Version classiqueVersion mobile

La Monnaie des frontières

 | 
Maxime Boutry
, 
Jacques Ivanoff

Première partie. Méthodes : histoires de frontières, mobilité, migrations et immigration

Texte intégral

1 - De l’importance de l’ethno-histoire pour comprendre les facteurs de migration

  • 10 Moyen de contrôle évident pour éviter que les Birmans aillent travailler trop loin dans le pays.

1Cette étude prend en considération une double perspective, ethnographique d’abord, elle s’intéresse à la vision de la frontière et à la structure des récits des gens trafiqués. Elle interroge les personnes impliquées, passeurs et passées, elle ne juge pas, mais essaie de définir la structure de la filière et des réseaux. Elle essaie donc de donner une idée concrète de la « marche » birmane vers le sud et de sa dynamique ; elle est en cela aussi historique. Ces réseaux existent depuis que les officiels et l’administration existent. La pratique « officielle » selon les interviews concernant le travail des Birmans à l’étranger est la suivante : il faut être âgé d’au minimum vingt-cinq ans. Pour aller travailler légalement, il faut une lettre de recommandation de la part de l’entreprise à l’étranger en vue de faire un visa de travail. Pour le cas particulier de Kawthaung, l’immigration est en mesure de délivrer un passeport spécial pour la Thaïlande coûtant 2 000 bahts (41,4 €). Il faut en revanche rentrer une fois par mois à Kawthaung pour valider ce passeport10) ; ce passeport a une validité de trois ans.

Principales provenances, points de passage et destinations des migrations birmanes dans le sud

  • 11 Pour des renseignements sur les lois concernant l’immigration en Thaïlande, cf. Supang Chantavanic (...)

2La frontière révèle des structures hiérarchiques qui président à la construction d’un espace et de lois ou règles11 ; les Thaïlandais dominent, les Môns suivent comme hommes de confiance et les Birmans travaillent dans les emplois considérés comme entrant dans la catégorie three D’s à cause de leur réputation d’être « sales et paresseux ».

3La croissance économique à deux chiffres de la fin des années 1980 a modifié le statut de la Thaïlande qui, de terre d’émigration, est devenue une destination d’immigration. Certains types d’emplois sont désormais boudés des travailleurs thaïlandais, notamment ceux qui correspondent au sigle anglo-saxon 3D (Difficult, Dirty and Dangerous, « pénible, sale et dangereux »). La main-d’œuvre thaïlandaise est devenue d’autant plus rare que simultanément, la scolarité obligatoire a été étendue de neuf à douze ans. (Supang Chantavanich, 2001)

4Les rapports sociaux inversés derrière le miroir de la frontière ouvrent la porte à toutes les violences, les Môns se vengeant des Birmans par exemple. Mais, comme nous l’avons déjà signalé, les structures birmanes locales recomposées permettent une solidarité entre Birmans.

  • 12 B. Press (2004, p. 29) estime à 30 % le nombre de Môns dans la filière pêche.
  • 13 D’autant que le Slorc après avoir provoqué la fuite des étudiants et de nombreuses autres personne (...)
  • 14 Samut Sakon et Pattani par exemple comme le remarque justement B. Press, 2004, p. 18.
  • 15 L’abandon relatif des Thaïlandais – leur présence n’a jamais été très forte – de la filière n’est (...)

5La frontière est aussi un jalon de l’histoire. Elle marque les temps politiques forts qui permettent à l’immigration illégale de se renouveler. Car c’est dans les soubresauts politiques que l’immigration tire sa dynamique, mais pas son origine, car de tout temps les hommes ont voulu aller ailleurs. En résumant, on peut dire qu’en Thaïlande du sud les Chinois ont précédé les gens du Nord-Est qui ont été à leur tour remplacés par les Birmans et que ceux-ci sont représentés par plusieurs ethnies, les Môns d’abord12, puis les Birmans proprement dits, les Arakanais enfin (bien que les trois temps de cette émigration birmane se recoupent parfois). Le type de migration n’est pas le même. Les Môns sont plus proches de la mer que les Birmans, ils ont des liens historiques basés sur le bouddhisme avec les Thaïlandais et voyagent souvent en groupes familiaux. Ils préfèrent aussi renvoyer leurs enfants chez eux (B. Press, 2004, p. 14) alors que les Birmans les scolarisent en Thaïlande. Ce type de migration mône a facilité les liens familiaux et la mise en place des réseaux villageois, les gens d’une même famille, puis d’un village et enfin d’une région facilitant la circulation de l’information et de l’immigration. Les Birmans ont récupéré cette structure qui est maintenant similaire à celle des Môns. Mais il a fallu vingt ans pour qu’elle se mette en place, vingt ans d’une exploitation maximale de la main-d’œuvre birmane non mône. En Birmanie les coups d’État de Ne Win en 1962, puis du Slorc (State Law and Order Restoration Council) en 1988 ont été aussi des marqueurs de l’immigration lui donnant une impulsion certaine13. Ce furent des push factors qui, même s’ils ne sont pas prédéterminants dans la construction des flux, n’en jouent pas moins un rôle comme nous le verrons plus tard. La présence des gens du Nord-Est comme nous le soulignons fut une période transitoire, mais qui fut surtout forte dans les usines et les plantations. On ne peut nier cependant que le développement économique exceptionnel de la Thaïlande a rendu peu attractive la filière pêche délaissée, notamment à Ranong. La porosité de la frontière et les millions de candidats à l’immigration prêts à s’employer pour un salaire – de 1 500 à 6 000 bahts (≈ 31,07 – 124,2 €) par mois – étant tellement forts que les paysans du Nord-Est ont totalement disparu. Ils restent encore présents dans les ports de la côte est14. La prise en compte du typhon Gay en 1989 qui a fait couler plus de 600 bateaux en Thaïlande aurait aussi été un déclencheur de l’abandon de la filière pêche par les Thaïlandais. Mais cette seule explication est par trop factuelle. Le renouvellement de la filière en Thaïlande et en Birmanie après le tsunami et le cyclone a été rapide, dénotant une force de résilience importante qui s’est renforcée ces dernières années15.

6Il existe aussi des facteurs culturels à ce phénomène. La pêche, autre que côtière, a toujours été négligée par les Thaïlandais et a donc fait appel à plus ou moins de migrants, y compris de migrants « internes » venus du Nord-Est ou des anciens États malais du Sud. C’est ainsi que depuis les années 1980 il fallait recourir à des manières fortes pour constituer des équipages (drogue et violence).

  • 16 « In 2008, there was an estimated 2,2 million foreigners – mostly from Indonesia, Bangladesh, Nepa (...)

7Cette ethno-histoire de la frontière qui va nous renseigner sur la construction des filières entre la Birmanie et la Thaïlande va aussi nous expliquer comment se construit un nouveau territoire imaginaire. La frontière est une marche vers le sud, le nord, le nord-est et l’étranger. Les circuits complexes s’organisent autour d’elle. Les Birmans vont en Malaysia16, reviennent en Thaïlande et repartent à Ranong puis sur des bateaux à Phetchaburi pour aller en Indonésie ; les filles passent de bordel en bordel pour se retrouver dans les pays occidentaux. Les filières sont réactives et nombreuses. Ce sont celles-ci que nous allons tenter de comprendre, en considérant dans un premier temps leurs origines locales.

2 - Une analyse du discours des migrants (Pratique du terrain)

8Nous avons utilisé nos connaissances des gens (aussi bien propriétaires, politiciens, travailleurs…) et des langues (thaï, birman et moken). Les enquêtes se sont déroulées dans les lieux de départs et d’arrivées des trafiqués, les interviews ont été conduites dans les langues mêmes des trafiquants. Les données sont essentiellement celles que les Birmans, les premiers concernés, nous ont livrées. Les informations concernant la filière thaïlandaise et ses extensions dans les pays voisins sont ici secondaires. Nous ne pouvions remonter toute la filière sans éveiller les soupçons. Ce carnet est donc la première étape d’un travail qui pourra peut-être remonter toute la filière, en tout cas la filière pêche, et cela, jusqu’aux frontières cambodgienne, malaise et même indonésienne puisque le trafic les concerne aussi.

  • 17 J. Ivanoff, 1989 ; Maxime Boutry, 2007.

9La question posée au départ, celle de la filière pêche et de l’exploitation de travailleurs birmans, était une question à laquelle nous étions confrontés tous les jours lors de nos travaux de recherche et cela depuis une vingtaine d’années, l’un de nous travaillant sur les populations nomades marines transfrontalières et l’autre sur les interactions entre les pêcheurs birmans et les nomades. Il nous est donc apparu évident17 que la filière pêche allait être prédominante. Mais, dès lors que celle-ci se développe, elle entraîne un développement de filières consubstantielles, celle des prostituées par exemple ; alors, comment séparer la filière pêche de la filière « prostituées », « employés de maison », « employés dans les plantations » ? Doit-on segmenter les filières socialement, ethniquement, économiquement, professionnellement ?

10Dans les années 1970, les premières études à relativiser le contexte économique comme principal vecteur de l’immigration illégale ont à juste titre pointé des systèmes de pensée et des structures sociales (telle que la relation d’aîné à cadet, les sociétés « patriarcales ») propres à la culture des migrants comme terreau favorable, par exemple la tradition de « sacrifice » de la cadette pour le bien-être économique de la famille. Toutefois, dans des sociétés en constante évolution et de plus en plus soumises aux effets de la globalisation, aux médias, etc., même si les structures sociales restent pertinentes, elles ne peuvent justifier à elles seules la perpétuation du système. Les représentations des migrants font désormais appel à une forme de liberté dont les référents sont calqués sur la modernité telle qu’elle est véhiculée par l’Occident, une liberté dont les symboles passent par les téléphones portables, une émancipation vestimentaire, etc. Or, la prostitution permet à une partie de la population des salaires suffisants pour s’accorder cette liberté symbolique qui se répercutera auprès des familles et de l’entourage des migrantes dans leur lieu d’origine. La démarche de cette recherche qui, en contrepoint des autres études sur ce sujet, accordera le plus d’importance à l’origine du système – donc à l’immigration birmane vue par les Birmans et non du point de vue du pays d’accueil comme ces phénomènes ont trop souvent l’habitude d’être traités – sera donc conclue par l’imaginaire des migrants. Nous portons notre attention sur l’imaginaire des populations migrantes sur leur lieu d’origine ainsi qu’aux représentations souvent entretenues et véhiculées par les migrants eux-mêmes lors de leur retour. Il faut analyser les discours recueillis auprès des migrants, mais aussi des passeurs ou encore des acheteurs/revendeurs d’hommes et ainsi nous tenterons de résoudre socialement et culturellement les origines et les issues de l’immigration illégale. Le discours des migrants, si l’on prend la peine de les écouter, brise des raisonnements trop souvent ethnocentriques, en faisant miroiter la mobilité comme une forme de liberté là où ceux qui tentent d’enrayer le phénomène de l’illégalité ne voient que violation des droits de l’homme, assujettissement et dépendance.

11Par ailleurs, ce fait montre également que la réalité de la frontière n’émane pas uniquement des centres économiques et administratifs nationaux, mais prend forme au gré de l’imaginaire des migrants, qu’ils soient réfugiés politiques ou économiques. Pour les réseaux d’échanges, la frontière n’existe que peu ou pas mais administrativement et économiquement elle offre une protection et marque le changement. Cependant, l’identité régionale faisant entièrement partie du développement du Sud (ici entendu l’ensemble des régions méridionales de la Birmanie et de la Thaïlande), l’intangibilité de la frontière fait également partie du jeu politique, permettant de négocier au sein de la région des accords qui ne peuvent être faits qu’aux zones frontalières. Et ainsi, aussi facilement qu’ils purent entrer en Thaïlande, puisant dans la représentation de la frontière comme une ligne derrière laquelle ils seraient protégés, les étudiants qui s’y sont réfugiés en 1988 seront renvoyés quelques années plus tard en Birmanie par le gouvernement Chavalit au nom du développement d’un Sud dont l’identité régionale est plus forte.

12Finalement, et en dépit d’une politique thaïlandaise à double tranchant, le développement économique du sud et en premier lieu de la ville de Ranong constitua un terrain propice à l’immigration birmane. Les accords entre la flotte de pêche thaïlandaise et le gouvernement birman stimulaient l’économie de Ranong.

13L’univers du migrant est l’espace frontière dont il est la monnaie. Mais c’est un monde parallèle qui vit sur des réseaux préexistants et des liens avec les représentants de l’État. Ce monde parallèle qui met en contact plusieurs réalités sociales (« pauvres » et « riches » pour simplifier), ethniques (Birmans et Thaïlandais, mais aussi Môns et Birmans…), crée un territoire et s’appuie sur un imaginaire transmis depuis la préhistoire (lieu de passage) à aujourd’hui (Birmans marins voyageurs, déplacements…). C’est un monde en soi qui fait perdurer les économies parallèles permettant le développement de ces périphéries afin de préserver un hypothétique centre. Mais plus que cela, les migrants recréent des centres en s’installant selon des principes propres aux relations interethniques. Les migrants de Ranong ont ainsi reconstitué un territoire sur des alliances nouvelles se séparant du groupe majoritaire tout en gardant un contact avec lui. Le centre se déplace pour créer d’autres périphéries. L’immigration illégale est économiquement nécessaire, autant pour le pays d’accueil « développé » que pour le pays d’origine « sous-développé » qui lui aussi consolide de cette façon sa frontière étatique, ligne qui, par définition, n’existe que si elle fait partie d’un ensemble international.

14L’immigration illégale se crée et perdure à partir d’une dynamique évanescente consistant en la métamorphose de la production issue de systèmes économiques plus ou moins libertaires et volontairement non contrôlés aux frontières, en une source d’approvisionnement et de fondation d’un système économique légal et national.

15Cependant, le migrant n’est pas qu’une monnaie économique et considérer la demande en main-d’œuvre comme un facteur prévalant dans l’immigration (vision économiste) évince le « désir du migrant » (ses représentations de la vie à l’étranger, ses volontés et ses besoins).

  • 18 Patron-entrepreneur souvent d’origine chinoise.

16La demande passe par des réseaux et des systèmes en place – entre le sud de la Birmanie et le sud de la Thaïlande, il s’agit des réseaux traditionnels de taukè18 – qui gèrent les flux et les régulent. Le rapport de l’immigration à la demande n’est pas linéaire. D’ailleurs, bien que le marché commence à être saturé, l’immigration ne faiblit pas. En ce sens, l’immigration birmane dans le sud de la Thaïlande prend des airs de colonisation. Sur la base historique d’un Sud exploité et développé par des populations mobiles, migrantes, les Birmans se sont créé une niche économique, et politique, désertée traditionnellement par la population « dominante », les Thaïlandais.

  • 19 Localement jugés peu fiables, car leurs mouvements dépendent des cycles de croissance de leur riz.
  • 20 Dog tags, en référence au collier de vaccination antirabique que portent les chiens.

17Il est impossible de trancher dans le réel avant d’avoir une vision globale de la situation. Nous n’avons donc que très peu segmenté et orienté la recherche. Cependant il apparaît comme une évidence que la filière pêche est celle qui « consomme » le plus de travailleurs et qu’avec elle la filière « prostituées » se développe. Mais celle-ci, bien qu’elle soit liée pour la plus grande part de son histoire au développement de la pêche, a aussi son indépendance. La prostitution est en effet liée à la pêche, mais s’est aussi constituée en filière propre avec ses propres réseaux (cf. infra). C’est pourquoi il faut par exemple comprendre que la géographie des bordels de Ranong correspond à cette différentiation. L’immigration birmane est également une réalité historique. Les coups de boutoir de l’histoire contemporaine, aussi bien du côté thaïlandais que birman, ont inévitablement changé la physionomie du trafic. Si par exemple dans les années 1970-1980 les Birmans étaient déjà présents dans toute la province de Ranong, ils étaient dispersés dans les plantations d’hévéas, de fruits, les mines d’étain, disséminés partout prenant les emplois que délaissaient les gens du Nord-Est19 et avant eux des Chinois, qui se sont enrichis et sont montés dans l’échelle sociale, ils sont maintenant de plus en plus en plus présents. On les voit depuis les années 1997-2000 dans tous les magasins de Ranong, le marché lui-même est devenu officiellement birman ; il s’appelle d’ailleurs le « Marché birman » Talad Phama ; la ville se birmanise de plus en plus. La réalité de la présence est effective et localement acceptée, les pêcheurs sortent de plus en plus souvent, même si on essaie de freiner leur mobilité avec différents systèmes plus ou moins légaux. Il est ainsi reconnu qu’il est illégal de se rendre en Thaïlande ; pourtant, un Birman devient « légal » dans le terrain de l’entreprise qui le recrute. Il ne peut en bouger, à l’image des Moken de Surin emprisonnés dans le parc national dont ils ne pouvaient sortir (pas de carte d’identité, mais une « tolérance » négociée pour les premiers habitants de l’île). En leur donnant des dog tags20, qui les attachent à leur entreprise on surveille et limite leurs mouvements. Un système qui permet d’abord de contrôler les Birmans, ensuite de rendre illégale à n’importe quel moment leur présence et les contraindre ainsi à se faire exclure, renvoyer, vendre et revendre… Aujourd’hui la présence birmane est acquise, elle permet la croissance économique de la région et sans elle l’économie s’effondrerait, car le coût de la main-d’œuvre permet la compétitivité. Mais il existe un revers à la médaille, celui du nombre croissant de Birmans et de la « gestion » de ces flux dans un monde de plus en plus polycentré et global qui voudrait contrôler ce qui ne peut l’être. L’évolution de la présence birmane est donc le résultat de contraintes sociopolitiques, mais pas uniquement.

Le dog tag qui se porte autour du cou « attache » le travailleur à son « maître ». Hors de son lieu de travail ou de la présence du taukè, le travailleur birman redevient illégal.

18Il arrive que les groupes frontaliers travaillent dans le même sens que le désenclavement voulu par les idéologues libéraux. Pourtant, il n’existe pas de représentants birmans émigrés dans les organes de décisions ou de propositions qui prennent en charge leur sort au nom de la nation. Le régionalisme et la négation des droits aux Birmans (nationalité, soin, éducation — malgré les progrès dans ce domaine) ont donné naissance à un florilège de règles aléatoires, changeantes et essayant de gérer les flux. Il existe aussi dans l’espace frontalier birmano-thaïlandais une enclave de droit que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le royaume. On se trouve face à une série de mesures qui ne concernent que les Birmans et qui n’ont jamais été ni validées ni invalidées par Bangkok. Le laisser-faire est de règle, les processus nationaux de légalisation des travailleurs birmans s’étant soldés par des échecs. À chaque amnistie (cf. Supang Chantavanich et al., 2007a, p. 50-53), ou à chaque proposition de légaliser les émigrés, les réponses ont été négligeables, quelques centaines de Birmans et d’employeurs seulement se manifestaient.

19En 1992, une première mesure a été prise pour limiter l’emploi d’ouvriers immigrés aux seules provinces frontalières du Myanmar (Chiang Rai, Tak, Kanchanaburi et Ranong). En 1996, toujours dans le but de gérer l’afflux de travailleurs étrangers, les autorités ont offert une amnistie à ceux qui acceptaient de régulariser leur situation. Près de 300 000 personnes ont ainsi été répertoriées dans 7 types d’emploi et dans 43 provinces, soit probablement la moitié du nombre total de travailleurs étrangers à l’époque. Parmi eux 87 % étaient birmans, 9 % cambodgiens et seulement 4 % laotiens.

20Entre 1998 et 2000, l’administration thaïlandaise a de nouveau ouvert aux travailleurs immigrés plusieurs dizaines de professions dans 54 provinces. Mais seules quelques dizaines de milliers de personnes en ont profité pour sortir de la clandestinité. Beaucoup d’entreprises préfèrent maintenir l’opacité sur le statut de leur main-d’œuvre aussi longtemps qu’elles peuvent corrompre les fonctionnaires chargés de l’identification et du contrôle de celle-ci. Les secteurs de la pêche, de l’agriculture, de la construction et, d’une manière générale les travaux manuels non qualifiés, sont particulièrement touchés.

21Le nombre total de travailleurs immigrés en Thaïlande est aujourd’hui estimé à environ un million. Les clandestins dépassent les immigrés légaux dans une proportion d’environ 8 pour 1 9. Leur nombre considérable pose un grave problème de gestion. Le bureau de l’Immigration a fait expulser 200 000 personnes en 1999, mais la plupart se sont réintroduites dans le pays. L’absence de ligne politique claire, couplée aux insuffisances du cadre légal, ne permet pas un contrôle effectif des flux. Certains fonctionnaires sont même impliqués dans le trafic de main-d’œuvre. Fort heureusement, le gouvernement semble désormais sérieusement envisager l’établissement d’une nouvelle agence responsable du développement, de la gestion et de la coordination des migrations, suivant en cela les recommandations des universitaires.

  • 21 Pour la première étape, examen de santé…

22Depuis le cas des Rohingya, des mesures ont été prises pour légaliser les travailleurs birmans sur le sol thaïlandais. L’immigration thaïlandaise va distribuer des permis de travail aux Birmans. Leur patron devait présenter la demande avant le 15 juillet 200921. Pour que leur permis de travail soit validé, les Birmans doivent par ailleurs aller demander un justificatif de leur nationalité birmane auprès des services de l’immigration birmane, à l’un des trois points frontières : Kawthaung (Ranong), Myawaddy (Mae Sot) et Tachilek (Mae Sai).

23À première vue, ce dernier point pourrait être compris comme une conséquence du cas des Rohingya. Le gouvernement birman ne les reconnaissait pas comme birmans et ainsi refusait la responsabilité de leur prise en charge. Cependant, comme le problème des Rohingya n’est pas prêt d’être réglé en Birmanie, il est fort peu probable que ces mesures leurs soient destinées. Il faut plutôt y voir un besoin de contrôle de la part des autorités birmanes. En effet, comme le dit Kyaw, gérant d’une guest house qui fait passer les Birmans vers Ranong, « la Birmanie est en train de se vider de ses travailleurs ». Et ceci dure depuis des décennies. Sachant que les Birmans sont pour la plupart illégaux sur le sol thaïlandais et vu l’efficacité de l’administration birmane, il est tout à fait concevable que le gouvernement ne sache pas avec précision combien de Birmans sont partis travailler en Thaïlande et ailleurs. Une autre hypothèse concerne le trafic de papiers officiels. Il est tout à fait possible que les cartes d’identité soient échangées, trafiquées d’un travailleur à l’autre, comme ce le fut pendant très longtemps pour les border pass sur la frontière de Kawthaung/Ranong. Un border pass, pour peu que la photo soit ancienne et qu’elle ressemble plus ou moins au migrant, était utilisé plusieurs fois, dans une même semaine ou un même mois pour plusieurs personnes différentes, parfois une dizaine. Depuis, l’immigration côté thaïlandais oblige les passagers à venir présenter eux-mêmes leurs papiers. Enfin, lorsque les Birmans sont victimes de trafic, ou simplement lorsqu’ils contractent des dettes, la seule garantie qu’ils puissent offrir à leur employeur est leur carte d’identité. Ainsi, si les Birmans s’enfuient (soit parce qu’ils ont été vendus ou parce que les dettes sont trop importantes) ils se retrouvent sans papiers et ne peuvent justifier de leur nationalité.

  • 22 Quand il heurte les intérêts économiques des gens au pouvoir.

24Les décisions du pouvoir central ne peuvent toutefois pas être mises en application. L’institutionnalisation des réseaux de la filière « émigrés birmans » est bien trop ancienne, solidement implantée, rentable, pour qu’elle puisse changer. Le sud de la Thaïlande continue donc de gérer localement le problème. Le régionalisme puissant de la Thaïlande qui repose sur des bases politiques, historiques et ethniques permet la résilience du système. La frontière est aussi un espace séparé qui crée ses propres codes de conduite, légaux et illégaux. Quand l’État ou les organismes internationaux se mêlent de la question des frontières, en tout cas de sa gestion, il en résulte un questionnement idéologique à propos de la construction nationale et de la citoyenneté auquel ne peuvent répondre les migrants. L’intervention de l’État rigidifie les relations interethniques et les réseaux traditionnels d’échange en installant des systèmes de contrôle ou de protection, mais qui ne sont que des façades et posent plus de problèmes qu’ils n’apportent de solutions. Ce n’est que lorsque le problème devient politique22 que l’action suit, par exemple le renvoi des étudiants birmans réfugiés à Ranong contre des concessions de pêche. L’État se doit également d’intervenir pour préserver son image quand des questions épineuses de droits de l’homme surgissent au niveau international. Pour l’instant, seules les ONG et les missionnaires sont à même de donner aux autorités des chiffres « fiables » et faire des propositions constructives. Mais le problème est que ces organismes n’ont pas de pouvoir de décision et qu’ils doivent respecter la règle du jeu locale sous peine d’être expulsés. Face aux échecs d’intégration et de contrôle on laisse aux populations des frontières le soin d’élaborer des stratégies d’entente ou de confrontation avec les voisins. Pourtant, et en dépit des débordements et des excès innombrables dont sont victimes les réfugiés, force est de constater que la construction territoriale, réelle et imaginaire, a changé et que la dynamique de la frontière est forte, renforçant le pouvoir économique des deux parties en présence. Les frontières deviennent les derniers espaces de confrontations dynamiques entre ethnies et États, redonnant une souplesse nécessaire pour des États sclérosés.

25En effet, ces populations, s’appuyant sur des traditions syncrétiques, sur des mouvements rapides et des recompositions radicales multiséculaires, gèrent ces contradictions et produisent même des systèmes sociaux et culturels formidablement novateurs. Le territoire des marges, très souvent fantasmé par le centre (peur du vide, de la sécurité, des sauvages…) est en fait redéfini dans son expression même alors que pratiquement, les territoires frontaliers se reconstruisent, s’interpénètrent et surtout utilisent la dynamique centre/périphérie pour concevoir de nouveaux modes de représentation de l’espace. Nous ne pouvons ici présenter ce que l’anthropologie des frontières est en train de construire, notamment au niveau méthodologique, mais nous indiquerons les principaux travaux de chercheurs pour les enquêtes à venir.

3 - Des modalités contemporaines pour un phénomène séculaire

26Par définition, l’immigration illégale cherche toujours de nouveaux moyens d’échapper aux contrôles et de répondre à la demande. La valeur des êtres humains est donc dépendante d’un marché de plus en plus exigeant en nombre et en spécificités. Toutefois, si la spécialisation va de pair avec le renforcement des contrôles aux frontières, ceux-ci ne réduisent pas les chiffres et les millions de travailleurs illégaux, de réfugiés, de femmes vendues dans des pays lointains, d’enfants disparus à travers le monde après avoir été achetés pour trois fois rien.

27Les réseaux mis en place pour développer les filières sont de plus en plus sophistiqués et efficaces, de même que leurs protections et moyens. Pour acheminer des Birmans en Malaysia il existe des relais, des postes de communications, des couvertures officielles tout le long de la route, téléphones, radios, GPS sont utilisés pour tracer et changer les routes à tout moment… D’une frontière à l’autre, la main-d’œuvre est prise en charge. La réactivité de la filière est extrême, car elle dépend d’une demande elle-même très changeante.

  • 23 « Six routes of trafficking for sexual exploitation into Southern Thailand was found: a flight-lan (...)

28Cependant, ces constatations ne sont pas suffisantes ni pour comprendre, ni pour enrayer le phénomène, elles servent tout au plus à en suivre les évolutions23. On ne peut donc pas chercher à systématiser les filières dans une étude. En effet, il s’agit d’avantage d’évidences géographiques et économiques ; les routes sont existantes et employées par les transports de marchandises et d’hommes. Les routes sont moins importantes que les points de chute et les regroupements, ce que nous appelons les « nœuds » des frontières, là où se trouvent les contrôles et les passages. Mais ce point se heurte à la corruption généralisée, au blocage politique quant au développement des infrastructures pour les migrants et au chiffre réel des trafiqués.

29La prise en compte du phénomène migratoire dans cette région d’un point de vue historique et contemporain, l’étude des enjeux nationaux en relations avec les réseaux locaux, la prise en compte des représentations locales à la source de ce phénomène aux retombées internationales sont de plus en plus nécessaires. Le sud péninsulaire de la Thaïlande et de la Birmanie, à la croisée des mondes insulaire et continental de l’Asie du Sud-Est, à la rencontre également d’une Asie « brune » et d’une Asie « jaune » est une plaque tournante préhistorique et historique pour des populations venues du sous-continent indien, du golfe Persique, de l’Océanie, de l’Europe… Elle a permis la rencontre des peuples, la confrontation entre l’Occident et l’Orient, le choc des religions (islam, bouddhisme et christianisme), les brassages de populations marginalisées (mône, chinoise, malaise) et dominantes (thaïe et sino-thaïe). Ces facteurs structurants de la morphologie sociale et ethnique ont également construit les premiers réseaux d’échanges. Les populations qui assurèrent le succès du développement économique intégré du sud de la Thaïlande ont toujours été des populations exploitées pour des raisons politiques, ethniques ou économiques. Les razzias historiques et les déplacements de populations destinés à fournir des travailleurs pour les terres à défricher et donc à conquérir ont été courants pendant une grande partie de l’histoire de la péninsule. Cette tradition esclavagiste régionale a permis le mélange de populations et la construction de réseaux sillonnant la péninsule et liant des groupes éloignés aussi bien géographiquement qu’ethniquement (Moklen de Phangnga et Siamois de Nakhon Si Thammarat, Chinois de Trang et Chinois de Hat Yai et au-delà de Chine populaire, Malais musulmans de Pattani, Yala, Narathiwat et de Bangkok, Birmans du Tenasserim et Siamois de Patthalung…) et a donc créé un régionalisme solidement ancré dans les mentalités transcendant les différences ethniques pourtant très marquées. L’esclavagisme d’hier est remplacé par des formes d’exploitation tout aussi efficaces aujourd’hui : migrations plus ou moins volontaires de paysans du Nord-Est venus tenter leur chance et renforcer l’identité nationale thaïlandaise face à un islam jugé menaçant ; populations mobiles chinoises totalement dépendantes des grandes plantations d’hévéas ou des mines d’étain ; nomades entraînés de force dans des campagnes de pêche ou des constructions « volontaires » de bâtiments publics, etc. Cette mobilité des populations déplacées a renforcé la « tradition » qui considère la région comme un réservoir régional de main-d'œuvre mobile et disponible sur des terres à « thaïser » le plus rapidement possible. L’enrichissement progressif et inéluctable des habitants de la région qui a découlé de ce dynamisme et de ce mode d’exploitation dans un environnement riche (mines, hévéas, palmiers à huile, pêche…) a peu à peu changé le profil des réseaux et les orientations ethniques et politiques de l’immigration. En effet le particularisme du sud n’a pas empêché son développement et sa reconnaissance par Bangkok et par la nation dans son ensemble. Le sud a su enrichir sa population et renforcer ainsi son identité.

30Il était facile de développer l’immigration venue de Birmanie, où le couloir du Tenasserim, relativement vierge et éloigné de l’autoritarisme central de Yangon, permettait un passage aisé vers la Thaïlande. La porosité de la frontière maritime facilitait les arrivées de plus en plus massives de travailleurs non qualifiés. Des Thaïlandais eux-mêmes sont allés vivre dans le Tenasserim et ont longtemps causé un problème majeur pour la Thaïlande quand ils ont commencé à revenir en Thaïlande, les conditions de vie locales étant trop défavorables. Des centaines de milliers de Birmans se sont rendus en toute illégalité en Thaïlande, d’abord pour travailler sur le littoral ouest du pays puis, peu à peu, dans tout le sud. Une main-d'œuvre discrète, très mal payée, qui durant des années n’a pas fait parler d’elle.

31Le peuplement plus proprement birman de l’extrême sud de la Birmanie, au sud de Mergui jusqu’à Kawthaung et dans les îles de l’archipel Mergui s’est fait en « civilisant » progressivement le littoral jusqu’à atteindre une frontière longtemps restée imaginaire, séparant cette région oubliée d’un sud thaïlandais qui commençait à peine à prendre son essor. Comme dans le pays voisin, l’étain, l’hévéa et la pêche furent les moteurs de migrations amenant les Birmans du centre de la Birmanie à coloniser le littoral au gré des développements commerciaux à travers la région. Paradoxalement, le sud de la Birmanie fut un temps une source d’approvisionnement pour les habitants de Ranong qui, jusque dans les années 1950-1960, s’y rendaient fréquemment même pour l’achat de produits de consommation courante. Ainsi, comme le souligne avec une pointe d’ironie un Thaïlandais de Ranong ayant vécu sa jeunesse sur les frontières, « il fallait aller en Birmanie pour acheter du sucre ». À cette époque, les reliquats de l’administration anglaise (le Tenasserim fut le premier protectorat de Birmanie avant son annexion à la couronne d’Angleterre) servaient encore un différentiel de développement de chaque côté de la frontière, elle-même dessinée par les Anglais au XIXe siècle, au profit de la Birmanie.

32Les Birmans étaient mobiles aussi, occupant le sud comme une région à part entière sans connaître d’obstacles administratifs au passage de la frontière et profitant cependant de marchés entretenus par les patrons-entrepreneurs chinois du sud de la Thaïlande que ce soit pour les nids d’hirondelles, les coquillages ou encore les holothuries (concombres de mer), suivant ainsi des réseaux traditionnels à la région dont les Anglais ne purent jamais tirer pleinement profit.

33Le premier révélateur historique de l’immigration telle qu’on la conçoit de nos jours, c'est-à-dire comme le passage d’une frontière internationale, est sans aucun doute le développement économique du sud de la Thaïlande. L’année 1961 et l’implémentation du premier NESDP (National Economic and Social Development Project) visant à industrialiser la Thaïlande en commençant par développer les structures fondamentales (industries de substitution, produits d’exportation…) en marquent les débuts. De nos jours, le plan continue, il en est à son dixième volet qui se terminera en 2011 (P. Kittaworn et al. 2005). Pour atteindre les objectifs nationaux du développement du sud, il fallait cependant une main-d’œuvre locale suffisamment nombreuse. Or, dans une région aux multiples frontières, étatiques, culturelles et ethniques, les Thaïlandais n’ont pas été capables d’occuper réellement et de s’approprier par eux-mêmes un sud qui malgré tous les efforts d’intégration reste périphérique et se développe selon des caractéristiques socioéconomiques inscrites dans l’histoire. Ce furent d’abord les Chinois qui devinrent les entrepreneurs du développement économique dans le sud de la Thaïlande, drainant à eux une main-d’œuvre composée des ethnies minoritaires locales, de Thaïlandais originaires du Nord-Est (Isan) et de Malais présents depuis toujours dans cette région. Les Birmans également servaient déjà de main-d’œuvre à cette époque, mais dans des proportions bien moindres qu’aujourd’hui, sans pour autant qu’il soit possible d’avancer des chiffres, vu l’absence de toute archive sur le sujet. Par ailleurs, on ne pouvait encore parler d’immigration illégale, vu la porosité de la frontière. En d’autres mots, l’illégalité n’était pas encore instituée par un système administratif performant.

34Dans un contexte politique birman se dégradant de plus en vite, le sud de la Birmanie, alors très peu contrôlé, apparaît comme un refuge. Jusqu’à la fin des années 1990 en effet, les îles de l’archipel Mergui, déjà havres idoines pour les auteurs d’actes de piraterie, deviendront à partir de 1988 un terrain de repli pour des groupes insurgés môns et karens. Pour une partie des étudiants ayant participé aux manifestations et menacés par le gouvernement birman, il n’y avait alors qu’un pas à faire pour tenter de s’abriter derrière cette enceinte imaginaire qu’est la frontière et s’en remettre aux autorités thaïlandaises.

  • 24 À l’exception de la Chine qui profitera également du passage au pouvoir du Slorc pour affirmer son (...)

35Les années 1988-1989 marquent sans aucun doute un tournant dans les migrations. En Birmanie, la répression sanglante de la révolution étudiante24 est un jalon essentiel dans l’expansion et la structuration de la « filière » birmane. Ce fut une nouvelle « descente » vers le sud de Birmans, des réfugiés tentant d’échapper à la répression, une vague s’intensifiant suite aux conditions économiques de plus en plus difficiles. Par ailleurs, 1989 est l’année de l’élection démocratique du Premier ministre thaïlandais Chatchai Chunhawan, qui fut un promoteur essentiel de l’entrée de la Thaïlande dans l’économie de marché (il fallait transformer « l’Indochine des champs de bataille en champs d’échanges commerciaux »). Le principe des vases communicants sur le plan politique et économique fonctionnait très bien, car si l’ex-Indochine s’ouvrait au développement intégré promu par l’Asean, la Birmanie pendant ce temps-là se fermait, imposant les migrations politico-économiques à sa population.

  • 25 La junte militaire est au pouvoir depuis le coup d’État de 1988 sous le nom de Slorc, renommé en 1 (...)

36Dans les années 1990, on ne peut donc encore parler de développement économique du sud de la Birmanie qui en est à peine à la préparation d’une ouverture en vue de l’année du tourisme qui aura lieu en 1997. La mort dans une île du nord de l’archipel d’un des fils du général Maung Aye, vice-président du SPDC25, sera d’ailleurs utilisée comme prétexte idéal pour nettoyer l’archipel Mergui de ses pirates et insurgés au prix d’exécutions de masse dans l’ensemble des villages suspectés d’abriter des éléments « néfastes » à la nation.

  • 26 «Realizing the scope of Burmese immigration taking place in Thailand since the end of the 1990s, t (...)
  • 27 Information relayée par un travailleur humanitaire birman de la ville de Ranong.

37En revanche, le sud de la Thaïlande est lui en plein boom économique, avec le développement de la pêche maritime, sans parler de l’hévéa et des balbutiements de l’industrie touristique. La colonisation du sud de la Birmanie par les populations venues de Yangon et des régions plus méridionales s’institue en dynamique de réappropriation birmane de cette région longtemps oubliée. Côté thaïlandais, le sud de la Birmanie présente un grand potentiel économique, surtout en ce qui concerne l’exploitation des ressources maritimes. Pendant la période marquée par le gouvernement « buffet » (i.e. eat what you want) de Chatchai, les monnaies d’échange afin de gagner des marchés sont variées : suite à la visite de Chavalit Yongchaiyudth à Yangon, peu après les manifestations de 1988, une partie des étudiants ayant fui vers le sud de la Thaïlande furent « monnayés » au gouvernement birman contre des concessions de pêche pour la flotte thaïlandaise dans les eaux du Tenasserim. Ce fait illustre la volonté de développer économiquement à tout prix de la Thaïlande à l’époque et de préserver des relations, sinon cordiales, tout au moins durables entre les deux pays, sur la voie du constructive engagement initié par Chatchai Chunhawan. Une politique qui s’est poursuivie sous le gouvernement du Premier ministre Thaksin Shinawatra26 et plus récemment encore, d’après nos enquêtes, un professeur birman d’une école birmane de Ranong s’est fait arrêter dans le courant de l’année 2009 par les autorités thaïlandaises pour activités antigouvernementales envers la Birmanie27. Lui et sa famille (sa femme et trois enfants) furent renvoyés en Birmanie.

38Il a fallu attendre le tsunami de 2004 (cf. O. Ferrari et al. 2006 : M. Boutry et O. Ferrari, 2009) pour que la communauté internationale s’interroge sur le sort des millions de Birmans vivant en Thaïlande. Le statu quo était brisé et il fallait bien accepter la réalité des chiffres. Dès lors, les Birmans ont été le sujet de plusieurs tentatives d’intégration : ONG ou missionnaires ouvrant des écoles, politiques destinées à contrôler les travailleurs, tentatives de régularisation, marchandage… Pourtant, rien n’a endigué la venue de travailleurs birmans et leur dispersion à travers toute l’Asie et même plus loin encore. Car nous assistons à l’extension des réseaux et aux raffinements de leurs segmentations, par exemple des Birmans qui vont en Malaysia, reviennent en Thaïlande puis repartent dans un autre pays, voilà qui est devenu une nouvelle source de revenus, car à chaque passage les passeurs et trafiquants gagnent. La mobilité ici est synonyme de profits pour les sédentaires. Il est donc intéressant de constater que jusque dans les années 1980 il n’existait pas de véritable frontière, mais une reconnaissance d’un territoire national souverain et des pratiques territoriales locales qui autorisaient tous les accords. On ne pouvait différencier l’immigration de Ranong de celle de Kawthaung. D’ailleurs, et même si la plupart s’en défendent, il y a fort à parier qu’une grande partie de la population thaïlandaise (c’est-à-dire ici chinoise) a du sang birman dans les veines. Les Chinois n’y voyaient aucun inconvénient et avaient souvent comme deuxièmes femmes des Birmanes, comme les taukè des Moken avaient des femmes moken et comme les riches Bangkokiens ont des deuxièmes femmes. Mais, à Ranong, il s’agissait de créer des liens pour une survie plus qu’aléatoire à l’époque. Les stratégies d’association entre Chinois et Birmans (notamment les intermariages) servaient à dominer et s’adapter à un nouvel environnement. Comme les Birmans et les Moken, les Chinois et les Birmans se sont alliés sachant toujours cependant quels étaient les liens hiérarchiques. Se promener à Victoria Point avec un vieux chinois venu de Ranong c’est prendre une leçon d’histoire contemporaine ; en fait, les liens n’ont été véritablement coupés que dans les années 1990, lorsque la frontière est devenue l’opposé de ce que voulait le général Chatchai, c’est-à-dire une ouverture sur des marchés. La frontière permet de réguler les marchandises et de taxer les trafics. Dès lors, l’ouverture des pays et la fin du communisme ont marqué l’ère de la volonté de contrôle et donc de la construction d’un système de réseaux maffieux et illégaux pour faire passer les travailleurs birmans dont la Thaïlande avait de plus en plus besoin.

  • 28 À l’époque 100 bahts = 350 kyats.

Interview, Ranong – Savampla – 21/03/2009 – Entretien avec N. N.
Nyi Nyi est travailleur dans une compagnie de conservation/export de poisson de Savampla. C’est une petite compagnie, ils sont douze travailleurs seulement.
Il est arrivé à Ranong il y a quinze ans en provenance de Yangon. Il est venu avec un bateau de pêche de Moulmein et a traversé ainsi illégalement la frontière. Le tout lui a coûté seulement 2500 bahts28 (≈ 57,75 €).
Il ne saurait pas dire comment était la frontière à cette époque, mais c’était sans aucun doute plus facile de traverser que maintenant. Aujourd’hui, il n’y a plus grand intérêt dit-il à traverser la frontière illégalement. Un border pass à usage unique coûte 500 bahts (≈ 10,35 €) seulement, et un normal 2 000 bahts (≈ 41,4 €). Le voyage en bateau 30 à 50 bahts (≈ 0,6 1,35 €).
Il a d’abord travaillé sur des bateaux de pêche. Les conditions y étaient trop mauvaises : lorsqu’on est malade il n’y a pas de médicaments et le capitaine ne se presse pas pour ramener les malades à terre, pas tant qu’il n’a pas rempli son bateau. Les « accidents » en mer sont relativement fréquents. Mais les conditions sont encore plus dures pour les bateaux qui vont pêcher loin, qui partent environ six mois, loin des yeux de tout le monde… et une rixe peut rapidement se terminer par un meurtre.
D’après N. N., dans toutes les compagnies de poisson du port les travailleurs birmans sont en grande majorité illégaux. Il estime qu’ils représentent au moins 80 % des travailleurs. La plus grosse de ces compagnies est une joint venture dont les principaux actionnaires sont la Thaïlande et le Japon. Rien qu’à elle seule cette compagnie embauche 7 à 8 000 personnes dans la ville de Ranong, dont au moins 60 % de Birmans.
Faire une carte de travail à un Birman revient trop cher – 4 000 bahts (≈ 82,8 €) – et lorsqu’ils en ont une, ils sont en mesure de « déserter ». Ce n’est donc pas rentable pour les employeurs : il l’est plus de donner 15 000 bahts (≈ 310,5 €) par mois aux policiers pour la compagnie ou de les payer lorsque les Birmans se font arrêter.
Maintenant, lorsqu’ils ont besoin de travailleurs, les patrons s’adressent à leurs employés birmans : « la population birmane de Ranong compte suffisamment de sansemploi ».

4 - Segmentation contemporaine versus immigration indifférenciée

« Les Birmans emmènent leur Histoire en Thaïlande. Ils pourraient aller en Chine, il y a aussi du travail, ou encore en Malaysia, mais la plupart vont en Thaïlande. Le combat entre les deux peuples continue ainsi. » Entretien avec un taxi travaillant pour un courtier, Kawthaung, 30.03.2009.

39L’exploitation par les Thaïlandais, grâce à une main-d'œuvre immigrée, de cette région au-delà des frontières nationales depuis des décennies a finalement suscité une prise de conscience des Birmans à la fin des années 1990 sur son potentiel économique. S’en est suivi un contrôle accru de la frontière par les autorités des deux pays qui ne fit que s’accroître au fil des ans, particulièrement renforcé par le désir des centres nationaux de gérer les flux migratoires menaçants pour l’identité nationale.

L’immigration de Kawthaung en 1997, point de passage obligé entre la Birmanie et la Thaïlande.

En 2008, reflet de l’accroissement des échanges entre la Birmanie et la Thaïlande, un bureau de l’immigration refait à neuf.

40L’officialisation des bureaux et de l’ouverture de la frontière n’a évidemment pas empêché à un système illégal de se poursuivre avec la monnayable bienveillance et la participation des autorités locales. Cette immigration n’a fait qu’ajouter un obstacle de plus pour les passeurs. La corruption notoire des fonctionnaires locaux a eu pour effet de rendre un peu plus cher les passages et d’officialiser les filières, les autorités ellesmêmes étant une des sources d’approvisionnement et un point de passage potentiel. Nous parlons ici plus que d’un simple et classique racket consistant à « taxer » les passeurs puisque les fonctionnaires eux-mêmes structurent des filières parallèles avec les reventes d’êtres humains capturés. Ils attrapent, enferment et revendent quand c’est possible. Ils ont la force de coercition officielle pour eux et donc un vivier inépuisable de ressources illégales, de marchandises, à portée de main.

41D’une immigration traditionnelle et indifférenciée nourrissant le développement économique du sud de la Thaïlande et l’enrichissement de quelques patrons, les régulations nationales et le contrôle des frontières ont conduit à développer l’immigration comme un marché à part entière, enrichissant d’abord les intermédiaires, les passeurs, les fonctionnaires et in fine les planteurs, les armateurs, les fonctionnaires, les maffieux, les patrons.

  • 29 Avant 1991, la population illégale était estimée à 40 000 à Ranong (Hnin Hnin, 1992), ce qui est t (...)

42Il est donc difficile de connaître le chiffre exact d’immigrants avant les années 1990. Mais selon le recensement de 1989, il y avait 111 850 habitants dans le district de Kawthaung, sans compter les illégaux qui formaient déjà une grande partie de la population29. D'ailleurs, aucun habitant de Ranong n’ira jamais remettre en cause que sans les Birmans la région ne fonctionnerait pas.

43Le premier million de Birmans, chiffre raisonnable que l’on peut proposer pour les années 1970, a permis l’ouverture de voies de communication et de renseignement pour la venue d’autres Birmans. C’est le début de la construction du réseau « birman » de la filière, l’embryon de la colonisation adaptative. Se sont alors constituées des filières géographiques à travers la Birmanie, celles-ci évoluant avec le temps et les spécificités des demandes. Il ne s’agit pas de professionnalisation des trafiquants, mais plutôt d’une structuration et d’un développement des premiers réseaux. Ces premiers Birmans discrets et dispersés ont permis l’implantation de groupes plus nombreux et solidaires dans le sud. De nouveaux quartiers sont apparus (extension de Savampla, le port de Ranong situé dans le district de Paknam attenant à la municipalité de Ranong) suivant le développement urbain, de nouveaux marchés se sont ouverts pour distribuer des produits nécessaires à ces nouveaux habitants, de nouveaux « services » (prostitution, scolarisation, soins…) se sont développés, permettant à leur tour à une immigration massive de s’implanter. Désormais, des réseaux internes à la filière birmane (familles recomposées, regroupement familial…) existent qui se surimposent aux classiques prises en charge de main-d’œuvre trafiquée. Il existe donc une scission contemporaine nette dans la population immigrée : les immigrés volontaires qui savent où aller, rejoignant des proches ou des membres de leurs familles et la masse des hommes, femmes et enfants qui continuent à n’avoir aucune prise sur leur destin, revendus selon les besoins des marchés thaïlandais et la gourmandise des intermédiaires. Géographiquement et sociologiquement, cette division est une réalité, par exemple lorsqu’on étudie la prostitution birmane et les services « associés » (karaokés, bars…) dans le port de Ranong et que l’on constate une séparation en deux parties bien distinctes : le « quartier birman » (avec une cinquantaine de karaokés/bordels) et le quartier des prostituées birmanes (un carré formé de plusieurs rues avec un hôtel, des bordels et des chambres) destiné à une clientèle mixte. Le premier quartier est en effet « réservé », pour la majeure partie, à une clientèle de pêcheurs birmans et le deuxième à une clientèle thaïlandaise et même occidentale. Cette segmentation a ouvert la voie à de nouvelles filières puisque les demandes en personnels sont désormais ciblées (Birmanes d’origine mône pour les prostituées destinées aux Thaïlandais ou encore venant des alentours de Yangon).

Professionnalisation des trafics et des trafiqués

  • 30 Notons cependant que cette filière pêche existait déjà et que les bateaux venus de Birmanie dans l (...)
  • 31 Une autre grosse compagnie, toujours en activité, a su profiter des arrangements entre voisins, la (...)

44Pour utiliser les ressources naturelles tout en profitant d’une main-d’œuvre bon marché, les hommes politiques thaïlandais ont favorisé une approche diplomatique vis-à-vis de la Birmanie dont le Constructive Engagment a été le fleuron. En permettant à la Birmanie d’être acceptée dans certaines instances internationales (l’Asean en 1997) et en désamorçant ainsi les tentatives occidentales de déstabiliser le régime militaire de Yangon, les Thaïlandais se sont assuré la docilité de leur voisin. Les ressources halieutiques ont été exploitées souvent officiellement (après 1989 et jusque dans les années 2000) et parfois illégalement (avant les années 1989, mais cela a continué après à moindre échelle la Birmanie ayant « récupéré » sa filière en la privatisant en 1994), par des compagnies de pêche thaïlandaises (l’exemple le plus flagrant fut la Thai-Burma Cie constituée après le renvoi, pour un massacre programmé, des étudiants réfugiés en 1988-1989). Ces compagnies ouvrent la route à une immigration nécessaire au fonctionnement de la grande pêche30. L’intérêt des Thaïlandais, à partir du montage de la société Thai-Burma, a fait prendre conscience aux Birmans de la richesse de leurs ressources31. Ces derniers ont alors transformé le paysage socioéconomique de la filière pour récupérer les dividendes. L’exploitation des eaux birmanes était mieux contrôlée, ce qui permettait aux officiels birmans d’empocher plus de taxes puis la vente de poissons se fit de plus en plus du côté birman ; et la frontière devint une réalité administrative, un nouvel obstacle à contourner.

45Les pêcheurs birmans dans les années 1990-2000 se sont trouvés dans l’obligation de recourir à des systèmes plus complexes que ceux des années 1980 pour partir en Thaïlande se faire embarquer sur des bateaux de pêche qui repartaient en Birmanie et pour se faire engager dans les industries de conservation des ressources halieutiques, de réparation des bateaux, de fabrication des filets… Ce fut l’âge d’or des trafiquants : pas de contrôle, une main-d’œuvre sans cesse croissante et des autorités qui ne voyaient pas encore l’ampleur du problème. Les années 2000-2009 ont été celles des tentatives de régularisation et d’accord entre les autorités officielles et les réseaux de trafiquants ce qui n’a fait que renforcer les réseaux qui s’appuyaient désormais sur des officiels corrompus. La rentabilité de la filière se renforce, les Birmans étant trafiqués, vendus, arrêtés et revendus…

  • 32 « Myanmar territorial waters are divided into four zones using latitude as the demarcation line be (...)

46À bord des chalutiers thaïlandais, qu’ils restent en Thaïlande, partent dans une des quatre zones de pêche autorisées par les Birmans32 ou plus loin dans les îles Andamans ou en Indonésie, on trouve des équipages birmans menés par des capitaines d’origine mône, exportant ainsi des conflits raciaux préexistants en dehors de la Birmanie, et de ce fait des règlements de compte violents qui caractérisent cette région. Cette violence est accrue avec la distance et le temps. Il arrive que l’on fasse traverser l’isthme de Kra par la route aux petits chalutiers, avec leurs équipages, pour, à la saison des pluies, aller pêcher dans le golfe du Siam, au Cambodge ou en Indonésie. C’est là que se fait la rencontre entre marins cambodgiens et birmans. C’est aussi là que les conflits sont les plus ouverts et violents, car les Birmans sont éloignés de leurs territoires et soumis à des pressions plus intenses encore que celles qu’ils subissent à Ranong.

Malgré des moyens moins importants, les Birmans ont peu à peu pris possession de leurs ressources marines à la fin des années 1990.

  • 33 «The Mon State is located on the Andaman Coast along the panhandle of southeastern Myanmar. Histor (...)

47En parallèle, existe une demande de plus en plus exigeante. Les entreprises, les demandeurs d’hommes, de femmes et d’enfants ont maintenant des exigences particulières, dues à la demande des clients (les Thaïlandais préfèrent les prostituées mônes ; de même, on préfère des contremaîtres môns sur les bateaux33), à des raisons raciales (les Thaïlandais préfèrent voir les prostituées birmanes s’occuper des Birmans plutôt que des prostituées thaïlandaises, ce qui est jugé « inconvenant »). Il existe donc un rapport qualité/prix de plus en plus pressant et qui segmente l’immigration clandestine. Les marchés (travailleurs des plantations, services, pêche, prostitution…) sont connus et l’immigration illégale est un marché comme un autre. Âge, sexe, couleur, religion, prix… tous ces facteurs sont devenus déterminants dans le flux des migrations. Ils complexifient aussi le travail d’enquête, car il n’existe pas une source unique « birmane » mais une multitude de sous-catégories. Cette segmentation de la demande et ces préférences entraînent une réaction de la filière et une professionnalisation des passeurs qui doivent agir comme des intermédiaires efficaces et vendeurs auprès des demandeurs. Cette professionnalisation est permise par la souplesse des contrôles et la corruption généralisée de toutes les filières officielles de l’immigration et par la domination de réseaux socioéconomiques chinois de types maffieux, mais qui en même temps permettent le développement de la région et du pays dans son ensemble.

48Les officiels, quant à eux, ont renforcé l’oppression économique et les menaces sur la main-d’œuvre birmane, à l’image des tenanciers de maisons closes qui profitent du travail de leurs filles en les protégeant et les contrôlant. Désormais la main-d’œuvre trafiquée l’est de manière ouverte, elle s’appuie sur des réseaux officiels et officieux et peut s’étendre à partir de bases solidement implantées sur le sol thaïlandais. Nous entrons donc dans une ère d’expansion géographique de cette population.

5 - Internationalisation de l’immigration illégale

  • 34 «Interviews with Thai police, Malaysian NGO officials and Burmese migrants and refugees yielded mo (...)

49Les quelques millions d’immigrés font fonctionner des filières de cartes d’identité, alimentent les réseaux de trafic et les routes internationales. Ce chiffre permet aussi d’estimer qu’une partie non négligeable de Birmans sont envoyés à l’extérieur du pays, via la Malaysia par exemple qui souvent les renvoie pour qu’ils soient « recyclés » à nouveau dans les filières de trafiquants en Thaïlande34.

50Il y a d’abord l’extension « naturelle » vers la Malaysia qui a toujours été considérée comme une matrice pour le développement de la pêche et un centre de formation pour les marins et capitaines birmans. Les capitaux singapouriens dans les entreprises littorales birmanes ont aussi favorisé un axe sud de l’immigration birmane. Mais cet axe ne s’est pas développé outre mesure, il s’est plutôt spécialisé sur des segments de populations immigrées, les Rohingya et les femmes birmanes qui sont recrutées pour les bordels de la frontière et pour la Malaysia par exemple.

51Ranong et sa région sont devenus la base avancée pour une immigration de deuxième génération qui s’introduit partout en Thaïlande et même au-delà. La solidité des réseaux locaux, la porosité de la frontière rentabilisée par les officiels, le besoin de travailleurs, tout cela a ouvert de nouvelles perspectives. Les centres industriels de la Thaïlande ont donc vu affluer des Birmans qui, du port de Ranong, sont passés à Samut Prakan puis Chon Buri ; des Birmans venus pour les plantations d’hévéas et de palmiers à huile du sud et que l’on retrouve dans les champs de cannes à sucre du nord-est.

52Il reste maintenant à définir l’extension et les modalités du développement de cette main-d'œuvre. Ira-t-elle en augmentant en dépit de la crise ? Va-t-elle s’étendre encore plus loin à travers le monde et selon quelles modalités ? La main-d'œuvre illégale en provenance de Birmanie et du sud va-t-elle se contracter et laisser le champ libre à l’immigration « traditionnelle » du nord-est ? Quelles sont les tendances et les nouvelles demandes du marché ? On peut déjà dire que, en dépit de certains officiels qui parlent de « chômage » des Birmans entraînant selon eux de facto un tarissement de l’arrivée de Birmans, il n’en est rien. La compétitivité obligée en temps de crise entraîne une surexploitation des travailleurs birmans. Ils restent compétitifs et même s’il existe une nouvelle classe de Birmans sans emploi, ses représentants ne le restent jamais très longtemps, car ils sont appelés dans des usines et dans d’autres régions très rapidement. Il existe maintenant une main-d’œuvre disponible en Thaïlande elle-même, conséquence indirecte de la colonisation adaptative dont nous parlions. Deuxième constatation, l’extension de la filière birmane qui suit des circuits compliqués : de la Malaysia vers l’Europe, l’Océanie et l’Amérique, mais aussi de la Malaysia vers la Thaïlande, et intra-thaïlandais. Cette évolution est naturelle puisque l’arrivée de Birmans continue, massive et que l’extension des réseaux oblige à distiller cette main-d’œuvre. L’internationalisation volontaire des économies libérales facilite évidemment ce trafic international.

6 - Vente et achat : les changements

53Ces demandes sans cesse croissantes créent des esclaves modernes parfois consentants. En effet, le temps de l’ignorance où des acheteurs allaient de village en village pour tromper des habitants et les vendre à leur insu, s’il existe encore n’est plus une norme. Les personnes achetées le sont de plus en plus en connaissance de cause. Ce n’est pas toujours en favorisant l’éducation que l’on empêchera l’immigration et « l’esclavage moderne » si on veut l’appeler ainsi (cf. G. Condominas et al., 1998). Dans un monde de plus en plus globalisé (ou plutôt polycentré), le trafic d’êtres humains obéit à des contraintes de marché et chaque événement à un effet. La création de nouveaux centres économiques, de nouveaux pôles politiques, engendre une nouvelle demande et de nouveaux marchés. Les catastrophes naturelles (M. Boutry et O. Ferrari, 2009) ont aussi un impact, nous l’avons vu avec le tsunami qui a « révélé » la présence de Birmans illégaux, nous le voyons avec le cyclone Nargis qui a détruit une partie du delta de l’Irrawaddy. Celui-ci a renforcé le départ en Thaïlande de prostituées birmanes allant se vendre dans les bordels de Ranong, puis revendues ailleurs en connaissance de cause. Connaître sa destinée c’est aussi avoir un contrôle relatif sur cette dernière. Pourtant même si les hommes, les femmes et les enfants vendus savent parfois où ils vont et quelles sont les conditions qui les attendent on ne peut les empêcher de partir rêver d’un avenir meilleur, d’autant que le sud de la Thaïlande est maintenant intégré dans l’espace cosmographique et la géographie mentale des migrants. Les histoires de marins revenus riches, de prostituées mariées à des hommes puissants… existent bien sûr, mais elles sont moins un ressort justifiant le départ que dans d’autres communautés. Car les Birmans « n’ont rien à perdre » et la tradition de la migration est devenue telle parce que l’immobilisme social, politique et économique a exclu les Birmans du monde (cela renforcé par les sanctions des pays occidentaux). Par conséquent ils n’ont d’autres moyens que de le penser et de le rêver selon des critères qui leur sont particuliers. Le flux de migrants est pour une grande part lié à leur ignorance du monde, une ignorance entretenue grâce à la coupure voulue par le gouvernement birman et « la communauté internationale » qui a privé un peuple entier des seuls apports intéressants de la globalisation : l’information et la connaissance de son environnement. Mais, de toute façon, la connaissance de la réalité n’est pas un frein suffisant à l’espoir. Les Birmans continuent de progresser comme ils le peuvent en essayant de tirer profit des occasions qui leur sont données. Le sud de la Thaïlande est un des rares endroits où l’on peut se dire que l’on va rester en contact avec la Birmanie tout en ayant une chance d’échapper aux pressions économiques et politiques de son pays, un pays qui ne bouge plus depuis 1962. La pauvreté du pays, la mauvaise volonté des Occidentaux qui ne veulent pas voir les contrecoups humains des catastrophes naturelles, la pauvreté et les relations politiques privilégiées des Thaïlandais avec leurs voisins birmans, leur permettent d’utiliser leurs ressources humaines et naturelles. Ce sont là des causes multiples, mais liées entre elles.

54Pour acheminer ces immigrés dans des lieux de plus en plus éloignés et de plus en plus différents, il faut une organisation de plus en plus efficace et solidaire de son environnement politique. L’immigration illégale, la vente d’êtres humains sont ainsi devenues un phénomène en pleine croissance, intimement lié aux politiques économiques et aux choix politiques des pays. Mais rien ne pourra la faire diminuer, car les demandes et l’internationalisation de celles-ci poussent les acheteurs à être de plus en plus des patrons de sociétés avec les connexions adéquates (tradition du népotisme classique).

Notes

10 Moyen de contrôle évident pour éviter que les Birmans aillent travailler trop loin dans le pays.

11 Pour des renseignements sur les lois concernant l’immigration en Thaïlande, cf. Supang Chantavanich, et al. 2007, p. 42-57.

12 B. Press (2004, p. 29) estime à 30 % le nombre de Môns dans la filière pêche.

13 D’autant que le Slorc après avoir provoqué la fuite des étudiants et de nombreuses autres personnes pour des raisons politiques a, en 1988, adopté le free market sous le label birman « The Open Door Economic Policy ». C’est ainsi que la Thaïlande a pillé les ressources du pays et que s’est créé un appel à la migration de la part de Birmans cherchant des opportunités de travail ailleurs que dans un pays qui tout en proclamant la liberté d’entreprendre ne permettait guère à ses citoyens de faire quoi que ce soit. Ce fut un des moteurs de la deuxième période de l’immigration birmane.

14 Samut Sakon et Pattani par exemple comme le remarque justement B. Press, 2004, p. 18.

15 L’abandon relatif des Thaïlandais – leur présence n’a jamais été très forte – de la filière n’est pas non plus lié au fort taux de porteurs du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) parmi les marins. Dans les années 1989-1990, on ne disait pas en Thaïlande qu’il y avait une épidémie et le VIH n’a jamais empêché les pratiques sexuelles (par exemple le non-emploi de préservatif parmi les pêcheurs) de continuer (B. Press, 2004, p. 36).

16 « In 2008, there was an estimated 2,2 million foreigners – mostly from Indonesia, Bangladesh, Nepal, India, Burma and Vietnam – working legally in Malaysia, a nation of 28 million. Some reports suggested the country was home to another one million workers. » Bangkok Post, 6 septembre 2009.

17 J. Ivanoff, 1989 ; Maxime Boutry, 2007.

18 Patron-entrepreneur souvent d’origine chinoise.

19 Localement jugés peu fiables, car leurs mouvements dépendent des cycles de croissance de leur riz.

20 Dog tags, en référence au collier de vaccination antirabique que portent les chiens.

21 Pour la première étape, examen de santé…

22 Quand il heurte les intérêts économiques des gens au pouvoir.

23 « Six routes of trafficking for sexual exploitation into Southern Thailand was found: a flight-landwater-land transport route from Myanmar’s Yangon via Kawthaung into Ranong, the first southern province bordering the southernmost Myanmar; a land-water-land transport route from Mawlanyine and Dawei in Tenasserim via Kawthaung into Ranong; a land-transport route from northern Thailand; a land-transport route from China via the Shan State of Myanmar and Chiang Rai, the northernmost province of Thailand bordering the Shan State, and Central Thailand into the northernmost province of Thailand; and flight from China to the South of Thailand. » Patcharawalai Wongboosin et al., 2008, p. iii.

24 À l’exception de la Chine qui profitera également du passage au pouvoir du Slorc pour affirmer son partenariat commercial et politique avec la Birmanie (Egreteau et Jagan, 2008, p. 19-20).

25 La junte militaire est au pouvoir depuis le coup d’État de 1988 sous le nom de Slorc, renommé en 1997 SPDC (State and Peace Development Council).

26 «Realizing the scope of Burmese immigration taking place in Thailand since the end of the 1990s, the government of Prime Minister Thaksin Shinawatra signed a memorandum of agreement with the Myanmar junta in June 2003 to deport 400 Burmese nationals a month directly into a holding centre operated by the Myanmar military intelligence organization of General Khin Nyunt. Other immigrants, who were initially under the protection of the United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR), had to go underground to escape deportation. By the end of 2003, the Shinawatra government decided to abandon Thailand’s long-standing humanitarian stance towards Burmese refugees. On 1 January 2004, the Thai authorities pressured the UNHCR to suspend its screening of new asylum-seekers from Burma.» (Lubeigt 2007, p. 171).

27 Information relayée par un travailleur humanitaire birman de la ville de Ranong.

28 À l’époque 100 bahts = 350 kyats.

29 Avant 1991, la population illégale était estimée à 40 000 à Ranong (Hnin Hnin, 1992), ce qui est très important lorsqu’on sait que la ville compte moins d’habitants que cela à l’époque.

30 Notons cependant que cette filière pêche existait déjà et que les bateaux venus de Birmanie dans le port de Ranong étaient très nombreux dans les années 1980. D'ailleurs, Ranong était un port exclusivement, ou presque, birman.

31 Une autre grosse compagnie, toujours en activité, a su profiter des arrangements entre voisins, la Siam Jonhatan Company qui envoie plus de 500 bateaux en haute mer et pour la plupart en Birmanie (cf. M. Boutry, 2007 et Supang Chantavanich et al., 2007b, p. 60-63, pour l’historique de cette compagnie).

32 « Myanmar territorial waters are divided into four zones using latitude as the demarcation line between each; namely :
- Tenitharye (Tenasserim) Zone (lat. 11-13) under the jurisdiction of the Southern Region military commander
- Mon Zone (Lat. 13-15) upper south Myanmar
- Irrawaddy (Yangon) Zone (Lat. 15-17)
- Rakhine (Arakan) Zone (above Lat. 17). under the Northwestern region military commander
According to the Thai-Myanmar Border Fishery Coordination Centre, estimates of fishing trawlers operating with a legal concession are 80-90 for Rakhine Zone, 300 for Irrawaddy Zone and 260 for Myait Zone. Figures are not available for Mon Zone. Data from other sources corroborate these figures. » (Anonyme, Rapid Assessment of Seafarers in Cambodia, Myanmar, Thailand and Vietnam, 2000, p. 34). Il faut cependant tenir compte de l’évolution des chiffres au cours des dernières années.

33 «The Mon State is located on the Andaman Coast along the panhandle of southeastern Myanmar. Historically, the Mon people have a positive connection to Thailand that includes similarities in their style of Buddhism, stemming back more 500 years ago when they were linked by ancient Khmer kingdoms.» B. Press, 2004, p. 13.

34 «Interviews with Thai police, Malaysian NGO officials and Burmese migrants and refugees yielded more precise information regarding the destination of Burmese refugees unable to pay once at the Malaysia-Thailand border. There were reports of men being directed or sold to work on Thai fishing boats, a shoe factory and a cast iron factory. Families were often separated, with women reportedly sold into the sex industry or for domestic help. There was no available documentation regarding the fate of children.» Trafficking and Extortion of Burmese Migrants in Malaysia and Southern Thailand. A report to the Committee on Foreign Relations United States Senate, One Hundred Eleventh Congress, first session April 3, 2009, p. 8.

Table des illustrations

Légende Principales provenances, points de passage et destinations des migrations birmanes dans le sud
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Le dog tag qui se porte autour du cou « attache » le travailleur à son « maître ». Hors de son lieu de travail ou de la présence du taukè, le travailleur birman redevient illégal.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende L’immigration de Kawthaung en 1997, point de passage obligé entre la Birmanie et la Thaïlande.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1084/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende En 2008, reflet de l’accroissement des échanges entre la Birmanie et la Thaïlande, un bureau de l’immigration refait à neuf.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1084/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Malgré des moyens moins importants, les Birmans ont peu à peu pris possession de leurs ressources marines à la fin des années 1990.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1084/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search