Version classiqueVersion mobile

Démarche-qualité et organisations sportives

 | 
Claude Vasseur

Chapitre 4. Applications concrètes

Texte intégral

1 - Premier cas, le ski

1.1 - Emboîtement des tâches pour débutants

A - Sans bâtons

1- Tâche 1

2Mettre le débutant en confiance dans une situation de glisse où il s’arrête seul grâce au terrain.

3- Tâche 2

4Sur pente douce : se mettre dans le sens de la pente, glisser et, avant de prendre trop de vitesse, tourner et s’arrêter en faisant des petits pas.

5- Tâche 3

6Sur pente douce : se mettre dans le sens de la pente, glisser, fléchir les genoux, tourner et s’arrêter. Recommencer, se remettre dans la pente à l’aide de petits pas.

7- Tâche 4

8Sur pente douce : idem que la tâche 3, mais ne pas s’arrêter. Enchaîner les virages, sans s’arrêter, se remettre dans la pente à l’aide de petits pas.

9- Tâche 5

10Sur pente douce : idem que la tâche 4. Remplacer les petits pas par : remettre les skis à plat après le virage et orienter les épaules dans la pente pour glisser à nouveau.

11- Tâche 6

12 Changement de milieu : réaliser la même tâche 5 dans une pente plus difficile.

13- Tâche 7

14Amélioration des sensations de glisse, nouvelles sensations dues au paramètre vitesse : faire un schuss.

15- Tâche 8

16Prendre la piste en travers. Mettre le poids du corps sur le ski aval, fléchir cette jambe. Être capable de lever le talon du ski amont.

17- Tâche 9

18Glisser dans la pente, tourner dans le virage en levant l’arrière du ski amont.

19- Tâche 10

20Conduite de virage : proposer de grands virages, virages en pivot (finesse de la carre).

21- Tâche 11

22 Changement de milieu : la poudreuse = nouvelles sensations (pôle de l’épreuve). Travail en alternance, coupure avec le sérieux.

23- Tâche 12

24 Retour à la piste damée : (pôle de la performance). On retrouve les mêmes mouvements, répétitions.

25- Tâche 13

26 Changement de milieu : descente d’une piste avec bosse en enchaînant au moins 2 virages. -Tâche 14

27 Changement de pente : piste plus pentue.

B - Avec bâtons

28- Tâche 1 : glisser, planter le bâton dans la pente, pivoter.

29- Tâche 2 : glisser, planter le bâton, extension vers le bas, pivoter.

30En fonction des ruptures de pente, des sous-tâches existent : déraper, faire une conversion, skier sur un pied, faire un schuss debout, etc.

1.2 - Analyse didactique

TÂCHES

MOTRICITÉ

INTERIORISATION

Glisser

Passer de l’équilibre :
axe du corps vertical
à l’équilibre :
axe du corps perpendiculaire aux skis

- Acceptation de la pente
- Répartition du poids du corps sur tout le pied

Glisser - s’arrêter

Utilisation de modifications posturales (flexions - pivots)

Répartition du poids du corps sur les deux skis

Glisser - s’arrêter - glisser

Passage de l’équilibration par les bras à l’équilibration par les jambes

- Remise des skis à plat dans la ligne de pente.
- Prise de carres - lâcher de carres

Glisser - pivoter

Passage de l’équilibre sur deux jambes à l’équilibre sur une jambe

- Transfert du poids sur jambe avale

Grands virages

Même passage d’équilibre

-Equilibration par flexion sur jambe avale

Glisser - planter de bâton - pivoter

Dissociation épaules - bassin

Projection dans la pente par extension

Tableau 6 : Didactique du ski

1.3 - La gestion de l’affectif donc de la motivation

31« Comment faire progresser les skieurs tout en gardant les notions de plaisir et d’émotion, dans une pédagogie de groupe où chacun doit trouver ce qu’il vient chercher consciemment ou non ? »

32Le respect des principes de la pédagogie de la réussite et du projet ont donné les résultats suivants après expérimentation de plusieurs années sur le terrain.

1.4 - Méthode d’animation de groupes de ski

331) La prise en main doit toujours être assurée par un responsable qui jouit de la confiance du groupe. Il doit gagner cette confiance d’entrée, notamment en étant irréprochable au plan de l’organisation du groupe.

34Le démarrage de l’activité se fera progressivement, sur des pistes faciles, afin de permettre réchauffement.

352) Le principe de l’alternance doit être systématiquement respecté :

  • alternance tâches imposées/ tâches libres,
  • alternance ski difficile/ ski facile,
  • alternance dans la configuration du terrain avec changements de consignes ou de tâches,
  • alternance au plan des motivations (des émotions),
  • alternance de concentration sur une tâche et descente libre,
  • alternance de situations d’épreuve et de situations de performance.

363) Le maintien d’un thème de travail unique pendant une période importante (la durée nécessaire à la construction par le pratiquant) puisque nous travaillons en priorité sur l’équilibration :

  • centrer l’apprenant sur un seul problème à la fois,
  • glisser le plus souvent possible (maîtrise de l’équilibre perpendiculaire aux skis).

374) Intervenir :

  • pour proposer des solutions équilibratrices, c’est-à-dire agir sur les causes et non sur les effets. Par exemple, ski amont chargé dû à un braquage jambe avale tendue : mettre en place une tâche pour ramener le poids du corps sur l’avant du pied et sur le ski aval par flexion de jambe.
  • au moment opportun pour une consigne supplémentaire. Laisser le pratiquant construire sa motricité. Par exemple, quand le skieur enchaîne des virages par flexion - pivot - et qu’il arrive sur un endroit plus pentu, introduire l’extension qui permet de se replacer en appui sur le ski afin d’éviter le déséquilibre arrière provoqué par la rupture de pente.

385) Pour les groupes de non débutants, faire émerger le thème de travail par auto observation à l’intérieur du groupe.

QU’IL FAUT RETENIR
• L’apprentissage du ski se fait sans bâtons au risque de faire de la « quadrupédie » et non du ski.
• L’apprentissage du ski se fait dans la ligne de pente sinon on fait des « freineurs » et pas des « glisseurs ».
• L’apprentissage du ski se fait skis parallèles et pas en chasse-neige sinon on conforte les « freineurs » et on ne forge pas des skieurs (des glisseurs) !
• On gère la dynamique des motivations par le principe de l’alternance de situations d’épreuve, de situations de performance et de situations de compétition.
• Le moniteur descend derrière son groupe pour pouvoir observer et intervenir sur son emboîtement de tâches et les alternances.

2 - Deuxième cas, le tennis évolutif

  • 1 - Letord O. – Jean-Claude Marson Tennis évolutif 47 rue E. Manet 95580 Margency

39Cet exemple nous est fourni par Olivier Letord1.

40Le tennis de haut niveau dit-il « est devenu un sport très exigeant sur les plans physique et mental. Tout est mis en œuvre pour que le jeu s’accélère : raquettes plus performantes, balles plus vives, surfaces plus rapides... Les joueurs doivent être à la fois plus rapides, plus forts, plus résistants.

41Le joueur de club n’a pas les mêmes prétentions. Il vient pour jouer, se détendre, trouver du plaisir à travers les émotions que procure le jeu.

42Ces notions de plaisir et d’émotion n’ont de sens qu’à partir du moment où le joueur se trouve en situation de réussite, le plus tôt possible dans son apprentissage.

43Jouer, progresser et se faire plaisir grâce à une réussite immédiate, telle est la devise du tennis évolutif. »

44La démarche du tennis évolutif s’inscrit dans un nouveau courant de pensée qui cherche à rendre véritablement accessible à tous, des activités que l’on réservait jusqu’alors à un trop petit nombre.

45Contrairement aux méthodes plus anciennes, le joueur est placé ici au centre du système éducatif. Tous les aménagements (espace de jeu, balles, obstacle, raquettes, situations) se construisent en fonction de sa réussite.

46À partir de là, le tennis évolutif assure :

  • efficacité : car le joueur est capable de s’exprimer, de jouer immédiatement.
  • jeu : il est omniprésent dans toutes les séances puisque c’est le moyen d’apprentissage privilégié et choisi par ce concept.
  • réussite immédiate : c’est en quelque sorte la « démarche qualité » que l’enseignant propose à ses joueurs.
  • émotions : présentes dès les premiers coups de raquette grâce à la magie de la réussite.

47Le tennis évolutif, par son concept innovant, permet au joueur de développer sa propre créativité, son sens du jeu, son coup d’œil. Le joueur-acteur est guidé par l’enseignant-metteur en scène, celui qui est juste là pour fabriquer des émotions... l’essentiel du JEU. »

2.1 - Les principes du tennis évolutif

48Le court de tennis, dans sa configuration, privilégie la notion de force et minimise la créativité et le sens tactique (espace trop vaste et étroit).

49L’œil apprécie beaucoup plus facilement les vitesses de trajectoires dans le sens droite/gauche que dans le sens avant/arrière.

50Or, la configuration du court traditionnel place en priorité le joueur dans cette 2ème situation.

51L’apprentissage du tennis, basé principalement sur la capacité à lire des trajectoires, est par conséquent rendu complexe.

52Imaginons un instant que le tennis se joue sur un court plus large que long, mais toujours de forme rectangulaire.

53Cette grande largeur, outre le fait de solliciter l’œil dans des conditions favorables (appréciation des trajectoires droite/ gauche), permet de développer des notions particulièrement intéressantes chez les enfants :

  • adresse,
  • coup d’œil,
  • disponibilité,
  • jeu de jambes,
  • prise d’initiative,
  • sens du jeu, notamment les espaces libres « mettre la balle là où l’autre n’est pas ».

54La maîtrise d’un espace large correspond aux possibilités de l’apprenant. Le jeu prend tout son sens, incitant à la créativité, à l’improvisation... en privilégiant le pôle précision plutôt que le pôle vitesse.

55À partir d’un espace choisi et délimité, l’enseignant devra avoir le souci de le faire évoluer d’abord dans le sens de la largeur, et ensuite dans le sens de la longueur.

56Du court de mini-tennis jusqu’au court traditionnel, l’évolution pourra se faire comme l’indique le schéma 17, page 122.

57Deux exemples de situations pédagogiques tirés du livre d’Olivier Letort

2.2 - Situation No1 : Zone interdite

58 Objectif : frapper la balle en avant de soi en coup droit et en revers.

59 Matériel utilisé : pomdo et palette, ballon paille et un cerceau pour deux.

60 Espace de jeu : un demi-court en largeur.

61 Organisation

62Richard est situé derrière la ligne médiane, face à François qui est dans le couloir.

631 cerceau est posé au sol entre les 2 joueurs

64 Déroulement

65Les 2 joueurs font des échanges avec le ballon paille en visant l’un et l’autre le cerceau.

Schéma 17 : Évolution de la surface de jeu dans le tennis évoludf

66 Consignes

67Les joueurs n’ont pas le droit de franchir avec les pieds la ligne située devant eux.

68 Mais Ils ne doivent pas laisser le ballon franchir cette même ligne.

69 donc

70La frappe se situe toujours à l’intérieur du carré en avant du corps.

71 Conseils pédagogiques

72Les consignes obligent les joueurs à frapper en avant d’eux.

73Le cerceau donne simplement un repère de zone pour conduire l’échange plus facilement.

74 Évolution et/ou variantes

75Reculer et jouer de couloir à couloir avec une balle mousse,

76Utiliser toute la largeur du carré de service et compter les points,

77Jouer ensuite dans l’axe du court de la façon suivante : un joueur derrière la ligne de service, à ne pas franchir, l’autre joueur collé au filet qui doit être baissé, sa raquette placée du côté de son partenaire. Ainsi le jeu se déroule dans le carré de service, le filet obligeant à frapper toutes les balles en avant.

« Ce n’est pas l’apport technique qui sera déterminant dans un sport ou dans un autre mais l’ambiance du milieu et l’esprit dans lequel se fera cette première expérience »

2.3 - Situation No2 : L’auto-passe

78 Objectif : faciliter la frappe en avant de soi

79 Matériel utilisé : balles mini-cool

80 Espace de jeu : court de 18 mètres

81 Organisation

82Match de simple sur 18m

83 Déroulement

84La mise en jeu est effectuée par un envoi en coup droit.

85Les joueurs engagent à tour de rôle.

86Le premier qui a marqué six points a gagné un set. Le match se joue en deux sets.

87 Consignes

88Avant de frapper dans la balle, chaque joueur doit :

89l’amortir avec sa raquette (sans la bloquer),

90la laisser rebondir (une seule fois !),

91la frapper.

92Ainsi, l’échange devient une succession d’envois-renvois excepté dans le cas où le joueur monte au filet, la volée pouvant être jouée directement.

93 Conseils pédagogiques

94L’amorti de la balle développe le toucher puisque la qualité de celui-ci conduit le joueur vers une balle facile ou difficile. L’amorti constitue un éducatif intéressant pour permettre au joueur de frapper la balle en avant de lui.

95Situation adéquate lorsque l’enseignant souhaite faire évoluer les joueurs avec une balle plus rapide (l’amorti temporise cette vitesse supérieure).

96 Évolution et/ou variantes

97Commencer avec les balles mousse.

98Un seul joueur amortit la balle et la renvoie après un rebond. L’autre joue normalement. Agrandir le court.

99Supprimer le rebond après l’amorti, le joueur devant jouer la balle directement de volée.

« Valoriser un joueur, c’est positiver l’image qu’il a de lui-même »

CE QU’IL FAUT RETENIR
• Cet exemple respecte le principe de la mise en activité fonctionnelle.
• Il montre une analyse de type fonctionnel du tennis.
• Il décrit surtout une problématisation de solutions : comment créer une situation qui amenera le pratiquant à frapper la balle en avant de lui, sans qu’on lui explique, qu’on lui démontre et qu’on lui demande d’imiter.

3 - Troisième cas, le baptême de golf

100Nous avons mis au point ce baptême de golf pour un golf commercial. Le but était de recruter de nouveaux clients grâce à une invitation gratuite afin de leur faire découvrir l’activité et de leur donner l’envie de revenir.

101Le challenge consiste alors à ce qu’ils réussissent impérativement ce pour quoi ils sont venus : en l’occurrence envoyer une balle haut et loin.

102La démarche est formalisée dans la procédure qui suit. La manière de procéder est décrite dans les modes opératoires.

103 MO1

104Accueil du groupe (maximum 12 personnes) d’une manière conviviale afin de dédramatiser la situation. En effet, la caractéristique des adultes participant à une initiation est qu’ils sont préoccupés par la question suivante « Est-ce que je vais être capable de ? », « Serais-je à la hauteur ? ». C’est la peur du ridicule.

105Les emmener au practice.

106Leur fournir le matériel (un seau de balles, un pitch ou un sandwedge).

107 MO2

108Poser la question au groupe « Que souhaitez-vous réussir au bout d’une heure ? »

109Réponse traditionnelle « Taper des balles ».

110Les pousser à formuler que taper des balles c’est pour envoyer la balle haut et loin. Ceci étant leur véritable projet. Mais il est important de noter qu’ils ont employé le verbe « taper ».

111Leur assurer qu’effectivement au bout d’une heure ils réussiront cet « exploit ».

112 M03

113Leur demander de mettre une balle sur le tapis et de l’envoyer sans aucune autre explication.

114Leur accorder 3 à 5 essais.

115 M04

116Réunir le groupe. Leur demander si leurs résultats sont à la mesure de leurs espérances.

117Les pousser à formuler que la balle n’est pas allée assez loin (pour certains elle est même restée sur le tapis !)

118Leur faire admettre que, compte tenu de l’effort fourni, il faut taper plus fort pour aller plus loin.

119 M05

120Leur demander de recommencer en tapant plus fort. Évidemment les amateurs de golf se douteront bien que les résultats sont encore plus catastrophiques !

121Leur accorder de nouveau 3 à 5 tentatives.

122 M06

123Réunir le groupe. Demander aux apprenants s’ils sont satisfaits du résultat.

124Leur expliquer « sérieusement » que s’ils sont en échec « c’est de la faute du tapis qui n’est pas propre ! ».

125Leur demander le « service » de « nettoyer le tapis » par brossage aller-retour avec le club. Une fois que « le tapis est propre » (3 à 4 balayages) ils doivent poser une balle sur le tapis et chasser la balle du tapis comme « on a chassé la poussière ! ».

126 M07

127Leur faire exécuter la consigne et observer.

128Immanquablement, plusieurs pratiquants, à partir de cette intention, vont rapidement envoyer une balle « haut et loin ».

129 M08

130À la suite de ces réussites, rassembler le groupe.

131Demander à chacun d’exprimer le résultat : pratiquement sans effort, la balle est allée nettement plus loin que lorsqu’ils tapaient fort. Ils viennent de comprendre le golf : non pas taper la balle mais la chasser.

132 M09

133Les renvoyer à la pratique avec la consigne suivante : « Maintenant allez-y, jouez ! »

134Pour ceux qui ont déjà réussi : « Refaites la même chose »

135Pour ceux qui n’ont pas encore réussi : « Imitez vos camarades » !

136 MO10

137L’animateur laisse les gens utiliser tout leur seau de balles et se contente de passer de l’un à l’autre.

138En cas d’échec, il interroge pour savoir l’intention. La réponse est immanquablement : taper. L’animateur demande alors de changer cette intention.

139En cas de réussite, après avoir demandé l’intention, il demande de la reproduire.

140Cette séquence prend au maximum une demi-heure et 95 % des personnes sont sur le pôle de la réussite. Ensuite, est organisé un concours de putting. Ensuite, on répond aux questions des participants.

CE QU’IL FAUT RETENIR
• Cet exemple est basé sur le principe : pour obtenir une amélioration technique, en l’occurrence la mise en place d’un swing de golf. On obtient le résultat en jouant uniquement sur la dynamique de l’action, c’est-à-dire l’intention.
• Ce baptême de golf est l’exemple d’un emboîtement de tâches visant à faire passer de l’intention de « taper » à l’intention de « chasser ». Le résultat est le passage d’une technique de « bûcheron » à un véritable swing de golf sans être passé par la moindre consigne technique.

4 - Quatrième cas, LE TENNIS « COOLEURS »®2

  • 2 Letord O. : Tennis évolutif, tennis cooleurs Edition art et litterature (1, allée des Glycines 922 (...)

141Le TENNIS COOLEURS® est une création d’Olivier Letort, Bees 3e degré de tennis. C’est une formule de compétition respectant les données du marketing qualitatif : les besoins et les attentes des pratiquants de tennis.

142Le TENNIS COOLEURS® : pour qui ? pour quoi ?

143Pour les nouveaux joueurs : accéder facilement au tennis et découvrir la compétition dans les conditions idéales.

144Pour les joueurs moyens : oser, sans aucune difficulté franchir le pas vers la compétition à dominante plaisir.

145Pour les joueurs classés : découvrir de nouvelles facettes du tennis.

146Le tennis couleur c’est la réunion du loisir et de la compétition dans une même forme de jeu.

147La compétition consiste en quatre formules de jeux évolutives désignées par une couleur : tennis vert, bleu, rouge, noir.

148 Exemple des conditions matérielles du tennis vert

149 Le tennis vert  : le jeu en douceur

150niveau de difficulté : très facile

  • balle utilisée : balle mousse
  • longueur du court : 18 mètres
  • hauteur du filet : 0,80 mètres

151On peut mélanger les couleurs !

152 • Tennis arc-en-ciel : le jeu à sa convenance

153Le joueur présumé le moins fort choisit la couleur du match.

154Cette formule permet de jouer :

  • contre des adversaires plus forts en en étant certains de s’amuser,
  • contre des adversaires de même niveau dans des conditions de jeu idéales,
  • contre des adversaires moins forts en découvrant de nouvelles sensations.

155Le TENNIS COOLEURS® repose sur une charte qualité d’organisation.

156Cette charte qualité précise qu’il faut privilégier des matchs pas trop longs mais nombreux en fonction

  • de la durée du tennis couleur,
  • du nombre de courts disponibles,
  • du nombre de participants.

157Le comptage des points utilisés pourra varier :

  • le tie break : le moins long, à utiliser en cas d’affluence si l’on dispose de peu de courts,
  • deux sets de 6 points : privilégie la notion de set,
  • deux sets de 3 jeux : formule actuellement la plus intéressante, la plus proche de la réalité,
  • deux sets de 6 jeux : à n’utiliser ce que si le tournoi dure une semaine au rythme d’un match par jour.

158Les tournois TENNIS COOLEURS® possèdent un label en fonction des moyens mis en œuvre par les clubs organisateurs.

  • Une raquette : remplir les dix conditions requises pour organiser la compétition
  • Deux raquettes : idem. Mais en plus, remettre un badge nominatif à l’arrivée du joueur. Ce badge signifie qu’il est l’invité du TENNIS COOLEURS® pendant toute la durée du tournoi.

159À ce titre ils bénéficie d’un cadeau de bienvenue. Par exemple « un pot » chaque soir du tournoi.

160- Trois raquettes : idem que pour la première et la deuxième raquette, mais en plus :

  • les lignes du tracé à 18 mètres doivent être peintes,
  • la remise des prix prévoit une récompense pour chaque participant,
  • mise en place pendant toute la durée du tournoi d’un village ou d’un espace partenaires.
  • 3 EFT : Philippe Lemoine Mauvielle 32120 Solomiac (philippelemoine@efttennis.com)

161Pour plus d’information contacter l’EFT3.

CE QU’IL FAUT RETENIR
• Cet exemple concrétise les principes de l’animation du projet : sur un thème identique (faire un match de tennis) une segmentation des pratiquants en fonction de leurs motivations.
• Il montre que c’est l’activité sportive qui doit se mettre à la dimension du pratiquant et non le pratiquant à la dimension de l’activité sportive.
• « Il faut mettre le sport à la dimension de l’homme et non l’homme à la dimension du sport ».
Jean-Paul Callède

CONCLUSION

162Ce chapitre illustre ce qui a été dit dans le chapitre sur les fonctions techniques : toute structure de loisir sportif devrait mener une réflexion à l’interface, entre les contenus et les guidages, sur une méthode d’animation spécifique, capable de gérer les émotions et le développement des projets personnels des clients.

163Ceci est de la responsabilité du chef d’entreprise pour les structures privées, du président de club dans le système associatif. Toutefois, nombre de ces responsables estiment que ce problème n’est pas de leur ressort puisque la loi leur impose des intervenants possédant un brevet d’État censés donc posséder, de par leur formation, une compétence. Or nous savons tous que cela n’est pas le cas. Le brevet d’Etat est un diplôme et en aucun cas un diplôme n’est synonyme de compétence au sens où nous l’avons développé dans le chapitre 1.

164Il faut noter cependant, une évolution positive dans certaines fédérations. Elles commencent à développer ce type de compétences chez leurs brevets d’État et dans les prestations qu’elles offrent à leurs adhérents. C’est le cas pour la fédération de tennis, la fédération de canoë-kayak ainsi que pour d’autres fédérations non citées.

Notes

1 - Letord O. – Jean-Claude Marson Tennis évolutif 47 rue E. Manet 95580 Margency

2 Letord O. : Tennis évolutif, tennis cooleurs Edition art et litterature (1, allée des Glycines 92260 Fontenay-aux-Roses)

3 EFT : Philippe Lemoine Mauvielle 32120 Solomiac (philippelemoine@efttennis.com)

© INSEP-Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search