Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pratiques sportives en France

 | 
Ministère de la Jeunesse des Sports et de la Vie associative
, 
Institut national du sport et de l'éducation physique
, 
Patrick Mignon
, 
et al.

Chapitre 2. Les pratiques

Les activités sportives de nature

Texte intégral

  • 1 Il s’agit des disciplines déclarées et non des individus : chaque personne pouvant déclarer plusieu (...)

1Un Français sur 3 entre 15 et 75 ans pratique une activité sportive de nature. Le poids de la bicyclette est prédominant : les activités liées au vélo représentent les deux tiers des activités pratiquées dites de nature. Viennent ensuite les activités de montagne (10 %) et la marche sportive (7 %), puis la voile, l’équitation et la marche. Les autres pratiques (la plongée, le canoë, le rafting et les sports aériens), très minoritaires, représentent ensemble de l’ordre de 5 % des sports de nature1.

2Globalement les sportifs de nature sont plus souvent des citadins, disposant de revenus supérieurs à l’ensemble des sportifs. Ils sont également sensiblement plus « engagés » que les autres sportifs.

3L’engouement croissant pour les activités sportives de nature représente désormais un enjeu de développement économique et touristique majeur pour des espaces ruraux en voie de déprise. Leur essor est devenu une composante à part entière des politiques publiques d’aménagement et de développement durable des territoires concernés dont elles renforcent la compétitivité. En outre, la vie associative qui leur sert fréquemment de cadre contribue à apporter à ces territoires de véritables espaces de convivialité, de lien social et de participation à la vie locale.

Un milieu sportif et aisé

4Les personnes qui pratiquent une ou plusieurs de ces disciplines de nature (voir encadré p. 72) ont une conscience forte de leur caractère sportif : 90 % d’entre eux ont déclaré spontanément faire du sport (contre 73 % des sportifs en moyenne). Ils sont aussi plus fréquemment membres d’un club (31 % contre 27 %), et participent un peu plus souvent à des compétitions (16 % contre 13 % de l’ensemble des sportifs participent à des compétitions officielles). Ils sont un peu plus nombreux aussi à pratiquer une activité au moins une fois par semaine (77 % contre 72 %). Ces différents indicateurs témoignent d’un engagement sportif affirmé (voir « pour comprendre ces résultats »), si l’on définit celui-ci par une pratique fréquente, l’adhésion à un club, et la participation à des compétitions.

5Enfin, les sportifs de nature paraissent en moyenne un peu plus jeunes (39 ans) que l’ensemble des sportifs (41 ans) (TA 21). La définition des activités de nature élimine les sports pratiqués par les plus jeunes (sports de combat, athlétisme, handball, basket-ball, patinage, etc.), mais aussi les activités qui réunissent les plus âgés (chasse, marche, pêche, boules, etc.). Toutefois parmi ces activités, l’équitation, le canoë, le rafting peuvent être qualifiés de sports jeunes : un tiers des pratiquants de 15 à 75 ans ont moins de 25 ans (tableau 1). À l’opposé, le vélo et la marche sportive attirent certes les plus jeunes, mais encore plus les personnes plus âgées (graphique annexe 5).

6Les pratiquants de ces sports disposent de revenus supérieurs aux revenus moyens des sportifs (TA 20). En effet, ces pratiques nécessitent soit un appareillage parfois coûteux (bateaux, avions, vélos par exemple), soit des frais pour se rendre sur les installations où l’on pratique ces disciplines, soit encore de participer au coût de fonctionnement de l’activité.

7La part des personnes d’un niveau d’études égal ou supérieur au baccalauréat est également plus élevée que pour la moyenne des sportifs. Pour autant, la réalité n’est pas uniforme : les cyclistes sont plutôt moins diplômés, moins souvent en club que les autres sportifs de pleine nature et disposent de revenus moins élevés. Ainsi, un tiers des cyclistes ont au moins le baccalauréat ; 40 à 45 % des adeptes de l’équitation et des sports aériens détiennent au moins le bac. Et, pour les autres disciplines de nature, plus de la moitié des personnes ont atteint ce niveau de diplôme.

8Enfin, un tiers des sportifs de pleine nature appartiennent à un club. L’appartenance à un club ne concerne pas forcément l’activité de pleine nature elle-même, mais elle témoigne de l’engagement sportif et du caractère organisé de la discipline. La part de ceux qui appartiennent à un club est de 30 % pour les cyclistes, est voisine de 40 % pour l’équitation, la marche sportive, les activités de montagne, les sports aériens, de 50 % pour la voile et la plongée, et un peu plus pour le petit nombre d’adeptes d’engins sur l’eau (canoë...).

Des activités fréquemment déclarées par les citadins

9Les adeptes de l’équitation habitent souvent à la campagne. La bicyclette est également plutôt pratiquée en zone rurale mais avec des nuances : le VTT est pratiqué dans les zones urbaines, de même que le vélo « moyen de transport » rarement cité à la campagne, mais très volontiers en zones urbaines.

10La plongée, les activités de montagne, la voile sont rarement pratiquées par des personnes qui vivent en zones rurales. La voile en général est très souvent citée par des sportifs de l’agglomération parisienne. La randonnée et la randonnée en montagne sont des activités plus souvent déclarées par les habitants des zones urbaines.

11En moyenne, 6 % des activités sportives de nature sont exercées avec une licence contre 23 % pour l’ensemble des activités sportives. Cette proportion plus faible résulte du poids du vélo, activité très pratiquée, mais très faiblement licenciée (3 % des pratiques donnent lieu à une licence en moyenne, TA 21).

12Mais les activités de nature, quand elles sont faites durant l’année, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas uniquement des activités de vacances, donnent lieu fréquemment à l’acquisition d’une licence : c’est le cas 7 fois sur 10 pour la plongée de loisir, de près de 3 fois sur 10 pour l’équitation, la voile et le canoë. 20 % des activités de montagne sont faites avec licence et, chez les cyclistes, de 14 % des activités cyclotouristes. Les pratiquants des sports aériens, en faible nombre il est vrai, sont également fréquemment licenciés.

Les trois âges de la bicyclette

13On peut distinguer trois types de pratique du cyclisme selon les activités élémentaires du cyclisme qui correspondent à trois types de public différents par le nombre, l’âge et/ou la participation des femmes :

  • « le vélo » : sous ce terme sont regroupés le cyclisme sur route, le cyclotourisme, le vélo, le « vélo loisir », le vélo moyen de transport, le VTC (vélo tout chemin). « Le vélo » représente une pratique massive, de 8 millions de pratiquants) d’un âge moyen élevé (42 ans, et 46 % ont 50 ans et plus), avec 46 % de femmes. Un quart de cette population fréquente un club pour l’une ou l’autre de ses activités sportives, plus souvent les hommes : une femme sur cinq est en club pour un homme sur trois.

  • « le VTT » : ce groupe comprend le cyclo cross, le VTT, le VTT loisir. Il compte environ 4,4 millions de personnes. Plus jeune en moyenne de 10 ans, il est plus masculin (un tiers seulement de femmes), mais la part des femmes et des hommes en club est également forte (environ 38 % dans les deux cas).

  • « le Bi-cross » : les adeptes sont bien moins nombreux (environ 175 000 personnes). Leur profil sociodémographique est proche de celui des pratiquants de VTT, mais encore plus jeune et plus masculin (un âge moyen de 23 ans et 25 % seulement de femmes). Ce groupe inclut les activités de bi-cross, cyclo-cross, trial et VTT de compétition.

Les activités sportives de nature retenues
Cyclisme : toutes les activités sauf les activités en salle : soit le VTT, VTC, vélo, cyclisme, cyclotourisme, cross, cyclo-cross, trial, etc.
Equitation : toute l’équitation sauf les disciplines pratiquées en salle ou en manège, soit « équitation, randonnée équestre, « cheval », attelage équestre, poney, équitation camarguaise... etc.
Voile : toutes les formes de voile, y compris la planche à voile, les courses et régates... etc.
Marche sportive : randonnée pédestre, balade sportive, course d’orientation, raid d’endurance, trekking ;
Marche : randonnée, raquette à neige (et aussi randonnée à ski). Il s’agit ici d’une définition plus restrictive que celle retenue dans l’article « Marcher, nager, pédaler » ;
Montagne : escalade, randonnée en montagne, alpinisme, spéléologie ;
Canoë : canoë kayak, canoë, aviron, canyoning ;
Plongée : plongée de loisir, plongée sportive ;
Sports aériens : parapente, parachutisme et ascensionnel, deltaplane, vol à voile, ULM, aviation.

Tableau 1 - Les pratiquants de sports de nature

Tableau 1 - Les pratiquants de sports de nature

1. Escalade + marche sportive + randonnée.
Lecture : les femmes représentent 48 % des sportifs, mais 40 % des sportifs de nature. Elles représentent 26 % des pratiquants de la voile et 58 % de ceux de l’équitation.

Notes

1 Il s’agit des disciplines déclarées et non des individus : chaque personne pouvant déclarer plusieurs activités. Si l’on tient compte des individus et non des pratiques, 63 % des personnes pratiquent la bicyclette seulement, 20 % la bicyclette et une autre activité physique et sportive de nature (ASPN), et 17 % une autre ASPN, mais sans la bicyclette.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Les pratiquants de sports de nature
Légende 1. Escalade + marche sportive + randonnée.Lecture : les femmes représentent 48 % des sportifs, mais 40 % des sportifs de nature. Elles représentent 26 % des pratiquants de la voile et 58 % de ceux de l’équitation.
URL http://books.openedition.org/insep/docannexe/image/843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© INSEP-Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.