Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pratiques sportives en France

 | 
Ministère de la Jeunesse des Sports et de la Vie associative
, 
Institut national du sport et de l'éducation physique
, 
Patrick Mignon
, 
et al.

Chapitre 3. L'engagement et les motivations

Les non pratiquants sportifs

Texte intégral

17,5 millions de personnes de 15 à 75 ans déclarent ne pratiquer aucune activité physique et sportive, soit 17 % de la population concernée (22 % des femmes et 12 % des hommes). La probabilité de ne pratiquer aucune activité physique et sportive augmente avec l’âge et est liée à une faible insertion sociale ou économique. La proportion de non-sportifs est de 30 % entre 55 et 75 ans, soit trois fois plus élevée qu’entre 15 et 24 ans.

2À âge égal, il y a peu de différence entre les habitants des zones rurales, urbaines, et l’agglomération parisienne. Enfin, 9 % des personnes interrogées déclarent à la fois ne pas pratiquer d’activité physique et sportive et n’en avoir jamais pratiqué (13 % des femmes et 4 % des hommes).

La pratique du sport liée à l’insertion sociale

3Les personnes les plus faiblement diplômées, les moins bien rémunérées sont également relativement moins nombreuses à pratiquer une activité physique et sportive : les femmes au foyer, les célibataires avec enfants, les actifs à la recherche d’un emploi déclarent plus fréquemment ne pas faire du sport (TA 46 et 47).

4En revanche, la part des non pratiquants parmi les personnes qui exercent une activité professionnelle, tous âges confondus, est de 11 %, soit à peine plus importante que la proportion des non sportifs parmi les élèves et les étudiants, 8 %. 7 % des diplômés de l’enseignement supérieur ne pratiquent aucune activité physique et sportive alors que 30 % des personnes sans diplôme sont dans ce cas. Ceci se vérifie à tous les âges et ne résulte donc pas de l’opposition entre des jeunes fortement diplômés et très sportifs et des vieux faiblement diplômés et peu sportifs (TA 46).

5Toutes choses égales par ailleurs, être une femme ou être âgé diminue la probabilité de faire du sport. Parmi les personnes non diplômées, 38 % des femmes ne font pas de sport contre 20 % des hommes, et au-delà de 54 ans, plus de la moitié d’entre elles ne pratiquent aucune activité physique et sportive.

6À partir de 15 000 francs (2 285 euros) de revenu par mois dans le foyer, les proportions d’hommes et de femmes non pratiquants sont comparables : 7 % et 9 %. Dans les foyers qui disposent de moins de 6 000 F (915 euros) par mois de revenus, les écarts entre hommes et femmes sont importants particulièrement pour les jeunes : 23 % des hommes et 35 % des femmes ne sont pas sportifs et, pour les moins de 29 ans, ce sont 22 % des femmes contre 5 % des hommes.

Les non sportifs pratiquent moins d’activités culturelles et sociales que les sportifs...

7Les non sportifs pratiquent plutôt moins d’autres activités sociales et culturelles que les sportifs. Le bricolage occupe une place à part dans la mesure où sportifs et non sportifs déclarent cette activité aussi fréquemment. Par ailleurs, cette activité vient en tête des activités citées.

8Que l’on pratique ou non du sport, la hiérarchie des pratiques culturelles est sensiblement la même. À l’exception du bricolage, toutes les activités sont plus fréquentes chez les sportifs que chez les non sportifs. Les activités les plus répandues (bricolage, lecture des livres, regarder le sport à la télévision) sont cependant pratiquées presque aussi souvent par les sportifs et les non sportifs. Pour les autres, les sportifs s’adonnent aux pratiques culturelles toujours plus souvent que les non sportifs : de l’ordre de 30 % de plus pour le restaurant, les expositions, la fréquentation des salles de jeu vidéo, de l’ordre de 50 % pour le théâtre, les spectacles sportifs payants, les discothèques, plus encore pour le cinéma et la participation à la vie associative (TA 50).

9Les préférences liées à l’âge modifient assez peu ce schéma de principe. Les plus jeunes (15-29 ans) sportifs ou non, placent la lecture plutôt en tête, mais les non sportifs classent le bricolage en2e position et le cinéma ou le restaurant loin derrière. Les jeunes sportifs préfèrent avant tout le cinéma. Ils placent cependant le sport à la télévision, les lectures et les sorties au restaurant presque au même niveau et sont peu adeptes du bricolage.

10Entre 30 et 54 ans, l’ordre des préférences des sportifs et des non sportifs est aussi un peu différent pour les 5 activités les plus fréquentes : regarder le sport à la télévision est classé en deuxième position par les non sportifs, et en quatrième par les sportifs, lesquels lisent plus et vont un peu plus au restaurant.

11Après 55 ans, l’ordre des préférences est le même pour les sportifs et les non sportifs, mais la différence de l’intensité de pratique culturelle entre sportifs et non sportifs s’avère plus grande que pour les générations moins âgées : pour 5 des 11 pratiques recensées, les sportifs sont deux fois plus nombreux que les non sportifs (expositions, théâtre, vie associative, cinéma, spectacles sportifs payants).

... et leurs « pratiques culturelles sportives » sont également un peu moins fréquentes

12Le palmarès des pratiques culturelles consacre la place de la télévision (événements, puis émissions sportives généralistes). Plus loin derrière, la lecture de la presse sportive se situe au même niveau que les spectacles sportifs ; enfin la lecture de livres, les émissions sur le câble ou sur cassettes vidéo et Internet sont citées (TA 43).

13Les personnes qui ne font pas de sport lisent moins de littérature sportive et regardent moins de spectacles sportifs (spectacle vivant ou retransmis à la télévision) que les sportifs. À revenu égal, les hommes comme les femmes non pratiquants sportifs lisent moins fréquemment un quotidien sportif que les pratiquants ; on ne peut pas dire que « plus on est riche », plus on lit ces quotidiens : au contraire, les hommes qui ne font pas de sport et qui disposent d’un revenu modeste (entre 6 000 et 10 000 F par mois, soit entre 915 et 1 525 euros) ont un appétit de lecture sportive comparable à celui des sportifs (TA 51 et 52).

14Les non sportifs assistent aux spectacles et rencontres sportives ou regardent des émissions sportives sur le câble deux fois moins souvent que les personnes ayant déclaré spontanément pratiquer une activité physique et sportive ; ils sont plutôt moins nombreux à lire des livres, des magazines sportifs, des rubriques sportives de quotidien, à regarder des cassettes ou des émissions consacrées au sport. Les écarts sont du même ordre de grandeur pour les hommes et pour les femmes.

© INSEP-Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.