 Taux de conversion Baht/Euro au 16 août 2009, site du ministère de l’Économie, des Finances et de (...)

1 euro = 48,30 bahts40.

31Le passage par le sud de la Birmanie, tout autant que celui de Mae Sot et le passage des Trois Pagodes, est un point sensible de l’immigration birmane. D’après nos estimations, plus de 192 000 Birmans empruntent chaque année cette entrée vers une liberté espérée. Or, il ne s’agit que d’un point de passage sur la totalité des 2 400 kilomètres de frontière qui séparent la Birmanie et la Thaïlande. Ainsi, avancer un chiffre de 4 millions d’immigrés birmans travaillant en Thaïlande ne paraît en rien aberrant (même si l’on doit prendre en compte les retours difficiles à évaluer puisque les border pass sont utilisés par plusieurs personnes). La plaque tournante a longtemps été Ranong et sa jumelle birmane Victoria Point ou Kawthaung, dont nous allons tenter de définir les spécificités.

3 - Vendeurs d’âmes : différenciation et spécialisation de l’humanité trafiquée

  • 41 Il y eut un manque de main-d’œuvre dans les années de croissance (1987-1997) qui a poussé beaucoup (...)

32L’augmentation de l’immigration illégale va de pair avec une spécialisation des filières et le trafic de travailleurs immigrés s’oriente naturellement vers les travaux générant les salaires les plus élevés, qu’il s’agisse de travaux « déshonorants », dépréciés ou harassants, à savoir principalement la prostitution et la pêche, et dans une moindre mesure les travaux de construction41. Il existe aussi une catégorie d’illégaux birmans (personnel souvent féminin) très importante, celle des employés de maison et des vendeuses. L’approvisionnement en travailleurs et travailleuses de ces filières a évolué avec le temps pour finalement couvrir l’ensemble des procédés rencontrés, de l’immigration volontaire, avec ou sans courtiers, jusqu’au trafic employant le mensonge pour attirer l’immigrant (e). La sectorisation du développement du sud a donc induit une sectorisation de l’immigration.

  • 42 «The women and girls face a wide range of abuse, including debt bondage; illegal confinement; forc (...)

33Notons que l’appel à ces marchands d’hommes est moins propre aux frontières qu’à la prostitution qui a recours à ces intermédiaires à l’intérieur même du pays, afin de ramener par exemple des jeunes filles des régions excentrées vers les bordels de Yangon. En effet, eux seuls sont capables de fournir des packages à « ouvrir », packing [de l’anglais] phwin de en birman, c’est-à-dire des jeunes filles vierges, très demandées pour leur supposé pouvoir de régénérescence de la force virile des hommes (surtout en Chine) et aussi très demandées car supposées être moins porteuses de maladies42.

34D’ailleurs, les réseaux s’entrecroisent la plupart du temps et les courtiers, dont les réseaux sont eux définitivement liés aux frontières, sont également sollicités afin de faire passer des marins pour la pêche thaïlandaise.

4 - La filière pêche : un système hiérarchique pour un travail dangereux, dénigré… mais accepté ?

  • 43 Cf. Hnin Hnin Pyne 1988 et J. Baffie 2008 pour ce qui concerne la prostitution birmane et le sud d (...)

35Contrairement aux nombreux récits qui accompagnent les études sur la prostitution en Asie du Sud-Est43, rares sont ceux qui traitent de la vie des pêcheurs dans l’industrie maritime dont la Thaïlande est un des principaux acteurs dans la région. Or, il s’agit du secteur qui emploie probablement le plus de Birmans dans le sud de la Thaïlande, sans compter l’industrie du port de Samut Prakan au sud de Bangkok. Dans la seule province de Ranong, entre 163 000 et 213 000 Birmans (toutes origines confondues) travaillent dans l’industrie de la pêche, sur les bateaux ou à terre dans les compagnies de conditionnement et transformation du poisson, constituant comme le remarque Horsmtann (2002, p. 18) des communautés birmanes sur le long terme. En atteste la ville de Ranong et plus particulièrement le quartier presque exclusivement birman de Phaw Khaw (situé derrière le port), ou le village de Phèpha (2 000 à 3 000 Birmans selon nos sources) à côté de Kura Buri. Il existe en réalité des bases territoriales sur lesquelles s’appuient les trafics : Ranong (avec une segmentation vers Paknam ou la ville birmane et la ville thaïlandaise), Kra Buri (passage le plus important au nord de Ranong, une filière qui alimente essentiellement les plantations), Kura Buri (une escale pour des bateaux qui se dirigent vers la haute mer, mais de moyen tonnage). Kura Buri est aussi un réservoir de main-d'œuvre et une plateforme pour aller vers la Malaysia ou ailleurs et éviter les gates (les postes de contrôle). Les Birmans de Kura Buri ne forment pas une communauté aussi unie et nombreuse que celle de Ranong, mais plutôt une plaque tournante avec un nombre fixe de Birmans à demeure. Nous en voulons pour preuve que les prostituées sont très peu nombreuses (quelques dizaines si nous ne comptons que les prostituées à plein temps) ce qui montre que Phèpha (le port de Kura Buri) n’est pas un lieu de relâche, mais un simple passage vers d’autres lieux.

Le port de Phèpha (Kura Buri), haut lieu de transit pour les chalutiers et la main-d’œuvre birmane.

36La pêche représente en termes de revenus – avec le tourisme – l’industrie la plus importante du sud de la Thaïlande et, hormis les capitaines, les marins sont presque tous originaires de Birmanie, qu’ils soient môns, birmans ou encore arakanais. En effet, en ce qui concerne la pêche maritime, la demande est plus spécialisée. La plus basse main-d’œuvre doit être composée d’hommes birmans dans la force de l’âge. Pour les responsables d’équipage ou contremaîtres, yeshu, les patrons thaïlandais demandent de préférence des Môns, avec lesquels ils se sentent « ethniquement » plus proches. Lorsque le royaume de Pegu fut définitivement conquis par les Birmans au XIVe siècle, nombre de Môns se réfugièrent en Thaïlande et certains intégrèrent même le royaume thaïlandais. Il se crée ainsi une hiérarchisation des relations allant avec la hiérarchisation des salaires. Les Thaïlandais dominent les Môns, qui eux-mêmes méprisent volontiers les Birmans.

  • 44 «Owners are not directly involved in the management of Burmese crews. Rather, boat captains and fo (...)
  • 45 Il nous a déjà été rapporté que certaines femmes de marins se prostituent occasionnellement durant (...)

37Ce sont les yeshu qui organisent le recrutement devenant parfois les intermédiaires entre le patron-taukè (du bateau ou de la compagnie) et le courtier ; dans un des cas qui nous ont été rapportés, il se trouvait que le courtier, une femme, était tout simplement la tante du contremaître. La discrimination au profit du yeshu commence dès le recrutement des marins – et a fortiori s’ils sont directement liés au contremaître –, car ils reçoivent l’argent qui servira à employer les Birmans des mains du capitaine qui lui-même est chargé de payer la partie la plus qualifiée de l’équipage (assistant du capitaine, ingénieur, etc.), des Môns en général. Ainsi, le salaire que retirera le yeshu d’une campagne de pêche dépendra de ce qui lui reste entre les mains après avoir payé l’équipage44. Ce système de rétribution en « escalier » assure un contrôle absolu sur la main-d’œuvre dont le turnover est élevé. Cependant, cela n’empêche pas qu’une partie de l’argent soit perdue, car les matelots reçoivent souvent une avance sur salaire qui leur permettra de faire vivre leur famille lorsqu’ils sont en mer (bien que cela soit rarement suffisant s’ils partent plusieurs mois45) et parfois certains s’enfuient sans embarquer. Cette avance sur salaire fait du métier de pêcheur un attrait pour beaucoup de jeunes Birmans, alors que la plupart sont au courant des conditions et des risques. Ce n’est donc pas la réalité, ni même l’information qui changeront quelque chose à la structure de l’immigration, mais bien la construction d’un imaginaire puissant. Celui-ci s’appuie sur les récits des gens qui ont réussi et les rumeurs concernant ceux qui disparaissent. Le choix finalement appartient aux migrants. Mais le fait que Ranong et Kura Buri soient des lieux intégrés dans la géographie mentale des Birmans les rend plus vulnérables aux trafics. Ils estiment avoir des recours et des confrères qui les aideront. Beaucoup y ont des relations ou de la famille.

Un walat thaï en train de draguer dans les eaux birmanes

  • 46 62,1 - 82,8 €.

38Les salaires en eux-mêmes varient entre 4 000 et 5 000 bahts (82,8 - 103,5 €) pour des sorties de quarante-cinq jours (soient 3 000 à 4 000 bahts par mois46) pour les bateaux restant dans les eaux de la région. Le salaire est un peu plus élevé pour les bateaux partant plusieurs mois en mer. Néanmoins, d’après nos observations, l’argent économisé en mer, surtout pour ceux qui n’ont pas de famille, est très vite dépensé en alcool, jeux et filles au retour. Le travail de marin pêcheur est hautement dévalorisé en Thaïlande comme nous l’avons dit, ce qui rend la main-d’œuvre birmane si nécessaire. Toutefois, il l’est tout autant dans la culture birmane et est donc vécu comme une expérience particulièrement violente, ceci s’ajoutant aux conditions de vie sur les bateaux, particulièrement dures, voire inhumaines. Le yeshu, quant à lui, gagne environ 6 000 bahts (124,2 €), parfois plus, en fonction de sa propre gestion des salaires de l’équipage.

L’histoire exemplaire d’une vie de marin-pêcheur birman

39Il ne nous est pas possible de donner toutes les interviews in extenso. Nous en avons donc choisi une particulière qui permet d’aborder la plupart des problèmes soulevés par l’enquête. Nous présentons ici le récit d’un jeune Birman (âgé de vingt-trois ans au moment de l’interview), qui, il y a quatre ou cinq ans a entrepris d’aller travailler en Thaïlande. Ce récit n’a pas été choisi parmi d’autres pour son caractère romanesque (bien que tous les faits relatés soient avérés), mais parce que les détails de cet itinéraire permettent de donner une vue d’ensemble de ce que représente l’immigration birmane dans le sud de la Thaïlande en général et dans l’industrie de la pêche en particulier.

40La violence qui y est décrite est attestée par une majorité des pêcheurs qui ont embarqués sur les chalutiers partant pour des mois, parfois des années, interrogés pour cette enquête. Cette interview a été réalisée sur la frontière au nord de Ranong, au début de l’année 2009.

  • 47 La dette de vente est donc assimilée à ce que l’on donne à un courtier pour trouver du travail, so (...)
  • 48 Il s’agit d’un autre « Indien » que le courtier qui l’a vendu. Ce fait suggère une probable organi (...)

41 « Je suis arrivé à Kanbo [vers le port de Samut Prakan au sud de Bangkok] par l’intermédiaire d’un Indien nommé Mamo. J’ai alors été vendu pour 5 000 bahts (103,5 €) pour le compte d’un maître charpentier. Au moment où l’on m’a vendu, je n’étais pas au courant. Je l’ai su le surlendemain matin. Les 5 000 bahts que j’avais empruntés47 je devais les rembourser avec mon travail, ce que j’ai réussi à faire en un peu plus de cinq mois. J’avais alors à peine de quoi prendre la route. J’ai donc voulu rentrer, et l’Indien48, il m’a dit « ne t’en vas pas, il y a du travail ici, rentre quand tu auras économisé ». Mais moi je lui ai dit que je voulais rentrer en Birmanie, alors il m’a donné 1 700 bahts (35,19 €) de plus.

  • 49 Le regroupement familial à l’étranger, ici hors de sa ville natale bien que Kawthaung puisse déjà (...)

42 Je suis parti le soir, en marchant. Je coupais par la forêt en marchant à proximité de la route. Je ne connaissais pas l’endroit et allais prudemment, en me cachant souvent. Mais peu importe où j’allais, pour moi l’important était de me cacher. J’ai ainsi marché pendant trois jours et je suis arrivé à Neyaw, dans une ferme de crevettes qui appartenait à des étrangers. J’y ai fait la connaissance d’un Birman qui s’appelait K. M. Lui, ça faisait trente ans qu’il était arrivé de Birmanie. Après être resté une dizaine de jours là-bas, je suis parti sur un chalutier grâce aux recommandations de K.M. Il m’a dit que je pourrais gagner 4 000 bahts (82,8 €) par mois. Le capitaine était thaïlandais et les marins étaient môns et birmans… il y avait un peu de tout, des Arakanais également, mais pas de Thaïlandais à part le capitaine. Je suis rentré de mer la première fois au bout de six mois et je suis reparti trois mois. J’ai passé en tout neuf mois sur le bateau et je suis resté là-bas environ un an. Je suis ensuite retourné à Kawthaung pour retrouver ma sœur 49 . J’y suis allé seul par l’intermédiaire d’un courtier, j’ai payé 6 000 bahts (120 €) depuis Neyaw. Une fois arrivé dans le port de Kawthaung, je ne savais pas où habitait ma sœur, je savais juste qu’elle était dans cette ville. Alors arrivé là-bas, je suis resté là où j’étais. Alors que je mangeais dans un petit restaurant du port, j’ai rencontré un Indien du nom de H.L. Il est venu y boire un thé. On a commencé à parler et je lui ai raconté que j’avais une sœur ici, mais que je ne savais pas où elle habitait. Il m’a dit que ce n’était pas facile de la retrouver dans ces conditions, qu’il me fallait au moins une adresse. On a parlé de ci et de ça, je lui ai dit que je n’avais ni travail ni endroit où rester. Il m’a alors dit qu’à Ranong je pouvais travailler sur un bateau pour 6 000 bahts (124,2 €) par mois : « Si tu veux me suivre, tu n’auras qu’à me rembourser le prix du trajet. » Il avait l’air serviable, et avec six autres Birmans, nous sommes allés à Ranong, au quartier de Phaw Khaw [quartier birman situé derrière le port]. Nous sommes passés avec un border pass valide sept jours. Nous avons payé 500 bahts (10,35 €) par personne pour la traversée. Nous sommes restés à Ranong trois jours, je crois. Le bateau n’était pas encore parti. Nous étions chez la patronne originaire de Dawei qui avait épousé un Thaïlandais.

  • 50 Il semble qu’il y ait confusion tout au long du récit entre Inde et Indonésie, sans qu’il soit pos (...)

43 Après nous avons embarqué. Il y avait moi, birman, il y avait un Indien et un Arakanais aussi, les autres étaient birmans dans notre groupe initial de sept personnes. Sur le bateau, le reste de l’équipage était môn. Ils étaient du côté des Thaïlandais. Le yeshu [patron des matelots] était môn, son assistant môn, le mécanicien môn, le responsable de la barre môn, que des Môns. Ils étaient neuf en tout. Nous étions sur un chalutier de gros tonnage, de ceux qui vont draguer en pleine mer. Nous avons d’abord navigué vers l’île thaïlandaise de Meyi [il semble que ce soit avant Ko Surin], puis vers Phuket. Après, ils nous ont dit que nous étions près de la frontière malaise. Ensuite, nous sommes arrivés du côté de « l’Indo50 », dans les eaux indiennes. Nous sommes restés en mer plus d’un an. Ces bateaux restent au moins six mois en mer et s’ils doivent revenir à terre, pour réparer une panne ou autre chose, les marins sont alors transférés sur un autre bateau. J’ai su que nous avions été vendus du jour où nous sommes partis. Au début ils nous ont dit qu’on allait draguer dans les environs de l’île de Meyi seulement, ce que nous avons fait pendant huit mois environ. Ensuite nous sommes partis vers l’Indo.

  • 51 Celui qui sert à jeter les déchets à l’arrière du bateau.

44 Les premiers ennuis sont arrivés à cette île de Meyi. Là-bas, le yeshu môn et ses autres copains môns aussi, ils parlaient entre eux en thaï. Dans notre groupe de Birmans, il y en avait deux ou trois qui parlaient thaï aussi. Entre eux, Môns, Thaïlandais, ils s’entraident… Dans notre groupe il y avait celui qu’ils appelaient le « petit Indien ». Ils lui ont demandé d’aller creuser la glace dans la cale. Lui qui n’avait que des sandales, il ne pouvait pas. Moi qui avais des bottes, ils ne m’ont pas demandé. Ils voulaient que ce soit lui, je ne sais pas ce qu’ils avaient après lui. Mais il a dit qu’il ne pouvait pas. Les Môns lui ont alors dit d’aller faire la cuisine. Moi je me suis mis à la glace, sur tribord. Il est donc allé à l’arrière, comme il était en train de faire la cuisine il était près du trou51. Nous, nous étions tous occupés à travailler sur l’avant du bateau. Alors, le yeshu est lui aussi allé à l’arrière, et l’a frappé avec une machette pendant qu’il avait la tête au-dessus des casseroles et l’a ensuite balancé près du moteur. La casserole où nous faisions la cuisine était énorme. La tête de l’Indien est tombée dedans. Il a ensuite jeté le corps dans la cale du moteur. Moi j’ai entendu du bruit et je suis arrivé et quand j’ai vu ça, je suis devenu fou. J’ai jeté le corps à l’eau. Notre groupe s’en est pris au yeshu qui a frappé un autre Birman avec la machette.

Une flottille de walat effectuant l’échange poissons/glace dans les eaux birmanes. Les navettes permettent aux bateaux de pêche de rester plusieurs mois en mer sans jamais rentrer à terre.

45 Le capitaine n’était pas là, il était parti voir des gens sur un autre bateau amarré dans la même baie. Les Môns ont commencé à se moquer : « vous avez peur », ils nous raillaient. Ils ont commencé à remuer à l’avant. Moi je m’entendais bien avec les Môns, mais je m’entendais bien aussi avec celui qui a eu la tête coupée. Alors je suis allé vers eux et j’ai pris la pelle à glace pour me battre. Le yeshu était resté à l’arrière, sonné parce que je l’avais frappé. Comme je m’y suis mis, tout le groupe s’y est mis aussi. Il y a deux Birmans qui sont tombés à l’eau. Ils ont été emportés par le courant vers la mer. Les Môns utilisaient des couteaux, un peu dans le style des longs couteaux japonais [sabres]. Moi j’avais la pelle. Dans notre groupe il y en a un autre qui s’est fait frappé, il a été blessé à la gorge. Celui-là je ne sais pas s’il était mort ou non, je l’ai poussé à l’eau [d’après ce que l’on comprend pour qu’il s’en sorte]. Je suis birman, comme eux. J’en ai poussé deux autres, des Birmans, à l’eau. Avec la brûlure du sel sur la blessure, il n’aurait pas pu nager tout seul. Ils sont trois à être partis à l’eau. Est-ce qu’ils sont morts ou vivants ça je ne le sais pas. Je ne les ai jamais revus.

46 Et puis le capitaine est enfin revenu sur le bateau et a tiré deux coups de feu en l’air, ce qui a calmé tout le monde. Il a ordonné qu’on regagne nos postes et nous avons pris la pleine mer. Cela faisait huit ou neuf mois que nous étions en mer. Nous sommes allés vers l’Indo. Une fois, en Indo, il y en avait un qui s’appelait… enfin il était karen. Je me suis enfui avec lui. Cela faisait plus d’un an, un an et demi que nous étions en mer. Sur le GPS, j’ai vu que nous étions près d’une île. Elle n’était pas à plus de 2 miles et le courant portait vers la côte. Alors que le bateau était en train de draguer, nous nous sommes mis à l’eau. Nous avons dû descendre vers deux heures de l’après midi et arriver vers cinq heures sur la côte.

47 Nous sommes arrivés en Inde de la sorte. Personne n’a fait mine de nous arrêter. Peut-être parce que nous étions en pantalon de marin. Nous ne savions pas parler « indien », donc nous avons marché « à l’aventure ». Et puis nous avons pris le train de nuit, en montant en fraude sur le toit et nous avons roulé toute la journée. Nous sommes descendus près de la frontière birmane. Seulement après une journée et une matinée nous nous sommes fait rattraper par le yeshu. Je ne sais pas comment il nous a retrouvés. Nous avions faim et pas d’argent. Cela faisait presque deux jours que nous n’avions rien mangé. Lorsque nous sommes descendus, le yeshu était là, et on n’a pas pu s’enfuir, car ses acolytes nous encerclaient. Nous sommes de nouveau revenus sur le bateau et ils ont tué l’autre. Là-bas [sur le bateau], il restait une personne. Nous n’étions plus que trois Birmans avec celui qui s’était enfui avec moi. Celui-là il s’appelait S. Lui et le yeshu ne s’entendaient pas depuis le début. Il était têtu comme une mule et le yeshu aussi. Ce dernier, après l’avoir attrapé, l’a balancé à la flotte devant le capitaine. Il n’y avait pas trop de courant. Ils lui ont tiré dessus à deux reprises, mais ils ne l’ont pas eu. Il a plongé et ils ont tiré, mais il est remonté, il n’était pas blessé. Alors, ils ont commencé à tourner autour avec le bateau. Moi s’ils ne m’ont rien fait, c’est que je m’entendais bien avec le yeshu. Lui ils lui ont attaché une corde au cou et ont tourné avec le bateau pendant au moins dix minutes, mais il n’était pas mort. Des hommes sont donc descendus à l’eau et lui ont lié les pieds avec une corde à un autre bateau qui est parti en sens inverse. Il est mort comme ça, la langue sortie. Ensuite ils ont coupé la corde.

48 Par la suite, nous étions dans les eaux thaïlandaises lors de la fête du roi. Ça c’est eux qui me l’ont dit. Nous n’avions pas accosté, mais j’ai vu sur le GPS que nous étions à 4 miles environ de la côte. Cette nuit-là ils ont bu et mangé, le capitaine aussi. J’ai d’abord frappé le yeshu qui était saoul à l’arrière. Je me suis servi d’une croix à boulons. Le yeshu était d’ordinaire tout le temps entouré. Lorsqu’il allait aux toilettes, il y avait au moins deux personnes pour faire la garde. Cette nuit-là, l’anniversaire du roi, ils étaient saouls et le yeshu était tout seul, lui aussi bourré. Nous étions ancrés pour la fête du roi, et des amis du capitaine étaient venus à bord, ils ont bu ensemble. Après avoir frappé le yeshu, alors que j’étais en train de descendre, je suis tombé sur un autre Môn, complètement saoul lui aussi. Je n’avais rien avec moi qu’un petit couteau pour couper les filets. Comme il allait crier, avant qu’il ne crie je l’ai frappé avec mon couteau et jeté à l’eau. Nous sommes descendus avec l’autre Birman qui restait et nous sommes partis à la nage. Nous sommes arrivés sur la plage aux environs de sept heures du matin. Nous avons marché par un chemin de forêt toute la nuit. Là, les hommes du bateau avaient prévenu la police.

49 Nous étions revenus vers Chanpo [toujours au sud de Bangkok]. Comme j’y étais déjà allé une fois, je connaissais les environs. Je suis resté quatre-cinq jours dans un cimetière. Il y avait des gens qui apportaient du riz gluant en offrande, et moi je me servais et repartais dans la forêt. J’ai vécu comme cela pendant quatre ou cinq jours.

50 Après m’avoir cherché pendant cinq jours sans me trouver, il semble qu’ils aient cessé les recherches. Les Môns avaient prévenu la police car c’est dangereux pour eux de laisser partir des gens. Moi je sais comment ils travaillent et ce qu’ils font alors qu’eux ne veulent pas faire connaître leurs actes.

51 J’ai longé la côte vers la ville. Là-bas il y a des Birmans et je leur ai demandé un pantalon et un t-shirt, puis je me suis enfui par les petites routes. J’allais vers Ranong. Avant d’arriver à Neyaw je me suis fait attraper par la police. Eux aussi voulaient me vendre, pour 5 000 bahts (103,5 €) sur ce genre de bateaux qui vont en Indo. Le flic a passé un coup de fil pour me vendre : « J’ai ici deux Birmans, je les vends pour 5 000 bahts chacun… ». Puis il nous a donné à manger. Nous étions dans sa chambre, à l’arrière de la guérite. Lui était à l’avant de la maisonnette, car il était de garde à la gate. Nous nous sommes enfuis par la porte arrière. Nous avons couru jusqu’à en perdre haleine et avons fini par arriver à Lakku. À la gate de Lakku. Là-bas ce n’était pas facile, car il y a aussi des policiers sur les routes secondaires et là-bas ils contrôlent énormément. Nous nous sommes séparés à la nuit. Moi je me suis enduit le t-shirt de crotte d’éléphant, accroché des boîtes de lait concentré, je te jure que je ressemblais à un fou. Je me suis conduit comme un fou, allant d’une voiture à l’autre. Ils se sont approchés de moi, mais je puais tellement qu’ils m’ont laissé tranquille. Ils m’ont simplement pris pour un fou. Après je suis arrivé à un arrêt de car et ai demandé combien pour Ranong. C’était 45 bahts (0,93 €) de Lakku. Il y avait là-bas un Birman qui parlait thaï, un qui travaillait dans une plantation d’hévéas. Je lui ai demandé de l’aide et expliqué que de l’autre côté [de la gate], il restait mon compagnon. Alors, ils se sont arrangés pour le faire passer dans les range-bagages qui sont au-dessus des sièges dans un car caché derrière des marchandises. Nous nous sommes libérés comme cela. Et nous sommes rentrés à Ranong.

52 J’ai travaillé un moment là-bas, dans une compagnie où je faisais de la maçonnerie, des choses comme ça. Je louais une chambre à Phaw Khaw. J’ai également travaillé dans des compagnies de pêche, à trier le poisson, je me faisais 50 bahts (1,03 €) par heure. Je mettais le poisson dans la glace. Par la suite, j’ai réussi à contacter ma sœur et je suis rentré à Kawthaung.

53 […]

54 Je ne sais pas combien de Birmans sont vendus de la sorte, mais il y en a beaucoup. Quand je vendais des moteurs sur le port, je voyais parfois des noyés. Et je les entendais dire : « les Thaïlandais ne nous ont pas aidés ». De grands corps qui criaient. Il y en a beaucoup qui se font vendre et ils sont nombreux à mourir. »

55Les enseignements à tirer de ce récit sont nombreux. Tout d’abord, l’itinéraire de ce jeune birman démontre que le désir d’aller travailler à l’étranger, nourri par la représentation d’un développement économique profitable à tous, finit souvent dans le trafic humain.

56D’un point de vue légal, le protocole adopté par les Nations unies en 2000 (Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, especially Women and Children) apporte pour le trafic d’êtres humains la définition suivante :

57 « “Trafficking in persons” shall mean the recruitment, transportation, transfer, harbouring or receipt of persons, by means of the threat or use of force or other forms of coercion, of abduction, of fraud, of deception, of the abuse of power or of a position of vulnerability or of the giving or receiving of payments or benefits to achieve the consent of a person having control over another person, for the purpose of exploitation. »

58À partir de cette définition et connaissant le processus migratoire des Birmans vers le sud de la Thaïlande, la presque totalité des Birmans immigrés a été trafiquée un jour. Peu importe le travail, les travailleurs sont pour la plupart abusés (par la quantité de travail qu’il leur est demandé de fournir, les salaires escomptés et réels, les moyens d’asservissement tels que les dettes, etc.) et ont profité financièrement au courtier, aux officiels locaux, etc.

59D’après nos enquêtes, les marins vendus à bord des bateaux partent des dizaines de mois en mer et ne reviennent que rarement sains et saufs. Il semblerait qu’ils soient échangés à longueur d'année, revendus de bateau en bateau sans jamais avoir la possibilité de revenir à terre, sinon en prenant la fuite, ce qui en mer est forcément périlleux. Comme l’auteur du récit, la plupart d’entre eux ne comprennent que bien plus tard qu’ils ont été vendus. La majorité des trafiqués ont entre seize et dix-huit ans et sont parfois plus jeunes.

Déchargement d’une cargaison de walat qui se compte en centaines de fûts.

Un walat à l’appareillage. Il ne rentrera au port qu’une fois les centaines de fûts qu’il transporte remplis de poissons.

60Les recruteurs sont nombreux à traîner dans les ports à l’affût de jeunes prêts à tout pour gagner un peu plus :

61 « Ils sont beaucoup à n’avoir qu’une idée en tête, travailler à bon prix, à tout prix, et c’est comme cela qu’ils se font avoir. C’est toujours la même histoire, quelqu’un a entendu que tu cherchais du travail. On te parle de façon rassurante et, pour peu que tu ne connaisses pas l’endroit dont on te parle, la Thaïlande, il est facile de tomber dans l’engrenage. Une fois sur place, dans un endroit que tu ne connais pas et où l’on parle une langue que tu ne comprends pas, difficile de faire machine arrière. La plupart finissent noyés ou tués d’une quelque autre façon. » Une femme de yeshu de Ranong, interviewée en 2009.

62Le fait est qu’une fois en mer, les Birmans n’ont plus d’existence officielle. Contrairement aux autres travaux pour lesquels les Birmans, même s’ils sont illégaux, peuvent avoir une carte de travail les rattachant au patron-taukè qui les emploie, rien ne permet de retracer la présence des Birmans au sein de l’industrie de pêche en Thaïlande. Certes, les patrons doivent déclarer un nombre quelconque d’employés sur leur bateau auprès du département des pêches de la province. Néanmoins, le turnover sur les bateaux est relativement important. Les pêcheurs birmans lorsqu’ils sont à terre se font tamponner un simple carnet de notes, sur la première page duquel figure une photo de l’immigré, par les services de l’immigration, ce qui leur donne le droit de résider dans le port pendant sept jours. Il n’apparaît d’ailleurs pas clairement que cette procédure soit officielle au regard des différentes législations qui régulent la présence des travailleurs birmans en Thaïlande. Souvent, les Birmans se font tamponner ce genre de carnet même en l’absence de taukè par l’intermédiaire de Birmans « proches » des services de l’immigration, pour 130 bahts (2,7 €). Il s’agit donc a priori d’accord entre les taukè et l’immigration afin de « légaliser » la présence de ces Birmans sur le territoire thaïlandais lorsqu’ils sont à terre et une fois en mer, ils n’existent pour ainsi dire plus. Dans ces conditions, jeter un marin birman par-dessus bord n’aura à première vue que peu de conséquences pour le propriétaire du bateau et ainsi les différentes strates de l’équipage d’exercer un pouvoir sans bornes utilisant l’illégalité comme une fin en soi.

63De plus, lorsque la disparition d’un marin fait l’objet de plaintes de la famille, les marins semblent indiquer que le problème est en général réglé par une compensation financière de la part du taukè afin d’endiguer sa propagation jusqu’au système administratif.

  • 52 «On the Thai-Burmese border, the National Security Council, the Ministry of Labour and Social Welf (...)

64L’autre point soulevé par le récit du jeune marin est la complicité des autorités policières, soit que celles-ci aident les employeurs à retrouver des échappés, soit que les policiers agissent eux-mêmes en tant que recruteurs. Les autorités sont nombreuses à s’occuper de la gestion de la frontière et des trafics52.

« Employment prohibited ». Carnet réservé aux pêcheurs pendant leur repos à terre (maximum 7 jours).

  • 53 Il ne faut non plus oublier l’armée, dont le rôle reste à déterminer. La frontière et Ranong sont (...)

65Et il s’agit presque d’un euphémisme de dire qu’elles sont complices de l’immigration illégale et des trafics humains, et ce en tout point du système migratoire, de manière active ou passive53. Les inspections des bateaux de pêche sont accomplies sous le sceau du Labour Protection Act (1998) et du Labour Ministry Decree du 24 mai 2004. Rappelons, pour l’anecdote, que les peines encourues pour faciliter le passage d’un migrant sont très lourdes (jusqu’à dix ans de prison et 100 000 bahts d’amende (2 070 €). Un Memorendum of Understanding a été signé entre le gouvernement du royaume de Thaïlande et le gouvernement de l’Union du Myanmar en 2003 :

66 Workers of both Parties are entitled to wage and other benefits due for local workers based on the principles on nondiscrimination and equality of sex, race and religion. (Article 18)

67 The Parties shall take all necessary measures, in their respective territory, to prevent and suppress illegal border crossing, trafficking of illegal workers and illegal employment. (Article 21)

68Il s’agit donc bien d’établir un contrôle sur une migration nécessaire à l’économie. Mais la réalité des chiffres, 4 millions, commence à rendre la situation incontrôlable et la question se pose nationalement et internationalement. Que faire de cette population qui attire les regards d’observateurs internationaux et comment le faire ? Toutes les enquêtes butent sur la question des statistiques. La question reste évidemment les méthodes de collecte. Si l’on se fie aux statistiques officielles, sur le nombre de bateaux par exemple, le chiffre officiel de 500 bateaux à Ranong peut facilement être croisé avec d’autres sources pour donner le chiffre plus réaliste de 3 000. Par ailleurs sur la composition des équipages, le ratio autorisé officiel de 1 :9 étrangers par travailleur thaïlandais est évidemment impossible à respecter. Il nous appartient donc de donner des chiffres plus raisonnables quant à la composition d’un équipage normal et, plus difficile à estimer, l’âge de ses membres. Il faut aussi bien séparer les différents types de bateaux, leurs lieux de stationnement et d’opération. Il n’y a pas le même nombre de personnes à bord d’un bateau qui stationne six mois, un an et même plus en haute mer que sur un bateau qui part pour quinze jours (cf. annexe 2). Et le turnover des marins pendant les campagnes est important.

  • 54 «Dual nature of Ranong Port which acts as both a base and a stopover for unloading fish, loading m (...)
  • 55 «About half of the fishing trawler-owners which operate out of Ranong Port are from other province (...)
  • 56 «Approximately 90 per cent of the labourers in the maritime industry in Ranong are migrant workers (...)

69Le nombre de bateaux déchargeant à Ranong54 est de l’ordre de 3 000 (500 officiellement enregistrés, divisés en catégories, auxquels on doit ajouter ceux qui se réapprovisionnent et les illégaux)55. Le ratio autorisé officiel de trois travailleurs étrangers pour un Thaïlandais dans 22 autres secteurs de l’industrie nationale (traduisant déjà un important déficit de main-d’œuvre) est pour l’industrie de la pêche à 1 :956.

  • 57 Grand chalutier

70L’équipage d’un walat classique est de quinze à vingt personnes (plus s’il s’agit d’un wadan57 qui peut comprendre entre trente et quarante personnes, ceux-ci étant moins nombreux, soit 1/3 environ) ce qui nous donne 1 000 wadan donc entre 30 000 et 40 000 personnes et 2 000 walat, donc entre 30 000 et 40 000 personnes de plus.

71Selon nos informations, au maximum deux Thaïlandais (le capitaine, et éventuellement le capitaine en second) sur un walat, et entre deux et trois sur un wadan (avec l’expert en localisation des poissons) sont présents sur les bateaux. Pour le reste de l’équipage d’un walat, le contremaître est môn, ainsi que les deux mécaniciens le plus souvent, soit trois personnes. Il en va de même sur les wadan, avec en plus un assistant au contremaître môn lui aussi, soit quatre personnes. Bien sûr, il s’agit de modèles qui peuvent varier au cas par cas, mais ces chiffres reflètent une tendance assez générale.

De jour comme de nuit, les marins d’un walat sont sur le pont.

72Nous faisons ici la distinction entre Thaïlandais, Môns et Birmans, car, nous l’avons vu dans le discours des marins et dans le fonctionnement de la filière, il existe une connivence entre les deux premiers qui favorise la discrimination envers les seconds. Il nous paraît donc pertinent de faire cette différenciation entre d’un côté l’équipage dominant – Thaïlandais et Môns – et de l’autre l’équipage dominé, notamment pour les projections statistiques ci-après concernant les violences subies par les marins et le nombre de disparitions en mer. Cependant, en ce qui concerne le ratio autorisé officiel et la réalité, notons simplement que le nombre effectif de Thaïlandais sur ces bateaux fait pencher ce ratio – ici Môns et Birmans – à 1 :12 (cf. tableau ci-dessous), pour la province de Ranong. Celui-ci, comme le remarque B. Press (2004, p. 21), devrait être contrebalancé sur l’ensemble de la pêche maritime thaïe sachant que les marins thaïlandais sont plus nombreux sur les plus gros chalutiers allant pêcher dans les eaux internationales, tout en précisant que cette filière reste la plus mystérieuse.

  • 58 Rappelons la difficulté d’établir des statistiques sachant qu’il est impossible d’en obtenir qui s (...)
  • 59 Mahachai, Phetchaburi et les bateaux des eaux internationales devraient être ajoutés à ces chiffre (...)
  • 60 Ces chiffres n’ont que la fiabilité de prospectives faites à partir de nos enquêtes.

73Pour en revenir à la composition des équipages, il reste donc entre onze et quinze Birmans (toutes origines confondues hormis les Môns) sur un walat, soit entre 22 000 et 30 000 marins58. Sur un wadan, l’équipage birman est compris entre vingt-trois et trente-trois personnes, soit pour 1 000 wadan un total de 23 000 à 33 000 marins. On peut donc estimer le nombre de Birmans dans la filière pêche locale (Ranong et la Birmanie avec ses quatre zones de pêche exclusive (rakhine, mône, Dawei et Mergui) entre 45 000 et 63 000 marins. L’incertitude est naturellement grande, mais elle rend compte de la réalité de la récolte des données. Il faut aussi compter dans cette filière pêche les constructeurs, travailleurs des chantiers, trieurs des criées… Ainsi, en comptant les Môns et Birmans qui sont représentés dans tous les secteurs, nous obtenons une population de 93 000 et 122 000 hommes dans la filière pêche. Beaucoup de ces travailleurs ont des familles à Ranong ce qui nous rapproche du chiffre de 200 000 personnes59. On doit ajouter, dans la province de Ranong, les employés de maison, les vendeurs, les employés des plantations, ce qui nous donne environ 350 000 personnes, uniquement pour la province de Ranong60.

74Ci-dessous un tableau indicatif des salaires les plus courants dans les différents secteurs employant les Birmans dans le sud de la Thaïlande.

1 euro = 48,3 bahts

75Ces chiffres sont à manipuler avec précaution. Ainsi, une femme travaillant dans le bâtiment touchera un moindre salaire qu’un jeune homme dans la force de l'âge, car les travailleurs sont souvent payés à la tâche. Ceci est le cas également des saigneurs d’hévéas qui sont payés au kilo, sans parler des prostituées qui sont évidemment payées à la passe. Ces dernières sont celles qui mettent le plus de temps à rembourser leur dette, d’autant plus lorsqu’elles ont été « vendues ». Souvent, le prix à rembourser leur est même inconnu et les mécanismes de rétention, déjà décrits dans de nombreux rapports, sont multiples : les remboursements de leur chambre, de leurs repas, de l’électricité, etc., s’ajoutent au remboursement de leur dette, conduisant parfois à un endettement pour ainsi dire perpétuel. Dans ce cas, les filles n’ont d’autre choix que de s’échapper à l’insu de leur patron.

Les travailleuses birmanes de la criée de Ranong se comptent par centaines.

Travailleuses birmanes de Ranong sous la supervision du contremaître, une Thaïlandaise (premier plan).

  • 61 Selon des enquêtes menées à Pattani et Songkhla dans les années 1990-1995 il apparaissait que la m (...)
  • 62 La question du VIH se pose effectivement dans les statistiques, car il s’agit d’une maladie dont u (...)

76Revenons à la filière pêche locale de 93 000 à 122 000 personnes dont 56 000 à 73 000 marins birmans et môns environ, dont (si l’on tient compte du ratio de 1 :9) plus du tiers sont illégaux (et en réalité beaucoup plus, car les patrons profitent du ratio autorisé sans pour autant les déclarer) et se trouvent à bord de bateaux en permanence. Plusieurs catégories de bateaux sont à prendre en considération. Il y a ceux qui font des allers et retours pour des campagnes de pêche de quinze jours à un mois puis les autres qui attendent au large de ravitailler les petits bateaux pour leurs éviter de trop nombreuses rotations (un système mis en place devant les prix exorbitants d’exploitation demandés par les Birmans). Les bateaux restant en mer ont de plus grandes chances de faire souffrir leur équipage victime de sévices de la part des capitaines et contremaîtres. La tension, l’alcool et la drogue sont des facteurs bien connus de violence et de mort chez les marins, nous n’y reviendrons donc pas61. Il faut compter, outre la violence raciale, les tensions dues au confinement, les accidents et les maladies62, les fuites et les disparitions de membres d’équipage (sans compter ceux qui sont embarqués à bord en cours de route). Rappelons que les capitaines thaïlandais ne rentreront pas pour soigner un mourant, du moins pour la plupart d’entre eux, tant que les cales ne sont pas pleines et que donc le nombre de morts est relativement constant.

Quartier de Savampla, enclave birmane derrière le port.

77La ville de Ranong, du moins le port qui est séparé de la municipalité de Ranong et qui possède une gate peu efficace, est violente. Le nombre de morts par accidents de véhicules (imputables le plus souvent à des conducteurs drogués et alcoolisés) a été le plus important de Thaïlande. On affichait même dans les années 1990 à l’entrée du port un système de comptage automatique des morts, une macabre mise en scène pour essayer de freiner l’hécatombe, en vain. Cette violence spécifique à des comportements excessifs dus au travail dans une filière pêche que l’on dénigre et qui est déconsidérée, est renforcée par le fait qu’elle est dominée par des migrants qui pendant longtemps n’avaient pas « leurs marques » et étaient considérés comme des intrus. Le système s’est régulé dans les années 1990-2000 pour arriver à un équilibre incertain. Les Birmans étaient là et bien là, ils détenaient une partie importante du territoire et une ville dans la ville est soudain apparue au grand jour. D’abord halte provisoire avec ateliers de réparations et bordels sauvages, sont apparus peu à peu maisons, magasins, écoles et institutionnalisation des bars, des associations des marins et des prostituées et autres travailleurs des chantiers. Voilà une population qui a construit son espace social, qui a installé ses bases, et qui appartient à la « ville birmane », Paw Khaw. Cela n’a fait que déplacer le problème de la violence. Dans les années 1980-1990 on voyait chaque jour des cadavres flotter dans le dédale îlien qui fait la frontière. Il y avait même une partie de la population musulmane de l’île de Singaye qui s’était chargée de donner des sépultures à ces cadavres oubliés de la mer, cadavres de Birmans pour la plupart, soit qu’ils aient été victimes des patrouilles de l’armée qui à l’époque n’avait pas encore compris comment rentabiliser la filière et les trafics, soit jetés par-dessus bord pour de multiples raisons (rixes, alcool, refus de les payer…). La frontière s’étant ouverte au cours de la décennie, les bateaux furent de plus en plus nombreux à traverser la frontière et un système plus régulateur s’est institué. On voit donc moins de cadavres dans le port de Ranong, mais on entend par contre beaucoup plus d’histoires de marins morts en mer. Le développement exceptionnel de la filière pêche et sa rentabilité ont obligé à recruter, à faire vite, à passer des accords avec des trafiquants pour obtenir de la main-d’œuvre. On ne s’encombrait pas de détails qui auraient pu servir à protéger les marins. Les chiffres des marins embarqués étaient aléatoires, la sécurité minimale et la vie avait un coût peu élevé. D’ailleurs aujourd’hui encore, la vie d’un Birman qu’il soit du côté birman ou thaïlandais, ne vaut toujours pas très cher.

78Sur ces 45 000 à 63 000 Birmans embarqués, nous pouvons affirmer, d’après nos enquêtes, que près d’un tiers sont sujets à des violences physiques. Nous savons d’autre part qu’il n’y a pas de jour sans que l’on rapporte un incident : marins jetés par-dessus bord pour des rixes, des jalousies, parfois sans raison autre qu’un « ras le bol » des marins birmans qui se jettent à la mer avec leurs équipiers thaïlandais, interventions de la police maritime ou de l’armée qui tirent pour calmer le jeu où rançonnent, n’hésitant pas à jeter à la mer les récalcitrants (on en a eu la preuve avec l’affaire des Rohingya), overdoses et accidents. Dix pour cent des marins disparaissent, mais sans que leur mort soit avérée (comme le récit présenté plus haut nous le montre). Si l’on tient compte des malades non soignés, des accidents, des querelles et des règlements de comptes (la moitié des disparitions environ, soit 5 % de morts réelles sur la totalité), on obtient le chiffre de 2 250 à 3 150 morts par an.

79Le pourcentage d’enfants sur les bateaux serait de 5 %, mais il s’agit d’un chiffre qu’il faut manier avec précaution, car il est issu de nos déductions (cf. annexe 3). Tout d'abord, il est difficile de savoir ce qu’un pêcheur birman ou un Thaïlandais considèrent comme un enfant et parfois, sinon le plus souvent, les personnes interrogées n’en tiennent pas compte dans les descriptions et les interviews. Comme ces enfants sont tous illégaux, nous n’avons aucune trace écrite.

80Nous avons vu des enfants sur les bateaux, servant de mousses et souvent d’homme/femme à tout faire (on sait que des « travailleurs sexuels » sont embarqués sur les bateaux au long cours, B. Press, 2004). Ces enfants ne sont pas destinés à « durer » car ils sont considérés comme une denrée périssable et renouvelable dont il est plus aisé de se débarrasser que de régulariser. Si nous appliquons le même ratio de mortalité que pour les marins birmans « adultes » nous arrivons au chiffre de 112 à 158 morts par an pour les enfants, et cela rien que pour la zone II de pêche en Thaïlande. Mais nous n’avons que peu de récits et de confirmations pour les enfants, en dépit des questions posées lors des interviews.

81Le chiffre est certainement supérieur, car le calcul qui s’applique aux prostituées de Ranong s’applique aux enfants.

  • 63 Si l’on compte les douze écoles « officielles » de Ranong, c’est-à-dire tolérées par la police qui (...)

82Pour les enfants, mais à un moindre degré car il y a moins d’enfants qui passent la frontière, le même calcul s’applique. Les chiffres concernant les chiffonniers et les mousses sont constants à Ranong depuis des années : quelques centaines d’individus pour les chiffonniers de la ville et les 2 250 à 3 150 « mousses » (pour environ 10 000 enfants birmans dans la ville63). Mais le trafic des enfants s’est étendu considérablement, comme tout le trafic d’êtres humains à partir de Ranong. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si on entend parler de mort d’enfants dans le golfe du Siam. Si le chiffre de 112 à 158 morts d’enfants hypothétiques de la région de Ranong est rapporté au nombre de bateaux travaillant dans des conditions similaires ailleurs le chiffre de 1 000 ne nous paraît pas exagéré.

Les enfants de moins de 15 ans dont la présence sur les bateaux est difficile à chiffrer sont cependant nombreux à travailler dans l’industrie de la pêche, ici lors du rangement des glacières avant l’appareillage.

Les birmanes âgées de moins de 15 ans sont nombreuses à travailler dans l’industrie de la pêche.

Nombre de bateaux de Ranong

Bateaux à Ranong

Nombre officiel

Nos observations

Total

500

3 000 *

walat (2/3)

334

2 000

wadan (1/3)

166

1 000

Ratio Ranong (étrangers/Thaïlandais)**

1 :9

1 :12

88 % illégaux ***

* : ce chiffre prend en compte qu’il existe au moins le double de bateaux non enregistrés en plus du chiffre officiel et le fait qu’un nombre important de bateaux enregistrés ailleurs que dans le port de Ranong y déchargent leurs marchandises (et de facto ne sont pas considérés par les chiffres officiels). Néanmoins, les travailleurs birmans sont employés localement et leurs éventuelles familles résident pour la plupart à Ranong.
** : calculé selon les moyennes de nos données calculées maxima et minima.
*** : en considérant que tous ceux qui ne rentrent pas dans les chiffres officiels (bateaux et ratio de 1 :9) sont illégaux.

La flotte de Ranong

La flotte de Ranong

Ensemble de la flotte : walat et wadan

Étrangers

Thaïs

Thaïs et Môns

Birmans

Selon les chiffres officiels (min.)

6 545

3 445

n.c.

n.c.

Selon les chiffres officiels (max.)

8 727

4 593

n.c.

n.c.

Selon nos données (min.)

56 000

4 000

14 000

45 000

Selon nos données (max.)

73 000

7 000

17 000

63 000

Estimations du nombre de Thaïs, Môns et Birmans dans les équipages de la province de Ranong en fonction de la composition des équipages et des types de bateaux

Estimations du nombre de Thaïs, Môns et Birmans dans les équipages de la province de Ranong en fonction de la composition des équipages et des types de bateaux

Estimation du taux de violence et de mortalité sur les bateaux dans la province de Ranong

Violence, selon les enquêtes :
à peu près un tiers des marins birmans y sont sujets, soit entre 15 000 et 21 000 personnes

Disparitions : à peu près 10 % par an soit, par an, entre 4 500 et 6 300 personnes

Morts :
parmi ces disparitions, on estime les morts à 50 %, soit entre 2 250 et 3 150 personnes

Enfants

Sur les bateaux **** :
estimés à 5 % des équipages, soit, par an, entre 2 250 et 3 150 personnes

Mortalité **** : estimée au même taux que les adultes, soit entre 112,5 et 157,5 personnes

Dans les écoles à Ranong :
2 500 enfants dans les 12 écoles officielles à Ranong Total à Ranong : estimé sur la base d'une scolarisation de ¼ : 10 000

**** : Cette estimation est un minima qui s’appuie sur nos observations et peut être recoupée en comparant les nombres de Birmans officiellement enregistrés dans la filière pêche. Les hommes birmans en 2003 sont au nombre de 2 603 et les femmes de 3 084 (B. Press, 2004, p. 19 et 25). Si l’on considère que deux tiers des hommes sont employés sur les bateaux et le tiers restant dans la transformation (aucune femme ne travaille sur les bateaux), on obtient effectivement un rapport du simple au double pour l’ensemble de la population (hommes et femmes).

Nombre estimé de travailleurs de Birmanie dans la filière pêche.

Nombre estimé de travailleurs de Birmanie dans la filière pêche.
  • 64 «It is estimated that the actual number of migrant men working in the fishing industry may be up t (...)

En considérant que beaucoup de travailleurs ont des familles à Ranong, plusieurs cas de figures sont estimables à partir des minima et maxima.
Plusieurs cas de figures pour la population birmane liée à la filière pêche, en considérant les pêcheurs qui sont accompagnés de leur famille. Ceci permet de donner une fourchette de 163 000 à 212 000 Birmans64 liés à la filière pêche à Ranong. Les autres secteurs d’activité ne sont pas pris en compte.
Source : D’après B. Press (2004, p. 46), entre un tiers et la moitié des pêcheurs birmans engagés sur les bateaux ont leur famille (femme et enfant(s)) présents en Thaïlande, ce qui correspond avec nos observations, un phénomène tendant à s'accentuer ces dernières années (colonisation adaptative).

5 - La prostitution birmane, corollaire de la filière pêche ?

83La prostitution a été un sujet que les chercheurs occidentaux, encouragés par les institutions politiques et centres de recherche des pays, ont analysé d’une façon longtemps ethnocentrique et ont orienté sur la tranche la moins exposée aux violences et aux trafics (les prostituées qui partaient dans les pays étrangers et les étrangers qui fréquentaient les prostituées thaïlandaises). Cependant, les chercheurs n’ont jamais encore tenté de chercher à comprendre pourquoi, notamment dans le sud de la Thaïlande, les schémas répétitifs de la prostitution birmane ou thaïlandaise répondaient à des contraintes culturelles très fortes. Nous essaierons de comprendre comment ces structures culturelles ont raffermi cette position de la prostitution dans les filières et centralisé la question de l’immigration.

  • 65 Sukanya Hantrakul, directrice d’un centre communautaire de santé pour les femmes a une théorie à p (...)

84Il serait trop prétentieux de vouloir ici ne serait-ce que résumer le débat et l’histoire de la prostitution en Thaïlande65.

85Tamara Loos, 2006 (p. 11) rappelle que quand la loi sur la monogamie est passée en 1935, les législateurs se sont appuyés sur l’association entre modernité, impérialisme et monogamie tandis que d’autres ont défendu la polygamie comme étant une valeur bouddhique et siamoise à l’image de la monogamie comme héritage du christianisme en Europe. Comme la polygamie continuait d’exister, les législateurs ont dû différencier les major des minor wives qui étaient reconnues selon les lois et les canons bouddhiques ; ils durent aussi différencier les maîtresses, les prostituées, les « femmes temporaires ».

86Constatons simplement qu’aujourd’hui la situation n’a guère évolué, favorisant de facto la prostitution. Les femmes ne peuvent décider de leur sort vu qu’elles ne le connaissent guère avant d’être véritablement mariées. Et avant de l’être de nombreuses choses peuvent se passer, notamment la revente des femmes, petites amies, deuxièmes femmes… aux trafiquants.

  • 66 Sans border pass, les filles qui se font arrêter vont au aw (dessous) khjup yon. Avec un border pa (...)

Entretien avec M. M., prostituée de Ranong, Sui San, 4 ème rue
Lorsqu’elle comprend que c’est pour une interview, sa réponse est : « Je dirai la vérité pour que vous puissiez aller raconter tout ça aux lu kyi (personnes importantes) de Yangon, car les conditions de vie là-bas sont de plus en plus difficiles, et il y a de plus en plus de très jeunes filles de Yangon qui viennent pour travailler comme prostituées à Ranong. »
Mu Mu travaille en tant que prostituée à Ranong depuis plus d’un an. Elle vient de Yangon, quartier de Hlaintaya. Elle dit avoir dix-neuf ans.
« Je suis venue car ma mère est devenue aveugle, elle ne peut plus travailler. Mon grand frère est marié donc ne vit plus au foyer, et j’ai encore deux petites sœurs à nourrir. Je suis venue par l’intermédiaire de ma grande cousine qui fait le même travail à Ranong depuis deux ans et qui elle est venue avec un pueza et s’est d’abord prostituée à Kawthaung.
À Yangon, je suis allée à l’école jusqu’au 8ème degré (deux ans avant de terminer l’école). J’ai brièvement travaillé dans une fabrique de tissus. Je savais que je venais à Ranong pour me prostituer. Moi, ma cousine et sa grande sœur ainsi que les autres filles vivent avec leur taukè, une Birmane qui était prostituée auparavant. Son mari aussi est birman. La mamasan (terme qu’emploient les jeunes filles en thaï et en birman aussi pour désigner les patronnes d’établissement) parle thaï et a de bonnes relations avec les policiers, c’est pour cela qu’elle est mamasan.
C’est la mamasan qui m'a envoyé l’argent, par l’intermédiaire de ma cousine, pour venir jusqu’à Ranong : en avion jusqu’à Kawthaung (120 000 kyats, 70,8 €), puis avec un border pass jusqu’à Ranong (2 500 bahts, 51,75 €) fait par la mamasan. Elle est venue me chercher la première fois à Savampla (le port de Ranong).
Je dois rembourser tout cet argent à la mamasan. Je ne peux pas quitter mon travail avant au moins six mois. Je serai libre quand j’aurai tout remboursé. Je suis rentrée une fois à Yangon il y a deux mois pour voir ma famille. Mais je suis revenue car ma famille a toujours besoin d’argent, surtout depuis que le cyclone Nargis a ravagé notre maison. Grand frère, ne me parle même pas de Nargis, nous avons tout perdu et beaucoup de dettes.
Les façons de travailler sont différentes : soit les clients viennent pour une passe au bordel (en majorité les Birmans), soit ils viennent me chercher pour m’emmener dans leur maison ou dans une guest house, soit ils m’appellent par téléphone pour aller quelque part. Dans les deux derniers cas, ce sont surtout des Thaïlandais.
Peu importe le prix de la passe, je ne touche que 300 bahts (6,21 €). Je sors majoritairement avec des Thaïlandais. Pour un Birman le prix est de 250 bahts (5,18 €) environ.
Je vais une fois toutes les deux semaines à Kawthaung pour envoyer de l’argent à mes parents, par la banque. J’y vais sans surveillance.
Les militaires et les policiers peuvent nous arrêter à n’importe quel moment. Les policiers s’achètent, mais les militaires sont beaucoup plus méchants. Ils viennent jusque dans les maisons, défoncent les portes, cognent …
Je me suis fait arrêter une fois par les policiers. Je suis restée 24 heures en prison66, et mon taukè a dû payer 5 000 bahts (103,5 €). Après avoir signé des papiers, j’ai été ramenée vers Kawthaung. De là je suis revenue directement à Ranong par bateau.
Il doit y avoir environ 200 filles rien que dans le quartier de Swi Si (swi prononciation birmane de soi, ici rue no 4). Les filles de Yangon sont de plus en plus nombreuses. Il y a aussi quelques filles de Dawei, des Mônes, et des Moken (qui sont principalement à Phaw Khaw).
Les Thaïlandais préfèrent les filles petites et fines. Il y a de plus en plus de jeunes, elles sont fortes et douées. »

87Les femmes ne peuvent donc pas toujours décider et les parents en profitent, les amis aussi, et les vendent. Ce flou du statut des femmes, inscrit dans l’histoire, s’est mêlé à une hiérarchie stricte qui demeure présente chez toutes des prostituées potentielles, d’où la violence des comportements des femmes et le laisser-aller des hommes qui peuvent les abandonner sans conséquences morales ni juridiques.

« Viens à l’intérieur, tu seras mon premier lucky draw ».
En Birmanie comme en Thaïlande, chaque métier est sous la garde d’un esprit à son image. Autel du quartier de Soi Sam, Ranong.

  • 67 La polygamie et la polygynie sont moins acceptées en Birmanie qu’en Thaïlande. Nous pouvons ainsi (...)
  • 68 «She was only fourteen then. A woman, known in the community for her business in border trade and (...)

88Tamara Loos explique remarquablement bien comment la société thaïlandaise s’est structurée autour de valeurs liées au bouddhisme, à la place de la femme et au déséquilibre entraîné par l’arrivée des normes occidentales qui n’ont pas supplanté les normes sociales thaïlandaises, la polygamie restant pratiquée par exemple, bien qu’illégale67. Le travail de pionnier de Hnin Hnin Pyne quant à lui a le mérite de mettre en lumière la question des prostituées birmanes de Ranong. Cette étude, datant de 1992, permet de donner un point de comparaison tout à fait intéressant. D'abord, le profil socioéconomique des prostituées a changé alors que leur nombre est resté constant. Ce qui prouve deux choses : d’une part, que la migration se segmente et que la demande est de plus en plus spécifique et que d’autre part, les prostituées ne sont plus simplement les victimes « d’odieux rackets ». Il faut d’ailleurs noter à ce propos que la notion de racket et de prostitution pour dette masque plus souvent un accord pur et simple de la famille pour vendre leur fille (cf. Tamara Loos, supra). Les Thaïlandais ont eu le même problème lorsqu’ils ont voulu mettre un frein à leur prostitution ; ils se sont aperçus que c’étaient les mères qui finiraient en prison. Les « dettes de vie », « de lait » ou « d’éducation » ou quel que soit le nom qu’on leur donne, « justifient » la vente ou l’accord tacite, le non-dit de la donation d’enfants destinés à être prostitués. Bien entendu, ce schéma rapide ne tient pas compte des facteurs religieux et du statut de la femme dans le bouddhisme ou de la situation économique. Mais quelle différence doit-on faire entre les prostituées du Nord-Est de la Thaïlande et celle de la Birmanie ? Elles sont toutes venues avec le consentement des parents ou le leur68.

89Simplement, la demande en filles birmanes est importante, car les pêcheurs birmans sont nombreux et que d’autre part les filles sont plus jeunes que les Thaïlandaises qui commencent à être une « denrée » plus difficile à obtenir. Il y a changement structurel de la demande. Avant on ne savait pas trop de quelle nationalité les filles étaient (ce qui n’avait pas d ‘ importance, car elles étaient toutes considérées comme immigrantes illégales). Maintenant, elles sont reconnues et valorisées selon leurs origines. Les Birmanes, les Chinoises ont remplacé les filles des minorités ethniques. Les demandes de vierges sans maladie sont croissantes. La Birmanie s’est avérée un marché intéressant, l’arrivée de jeunes filles semblant inépuisable. Maintenant, on sait qu’en dépit des maladies dont la plupart d’entre elles sont porteuses/atteintes, le mythe de la jeune fille et de la vierge demeure si fort que le commerce prospère.

  • 69 Il y aurait selon l’auteur (Hnin Hnin, 1992) quarante-cinq sex establishments dans lesquels on com (...)

90Deuxième élément d’analyse essentiel, le nombre. Tous les chiffres ont été avancés. Depuis les années 1980, on entend parler de centaines de milliers ou de quelques centaines de prostituées à Ranong. En fait, le nombre est resté constant, 2 000 à 3 00069, fait remarquable alors que la population augmente, notamment celle des marins. Mais le turnover est plus rapide et surtout, cela montre que Ranong est devenue une place colonisée définitivement par les Birmans et que les prostituées s’arrêtent, mais souvent peu de temps et vont ailleurs. Ranong n’est plus une destination, mais un passage.

  • 70 En 1992, 7 % vendues par leur maris ou « ami », 23 % par un copain/ine, 66 % par un étranger (3 00 (...)

91Les filières ont également changé. Bien qu’il existe encore un certain pourcentage (20 % environ) de filles trompées et assez naïves pour croire en un avenir meilleur dans des restaurants ou dans des magasins comme serveuses, la plupart sont vendues ou trompées par leurs parents ou proches70, comme partout ailleurs en Asie du Sud-Est.

92La structure socioculturelle de la société permet la vente de femmes. Nous remarquons ensuite que l’étranger, le lointain ne sont pas des notions terrifiantes, ni inquiétantes ; l’ailleurs est porteur d’espoir et, qui mieux que le marin ayant franchi les frontières imaginaires (puisque par la mer), est mieux placé pour cela ? Les marins ou les spécialistes dans l’approvisionnement de marins ont donc été les premiers brokers. C’est pourquoi la prostitution birmane de Ranong est si ancrée dans ce binôme qui permet de fédérer un territoire et de servir de tremplin pour d’autres territoires à conquérir. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les marins et les prostituées se marient. Ils sont passés ailleurs, de l’autre côté, ils reconstruisent le territoire, ils colonisent. Et ils ne furent pas les seuls, les Américains ont fait pareil il y a deux siècles.

Entretien avec N. N., prostituée de Ranong, quartier de Phaw Khaw
Cela fait deux ans que je suis là. Avant je vivais à Mandalay, je suis shan teyaw (shanchinoise). Avant j’ai travaillé comme guide pour les touristes chinois. J’ai appris le chinois jusqu’au 10ème degré quand je vivais à Mogawk. J’ai eu deux maris dont j’ai eu chacun un enfant. Mon fils, le premier, est mort d’une maladie du sang car il a beaucoup été piqué par les moustiques. Ma fille est en 7ème année d’école.
À Mandalay, j’ai déjà travaillé dans un karaoké, dans le quartier de Aung Pinlé, j’y ai changé mon vrai nom pour celui d’Issali. Après, je suis allée à Yangon. J’ai d’abord travaillé dans une usine chinoise qui a fait faillite et a fermé. C’était dans les années 1990. J’ai continué de vivre à Yangon en faisant toutes sortes de petits boulots. Mais je n’ai jamais travaillé en tant que prostituée à Yangon. C’est moi qui ai décidé de partir à Kawthaung pour trouver un meilleur boulot, car j’ai des connaissances là-bas. Mais quand je suis arrivée, je n’ai rien trouvé d’intéressant et j’étais dans la galère. À Kawthaung j’ai rencontré un mec qui m’a suggéré de travailler « de l’autre côté » [à Ranong], il m’a dit que je gagnerai 5 000 bahts (103,5 €) par mois. Il s’agissait de travailler dans un restaurant « normal » [yoyo]. C’est lui qui m’a fait passer à Ranong. Quand je suis arrivée, il s’agissait en fait d’un karaoké « normal ». J’y suis allée pour gagner de l’argent pour ma fille.
Mais dans ce « bon magasin », kaung saing, je ne gagnais que 1 500 bahts (31,05 €) par mois. J’avais avec ça à peine de quoi boire et manger. J’ai donc discuté avec la propriétaire du magasin et lui ai suggéré de me prostituer. Pour moi cela ne paraissait pas étrange, je voulais simplement gagner de l’argent.
La propriétaire du karaoké possède deux bordels à elle. Je suis d’abord allée travailler dans l’un des deux. Je n’avais pas de salaire mais touchais 50 % du prix de la passe. Je devais payer 50 bahts (1,03 €) par jour indépendamment de mon travail pour l’eau et l’électricité ainsi que la chambre qui m’était fournie. J’arrivais à gagner environ 4 000 ou 5 000 bahts, (82,8-103,5 €) ce qui faisait un peu plus qu’au karaoké car là-bas il n’y avait pas à faire la pute, c’était tranquille. Pour un « coup » [ta’ shop’] je prends 350 bahts (7,24 €). Pour une heure 500 bahts (10,35 €) et pour une nuit 1 000 bahts (20,7 €). Je n’ai pas eu de chance d’avoir mon mari qui buvait et qui dépensait l’argent aux jeux, car maintenant je me retrouve ici. J’ai dû chercher mon argent toute seule.

  • 71 «Poverty was not the only driving force for engaging in prostitution. Materialism and the problem (...)
  • 72 «Political and economic crisis in Burma has placed the women in their situation as prostitutes in (...)

93Plus tard des études ont précisé que les push factors ont changé comme le remarque Patcharawalai Wongboosin et al. (2008, p. iv) en déclarant que les filles sont trompées plus que forcées à travailler dans les bordels71. On oublie l’attrait de l’ailleurs, la mobilité des populations, la volonté de construire et le bouche à oreille qui fait du sud de la Thaïlande une plaque tournante pour exaucer de nombreux rêves. La dégradation de la situation économique en Birmanie n’est pas un fait nouveau alors que la prostitution est un phénomène en apparence plus récent et c’est là la limite du travail, remarquable par ailleurs, de Hnin Hnin (1992, p. 4)72 :

  • 73 « A recent study reveals that 75 percent of Thai men have sex with a prostitute, and that 48 perce (...)

94Si la situation économique s’améliore alors la prostitution se développe également, phénomène que la Thaïlande a découvert avec la prostitution « à temps partiel » des filles qui, pour s’acheter une part de rêve, se prostituaient. On ne comprend pas pourquoi cette prostitution appelée « matérialiste » est différente des autres. Les filles veulent toujours une amélioration de leur condition matérielle, ou de celle de leurs proches. Seule la nature des biens de consommation change et donc le spectre sociologique des prostituées. Il devient acceptable de se prostituer pour un téléphone portable ce qui n’empêche pas les filles de vouloir d’abord aider leurs parents. Sans compter que les pratiques et les réseaux de prostitution à l’intérieur de toutes les administrations ne sont pas un secret. L’internationalisation des règles pose un vrai problème à certains pays d’Asie du Sud-Est qui ne peuvent renoncer à leur mode de gestion de la sexualité (où iraient les jeunes gens s’il n’y avait pas de prostituées puisque les femmes « bien » doivent rester fidèles et ne pas dévoiler leur sexualité73 ?)

95Il n’y a donc pas forcément de lien entre les deux formes prostitution et une situation socioéconomique donnée. Il ne s’agit plus de faire intervenir les causes socioéconomiques, car celles-ci se dégradent rapidement un peu partout et même quand elles ne se dégradent pas trop (Thaïlande ou Viêt Nam) la prostitution augmente. L’adéquation pauvreté et prostitution n’est pas systématique. Elle l’a été, mais maintenant le choix et « l’ouverture des yeux et des oreilles » des filles donne un nouveau visage aux filières. Celles-ci sont construites sur des réseaux de personnes qui se connaissent et savent où elles vont. Les filles de Yangon ont remplacé les filles de la campagne et si le fantasme de trouver un prince charmant ou de l’argent pour s’occuper des parents demeure, les filles savent désormais ce qui les attend.

96L’emploi du passé est inutile, car de nos jours encore ce sont ces mêmes valeurs qui poussent les filles à la prostitution. Elles se doivent d’aider leur famille, à n’importe quel coût. La question est de savoir pourquoi les familles acceptent, de comprendre, la place de la femme dans le bouddhisme, les notions d’obéissance ou de supériorité du principe masculin… Mais ces concepts ne suffisent pas à tout expliquer puisque, par exemple, les garçons d’un très jeune âge sont aussi utilisés dans le sex trade. Ainsi le Cambodge souffre d’un abandon des valeurs familiales traditionnelles après le traumatisme des Khmers rouges, ce qui se fait au détriment des jeunes garçons aujourd’hui. Combien faut-il de générations pour remettre un tissu social traditionnel en place alors que les « valeurs » du libéralisme s’imposent à travers ceux qui veulent « remettre sur pied » un pays ? Et les « enfants des frontières », ceux que l’on trouve en train de chercher, de marauder, de fouiller les poubelles ou les restes des criées sont aussi souvent des garçons à Ranong. Rappelons que certains enfants embarqués sur les bateaux le sont aussi pour des raisons sexuelles.

97Les chiffres de la prostitution ne bougent guère, mais les facteurs changent, de même que les filières et les demandes. La prostitution évolue avec son temps. Les prostituées thaïlandaises qui se vendaient pour avoir accès à des biens de consommation, considérés comme n’étant pas de première nécessité, ont été les premières à montrer la voie et donner aux autres la possibilité de voir ce qu’était le monde idéalisé qu’elles rapportaient dans leurs villages. Ce matérialisme cependant ne s’appliquait guère pour les filles birmanes jusque dans les années 2005-2006, années charnières où l’on voit apparaître des prostituées venues en connaissance de cause de Yangon pour gagner plus d’argent, avoir accès à des biens inaccessibles en Birmanie et repartir.

98La prostitution évidemment exige une immigration elle aussi très spécifique devant répondre à une clientèle variée et ayant des exigences singulières et elles aussi variables, que ce soit en termes d’origine ethnique, de prix, etc.

99 « Une fille peut rapporter entre 20 000 et 30 000 bahts (de 414 à 621 €) si elle très belle. (…) La variété est un point important et les nouvelles filles sont plus prisées. (…) Il est vrai que les Thaïlandais préfèrent les Mônes parce qu’elles offrent un meilleur "service". » Entretien avec un « marchand d’hommes », Kawthaung, 26/09/2008

Gardiennes du temple. Un bordel du quartier de Phaw Khaw pour une clientèle principalement birmane, derrière le port de Ranong.

  • 74 Estimation faite à partir d’enquêtes et d’interviews avec les courtiers et les prostituées de Rano (...)

100Dans Cependant, dans les faits, 90 % des prostituées de Ranong sont originaires de Yangon74. Ainsi se différencient des quartiers à Ranong, plus spécifiquement dédiés à la clientèle thaïlandaise ou birmane, pour une prostitution sur place ou à domicile, etc. Tout est organisé pour répondre aux « besoins » de la population masculine de Ranong, les marins thaïlandais et birmans d’un côté, les Thaïlandais de l’autre.

  • 75 Comme d’ailleurs beaucoup de migrants. La majorité des émigrants sont môns, de Dawei ou du Rakhine (...)

101Le quartier de Phaw Khaw, situé juste derrière le port de Savampla (ces deux quartiers étant peuplés principalement de Birmans), les dizaines de karaokés-bars et bordels sont exclusivement destinés à une clientèle birmane faite principalement de marins. Les premiers sont occupés par des filles originaires du sud de la Birmanie, principalement Dawei75.

102La prostitution semble ne pas y être systématique et en général doit se négocier dans un autre endroit. Les seconds sont occupés par des filles originaires de Yangon et du centre de la Birmanie. Les prix pratiqués sont généralement de 350 bahts la passe (7,24 €), 500 bahts l’heure (10,35 €) et 1 000 bahts (20,7 €) la nuit.

103Seul un bordel fait exception, à l’extrémité de la rue principale se terminant en cul-de-sac sur un bras de rivière, dont les jeunes filles sont laotiennes. Ce bordel n’est fréquenté que par des Thaïlandais, en général les capitaines de bateau et les prix en sont plus élevés.

104L’autre grand quartier de la prostitution de Ranong est Soi Sam (ruelle no 3). Il s’agit là exclusivement de bordels et le voisinage est plutôt thaïlandais. La clientèle est mixte bien qu’à majorité thaïlandaise. Les prix sont un peu plus élevés : 500 bahts (10,35 €) pour une passe et 1 000 bahts (20,7 €) ou plus pour une nuit. Selon certaines prostituées, les prix qu’elles pratiquent sont différents s’il s’agit de clients birmans ou thaïlandais, les derniers étant un peu plus sollicités. Les premiers consomment en général sur place alors que les seconds ont plus tendance à emmener les filles dans un hôtel.

Un hôtel de passage, principalement pour une clientèle thaïlandaise. Soi Sam, Ranong.

105L’entrée des filles dans la prostitution se fait par divers moyens. Comme il l’a été évoqué, elles sont parfois vendues pour être exploitées, attirées par des recruteurs au service de « marchands d’hommes » et les moyens utilisés pour les attirer sont ceux décrits dans les différentes études sur le sujet. Cependant, du discours des jeunes femmes interviewées à Ranong, il ressort que la plupart sont entrées dans la prostitution en connaissance de cause. Comme le dit un passeur-batelier assurant la liaison Kawthaung-Ranong :

106 « Les filles qui viennent se prostituer en connaissance de cause sont de plus en plus nombreuses parce qu’elles ont maintenant les ‘‘yeux et les oreilles ouvertes’’. »

107Cela signifie qu’elles sont de plus en plus au courant de ce qui se fait derrière la frontière, mais n’exclut pas le fait qu’elles aient été abusées soit par la nature du travail, les conditions, la dette qu’elles doivent rembourser, etc. Ainsi, d’après Kelly (2001, p. 30), le trafic de femmes dans le cadre de la prostitution peut être divisé en cinq groupes :

  • Celles qui sont entièrement obligées par enlèvement, kidnapping, ou qui sont vendues par leurs familles ;
  • Celles qui sont dupées par des promesses de travail régulier/légitime dans des bars ou en tant que domestiques et qui sont entrées dans le pays pour des emplois autres que ceux de l’industrie du sexe (comme par exemple dans un restaurant) ;
  • Celles trompées par des promesses de mariage et dont le partenaire/mari décide de les vendre une fois sur place ;
  • Celles qui sont dupées par des demi-vérités, telles que travailler dans l’industrie du sexe sans pour autant se prostituer (massage, bar, karaoké, strip-tease) ;
  • Celles qui ne sont pas trompées par le fait qu’elles travailleront dans ce domaine, mais qui sont dupées par les conditions de travail (servitude pour dettes ou par contrat, impossibilité de contrôler le nombre de clients, impossibilité de refuser certains actes sexuels et de rendre obligatoire le port du préservatif, contrôle de la liberté de mouvement voire enfermement)76.

108En effet, en Birmanie le confinement est souvent le premier recours des mamasan pour assurer le remboursement de la dette par les jeunes filles. Celle-ci comprend souvent l’argent du trajet (Yangon-Kawthaung par exemple en avion revient à 100 dollars environ), le passage en général avec un border pass (2 500 bahts, 51,75 €), plus les frais d’hébergement, ce par quoi les filles sont généralement abusées, les entraînant parfois dans le remboursement d’une dette interminable.

  • 77 «In all of the brothels, the women are forbidden to leave the area, unless accompanied by a guard, (...)

109Les conditions de vie décrites par Hnin Hnin Pyne (1992, p. 28) il y a une vingtaine d’années sont similaires aujourd’hui77. Les filles peuvent sortir librement uniquement quand elles ont remboursé leurs dettes, ce qui prend plusieurs années.

  • 78 Les relations de proximité et les relations d’anciennes amantes de passage sont aussi nécessaires (...)

110Comme il l’a été observé un peu partout en Asie du Sud-Est, les mamasan sont souvent d’anciennes prostituées birmanes ayant elles-mêmes travaillé à Ranong. Comme le décrit une prostituée de Ranong dans l’interview rapportée ci-dessus : « La mamasan parle thaï et a de bonnes relations avec les policiers, c’est pourquoi elle est patronne78. » Les mamasan sont souvent mariées à des Thaïlandais ce qui leur donne des droits et une légalité dont beaucoup rêvent, elles sont la vitrine des bordels. Aujourd’hui, il leur suffit de payer 2 000 bahts (41,4 €) par mois et par fille à la police de Ranong pour éviter les descentes. Cependant, il arrive que les filles se fassent arrêter à l’extérieur de l’établissement. Dans ces cas-là, elles doivent payer 5 000 bahts (103,5 €) pour être libérées. Elles restent environ 24 heures dans le centre de détention provisoire et sont parfois renvoyées jusqu’à Kawthaung (malgré le paiement), ce qui ne les empêche en rien de revenir aussitôt à Ranong. De l’expérience de certaines prostituées, le prix à verser pour la libération peut être négocié en nature.

Payer et gérer l’illégalité au quotidien
De manière générale, il revient trop cher (4 000 bahts, 82,8 €) au patron de faire une carte de travail à un travailleur birman, surtout dans le cas des grandes compagnies de poisson qui emploient parfois plusieurs milliers d’immigrés dont la majorité est illégale. Et lorsque les Birmans en ont une, ils sont en mesure de partir chercher du travail ailleurs. En revanche, il est plus rentable et plus sûr de donner 15 000 bahts (310,5 €) par mois au nom de la compagnie à la police, où de payer au coup par coup lorsque les Birmans se font arrêter.
Lorsqu’ils se font arrêter et emmener vers le centre de détention provisoire, il est parfois possible de donner 1 000 bahts (20,7 €) au conducteur du camion pour être relâché avant d’arriver à destination.
Une fois au poste de l’immigration, si le taukè ne paye pas, après trois ou quatre jours, les Birmans se font raccompagner à la frontière. Les policiers les ramènent en voiture à la frontière thaïlandaise, près du nouveau port de Ranong. Une fois arrivés là-bas, si les prisonniers ont des contacts avec des courtiers ils se font ramener sur Ranong ailleurs qu’au port officiel, toujours après avoir payé entre 1 000 et 2 000 bahts (41,4 €). Le bateau de l’immigration est ensuite censé les emmener depuis Ranong pour aller en prison à Kawthaung. En réalité, il suffit de dire que l’on a un passeur (et de l’argent) pour se faire emmener par un petit bateau vers Ranong avant d’arriver à destination. D’après des Birmans ayant été arrêtés plusieurs fois, il semblerait qu’il y a quelques années on arrêtait peu de gens. Depuis cinq ans environ, il y a de plus en plus de Birmans qui n’ont pas d’argent et vont en prison, car personne ne veut plus prendre de responsabilité pour eux (pas de famille, les amis ne veulent pas payer, etc.). Lorsqu’ils sont ramenés sur Kawthaung les Birmans sont débarqués à Shwe zi yon, un quartier de pêcheurs loin du poste des services de l’immigration birmane. Il est encore possible de téléphoner à Ranong pour prendre contact avec un courtier afin de retourner en Thaïlande.

Bonheur unilatéral : un Birman arrêté = 2 000 bahts. Port de Savampla, Ranong.

« Ne croyez pas à la facilité ». Campagne de prévention en birman contre le trafic humain au poste de l’immigration thaïlandaise. Humour noir ?

Les sourires de l’immigration.
Bureau de l’immigration, Ranong, port de Savampla.

Notes

35 On estime qu’un tiers des migrants vient de la région de Dawei (B. Press, 2004, p. 30) et les chiffres de l’enquête de Supang Chantavanich et al. (2003, p. 54) donnent dans l’ordre de prédominance géographique à propos de l’origine des migrants : Thaninthayi, Mon State, Rakhine State, puis loin derrière Karen State, Ayeyawaddy, Yangon).

36 Chalutier de taille moyenne

37 Notons qu’il est utilisé par les Birmans également pour le passage de drogue dans le sud de la Thaïlande – les convoyeurs sont alors des pueza eux aussi – nous ramenant cette fois à la notion d’illégalité.

38 «Border-crossing migration has led to new geographies of social and economic inequality. Brokers emerge in the border areas benefit from the very precarious status of illegal migrants. […] This broker and the figuration is intrinsic to the borderland.»

39 Ces informations proviennent du propriétaire des guest houses fermées.

40 Taux de conversion Baht/Euro au 16 août 2009, site du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie.

41 Il y eut un manque de main-d’œuvre dans les années de croissance (1987-1997) qui a poussé beaucoup de Birmans dans la filière du bâtiment. Mais il faut noter qu’aujourd’hui il existe un nombre important de Birmans sans emploi que les taukè, quelle que soit leur branche d’activité, peuvent ramener chez eux. Sans être au chômage, on constate la présence d’une réserve locale de travailleurs.

42 «The women and girls face a wide range of abuse, including debt bondage; illegal confinement; forced labor; rape; physical abuse; exposure to HIV/AIDS; and in some cases, murder. Initially, young girls like “Lin Lin” are kept in what is known as the hong bud boree sut, literally “the room to unveil virgins”.» Asia Watch, A Modern Form of Slavery, 1993, p. 3-4.

43 Cf. Hnin Hnin Pyne 1988 et J. Baffie 2008 pour ce qui concerne la prostitution birmane et le sud de la Thaïlande.

44 «Owners are not directly involved in the management of Burmese crews. Rather, boat captains and foremen have the sole prerogative for recruitment, payment, dismissal or provision of welfare support to sick crew.» (Rapid Assessment of Seafarers in Cambodia, Myanmar, Thailand and Vietnam, 2000, p. 31).

45 Il nous a déjà été rapporté que certaines femmes de marins se prostituent occasionnellement durant l’absence de leur mari pour subvenir aux besoins du foyer. Ce fait est également rapporté par B. Press (2004, p. 46).

46 62,1 - 82,8 €.

47 La dette de vente est donc assimilée à ce que l’on donne à un courtier pour trouver du travail, soulignant la confusion entre le trafic et l’immigration volontaire.

48 Il s’agit d’un autre « Indien » que le courtier qui l’a vendu. Ce fait suggère une probable organisation ethnique des réseaux de courtiers qu’il faudrait approfondir.

49 Le regroupement familial à l’étranger, ici hors de sa ville natale bien que Kawthaung puisse déjà être assimilée à la frontière, est également une nécessité de survie dès que s’en offre l’opportunité.

50 Il semble qu’il y ait confusion tout au long du récit entre Inde et Indonésie, sans qu’il soit possible de déterminer duquel des deux pays il s’agit.

51 Celui qui sert à jeter les déchets à l’arrière du bateau.

52 «On the Thai-Burmese border, the National Security Council, the Ministry of Labour and Social Welfare, the Immigration Bureau, and the Royal Thai Police are all involved in the regulation and surveillance of illegal migrant workers.» (Horstmann, 2002, p. 18).

53 Il ne faut non plus oublier l’armée, dont le rôle reste à déterminer. La frontière et Ranong sont placées sous le contrôle de la marine royale (NAC 3 Fleet), qui a été en charge de l’affaires des Rohingya. On peut imaginer qu’elle est aussi peu bienveillante à l’égard des illégaux birmans arrivant en bateaux. Les autorités du parc national de Surin au début des années 1980 n’hésitaient pas à recourir aux armes lorsque des bateaux birmans s’approchaient.

54 «Dual nature of Ranong Port which acts as both a base and a stopover for unloading fish, loading materials and recruiting crews. For instance, Mahachai-based fishing trawlers recruit crews in Ranong to operate in Indonesian waters and Patani-based fishing trawlers stop at Ranong when they switch from Eastern coast to Western coast fishing grounds during the October-March cyclone season. Approximately 900 fishing trawlers from other ports, such as Mahachai (Sumut Sakhon), Samut Prakum, Rayong, Chumphon, Surathani and Patani all come to Ranong.», in Rapid Assessment of Seafarers in Cambodia, Myanmar, Thailand and Vietnam, 2000, p. 34.

55 «About half of the fishing trawler-owners which operate out of Ranong Port are from other provinces. Of the remainder, only about 100 local boat operators have joined the Ranong Fisheries Association. The Association appears to lack capacity to offer its members the type of benefits that owners expect. Instead, owners must explore ways to seek fishing rights from Myanmar authorities by themselves. They must register a Thai-Myanmar joint venture or a Myanmar company as the owner of their boat(s) in order to obtain fishing permits and this obviously entails enormous financial risk that the boat(s) may be misappropriated.», in Rapid Assessment of Seafarers in Cambodia, Myanmar, Thailand and Vietnam, 2000, p. 17.

56 «Approximately 90 per cent of the labourers in the maritime industry in Ranong are migrant workers from Myanmar. A new labour regulation passed by the Thai government in August 1997 helped satisfy the massive labor demand in the 22 provinces with fishing and related industries. As a consequence, the ratio of Thai to foreign workers in the maritime industry is higher than for any other occupational category at 1:9. Conversely, these seafarers have not been provided with the legal protection and benefits they are entitled to under this regulation because almost all seafarers based in Ranong have not applied for work permits.», in Rapid Assessment of Seafarers in Cambodia, Myanmar, Thailand and Vietnam, 2000, p. 36.

57 Grand chalutier

58 Rappelons la difficulté d’établir des statistiques sachant qu’il est impossible d’en obtenir qui soient fiables et cela de l’avis même des officiels: « Harbour Department data (Table 1) indicate that only a small portion of all fishing trawlers report to the Department in accordance with these regulations. One official indicated that this was because Ranong is not regarded as a Harbour and so vessels are not officially required to inform the Department of their entry and exit. The Department occasionally checks vessels to ensure safety measures are in good order. More often, trawler owners contact the Harbour Department and its staff then inspect the vessel for seaworthiness and issue a clearance accordingly. » Cf. annexe 2 Structure de la filière pêche.

59 Mahachai, Phetchaburi et les bateaux des eaux internationales devraient être ajoutés à ces chiffres, mais nous n’avons pas étendu l’enquête jusque-là, du moins pas au niveau quantitatif.

60 Ces chiffres n’ont que la fiabilité de prospectives faites à partir de nos enquêtes.

61 Selon des enquêtes menées à Pattani et Songkhla dans les années 1990-1995 il apparaissait que la moitié des équipages des bateaux de pêche était droguée et payée en nature. Les équipages étaient souvent des jeunes gens ramassés un peu partout que l’on droguait pour embarquer. La mauvaise réputation du métier de marin chez les Thaïs est très ancrée et facilite les recrutements dans la catégorie la plus vulnérable de la population.

62 La question du VIH se pose effectivement dans les statistiques, car il s’agit d’une maladie dont une grande partie des marins est affectée, mais dont on ne sait avec certitude ce que deviennent ceux qui en sont atteints. On peut cependant affirmer que ces malades ont alourdi le taux de mortalité, mais aussi de disparition (certains meurent en mer, mais la plupart sont renvoyés avant ou rentrent avant de mourir) et entrent dans le quota « disparitions ».

63 Si l’on compte les douze écoles « officielles » de Ranong, c’est-à-dire tolérées par la police qui préfère voir des enfants quelque part plutôt que de traîner dans la rue, et les dizaines d’autres non officielles plus petites, on arrive au chiffre de 2 500. Nous partons du principe qu’un enfant sur quatre va dans une école bien que l’éducation leur soit accessible selon la loi thaïe.

64 «It is estimated that the actual number of migrant men working in the fishing industry may be up to four times higher than the numbers listed below, and including registered migrants, could approximate 100,000-200,000. The official number of employment on fishing boats, including Thais and migrants, was 130,000 in 2001, however, it was estimated that over 206,000 were necessary to fill labor needs. (ILO/Martin 2003).», B. Press, 2004, p. 19.

65 Sukanya Hantrakul, directrice d’un centre communautaire de santé pour les femmes a une théorie à propos des origines des prostituées thaïlandaises : « Firstly, until the turn of the century (1800) when slavery was abolished by King Rama V, the *Law of the Three Seals allowed men to buy female in financial difficulty to become wives of third category, the lowest. The first category being parental-consent wives and the second being women who married men to become minor wives. With the abolition of slavery, the slave wives disappeared. However this new “freedom” caused many women to “voluntarily” enter prostitution to earn a living. It is interesting to note that brothels--the real thing, not those in the guise of massage parlors or any of the more sophisticated forms of whorehouses today--were perfectly legal under the Sexual-Related Diseases Control Act at that time. Prostitutes as well as owners of brothels were systematically taxed by the state. Secondly, it was mainly due to a petition by an unorthodox Thai woman that King Rama lV enacted the Sale of Wives by Husbands Action 1868, forbidding husbands to sell wives like cattle without their consent. » in History of the Oldest Profession.

66 Sans border pass, les filles qui se font arrêter vont au aw (dessous) khjup yon. Avec un border pass, elles vont au apaw (dessus) khjup yon (centre de détention provisoire, garde à vue). Aujourd’hui pour que la police n’intervienne pas, les taukè payent 2 000 bahts par mois par fille.

67 La polygamie et la polygynie sont moins acceptées en Birmanie qu’en Thaïlande. Nous pouvons ainsi dire que passer la frontière c’est se libérer de ces contraintes, donner plus de force aux femmes et plus d’équilibre au couple.

68 «She was only fourteen then. A woman, known in the community for her business in border trade and her frequent visits to Thailand, proposed to Aye Aye’s sister that she works as a maid in Bangkok. The parents allowed the woman to take both sisters on her next trip. Two of Aye Aye’s best friends also joined the party. Posing as merchants, they were smuggled across the border.» Hnin Hnin Pyne, 1992, p. 14.

69 Il y aurait selon l’auteur (Hnin Hnin, 1992) quarante-cinq sex establishments dans lesquels on comptait 385 Thaïes et 383 Birmanes prostituées. World Vision et d’autres sources donnent le chiffre de 2 000 Thaïes et 1 500 Birmanes à Ranong. Ces derniers chiffres nous semblent corrects. Nous avons compté soixante établissements consacrés au sexe directement et plus d’une dizaine indirectement. Donc la frontière reste stable mais ça s’éloigne dans des réseaux.

70 En 1992, 7 % vendues par leur maris ou « ami », 23 % par un copain/ine, 66 % par un étranger (3 000-5 000 bahts). L’enquête Research Report on Migration and Deception of Migrant Workers in Thailand (p. 60) montre que 86,5 % des migrants ont pris cette décision seuls. On voit donc que le profil sociologique et psychologique a changé bien que la question de tous ceux et celles qui sont « hors circuits » même de l’illégalité ne soit pas comptabilisée.

71 «Poverty was not the only driving force for engaging in prostitution. Materialism and the problem of uncertain and/or insufficient income – fear from want – were among key driving forces in most cases. The problem of community insecurity – fear from threats, i.e., from being killed, persecuted or abused – also added for those from Myanmar. Besides the social, economic and political conditions in Thailand, the pulling factors included the growing tourism, the demand for sex trade in the study sites as well as the possibility that sex trade offered fast and more money than the other labouring services.»

72 «Political and economic crisis in Burma has placed the women in their situation as prostitutes in the Thai sex industry.»

73 « A recent study reveals that 75 percent of Thai men have sex with a prostitute, and that 48 percent experienced their first sexual intercourse with a prostitute » (Deemar Study, June 1990, « Thai’s Attitudes and Behaviors Regarding Aids »).

74 Estimation faite à partir d’enquêtes et d’interviews avec les courtiers et les prostituées de Ranong. Hnin Hnin Pyne (1992, p. 26) fait état d’un tiers de prostituées originaires de Yangon il y a une vingtaine d’années.

75 Comme d’ailleurs beaucoup de migrants. La majorité des émigrants sont môns, de Dawei ou du Rakhine. Les Karens passent plutôt par Mae Sot. Depuis Ranong, les Birmans vont souvent vers d’autres destinations, principalement le sud de la Thaïlande.

76 «Those who are completely coerced through abduction, kidnapping, or being sold by one’s family; - Those who are deceived by promises of legitimate work, in bars or as domestics and entry into the destination country for employment in occupations other than the sex industry (for example, in restaurant); - Those who are deceived through promises of legitimate marriages and whose partner or husband sells them into prostitution at destination; - Those who are deceived through half-truths, such as they will be working in the sex industry or in massage parlours, bars or karaoke establishments and may engage in stripping or entertaining customers, but not prostitution; - Those who are not deceived about the fact that they will be deployed in the sex industry, but who are deceived about the working conditions, including debt bondage and contracts, inability to control the number of clients or refusal of certain sexual acts/ sex without condoms, control of movements and/or forced confinement and so on.»

77 «In all of the brothels, the women are forbidden to leave the area, unless accompanied by a guard, motorcycle taxi driver, or mamasan.»

78 Les relations de proximité et les relations d’anciennes amantes de passage sont aussi nécessaires au fonctionnement de la filière « prostituées » que la proximité de certains businessmen ou intermédiaires avec les policiers. C’est sur ce type de relations que se construit le népotisme : un proche sert d’intermédiaire pour faire fonctionner la filière, c’est-à-dire maintenir un bon niveau de rendement. Cette proximité est dangereuse aussi, on l’a vu quand les policiers ont supprimé leurs dealers de drogue sous Thaksin. Il s’agit donc d’une volonté politique.

Table des illustrations

Légende Le check point militaire thaïlandais à la sortie du port de Ranong.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Carte du port de Ranong et quartiers de prostitution.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Récupération en pleine mer d’un chargement « perdu » pour des raisons inconnues…Pêche illégale, intempéries ou piraterie ?
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Le border pass est depuis la fin des années 1990 nécessaire au passage de la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande. Jusqu’en 2008 il donnait le droit aux Birmans de rester jusqu’à 15 jours dans les limites de la ville de Ranong. Depuis, les Birmans sont limités à une semaine.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende « La guest house n’accepte pas les clients qui se rendent en fraude dans un autre pays ». Consigne affichée dans une guest house de Kawthaung, un des principaux relais et lieu d’organisation du passage illégal de Birmans vers Ranong.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende L’étroitesse de la rivière Pakchan à hauteur de Lumphorn permet même de traverser la frontière à pied en saison sèche.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Estimation du nombre total de migrants légaux et illégaux traversant la frontière de Kawthaung
Légende 1 euro = 48,30 bahts40.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Le port de Phèpha (Kura Buri), haut lieu de transit pour les chalutiers et la main-d’œuvre birmane.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Un walat thaï en train de draguer dans les eaux birmanes
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Une flottille de walat effectuant l’échange poissons/glace dans les eaux birmanes. Les navettes permettent aux bateaux de pêche de rester plusieurs mois en mer sans jamais rentrer à terre.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Déchargement d’une cargaison de walat qui se compte en centaines de fûts.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Un walat à l’appareillage. Il ne rentrera au port qu’une fois les centaines de fûts qu’il transporte remplis de poissons.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende « Employment prohibited ». Carnet réservé aux pêcheurs pendant leur repos à terre (maximum 7 jours).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende De jour comme de nuit, les marins d’un walat sont sur le pont.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende 1 euro = 48,3 bahts
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Les travailleuses birmanes de la criée de Ranong se comptent par centaines.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Travailleuses birmanes de Ranong sous la supervision du contremaître, une Thaïlandaise (premier plan).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Quartier de Savampla, enclave birmane derrière le port.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Les enfants de moins de 15 ans dont la présence sur les bateaux est difficile à chiffrer sont cependant nombreux à travailler dans l’industrie de la pêche, ici lors du rangement des glacières avant l’appareillage.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Les birmanes âgées de moins de 15 ans sont nombreuses à travailler dans l’industrie de la pêche.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre La flotte de Ranong
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Estimations du nombre de Thaïs, Môns et Birmans dans les équipages de la province de Ranong en fonction de la composition des équipages et des types de bateaux
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Nombre estimé de travailleurs de Birmanie dans la filière pêche.
Légende En considérant que beaucoup de travailleurs ont des familles à Ranong, plusieurs cas de figures sont estimables à partir des minima et maxima.Plusieurs cas de figures pour la population birmane liée à la filière pêche, en considérant les pêcheurs qui sont accompagnés de leur famille. Ceci permet de donner une fourchette de 163 000 à 212 000 Birmans64 liés à la filière pêche à Ranong. Les autres secteurs d’activité ne sont pas pris en compte.Source : D’après B. Press (2004, p. 46), entre un tiers et la moitié des pêcheurs birmans engagés sur les bateaux ont leur famille (femme et enfant(s)) présents en Thaïlande, ce qui correspond avec nos observations, un phénomène tendant à s'accentuer ces dernières années (colonisation adaptative).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende « Viens à l’intérieur, tu seras mon premier lucky draw ».En Birmanie comme en Thaïlande, chaque métier est sous la garde d’un esprit à son image. Autel du quartier de Soi Sam, Ranong.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Gardiennes du temple. Un bordel du quartier de Phaw Khaw pour une clientèle principalement birmane, derrière le port de Ranong.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Un hôtel de passage, principalement pour une clientèle thaïlandaise. Soi Sam, Ranong.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Bonheur unilatéral : un Birman arrêté = 2 000 bahts. Port de Savampla, Ranong.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende « Ne croyez pas à la facilité ». Campagne de prévention en birman contre le trafic humain au poste de l’immigration thaïlandaise. Humour noir ?
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Les sourires de l’immigration.Bureau de l’immigration, Ranong, port de Savampla.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1085/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr