Version classiqueVersion mobile

Teamthink

 | 
Pete Mazany

Partie III - Le succès de l'équipe de Nouvelle-Zélande

Chapitre XI. Quelques réflexions finales

Texte intégral

les dangers de la victoire : la suffisance !

1Quand un groupe d'individus très consciencieux réalise un exploit tel que remporter la Coupe de l'America, il y a un risque de voir la pression médiatique et la confiance de la nation mener à quelques autres effets qui sont moins désirables. L'idée que « Les Kiwis peuvent tout faire » pouvait prévaloir et mener à quelques mauvaises décisions. Comme il a été dit précédemment, il faut considérer que le succès de l'équipe de Nouvelle-Zélande est dû à plusieurs facteurs. Il n'y avait pas seulement une bonne équipe avec d'excellents systèmes mais aussi une connaissance approfondie du yachting et des règles du jeu, acquises au cours d'années de dur labeur et de déceptions.

Les kiwis PEUVENT TOUT FAIRE, à condition qu'ils aient fait leurs devoirs et connaissent les règles du jeu.

2Cela signifie beaucoup de discussions avec les clients, les concurrents afin d'arriver à connaître les marchés. L'évaluation de la performance était une partie importante de la victoire. Ils avaient de très bonnes informations sur les capacités de la concurrence. Cela existe-t-il dans d'autres industries ?

3Il y a aussi le danger que la Nouvelle-Zélande assume que le monde entier observait cette épreuve et donc que n'importe quelle défense en 2000 serait un énorme succès financier. La même discipline d'équipe et de projet qui avait été appliquée dans ce défi devrait alors être appliquée par le milieu des affaires pour organiser la défense de la Coupe 2000. Les USA ont fait des Jeux olympiques et de la Coupe du monde de football un énorme succès financier, mais peu d'autres pays y ont réussi. La Nouvelle-Zélande doit bien se préparer en tenant compte des risques et bien tout dévoiler pour que tous le comprennent bien.

4Idée : Il est facile d'être modeste dans la défaite mais il est plus adroit d'être modeste dans la victoire.

5La Nouvelle-Zélande est un petit pays dont l'un des principaux atouts est le facteur sympathie. J'ai entendu des Américains avouer être tristes de voir s'envoler la Coupe, mais se consoler que, si elle devait partir, alors autant que ce soit en Nouvelle-Zélande. Les États-Unis ont une population presque cent fois supérieure à celle de la Nouvelle-Zélande, une surface cinquante fois supérieure et un Produit national par habitant 1.5 fois plus élevé. En dépit de tous leurs problèmes sociaux, c'est une nation puissante que la Nouvelle-Zélande se doit de garder comme amie.

Il sera plus difficile de défendre la coupe

  • 1 La Nouvelle-Zélande a réussi, dans l'édition suivante, à conserver la Coupe de l'America, preuve qu (...)

6S'il s'est avéré difficile de gagner la Coupe de l'America une première fois, la défendre sera encore plus difficile1. Quand on est au sommet, on ne peut aller plus haut, ou est-ce encore possible ? C'est une question que se posent de nombreuses organisations qui risquent de décliner faute de pouvoir trouver une réponse satisfaisante. Voici trois raisons qui font qu'il est difficile de rester au sommet :

Raisons pour lesquelles il est difficile de rester au sommet
1. L'ancienne Vision n'est plus pertinente. Si une équipe est numéro 1, elle doit avoir une nouvelle Vision qui la mène au-delà de la simple compétition avec les autres. (Par exemple. Avis « essaye plus » parce qu'il est numéro 2, mais aurait besoin d'une autre vision s'il était numéro 1.)
2. Les attentes et les pressions de la nation seront plus grandes.
3. La compétition sera plus féroce, parce que le challenge suscite davantage d'émotion que la défense.

Tableau 11.1 – Raisons qui rendent la défense difficile.

7Pour ces raisons il est important que l'équipe de 2000 soit considérée comme une entité différente de la ville d'acceuil et avec un objectif très différent. Le rôle de l'Équipe est de défendre avec succès la Coupe de l'America. Le rôle du comité d'organisation est de maximiser le gain à long terme pour Auckland et la Nouvelle-Zélande, financièrement et dans les autres domaines.

L'excellence en management est liée à l'excellence technologique

8Ce livre se concentre sur les aspects de l'organisation du management d'un défi de la Coupe de l'America. Il commence en supposant que si les méthodes de management ne sont pas bonnes, même les meilleurs ne peuvent donner tout leur potentiel. Cette vue ne tient pas compte de l'excellence technologique qui était aussi une partie essentielle du succès du défi. Aussi bien pour la conception du bateau et des appendices, que pour les voiles et l'expertise en navigation, l'équipe était la meilleure ou très proche de ce qu'il y a de mieux.

9Les domaines qui ont donné un avantage technologique à l'équipe furent, les tests de carène en bassin, le Programme de Prévision de Vitesse, l'expertise dans la construction, la soufflerie et le programme de navigation à voile. Bien que l'équipe n'ait eu accès à aucun moyen qu'un autre défi n'aurait pu avoir, ces domaines étaient de tout premier ordre. Pourquoi ? Parce que l'on a donné la possibilité aux meilleurs de réaliser leur véritable potentiel grâce à la culture d'équipe (incluant la Vision et les systèmes de management).

10Ce point à propos de la technologie est celui qui est trop souvent négligé dans les écrits qui relatent les succès des organisations. Le modèle de conduite par Vision implique quatre critères d'optimisation : la vision, la qualité des gens, leur motivation et sans oublier les méthodes de management, incluant la technologie.

11Il est difficile de trouver une organisation fonctionnant sur un marché concurrentiel qui réussit à long terme sans avantage technologique - une méthode qui permet de mettre en avant son offre (le produit et-ou le service) d'une façon supérieure à celle de ses concurrents. C'est cette interaction entre les personnes et la technologie, conduite par la Vision et la motivation de l'équipe qui mène à de grands résultats.

En résumé : pourquoi le modèle de conduite par Vision est-il si rare ?

12Le message fondamental de ce livre se trouve dans le modèle de conduite par Vision, illustré de nouveau dans la Figure 2.3.

Figure 2.3 – Le modèle de conduite par Vision pour des équipes dirigeantes d’un projet.

13Ce diagramme a été la structure centrale de ce livre et, je le crois, très efficace pour la création des équipes qui réussissent dans des projets extraordinaires, je crois qu'il est aussi transférable directement aux organisations de haute performance. C'est ce qui permet à une équipe d'agir l'un sur l'autre de telle sorte que la contribution collective soit beaucoup plus grande que la somme de leurs contributions individuelles - la synergie que j'appelle TeamThink.

14Mais, si ce modèle est tant efficace, pourquoi aussi peu d'organisations l'appliquent-elles ? Les principes fondamentaux sont connus depuis des siècles. Mais alors que l'utilisation de la technologie pour accélerer les réactions est plus récente et devient toujours plus puissante (et à un taux s'accélérant), la réaction rapide est plus une attitude qu'autre chose, la technologie en soi n'est pas la clef.

15La réponse ? La mise en œuvre de ces idées n'est ni une solution rapide ni une solution unique. L'équipe de Nouvelle-Zélande a réussi pour une foule de raisons, mais soulignant que le succès était la vision et les règles d'opération qui ont crée l'environnement de base nécessaire à faire fonctionner une équipe compétente. Cet environnement dépendait du développement de l'intégrité dans tous les rapports avec les gens liés au projet et il est impossible de le limiter à un seul aspect de leur vie. Vous êtes intègres ou pas ; vous tenez vos paroles ou non. Le succès dépendait aussi de la discipline à à appliquer régulièrement et les moyens qui ont été développés. Ces éléments sont évidemment puissants, mais ne sont pas nécessairement faciles à mettre en œuvre par le premier venu.

16Les membres de l'équipe de Nouvelle-Zélande sont doués, mais ne sont que des êtres ordinaires. Cependant, ils ont voulu fonctionner de façon à développer une confiance organisationnelle et une haute motivation ce qui s'est avéré être extrêmement efficace. Dans des circonstances différentes, ils auraient pu choisir une autre approche qui aurait mené à des résultats moins flatteurs. C'était leur choix.

Pour ces raisons je crois que les idées présentées ici sont simples et puissantes, mais parfois plus difficiles à appliquer qu'elles ne le semblent. Cependant, elles marchent et conduisent à des résultats satisfaisants, l'espère qu'elles le prouveront et qu'elles vous seront aussi utiles qu'elles le furent pour moi et d'autres organisations avec lesquelles j'ai étudié et travaillé.
La vie est un voyage et non pas une destination. Faites en sorte que le voyage en vaille la peine !

Notes de fin

1 La Nouvelle-Zélande a réussi, dans l'édition suivante, à conserver la Coupe de l'America, preuve que la première victoire n'était pas due au hasard.

Table des illustrations

Légende Figure 2.3 – Le modèle de conduite par Vision pour des équipes dirigeantes d’un projet.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© INSEP-Éditions, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search