Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Monnaie des frontières

 | 
Maxime Boutry
, 
Jacques Ivanoff

Prologue : du « qualitatif » au « quantitatif »

Texte intégral

In my opinion, it is disgraceful to let Burmese men frequent Thai prostitutes. Therefore I have been flexible in allowing Burmese prostitutes to work here. Most of their clients are Burmese men. (Lieutenant General Sudjai Yanratm in Asia Watch, 1993, A Modern Form of Slavery: Trafficking of Burmese Women and Girls into Brothel in Thailand, Women’s Rights Project, Division of Human Rights Watch, 160 p.

We provide them with supplies, food and water, if it is found they have a shortage of these items. We help them repair their boats engines if necessary and then push them out. (…) On humanitarian grounds, we feel sorry for these boat people. (ISOC officer in Suthep Chaviwan, Spectrum, vol. 2, No 7, Bangkok Post, p. 9)

  • 1 Par exemple : Supang Chantavanich, Premjai Vungsiriphisai and Samarn Laodumrongchai, 2003 Research (...)

1Il est particulièrement difficile de réaliser une enquête qui voudrait combiner les méthodes ethnologique et statistique. Par définition, même si elles ne sont pas exclusives, l’une est qualitative et l’autre quantitative, l’une comme l’autre essaie de combler leur déficit scientifique et épistémologique, avec plus ou moins de succès. Nous ne prétendons pas ici avoir réussi un mariage harmonieux entre les deux méthodes, mais nous avons fait notre possible pour réaliser des projections chiffrées à partir de nos données de terrain et observations tout en les comparant avec les recherches qui ont été beaucoup plus statistiques1.

2Cette étude veut en effet répondre à certaines questions précises : qui, combien, où et comment ? Nous avons établi des statistiques qui ne peuvent être totalement fiables, mais qui donneront une vision plus réaliste que celle existante. En ce qui concerne les études réalisées par des chercheurs, la réalité de l’immigration est certes abordée, mais non dans sa complexité, c’est-à-dire des formes sociales qui ont permis à cette immigration de devenir aussi importante, de l’incroyable complicité et solidarité des organismes officiels qui masquent les véritables chiffres et des conséquences socioculturelles ; nous sommes en présence d’une population nouvelle de plusieurs millions d’individus qui développent des stratégies d’adaptation que nous étudierons. Les chercheurs se consacrent plutôt aux aspects, non négligeables évidemment, sanitaires, éducatifs et d’identité. De manière générale, c’est la prostitution qui retient le plus souvent leur attention. Celle-ci est plus « porteuse » que l’arrivée et la « gestion » des centaines de milliers de travailleurs birmans embarqués chaque année sur des bateaux de pêche qui sont pourtant régulièrement jetés à la mer ou revendus. Toujours est-il que la capacité de résilience de cette communauté birmane est si forte qu’elle en devient presque un moteur économique de développement du sud de la Thaïlande.

3En réalité, aucune des deux méthodes, ethnologique ou statistique, n’apporte entière satisfaction. Les questionnaires des enquêtes statistiques donnent trop souvent la réponse elle-même, les notions relatives de violence et d’enfance sont par trop aléatoires, la sélection des Birmans interviewés n’est jamais explicite Même si nous pouvons faire une estimation du nombre de Birmans trafiqués aujourd’hui, celui-ci doit être recontextualisé dans une globalité. La question du nombre d’immigrés birmans a toujours été sujette à caution. Si les chiffres officiels s’accordaient à donner 500 000 Birmans officiellement inscrits et 500 000 non officiels la connaissance du problème montre que ce chiffre est sous-estimé. Depuis que la question des Rohingya a fait découvrir une certaine face cachée de la gestion des flux migratoires par la Thaïlande, les chiffres augmentent et les dernières estimations parlent de 2,5 millions d’immigrés toutes catégories confondues. Nous posons le chiffre de 4 millions comme une base raisonnable. En effet, nous nous basons sur différentes modalités de calcul : La constitution type des équipages en fonction du nombre de bateaux, le nombre d’hectares réservés à l’exploitation d’hévéas et le nombre de travailleurs moyens d’employés birmans… Ce ne sont toutefois que des chiffres approximatifs, mais on se résout en Thaïlande à accepter le fait que plusieurs millions de Birmans sont dans le royaume et qu’ils sont considérés comme une menace potentielle pour l’intégrité nationale.

  • 2 Par exemple, selon le Department of Employment, Ministry of Labor (2004), 30 087 work permits (pour (...)

Limites de la méthodologie utilisée
Notre approche peut être critiquée : combien de bateaux, et parmi ceux-là quelles catégories, ont été inventoriés ? Et combien d’équipages interviewés de façon systématique sur les différents types de bateaux ? Combien de capitaines, de contremaîtres, de migrants légaux et illégaux par rapport à un hypothétique chiffre de base du nombre de Birmans illégaux que personne ne peut donner avec certitude ? Combien de Birmans trafiqués, c’est-à-dire passés illégalement et « vendus » (selon le terme même des « marchands d’hommes », cf. infra), parmi un chiffre donné par l’immigration concernant les passages frontaliers ou par les sources officielles2 ? Et parmi eux, comment comptabiliser ceux qui reviennent et ceux qui ne reviennent pas, tout en sachant que les papiers d’identité et les border pass sont empruntés, volés, achetés, réutilisés… ? Sont-ils les mêmes ? Il est donc impossible de faire des calculs sans risquer de se tromper et le lecteur doit bien avoir à l’esprit cette dimension de l’enquête.
Mais les enquêtes plus quantitatives sont, elles aussi, critiquables car, en dépit de méthodes statistiques considérées comme scientifiques, l’absence d’analyse du discours et des chiffres présentés conduit souvent à des contrevérités.

  • 3 Pour plus de précisions à propos de ces notions, cf. bibliographie, Georges Condominas 1980, Actes (...)

4Pourtant, certains points peuvent rapprocher les deux méthodes. Par exemple, le pourcentage de personnes à qui on a menti au départ de l’émigration serait seulement de 10 % (Supang Chantavanich et al., 2003, p. 100, ce que confirment nos recherches ; le pourcentage de ceux qui auraient été « mal » informés sur le travail serait de 30 %. En effet, les Birmans qui viennent en Thaïlande se laissent porter par la filière qui les emmène ; ils n’ont que peu de prise sur leur destin, le travail qui les attend au bout de la chaîne est donc aléatoire ; ils en ont conscience. Mais la réalité chiffrée d’un volet de notre étude concernant la vision birmane de la filière qui les transporte en Thaïlande met en exergue la représentation mentale d’un nouvel espace social du territoire birman3 dont la ville frontière fait partie, car Ranong est devenue une marche importante de la « colonisation adaptative » birmane dont nous définirons les caractéristiques socioéconomiques.

5De notre côté, nous ne pouvons prétendre avoir couvert tout le spectre de la filière birmane, ni même le nombre et les origines des réseaux. Il s’agit donc d’établir une sorte de compromis entre les deux méthodes pour obtenir des données plus fiables pour chacune.

  • 4 Il s’agit de données annuelles.

6Nous avons donc établi nos calculs en fonction des passeurs et en faisant un certain nombre de projections à partir des chiffres obtenus lors de nos enquêtes et en les comparant avec les chiffres existants. Nous avons ainsi obtenu le nombre de 192 000 migrants passant par Ranong chaque année et parmi ceux-ci 142 800 illégaux4. Il faut ensuite savoir si ces illégaux restent, reviennent, vendent leur border pass et identité, se marient, vont vers d’autres destinations. Il s’agit alors de remonter les filières. Nous savons par exemple que de plus en plus la Malaysia est une plaque tournante qui permet de « recycler » les illégaux et même de les revendre en Thaïlande ou dans d’autres pays. Mais nous savons moins comment fonctionne la « filière birmane » c’est-à-dire l’organisation dans le pays de départ, les accords passés ou routes qu’elle utilise pour faire arriver à destination les migrants illégaux en Thaïlande et particulièrement à Ranong. C’est l’objet essentiel de cette étude que de comprendre le passage et les moyens de parvenir à Ranong. En effet, les questions suivantes sont devenues d’ordre national : la menace « d’invasion » birmane en Thaïlande est-elle réelle ? Les quartiers et villages birmans en Thaïlande sont-ils pérennes ? La main-d’œuvre estelle en parfaite adéquation avec la demande du marché ? Cette main-d'œuvre va-t-elle parcourir les pays et passer les frontières ? Elles ont entraîné la création de politiques spécifiques, sans que l’analyse des structures de l’illégalité ne soit faite, sans comprendre les représentations qui permettent à des millions de personnes d’accepter à l’avance un destin souvent sombre, et sans se poser la question de savoir comment résoudre l’équation entre le développement intensif d’un pays et la non-exploitation des voisins plus pauvres.

  • 5 Supang Chantavanich, et al. remarquent cependant (2007a, p. 18) : « The other form of deception mig (...)

7L’enquête qualitative que nous présentons permet aussi d’affiner certaines assertions concernant la violence qui accompagne ces phenomenes migratoires. Après la période des années 1980-1990 où l’on ne parlait que de filles enlevées, violées et vendues ou de marins forcés et drogués à bord des bateaux (ce qui est d’ailleurs en partie vraisemblable), un assouplissement de ces positions se fait sentir, mais dans un sens contraire à celle que pointent nos recherches. Si l’enquête à laquelle nous nous référons (Supang Chantavanich et al., 2003) donne par exemple un pourcentage de 97,2 % des migrants estimant ne pas avoir subi de violence pour venir en Thaïlande, nos interviews donnent une image plus dure de la situation. Bien sûr, il faut tenir compte du fait que la notion de violence est relative et ce qu’un Birman conçoit comme n’étant pas violent le sera pour un Thaïlandais et a fortiori un Occidental. Il faut également se rappeler que les Birmans sont volontaires pour la plupart et donc prêts à accepter un certain degré de coercition pour ne pas dire de violence dans la réalisation de leurs objectifs. N’oublions pas que le pourcentage de migrants à avoir subi des violences durant le transfert est plus important que ne le montre l’enquête, car il faut y ajouter ceux qui ont été arrêtés, tués, maltraités, vendus, revendus5 … ceux-là n’apparaissent pas dans les résultats. Le chiffre n’est donc pas réaliste. Un niveau de violence très important existe dans la filière pêche, dû à de nombreux facteurs (dévalorisation de la filière pêche faisant partie de ce que l’on appelle les 3D, Dirty, Difficult, and Dangerous, conflits interethniques exacerbés, longueur des rotations sur les bateaux, manque de soins…).

  • 6 Cf. Bangkok Post du 30/09/09 où l’on déclare que la Thaïlande dispose de dix semaines supplémentair (...)
  • 7 Les chiffres sont d’ailleurs absents du chapitre concernant les enfants (Supang Chantavanich et al. (...)

8Notre enquête prenant également en compte les enfants, il faut s’entendre sur ce que recouvre l’emploi du terme « enfant » et les représentations qu’il suscite. Implicitement, définir une catégorie « enfant » exprime selon nos représentations occidentales « une personne trop jeune pour travailler », autrement dit qui ne devrait pas travailler. Il existe donc des lois internationales et propres à chaque pays pour définir cette catégorie. Socialement, pour un Birman, il n’est pas anormal qu’un jeune de dix ans travaille pour aider sa famille, et pour un migrant qu’il traverse les frontières (le groupe que nous appelons « les enfants des frontières ») pour « faire » la criée ou devenir chiffonniers. Toute enquête sur le travail des enfants migrants présente ainsi des limites et doit se construire sur des choix faits a priori ou en fonction des lois. Si l’on se réfère à l’enquête de Supang Chantavanich et al. (2003, p. 53), seulement 0,5 % d’enfants, c'est-à-dire des personnes âgées de moins de quinze ans, forment les équipages de marins dans la pêche thaïlandaise (et 200 000 travailleraient dans les industries liées à la pêche ce qui nous semble peu6). D’après nos observations directes, que ce soit dans les ports de Ranong ou de Kura Buri, ce taux nous paraît exagérément bas pour deux raisons : ces enfants sont dissimulés aux enquêteurs car illégaux par définition (sans famille et sans papiers souvent, bien que l’on ait recensé plus de 8 000 enfants de migrants à Ranong) et sont une source inépuisable et souvent inexistante officiellement et même officieusement. Bien qu’impossible à chiffrer, il est par contre certain que des enfants de moins de quinze ans forment une partie des équipages7. Puisqu’ils sont illégaux et ainsi hors des cadres, les enfants dont l’existence ne rentre pas dans les statistiques sont d’autant plus mal traités et rentabilisés en tant que « secondes mains ».

  • 8 Taux de conversion Kyat/Euro au 1er août 2009, site du ministère de l’Économie des Finances et de l (...)
  • 9 Taux de conversion Baht/Euro au 16 août 2009, site du ministère de l’Économie des Finances et de l’ (...)

Interview de K., propriétaire de plantations à Lumphorn (Kraburi)
Il y a trois villages utilisés comme « bases » : Lumphorn (birman), Ayemakyan plus au sud en face de Pakchan (Thaïlande), et encore plus au sud Marran (en face de Kraburi). Au nord de ces trois villages se trouve un poste militaire (gate) qui envoie des patrouilles surveiller la frontière. Cependant cette région reste un des passages les plus connus vers la Thaïlande. Les Birmans y traversent la frontière pour se rendre vers le centre de la Thaïlande et Bangkok de manière générale. Le sud de la Thaïlande est quant à lui plus facilement accessible par Kawthaung et Ranong, car les check-points sont nombreux entre Kraburi et Ranong.
Ces trois villages sont accessibles à partir d’une fourche où se trouve un poste de police qui extorque une « taxe » de 2 000 kyats (≈ 1,18 €8) lorsqu’elle soupçonne les Birmans d’être des candidats à l’immigration. L’entrée dans un de ces trois villages coûte 200 bahts (≈ 4,14 €9). De Kawthaung à cette fourche il faut passer quatre check-points militaires et payer à chaque fois 2 000 kyats (≈ 1,18 €).
Il y a plus de cent motos par jour qui se rendent dans ces trois villages avec chaque fois deux personnes au moins, ce qui fait donc deux cents personnes par jour partant travailler en Thaïlande.
Dans la région et autour de ces villages, l’économie principale est la coupe de bois de construction revendu en Thaïlande et la culture de l’hévéa.

Notes

1 Par exemple : Supang Chantavanich, Premjai Vungsiriphisai and Samarn Laodumrongchai, 2003 Research Report on Migration and Deception of Migrant Workers in Thailand, World Vision Foundation of Thailand (WVFT) in collaboration with Asian Research Center for Migration (ARCM), Bangkok ; 2007 Thailand Policies towards Migrant Workers from Myanmar, Asian Research Centre for Migration, Institute of Asian Studies, Chulalongkorn University, 82 p. ; Supang Chantavanich, Samarn Laodamrongchai, Anchalee Jantapho, Wanna Sraprathum, Chaktip Klumsuar, Paul Ruengrojpitak, Nattapol Eksaengsri, Thanyapghon Wongboomchainan, Waranya Jitpong, 2007 Mitiging Exploitative Situations of Migrant Workers in Thailand, The Asian Research Center for Migration, Institute of Asian Studies, Chulalongkorn, Bangkok, 200 p. ; Brahm Press, 2004 Untangling Vulnerability. A Study on HIV/AIDS Prevention Programming for Migrant Fishermen and Related Populations in Thailand, Rak Thai Foundation, 120 p. ; Ranong Provincial Statistical Office, n.d., Statistical Reports of Changwat Ranong, National Statistical Office, Office of the Prime Minister.

2 Par exemple, selon le Department of Employment, Ministry of Labor (2004), 30 087 work permits (pour 7 339 employeurs) ont été délivrés à Ranong, pour un passage effectif d’environ 150 000 Birmans (cf. infra). L’estimation officielle par filière donne la prédominance à la pêche (fisheries 33 178 et fish processing 62 923 works permits). Pour l’historique des politiques d’enregistrement des travailleurs migrants, cf. Supang Chantavanich et al., 2007, appendice 1).

3 Pour plus de précisions à propos de ces notions, cf. bibliographie, Georges Condominas 1980, Actes du colloque Chula Fair, 2008.

4 Il s’agit de données annuelles.

5 Supang Chantavanich, et al. remarquent cependant (2007a, p. 18) : « The other form of deception migrant had faced was being sold to several employers by brokers or from one employer to another. »

6 Cf. Bangkok Post du 30/09/09 où l’on déclare que la Thaïlande dispose de dix semaines supplémentaires pour assurer sa défense face aux accusations américaines de travail forcé et de travail des enfants dans le domaine de la production de la canne à sucre, de l’élevage et de la pêche de la crevette et dans l’industrie de la confection. Les ministres thaïlandais des Affaires étrangères et de l’Industrie ont pressé ces secteurs de fournir de plus amples informations sur l’emploi et les conditions de travail, aussi bien pour les employés thaïlandais qu’étrangers. Selon Panisuan Jamnarnvej, président de la Thai Frozen Foods Association (TTFA) et représentant l’industrie de la crevette thaïlandaise, 70 000 travailleurs étrangers et plus de 200 000 enfants de moins de dix-huit ans travaillent dans les pêcheries. Il souligne que les producteurs américains de crevettes sont à l’origine de pressions ayant influé sur le rapport du ministère du Travail américain.

7 Les chiffres sont d’ailleurs absents du chapitre concernant les enfants (Supang Chantavanich et al., 2007a, p. 36). Dans ce chapitre est rappelé qu’en dessous de quinze ans ils n’ont pas le droit de travailler et qu’entre quinze et dix-huit ans certains travaux leur sont interdits.

8 Taux de conversion Kyat/Euro au 1er août 2009, site du ministère de l’Économie des Finances et de l’Industrie, 1 € = 1 694,91 kyats.

9 Taux de conversion Baht/Euro au 16 août 2009, site du ministère de l’Économie des Finances et de l’Industrie. 1 € = 48,3 bahts.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr