Version classiqueVersion mobile

Malaisie - Chine : une « précieuse » relation

 | 
David Delfolie
, 
Nathalie Fau
, 
Elsa Lafaye de Micheaux

Introduction

Texte intégral

  • 1 Sur le sujet de la relation Malaisie-Chine, nous avons commencé par publier en 2014, dans la rubriq (...)

1Comme on pouvait l’écrire en 20141, « il ne fait plus aucun doute, au début de la décennie 2010, que toute l’Asie du Sud‑Est se trouve en position de dépendance accrue à l’économie chinoise : on y observe l’interpénétration des intérêts commerciaux, financiers et monétaires nationaux avec les intérêts chinois. Réciproquement sur le plan diplomatique, l’Asean est désormais un partenaire indispensable à la Chine, avec lequel elle adopte un ton clairement conciliant dans la négociation, ce qui tranche avec le Nord de l’Asie orientale (Boisseau du Rocher, 2014 : 6). Même si le Japon demeure un acteur de premier plan au sein de l’Asean (Chaponnière, 2014), l’accélération de la montée en puissance chinoise constitue sans aucun doute la nouvelle donne régionale des années 2000 » (Boisseau du Rocher, 2006 ; Lemoine, 2007 ; Saw, 2007 ; Tréglodé, 2014).

2La Malaisie, à l’économie extravertie, est exemplaire de cette nouvelle donne structurelle qui, à la faveur de la crise financière de 2008, a vu se réorienter la Chine vers l’Asie. Précisément, en 2008, les exportations malaisiennes à destination de la Chine dépassaient les exportations vers les partenaires traditionnels que sont les États‑Unis, le Japon et l’Europe. Derrière les flux d’échanges commerciaux, c’est un faisceau de liens économiques et politiques qui se sont affermis au fil des mois. Le rapprochement Malaisie-Chine s’opère à très grande vitesse et à plusieurs niveaux : individuels – liens familiaux, flux d’étudiants et de touristes – entreprises, chambres de commerce, États fédérés malaisiens et régions chinoises, États centraux.

Une relation hautement valorisée par les discours gouvernementaux

3Lors de sa rencontre avec le Premier ministre malaisien Najib Razak à Manille en novembre 2015, en marge du sommet de la Coopération économique pour l’Asie - Pacifique (APEC – Asia Pacific Economic Cooperation), le président chinois Xi Jinping a affirmé vouloir renforcer prioritairement, dans le cadre de sa diplomatie de voisinage, les liens bilatéraux entre la Malaisie et la Chine. Priorité justifiée selon lui par la « relation spéciale » qu’entretiennent les deux pays : « La Chine et la Malaisie sont de bons voisins et des amis qui se font confiance et se respectent mutuellement ». De son côté, Najib Razak a également déclaré que les relations bilatérales étaient au mieux entre les deux pays car fondées sur une confiance mutuelle et une coopération amicale. Jusqu’à 2014, « année de l’amitié Malaisie‑Chine », il existait en Malaisie un très large consensus politique et populaire sur le caractère positif et bénéfique de la relation à la Chine que cette rhétorique amicale souligne. Mais cette bonne relation, depuis fin 2015, n’est plus totalement dénuée d’éléments de friction, suggérant l’émergence de tensions pour l’instant légères et limitées entre les deux partenaires. Elles se repèrent à l’endroit des incursions répétées de la marine et des garde‑côtes chinois dans la zone économique exclusive malaisienne et des débuts de réactions de la Malaisie. Elles s’illustrent aussi dans l’intervention publique de l’ambassadeur chinois, Huang Huikang, au lendemain de la grande manifestation de la fierté malaise dite des « Red Shirt » (16 septembre 2015), qui affirmait, en plein quartier chinois, que Pékin ne tolérait aucune « discrimination raciale » et démonstration violente envers la communauté chinoise.

4Ces frictions n’empêchent pas la poursuite de discours d’intentions toujours très positifs. Le 22 novembre 2015, lors de sa première visite officielle en Malaisie, le Premier ministre chinois Li Keqiang a axé ses propos sur les excellentes relations économiques entre les deux pays et sur les bénéfices que la Malaisie pourra tirer de la poursuite de la croissance de la Chine, passant délibérément sous silence la question des tensions en mer de Chine méridionale. Pour attester des visées pacifiques de la Chine, il s’est même rendu à Malacca, symbole des excellentes relations entretenues entre la Chine et le monde malais au xve siècle. Zheng He, puissant amiral chinois dont les expéditions sont continuellement présentées comme preuves historiques des intentions pacifiques de la Chine, y avait fait escale. Lors de cette venue, Li Keqiang a annoncé que la Malaisie et la Chine entraient dans une nouvelle ère, et que leur étroite relation allait connaître un nouveau stade. Pour l’augurer, il a formulé trois annonces de taille : la première concerne la création d’une place offshore chinoise en Malaisie avec l’attribution de quotas d’investissements en yuan en direction du marché financier chinois (FQFII) ; la seconde a trait au rachat par le groupe national Nuclear Power d’une usine d’électricité figurant dans les actifs de 1MDB – un fonds d’investissement qui est depuis juillet 2015 au cœur d’un scandale national et international impliquant directement Najib Razak – et la troisième annonce a lancé officiellement Malacca Gateway, un mégaprojet d’investissements créant un nouveau port et un quartier résidentiel sur une île artificielle face à la ville de Malacca, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Ces trois projets sont autant de bouffées d’oxygène apportées au principal parti au pouvoir, l’Organisation nationale des Malais unis (UMNO – United Malays National Organization), frappé par une grave crise de légitimité depuis les élections générales de 2013. Ils sont également typiques de la multiplicité des dimensions prises par une relation qui se décide et se dénoue de plus en plus au niveau intergouvernemental : dimension politique interne, dimension industrielle et dimension urbanistique.

Une « précieuse » relation

5Nous utilisons l’adjectif « précieux » pour qualifier de manière générale la relation entre la Malaisie et la Chine dans la mesure où cette relation est porteuse de nombreux bénéfices mutuels, en particulier politiquement et économiquement pour la Malaisie, et qu’elle est donc à ce titre l’objet de toutes les attentions et de tous les soins de la part du gouvernement malaisien. En effet, l’intérêt particulier porté récemment par la Chine à l’égard de la Malaisie constitue un soutien politique direct et important pour l’UMNO, en venant notamment conforter, à la faveur des gains économiques importants retirés du rapprochement bilatéral, son action et sa gouvernance oligarchique. Nous préférons ici le terme de « précieux » à celui, galvaudé, connoté et inapproprié, de « relation spéciale ». En effet, cette expression est très largement reprise aujourd’hui par les États pour mettre en valeur et justifier leurs choix politiques en faveur de la Chine. Néanmoins, elle relève surtout du langage diplomatique et se trouve trop souvent employée abusivement, perdant ainsi de son sens sur le plan géopolitique. Ensuite, elle ne recouvre pas nécessairement la dimension concrètement avantageuse du resserrement des liens bilatéraux en termes de bénéfices économiques conséquents. Par ailleurs, en histoire des relations internationales, l’expression est couramment utilisée pour désigner de manière générique les rapports singuliers entretenus par certains pays européens avec leurs anciennes colonies, et semble donc peu appropriée à mobiliser dans le cas de la relation Malaisie-Chine au regard de ce qu’elle pourrait sous-entendre (dépendance, etc.). De plus, elle sert à désigner aussi, en relations internationales, les liens historiques et diplomatiques particuliers qu’entretiennent les États-Unis et le Royaume-Uni, ce qui nous paraît là encore relever d’une situation qui ne peut pas être comparée. Ces éléments appellent donc un effort de reformulation.

6Les bases qui fondent la singularité et l’importance particulière de la relation bilatérale entre les deux pays pourraient être explicitées brièvement comme suit :

  1. La Malaisie fut le premier pays non communiste d’Asie du Sud-Est à établir des liens officiels avec la Chine populaire en 1974. Le second Premier ministre de la jeune nation malaisienne, Tun Abdul Razak, père de l’actuel Premier ministre Najib Razak, est à l’origine de ce rapprochement. Depuis, les relations de la Malaisie avec la Chine sont caractérisées par une certaine continuité et 2014 a été désignée par les deux gouvernements comme « l’année de l’amitié » entre les deux pays, afin de commémorer l’anniversaire des 40 ans de relations diplomatiques ;

  2. La Malaisie est un pays d’Asie du Sud-Est à la démographie marquée par une importante minorité d’origine chinoise (25 % aujourd’hui, elle atteignit près de 40 % au milieu du xxe siècle). Si les liens diplomatiques, économiques et culturels entre la Chine et le monde malais sont très anciens – on les fait remonter au système tributaire qui se mit en place deux siècles avant J.‑C. et reliait la Chine avec les différents royaumes de la région – l’immigration la plus massive de Chinois en Malaisie est, pour sa part, relativement récente. Estimée à 4,7 millions d’individus, elle date du développement de l’industrie minière (étain) au cours du xixe siècle, en partie sous l’impact de la colonisation britannique et en rivalité avec le capitalisme européen. Au xxe siècle, la construction nationale malaisienne s’est donc effectuée avec une forte population d’origine chinoise. Dans ce Carnet, nous réserverons d’ailleurs l’adjectif sino‑malaisien pour désigner la population de Malaisie d’origine chinoise et, afin de ne pas créer de confusion, nous éviterons strictement l’usage de ce terme pour qualifier les relations bilatérales.

  3. La Malaisie occupe une place prééminente et privilégiée dans les relations chinoises avec l’Asean. Elle a joué un rôle de médiateur et de soutien de la Chine dans les institutions régionales et leur recomposition récente (Boisseau du Rocher, 2014). Elle a également à plusieurs reprises temporisé les oppositions en présence afin de contribuer à réduire les tensions entre certains pays d’Asie du Sud-Est et Pékin. Ceci s’est observé encore au cours de 2015 alors qu’elle présidait l’Asean. De même, la Malaisie est considérée comme un pays modérateur dans les tensions récurrentes en mer de Chine méridionale, même si elle a montré récemment des signes (relatifs) de raidissement sur cette question sensible après les dernières incursions chinoises dans sa zone économique exclusive.

Regards croisés

7Le présent travail de recherche porte sur l’état des relations actuelles entre la Malaisie et la Chine, telles qu’elles sont nouées, mises en scène et entretenues par les gouvernements en place. Mais il traite également des flux humains et économiques, en particulier des échanges commerciaux, qui unissent de manière de plus en plus imbriquée les deux pays. Nous montrerons que l’ensemble de ces flux connaissent dans la période récente une amplification et un approfondissement sans précédent. La relation de la Malaisie avec la Chine prend donc, tout récemment, une autre signification, beaucoup plus géopolitique et stratégique. C’est donc ce rapprochement contemporain, ses modalités et ses différentes formes, que nous étudions. Pour être analysées dans la continuité et selon un cadre cohérent et significatif, les relations politiques et géopolitiques actuelles dont nous traitons remontent véritablement à 1974, date à laquelle Tun Abdul Razak reconnaît officiellement la Chine communiste. En réalité, les transformations essentielles étudiées ici, notamment dans le registre économique, sont celles qui se sont déroulées dans un présent très récent, sur moins d’une dizaine d’années, de 2008 à 2015 environ.

8Afin d’appréhender la complexité de cette relation, nous avons décidé de travailler en trinôme en associant des chercheurs de trois disciplines scientifiques différentes, une économiste (Elsa Lafaye de Micheaux), un sociologue (David Delfolie) et une géographe (Nathalie Fau). Cette pluridisciplinarité permet de croiser et d’articuler plus étroitement les dimensions multiples du lien qui unit et actuellement rapproche les deux pays. Tous les trois spécialistes de la Malaisie et de l’Asie du Sud‑Est, nous abordons les relations Malaisie-Chine du point de vue de la Malaisie. Pour autant, notre travail explore la relation bilatérale à distance de tout parti pris nationaliste.

  • 2 Une note de Yu Leng Khor (2013), publiée par l’Institute of Southeast Asian Studies (ISEAS) tranche (...)

9Cette posture de recherche commune, adoptant une perspective unique sur un objet complexe, donne cohérence et originalité à l’ensemble de ce Carnet. Dans la littérature sur les effets régionaux de la montée en puissance chinoise, la relation prise dans ses multiples dimensions n’a jamais été abordée sous l’angle malaisien à proprement parler. Les études ont en revanche déjà porté sur la relation spécifique Chine-Asean (Saw, 2007 ; Boisseau du Rocher, 2014), Chine‑Singapour (Saw et Wong, 2014) ou encore sur les migrations contemporaines chinoises au Cambodge et au Laos (Grillot et Tan, 2014). En Malaisie, les travaux sur ce thème sont sectoriels : aspects commerciaux (Lee, 2014b), relations d’affaires (Jakobsen, 2015), relations historiques (Lee et Suryadinata, 2012), relations internationales (Baginda, 2015) ou, dans des analyses synthétiques, le plus souvent peu distanciées2.

10Cette étude privilégie deux échelles, celle des relations d’État à État, et de leurs effets, et celle des traductions concrètes en Malaisie du rapprochement bilatéral entre les deux pays. Elles recouvrent ainsi les liens entre la Chine et la Malaisie qui relèvent aussi bien des rapports entre les deux gouvernements, que des stratégies des entreprises chinoises en Malaisie et des flux de populations. À l’échelle locale, nous avons réalisé des études de cas très informées afin d’évaluer l’impact de la présence chinoise sur l’évolution du territoire malaisien. Les données sont le plus souvent de première main, faites d’enquêtes et d’entretiens sur place, avec lesquels certes, il convient sur le plan méthodologique de conserver une distance critique – au-delà des représentations en présence qu’ils permettent de saisir – ce que nous avons tenté de faire au mieux en multipliant les niveaux et les sources d’information. À cet égard, nous avons parfois délibérément fait le choix de présenter et d’analyser de manière très détaillée certains matériaux empiriques afin d’ouvrir des pistes pour des travaux ultérieurs. À l’inverse, l’échelle régionale, celle de l’Asean, n’a été prise en compte que lorsqu’elle éclairait la situation nationale ou locale (États fédérés), mais n’est pas traitée directement. De même, les comparaisons avec des pays voisins (Indonésie, Singapour, en particulier) n’ont pas été entreprises ici : elles pourront cependant commencer de manière fructueuse à partir des résultats de ce Carnet. Afin de compléter l’analyse encore très incomplète de l’intégration régionale asiatique sous influence chinoise, nous espérons que cette étude, en tant qu’exemple, comme en termes méthodologiques, permettra à d’autres travaux comparables de suivre.

11La problématique générale retenue est de décrire, du point de vue malaisien, et à partir de matériaux multiples, les dynamiques structurantes qui se sont dessinées depuis une décennie entre la Malaisie et la Chine. L’analyse que nous avons choisie de développer porte plus précisément sur deux grands types de dimensions de cette « précieuse » relation : d’une part, les dimensions diplomatique, géopolitique – dont le volet stratégique et militaire est particulièrement crucial dans le domaine maritime – mais aussi sociopolitique (1re partie) ; et d’autre part, la dimension des relations économiques, dans son approche à la fois commerciale, monétaire, financière et productive (2e partie). Si ces deux types de dimensions sont développés séparément ici pour en faciliter le traitement, ils ne peuvent être appréhendés qu’ensemble car ils sont interdépendants et contribuent conjointement à s’alimenter. Le choix de la Malaisie d’avoir une diplomatie très accommodante vis-à-vis de la Chine lui confère, par exemple, une position régionale qui présente beaucoup d’avantages. Et la relation économique, caractérisée par un rapprochement accéléré sur tous les plans (commerce, monnaie, investissements), est excellente pour ces deux capitalismes extravertis très contrôlés par l’État. Ainsi, ces deux types de dimensions s’articulent de manière dialectique. Les bénéfices économiques sont tels pour les deux parties que la qualité positive de la relation bilatérale doit être absolument ménagée sur le court et moyen terme. Réciproquement, la confiance politique dans laquelle évoluent les deux gouvernements, et les partis au pouvoir, offre un cadre extrêmement porteur, parfois moteur, aux projets économiques d’envergure. Cette relation, complexe, impose donc une lecture fine, qui aille au-delà du constat de l’asymétrie entre la « petite » Malaisie et la « grande » Chine car elles y trouvent des intérêts convergents. Signe de son caractère précieux (politiquement et économiquement), les sujets de tensions ou les questions sensibles qui pourraient heurter la susceptibilité du partenaire – accident du vol MH 370, arrestation des Ouïghours en Malaisie, conflit en mer de Chine méridionale, etc. – font l’objet, comme le montrera cette étude, d’un contrôle politique et médiatique très fort, et symptomatique, dans les deux pays.

Notes

1 Sur le sujet de la relation Malaisie-Chine, nous avons commencé par publier en 2014, dans la rubrique Opinions-débats de La Revue de la régulation, un premier état des lieux (Lafaye de Micheaux, 2014). Il s’agissait là des premiers résultats d’une recherche qui établissait notamment l’existence d’un consensus très large sur le caractère bénéfique de la relation du point de vue malaisien. Le présent Carnet approfondit les différentes pistes de recherche ouvertes par cet article, dont certains passages seront repris (et signalés) afin d’offrir un caractère d’exhaustivité à l’analyse. Remerciements au comité de rédaction de La Revue de la régulation.

2 Une note de Yu Leng Khor (2013), publiée par l’Institute of Southeast Asian Studies (ISEAS) tranche dans le paysage d’une recherche malaisienne peu approfondie et peu critique. Elle porte cependant sur un sujet très spécifique : les parcs industriels binationaux jumeaux de Kuantan et Quinzhou.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search