Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pratiques sportives en France

 | 
Ministère de la Jeunesse des Sports et de la Vie associative
, 
Institut national du sport et de l'éducation physique
, 
Patrick Mignon
, 
et al.

Chapitre 2. Les pratiques

Les sports olympiques

Texte intégral

1Les sports olympiques les plus connus sont l’athlétisme, le basket-ball, le cyclisme, l’équitation, le football, la gymnastique, la natation, le handball, le judo, le ski, le tennis et la voile. La moitié des sportifs français pratiquent au moins une discipline olympique et environ 28 % des activités physiques et sportives pratiquées en France, à l’heure actuelle, correspondent à un sport olympique. Plutôt plus jeunes et plus aisés que les autres, les sportifs qui pratiquent un sport olympique tendent à se concentrer sur une seule discipline.

Pratique exclusive des sports olympiques : une minorité de sportifs principalement masculine

  • 1 Le détail des disciplines olympiques et non olympiques n’est pas disponible pour les fédérations mu (...)

2On recense environ 6,6 millions de licences dans les fédérations olympiques majoritairement détenues par des hommes, ainsi que 2,4 millions dans les fédérations unisport non olympiques et 4,5 millions dans les fédérations multisports et affinitaires dans lesquelles les femmes sont plus nombreuses1.

3Aujourd’hui, la moitié des personnes qui déclarent se livrer à une ou des activités physiques et sportives (18,8 millions de personnes) ne pratiquent aucune discipline olympique, 46 % d’entre eux (16,6 millions de personnes) citent à la fois des sports olympiques et non olympiques (par exemple, l’athlétisme et le rugby). Et, seulement 3 % de la population sportive (1,2 million) ne fait que des disciplines qui donnent lieu à une épreuve aux Jeux Olympiques.

4Plus la pratique se concentre sur des disciplines olympiques, moins les femmes sont présentes. En effet, les femmes représentent 57 % des sportifs ne pratiquant aucune discipline olympique, 39 % des sportifs qui pratiquent les deux types de disciplines et 30 % des sportifs qui pratiquent uniquement des sports olympiques (TA 24). Cette moindre participation des femmes se retrouve également dans les adhésions aux fédérations olympiques.

Les pratiquants de sports olympiques sont plus jeunes, plus aisés et plus diplômés

5Les sportifs qui pratiquent seulement des disciplines olympiques sont plus jeunes que les autres : en moyenne 33 ans pour ceux qui ne font que des sports olympiques, 35 ans pour les personnes qui pratiquent à la fois des activités olympiques et non olympiques et 46 ans pour les autres sportifs. Ce phénomène reste vérifié quel que soit le sexe. On peut toutefois remarquer que les femmes sont, en moyenne, plus jeunes et ce, quel que soit le type de discipline pratiquée ; ce qui traduit la plus récente arrivée des femmes dans le sport. (TA 24).

  • 2 Les chiffres qui concernent le niveau d’étude et le revenu ont été calculés en faisant abstraction (...)

6Le revenu mensuel moyen des sportifs qui font des sports olympiques s’élève à un peu moins de 15 000 F (2 285 euros) contre 11 300 F (1 720 euros) pour ceux dont les activités physiques et sportives ne présentent pas de caractère olympique. Les pratiquants de disciplines olympiques ont également souvent un niveau d’étude généralement plus élevé (TA 26)2. Ils adhèrent également plus fréquemment en club ou détiennent plus souvent une licence. Ils participent plus habituellement à des compétitions officielles, des manifestations avec classement ou des rassemblements.

7Les trois-quarts des pratiquants de disciplines uniquement olympiques ne s’adonnent qu’à un seul sport. Moins de la moitié des personnes qui ne pratiquent aucune discipline olympique sont dans cette situation. Environ 70 % des sportifs, qu’ils pratiquent ou non des disciplines olympiques, déclarent faire du sport au moins une fois par semaine. Les sportifs réguliers qui s’adonnent aux seuls sports olympiques citent le football (32 % de citations), le tennis (23 %), le ski (20 %) et le cyclisme (18 %). Ces mêmes disciplines se retrouvent chez ceux qui s’adonnent aussi à des activités non olympiques, mais dans un ordre différent : le cyclisme apparaît en premier (32 %), suivi du ski (27 %), du football (21 %) et du tennis (20 %). Les sports les plus pratiqués par ceux qui ne font aucune discipline olympique sont la marche (60 %) et les boules (15 %).

8Les sportifs qui pratiquent seulement des disciplines olympiques semblent les plus nombreux à avoir des activités indirectement liées au sport : lecture de quotidiens sportifs ou suivi d’événements à la télévision. Il est vrai que les disciplines olympiques sont plus nettement médiatisées, (TA 25).

Les disciplines retenues
Les disciplines olympiques retenues sont celles dont le libellé fait référence, de façon plus ou moins explicite, à des épreuves présentes aux JO. En revanche, une certaine ambiguïté apparaît sur les termes génériques suivants : Gymnastique, Ski, Voile et Vélo. En effet, il est impossible de caractériser les personnes qui, à l’intérieur de ces grandes familles, pratiquent des disciplines donnant lieu à des compétitions lors des JO. En conséquence, ces sportifs, même lorsqu’ils déclarent ne pratiquer qu’une seule discipline, ne sont pas comptabilisés avec les personnes qui font uniquement des sports olympiques, mais avec celles qui pratiquent des disciplines olympiques et non olympiques.
Liste des principales disciplines déclarées retenues comme disciplines olympiques :
Athlétisme (Athlétisme, Course de demi-fond, Course de fond, Course de haies, Décathlon, Lancer du disque, Lancer du javelot, Lancer du poids, Lancer-athlétisme, Marathon, Saut en hauteur, Saut en longueur, Saut, Sprint, Triple saut) ; Aviron ; Badminton ; Base-bail (Base-bail, Soffball) ; Basket-ball ; Boxe (Boxe anglaise) ; Canoë-Kayak (Canoë, Canoé-Kayak) ; Cyclisme (Cyclisme, Courses sur route, Cyclisme sur piste, Cyclisme sur route, Vélo compétition, VTT, VTT compétition) ; Equitation (Concours complet d’équitation, Concours de saut d’obstacles, Dressage, Equitation, Saut d’obstacle équestre) ; Escrime ; Football ; Gymnastique (Gymnastique artistique, Gymnastique rythmique, Gymnastique sportive) ; Haltérophilie ; Handball ; Hockey (Hockey sur gazon) ; Judo ; Lutte ; Natation (Natation compétition, Natation synchronisée, Plongeon, Water-polo) ; Pentathlon ; Ski (Ski alpin, Ski artistique, Ski de fond, Snowboard, Surf des neiges) ; Tennis ; Tennis de table (Tennis de table, Ping pong) ; Tir (Tir, Ball-trap) ; Tir à l’arc ; Triathlon ; Voile (Dériveur, Planche à voile, Régate de dériveur, Régate de planche à voile, Voile course de haute mer, Windsurf) ; Volley-ball (Volley-ball, Beach-volley) ; Sports de glace (Curling, Hockey sur glace, Luge, Patinage artistique, Short track) ;

Tableau 1 - Les pratiquants des disciplines olympiques, des disciplines non-olympiques et les non-pratiquants

Tableau 1 - Les pratiquants des disciplines olympiques, des disciplines non-olympiques et les non-pratiquants

Lecture : les femmes représentent 32 % des sportives qui pratiquent une discipline olympique, 52 % des sportives qui n’en pratiquent pas.

Notes

1 Le détail des disciplines olympiques et non olympiques n’est pas disponible pour les fédérations multisports.

2 Les chiffres qui concernent le niveau d’étude et le revenu ont été calculés en faisant abstraction des moins de 25 ans qui peuvent présenter un cursus scolaire inachevé ou une dépendance financière à l’égard des parents.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Les pratiquants des disciplines olympiques, des disciplines non-olympiques et les non-pratiquants
Légende Lecture : les femmes représentent 32 % des sportives qui pratiquent une discipline olympique, 52 % des sportives qui n’en pratiquent pas.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© INSEP-Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.