Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pratiques sportives en France

 | 
Ministère de la Jeunesse des Sports et de la Vie associative
, 
Institut national du sport et de l'éducation physique
, 
Patrick Mignon
, 
et al.

Pour comprendre ces résultats

Texte intégral

1. Le champ de l’enquête

  • 1 Le terme « rural » employé dans différents articles renvoie aux agglomérations de moins de 2000 ha (...)

1L’enquête a été menée en juin et juillet 2000 auprès d’un échantillon de 6 526 personnes représentatif de la population âgée de 15 ans à 75 ans révolus (en terme d’âge, de sexe et de catégories sociales) se trouvant en France métropolitaine ou dans les DOM1 (par l’institut CSA). Elle vise essentiellement à estimer toutes les formes de pratique sportive, de la pratique institutionnelle (licencié en club sportif, dans d’autres structures) aux nouvelles pratiques (en famille, sport de rue, club privé, etc.), et à évaluer le taux de pratique par grande famille de disciplines. Chaque pratiquant a été interrogé en détail sur plusieurs activités pratiquées, trois au maximum. Le questionnaire porte sur les différentes modalités de pratique et les types d’adhésion.

2Les résultats obtenus ici ne sont pas directement comparables avec ceux provenant d’autres sources

3L’enquête permanente sur les conditions de vie des ménages (INSEE) comprend, dans son volet de mai « santé », une question : Pratiquez-vous une activité sportive ? Et dans son volet « loisirs », en octobre, une question : Avez-vous pratiqué une activité sportive au cours des douze derniers mois ? D’une part, cette dénomination est plus restrictive que « les activités physiques et sportives » ; d’autre part, l’enquête du MJS « relance » les personnes qui déclarent au premier abord ne pas pratiquer d’activités physiques et sportives.

4L’enquête sur les pratiques culturelles menée en 1997 par le ministère de la culture et de la communication comportait une interrogation sur les pratiques sportives, au sein des questions sur les loisirs, mais sans relance. Le champ concerné était la population de 15 ans et plus.

5L’enquête menée en 1985 par l’INSEP sur les pratiques sportives des Français portait sur un échantillon de 3 000 personnes représentatif de la population de 12 à 74 ans, une population a priori plus sportive parce que plus jeune que celle de l’enquête de juillet 2000.

2. Définitions

2.1. La pratique sportive déclarée dans l’enquête

6Le terme « pratique » est employé quelle que soit la fréquence déclarée de pratique d’activités physiques et sportives.

  • APS : Activités physiques et sportives. La question posée aux personnes enquêtées est : « avez vous exercé une activité physique ou sportive au moins une fois dans l’année ? ». Cette acception est donc plus vaste que la question : « avez-vous fait du sport ?... », posée dans de nombreuses enquêtes.
  • Déclaration spontanée et Relance : À la première question : « avez-vous exercé une activité physique ou sportive... ? », les personnes qui répondent « oui » se voient demander lesquelles. Les personnes qui répondent « non » sont relancées par la question suivante : « je vais quand même vous citer une liste d’activités ; pouvez-vous me dire celle ou celles que vous avez exercées ? ». Pour des raisons de cohérence, cette liste est également présentée aux personnes qui ont déclaré spontanément des activités physiques et sportives.

2.2. La fréquence et la période de pratique

La fréquence de pratique est mesurée de deux façons

  • De façon globale : « Dans l’ensemble, entraînements compris, diriez-vous que vous pratiquez (moins d’une fois par mois, une à deux fois par mois, une fois par semaine, deux à trois fois par semaine, plus de trois fois par semaine) ». Cette question est utilisée à chaque fois que l’on au profil sociodémographique d’un groupe de personnes (dans le chapitre I par exemple). Elle mesure la part des personnes qui, par exemple, pratiquent du sport « au moins une fois par semaine ».
  • Sport par sport, « À quelle fréquence pratiquez-vous le... (l’activité déclarée par la personne enquêtée) ? ». Les réponses possibles sont les mêmes que pour la question globale, auxquelles on ajoute la modalité « pendant une période donnée », pour tenir compte des sports pratiquées pendant un stage, par exemple.

7→ Si le sport est un sport pratiqué uniquement pendant les vacances, les modalités de réponse ne portent que sur cette période de vacances et sont : « un ou deux jours, plusieurs jours, presque tous les jours, tous les jours ».

L’intensité (ou fréquence) de la pratique

8On considère que les personnes qui pratiquent une fois par semaine ou plus ont une pratique plus intense, ou plus soutenue.

Période de pratique

9On distingue par discipline les personnes qui pratiquent uniquement pendant les vacances, les personnes qui pratiquent uniquement en dehors des périodes de vacances, et les personnes qui pratiquent toute l’année.

L’appartenance à un club ou à une association

10La question posée est : « êtes-vous membre d’un club ou d’une association sportive ? ». Dans les articles, le mot « club », même employé seul, désigne un club ou une association, mais qui peut éventuellement être une structure commerciale. Appartenir à un club ou une association n’implique pas une prise de licence délivrée par une fédération. Inversement des personnes interrogées peuvent être titulaires d’une licence sans se considérer membre d’un club sportif ou d’une association sportive.

2.3. Compétitions

11Ce mot recouvre :

  • Les compétitions officielles organisées dans le cadre des activités des fédérations sportives, avec une licence.
  • Les manifestations sportives avec classement mises en place par tout type d’organisateur, avec ou sans licence requise. Leurs résultats ne débouchent pas sur des titres fédéraux. Par exemple : les marathons, les tournois de tennis, etc.
  • Les rassemblements, organisés de façon spontanée ou par des associations, qu’elles soient affiliées ou non au mouvement sportif, par exemple, les rassemblements de roller, etc.

12Dans le texte, on parle soit de compétitions officielles (première définition), soit de compétition en général (il s’agit alors des personnes qui ont pratiqué l’une ou l’autre de ces compétitions ou rassemblements).

3. Comptabilisation des pratiques et des pratiquants

3.1. Pratiques ou pratiquants

13Les personnes qui déclarent exercer une ou des activités physiques ou sportives pouvaient citer jusqu’à 10 activités. On peut alors compter soit les pratiquants (les personnes qui font une APS quelle qu’elle soit), soit les pratiques ; le deuxième nombre étant plus grand que le premier.

14Ici, deux situations sont possibles :

  • Certaines disciplines sont clairement identifiées (par exemple, le football, le tennis). Dans ce cas, le nombre de pratiquants et de pratiques dans la discipline est le même.
  • Pour certaines familles, il a fallu faire des regroupements. En effet, les personnes interrogées étaient libres d’appeler leur sport comme elles le faisaient d’habitude. Pour l’équitation, par exemple, les répondants ont pu déclarer « équitation », mais aussi « cheval, tourisme équestre, etc. », ou encore, plus précisément « dressage, randonnée équestre, etc. ». Ainsi, l’enquête permet de totaliser de l’ordre de 0,85 million de personnes pratiquant au moins une forme d’équitation, mais 0,95 million de déclarations de pratique d’équitation, car environ 15 % des personnes ont déclaré plus d’une forme d’équitation.

15En outre, une personne peut avoir déclaré à la fois faire, par exemple, du tennis et du rugby. Quand on compte un nombre ou une proportion de sportifs, la personne est comptée une seule fois. Mais, quand on cherche à classer les pratiques par nombre de pratiquants, la personne est alors comptabilisée comme joueuse de tennis et comme joueuse de rugby. Mais bien entendu, on ne peut pas additionner le tout pour calculer un nombre total de sportifs, puisqu’en moyenne un sportif déclare 3 sports différents, parfois dans la même famille, le plus souvent dans des familles différentes.

3.2. Licences et licenciés

16La question « avez-vous une licence ? » a été posée pour chaque discipline analysée. De telle sorte que l’on peut compter le nombre de licenciés ou le nombre de licences. Par exemple, une personne déclare 4 pratiques d’activités physiques et sportives, dont 2 licenciées. On compte alors 1 sportif licencié et 2 licences. On peut alors estimer, d’une part le nombre de licenciés par catégorie sociale, et d’autre part la proportion de pratiques licenciées par discipline (à partir des licences connues dans la discipline).

3.3. Comptabilisation par discipline

17Selon les articles, le périmètre de certaines activités très hétérogènes n’est pas le même. Par exemple, la gymnastique aquatique peut faire partie de la natation, mais aussi de la gymnastique ; cependant, quand on compte « les sportifs », les personnes qui déclarent cette activité ne sont bien entendu comptées qu’une seule fois. De même, la marche peut intégrer ou non la marche sportive.

18L’annexe 54 donne le détail des disciplines et les regroupements principalement effectués.

4 L’engagement sportif

19Les pratiquants peuvent s’investir dans leur pratique à des degrés divers : une personne qui à la fois est membre d’un club, détient une licence, se livre à des compétitions et pratique au moins une fois par semaine, manifeste ainsi un « engagement » bien plus poussé qu’une personne qui pratique de manière occasionnelle une activité sportive hors de tout cadre institutionnel.

Notes

1 Le terme « rural » employé dans différents articles renvoie aux agglomérations de moins de 2000 habitants.

© INSEP-Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.