Version classiqueVersion mobile

Les pratiques sportives en France

 | 
Ministère de la Jeunesse des Sports et de la Vie associative
, 
Institut national du sport et de l'éducation physique
, 
Patrick Mignon
, 
et al.

Chapitre 3. L'engagement et les motivations

Les sports pratiqués, puis abandonnés

Texte intégral

1En France, plus d’une personne sur deux qui fait du sport a pratiqué dans le passé des disciplines qu’elle a ensuite abandonnées. Les hommes sont les plus nombreux dans cette population. Les jeunes sont également plus nombreux que leurs aînés à avoir pratiqué, puis abandonné des sports. Les motifs d’abandon paraissent essentiellement plus liés à l’âge qu’à la discipline et les motifs personnels priment sur les motifs « sportifs ».

2Pour autant qu’on puisse le mesurer, l’entrée tardive dans la pratique sportive n’est pas synonyme de pratique brève.

Avoir abandonné des sports : un phénomène qui touche aussi les jeunes

3Les sports que les Français ont déclaré pratiquer au moment de l’enquête ne sont pas les seuls qu’ils ont pratiqués au cours de leur vie : 56 % des personnes interrogées ont déclaré avoir pratiqué dans le passé des activités physiques et sportives. Cette proportion est plus forte parmi les personnes qui pratiquent aujourd’hui que parmi les personnes qui ne pratiquent pas actuellement (tableau 1). Au total, 9 % de la population de 15 à 75 ans déclare ne pas pratiquer de sport et ne pas en avoir pratiqué auparavant.

  • 1 Patrick Mignon, « Laboratoire de sociologie de l’INSEP » dans Les jeunes de 1950 à 2000, un bilan d (...)

4C’est après 1945, et surtout avec les années soixante, qu’on a vu se mettre en place un véritable projet de démocratisation du sport, notamment à travers le sport scolaire, la création des classes de neige ou la généralisation des cours d’éducation physique et sportive1. Les générations de « sportifs » qui ont suivi ont été plus féminines et ont pratiqué plus de disciplines que les précédentes.

5En 2000, 58 % des français qui pratiquent aujourd’hui une activité physique et sportive en pratiquaient déjà une dans le passé et ont abandonné un sport qu’ils pratiquaient auparavant. C’est le cas des deux tiers d’hommes sportifs, mais de moins de la moitié des femmes sportives. D’autre part, les sportifs qui ont autrefois pratiqué, puis abandonné une activité sont en moyenne plus jeunes que les autres (39 ans contre 42 ans pour les hommes, 38 ans contre 44 ans pour les femmes). La part des sportifs qui ont pratiqué une activité physique et sportive dans le passé tend à diminuer quand l’âge augmente (Tableau 2). Cette tendance est certainement liée au développement récent de la pratique sportive, au phénomène de « zapping » sportif souvent évoqué pour les jeunes générations et peut-être à un souvenir qui s’estompe avec le temps.

  • 2 Les chiffres présentés font abstraction des personnes ayant moins de 25 ans, car ces derniers peuve (...)

670 % de ces sportifs qui ont abandonné des activités pratiquées dans le passé déclarent faire du sport au moins une fois par semaine : c’est la même proportion que pour l’ensemble des sportifs ; en revanche, ils sont plutôt plus diplômés et affichent en moyenne un revenu mensuel plus important. De plus, la proportion de sportifs ayant pratiqué, puis abandonné une activité s’accroît avec le revenu. Il en va de même pour le niveau d’étude2. Les sportifs ayant pratiqué, puis abandonné une activité sont également un peu plus souvent membres d’un club que les autres (28 % contre 25 % des sportifs) et participent plus fréquemment à des compétitions officielles, des rassemblements ou des manifestations avec classement. Il faut donc voir dans l’existence de sports pratiqués, quoique abandonnés, d’abord un témoignage de la richesse socioculturelle des personnes concernées.

Tableau 1 - Répartition de la population selon la pratique sportive présente et passée

7en %

APS dans le passé, abandonnées

Pas d’APS dans le passé

Total

En proportion de la population

APS aujourd’hui

58

42

100

83

Pas d’APS aujourd’hui

49

51

100

17

Total

56

44

100

100

Tableau 2 - Part des sportifs ayant abandonné une activité pratiquée dans le passé selon l’âge

En %

15-24 ans

62

25-34 ans

62

35-44 ans

58

45-54 ans

56

55-64 ans

52

65-75 ans

49

Lecture : 62 % des sportifs âgés de 15 à 24 ans ont pratiqué et abandonné une activité physique ou sportive dans le passé.

On peut commencer un sport tard et le pratiquer longtemps

8Jusqu’à la fin des années soixante, débuter une activité dès le plus jeune âge était synonyme de longévité de la pratique sportive. Cependant, depuis les années soixante-dix, il semble qu’un âge plus tardif de début ne soit plus un frein à une durée de pratique longue. Les personnes qui commencent plus tard pratiquent aussi longtemps, parfois même plus que celles qui ont débuté plus jeunes (TA 27). Si le phénomène est vrai pour les hommes et pour les femmes, les disciplines ne sont pas les mêmes :

  • Pour les hommes qui ont débuté une activité avant 15 ans, on note l’omniprésence du football quelle que soit la période de début de pratique. Les arts martiaux, le tennis et le basket-ball émergent entre les années 1960 et 1980. La natation et l’athlétisme n’apparaissent plus dans les trois principaux sports pratiqués dès les années soixante. Les moins de 35 ans ont pratiqué, à peu de choses près, les mêmes sports que les plus jeunes, mais avec une décennie d’avance (arts martiaux, tennis). Ils sont donc peut-être à l’origine de la pratique des plus jeunes. Les pratiquants qui ont débuté plus âgés déclarent quant à eux des activités d’entretien ou de loisir (musculation, pêche...) (TA 28).

  • Chez les femmes, quels que soient l’âge et la période de début de pratique, les activités pratiquées sont plus homogènes. Ce sont essentiellement la gymnastique, la danse et la natation (TA 29).

Les motifs d’abandon « extra sportifs » priment

9Les raisons d’abandon de la pratique sportive sont nombreuses. Celles que l’on pourrait qualifier de « sportives » sont très peu citées et apparaissent uniquement chez les plus jeunes, mais elles tendent à prendre de l’importance dans les périodes récentes. Ainsi, être insatisfait de l’ambiance (du club) ou être arrivé à saturation sont des motifs qui apparaissent principalement chez les personnes abandonnant avant 25 ans.

10Quel que soit l’âge, les raisons d’abandon « extra sportives » sont prépondérantes. Ainsi, avoir des contraintes professionnelles ou scolaires est une des causes principales d’abandon. C’est, avec le fait d’avoir d’autres centres d’intérêt, le motif d’arrêt le plus souvent évoqué. Les contraintes familiales sont, sans surprise, présentes chez ceux qui arrêtent une activité entre 25 et 44 ans. Les problèmes de santé sont invoqués quant à eux à partir 35 ans et ne cessent de prendre de l’importance avec l’âge (Graphiques A6 à A11).

Les raisons d’abandon des jeunes en relation avec les modalités de la pratique sportive se sont accrues

11Les motifs d’abandon avant l’âge de 25 ans peuvent être examinés en fonction de la période d’abandon. Les raisons qui ont pris de l’importance sont, en majorité, celles ayant un caractère sportif ou relatives au coût de la pratique sportive. En revanche les raisons « extra sportives », bien qu’elles demeurent les plus importantes, ne sont pas plus citées, parfois moins. En particulier, les contraintes professionnelles ou scolaires, raisons prépondérantes, tendent à perdre de l’importance. Les motifs « Avoir des contraintes professionnelles ou scolaires », « Avoir des contraintes familiales », « N’avoir personne pour apprendre », « Ne plus avoir l’âge de pratiquer » qui représentaient 68 % des causes d’abandon avant 1980, ne pèsent plus que 60 % entre 1980 et 2000.

12Les raisons liées à l’activité sportive sont de plus en plus fréquentes : elles constituent 20 % des citations entre 1960 et 1979, puis 26 % entre 1980 et 2000 ; ce sont notamment le coût trop élevé (inscription, licence, équipement), le fonctionnement trop rigide du club ou de l’association sportive, l’ambiance dont on n’est pas satisfait, le fait d’être trop poussé à la compétition, ou arrivé à saturation, l’éloignement des équipements, l’existence d’autres centres d’intérêt ou de problèmes de santé.

13Les autres motifs d’abandon (13 % des citations quelle que soit la période) sont plus directement liés aux modalités de la pratique : inadaptation de l’offre, niveau maximum atteint, manque de partenaire, blessure en pratiquant.

Les femmes citent plus souvent les raisons de santé, les hommes les problèmes de l’âge

14Les raisons d’abandon, chez les sportifs de 25 ans et plus, ont évolué de façon semblable à celles des plus jeunes mais avec une intensité plus faible. Là aussi, les raisons d’abandon qui ont pris de l’importance sont celles à caractère « sportif ». En général, le fait d’avoir d’autres centres d’intérêt est, de loin, la principale raison d’abandon de la pratique sportive, quelle que soit la discipline considérée, à l’exception des sports de combat, du volley-ball et du badminton-squash. Pour ces disciplines, en liaison avec l’âge de leurs pratiquants, les contraintes professionnelles ou scolaires prennent le dessus. Ces dernières sont, pour les autres disciplines, le second motif d’abandon le plus évoqué (entre 35 % et 63 % des citations). Loin derrière, on retrouve le fait d’être arrivé à saturation notamment pour la danse, les arts martiaux, le football, le tennis, le handball et l’athlétisme. Le fait de se blesser en pratiquant est cité pour le rugby et l’équitation. Les problèmes de santé ou encore l’éloignement des équipements sont des raisons d’arrêter l’alpinisme, le ski et la voile.

15De plus, les femmes sont nettement plus sensibles au coût de la pratique sportive (par exemple, pour les abandons entre 25 et 44 ans, le coût trop élevé de l’inscription est cité par 15 % des femmes contre 6 % des hommes), à l’ambiance, à l’intensité de la pratique (elles déclarent plus souvent que les hommes être arrivées à saturation) et aux contraintes familiales (48 % de citations chez les femmes qui abandonnent entre 25 et 44 ans contre 28 % chez les hommes). Les hommes déclarent plus souvent les contraintes professionnelles (38 % de citations chez les hommes qui abandonnent entre 45 et 54 ans contre 28 % pour les femmes) et les blessures en pratiquant (19 % chez les hommes contre 11 % chez les femmes, pour les abandons entre 25 et 44 ans).

16À partir de 45 ans les problèmes de santé, les autres centres d’intérêt et le fait d’être trop âgé pour continuer à pratiquer sont les motifs d’abandon évoqués aussi bien par les hommes que par les femmes. Toutefois la fréquence de citation n’est pas la même. Entre 45 et 54 ans les femmes sont bien plus concernées par les problèmes de santé (50 % contre 34 % pour les hommes). Les hommes sont quant à eux plus sensibles à l’âge : 33 % d’entre eux déclarent être trop âgés pour continuer à pratiquer contre 20 % des femmes.

Tableau 3 - Les activités passées et abandonnées des sportifs d’aujourd’hui

Tableau 3 - Les activités passées et abandonnées des sportifs d’aujourd’hui

Lecture : 12 % des personnes qui ont pratiqué et abandonné un sport sont sans diplôme.

Notes

1 Patrick Mignon, « Laboratoire de sociologie de l’INSEP » dans Les jeunes de 1950 à 2000, un bilan des évolutions, INSEP, édition 2001.

2 Les chiffres présentés font abstraction des personnes ayant moins de 25 ans, car ces derniers peuvent présenter un cursus scolaire inachevé ou une dépendance financière à l’égard de leurs parents qui pourraient fausser l’analyse.

Table des illustrations

Titre Tableau 3 - Les activités passées et abandonnées des sportifs d’aujourd’hui
Légende Lecture : 12 % des personnes qui ont pratiqué et abandonné un sport sont sans diplôme.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© INSEP-Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search